logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Avenir de la chirurgie dentaire ? Futur candidat passerelle M2/P2

Aller en bas • 35 réponses • 2 pages • 1 2
Végétal
Externus-minus

Messages : 31
Enregistré : 18/09/2014
Posté le 29/01/2016 à 12:45 notnew
Par contre, après m'être renseigné sur internet il me semble que seul les dentistes diplômés de Roumanie et de Belgique peuvent revenir exercer en France sans condition. Je lis partout que les écoles privés ne permettent pas aux praticiens de s'installer en France, c'est donc faux ?
Top
turbineur
Doyen

Messages : 569
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 30/01/2016 à 17:11 notnew
Par contre, après m'être renseigné sur internet il me semble que seul les dentistes diplômés de Roumanie et de Belgique peuvent revenir exercer en France sans condition. Je lis partout que les écoles privés ne permettent pas aux praticiens de s'installer en France, c'est donc faux ?

Si c'est vrai, les écoles privées agrées par un pays de L'Union Européenne permettent aux dentistes de s'installer en France smilies

Par contre ne pas oublier que c'est un métier vraiment passionnant. Même si Pharmaceutic a surement raison sur le plan financier...
Top
Beecham
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 30/01/2016
Posté le 30/01/2016 à 17:13 notnew
Bonjour ! Je suis moi-même étudiant en Chirurgie Dentaire et je vais apporter quelques éléments de réponse pour compléter tous cela. Je me tiens (très) régulièrement informé de la situation de la profession et je vais tenter de résumer tout ça :

- La sécu se désengage totalement des soins dentaires. Les soins conservateurs, réalisés à perte, n'ont pas été revalorisés depuis près de 30 ans, en négligeant le fait que le coût du plateau technique a explosé ces dernières années (un cabinet coûte entre 150 et 200€ de l'heure). Ainsi, la prothèse, qui entre dans la catégorie des soins non opposables (autour de 25% de l'activité des cabinets libéraux), participe à hauteur de 75% du CA. C'est la prothèse qui fait tourner les cabinets. Le problème est que les mutuelles, dans l'objectif d'accroitre leur rentabilité, ont créé des réseaux de soins auxquels souscrive des praticiens en manque de patients (souvent, des praticiens (très) mal réputés) et qui permettent le détournement de patient en faisant bénéficier de remboursements avantageux chez les membres du réseaux. Chez certaines mutuelles, c'est "Vous allez vous faire soignez chez Dr. Machin ou vous n'êtes pas remboursés". Cette pratique est théoriquement illégale mais est très régulièrement observée. Autrement dit, la prothèse risque de profiter plus aux mutuelles qu'aux dentistes.

- Le numérus clausus n'est plus qu'une vieille histoire. Les praticiens Espagnols, Roumains ou Portugais accourent en France et seront vite rejoins par les étudiants Français formés à Cluj (Roumanie) ou au Clesi (France puis Portugal), profitant des accords de Bologne pour acquérir un "Chèque-Diplôme" financé par leurs parents, souvent issus du secteur médical (j'en connais 6 qui sont à Cluj, tous fils ou filles de médecin/dentiste, à croire que les parents n'ont pas de honte à foutre en l'air leur propre profession). L'an passé, 1/3 des nouveaux inscrits à l'Ordre avaient obtenu leurs diplômes à l'étranger. Tout cela va créer une concurrence effroyable.

- Les centres low-cost poussent comme des champignons (vénéneux). Sous couvert d'association 1901 (théoriquement, association à but NON-lucratif), ces centres vont être à l'origine du plus grave scandale bucco-dentaire en France. Pour faire simple, comme les soins conservateurs ou la pédodontie ne sont pas rentables, tout est axé sur la prothèse : on couronne des dents saines, on implante à tour de bras et on attend que la dent soit foutu pour agir. Les scandales se succèdent (il suffit de taper "Dentexia" ou "Dr King" sur Google pour avoir un rapide aperçu de l'avenir dans ce domaine) et mettent en péril l'image de la profession, déjà bien malmenée par les médias.

Aujourd'hui, seule une poignée d'étudiants de jeunes professionnels parviendront à tirer leur épingle du jeu : ceux qui seront ambitieux et qui auront compris comment gérer efficacement l'entreprise qu'est le cabinet dentaire. Pour les autres, ce sera du salariat dans des centres low-cost (35h pour un salaire de 2000 à 3000€ mois). Sauf que beaucoup de jeunes diplômés souhaitent ce mode de vie (plus de 50% selon un récent sondage) : pas de gestion, pas d'employés, pas trop d'heures (les 35h sont impensables pour faire tourner correctement un cabinet libéral).

Un éminent chirurgien oral espagnol s'est alarmé récemment du développement d'une nouvelle maladie qui touche les dentistes dans son pays : l'implantitite. Elle pousse les dentistes à ancrer le plus de vis possible dans les mâchoires de leur patient. Ainsi, les praticiens les plus compétents se sont spécialisés dans le re-traitement de patients mutilés.
Peut-être une piste pour l'avenir.
Personnellement, j'avais tous les choix après ma paces, j'ai choisi dentaire motivé notamment par un parent dans le domaine. Aujourd'hui, je commence sérieusement à regretter ce choix et envisage diverses solutions. Si tu veux absolument faire ce métier qui n'en reste pas moins fascinant (Prends le "D" de "Doctor", le "EN" de "Engineer" et le "TIST" de "Artist" et tu obtiens "Dentist". Ca résumé très bien les différentes facettes de ce métier), pense à l'expatriation, la situation est bien meilleure à l'étranger (Scandinavie, Amérique du Nord, Asie) : http://money.usnews.com/careers/best-jobs/rankings/the-100-best-j...
Top
jojola
Externoïde

Messages : 47
Enregistré : 26/01/2016
Posté le 09/05/2016 à 18:02 notnew
Tout ceci à l'air bien sombre...
Simplement cela va à l'encontre de la logique de marché:

Comment prédire le déclin brutal d'une profession quand dans le même temps il existe des déserts médicaux?

Je pense que les dentistes devraient observer plus attentivement le marché dans son ensemble et réaliser que l odontologie n est paq à plaindre.

J'aimerai simplement préciser qu'en Espagne il n'y a pas de numerus clausus ceci explique cela...

Après j'avoue que su tous les dentistes espagnols viennent en France ça ne sera pas top pour les français
_____
Aide toi le ciel t aideras 


Top
Beecham
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 30/01/2016
Posté le 10/05/2016 à 17:43 notnew
Comme tu l'as dit, la situation ne serait pas si sombre SI la profession n’était pas confrontée à la remise en cause du numerus clausus par l’arrivée imminente et massive de praticiens formés à l’étranger. En 2014, 1/3 des nouveaux-inscrits ont été formés à l’étranger. Cette année, les prévisions sont à 50% ! Et, comme le business des facultés privés est particulièrement lucratif, ce chiffre ne cessera d’augmenter. Ainsi, l’Ordre prévoit que, d’ici à 2020, le nombre de praticien sera trop important et créera une concurrence qui aboutira à la baisse significative des revenus, et, dans les grandes agglomérations, au chômage des praticiens.

Contrairement aux médecins qui peuvent utiliser la désertification médicale comme une arme lors des négociations avec les organismes de remboursement, les chir-dents n’ont plus cette chance. Et ça, sécu et mutuelles le savent et l’utilisent contre nous.
Top
turbineur
Doyen

Messages : 569
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 10/05/2016 à 21:41 notnew
La moyenne des dentistes de moins de 35 ans ne dépasse pas 3000€/mois en libéral (et avec ça faut mettre de côté pour la retraite, on en a pas contrairement aux salariés)... Malgré les déserts médicaux, ce ne sont pas des revenus exceptionnels ! Alors je vous laisse imaginer quand la concurrence va arriver...

Notre pouvoir de négociation est bien moins puissant que celui des médecins et des pharmaciens (ils sont mieux organisés, et une grève de médecins ou de pharmaciens ça met plus en péril la santé vitale des patients qu'une grève de dentistes).
Top
achille92
Jeune Carabin

Messages : 11
Enregistré : 18/05/2016
Posté le 18/05/2016 à 14:25 notnew

Certain sont très positif, ils pensent que leur profession est en plein essor. Ils m’affirment que les soins dentaires se généralisent et prennent une place de plus en plus importante dans notre société. D’après mes enseignants, la généralisation des soins dentaires, la facilité d'accès au soin et l'ouverture du champs d'action du chirurgien-dentiste semble nous accorder le droit d'être optimiste.

De quelle facilité d'accès au soins s'agit il ? De la facilité d'accès aux soins opposables à des tarifs dignes du tiers monde et qui ne nous permettent meme pas de payer les charges fixes du cabinet ?

De quelle ouverture de champ d'action s'agit il ? De la possibilité de faire des injections de collagène ?

Enfin bon c'est pas mal d'etre optimiste à l'instar de notre président. La différence entre lui et nous c'est que lui a un revenu assuré à vie. smiliessmiliessmilies
Top
achille92
Jeune Carabin

Messages : 11
Enregistré : 18/05/2016
Posté le 18/05/2016 à 14:32 notnew

Comment prédire le déclin brutal d'une profession quand dans le même temps il existe des déserts médicaux?

Comme il y a pénurie de logements...... Voyons voir quel est le point commun entre l'immobilier et les professions médicales ?

Une forte implication de l'état dans la gestion de ces activités ? smiliessmiliessmilies
Top
achille92
Jeune Carabin

Messages : 11
Enregistré : 18/05/2016
Posté le 18/05/2016 à 14:42 notnew
..

Notre pouvoir de négociation est bien moins puissant que celui des médecins et des pharmaciens (ils sont mieux organisés, et une grève de médecins ou de pharmaciens ça met plus en péril la santé vitale des patients qu'une grève de dentistes).

C'est sur qu'une consultation d'ophtalmo à 28 euros bloquée depuis 17 ans démontre toute la puissance des syndicats de médecins......
Et euh facile de trouver trace d'une grève de la SNCF qui défraie sur ce sujet régulièrement la chronique mais des grèves de médecins ? smiliessmiliessmilies
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 233
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 06/06/2016 à 10:57 notnew
Le problème de la chirurgie dentaire ne vient-il pas aussi du fait que la prévention sur l’hygiène buccodentaire a été (trop?) bonne.

Un ami dentiste me disait que les jeunes d'aujourd'hui arrivaient très souvent avec des dents parfaites et que étant donné que les dentistes se rémunérait sur les gros problèmes (caries, implants, etc...) les revenus étaient de moins en moins assuré.

Cette excellente prévention a été pour grande partie réalisée par les dentiste eux-même. Il serait donc normal de revaloriser les actes de prévention et d'entretien.
Top
Beecham
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 30/01/2016
Posté le 06/06/2016 à 13:45 notnew
La prévention BD trop bonne ? La France fait probablement partie des pays les plus en retard dans ce domaine, comparativement aux pays scandinaves ou même aux pays de l'est de l'Europe qui ont mis en place des programmes de prévention BD à l'école élémentaire.

Déjà dans les années 80, des profs disaient aux étudiants que, dans les pays scandinaves, les dentistes seraient bientôt au chômage à cause de la trop bonne prévention BD. Sauf que, avec les mauvaises habitudes alimentaires qui se sont répandues (sodas, jus de fruits, consommation de sucre excessive, ...) et le vieillissement de la population (développement de problèmes parodontaux), on est loin du mythe 0 carries, même dans ces pays. Et ça n'est pas les industriels et leurs dentifrices soient disant "suppresseurs d'acides de sucre" et autres conneries qui vont changer les choses.

D'autant plus que, avec le culte de la beauté et de la jeunesse de notre époque, plus question d'amalgames inesthétiques ou d'appareils amovibles inconfortables. Les patients se tournent plus facilement vers les reconstitutions composites, les facettes ou l'implantologie (quand ils ont les moyens financiers évidemment).

Autrement dit, imaginer que les dentistes puissent être au chômage du fait d'une trop bonne hygiène BD et de la disparition de la maladie carieuse me semble aussi incongru et réducteur qu'imaginer que les pneumo puissent être au chômage du fait des campagnes anti-tabac et de la prévention des particules fines et de la disparation des cancers pulmonaires..

Quant à la nécessité de la revalorisation de la prévention (et ce, dans tous les domaines de la médecine), c'est une nécessité que seuls le ministère de la Santé et l'assurance maladie n'ont pas saisis.
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 233
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 06/06/2016 à 14:48 puis édité 1 fois notnew
La prévention BD trop bonne ? La France fait probablement partie des pays les plus en retard dans ce domaine, comparativement aux pays scandinaves ou même aux pays de l'est de l'Europe qui ont mis en place des programmes de prévention BD à l'école élémentaire.

Déjà dans les années 80, des profs disaient aux étudiants que, dans les pays scandinaves, les dentistes seraient bientôt au chômage à cause de la trop bonne prévention BD. Sauf que, avec les mauvaises habitudes alimentaires qui se sont répandues (sodas, jus de fruits, consommation de sucre excessive, ...) et le vieillissement de la population (développement de problèmes parodontaux), on est loin du mythe 0 carries, même dans ces pays. Et ça n'est pas les industriels et leurs dentifrices soient disant "suppresseurs d'acides de sucre" et autres conneries qui vont changer les choses.

D'autant plus que, avec le culte de la beauté et de la jeunesse de notre époque, plus question d'amalgames inesthétiques ou d'appareils amovibles inconfortables. Les patients se tournent plus facilement vers les reconstitutions composites, les facettes ou l'implantologie (quand ils ont les moyens financiers évidemment).

Autrement dit, imaginer que les dentistes puissent être au chômage du fait d'une trop bonne hygiène BD et de la disparition de la maladie carieuse me semble aussi incongru et réducteur qu'imaginer que les pneumo puissent être au chômage du fait des campagnes anti-tabac et de la prévention des particules fines et de la disparation des cancers pulmonaires..

Quant à la nécessité de la revalorisation de la prévention (et ce, dans tous les domaines de la médecine), c'est une nécessité que seuls le ministère de la Santé et l'assurance maladie n'ont pas saisis.

Non mais bien sur que l'on peut toujours faire mieux en prévention bucco dentaire.Mais ce que je tenais à faire remarquer c'est que les jeunes d'aujourd'hui ont probablement eu une meilleure éducation là dessus que leurs ainés, donc mathématiquement moins d'actes rémunérateurs à réaliser pour les dentistes. Mais comme tu le dis c'est tout le problème de notre système de santé, pas du tout accès sur la prévention...
Top
Beecham
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 30/01/2016
Posté le 06/06/2016 à 22:52 notnew
Moins d'actes rémunérateurs, je ne pense pas.. Mais d'autres actes rémunérateurs que ceux dont ont bénéficiés nos ainés, surement. Les futurs chirdents seront amenés à réaliser moins d'appareils amovibles mais plus d'implanto (notamment des implants unitaires, pour des pertes dentaires isolées), moins de couronnes mais plus de paro (notamment chez les personnes de plus de 50 ans), etc..
L'activité va évoluer et les nouvelles technologies (comme le laser en paro ou la CFAO en prothèse) vont modifier profondément l'approche conservatrice.
Et, comme dit précédemment, les habitudes alimentaires et de vie (tabac, sodas, etc) ne tendent pas vers la raréfaction de la carie. D'autant plus que la carie n'est pas la seule pathologie qui nécessite des soins conservateurs. A titre d'exemple, la fracture dentaire est l'une des raisons les plus fréquentes de consultation chez les chirdents.
Top
Anamed
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 01/12/2016
Posté le 01/12/2016 à 10:07 notnew
Bonjour, je viens de lire tout le post et je souhaitais rebondir sur ça:

Déjà dans les années 80, des profs disaient aux étudiants que, dans les pays scandinaves, les dentistes seraient bientôt au chômage à cause de la trop bonne prévention BD. Sauf que, avec les mauvaises habitudes alimentaires qui se sont répandues (sodas, jus de fruits, consommation de sucre excessive, ...) et le vieillissement de la population (développement de problèmes parodontaux), on est loin du mythe 0 carries, même dans ces pays. Et ça n'est pas les industriels et leurs dentifrices soient disant "suppresseurs d'acides de sucre" et autres conneries qui vont changer les choses.

Je suis 100% d'accord, cette surconsommation de sucre ne fait que s'aggraver donc les dentistes ont encore de beaux jours devant eux !

Typiquement, je ne comprends pas comment notre jeunesse peut consommer autant de sodas alors que c'est clairement du poison en canette !

Je suis par exemple tombée il y'a quelques jours sur cette infographie présentant les dangers des sodas... c'est juste horrible!

Je m'en doute qu'une canette de temps en temps ne va pas nous tuer ni développer 20 carries... mais quand même, c'est le même discours que pour la cigarette ("une par jour ça va!")

Bref, c'était le petit moment coup de gueule lol
_____
Nouvelle sur le forum, j'ai beaucoup de questions à poser mais également (j'espère) quelques réponses à apporter!


Top
Margotweb
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 18/03/2017
Posté le 18/03/2017 à 17:27 notnew
Bonjour,

Bien que le sujet initial date de 2015, je peux vous apporter ma faible expérience en ce qui concerne le métier de chirurgien dentiste et plus particulièrement au sujet des charges/recettes d'un cabinet.

Mon compagnon travaille dans son propre cabinet dentaire et je l'aide parfois dans sa comptabilité. Il faut savoir qu'il y a énormément de charges à prévoir : cotisations, frais du cabinet, frais de comptabilité mais également l'investissement du matériel médical qui est un trou sans fond dans le budget...

J'ai trouvé cet article intéressant : http://www.cnsd.fr/actualite/news/896-le-cout-de-fonctionnement-dun-cabinet-dentaire il est précisé que sur 100 euros d'honoraires perçus, 52% partent en fumée...

Donc si le libéral est une activité que vous souhaitez pratiquer, prenez le temps d'étudier votre business plan smilies

Margot.
Top
Aller en haut • 35 réponses • 2 pages • 1 2
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Dr Ségolène Neuville : « Je suis très préoccupée par la situation à l’hôpital public » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter