logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Réforme biologie médicale: à savoir pour les futurs internes.....

Aller en bas • 33 réponses • 2 pages • 1 2
dicafrino
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 11/07/2011
Posté le 11/07/2011 à 14:25 notnew
IMPORTANT: PPL Fourcade Bilan du vote à l'assemblée nationale

Monsieur le Doyen, Monsieur le Chef de pôle, Mesdames, Messieurs les Chefs de service, Mesdames, Messieurs les Biologistes,

Le vote par les députés en 2ème lecture de la PPL Fourcade est catastrophique pour les patients et pour la profession.

L'amendement n°22 dit des "mutuelles" instaure un système de santé à 2 vitesses. Concrètement, un patient ne sera remboursé par sa mutuelle que si le laboratoire auquel il a recours est conventionné avec cette dernière. Cet amendement ne concerne pas que la Biologie mais également les consultations médicales, dentaires, optiques...

L'amendement n°20 dit des "ristournes" autorise la concurrence entre laboratoires. Ainsi concrètement, un laboratoire privé pourra courtiser une clinique ou un hôpital en proposant des examens de laboratoire moins "chers".

L'article n°20 dit des "IDE" permet aux infirmières de faire du pré-analytique dans leur cabinet. A savoir prélever, échantillonner, congeler, centrifuger.

Ainsi se dessine le paysage de la Biologie de demain. Plus rien n'empêche les financiers de monter des plateaux techniques au cœur des villes. Dans les zones moins peuplées, les cabinets d'IDE réaliseront le pré-analytique et achemineront les prélèvements vers les plateaux techniques.
Les hôpitaux réaliseront très vite l'intérêt financier qu'ils auront à travailler avec ces structures beaucoup plus rentables.
Les patients devront vraisemblablement faire beaucoup plus de kilomètres pour trouver un laboratoire, encore faut-il que celui ci soit sous contrat avec la bonne mutuelle.
Les médecins généralistes devront attendre leurs résultats en "urgence".

Bien évidemment ces mêmes financiers dicteront leur logique économique une fois leur monopole installé.

Nous passons d'une biologie praticienne à une biologie industrielle.

Dans ces conditions, vous comprendrez que de nombreux internes en Biologie médecin exerceront leur droit au remord. Quant aux internes en Biologie pharmacien, ils iront sûrement se reconvertir en officine.
Très vite nous allons arriver à saturation du nombre de Biologistes sur le marché du travail. Ainsi les représentants nationaux vont demander à baisser drastiquement le numerus clausus aux concours de l'internat.

Dans ces conditions notre ultime recours est de maintenir le préavis de grève national illimité.

La prochaine échéance se situera le 12 juillet lors de la commission mixte paritaire qui se déroulera à huis clos.

Si l'un d'entre vous possède le moindre contact avec un parlementaire ou un journaliste, nous avons plus que jamais besoin du soutien de nos Maîtres.

Restant à votre disposition, je vous prie d'agréer, Mesdames, Messieurs, mes plus respectueuses salutations.

Pour l'AIPBN,


Aubin Guillaume



--------------------------------------------------------------------------------

Interne en Biologie médicale

Président de l'Association des Internes en Pharmacie et Biologie de Nantes (AIPBN)

Membre du conseil d'administration du Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux

CHU Nantes, laboratoire de Virologie.
Top
dicafrino
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 11/07/2011
Posté le 11/07/2011 à 14:35 notnew
Voici la lettre " de démission" (qui n'engage bien évidemment à rien au plan juridique) signée par la plupart des internes en biologie médicale à Nantes.



Monsieur le Président de la République Française,

Copie à : Monsieur le Ministre du Travail, de l’Emploi et de la Santé,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,


C’est avec un immense regret et une profonde amertume que je vous annonce ma reconversion professionnelle et vous demande pour cela une disponibilité de mon poste d’interne en Biologie Médicale.


J’ai travaillé de façon acharnée pendant 10 années d’études et réussi brillamment deux concours parmi les plus sélectifs de l’enseignement supérieur pour pouvoir exercer le métier de Biologiste Médical, une profession passionnante au centre du système de soin français, à l’interface entre le patient et mes confrères cliniciens. Cette spécialité intervient dans plus de 70% des diagnostics médicaux et participe directement à plus de 80% des prises de décisions thérapeutiques, et ce pour seulement 2% des dépenses de santé.

Quelques jours après le vote de la petite loi Fourcade, la vision éthique, praticienne et de proximité que je me faisais de mon futur métier a été balayée pour faire place à celle purement mercantile, industrialisée et centralisée de grands fonds d’investissements qui se sont introduits, avec votre soutien et en toute illégalité dans le « marché » tant convoité de la santé des français.

Nul doute que votre décision va entrainer à très court terme la disparition des laboratoires de proximité, au profit de centres de prélèvements où des infirmiers, salariés par ces mêmes groupes financiers, réaliseront la phase pré-analytique des examens de biologie médicale à laquelle ils n’ont pas été formés.
Cette phase est pourtant cruciale car elle est responsable de plus de 80% des erreurs dans le rendu des analyses médicales. De plus, comment un biologiste pourra t-il évaluer et faire évoluer la prescription d’un clinicien si il n’est pas en contact direct avec le patient ? Cette obligation d’adapter au mieux les prescriptions est pourtant voulue et opposable d’après l’Ordonnance du 13 Janvier 2010.
Privant les patients français de la qualité des examens de biologie médicale à laquelle ils avaient droit jusqu’alors, cette disparition marque aussi la mort du rôle essentiel de conseil diagnostique et thérapeutique que le médecin ou le pharmacien biologiste exerçait vis-à-vis du médecin de famille ou des confrères amenés à intervenir dans le parcours de soin coordonné. Ainsi, nos collègues cliniciens se retrouvent isolés dans les régions à faible densité médicale et obligés de prendre des décisions thérapeutiques unilatérale, ce qui est contraire à la médecine pluridisciplinaire d’aujourd’hui.


Les analyse médicales seront réalisées dans les quelques centres nationaux, immenses plateaux techniques détenus par de grands groupes d’assurances et de mutuelles, qui emploieront des biologistes médicaux coupés du contact avec le malade et le prescripteur. Ils seront en plus privés de leur indépendance professionnelle garante de l’éthique médicale et employés dans le cadre de contrats de travail précaires non salariés, avec lesquels ils ne possèdent qu’un faible pouvoir décisionnel comme c’est le cas actuellement pour plus de 95% des jeunes biologistes médicaux.

Il n’est pas utile de préciser à quel point cette concentration entrainera une aggravation des déserts médicaux et de l’inégalité d’accès aux soins sur le territoire.

Pire, la qualité des examens se dégrade chaque jour en même temps qu'apparaissent les premiers contentieux de toute l'histoire de notre spécialité entre patients et laboratoires, liés aux arbitrages réalisés par ces laboratoires "financiers" en faveur de la rentabilité avant la qualité de la santé des Français.

Précarisation, déshumanisation, industrialisation, financiarisation, déserts médicaux, insécurité sont des mots qu’aucun citoyen français n’aurait jamais souhaité voir associés à notre système de soin, « le meilleur du monde », héritage des idéaux qui ont prévalu après la deuxième guerre mondiale.

Et pourtant il y a encore plus grave, car au cours de cette même petite loi et contre l’avis même du Sénat, une des valeurs républicaines les plus essentielles, l’égalité d’accès au soin pour tous les français quelque soit leurs conditions de ressources, a été purement bafouée :

Vous avez permis la création de réseaux de soins permettant aux organismes complémentaires de santé de rembourser différemment leurs assurés s’ils consultent ou non le laboratoire d’analyses de biologie médicale, le cabinet de radiologie ou la clinique avec lesquels elles ont passé un contrat.
Cette disposition entrainera à terme une concentration de l'activité de soin dans des réseaux privatifs mutualistes, créant ainsi une distorsion de concurrence avec les professionnels de santé de ville et vidant les territoires de proximité au profit de ces regroupements.
Sous prétexte de faire faire des économies à la sécurité sociale, cette loi met gravement en danger l’accès au soin sur le territoire, menace le libre choix des malades, et met les praticiens et les patients sous la coupe des mutuelles-assurances.
Et cela sans parler du problème de l’accès aux données médicales qui jusqu’ici était efficacement contrôlé par le secret professionnel partagé entre professionnels indépendants. Les données médicales peuvent maintenant être diffusées à des tiers sans prévenir le patient concerné. Nous arriverons ainsi à une adaptation des tarifs des mutuelles selon la pathologie et les antécédents médicaux du patient.
Mais où est l’Egalité républicaine des français dans tout ça ? Jusqu’aujourd’hui, les français étaient tous égaux devant la maladie. Comment pourrez-vous justifier à vos électeurs la devise chère à la France entière : Liberté, Egalité, Fraternité ?

Il n’est pas nécessaire de chercher longtemps à qui profite cette situation, car récupérant les cotisations de leurs assurés et les bénéfices tirés de l’exploitation des réseaux de soin, les mutuelles et assurances s’assureront une marge opérationnelle des plus enviables.

Ceci est d’autant plus scandaleux qu’une partie importante de ces dépenses de santé sera financée directement par l’assurance-maladie, et donc le contribuable.




Vous ne pouvez ignorer les dangers de ces mesures,
Monsieur le Président de la République.

Quand à ma profession, une des seules spécialités médicales ne pratiquant pas de dépassement d’honoraire, elle est la première touchée par vos réformes meurtrières.

La concentration en plateaux techniques et l’industrialisation des procédures signifient à court terme la perte d’emploi et le chômage pour plus de 2/3 de mes jeunes confrères qui n’auront d’autre choix que de se reconvertir où de faire valoir l’excellence de leur formation à l’étranger, ce que nombre d’entre nous ont déjà entrepris. Les 100 000 employés travaillant dans le domaine de la biologie médicale n’auront peut être pas tous cette chance.

Après avoir participé en faisant preuve d’ouverture d’esprit, de responsabilité et d’éthique dans les débats ayant aboutit à la réforme notre spécialité,

Après avoir manifesté notre hostilité aux mesures préconisées par le gouvernement lors d’une grève et d’une manifestation nationale à Paris,

Les internes en biologie médicale vous demandent une disponibilité afin d’organiser leur réorientation professionnelle, écœurés par l’hypocrisie et les conflits d’intérêts qui règnent au plus haut niveau de l’état français, alors que vous-même Monsieur le Président avez prôné la réussite au mérite et avez fait de votre mandat celui de la lutte contre ce fléau des institutions françaises responsable entre autre du scandale du Médiator.

Nous réclamons par ailleurs la constitution d’une commission d’enquête indépendante chargée d’examiner les liens entre les représentants du pouvoir exécutif et les principaux fonds d’investissement ayant contourné le droit français pour pouvoir prendre le contrôle des laboratoires de biologie médicale en toute impunité, et par là débuter la privatisation du système de santé français.

Enfin, nous exhortons les parlementaires qui en auront le courage de s’opposer au pouvoir en place en portant l’affaire au Conseil d’Etat.
Car c’est bien de courage et de conviction que les esprits libres et éclairés vont avoir besoin pour défendre les maigres reliquats de Démocratie qui subsistent encore dans notre pays.

Vous remerciant par avance pour votre réponse, nous vous prions de croire, Monsieur le Président de la République, en l'expression de notre plus haute considération, ainsi qu’en celle de nos 100 000 collaborateurs, de nos familles, et de nos patients.


Contacts: FNSIP: 06 16 77 32 89
SJBM (Syndicat des Jeunes Biologistes Médicaux):06 03 08 64 47








NOM Prénom Ville Signature
Top
dicafrino
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 11/07/2011
Posté le 11/07/2011 à 14:40 notnew
Désolé pour la longueur des messages, mais je pense que c'est important à savoir à quelques jours des choix..
Les internes en biologie médicale de toute la FRANCE sont actuellement en grêve illimitée des gardes.
Malheureusement, les médias n'en parlent pas ou trop peu..
A diffuser!
Top
MrB
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 86
Enregistré : 22/02/2011
Posté le 11/07/2011 à 15:15 puis édité 1 fois notnew
Concrètement dicafrino,suite à ces amendements, si aujourd'hui tu étais reçu major de l'internat, tu prendrais bio? PH? IPR? Arrêt et reconversion vers l'officine?

J'aimerais savoir à quel points les futurs bio croient en leur métier.

(merci de faire remonter les infos en tous cas)
Top
matstram
Jeune Carabin

Messages : 21
Enregistré : 19/12/2009
Posté le 11/07/2011 à 18:12 puis édité 1 fois notnew
En ce qui me concerne ma première interrogation c'est :

"Est-ce que les décrets d'applications sont déjà sortis?
et si non est-c qu'il est encore possible de faire pression pour qu'ils ne sortent pas (loi sans décrets d'application = loi à la poubelle)?"

2ème : "Le texte a été adopté par les députés qu'en est-il du sénat?"
edit: j'avais pas vu 2ème lecture désolé

3ème:
MrB: "J'aimerais savoir à quel points les futurs bio croient en leur métier.

Pour prolonger cette excellente question "Qu'est-ce que les futurs Bio veulent pour leur métier?"
Pour préciser un peu ma question=> la biologie et le métier de biologiste va de devoirs évoluer, se moderniser (comme officine d'ailleurs) qu'elles évolutions souhaitez-vous pour la biologie?
Parce que dire qu'on est contre ces amendements (je précise que c'est mon cas) c'est bien mais proposer un projet alternatif c'est encore mieux smilies.
Top
Moulinot
Nain-terne

Messages : 93
Enregistré : 09/07/2010
Posté le 11/07/2011 à 19:36 notnew
Merci de l'info.

Est-ce qu'il y aura du chomage d'ici quelques années? Ou est-ce que les biologistes vont juste passer d'un statut libéral à un statut de salarié?
_____
"I'm smart enough to know that I'm dumb" (Feynman)
Top
staph
Jeune Carabine

Messages : 13
Enregistré : 21/06/2011
Posté le 11/07/2011 à 20:20 notnew
vous comprendrez que de nombreux internes en Biologie médecin exerceront leur droit au remord. Quant aux internes en Biologie pharmacien, ils iront sûrement se reconvertir en officine.
Très vite nous allons arriver à saturation du nombre de Biologistes sur le marché du travail.
Top
staph
Jeune Carabine

Messages : 13
Enregistré : 21/06/2011
Posté le 11/07/2011 à 20:22 notnew
Peut-on avoir une idée des postes qui seront supprimés?

Est-ce que la majorité des internes an biologie (après 4 années passionnantes) se retrouveront finalement en officine?
Top
Zeph
Ministre de la Santé

Messages : 2789
Enregistré : 16/02/2005
Posté le 11/07/2011 à 20:52 notnew
Quant aux internes en Biologie pharmacien, ils iront sûrement se reconvertir en officine.
Sauf que les pharmacies font faillite et 1 sur 2 licencie, donc ce n'est en rien une échappatoire, il n'y a pas plus de travail en officine maintenant...
_____
Je fais toujours une petite sieste avant d'aller dormir (O. Wild)
Top
atomic31
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 70
Enregistré : 06/07/2005
Posté le 11/07/2011 à 21:05 notnew
J'avoue que tout cela commence à être désespérant...
les bio qui parlent de revenir en officine. Si on va sur un autre forum: http://www.pharmechange.com/viewtopic.php?topic=10626&forum=1... on lit qu'il vaut mieux rester en bio sinon chômage assuré en officine....
Ma dernière discussion avec un chef de service à l’hôpital qui m'expliquait tranquillement que je pouvais "tjs courir" pour avoir un poste de PH à l'issu de l'internat ou même de l'assistanat. Je préfère ne même pas parler de ce qu'on m'a expliqué sur la filière IPR... et quand à mes collègues en filière indus il galère déjà rien que pour trouver un stage....Bref j'ai comme l'impression de m'être bien fait avoir en venant en pharma et en écoutant les beaux discours des doyens qui vantaient la diversité des débouchés en pharma....
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 945
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 11/07/2011 à 21:11 puis édité 2 fois notnew
J'avoue que tout cela commence à être désespérant...
les bio qui parlent de revenir en officine. Si on va sur un autre forum: http://www.pharmechange.com/viewtopic.php?topic=10626&forum=1... on lit qu'il vaut mieux rester en bio sinon chômage assuré en officine....

Ouais enfin faut pas abuser non plus ... Je suis la recherche d'emploi de pas mal d'officinaux qui viennent tout juste d'être diplômé et quasiment tous on trouvé du taff, des CDD et CDI et sans trop de difficulté. Après il faut savoir être mobile, faire quelques entretien et ne pas espérer un CDI à coef max dès le premier coup de fil .... un officinal à pôle emploi c'est un officinal qui a un problème.
Soit vous êtes mal informé ou très alarmiste ou alors vous vous attendez à trouver du taff en appelant une seule personne, en 5 minutes avec un salaire de dingue dès votre premier poste, dans ce cas faut juste se confronter à la réalité !

Ma dernière discussion avec un chef de service à l’hôpital qui m'expliquait tranquillement que je pouvais "tjs courir" pour avoir un poste de PH à l'issu de l'internat ou même de l'assistanat.

Bah bien sur, il y a des gens qui s'attendent à avoir un poste d'assistant suivis d'un poste de PH dans l’hôpital où ils ont fait l'internat. Sauf que la création de poste ça se fait pas au bon vouloir des chefs de services ou des gens qui postulent ... faut un financement. Les postes de PH ça se trouve mais pas forcement là où tu veux, pas forcement dans l’hôpital que tu souhaites, c'est une question de mobilité pas une question de "filière" ou de métier.
Top
-MelleLN-
Interne

Messages : 124
Enregistré : 13/10/2010
Posté le 11/07/2011 à 21:23 notnew
j'ai comme l'impression de m'être bien fait avoir en venant en pharma et en écoutant les beaux discours des doyens qui vantaient la diversité des débouchés en pharma....
C'est vrai que quand on lit les nouvelles et les commentaires c'est un peu ce que je pense aussi. Faire 6 à 9 ans d'étude pour finalement choisir sa filière en fonction du nombre de postes (ou du taux de chômage?), plutôt que par intérêt c'est vraiment dommage...
On peut se demander:
Pour être sur d'avoir un boulot, quelle serait la meilleure filière?
Pour avoir un boulot bien payé, quel est le meilleur job en pharma?
Etc...
Après c'est à chacun de voir en fonction de ses attentes dans la vie...
Top
atomic31
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 70
Enregistré : 06/07/2005
Posté le 11/07/2011 à 21:30 puis édité 2 fois notnew
Les postes de PH ça se trouve mais pas forcement là où tu veux, pas forcement dans l’hôpital que tu souhaites, c'est une question de mobilité pas une question de "filière" ou de métier.

C'est bien de rester optimiste, mais bon ce que je lis sur différents forum pharma, les discussions que j'ai également avec des officinaux ou des indus et maintenant des bios n'y incite pas vraiment... et puis la mobilité, on en reparlera quand tu auras un conjoint et des enfants....
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 945
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 11/07/2011 à 21:32 puis édité 2 fois notnew
Peut-être parce que la pharmacie (surtout à travers l'officine et la biologie) à trop longtemps donnés des métiers "dorés" où tu pouvais avoir un gros salaire après tes 6 ans d'études sans vraiment beaucoup travailler et défendre ton métier, l'officinal qui gagne 120k € annuel en allant jouer au golf l'après midi ou le biologiste qui gagnent 15, 20k€ mensuel dans son labo privé c'est des images du passé. Et vu le nombre d'année qui nous attendent avant la retraite des réformes et modification de nos métiers en on verra passer.

L'officine est en train de changer en ce moment, j'ai bien dit changer et pas couler. Les officines qui déposent le bilan sont juste révélatrices que le mode de rémunération ne correspond plus à la réalité officinal, mais pour que ça change bah faut s'adapter, proposer, faire que les réformes se passent bien (rémunération à l'acte, campagnes de santé publique rémunérées).
La biologie change aussi mais je doute que le but des réformes est de supprimer les biologistes et les remplacer par des infirmières. C'est un changement qui est indéniable, faut juste s'adapter et faire de ne pas perdre trop de choses après la réforme.

Juste que lire "chômage" et "mal payé" en parlant de la pharmacie je trouve ça limite !

C'est bien de rester optimiste, mais bon ce que je lis sur différents forum pharma, les discussions que j'ai également avec des officinaux ou des indus et maintenant des bios n'y incite pas vraiment... et puis la mobilité, on en reparlera quand tu auras un conjoint et des enfants....

Bah oui c'est plus AUSSI facile qu'avant de trouver du taff mais c'est partout pareil. Comme je disais faut pas espérer tout avoir (le CDI, le salaire, le lieu) le lendemain de la fin de ses études ... et puis sincèrement en pharma on a quand même pas trop à se plaindre !
Tout est question de critère et d’exigence, si trouver un taff en pharma c'est "tel hôpital, tel service, pas en dessous de 3000e/mensuel, avec toutes mes vacances et pouvoir partir au ski en février" en effet ça risque d'être difficile.

C'est pas de optimisme juste être réaliste et se dire que de toute façon des réformes on s'en mangera dans les dents, sauf qu'au lieu de se dire "c'était mieux avant j'arrête tout" faut mieux se dire "j'essaie de tout faire pour que je sois quand même gagnant dans la réforme".
Top
atomic31
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 70
Enregistré : 06/07/2005
Posté le 11/07/2011 à 21:50 puis édité 2 fois notnew
C'est pas de optimisme juste être réaliste et se dire que de toute façon des réformes on s'en mangera dans les dents, sauf qu'au lieu de se dire "c'était mieux avant j'arrête tout" faut mieux se dire "j'essaie de tout faire pour que je sois quand même gagnant dans la réforme".
les bios apprécieront....C'est d'ailleurs certainement ce que le gouvernement leur a expliqué, mais bon ils n'ont pas l'air de vouloir comprendre les bougres !
Top
Moulinot
Nain-terne

Messages : 93
Enregistré : 09/07/2010
Posté le 12/07/2011 à 08:22 puis édité 2 fois notnew
Il y a eu un article AFP

Que s'est-il passé pour que les syndicats de PH et PU PH entrent à leur tour en grève?
_____
"I'm smart enough to know that I'm dumb" (Feynman)
Top
Zimra
Bizut (futur carré)

Messages : 5
Enregistré : 30/06/2011
Posté le 12/07/2011 à 12:39 notnew
Vous pouvez suivre tous ce qui ce passe sur www.fnsip.fr....
Top
vinceb59
Jeune Carabin

Messages : 15
Enregistré : 08/11/2008
Posté le 12/07/2011 à 12:45 puis édité 1 fois notnew
C'est aujourd'hui la commission mixte paritaire?
On aura donc une idée de ce que sera la bio très bientôt, c'est stréssant!

Edit : Ah non c'est demain (vu sur senat.fr)
Top
rourou
Chef de pique-nique

Messages : 208
Enregistré : 20/06/2009
Posté le 12/07/2011 à 16:45 notnew
Pour la pharmacie hospitalière :
Ma dernière discussion avec un chef de service à l’hôpital qui m'expliquait tranquillement que je pouvais "tjs courir" pour avoir un poste de PH à l'issu de l'internat ou même de l'assistanat

Euh... c'était sur le ton de la plaisanterie je pense .. ou il parlait de son propre service ??
Rien que entre hier et ajd : 4 annonces (et si on recoit les annonces c'est qu'il n'ont pas trouvé preneur en cherchant d'eux même avant): assistant spécialiste sur Toulouse (phcie clinique en plus !), idem sur Limoge, praticien attaché villejuif et idem à bobigny ... Juste sur 2 jours einh ! sinon il y en a dans tous les coins de la France et les DOM TOM, régulièrement et pour tous les gouts (assistants, attachés, ph) et encore je parle pas des rempla ...
Pour accéder à ces annonces, aller sur le site de l'adiph et inscrivez vous, c'est gratuit et ca donne une idée du "marché" en PH bien plus réaliste que les dire de je ne sais qui !!! smilies
Top
atomic31
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 70
Enregistré : 06/07/2005
Posté le 12/07/2011 à 19:28 notnew
Euh... c'était sur le ton de la plaisanterie je pense .. ou il parlait de son propre service ??
Je ne pense pas que c'était sur le ton de la plaisanterie, ou alors humour noir... C'était lors de mon 1er stage d'externe, en discutant je lui ai annoncé que je préparais l'internat et il m'a expliqué qu'il avait commencé en pharma avant de passer en médecine par la passerelle car il avait vu que c'était bouché en pharma et qu'il n'y avait plus d'avenir dans cette filière! Moi qui m'attendait à des encouragements, il m'a refroidit d'entrée de jeu... Mais bon ça m'a permis de voir qu'il y en avait de bien bizarres à l’hôpital et des amabilités des médecines vers les pharma, enfin la découverte du monde réel quoi....
Top
DadaMadiba
Jeune Carabin

Messages : 16
Enregistré : 22/01/2011
Posté le 13/07/2011 à 12:18 notnew
alors verdict?
je crois que le sénat a adopté mais avec quelques modifications... vous avez des infos?
Top
Aller en haut • 33 réponses • 2 pages • 1 2
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter