logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Règlement UCL pour les master

Lady Cat
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 2006
Enregistré : 16/02/2007
Posté le 19/10/2015 à 22:31 notnew
Tags : Admission, Internat, Médecine, UCL
Bonjour,

J'ai trouvé ce texte très précis pour les étudiants non belges qui souhaitent poursuivre leur internat en Belgique. Les condition sont très détaillés.

1. L’agrément des médecins spécialistes et les masters complémentaires
2. Les spécialités médicales : spécialités et compétences
3. Le contexte législatif général
4. L’agrément ministériel
5. Les masters complémentaires
6. La sélection des candidats spécialistes
7. Le statut juridique des MACCS
8. La spécialisation à l’étranger
9. L’accueil des candidats spécialistes européens
10. Spécialisation et Recherche
1. L'AGREMENT DES MEDECINS SPECIALISTES ET LES MASTERS COMPLEMENTAIRES
4
La formation des spécialistes comprend un volet académique et un volet professionnel.
La formation académique est sanctionnée par le diplôme de "master complémentaire" et la formation professionnelle, par l’agrément ministériel.
En Belgique, la reconnaissance officielle de la qualité de spécialiste est faite par le Ministre qui a la Santé Publique dans ses attributions (A.R. du 21 avril 1983, modifié par l'A.M. du 30 avril 1999). Cet agrément ministériel, dont les citoyens européens peuvent revendiquer l'équivalence dans les autres pays de la C.E. (art. 5 de la Directive 93/16/CEE du Conseil du 5 avril 1993), est attribué sur avis des commissions d'agrément (une par spécialité dans chaque régime linguistique) instituées par le Ministère de la Santé Publique. Ces commissions d'agrément ont pour mission d'évaluer la validité des plans de stage, la réalité et la valeur de la formation spécialisée. L'agrément ministériel permet l'attestation de prestations propres à la spécialité de façon à ce que celles-ci soient remboursées par l'Institut National d'Assurance Maladie Invalidité par l'intermédiaire des mutuelles.
Le rôle de l'Université dans la formation spécialisée est défini par l'arrêté royal du 16 mars 1999 modifiant l'arrêté royal du 21 avril 1983 fixant les modalités d'agréation des médecins spécialistes et des médecins généralistes, publié par le Moniteur belge du 24.06.1999.
Le plan de stage est accompagné d'une attestation qui prouve que le candidat a été sélectionné par une faculté de médecine pour la discipline dans laquelle il compte se former. A l'UCL, la sélection est faite sur base des "concours de spécialisation" organisés par les commissions de sélection des différentes spécialités. L’organisation de la sélection a été harmonisée en Communauté française de Belgique suite à l’Arrêté du Gouvernement de la
Communauté française fixant la composition et l’organisation du jury délivrant les attestations d’accès aux titres particuliers des sciences médicales et dentaires signé le 19 mai 2004.
Les universités assurent un enseignement théorique dans le cadre de la spécialisation et gèrent les programmes de stage de la plupart de leurs diplômés, « docteurs en médecine » (master en médecine), qui souhaitent se spécialiser. L'enseignement universitaire menant à une spécialisation ou à une compétence s'appelle dorénavant "master complémentaire" (antérieurement diplôme d'études spécialisées (3DS) ou diplôme d'études complémentaires (2DC)). Ce sont les commissions d’enseignement facultaires qui en fixent les programmes dont certaines sont organisées sur une base interuniversitaire.
La demande d'agrément (cfr A.R. du 21.04.83) doit être accompagnée "d'une attestation qui prouve que le candidat a suivi avec fruit une formation universitaire spécifique et qu’il est apte à la pratique indépendante et autonome de la spécialité ».
2. LISTE DES SPECIALITES MEDICALES
2.1. Les spécialités médicales sont définies par l'A.R. du 25 novembre 1991 établissant la liste des titres professionnels particuliers réservés aux praticiens de l'art médical, en ce compris l'art dentaire.
2.2. La liste des masters complémentaires du secteur de la santé est fixée par l’arrêté du Gouvernement de la Communauté française du 19 mai 2004 complété le 21 janvier 2005 et le 18 novembre 2005.
2.3. L ’ accès à certains des titres professionnels accessibles aux porteurs du diplôme de « docteur en médecine » (master en médecine) est limité: l'A.R. du 30 mai 2002 publié le 14.06.2002 définit le contingent de diplômés qui chaque année ont accès aux formations spécialisées menant au titre de « Médecin généraliste » et de « Médecin spécialiste ».
5
2.4. Liste des spécialités médicales soumises au contingentement :
Médecin généraliste (voir
documents fournis par le CAMG)
Anatomie pathologique Anesthésie-réanimation Biologie clinique Cardiologie
6 ans 6 ans 5 ans 6 ans 4 ans
Chirurgie
Chirurgie plastique Chirurgie orthopédique Dermato-vénéréologie Gastro-entérologie Gériatrie Gynécologie-Obstétrique Médecine Aiguë Médecine interne Médecine nucléaire Médecine physique et Réadaptation
5 ans 5 ans 5 ans 6 ans 6 ans 6 ans 6 ans 4 ans 6 ans 6 ans 5 ans 3 ans 5 ans 5 ans
Médecine d’Urgence Neurochirurgie
Neurologie
Oncologie
Ophtalmologie Oto-rhino-laryngologie5 ans
6
5 ans
5 ans 5 ans 5 ans 6 ans 5 ans 6 ans
En 2005, trois nouvelles spécialités ont été reconnues : la médecine d’urgence, la médecine aiguë et la gériatrie et plus récemment l’oncologie.
2.5. Les titres pour lesquels la limitation du nombre de candidats n'est pas d'application :
Pédiatrie Pneumologie Psychiatrie de l'adulte Psychiatrie infanto juvénile Radiodiagnostic Radiothérapie Rhumatologie Stomatologie Urologie
5 ans 6 ans 5 ans
Médecin spécialiste en gestion de données de santé (2 ans de pré- requis et 2 ans de formation spécifique) (A.M. du 15.10.2001 publié au M.B. du 13.12.2001)
Médecin spécialiste en médecine légale (5 ans) (A.M. du 27.02.2002)
Médecin spécialiste en médecine du travail (4 ans).
Médecin spécialiste en médecine d’assurance et en médecine d’expertise (3 ans) (A.R. du 15.09.2006)
2.6. En outre, les médecins déjà porteurs d'un titre de médecin spécialiste peuvent acquérir des titres professionnels particuliers (A.R. 25.11.91, A.M. du 05.10.95, A.M. du 16.04.99). Il s’agit de « compétences » qui viennent donc s’ajouter à une spécialisation préalable :
7
Chirurgie orale et maxillo-faciale (pour les stomatologues)* Endocrinologie-diabétologie*, hématologie clinique*, néphrologie* (compétences particulières accessibles aux spécialistes en médecine interne)
Médecine nucléaire in vitro
Médecine d’urgence* (TPPSU)
Néonatologie
Neurologie pédiatrique*
Réadaptation fonctionnelle et professionnelle des handicapés Soins intensifs (REAN)*
* ces formations sont organisées à l’UCL sous forme de certificats universitaires de compétence.
3. CONTEXTE LEGISLATIF GENERAL
L’Arrêté royal du 21 avril 1983 fixant les modalités de l’agréation des médecins spécialistes et des médecins généralistes modifié le 16 mars 1999 et l’Arrêté ministériel du 30 avril 1999 fixant les critères généraux d’agréation des médecins spécialistes, des maîtres de stage et des services de stages (dit arrêté « Colla ») constituent les références légales.
Le texte du 16 mars 1999 instaure la nécessité d’une sélection par une faculté de médecine et la formation universitaire spécifique qui coïncide avec les deux premières années de la formation.
Le texte du 30 avril 1999 précise le statut des candidats spécialistes en particulier en ce qui concerne le temps de travail, les gardes et les rémunérations.
4. L’AGREMENT MINISTERIEL
8
L’Agrément des médecins généralistes ou spécialistes relève de la compétence du Ministre qui a la Santé Publique dans ses attributions.
Voir "Mémento du Médecin Hospitalier 2006" (Edition Kluwer, p.38-43) et A.Somer http://www.health.fgov.be
1. Les Commissions d'agrément
Une commission d'agrément est constituée pour chaque spécialité. Chaque commission est constituée d'une chambre d'expression française et d'une chambre d'expression néerlandaise. Ces commissions sont constituées par le ministre et comprennent de façon paritaire des délégués proposés par les associations professionnelles et par les universités. Chaque commission élit son président parmi ses membres.
9
2. le Conseil Supérieur des médecins généralistes et des médecins spécialistes
Le Conseil Supérieur des médecins spécialistes et des médecins généralistes propose au Ministre les critères d'agrément pour les différentes disciplines médicales et, par rôle linguistique, traite les appels contre les avis des Commissions d'agrément.
3. Les candidats spécialistes
Le Ministre de la Santé Publique est chargé de l'agrément des médecins spécialistes et des généralistes.
3.1. Le plan de stage
Afin de pouvoir présenter un dossier complet à la Commission d'agrément compétente en fin de formation, les candidats devront remplir en début de formation, le formulaire officiel de demande d'approbation de plan de stage. Pour pouvoir valablement introduire un plan de stage, ils devront, avant tout, être autorisés à exercer l'Art de guérir en Belgique, c'est-à-dire :
- être en possession du diplôme de «docteur en médecine » (master en médecine) ou d’un diplôme européen reconnu permettant la pratique de la médecine en Belgique
- avoir obtenu le visa de la Direction générale des Professions de la Santé (art 7 de la loi du 24 novembre 2004 modifiant l’AR n°78)
- être inscrit à l'Ordre provincial des médecins de leur ressort.
Procédure visa en vigueur à partir de 2006
- Les candidats qui disposent d'un numéro de registre national belge et sont domiciliés en Belgique reçoivent leur visa du diplôme de médecin à leur domicile légal par envoi recommandé dans les jours qui suivent la délibération.
10
- Les candidats qui ne possèdent pas de numéro de registre national belge et/ou ne sont pas domiciliés en Belgique, sont invités à se présenter à l'administration centrale ou dans un des guichets du SPF en province (soit les bureaux des Inspections fédérales d'Hygiène) munis des documents suivants : carte d'identité ou passeport, attestation de réussite, adresse d'envoi du visa.
Les étudiants qui n'entament pas de formation sont invités à s'inscrire à l'INAMI qui leur attribuera un numéro 000.
Procédure d'introduction d'un plan de stage et d'attribution d'un numéro INAMI
En vertu des dispositions de l'A.R. du 21 avril 1983 (Moniteur Belge du 27 avril 1983), la demande doit être introduite par lettre recommandée, au plus tard dans les trois premiers mois du début de la formation. Passé ce délai, la date de la lettre recommandée sera considérée comme date du début de stage.
Les étudiants qui débutent une formation dans les semaines qui suivent leur proclamation, sont invités à introduire un plan de stage auprès du service Professions de santé du SPF Santé Publique.
La demande doit comporter les documents suivants :
- Demande d'enregistrement d'un plan de stage pour une année minimum (formulaire type dûment rempli, daté et signé). Avec mention éventuelle d'une langue de courrier et d'une adresse de contact.
- Attestation d'inscription à l'Ordre des Médecins.
- Attestation prouvant que le candidat est retenu par une faculté de médecine pour la discipline dans laquelle il
ème
compte se former (art.10, 2 alinéa, de l'A.R. du
21/04/1983).
- Certificat d'ECG (médecine générale).
11
- Convention écrite, conclue entre le maître de stage et le stagiaire, relative à la rémunération équitable.
Le formulaire de plan de stage doit comprendre les indications suivantes :
1. La discipline envisagée;
2. Les dates où débute et se termine la formation, le plan
de stage étant considéré comme un tout;
3. Les services où se dérouleront les stages;
4. Le(s) nom(s) du (des) maître(s) de stage et
éventuellement, du maître de stage coordinateur, ainsi que son (leur) accord écrit. Le maître de stage coordinateur, nécessaire quand un candidat a plusieurs maîtres de stage, a pour mission de guider le candidat lors de la rédaction de son plan de stage et de coordonner l'ensemble de sa formation. Il doit être agréé dans la même discipline que celle choisie par le candidat;
5. Une adresse en Belgique pour l'envoi de toute correspondance destinée au candidat qui effectue un stage à l'étranger.
Lorsque le service Professions de santé du SPF Santé Publique est en possession de ces documents, l'INAMI en est averti et le candidat reçoit automatiquement un numéro spécifique correspondant à sa spécialité.
Afin de compléter son dossier, le candidat doit envoyer dans les délais imposés par la loi les documents suivants : - Copie du diplôme belge de « docteur en médecine »
(master en médecine)
- Demande d'enregistrement d'un plan de stage.
Formulaire type dûment rempli pour l'ensemble de la formation, daté et signé. La demande doit contenir les éléments suivants :
• noms des services où seront effectués les stages durant l'ensemble de la formation;
12
• le nom du ou des maîtres de stage et éventuellement du maître de stage coordinateur et de son (leur) accord écrit.
- Pour chaque partie du stage, un exemplaire de la convention écrite, conclue entre le stagiaire et le service hospitalier (ou maître de stage), relative à la rémunération équitable pour chaque partie du stage.
- Certificat de l'enseignement spécifique en médecine générale (le cas échéant).
- Attestation des stages effectués en master 4 orientation médecine générale (le cas échéant).
- Attestation du maître de stage donnant les séminaires (1/15) (pour la médecine générale).
- Attestation de participation au rôle de garde (pour la médecine générale).
Ces documents doivent parvenir au service Professions de santé du SPF Santé Publique dans un délai de 3 mois à dater du début du stage. S'ils sont introduits ultérieurement, la date de la lettre recommandée sera considérée comme la date de début de stage (art.11 de l'A.R. du 21/04/1983).
3.2. Modification du plan de stage et interruption de stage
La modification d'un plan de stage doit être formulée au moyen du même formulaire que lors du dépôt du plan de stage.
Il y a lieu de :
- reprendre la totalité de la formation
- apposer la signature du maître de stage au niveau de
la modification
- apposer la signature du maître de stage coordinateur.
Les documents demandés lors de l'approbation d'un premier plan de stage ne sont plus à rentrer lors de la modification. Si le candidat envisage de modifier son
13
plan de stage, il est tenu d'avertir la Commission d'agrément au plus tôt.
Une interruption du stage de plus de quinze semaines doit être signalée à la Commission d'agrément au plus tôt. La raison de l'interruption doit également être signalée.
3.3. La demande d'agrément
Avant la fin de la formation, au plus tôt trois mois avant celle-ci, le candidat doit réclamer le formulaire officiel de demande d'agrément en qualité de médecin spécialiste auprès des services des médecins spécialistes de la direction de l'art de guérir.
Service public fédéral (SPF) Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement Agrément des Médecins spécialistes
Eurostation II
Place Victor Horta 40 bte 10 2D08 à 1060 Bruxelles Tél. 02/ 524 97 97
Les documents qui peuvent être présentés 3 mois avant la fin de la période de stage sont les suivants :
a)
Formulaire officiel de demande d'agrément
-Ce document doit être envoyé par lettre recommandée à l'adresse indiquée au verso du
b) -
Attestations des maîtres de stage
L'attestation du dernier maître de stage ne peut être datée et signée au plus tôt que 3 mois avant la fin de
formulaire
- Il doit être complété de façon claire et signé par le
candidat.
14
la formation (il ne faut pas que l'attestation présentée couvre la totalité du stage si la formation n'est pas encore terminée).
c) Carnets de stage
- Un carnet de stage dûment rempli pour chaque
année de formation doit se trouver dans le dossier
- Le carnet de stage de la dernière année de formation doit être rempli au plus tôt 2 mois avant la fin de la
formation
- Le carnet de stage doit être signé par le candidat et
par le maître de stage.
d) Autres documents
- Le(s) rapport(s) d'activités
- La ou les communication(s) à une réunion
scientifique
- La ou les publication(s) comme auteur principal sur
un sujet clinique ou expérimental
- L’attestation d'inscription au tableau de l'Ordre des
médecins datant de moins de trois mois.
Documents qui doivent être introduits après la fin de la période de stage :
a) Une attestation du dernier maître de stage pour la période au point b) : cette attestation doit être datée et signée après la fin de la formation et certifier que le candidat est apte à pratiquer la médecine de manière autonome et indépendante.
b) Le carnet de stage complémentaire pour la période non-couverte au point c).
La fin de la formation est celle qui correspond à la date reprise dans le dernier plan de stage approuvé par la Commission – une période de congés éventuelle ne change pas cette date.
3.4. Les maîtres de stage et services de stage
Remarque importante
La formation des candidats spécialistes se déroule exclusivement et à temps plein dans des services et auprès de maîtres de stage qui sont reconnus pour un niveau de formation et pour un nombre déterminé de candidats spécialistes.
L'arrêté ministériel du 15 février 1999 règle les critères généraux d'agrément des médecins spécialistes, des maîtres de stage et des services de stage. Ce texte est mieux connu sous la dénomination "nouveau statut des candidats spécialistes" ou encore "arrêté Colla".
Il est important de situer correctement le contexte de cet arrêté : il vise les critères d'agréation des maîtres de stage et des services de stage; la conséquence de la non- application des mesures qu'il contient est donc, en première instance, le retrait de l'agrément du maître et du service de stage.
Les nouvelles dispositions sont d'application depuis le premier septembre 1999.
Pour obtenir le diplôme universitaire du master complémentaire (document qui peut s’avérer extrêmement important à l’avenir et/ou si le médecin spécialiste souhaite travailler à l’étranger), il y a lieu de respecter scrupuleusement les conditions émises par la commission d’enseignement de la spécialité (voir programme des cours).
Lorsque ces conditions sont remplies, le président de la commission introduit la demande de diplôme universitaire (UCL) auprès du secrétariat de la Faculté de Médecine et de Médecine dentaire.
15

5. LES MASTERS COMPLEMENTAIRES
16
La formation académique des candidats spécialistes est sanctionnée par les titres académiques de « master complémentaire » dont la liste est établie par le Ministre de la Communauté française qui a l’enseignement supérieur dans ses compétences.
La durée du master complémentaire est conforme à la durée de la spécialisation.
Conformément à l'arrêté royal du 16 mars 1999 modifiant l'arrêté royal du 21 avril 1983 fixant les modalités d'agréation des médecins spécialistes et des médecins généralistes, publié par le Moniteur belge du 24.06.1999, les deux premières années de formation sont sanctionnées par une attestation de formation universitaire spécifique délivrée par la Faculté de Médecine et de Médecine dentaire (F.U.S).
L'accès aux études conduisant aux grades de diplômés d'études spécialisées/masters complémentaires dans l'une des spécialités reconnues par l'INAMI et nécessitant le dépôt d'un plan de stage est strictement limité aux seuls étudiants qui remplissent les conditions suivantes :
- Etre titulaire d'un titre d'accès permettant la pratique médicale sans restriction sur le territoire belge (ceci exclut les médecins bénéficiant d’un arrêté de dérogation dit 49ter ou antérieurement art.57 et impose aux candidats français d’avoir obtenu le diplôme d’état de «docteur en médecine » (master en médecine) dûment reconnu par SPF/SP)
- Avoir été retenu par une faculté de médecine pour la discipline dans laquelle il compte se former (art.3 de l’AR du 16 mars 1999), c’est-à-dire avoir été sélectionné par concours dans l'une des spécialités concernées.
Cette sélection doit être validée par le "jury interuniversitaire d’admission aux études de spécialisation en sciences médicales et dentaires" mis en place par l’arrêté
17
du gouvernement de la CFWB signé le 19 mai 2004. Elle
est sanctionnée par l’attestation de sélection universitaire.
- Avoir un plan de stage agréé (ou sur le point d’être agréé)
par le Ministère.
Autrement dit, les médecins possédant un diplôme de fin d'études délivré par une université relevant de la Communauté française qui souhaitent obtenir l'agrément comme médecins spécialistes doivent
1. être sélectionnés par la commission de spécialisation universitaire compétente. Cette sélection doit être confirmée par le jury interuniversitaire et est sanctionnée par l’attestation qui prouve que le candidat est retenu par une faculté de médecine, signée par le doyen de la Faculté de Médecine et de Médecine dentaire, à l’UCL
2. s'inscrire comme étudiants à la Faculté de Médecine et de Médecine dentaire, à l’UCL, dans le programme de master complémentaire concernant la spécialité
3. déposer un plan de stage complet auprès de la commission compétente instituée par le Ministère de la Santé publique. Ce plan de stage doit être signé par le maître de stage coordinateur (qui est généralement le président de la commission d’enseignement du master) et par tous les maîtres de stage chez lesquels le candidat effectuera une rotation.
La spécialisation est ensuite effectuée pendant la durée prescrite. Au terme de celle-ci, le candidat spécialiste déposera auprès de la commission ministérielle sa demande d'agrément. Cette demande d'agrément sera accompagnée du diplôme de master complémentaire (MC) et qui est délivré par l’université. Ces médecins sont les seuls à porter le titre de MACCS (Médecin assistant clinicien candidat spécialiste).
Minerval :
Les MACCS sont redevables d’un minerval réduit (485 € en 2010) pendant les deux premières années et de la simple inscription au rôle ultérieurement (32 € en 2010).
6. LA SELECTION DES MEDECINS ASSISTANTS CLINICIENS CANDIDATS SPECIALISTES (MACCS)
18
Les futurs MACCS sont sélectionnés par concours pendant la septième année de médecine (quatrième année du second cycle des études médicales). Cette sélection est organisée en conformité avec les textes légaux.
Le Décret du 27.02.2003 modifiant les dispositions relatives aux études du secteur des sciences de la santé dans le décret du 5 septembre 1994 relatif au régime des études universitaires et des grades académiques et dans la loi du 27 juillet 1971 sur le financement et le contrôle des institutions universitaires publié au Moniteur belge du 11.04.2003 prévoit à son art. 3 que « chaque commission sélectionne les candidats sur base d’un classement résultant pour moitié des résultats académiques de toutes les années d’étude du second cycle, pour un quart des résultats particuliers des enseignements de second cycle directement liés au grade académique de troisième cycle visé et pour un quart d’une évaluation par la commission des capacités et motivations spécifiques de l’étudiant pour briguer le titre professionnel particulier. Les règles de fonctionnement de chaque commission précisent les modalités de ce classement». Les arrêtés d’application ont été publiés au Moniteur belge en juillet 2004. Bien que la majorité des alinéas de ce décret aient été abrogés par le décret du 24 juin 2005 (« Décret Simonet »), les procédures relatives à la sélection restent d’application.
Le règlement interuniversitaire en vue de la sélection des candidats médecins généralistes et des candidats médecins spécialistes à partir de l’année académique 2003-2004 a été approuvé par les trois universités dépendant de la Communauté française de Belgique qui délivrent le diplôme de « Docteur en Médecine » (master en médecine) et remis à la Ministre Dupuis le 24 mars 2003. Ce règlement se base sur les arrêtés royaux réglant l’accession à la formation spécifique de médecine générale ou de médecine spécialisée et en particulier de l’arrêté royal modifiant
19
l’arrêté royal du 21 avril 1983 fixant les modalités de l’agréation des médecins spécialistes et des médecins généralistes signé le 16 mars 1999 et publié le 24 juin 1999 ainsi que de l’arrêté royal relatif à la planification de l’offre médicale daté du 30 mai 2002 et publié le 14 juin 2002. Il intègre le décret modifiant les dispositions relatives aux études du secteur des sciences de la santé dans le décret du 5 septembre 1994 relatif au régime des études universitaires et des grades académiques et de la loi du 21 juillet 1971 sur le financement et le contrôle des institutions universitaires adopté par le parlement de la Communauté française de Belgique le 19 février 2003 et sanctionné le 27 février 2003, ainsi que les arrêtés d’application parus au Moniteur belge en juillet 2004.
Chronologie
Il est constitué dans chacune des institutions une commission de sélection pour la médecine générale et pour chacune des 17 spécialités ou groupes de spécialités définis à l’article 2 de l’A.R du 30 mai 2002 publié le 14.06.2002. Pour le groupe des spécialités chirurgicales, il sera constitué, à l’UCL, 5 sous- commissions (chirurgie générale, orthopédie, urologie, chirurgie plastique et neurochirurgie) qui travailleront indépendamment mais remettront ensemble leur sélection à la commission communautaire pour les spécialités chirurgicales.
Par contre la psychiatrie et la pédopsychiatrie se fusionnent en une seule commission.
La médecine nucléaire et la radiothérapie intègrent la médecine interne.
Les étudiants doivent s’inscrire aux stages et aux cours spécifiques en fonction de leur projet.
Pour la médecine générale, il leur est recommandé de s’inscrire dès le début de leur année académique de façon à pouvoir demander la
e
valorisation de leur 7 année d’études comme première année de
formation spécifique en médecine générale. Une inscription précoce à ce programme est considérée comme « une motivation spécifique » au sens du décret du 27 février 2003.
20
Les inscriptions pour les stages préalables au concours sont déposées pendant le mois de novembre précédent la sélection. Les inscriptions au concours sont clôturées à la fin du mois de janvier pour la première épreuve qui est organisée en avril. La deuxième épreuve se tient en juin.
Admissibilité
La sélection concerne les étudiants qui effectuent leur dernière année du second cycle des études médicales à l’UCL.
Les médecins diplômés d’une université de la Communauté française de Belgique et de la Vlaamse gemeenschap avant 2004 ne peuvent être classés en première instance. A partir de 2004, les diplômés de la Vlaamse gemeenschap relèvent des quotas de la Communauté flamande et doivent donc obtenir leur attestation dans leur université d’origine.
Les diplômés des autres universités européennes font l’objet d’un classement séparé. Les diplômés européens ne sont jusqu’à présent pas concernés par les quotas.
Les étudiants diplômés antérieurement à 2004 (avant les quotas) ne peuvent être pris en compte que pour atteindre le chiffre minimum prévu à l’A.R. de 2002 s’il n’est pas obtenu avec les diplômés de l’année.
Les étudiants diplômés avant 2011 (ceux proclamés entre 2004 et 2010) et déjà inscrits à une spécialité avec numéro INAMI ne peuvent pas changer d’orientation, sauf circonstances exceptionnelles évaluées par la commission universitaire concernée et le Collège des Doyens de la Communauté française.
Fonctionnement des commissions institutionnelles
Ces «commissions institutionnelles» établissent un classement des candidats en fonction des critères prévus à l’arrêté d’application du décret du 19 février 2003 (par ailleurs aboli).
C’est-à-dire :
• les résultats académiques de toutes les années d’études du
second cycle sont pris en compte pour 50%
• les résultats particuliers des enseignements de second cycle
directement liés au grade académique de troisième cycle visé à
raison de 25%
• l’évaluation des capacités et motivations spécifiques de
l’étudiant à raison de 25%.
A l’UCL, le règlement particulier des concours est le suivant :
• 50 points : les résultats académiques sont transformés en points selon la grille annexée (annexe 1). Le résultat de MED 24 est le grade provisoire attribué par le jury d’année lors de sa réunion de janvier (en cas d’échec, l’autorisation de repasser un grand examen entre janvier et juin peut être accordée en 2010. Cela étant, c’est toujours le résultat de la prédélibération de janvier qui rentre en considération pour le concours). Le grade de fin d’études ne peut être pris en considération car il est, en effet, influencé par les résultats du premier cycle des études médicales (ce qui serait contraire au
décret).
Le statut officiel d’étudiant chercheur qui est valorisé traditionnellement dans le grade de fin d’études sera valorisé en tant que « résultat particulier ».
• 25 points : les « résultats particuliers ». S’il échet, 5 de ces 25 points sont attribués par la commission des étudiants chercheurs pour le concours de 2011.
20 points sont attribués sur base du stage pré concours et des enseignements spécifiques définis et annoncés par la commission, selon une pondération annoncée par la commission avant la fin du mois de janvier de l’année en cours.
• 25 points concernent l’évaluation des capacités et des motivations spécifiques de l’étudiant sur base d’une épreuve écrite qui compte pour 10 points et d’une épreuve orale qui compte pour 15 points (note : à la demande des commissions, le 10/15 peut être inversé en 15/10).
• Le présent règlement et ses annexes sont remis aux étudiants. 21
22
Les commissions interuniversitaires prévues par le décret sont constituées chacune de 6 membres soit le président et le secrétaire de chaque commission institutionnelle de spécialité.
Chaque commission :
• vérifie l’adéquation entre le nombre de candidats proposés par
chaque institution et les accords interuniversitaires
• négocie l’échange interuniversitaire de candidats au cas où il n’y aurait pas assez de candidats dans une institution pour une
spécialité donnée
• vérifie « in fine » le nombre de candidats proposés dans la
spécialité et la concordance avec les nombres définis par le
fédéral
• vérifie si les règles de sélection ont été respectées
• examine les recours éventuels des étudiants qui s’estimeraient
lésés au niveau institutionnel.
Les recours doivent être déposés auprès du doyen d’une des 3 facultés de médecine complètes de la Communauté française de
er
Belgique avant le 1 juillet de l’année en cours, de façon à ce que
le dossier puisse être instruit avant les réunions des commissions interuniversitaires.
Ces commissions interuniversitaires par spécialité se réunissent la première semaine de juillet et déposent leur rapport au collège des doyens cinq jours avant la réunion de la commission faîtière.
Dans le courant du mois de juillet, le collège des doyens des trois facultés complètes ainsi que les trois responsables de la formation post-graduée et les trois secrétaires académiques de faculté se réunissent pour le décompte final dont la vérification des quanta (AR du 30 mai 2002 publié le 14.6.2002) et l'établissement des attestations. Les postes qui pourraient être restés vacants seront alors répartis entre les candidats sur base du classement des commissions interuniversitaires.
23
Etudiants et médecins européens diplômés en dehors de la Communauté française de Belgique
Le mode de classement installé par le décret de la Communauté française ne permet pas d’intégrer les étudiants qui n’auraient pas effectué l’entièreté de leur second cycle d’études dans le cadre d’une université de la Communauté française de Belgique.
Par ailleurs, l’arrêté royal relatif à la planification de l’offre médicale (AR du 30 mai 2002) concerne les candidats possédant un diplôme de fin d’études délivré par une université relevant de la Communauté française d’une part, et les candidats possédant un diplôme de fin d’études délivré par une université relevant de la compétence de la Communauté flamande d’autre part. Ils ne sont donc pas pris en compte dans le cadre du « contingentement ».
Les candidats diplômés en dehors de ces communautés peuvent être évalués sur base des épreuves comptant pour 50 points :
• 25 points : les « résultats particuliers ». ». S’il échet, 5 de ces
25 points sont attribués par la commission des étudiants chercheurs (Professeur Ph. Gailly).
20 points sont attribués sur base du stage pré concours et des enseignements spécifiques, effectués, suivis ou validés à l’UCL. Des cours à options donnés antérieurement à la publication du présent règlement ne peuvent être pris en compte.
• 25 points concernent l’évaluation des capacités et des motivations spécifiques de l’étudiant sur base d’une épreuve écrite qui compte pour 10 points et d’une épreuve orale qui compte pour 15 points ou vice versa.
Ils font l’objet d’un classement séparé. Un plan de stage et une inscription au master complémentaire pourraient leur être accordés s’il y a des postes de formation inoccupés permettant de leur fournir un plan de stage complet. Ils n’entrent pas pour l’instant en compétition avec les étudiants de la cohorte concernée qui gardent la priorité pour l’obtention des postes de formation dans les limites imposées par l’AR du 30 mai 2002.
24
Les candidats à une formation spécialisée doivent être autorisés à pratiquer l’art de guérir sans restriction en Belgique au moment du début de leur formation, c’est-à-dire qu’ils doivent être porteurs d’un titre reconnu par la directive 93/16/CE et qu’ils doivent avoir fait reconnaître ce diplôme. Pour les candidats français, le titre permettant la libre circulation est le diplôme d’état de « docteur en médecine » (master en médecine).
Validation des sélections
Le candidat qui est sélectionné dans deux disciplines doit faire son choix entre elles, 15 jours maximum après la diffusion de l’information. Ce choix est irréversible.
Composition des commissions institutionnelles
La composition des commissions institutionnelles ci-après appelées «commissions de sélection» est définie par le bureau de faculté sur proposition du centre médical (commission du conseil d’administration de l’UCL). Chaque commission de sélection est composée de tous les membres titulaires des commissions d’enseignement, de deux membres invités et de deux membres cooptés.
Le Président et le Vice-président sont les mêmes que ceux de la commission d’enseignement. Une de ces deux personnes est le maître de stage coordinateur de la discipline nommé par le Ministre de la santé.
Pour les spécialités regroupées, il y aura deux situations :
- en médecine interne : la commission de sélection est composée de tous les chefs de service du département (Cliniques Saint- Luc et Mont-Godinne)
- en chirurgie : une commission de sélection est identifiée pour chacune des spécialités (chirurgie générale, orthopédie, urologie, chirurgie plastique et neurochirurgie) mais une « super commission » composée des Présidents et des secrétaires des sous-commissions établira le classement final de
25
façon à ce qu’une liste soit présentée à la commission interuniversitaire.
L ’ A.R. modifiant l’ A.R. du 30 mai 2002 relatif à la planification de l’ordre médical ouvre six places supplémentaires en Communauté française dans une quelconque discipline (cfr infra, p.5) pour les candidats qui bénéficient d’un mandat de chercheur.
Commission de sélection universitaire par spécialité
Le Président est « ex officio » le maître de stage coordinateur officiel nommé par le Ministre aux Cliniques Universitaires St Luc. Le Vice-président est « ex officio » le maître de stage nommé par le Ministre aux Cliniques Universitaires de Mont-Godinne. S’il n’y a pas de maître de stage à Mont-Godinne, la commission doit proposer un vice-président au centre médical et au bureau de faculté.
Le Président et le Vice-président siègeront au niveau de la commission interuniversitaire instaurée par le décret du 27.2.03 (18 selon l’AR de mars 2002 soit la MG et 17 spécialités).
Voici la liste des Présidents et Vice-présidents institutionnelles
des commissions Vice-président du MC
Maître de stage coordinateur Président du MC M. De Kock J. Rahier J.M.Scheiff J.F. Gigot J.F. Gigot Chr. Delloye Urologie B.Tombal
E.Collart M. Delos G.Glupzynski Y. Louagie Y. Louagie J.Legaye Fr. Lorge B. Bayet C. Gilliard D.Tennstedt P .Cornette P . Bernard Y .Boutsen Ph. Hanson P. Laloux M. Hoebeke B. Bertrand E.Bodart D.Charlier V .Dubois J.-P. Trigaux P. Mahy Th. Vander Borght D.V anpee
Anesthésie
Anatomie pathologique Biologie clinique Chirurgie
Chirurgie "générale" Orthopédie
R. V anwijck Chr. Raftopoulos L. Marot Gériatrie Ch.Swine
Chirurgie plastique Neurochirurgie Dermatologie
Gynécologie-obstétrique Médecine interne Médecine physique Neurologie Ophtalmologie
J. Squifflet M. Buysschaert A.Berquin Chr. Sindic P . De Potter M. Gersdorff G. Verellen V .Dubois Pédopsychiatrie D.Charlier
ORL Pédiatrie Psychiatrie
Radiologie Stomatologie Médecine nucléaire Urgences et médecine aiguë Radiothérapie Médecine générale Médecine légale Gestion des données Médecine du Travail
B.Vande Berg H. Reychler S. Pauwels F.Thys
26
P . Scaillet D.du Boullay F. Bonbled B.Debande D. Lison
V .Grégoire C. Minguet J.Rahier C.Beguin P. Hoet

Les médecins chercheurs FNRS ou autres structures officielles (FRIA), dans le cadre des spécialités médicales, sont a priori « immunisés », à condition d’introduire un plan de stage conforme (demande d’admission à l’Ecole doctorale en médecine clinique).
La Médecine légale, la Gestion des données de santé et la Médecine du travail ne sont pas « contingentées ».
GRILLE de PONDERATION utilisée pour établir les 50 points du CV
MASTER S
D GD PGD
(Négatif)
MED 21 6 MED 22 6 MED23 4 MED24 9
8 10 12 -3 8 10 12 -3 6 8 10 -2
11 13 16 33 41 50
-9
TOTAL 25
A chaque session supplémentaire, l’étudiant perd des points.
En master 3, présenter deux fois le même examen équivaut à une seconde session.
27

7. LE ST A TUT DES MEDECINS ASSIST ANTS CLINICIENS CANDIDATS SPECIALISTES
(voir également www.reseausantelouvain.be)
28
Le Médecin assistant candidat spécialiste est à la fois un étudiant de deuxième cycle complémentaire et un assistant, ce qui lui donne un statut proche du personnel scientifique temporaire de l’Université.
L’évolution de la législation et en particulier l’Arrêté Ministériel fixant les critères généraux d’agréation des médecins spécialistes, des maîtres de stage et des services de stage sanctionné le 30 avril 1999 et publié au Moniteur belge le 29.05.1999 ainsi que l’Arrêté Royal modifiant l’arrêté royal du 21 avril 1983 fixant les modalités de l’agréation des médecins spécialistes et des médecins généralistes sanctionné le 16 mars 1999 et publié au Moniteur belge le 24.06.1999 et le Décret communautaire du 31 mars 2004 dit « Bologne », Décret définissant l’enseignement supérieur, favorisant l’intégration à l’espace européen de l’enseignement supérieur et refinançant les universités, publié au Moniteur belge le 18.06.2004 et ses arrêtés subséquents en particulier l’Arrêté du gouvernement de la Communauté française fixant la liste des masters complémentaires du secteur de la santé signé le 19 mai 2004 ont accentué la fonction de « formation » par l’instauration d’un enseignement structuré et d’une évaluation certification.
Parallèlement, la jurisprudence a confirmé que le contrat liant le Médecin candidat spécialiste et l’institution qui l’emploie était un contrat d’apprentissage, en particulier l’arrêt du Tribunal du Travail de Bruxelles du 23 mai 2005 dit « arrêt Tueche ». Ce qui caractérise une convention de formation (ou de stage) et qui permet de la distinguer d’un contrat de travail, est le fait que, même si elle implique des prestations de travail sous l’autorité du «formateur», son objectif principal est l’acquisition de compétences déterminées en vue de l’obtention d’une qualification déterminée, et non pas principalement la réalisation de prestations utiles à l’employeur.
29
Ainsi, ce n’est pas l’existence d’un lien d’autorité qui permet de la distinguer du contrat de travail mais bien la finalité poursuivie. (M. Jamoulle, Le contrat de travail, T. I, p. 217).
Les MACCS sont soumis au règlement administratif et pécuniaire des Cliniques Universitaires de l'U.C.L. (certains postes directement financés par des cliniques extérieures ne relèvent pas de ce règlement).
Le règlement administratif définit les dispositions générales concernant le recrutement, le renouvellement et la cessation des mandats, les modalités des prestations, de la révocation, du contrôle médical et des litiges concernant l'application dudit règlement.
Le règlement pécuniaire concerne le traitement, l'indemnité en cas d'incapacité de travail, les allocations familiales, l'assurance- groupe-décès, l'assurance responsabilité civile médicale, l'inscription au rôle de l'Université.
En résumé, le MACCS est sous convention de stage. Il a un statut proche de celui du salarié. Son statut est particulier ("statut sui generis") car il ne cotise pas pour sa pension et il ne bénéficie ni des indemnités de chômage, ni du double pécule de vacances. Par contre, il est soumis aux autres secteurs de la sécurité sociale à savoir les soins de santé, les indemnités de maladie et les allocations familiales.
Conditions de travail :
L'arrêté ministériel du 30 avril 1999 fixant les critères généraux d'agréation des médecins spécialistes, des maîtres de stage et des services de stage dit "arrêté Colla" actualise les procédures d'agrément et précise les devoirs et les droits des maîtres de stage et des candidats spécialistes.
30
En particulier :
Art 17 : Le maître de stage échelonne les activités imposées d’une manière équilibrée sur la semaine de travail de sorte que la durée du travail à l’exclusion des gardes s’élève au maximum à 9h par jour et à 48h par semaine de travail. Ces maxima peuvent être dépassés pour autant que la moyenne calculée sur 8 semaines ne les dépasse pas.
Un candidat spécialiste peut être affecté à 5 gardes consécutives de chacune 12h pour autant qu’il ne preste pas pendant le jour durant la même période (...).
Un candidat spécialiste ne peut être affecté à plus d’une garde sur 3 WE, laquelle garde se déroule entre le samedi midi et le lundi matin (...).
Art 19 :...La fréquence des gardes « ne peut pas dépasser une garde par cinq jours (...) ».
Art 21 : Après une garde sur place, le candidat spécialiste a toujours droit à 12 h de repos (...).
Les cliniques du réseau universitaire (RSL) ont pris les dispositions nécessaires pour appliquer ces directives (note des Profs. J-J.Rombouts et P.De Coster du 27 janvier 2006). Ces notes rappellent que la loi impose un maximum d’une garde sur cinq pour les gardes sur place (Art.5.19) ainsi qu’un maximum d’une garde sur quatre pour des gardes d’appel (Art.5.20). Toute garde doit être rémunérée selon les barèmes fixés. La période de disponibilité ininterrompue ne peut excéder 24h (Art.5.21 et 5.23).
Rémunération :
Les MACCS sont rémunérés suivant un barème établi en concordance avec les recommandations du Ministère de la Santé Publique. Ils reçoivent chaque année une convention salariale. Aux Cliniques Universitaires, les gardes "sur place" sont rémunérées suivant un barème contractuel indexé. La rémunération pour garde est ajoutée au salaire mensuel et soumise à l’ONSS et au précompte professionnel.
31
INDEMNITES DES MEDECINS CANDIDATS SPECIALISTES A 100% ET A l’INDEX 154,60 au 01.05.2011
Congés :
ère
1 année
1 708,36
2 641,12
2e année
1 759,87
2 720,76
3e année
1 811,37
2 800,38
e
4 année
1 862,88
2 880,01
5e année 6e année
2 010,78
3 108,67
Mensuelle
Mensuelle indexée
2 089,88
3 230,95
Le nombre de jours de congés est établi
savoir 20 jours de congés légaux, 10 jours fériés congés légaux et 4 jours de congés conventionnels. Les jours fériés congés légaux qui tombent un dimanche sont récupérables. Les jours fériés congés légaux qui tombent un samedi peuvent être récupérés à raison d'une demi-journée.
Le MACCS a également droit à 5 jours de congés scientifiques pour lesquels une preuve d’assistance à un congrès (ou équivalent) peut lui être demandée.
à minimum 34 jours, à
32
Assurances :
Les médecins assistants cliniciens candidats spécialistes sont couverts par la police d’assurance responsabilité civile professionnelle souscrite par les Cliniques Universitaires à l’égard du personnel médical et paramédical de l’Université ou autorisé par celle-ci qui exerce son activité dans les instituts, hôpitaux, cliniques, centres médicaux et/ou dentaires, dispensaires et laboratoires gérés par ou en collaboration avec l’U.C.L. et/ou ses organismes annexes, ainsi que lors d’un appel, soit sur les lieux de la prise en charge soit lors du transport des patients ou des blessés. Police MARSH n° 1999/068.390.
8. LES STAGES A L'ETRANGER
La plupart des commissions de spécialisation (SPF/SP et université) autorisent ou même conseillent de passer une année de la formation dans un service étranger. Le service de stage doit être agréé par la commission du Ministère de la Santé Publique en même temps que le plan de stage. Le candidat doit, en principe, bénéficier d'un poste rémunéré.
Certaines commissions organisent un programme d'échanges entre des MACCS belges et des médecins européens se spécialisant dans leur pays.
La restriction du nombre de candidats spécialistes consécutive au « contingentement » fait évidemment préférer les « échanges » aux simples départs qui risquent de déséquilibrer l’organisation de certains services de stage.
9. LA FORMATION DE MEDECINS DIPLOMES DANS UN AUTRE PAYS D’EUROPE
33
Dans le contexte actuel, des postes de MACCS peuvent rester vacants. L’attribution de ces postes vacants à des médecins européens peut être envisagée. Les médecins étrangers candidats à un stage en Belgique peuvent s'informer de ces éventuelles vacances auprès des chefs de département ou de service.
Les candidats spécialistes européens titulaires d’un diplôme européen peuvent solliciter un poste de formation dans les Cliniques du réseau Santé Louvain à différents stades de leur formation :
- avant leur formation spécialisée, ils sont alors candidats à une formation complète : dans ce cas, ils sont soumis à la sélection décrite ci-dessus au prorata des postes restés inoccupés au terme de la procédure de sélection des étudiants de dernière année
- en cours de formation spécialisée
- en recherche d’un perfectionnement ou de l’apprentissage de
techniques particulières.
Pour des périodes courtes, ils peuvent bénéficier du statut de «médecin invité » ou de «médecin visiteur », ce qui assure leur couverture en RCProf par le contrat souscrit par l’Université et ses cliniques pour son corps médical. Ces deux « fonctions » sont définies dans les articles 31 et 32 du statut des Docteurs en Médecine :
-Art. 31 : médecin spécialiste invité : ce médecin est invité aux Cliniques Universitaires par un médecin du cadre permanent en accord avec le chef de service qui en aura informé le chef de département et le directeur médical. Celui-ci informera le Conseil Médical, la DRH et le Service des Assurances.
La durée maximale du séjour sera dorénavant de six mois maximum pour les médecins d'une nationalité européenne et de trois mois pour les non-européens. Le médecin spécialiste invité ne peut exercer d’activité clinique en dehors de la supervision directe
34
d’un membre du cadre permanent. Il ne promérite pas d’honoraires et n’est pas répertorié dans l’organigramme.
-Art. 32 : médecin visiteur : ce médecin est un médecin non spécialiste invité aux Cliniques Universitaires par un médecin du cadre permanent en accord avec le chef de service qui en aura informé le chef de département et le directeur médical. Celui-ci informera le Conseil Médical, la DRH et le Service des Assurances. La durée maximale du séjour sera dorénavant de six mois maximum pour les médecins d'une nationalité européenne et de trois mois pour les non-européens. Le médecin visiteur ne peut exercer d’activité clinique en dehors de la supervision directe d’un membre du cadre permanent. Il ne promérite pas d’honoraires et n’est pas répertorié dans l’organigramme.
Pour les stages de formation de six mois ou plus, les médecins qui effectuent une partie de leur formation, certifiée par ailleurs, dans le programme de l’UCL s’appellent MAC (Médecin assistant clinicien) s’ils n’ont pas de bourse et MACB s’ils bénéficient d’une bourse (que ce soit une bourse de l’UCL ou une autre bourse).
Formation académique
Le master complémentaire est réservé aux MACCS.
Les MAC et MACB sont inscrits au MSP 9 CE, s’ils ne sont pas encore spécialistes ou au MSC 9 CE s’ils sont déjà spécialistes et viennent acquérir une expertise complémentaire.
Ces certificats permettent une inscription à l’université avec les avantages y afférant en matière de certification, de permis de séjour et d’assurance individuelle et RC générale (hors RC professionnelle qui est acquise du simple fait de leur nomination aux cliniques).
La durée maximale de formation dans notre réseau est de deux ans.
10.
SPECIALISATION ET RECHERCHE
35
Le minerval serait dû lorsque le boursier est titulaire d’une bourse officielle qui prévoit ce minerval et lorsque le boursier est « géré » pour le compte d’une autre institution (il sera généralement facturé à l’institution).
Pour les MAC et les MACB qui sont aux cliniques de l’UCL, la simple inscription au rôle suffit.
En conclusion :
Le titre de médecin spécialiste invité (Art. 31) est réservé à un médecin titulaire de sa certification de spécialiste qui séjourne dans l’institution moins de 6 mois s’il est citoyen européen et moins de 3 mois s’il n’est pas citoyen européen.
Le titre de médecin visiteur (Art.32) est réservé à des séjours de moins de 6 mois pour les Européens et de moins de 3 mois s’il n’est pas citoyen européen.
Tout séjour plus long nécessite la nomination comme MAC ou MACB (suivant le statut pécuniaire) et l’inscription à l’université au MSP 9 CE (sans titre de spécialiste) ou au MSC 9 CE (avec titre de spécialiste).
Le principe général acquis est que tout candidat spécialiste peut effectuer une partie de sa formation en recherche. Dans ce cas, une année de recherche est comptabilisée pour six mois de formation.
La sélection des étudiants en médecine (AR du 30 mai 2002 relatif à la planification de l’offre médicale) crée une course au n° INAMI et entraîne une situation d’insécurité pour les étudiants qui envisageraient de se diriger définitivement ou temporairement vers la recherche.
36
Le principe de l’immunisation des chercheurs par rapport au numerus clausus a été accepté par la Commission de planification en date du 15 décembre 2005. Celle-ci a approuvé le projet « MD/PhD ».
C’est-à-dire que l’étudiant qui est accepté par l’Ecole doctorale en
médecine clinique et bénéficiera pendant sa formation spécialisée
d’une bourse de recherche peut obtenir au terme de son programme
à la fois sa spécialisation médicale et son numéro INAMI et un
e
doctorat de 3 cycle. Ce candidat n’est pas pris en compte dans le
« contingentement ».
La durée de la formation doctorale est aménagée de façon à
permettre au diplômé «Médecin» d’obtenir son agrément de
spécialiste (et son master complémentaire) et à terminer son
e
doctorat de 3 cycle (PhD) en une durée raisonnable (7 à 8 ans
maximum).
Le programme MD/PhD propose un programme de 7 à 8 ans aux
candidats qui souhaitent une spécialité médicale et une expérience
ème
de la recherche menant à un doctorat de 3 cycle. Ce programme
de 7 à 8 ans est rémunéré pendant 4 ans par le FNRS et par l'institution hospitalière pendant 3 à 4 ans.
L'avantage de ce programme de formation est qu'il permet de
ème combiner une spécialisation médicale avec un doctorat de 3
cycle en un temps raisonnable. Il évite la création d’un hiatus entre la formation clinique et l’entrée en pratique. Il permet d'identifier précocement les chercheurs en leur donnant une garantie de formation spécialisée. Il a permis de revendiquer et d'obtenir de la Commission de planification la mise hors quota des candidats à la recherche.

Source: https://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/med/documents/VADEMECUM08.06...
_____
Ancienne SF
3éme année sans passerelle, PACES réussie
"Il faut toute une vie pour apprendre à vivre" Sénèque
Where's a Will, there's a way
Top
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
livreslivrescontactspublicationstwitter