logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Réorientation officine---->Pharmacovigilance

Aller en bas • 18 réponses
laurentben
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 21/04/2015
Posté le 21/04/2015 à 16:17 notnew
Bonjour,
Je suis actuellement pharmacien officinal diplomé depuis 3 ans et thésé .
J'aimerais me réorienter en pharmacovigilance via une formation privée payante
( FOR DRUG CONSULTING , ADN , ou encore la formation a distance proposée par le CENGEPS )
Est ce que vous en avez entendu parler ?
Est ce que ca peut me permettre de postuler a un poste de PV sans problème ?
Si oui , laquelle me conseillez vous ?
Merci encore
Top
EtronVolant
Doyen

Messages : 453
Enregistré : 21/04/2005

certification
Vie réelle
Adrien Pelloux - 35 ans
Pays : France
Domaine : Pharmacie
Niveau : Pharmacien
Fac : LYON
Posté le 23/04/2015 à 11:32 notnew
Bonjour laurentben,

Je te déconseille fortement ce type de formation.
Les parcours recherchés le plus souvent en PV sont des parcours universitaires et hospitaliers.

Tes interlocuteurs étant des professionnels de santé, des hospitaliers ou des institutionnels, ils préfèrent qu'on parle le même langage qu'eux.
->formation M2 universitaire conseillée avec des stages hospitaliers.

Courage!
_____
NYC's very pretty in the night time
But don't you miss Soho?
Top
laurentben
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 21/04/2015
Posté le 23/04/2015 à 14:13 notnew
Ah bon ???
pourtant pas mal de gens disent avoir trouver un poste facilement après ...

master trop long
faudrait que j'arrête de travailler en officine pendant 1 an donc pas de rentrée d argent ..
merci !
Top
EtronVolant
Doyen

Messages : 453
Enregistré : 21/04/2005

certification
Vie réelle
Adrien Pelloux - 35 ans
Pays : France
Domaine : Pharmacie
Niveau : Pharmacien
Fac : LYON
Posté le 23/04/2015 à 17:00 notnew
Un master 2, ce n'est que 6 mois de cours et 6 mois de stage. Tu peux toujours tenter de décrocher un contrat de professionnalisation, qui te permettra d'avoir des revenus d'appoint. Je ne suis pas un professionnel de la formation non plus, d'autres formules doivent exister (cours du soir dans les universités, toussa...)
_____
NYC's very pretty in the night time
But don't you miss Soho?
Top
laurentben
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 21/04/2015
Posté le 23/04/2015 à 19:18 notnew
J'ai déjà essayé et malheureusement personne ne m'accepte sans MASTER 1 en M2 ...
donc je suis un peu coincé...
Top
laurentben
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 21/04/2015
Posté le 01/05/2015 à 11:03 notnew
Il y a quelqu'un lol?
Top
Valer82
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 05/06/2016
Posté le 05/06/2016 à 09:01 notnew
Bonjour laurentben comme toi je suis pharmacien diplôme depuis 4ans et j aimerai quitter l officine pour la pharmacovigilance . J ai regarde il existe un certificat européen en ligne ( durée 3 mois) délivré par l université de Bordeaux 😇 Peut être c la solution pour nous qui ne pouvons pas nous permettre d arrêter de travailler pour faire un master??
_____
VG


Top
lena30
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 314
Enregistré : 02/04/2010
Posté le 05/06/2016 à 15:49 puis édité 2 fois notnew
le M2 reste de loin la meilleure voieavec un contrat d'apprentissage si possible.

Le problème principal n'est pas la formation (payante ou non) mais sa valeur sur le marché du travail.

Aujourd'hui 1/3 des étudiants en pharmacie se tournent vers l'industrie notamment pour fuir l'officine contre seulement 10% il n'y a pas si longtemps (avant PACES) ce qui va très très bientôt boucher le marché du travail.

Les doubles diplomes avec des CVs blindés de stage en industrie des la 2ème ou 3ème année de pharma avec en plus 1 ou 2 ans d'apprentissage devient aujourd’hui la norme des étudiants en industrie.....

Donc même avec une formation payante, la bataille sera rude pour entrer sur le marché du travail avec un profil exclusivement officinal !

Mais rien n'est impossible hein smilies , je vous encourage vraiment, toutefois le M2 pro en contrat de professionnalisation semble être de loin la meilleure solution.smilies
Top
whalcri
Nain-terne

Messages : 110
Enregistré : 01/09/2008
Posté le 05/06/2016 à 16:41 puis édité 1 fois notnew
Vous pouvez aussi commencer par faire un stage dans le service pharmacovigilance d'un laboratoire puis après postuler dans les masters 2 de pharmacovigilance et de toxicologie.

"Les doubles diplômes avec des CVs blindés de stage en industrie des la 2ème ou 3ème année de pharma avec en plus 1 ou 2 ans d'apprentissage devient aujourd’hui la norme des étudiants en industrie."
C'est vrai en qualité/production, mais pas en pharmacovigilance.
Top
Valer82
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 05/06/2016
Posté le 06/06/2016 à 09:54 notnew
Merci pour vos réponses whalcri et Léna 30 pour le contrat de professionnalisation se fait il en candidature spontanée auprès des laboratoires ? D autre part peut on passer par le certificat européen de pharmacovigilance en ligne délivré par l université de Bordeaux suivi d un stage de 6 mois en entreprise? Merci d avance
_____
VG


Top
lena30
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 314
Enregistré : 02/04/2010
Posté le 06/06/2016 à 13:14 puis édité 1 fois notnew
Pour le certificat de bordeaux , je te conseille de contacter directement le responsable de formation pour les questions.

Pour le contrat de professionnalisation : ben comme pour l'ensemble des offres en industrie, 90% du marché du travail est "caché" c'est à dire pas d'offres publiées

Donc tu peux :
-bien sûr répondre aux offres de contrat de professionnalisation du leem
-faire beaucoup de condidature spontanée (la plupart des offres n'étant pas publiées, c'est comme ça que la plupart trouvent leur stage et alternance)
-le dernier et meilleur moyen étant bien sûr de faire marcher son fameux "réseau" (les potes en industrie qui savent si des postes sont ouverts)
Top
Valer82
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 05/06/2016
Posté le 06/06/2016 à 13:26 notnew
Ok merci j vous tiens au courant de l avancée de mon projet
_____
VG


Top
Pharmasqué
Jeune Carabin

Messages : 18
Enregistré : 28/07/2016
Posté le 01/08/2016 à 15:33 notnew
Bonjour, je suis justement pharmacien industriel en sixième année et je me spécialise en PV.

Et effectivement comme dit plus haut le M2 est le plus important, il t'ouvrira toutes les portes que tu veux, même en CRPV bien que les profils les plus recherchés sont les internes of course.

Regarde le M2 pro sécurité sanitaire et qualité des soins de paris Descartes, il te permet de faire un apprentissage pendant 1 an dans une boite pharmaceutique pour te familiariser avec cet aspect méconnu et prometteur de la pharmacie smilies
Top
Valer82
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 05/06/2016
Posté le 07/08/2016 à 19:01 notnew
Bonjour merci pour ton message pharmamsque en effet un m2 pro ouvre plus de porte qu une simple formation en pharmacovigilance. Quelle a été ta démarche pour la recherche de l entreprise te prenant en alternance ? Candidature spontanée ? Site? Cabinet de recrutement ? Merci d avance
_____
VG


Top
Pharmasqué
Jeune Carabin

Messages : 18
Enregistré : 28/07/2016
Posté le 08/08/2016 à 09:43 notnew
Alors déja pour cette année les inscriptions sont closes malheureusement.

Ensuite le master est organisé en relation avec la fac de paris descartes et le LEEM apprentissage (branche du LEEM dédié à l'apprentissage donc).

Pour la recherche et bien c'est comme pour trouver n'importe quel job, il faut se sortir un peu les doigts smilies Notre référent du LEEM nous a envoyé par mail quelques offres d'apprentissage en région parisienne et elle envoie nos CV à tous ses contacts de l'industre, sinon j'ai cherché tout seul notamment sur la bourse à l'emploi du LEEM (mais pas grand chose).

J'ai envoyé une douzaine de candidatures spontanée et j'ai eu 6 entretiens d'embauche et encore par la suite j'ai dû en refusé car j'avais déja accepté (les contacts du LEEM peuvent te démarcher directement).

Donc au final les entreprises recherchent pas mal d'apprentis (en PV ou ailleurs), ce n'est pas difficile de trouver pour peu qu'on se donne les moyens (comme partout smilies ).

Si tu as d'autres questions n'hésite pas smilies
Top
lena30
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 314
Enregistré : 02/04/2010
Posté le 08/08/2016 à 17:51 puis édité 1 fois notnew
hyper facile de trouver un apprentissage !!!! mais après ?
pour un CDD/CDI dans des vrais industries pharma ?
(je parle pas des contrats dans les boites des consultants...que l'on appelle les marchands de viande...)

L'apprentissage c'est supern un vrai plus, mais il commence à y avoir de l'abus (des CDD/CDI cachés ?).....
(effectif multiplié par 3 dans mon entreprise en 2 ans !)smilies
Top
Pharmasqué
Jeune Carabin

Messages : 18
Enregistré : 28/07/2016
Posté le 09/08/2016 à 09:49 notnew
Dire "l'apprentissage et après??" c'est comme dire "un stage et après ??" ou même en exagérant un maximum "Pharma et après??" smilies

Un apprentissage sera toujours plus valorisé qu'un stage, n'oublions pas que ça équivaut à 1 an d'experience pro, le recruteur verra ta détermination à vouloir un pied dans l'entreprise dès la 6e année ...

D'accord il faut penser à l'avenir, pour moi en industrie il n'est pas sombre pour les pharmaciens (peut etre pas en marketing..) encore moins dans les branches du type PV, AR voir AQ à l'heure où les entreprises veulent redorer leur blason.

Depuis le Mediator la PV explose et y'aura du boulot la dedans dans les années à venir, c'est maintenant qu'il faut être sur le coup smilies
Top
EtronVolant
Doyen

Messages : 453
Enregistré : 21/04/2005

certification
Vie réelle
Adrien Pelloux - 35 ans
Pays : France
Domaine : Pharmacie
Niveau : Pharmacien
Fac : LYON
Posté le 23/11/2016 à 17:59 notnew
Beaucoup de boites sous-traitent leur PV. C'est un sujet sensible, pointu, très souvent audité et qui nécessite beaucoup d'habileté pour faire évoluer le système au gré des modifications de la réglementation.
Dans certains laboratoire, le relais PV n'est constitué que d'une à deux personnes qui font le lien avec le sous-traitant.

Donc trouver un poste dans une "vraie" boite n'est pas impossible, mais faire ses armes chez un de ces prestataires ne me semble pas être une mauvaise idée.
_____
NYC's very pretty in the night time
But don't you miss Soho?
Top
PharmaAntoine
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 09/01/2018
Posté le 09/01/2018 à 11:29 notnew
Beaucoup de boites sous-traitent leur PV. C'est un sujet sensible, pointu, très souvent audité et qui nécessite beaucoup d'habileté pour faire évoluer le système au gré des modifications de la réglementation.
Dans certains laboratoire, le relais PV n'est constitué que d'une à deux personnes qui font le lien avec le sous-traitant.

Donc trouver un poste dans une "vraie" boite n'est pas impossible, mais faire ses armes chez un de ces prestataires ne me semble pas être une mauvaise idée.

Les grosses entreprises ont encore des services PV importants. Pour être passé dans une entreprise suisse basée à Paris, le service PV regroupait plus de 30 personnes. Mais il est vrai que cette activité se délocalise de plus en plus soit chez des prestataires, soit au sein des maisons-mère des entreprises. La PV aujourd'hui est surtout une affaire de services d'ampleur européenne.

Passer par un prestataire pour commencer une carrière n'est pas une mauvaise idée. Mais les salaires et l'évolution possible de carrière n'ont rien à voir avec une entreprise pharmaceutique.

Une double compétence affaires réglementaires et PV pourrait intéresser de nombreux petits labos dans l'optique d'avoir un PRI exploitant.

Mais pour revenir à la PV uniquement, la formation universitaire est à privilégier. Il me semble qu'il existe une formation à Paris V compatible avec une autre activité (à vérifier tout de même).
Top
Aller en haut • 18 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Anne-Marie Curat, présidente de l’Ordre des sages-femmes : « Les sages-femmes sont encore trop invisibles ! » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter