logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Rentrée en paces

Aller en bas • 2 réponses
Vaniina
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 13/12/2018
Posté le 13/12/2018 à 19:55 notnew
Bonjour,
Je suis une lycéenne en terminale Scientifique.
Je me pose d’énormes questions quant à mon orientation. Je suis partagée entre mes rêves et les dits des professeurs.
J’ai toujours été une bonne élève, toujours autour de 13/14 de moyenne. L’année dernière, lors de mon année de 1S j’ai déménagé et je me suis retrouvée dans un lycée où les professeurs me rabaissaient, allaient jusqu’à m’insulter parfois.. j’ai donc changé d’établissement en cours d’année. Du fait de ce changement mon niveau a baissé car il y a certains chapitres en toute matière, que je n’ai donc jamais vu. Je me suis accrochée et j’ai fini par être largement acceptée en Terminale S. Seulement voilà, je ressens cette année dans mes résultats, tous ces événements passés. Je le ressens au niveau des notes et ça me décourage, car si mon niveau a chuté ça n’est même pas de ma faute.
A l’heure d’aujourd’hui je suis à 9,5 de moyenne. Je dois rendre mes vœux pour le post bac dans un mois mais je suis réellement perdue.
Seulement voilà, mon rêve est de devenir sage-femme depuis petite, mais les professeurs me découragent en me disant que j’en ai pas les capacités au vu de mes résultats.
Je me demande aujourd’hui si les professeurs ont raison, si je dois me rediriger ailleurs ou si effectivement je peux rentrer en paces et pouvoir peut-être décrocher la P1 pour ensuite aller en école de sage-femme.
Je suis partagée entre plusieurs avis, très différents et je suis réellement perdue.
Auriez vous des conseils pour moi? Que pensez vous de ma situation? Pensez vous que j’en suis capable?

Très cordialement,
Vaniina
Top
KineUP
Doyen

Messages : 501
Enregistré : 08/11/2017
L'auteur du sujet a désigné cette réponse comme étant la meilleure - Posté le 15/12/2018 à 13:50 notnew
Il y a un vrai soucis en France avec ce type de discours.
Selon mes professeurs je ne devais pas avoir mon bac S, ni même réussir à faire quoi que ce soit ensuite.
J'ai eu le bac du premier coup, avec mention.
J'ai fait des études de kiné après avoir réussi le concours en France, et suis sorti major de promo puis ai travaillé des années dans la recherche.
J'ai fait un master 2.
Je suis en médecine.
Pour un élève qui ne devait arriver à rien, c'est paradoxal. La grande différence? Au lycée je trouvais les profs et les cours inintéressants. Pas de lien concret avec la suite. Quand j'ai dû travailler pour ce que je voulais faire, c'est devenu tout de suite très concret, et j'ai donc travaillé en conséquence.

Les meilleurs de ma promo en terminale S n'ont pour certains pas décrochés de diplôme. D'autres n'ont pas été au bout de leur prépa ingé ou commerce.
Deux élèves seulement ont réussi leur PACES sur 10 postulants.

Ne t'arrête pas à ce qu'on te dit. La motivation, le travail acharné (et organisé!), et la confiance en soi sont primordiaux. Pas l'avis de profs qui ne te connaissent pas, qui ne connaissent pas ces études. Seule toi sais quelle quantité de travail tu peux fournir, quelle capacité tu as. Donc tu es la seule à pouvoir répondre à tes questions!
_____
Kinésithérapeute (PT, MSc) & Enseignant.
2018 : Admis DFGSM2
Top
Kinona
Interne

Messages : 119
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 16/12/2018 à 20:12 notnew
Ne t'arrete pas sur ce qu'on te dit. Ton rêve est sage-femme ? Fonce et donne tout au concours. Si 'javais écouté les prof', je n'aurai jamais eu la PACES et encore moins en tant que primante
Top
Aller en haut • 2 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Offres d'emploi avec emploimedecin.comEmploi Soignant
Toutes les offres d'emploi
Publicité
Dr Sophie Augros : « Une vraie peur de la médecine libérale, par méconnaissance » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter