logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Après la filière officine ... regrettez vous votre choix ?

Aller en bas • 1 réponse
Langerhans
Jeune Carabin

Messages : 27
Enregistré : 26/09/2016
Posté le 14/06/2018 à 21:12 notnew
Le titre parle de lui même
Entre les pharma aigris et blasés, ceux qui ne font que distribuer machinalement des boites et ceux qui passionnés par leurs métiers et optimistes par rapport aux nouvelles missions du pharmacien, je ne sais plus qui croire ...
Après avoir laissé la parole sur le groupe internat sur leur choix, je laisse cette fois ci la parole aux officinaux : -n’y a t’il que de la gestion et de la paperasse administrative ou pas seulement ?
- comment expliquer la fermeture d’une pharmacie tous les deux jours ?
_____
Romantique à 2 francs


Top
alixx
Jeune Carabin

Messages : 29
Enregistré : 25/04/2017
Posté le 24/09/2018 à 19:05 notnew
Alors, mon point de vue en tant qu'étudiant en 5A qui commence à avoir un peu (mais pas beaucoup non plus) d'expérience en officine :

- Oui, je trouve que le pharmacien titulaire a beaucoup de choses à gérer. Entre l'administratif, la compta et le stock, il suffit qu'un paiement bloque dans un sens ou l'autre ou qu'un produit ne soit pas dispo chez le grossiste pour se retrouver facilement bloqué 2h dans son bureau à fouiller dans un montagne d'archive avec 4 personnes au téléphone. Cela ne veut pas dire que tu ne fais jamais de comptoir, juste que tu en fais moins. Personnellement je ne trouve pas que ça soit une mauvaise chose, au final c'est le même problème que pour n'importe quel patron. Et au pire, si jamais le côté administratif te rebute vraiment, rien ne t'oblige à être titulaire, j'ai eu l'occasion de croiser pas mal de pharmaciens qui étaient salariés par choix.

- En 2017, il y a effectivement eu 193 fermetures d'officines, ce qui fait bien 1 tous les 2 jours, mais rassure-toi il en reste encore 21.192, soit 1 pour 3068 habitants. smilies
Et je pense que c'est là le problème, vu que la moyenne Européenne est plus proche des 4000 habitants par officine (je n'ai pas trouvé de chiffre aussi récent que pour la France), alors que le nombre d'officines diminue régulièrement en France depuis quelques années (-905 depuis 2013) : en gros, il y a trop d'officines depuis un moment.
Cela dit, 57% de ces fermetures sont en fait soit des regroupements (le pharmacien abandonne son local pour s'associer avec un autre), soit des cessions de clientèle (en gros, le pharmacien ferme son officine et "vend" sa base de clients, pour un départ à la retraite par exemple). Au final, seuls 36% de ces officines mettent vraiment la clé sous la porte (et 5% supplémentaires font l'objet d'une fermeture judiciaire).
Au passage, jusqu'en 2015 l'âge moyen des titulaires était en augmentation constante. Aujourd'hui il stagne aux alentours des 50 ans grâce à une augmentation du nombre de nouveaux titulaires de moins de 36 ans. Si la situation semble donc résolue, on a encore un fort taux de départ à la retraite de ces titulaires âgés.
Et si l'on regarde le chiffre d'affaire des pharmacies qui ont fermé (y compris regroupements et cessions), on se rend compte que 75% d'entre elles avaient un CA inférieur à 1 million d'euros, alors que la moyenne nationale est à 1M5.
=> Bref, "1 pharmacie ferme tous les 2 jours", même si ça fait un bon titre pour un journaliste, au final ça reste peu sur l'ensemble des officines françaises. Les officines qui ferment aujourd'hui sont soit des départs à la retraite, soit des pharmacies rurales qui se regroupent. Il s'agit très probablement de la conséquence de la transformation des missions du pharmacien et du manque de généralistes en milieu rural (quand il faut faire le trajet jusqu'à Toulouse pour voir un médecin, autant aller à la pharmacien juste en face). Mais de là à dire que la profession est en train de mourir...
(btw, mes chiffres je les sors des stats de l'ordre de 2017)
Top
Aller en haut • 1 réponse
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Anne-Marie Curat, présidente de l’Ordre des sages-femmes : « Les sages-femmes sont encore trop invisibles ! » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter