logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Y a-t-il des étudiants de dentaire en Espagne sur ce forum?

Aller en bas • 32 réponses • 2 pages • 1 2
Beecham
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 30/01/2016
Posté le 02/02/2016 à 20:10 notnew
Soit, je vais tenter d'être plus aimable.

Dans un premier temps, poster un message sur un Forum constitué pour l'immense majorité d'étudiants français sur le moyen de contourner le système de sélection qu'est le numérus clausus et auquel ils se sont conformés et quelque peu cocasse. Un peu comme si un chauffeur d'Uber postait sur un forum de chauffeur de taxis.

Dans un second temps, je vous encourage à faire usage des passerelles qui s'offrent à vous. Dans ma faculté, de nombreux étudiants ont déjà été diplômés d'écoles d'ingénieur post-prépa ou sont médecins ou pharmaciens. Et aucun n'a fait part de la difficulté d'accéder à la Chirurgie-Dentaire via les passerelles, lorsqu'on est un tant soit peu motivé. Ils bénéficient désormais d'une formation d'excellence dans une faculté publique sans avoir eu à souffrir de la PACES (comme vous le souhaiteriez).

Pour terminer, vous semblez de pas du tout connaitre la situation espagnole gravissime. Pour faire court, l'Espagne a décidé d’autoriser des facultés privées, comme celles que vous convoitez, à former des dentistes. Compte tenu de la demande croissante pour ce type d'établissement, pour lesquels la seule sélection se base sur le compte en banque des parents, ceux-ci se sont démultipliés. Et, en l'absence de numérus clausus, le nombre de dentistes a explosé et est trop important. En ajoutant à cela le développement incontrôlé des centres dentaires et de leur marketing agressif (pour un repas au McDo, une consult gratuite dans un centre partenaire, et autres publicités sur les paquets de sucre et dans les villes), les dentistes se retrouvent soit au SMI dans ces centres au chiffre d'affaire hallucinant, soit au chômage. Et ce, INDÉPENDAMMENT de toute crise économique.

Je vous encourage vivement à vous intéresser de près à cette situation. Pour quelle raison ? Imaginez vous un instant que les accords de Bologne ne s'appliquent plus aux diplômes médicaux ? Êtes vous prêt à exercer dans ces conditions en Espagne ? Si vous ne comprenez pas pourquoi ces accords seraient remis en cause, je vous conseille cet article :
http://www.huffingtonpost.fr/guy-vallancien/alerte-aux-internes-e...

Dans les journaux professionnels, ce type d'article pullule. Et, quand les scandales sanitaires liés à des formations insuffisantes exploseront, les professionnels de santé, médecins ou dentistes, formés dans les facultés privées devront rendre des comptes.
A bon entendeur.
Top
achille92
Jeune Carabin

Messages : 11
Enregistré : 18/05/2016
Posté le 21/05/2016 à 11:42 puis édité 2 fois notnew
Autre chose. L'exercice de cette profession est bien plus stressante que de passer le concours de première année. Diplome en poche c'est là que les ennuis commencent :

https://equipestressee.wordpress.com/2013/02/26/le-stress-chez-le...

Et particulièrement en France ou l'état s'implique fortement en établissant des honoraires indignes pour la plupart des actes.
Alors à moins que papa puisse renflouer le cabinet ( le banquier n'est pas aussi compréhensif) en cas de problèmes passez votre chemin. smiliessmiliessmilies
On a peur de passer le concours de première année ? Mes pauvres choux vous n'avez aucune idée de la réalité de la profession ou vous allez mettre les pieds. smiliessmiliessmilies
Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 14:03 notnew
Autre chose. L'exercice de cette profession est bien plus stressante que de passer le concours de première année. Diplome en poche c'est là que les ennuis commencent :

https://equipestressee.wordpress.com/2013/02/26/le-stress-chez-le...

Et particulièrement en France ou l'état s'implique fortement en établissant des honoraires indignes pour la plupart des actes.
Alors à moins que papa puisse renflouer le cabinet ( le banquier n'est pas aussi compréhensif) en cas de problèmes passez votre chemin. smiliessmiliessmilies
On a peur de passer le concours de première année ? Mes pauvres choux vous n'avez aucune idée de la réalité de la profession ou vous allez mettre les pieds. smiliessmiliessmilies
_____
Purdey


Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 14:04 notnew
Autre chose. L'exercice de cette profession est bien plus stressante que de passer le concours de première année. Diplome en poche c'est là que les ennuis commencent :

https://equipestressee.wordpress.com/2013/02/26/le-stress-chez-le...

Et particulièrement en France ou l'état s'implique fortement en établissant des honoraires indignes pour la plupart des actes.
Alors à moins que papa puisse renflouer le cabinet ( le banquier n'est pas aussi compréhensif) en cas de problèmes passez votre chemin. smiliessmiliessmilies
On a peur de passer le concours de première année ? Mes pauvres choux vous n'avez aucune idée de la réalité de la profession ou vous allez mettre les pieds. smiliessmiliessmilies
_____
Purdey


Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 16:04 notnew
Soit, je vais tenter d'être plus aimable.

Dans un premier temps, poster un message sur un Forum constitué pour l'immense majorité d'étudiants français sur le moyen de contourner le système de sélection qu'est le numérus clausus et auquel ils se sont conformés et quelque peu cocasse. Un peu comme si un chauffeur d'Uber postait sur un forum de chauffeur de taxis.

Dans un second temps, je vous encourage à faire usage des passerelles qui s'offrent à vous. Dans ma faculté, de nombreux étudiants ont déjà été diplômés d'écoles d'ingénieur post-prépa ou sont médecins ou pharmaciens. Et aucun n'a fait part de la difficulté d'accéder à la Chirurgie-Dentaire via les passerelles, lorsqu'on est un tant soit peu motivé. Ils bénéficient désormais d'une formation d'excellence dans une faculté publique sans avoir eu à souffrir de la PACES (comme vous le souhaiteriez).

Pour terminer, vous semblez de pas du tout connaitre la situation espagnole gravissime. Pour faire court, l'Espagne a décidé d’autoriser des facultés privées, comme celles que vous convoitez, à former des dentistes. Compte tenu de la demande croissante pour ce type d'établissement, pour lesquels la seule sélection se base sur le compte en banque des parents, ceux-ci se sont démultipliés. Et, en l'absence de numérus clausus, le nombre de dentistes a explosé et est trop important. En ajoutant à cela le développement incontrôlé des centres dentaires et de leur marketing agressif (pour un repas au McDo, une consult gratuite dans un centre partenaire, et autres publicités sur les paquets de sucre et dans les villes), les dentistes se retrouvent soit au SMI dans ces centres au chiffre d'affaire hallucinant, soit au chômage. Et ce, INDÉPENDAMMENT de toute crise économique.

Je vous encourage vivement à vous intéresser de près à cette situation. Pour quelle raison ? Imaginez vous un instant que les accords de Bologne ne s'appliquent plus aux diplômes médicaux ? Êtes vous prêt à exercer dans ces conditions en Espagne ? Si vous ne comprenez pas pourquoi ces accords seraient remis en cause, je vous conseille cet article :
http://www.huffingtonpost.fr/guy-vallancien/alerte-aux-internes-e...

Dans les journaux professionnels, ce type d'article pullule. Et, quand les scandales sanitaires liés à des formations insuffisantes exploseront, les professionnels de santé, médecins ou dentistes, formés dans les facultés privées devront rendre des comptes.
A bon entendeur.
_____
Purdey


Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 16:05 notnew
Soit, je vais tenter d'être plus aimable.

Dans un premier temps, poster un message sur un Forum constitué pour l'immense majorité d'étudiants français sur le moyen de contourner le système de sélection qu'est le numérus clausus et auquel ils se sont conformés et quelque peu cocasse. Un peu comme si un chauffeur d'Uber postait sur un forum de chauffeur de taxis.

Dans un second temps, je vous encourage à faire usage des passerelles qui s'offrent à vous. Dans ma faculté, de nombreux étudiants ont déjà été diplômés d'écoles d'ingénieur post-prépa ou sont médecins ou pharmaciens. Et aucun n'a fait part de la difficulté d'accéder à la Chirurgie-Dentaire via les passerelles, lorsqu'on est un tant soit peu motivé. Ils bénéficient désormais d'une formation d'excellence dans une faculté publique sans avoir eu à souffrir de la PACES (comme vous le souhaiteriez).

Pour terminer, vous semblez de pas du tout connaitre la situation espagnole gravissime. Pour faire court, l'Espagne a décidé d’autoriser des facultés privées, comme celles que vous convoitez, à former des dentistes. Compte tenu de la demande croissante pour ce type d'établissement, pour lesquels la seule sélection se base sur le compte en banque des parents, ceux-ci se sont démultipliés. Et, en l'absence de numérus clausus, le nombre de dentistes a explosé et est trop important. En ajoutant à cela le développement incontrôlé des centres dentaires et de leur marketing agressif (pour un repas au McDo, une consult gratuite dans un centre partenaire, et autres publicités sur les paquets de sucre et dans les villes), les dentistes se retrouvent soit au SMI dans ces centres au chiffre d'affaire hallucinant, soit au chômage. Et ce, INDÉPENDAMMENT de toute crise économique.

Je vous encourage vivement à vous intéresser de près à cette situation. Pour quelle raison ? Imaginez vous un instant que les accords de Bologne ne s'appliquent plus aux diplômes médicaux ? Êtes vous prêt à exercer dans ces conditions en Espagne ? Si vous ne comprenez pas pourquoi ces accords seraient remis en cause, je vous conseille cet article :
http://www.huffingtonpost.fr/guy-vallancien/alerte-aux-internes-e...

Dans les journaux professionnels, ce type d'article pullule. Et, quand les scandales sanitaires liés à des formations insuffisantes exploseront, les professionnels de santé, médecins ou dentistes, formés dans les facultés privées devront rendre des comptes.
A bon entendeur.
_____
Purdey


Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 16:09 notnew
Soit, je vais tenter d'être plus aimable.

Dans un premier temps, poster un message sur un Forum constitué pour l'immense majorité d'étudiants français sur le moyen de contourner le système de sélection qu'est le numérus clausus et auquel ils se sont conformés et quelque peu cocasse. Un peu comme si un chauffeur d'Uber postait sur un forum de chauffeur de taxis.

Dans un second temps, je vous encourage à faire usage des passerelles qui s'offrent à vous. Dans ma faculté, de nombreux étudiants ont déjà été diplômés d'écoles d'ingénieur post-prépa ou sont médecins ou pharmaciens. Et aucun n'a fait part de la difficulté d'accéder à la Chirurgie-Dentaire via les passerelles, lorsqu'on est un tant soit peu motivé. Ils bénéficient désormais d'une formation d'excellence dans une faculté publique sans avoir eu à souffrir de la PACES (comme vous le souhaiteriez).

Pour terminer, vous semblez de pas du tout connaitre la situation espagnole gravissime. Pour faire court, l'Espagne a décidé d’autoriser des facultés privées, comme celles que vous convoitez, à former des dentistes. Compte tenu de la demande croissante pour ce type d'établissement, pour lesquels la seule sélection se base sur le compte en banque des parents, ceux-ci se sont démultipliés. Et, en l'absence de numérus clausus, le nombre de dentistes a explosé et est trop important. En ajoutant à cela le développement incontrôlé des centres dentaires et de leur marketing agressif (pour un repas au McDo, une consult gratuite dans un centre partenaire, et autres publicités sur les paquets de sucre et dans les villes), les dentistes se retrouvent soit au SMI dans ces centres au chiffre d'affaire hallucinant, soit au chômage. Et ce, INDÉPENDAMMENT de toute crise économique.

Je vous encourage vivement à vous intéresser de près à cette situation. Pour quelle raison ? Imaginez vous un instant que les accords de Bologne ne s'appliquent plus aux diplômes médicaux ? Êtes vous prêt à exercer dans ces conditions en Espagne ? Si vous ne comprenez pas pourquoi ces accords seraient remis en cause, je vous conseille cet article :
http://www.huffingtonpost.fr/guy-vallancien/alerte-aux-internes-e...

Dans les journaux professionnels, ce type d'article pullule. Et, quand les scandales sanitaires liés à des formations insuffisantes exploseront, les professionnels de santé, médecins ou dentistes, formés dans les facultés privées devront rendre des comptes.
A bon entendeur.
_____
Purdey


Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 16:10 notnew
Soit, je vais tenter d'être plus aimable.

Dans un premier temps, poster un message sur un Forum constitué pour l'immense majorité d'étudiants français sur le moyen de contourner le système de sélection qu'est le numérus clausus et auquel ils se sont conformés et quelque peu cocasse. Un peu comme si un chauffeur d'Uber postait sur un forum de chauffeur de taxis.

Dans un second temps, je vous encourage à faire usage des passerelles qui s'offrent à vous. Dans ma faculté, de nombreux étudiants ont déjà été diplômés d'écoles d'ingénieur post-prépa ou sont médecins ou pharmaciens. Et aucun n'a fait part de la difficulté d'accéder à la Chirurgie-Dentaire via les passerelles, lorsqu'on est un tant soit peu motivé. Ils bénéficient désormais d'une formation d'excellence dans une faculté publique sans avoir eu à souffrir de la PACES (comme vous le souhaiteriez).

Pour terminer, vous semblez de pas du tout connaitre la situation espagnole gravissime. Pour faire court, l'Espagne a décidé d’autoriser des facultés privées, comme celles que vous convoitez, à former des dentistes. Compte tenu de la demande croissante pour ce type d'établissement, pour lesquels la seule sélection se base sur le compte en banque des parents, ceux-ci se sont démultipliés. Et, en l'absence de numérus clausus, le nombre de dentistes a explosé et est trop important. En ajoutant à cela le développement incontrôlé des centres dentaires et de leur marketing agressif (pour un repas au McDo, une consult gratuite dans un centre partenaire, et autres publicités sur les paquets de sucre et dans les villes), les dentistes se retrouvent soit au SMI dans ces centres au chiffre d'affaire hallucinant, soit au chômage. Et ce, INDÉPENDAMMENT de toute crise économique.

Je vous encourage vivement à vous intéresser de près à cette situation. Pour quelle raison ? Imaginez vous un instant que les accords de Bologne ne s'appliquent plus aux diplômes médicaux ? Êtes vous prêt à exercer dans ces conditions en Espagne ? Si vous ne comprenez pas pourquoi ces accords seraient remis en cause, je vous conseille cet article :
http://www.huffingtonpost.fr/guy-vallancien/alerte-aux-internes-e...

Dans les journaux professionnels, ce type d'article pullule. Et, quand les scandales sanitaires liés à des formations insuffisantes exploseront, les professionnels de santé, médecins ou dentistes, formés dans les facultés privées devront rendre des comptes.
A bon entendeur.
_____
Purdey


Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 16:13 notnew
Soit, je vais tenter d'être plus aimable.

Dans un premier temps, poster un message sur un Forum constitué pour l'immense majorité d'étudiants français sur le moyen de contourner le système de sélection qu'est le numérus clausus et auquel ils se sont conformés et quelque peu cocasse. Un peu comme si un chauffeur d'Uber postait sur un forum de chauffeur de taxis.

Dans un second temps, je vous encourage à faire usage des passerelles qui s'offrent à vous. Dans ma faculté, de nombreux étudiants ont déjà été diplômés d'écoles d'ingénieur post-prépa ou sont médecins ou pharmaciens. Et aucun n'a fait part de la difficulté d'accéder à la Chirurgie-Dentaire via les passerelles, lorsqu'on est un tant soit peu motivé. Ils bénéficient désormais d'une formation d'excellence dans une faculté publique sans avoir eu à souffrir de la PACES (comme vous le souhaiteriez).

Pour terminer, vous semblez de pas du tout connaitre la situation espagnole gravissime. Pour faire court, l'Espagne a décidé d’autoriser des facultés privées, comme celles que vous convoitez, à former des dentistes. Compte tenu de la demande croissante pour ce type d'établissement, pour lesquels la seule sélection se base sur le compte en banque des parents, ceux-ci se sont démultipliés. Et, en l'absence de numérus clausus, le nombre de dentistes a explosé et est trop important. En ajoutant à cela le développement incontrôlé des centres dentaires et de leur marketing agressif (pour un repas au McDo, une consult gratuite dans un centre partenaire, et autres publicités sur les paquets de sucre et dans les villes), les dentistes se retrouvent soit au SMI dans ces centres au chiffre d'affaire hallucinant, soit au chômage. Et ce, INDÉPENDAMMENT de toute crise économique.

Je vous encourage vivement à vous intéresser de près à cette situation. Pour quelle raison ? Imaginez vous un instant que les accords de Bologne ne s'appliquent plus aux diplômes médicaux ? Êtes vous prêt à exercer dans ces conditions en Espagne ? Si vous ne comprenez pas pourquoi ces accords seraient remis en cause, je vous conseille cet article :
http://www.huffingtonpost.fr/guy-vallancien/alerte-aux-internes-e...

Dans les journaux professionnels, ce type d'article pullule. Et, quand les scandales sanitaires liés à des formations insuffisantes exploseront, les professionnels de santé, médecins ou dentistes, formés dans les facultés privées devront rendre des comptes.
A bon entendeur.
_____
Purdey


Top
Purdey
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 11/07/2016
Posté le 11/07/2016 à 16:53 notnew
Jeune carabin ,j'espėre pour toi que tu arriveras ã tenir dans le monde mėdical ....impitoyable et orgueilleux Courage à toi quand un ou plusieurs de tes patients te colleront un procés pendant des annėes pour une micro faute...laisse la liberté aux autres de suivre leur chemin ou un chemin qui leur convient ,ce n'est pas parce qu'on a rėussi la premiėre année de medecine en France qu'on sera un excellent medecin ...Tu as peur que l'on prenne ta place ? Tu as peur de ne pas gagner assez d'argent ? Alors c' est sûr tu n'es pas un soignant mais un commerçant ..... Tu ne tiendras pas longtemps avec de telles motivations !
n'oublie pas : medecin chirdent sagefemme infirmiere aide soignante : notre profession c' est prendre soin alors commence par toi même parce qu'il faut être particuliėrement equilibré et solide et interresse toi ã ce sujet tabou qui est l'alcoolisme ( +++ chez les ėtudiants) , les anxiolytiques , anti depresseurs pris au cours des etudes de medecine ,
Et je n'ose pas te dire tout le reste...mais decouvre par toi même la rėalité et laisse tranquille ceux qui prendront le relais de ceux qui n'en peuvent plus
_____
Purdey


Top
Beecham
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 30/01/2016
Posté le 13/07/2016 à 00:54 notnew
Je cite "Alors c' est sûr tu n'es pas un soignant mais un commerçant".

Qui est le mieux placé pour qualifier l'autre de "commerçant" de la médecine ? Celui qui a passé et réussi un concours et qui a poursuivi son cursus dans une faculté publique en respectant le numérus clausus de son pays, ce qui est permis à tous tant que l'on s'en donne les moyens, ou celui qui a profité du développement du business que sont les facultés privées étrangères, en achetant un diplôme qui permet, par les accords de Bologne et l'absence de législation pour les professions médicales, de passer outre le numérus clausus ?

Osez me dire que ces facultés ne sont pas qu'un simple business ! Dans quel autre domaine est il possible de suivre un enseignement (2e année voire plus longtemps dans certains pays) dans une langue qui n'est parlé que par moins de 5% des habitants du pays.

Mais ne soyez pas dupes ! J'ai eu l'occasion de rencontrer bon nombre de praticiens et tous savent ce que valent ces "Chèques-diplômes". Certains préfèrent même repousser leur départ en retraite que de confier leur cabinet et leur patientèle à un praticien formé dans une faculté privée. Quant aux relations qu'il existera entre confrères diplômés en France et à l'étranger, et au vu de la mobilisation contre l'arnaque Clesi/Pessoa des étudiants, je vous laisse imaginer leur nature (et je suis très loin d'être le plus véhément à votre égard).

Au fait, dans le magazine de l'Ordre de ce mois, il est révélé que 1 étudiants sur 10 formé dans ces facs n'a pas été contact d'un seul patient pendant toute ses études. Et un consensus européen entre les Ordres a été trouvé et pourrait aboutir dans des délais brefs à une proposition de législation auprès de la commission européenne.

Poursuivez votre route mais ne nous demandez pas de vous comprendre ou d'accepter cette situation ubuesque que nous ne cautionnerons jamais.

A bon entendeur.
Top
amefra
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 04/08/2016
Posté le 04/08/2016 à 23:46 notnew
bonjour,
je pars sans doute faire mes études en espagne, à Madrid, à l'UAX, pour faire odontologie, ayant échoué deux fois à la PACES de peu..
le problème, c'est que ce sont des études qui coutent cher, et en tant que Français, je n'ai pas beaucoup de retour d'étudiants partis la bas et qui sont revenus en France par la suite..
Si quelqu'un pouvait me donner des informations complémentaires sur son ressenti dans ses études la bas, le travail à fournir...
Merci
Top
Aller en haut • 32 réponses • 2 pages • 1 2
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Offres d'emploi avec emploimedecin.comEmploi Soignant
Toutes les offres d'emploi
Publicité
L’interview du mois Jérémy Do Cao, président de l’Association des juniors en pédiatrie Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter