logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Avis d'anciens

Aller en bas • 51 réponses • 3 pages • 1 2 3
psykomil
Jeune Carabin

Messages : 27
Enregistré : 21/09/2006
Posté le 12/11/2006 � 20:03 notnew
S'il y en a qui passent par là et qui connaissent mieux ces armées, ils pourront répondre.
Je peux répondre pour la marine car j'ai fait qq temps sur un bateau pour évaluer les conditions et le moral des marins; j'ai donc travaillé avec le toubib.
Dans la marine embarquée le maître mot c'est polyvalance car quand t'es le seul médecin à des centaines de km à la ronde au milieu du pacifique ou de l'atlantique et qu'un marin fait une appindécite nécessitant une intervention imédiate, un autre qui fait une super rage de dents et un autre se fait arracher la main; ben t'es tout seul avec 1 infirmier.
Et c'est aussi un équipage, entre 90 et 350 hommes pour un médecin (sur les avisos, pétroliers et frégates il n'y a qu'un médecin) qui part pour 2,3 voire 6 mois (de 1 à 3 ans pour les campagnes en DOM-TOM).
Et c'est là que le côté humain du métier prend toute son importance.
Mais c'est surtout une experience hors du commun.
_____
Vous soignez le corps
et moi l'esprit, enfin j'essaye.

Top
univers-zero
Jeune Carabin

Messages : 22
Enregistré : 07/11/2006
Posté le 13/11/2006 � 00:17 notnew
Bonjour Poulpi,
Tout d’abord, je suis flatté de faire réagir même ceux qui s’étaient retirés du forum au point de les amener à y réintervenir. Ce que j’ai pu écrire à donc au moins un côté positif : provoquer le remue-méninge. C’était là tout l’objectif : faire réfléchir.
De ce point de vue, ton post est tout à fait intéressant et tu as cité un terme essentiel ; tu l’as même mis en capitales : VOCATION. En parcourant le forum, j’en ai vu beaucoup qui, semble-t-il, songeaient aux ESSA pour les études payées, l’encadrement (scolaire), ou je ne sais quoi encore, mais qui visiblement ne se posaient aucune question sur le « après les études » (si ce n’est celle de « comment on démissionne ? »). Mais, quand même, si on passe le concours ESSA, ce n’est pas pour les ESSA elles-mêmes : c’est bien pour devenir médecin militaire ! Et combien se sont réellement posé la question de savoir si c’était cela qu’ils voulaient faire, si telle était, pour enfin employer le terme, leur vocation ? Certains l’ont fait, visiblement. On sent que c’est là leur véritable objectif, leur motivation première. Mais beaucoup ne semblent pas avoir emprunté ce chemin. À ceux-là je dis posez-vous la question : « médecin MILITAIRE (le mot est important), est-ce que c’est réellement ce que je veux faire ? Est-ce assurément ma vocation ? ». Parce que si la réponse est non, ou même incertaine, passez tout de suite votre route !
Deuxième point, la vocation est donc la raison qui doit pousser les gens à passer le concours. Elle est immanquablement nécessaire. Mais est-elle suffisante ? Cela dépend… Je crois que personne ne se réveille un matin en disant « je veux faire médecin militaire, je suis sur cette terre pour cela ! » La vocation pour un métier, une carrière, une activité, nait de ce que l’on peut apprendre sur eux. Elle nait parce que l’on voit que ce qu’ils apportent correspond à ce que l’on attend. Tout le problème est donc celui de l’information. Et c’est là que les choses pèchent. Car que savez-vous de la carrière de médecin militaire ? Ce que vous en disent les belles plaquettes de l’institution, forcément impartiales (c’est beau servir l’État…), ou ce que vous racontent les élèves des ESSA, forcément impartiaux également, tant parce qu’ils ne savent eux-mêmes pas tout (sauf ceux qui ont un frère médecin des armées smilies), que parce qu’ils ne peuvent pas tout dire. Or je crois que la moindre des choses, lorsque l’on veut prendre une décision qui va engager sa vie entière, c’est bien de juger à charge et à décharge. Évidemment, encore faut-il que cela soit possible. C’est pour cette raison en particulier que je vous ai mis les liens sur les rapports parlementaires (et si jamais un des modo veut les clouer en haut de forum, qu’il ne se gène pas) : on ne peut au moins pas les accuser d’impartialité, et s’ils n’expliquent pas tout, ils donnent au moins une partie des faits et des problèmes. Tout ça pour dire que si votre vocation est réelle, foncez… mais assurez-vous qu’elle le soit bien et ne soit pas seulement un château construit sur le sable des beaux clichés.
Troisième point, si on rentre par vocation, quelles sont les raisons pour lesquelles on sort ? Je crois, Poulpi, que tu fais une grosse erreur en mettant en avant quasi exclusivement les raisons financières. Je n’ai d’ailleurs jamais fait allusion à cet aspect dans mes posts, sauf pour dire que c’était un plus pour le civil, ce qui n’en fait pas un moins pour le militaire. Entre parenthèses, je ne suis surtout pas parti pour cela, puisque je n’exerce pas (deuxième vie, deuxième activité) et que mon compte bancaire est plutôt moins rempli qu’avant. À dire vrai, je trouve même que le côté gros sous est, dans un certain sens, plutôt à l’avantage du système. Tu serais en fait surpris de savoir que pour beaucoup de camarades avec qui j’ai discuté, c’est même le contraire de ce que tu penses : c’est l’argent qui les empêche de partir ! Combien de fois ai-je entendu le discours « je me casserais bien, j’en ai ras-le-bol, mais j’ai les études de mes deux gamins à payer », ou quelque chose dans le genre. Parce qu’en réalité, l’idée d’aller visser sa plaque à 40-45 ans fait hésiter beaucoup de monde. La peur de l’inconnu, que ça ne marche pas… Par contre, ceux qui franchissent le pas et s’installent ne le regrettent pas, c’est sûr : activité médicale + pension = la vie est belle. Petite remarque quand même : ce que je dis concerne surtout les généralistes, parce que les spécialistes ils rechignent beaucoup moins à partir. Tout cela paraît paradoxal, encore une fois. Mais ça montre surtout que les raisons sont complexes et ne peuvent se résumer aux aspects financiers. Les gens qui partent en ont ras-la-casquette, c’est sûr, mais ce n’est pas toujours facile de savoir pourquoi. Ce qui revient le plus souvent, c’est peut-être le manque de reconnaissance, quelle que soit la manière dont chacun la ressent. Mais il y a aussi la lassitude. Tu fais l’apologie des OPEX et du soutien du combattant. Oui, mais tu ne passes pas ta carrière en OPEX et le soutien du militaire dans son unité, qui est quand même, dans la plupart des affectations, l’activité la plus importante dans une carrière, c’est nettement moins glorieux. Et puis d’un autre côté, j’ai des camarades qui sont partis parce qu’ils en avaient marre des OPEX : quand tu as passé trois Noëls au fin fond du Kosovo et qu’au quatrième tu demandes à tes chefs s’ils ne pourraient pas penser à quelqu’un d’autre, histoire que tu aies un petit Noël avec tes enfants, mais qu’ils te disent que les intérêts personnels passent après les besoins du service (sachant que ceux qui te font ce genre de discours sont bien souvent des anciens spécialistes qui n’ont jamais foutu les pieds hors de leur service hospitalier), tu finis par en avoir marre. Ne crois pas que ce soit uniquement un exemple théorique : j’ai un camarade de promo qui est parti pour cela et qui est maintenant médecin libéral à Périgueux. Et puis j’ai beaucoup d’autres exemples dans le genre. Alors la vocation c’est très bien, mais de la vocation à l’abnégation il y a un pas à franchir et après 10 ou 15 ans de carrière on a envie d’entendre autre chose que le trop fameux « un militaire ça doit être dispo 24h sur 24 ». Enfin, comme tu dis, il y a aussi des gens qui se trouvent très bien dans le système. Les goûts et les couleurs, n’est-ce pas…
Désolé pour ce post un peu long ! Mais je sais que je ne découragerai que ceux qui, justement, n’ont pas la vocation !
P. S. : ils y a plus de 6 millions de fonctionnaires en France (et je ne parle même pas de la fonction publique hospitalière ou territoriale) et il faut donc arrêter de croire qu’il n’y a que les militaires qui servent l’État…
P. S. 2 pour Psykomil : je ne suis pas certain que tu puisses répondre à la place des médecins… Ce que tu écris, c’est, là encore, la belle présentation, la vue de l’extérieur, ce qu’on pourrait mettre sur une plaquette. Mais pour juger vraiment, il faut avoir le recul dans la durée. Le côté humain du métier et l’expérience hors du commun, certes. Mais c’est curieux, parce qu’après quelques années il y en a plein qui veulent faire du SAT (service à terre). Ce n’est d’ailleurs pas vrai que pour les médecins, il me semble. La mer, ça doit user !
Top
jennykaratéka
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 02/08/2006
Posté le 13/11/2006 � 12:42 notnew
bonjour a tous

je ne sais pas si je peux poster mais je me lance : je suis une maman d'une jeune bizute de la fac de nancy . ma fille compte passer le concours collat . elle vient d'avoir 18 ans elle a toujours voulu être médecin militaire je pense sincérement que chez elle c'est une vocation car on en a beaucoup parlé. quand elle a raté son concours niveau bac l'année dernière elle était trés décu et moi aussi mais depuis j'ai changé d'avis car en peu de mois elle a beaucoup changé et beaucoup muri, c'est vrai qu'a cet age les jeunes évoluent trés vite et même si elle veut toujours être médecin militaire et compte faire sa préparation militaire santé à Metz sa démarche n'est plus la même. Avant elle voulait faire ça parceque pour elle c'était ............le rêve .....toute sa vie...maintenant elle a une démarche plus réfléchie par rapport au métier et elle pose d'elle même les avantages, les inconvénients et même si avant elle s'était bien renseignée elle le fait avec plus de lucidité aujourd'hui ......et si demain elle choisi tjs de faire ce métier elle sera plus éclairée..............et moi moins inquiéte tout cela pour dire merci à ce témoignage qui est trés réaliste et qui rappele bien que c'est un métier à vocation qu'on s'engage pour 25 ans et qu'il faut bien réfléchir!!!!!! le témoignage de ce médecin est à lire par tous
Top
poulpi
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 10/10/2006
Posté le 13/11/2006 � 14:49 notnew
Merci d'avoir répondu univers-zero . C'est vrai que sans raconter ma vie j'ai certaines "opinions" ou manières d'idéaliser les choses un peu personnelles , qui m'ont fait occulter certains aspects dans mon dernier post . Il est certain que l'abscence prolongée auprès de sa famille , le fait de devoir servir avant tout dans une bonne base Française bien tranquille et pas tout le temps en OPEX , car Dieu merci , pas de grands conflits à l'échelle planétaire actuellement menaçant directement l'intégrité du territoire , sont des éléments importants . Le seul but de mon post n'était pas de remettre en cause les points négatifs trop souvent absents des forums (une certaine chanson ne parle t-elle pas "d'ignoble établissement" dont on doit "foutre le camp" ? .... lol ), ni de t'accuser d'être trop porté sur l'aspect pécunier . Si j'ai posté , c'est parce que comme tu le soulignes on aborde trop souvent sur Remède les questions de "Démissions" , "Est-ce que je pourrais faire du ski quand je serai à l'ESSA et avoir mes week-ends .... ?" ,et pas assez le sujet de la vocation . Mais bien sur je sais que le médecin militaire est un Homme , qu'il a une famille , et que l'armée c'est pas "Il faut sauver le soldat ryan" . Crois-moi j'ai beaucoup idéalisé des choses qui me sont revenues en pleine poire . Donc je voulais surtout pas critiquer ce que tu disais simplement rappeler le but essentiel et CENTRAL de la motivation pour intégrer le monde militaire (ou le réintégrer .... ça ça me concerne ...) . je pense donc que sur ce point on est d'accord . Enfin c'est vrai que j'ai fait l'éloge des milis mais il faut pas oublier les autres fonctionnaires c'est sur . Je crache pas dans la soupe . J'en ai pas parlé simplement parce que mon post était déjà super long .... lol . Et puis j'aquiesce avec jennykarateka , c'est super qu'un médecin déjà expérimenté comme toi vienne poster sur ce forum , ça nous aide , et je pense aide les lecteurs extérieurs .


_____
Adoptez la poulp'attitude !!!! Ca va ? Ca poulpe à mort !


Top
univers-zero
Jeune Carabin

Messages : 22
Enregistré : 07/11/2006
Posté le 13/11/2006 � 15:15 notnew
Merci à tous pour les encouragements, ici ou en U2U. C'est toujours agréable, même si les encouragements c'est vous qui en avez besoin et que, pour ma part, je n'ai fait que ce qui me semblait pertinent et utile.
Et plus particulièrement pour Poulpi : à aucun moment je n'ai perçu ton post comme une critique, bien au contraire !
Top
RunningMan
Ministre de la Santé

Messages : 913
Enregistré : 09/07/2003
Posté le 13/11/2006 � 15:17 notnew
Certains disent des choses interéssantes, mais c'est dommage que ce soit gâché par une présentation brouillone, comprenez que le bloc de texte est assez dur à avaler :
Pensez à structurer et à paragrapher, ça aidera à faire passer vos idées.



[Edité le 13/11/06 par RunningMan]
_____
If you want a job done right, you do it yourself.
Top
univers-zero
Jeune Carabin

Messages : 22
Enregistré : 07/11/2006
Posté le 13/11/2006 � 15:21 notnew
La prochaine fois (s'il y a), je mets des sauts de ligne, promis ! Pour les posts passés, si un modérateur veut en rajouter, aucun problème ! Merci
P. S. : les habitudes brouillonnes, on se demande d'où cela vient smilies
Top
psykomil
Jeune Carabin

Messages : 27
Enregistré : 21/09/2006
Posté le 13/11/2006 � 17:19 notnew
P. S. 2 pour Psykomil : je ne suis pas certain que tu puisses répondre à la place des médecins… Ce que tu écris, c’est, là encore, la belle présentation, la vue de l’extérieur, ce qu’on pourrait mettre sur une plaquette. Mais pour juger vraiment, il faut avoir le recul dans la durée. Le côté humain du métier et l’expérience hors du commun, certes. Mais c’est curieux, parce qu’après quelques années il y en a plein qui veulent faire du SAT (service à terre). Ce n’est d’ailleurs pas vrai que pour les médecins, il me semble. La mer, ça doit user !
Bon désolé pour le dernier post, manque de temps donc voici mon experiance de la marine embarquée:
J'ai passé 8 ans de ma vie sur un bâteau en tant que mousse jusqu'à devenir second-maître(sergent).J'ai fait le Jean Bart , le Cassard et le suffren (en tout 1354 jours de mer, 52 escales dans 18 pays.Je sais donc ce qu'est la marine.
Il y en a que ne sont pas fait pour le métier c'est tout. Il y des contraintes, certes plus que dans le civil, la famille passe en second plan (ma fille est à peine née quand je suis parti, elle parlait quand je suis revenu), heuresement que ma femme est là car sans son soutien je ne sais ce que j'aurai fait.

Ensuite je suis retourné sur des bâtiments (en mer toujours) en tant que psy (j'ai retrouvé d'ancien collègues) pour évaluer la répercution des différentes réformes entreprises dans la marine.

Pour les médecins, ce qui use ce n'est pas tellement la quantité de travail (même s'il assure des gardes aux les HIA); mais la fréquence des absences car en plus des missions il y a les exercices (2 jours à 1 mois).

Le sous-effectif est devenue une habitude.
Certains bâtiments n'ont pas de médecin (juste un infirmier) s'ils ont de la chance un médecin des hôpitaux est mis pour emploi pour une mission.
Les quelles missions durent de 2 à 8 mois.
Le rythme des missions est de 1 voire 2 par an. (sauf cas exceptionnel du genre liban où j'ai pu croiser les deux alphettes de santé navale et foutre en l'air les vacances prévues en Italie avec ma femme et mes enfant).

Mais ne voyez pas que le côté négatif des choses. Même si parfois je me dis que j'aurais dû rester artilleur pour continuer à avoir de l'action dans ma carrière, mais mon choix est fait et je ne regrette rien.

Donc, univers-zéro, OUI je peux parler de ce sujet (lis ma fiche je l'ai mise à jour).

Mais j'ai le regret de voir les médecins ne pas vouloir venir ou partir de la marine embarquée tout simplement parce qu'ils ne font pas grand chose (hors mis les gardes) et que, sur le plan familial, c'est très contraignant.

Et oui, la mer use, les plus anciens en ont marre de ne pas voir grandir leurs enfants, mais surtout rien n'est fait pour arranger les choses.
Mais comme poulpi l'a dit plus haut la VOCATION est primordiale; on a la chance d'échapper au matérialisme moderne pour aider les autres.

Il y a plus et des moins à vous de peser.
C'est sûr n'on ne rentre pas tout les soirs à la maison, c'est sûr qu'on ne gagne pas de milles et des cents (qd même pour les missions type liban ou afganistan: solde x 2.5 dont 1.5 fois non imposable ce qui fait 6250 pr un jeune médecin dont seul 2500 imposable).

Voilà en éspèrant ne pas vous avoir trop dégoutés.
_____
Vous soignez le corps
et moi l'esprit, enfin j'essaye.

Top
univers-zero
Jeune Carabin

Messages : 22
Enregistré : 07/11/2006
Posté le 13/11/2006 � 17:57 notnew
Merci pour le témoignage. Évidemment, je retire ma remarque : on peut considérer que 8 ans c'est un recul suffisant ! D'où l'intérêt d'avoir une fiche à jour (je peux parler, moi...)
Top
yodafox
Jeune Carabin

Messages : 26
Enregistré : 26/08/2006
Posté le 13/11/2006 � 18:09 notnew
il y a quelque chose que je trouve bizarre pour l'histoire des quatres réveillons de noël manqués par les médecins militaires auprés de leur famille: j'ai lu sur un autre post "avis de démissionaire" que l'armée était quand même un peu conciliante pour la vie de famille (dums a même déclaré dans le post que les médecins militaires ont une qualité de vie supérieure aux médecins civils)
Donc quelle est la vérité, en fait?
Top
univers-zero
Jeune Carabin

Messages : 22
Enregistré : 07/11/2006
Posté le 13/11/2006 � 23:26 notnew
J’interviens dans l’ordre…

Pour ce qui est de la conciliation, on ne peut pas généraliser, car les médecins sont désignés pour les OPEX et les MCD non pas par la direction centrale, mais par les directions régionales. Il n’y a donc pas de politique homogène et tout dépend du degré de tolérance de son directeur régional ou de ses chefs de bureau. Néanmoins, le SSA n’est en général conciliant que quand ça ne le dérange pas… Je peux en témoigner personnellement (c’est du vécu) et j’en ai des exemples à la pelle. Le leitmotiv, c’est de toute façon que les problèmes personnels passent après les besoins du service. Je l’ai entendu de mes propres oreilles du précédent directeur central himself et c’est le discours qui est tenu en substance aux gens du stage A (réunion d’une promo après 2 ans d’affectation) par un officier de la DRH/PO encore en fonction, et que, bien entendu, je ne citerai pas. Le même rajoute clairement que ceux qui ne joueront pas le jeu pourront faire une croix sur leur carrière… Rapporté par mon dernier adjoint après qu’il a fait le fameux stage… Le dit adjoint en passant a également été propulsé en Afrique contre sa volonté (il avait alors des soucis familiaux), y a fait 15 jours, a été rapatrié sanitaire, et depuis a une grosse croix rouge sur sa fiche. Et des comme ça, je l’ai dit, je peux en raconter plein. Alors il ne faut surtout pas croire que le SSA est conciliant.

(Je saute une ligne pour ne pas me faire tancer).

La qualité de vie des civils n’est en effet pas meilleure. Civils et militaires travaillent dans des cadres différents et ont des problèmes différents, de fait c’est difficilement comparable. Comme je l’ai fait remarquer quelque part, il y a quand même une différence (et c’est là que le financier joue) : tu montes une garde à Noël dans le civil, tu palpes quelques centaines d’euros. Tu montes la même garde dans le SSA, ce n’est pas gagné… Autre différence, de taille celle-là : le médecin civil, il monte sa garde chez lui et même si ce n’est pas le cas, s’il est de garde le 24, il est avec ses enfants le 25 ou réciproquement. Quand tu es 4 mois dans la pampa, tu pars à la Toussaint et tu reviens pour le Mardi-Gras, alors Noël… En résumé, je ne sais pas si on peu mettre en parallèle la qualité de vie des uns et des autres, mais il y a une chose qui est sûre, c’est que pour le paramètre vie familiale, c’est 1 point pour le civil et 0 pour le militaire (hors cas particulier d’un côté ou de l’autre).

[dums] edite pour supprimer la partie sur la feminisation, retranscrite dans le sujet dedié [dums]

[Edité le 15/12/06 par dums]
Top
puidupin
Jeune Carabin

Messages : 15
Enregistré : 26/06/2007
Posté le 27/06/2007 � 18:47 notnew
je viens de lire tout vos remarques sur le SSA et j'avoue que ce n'est pas la première fois que je les entends. Certains comprendront pourquoi. soit . mais si vous interroger les gens qui sont dans le service depuis plus de 25 ans il vous diront que le systeme leurs a beaucoup apporté meme s'il y a des choses qui ne vont pas.
me présentant au concours et étant admissible ces questions doivent etre posées mais comme certains l'on dit santé militaire c'est un vocation et il faut peser le pour et le contre .
je pense que ( si vous n'etes pas d'accord dites le !) il faut s'etre confronté à ces critiques pour s'engager en connaissance de cause et qu'il ne s'agit pas la de nous degouter
_____

Sursum corda

Top
RunningMan
Ministre de la Santé

Messages : 913
Enregistré : 09/07/2003
Posté le 27/06/2007 � 18:55 notnew
J'ai rien compris...
_____
If you want a job done right, you do it yourself.
Top
wolfgang²
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 52
Enregistré : 12/06/2006
Posté le 26/07/2007 � 20:00 notnew
je viens de lire tout vos remarques sur le SSA et j'avoue que ce n'est pas la première fois que je les entends. Certains comprendront pourquoi. soit . mais si vous interroger les gens qui sont dans le service depuis plus de 25 ans il vous diront que le systeme leurs a beaucoup apporté meme s'il y a des choses qui ne vont pas.
me présentant au concours et étant admissible ces questions doivent etre posées mais comme certains l'on dit santé militaire c'est un vocation et il faut peser le pour et le contre .
je pense que ( si vous n'etes pas d'accord dites le !) il faut s'etre confronté à ces critiques pour s'engager en connaissance de cause et qu'il ne s'agit pas la de nous degouter

oui mais t'en sais absolument RIEN!!!
alors chuuuuuuuuuut, passe ton coucours, rentre (ou pas) à l'école, fais-toi une opinion dessus, la tienne et pas celle d'un autre, et arrête de brasser de l'air pour rien, c'est fatiguant.
_____
C'est qui qui pue?


Top
clems_31
Jeune Carabine

Messages : 22
Enregistré : 28/10/2007
Posté le 31/10/2007 � 11:29 notnew
je pensais passer le concours d'entrée à l'ESSA cette année, avec enthousiasme, croyant me diriger naivement vers une belle carrière, quelques OPEX, et une vie de famille difficile.

Mais après avoir tout lu, j'avoue être un peu découragée!! parce que certe j'adore la médecine, l'armée et les OPEX ont tjs été un rêve pour moi, mais je me demande maintenant à quel prix??Hors mis la satisfaction d'avoir réalisé sont rêve( ce qui est déjà bien mais ne suffit peut être pas pour tout une vie), quels avantages en tire-t-on, je me le demande!!!

SVP n'y a-t-il pas sur ce forum quelqu'un qui a vécu sa vie de médecin militaire avec une joie totale??

mais merci quand même univers-zéro d'avoir fait la lumière sur des choses qui ne sont pas mises en avant....
_____


La folie, il n'y a que ça de vrai!!
Top
saintpierreattend
Bizut (futur carré)

Messages : 7
Enregistré : 15/08/2008
Posté le 15/08/2008 � 22:56 notnew
Euh, tout d'abord... univers-zero, c'est toi Bouboule ?
Ici c'est 6121C...

D'accord avec une grande partie de ce que tu dis sur le SSA.

Une belle aventure, mais, pour la plupart, l'impression qu'une partie de la motivation, de l'allant, qui nous anime, s'évapore dans sa rencontre régulière avec l'inertie (l'ineptie ?) de l'administration centrale, dont il faut préciser qu'il s'agit d'amateurs (l'exemple le plus criant est celui des ressources humaines qui sont gérées par un médecin dont les connaissances en RH se réduisent à quelques stages... Pas mal pour une administration dont la richesse est essentiellement la qualification et la motivation des personnels... Oui on peut se demander comment il est possible qu'une institution qui met en moyenne 15 ans - le temps qu'il faut pour devenir réellement opérationnel - pour former ses personnels médicaux - des personnels en outre croient tellement à ce qu'ils font qu'ils sont capables de mettre en danger leur propre vie - ne se débrouille pas à les garder lorsqu'ils deviennent rentables...)

l'amertume d'un bon nombre parmi ceux qui ont fait une carrière vient de cela. Le médecin militaire sert, il sait qu'il peut être sacrifié... cela fait partie du contrat... mais il n'aime pas le gachis, il n'aime pas qu'on le gaspille... Et quand on le gaspille, eh bien il part... (ça vous rappelle pas un film ?)

Il reste cependant le souvenir de ces années de camaraderie, de missions exceptionnelles, des grandeurs et servitude de notre état, de la qualité de l'engagement des militaires, de leur bêtise parfois, mais touchante finalement... Et puis c'est aussi le souvenir de notre jeunesse, et il me semble qu'elle a été belle.

Quand est venu le moment, sans regret, comme toi, je suis parti, à 25 ans et une journée, après une carrière de spécialiste passionnante... qui le devenait moins. Et je suis maintenant civil, un peu déçu de l'ambiance de leurs hôpitaux, mais au moins mes postes ne dépendent plus que de moi... Et je ne me prive pas de les choisir "exotiques". J'ai finalement la carrière de médecin militaire que je rêvais, mais sans la camaraderie.

Quelques conseils que je donnerais au fils (fille) d'un ami, s'il voulait entrer dans la carrière :
- Pas d'idéalisation hâtive : renseigne-toi bien.
- Être animé du désir de servir (et non pas de se servir)
- Connaître les servitudes de l'état de militaire (et leur coté, casque à boulon... parfois)
- Posséder une bonne tolérance à la frustration et ne pas avoir de problème avec l'autorité

Et puis, c'est un poncif, mais je le pense vraiment, alors... une carrière c'est 1/3 de choix, 1/3 de travail, 1/3 de chance...
Je vous la souhaite bonne.
_____
Le freak... c'est chic ?
Top
sofia31
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 70
Enregistré : 02/04/2009
Posté le 28/04/2009 � 11:06 notnew
Euh, tout d'abord... univers-zero, c'est toi Bouboule ?
Ici c'est 6121C...

D'accord avec une grande partie de ce que tu dis sur le SSA.

Une belle aventure, mais, pour la plupart, l'impression qu'une partie de la motivation, de l'allant, qui nous anime, s'évapore dans sa rencontre régulière avec l'inertie (l'ineptie ?) de l'administration centrale, dont il faut préciser qu'il s'agit d'amateurs (l'exemple le plus criant est celui des ressources humaines qui sont gérées par un médecin dont les connaissances en RH se réduisent à quelques stages... Pas mal pour une administration dont la richesse est essentiellement la qualification et la motivation des personnels... Oui on peut se demander comment il est possible qu'une institution qui met en moyenne 15 ans - le temps qu'il faut pour devenir réellement opérationnel - pour former ses personnels médicaux - des personnels en outre croient tellement à ce qu'ils font qu'ils sont capables de mettre en danger leur propre vie - ne se débrouille pas à les garder lorsqu'ils deviennent rentables...)

l'amertume d'un bon nombre parmi ceux qui ont fait une carrière vient de cela. Le médecin militaire sert, il sait qu'il peut être sacrifié... cela fait partie du contrat... mais il n'aime pas le gachis, il n'aime pas qu'on le gaspille... Et quand on le gaspille, eh bien il part... (ça vous rappelle pas un film ?)

Il reste cependant le souvenir de ces années de camaraderie, de missions exceptionnelles, des grandeurs et servitude de notre état, de la qualité de l'engagement des militaires, de leur bêtise parfois, mais touchante finalement... Et puis c'est aussi le souvenir de notre jeunesse, et il me semble qu'elle a été belle.

Quand est venu le moment, sans regret, comme toi, je suis parti, à 25 ans et une journée, après une carrière de spécialiste passionnante... qui le devenait moins. Et je suis maintenant civil, un peu déçu de l'ambiance de leurs hôpitaux, mais au moins mes postes ne dépendent plus que de moi... Et je ne me prive pas de les choisir "exotiques". J'ai finalement la carrière de médecin militaire que je rêvais, mais sans la camaraderie.

Quelques conseils que je donnerais au fils (fille) d'un ami, s'il voulait entrer dans la carrière :
- Pas d'idéalisation hâtive : renseigne-toi bien.
- Être animé du désir de servir (et non pas de se servir)
- Connaître les servitudes de l'état de militaire (et leur coté, casque à boulon... parfois)
- Posséder une bonne tolérance à la frustration et ne pas avoir de problème avec l'autorité

Et puis, c'est un poncif, mais je le pense vraiment, alors... une carrière c'est 1/3 de choix, 1/3 de travail, 1/3 de chance...
Je vous la souhaite bonne.

Je suis d'accord quand on passe le concours ( ce qui est mon cas cette année) on est en général conscient que si on le réussit c'est déjà qu'on est loin d'être "con" et en plus dès l'année suivante on commence a avoir un métier "qui ne connait pas la crise" et avec lequel tu es sur (ou presque) de ne pas être viré.
C'est sur resté 21 ans ( au total) c'est long et fastidieux, mais tu en ressort avec un expérience impréssionante et tu aura vu des choses que peu de gens on l'occasion de voir mm dans toute une vie. Après tu as un diplome, et tu peux reprendre ton métier dans le civil et avoir une vie assez correct.
Tu peux également avoir une vie de famille normal, c'est sur c'est pas forcément facile mais tu peux l'avoir sans soucis. Des OPEX tu n'en a pas tous les jours, c'est en général deux a trois mois tous les ans (mais d'après ce qu'on m'a dit ca tourne plutot vers les deux ans selon tes affectations).
Pour ma part, j'ai choisi cette voie parce que d'une part je suis d'une famille nombreuse et que de payer des études de médecine c'est pas hyper facile pour les vieux, alors de voir que tout est payer c'est pas mal, et moi je cherchais un métier ou je pouvais aider mes semblables (ca c'est je pense ma vocation) et servir pour une cause importante. Contrairement a beaucoup de gens j'ai connu assez tard cette voie mais elle m'a tout de suite plu et maintenant je me vois bien y entrer ( mm si je ne le suis pas encore). Après réflexion, je pense que c'est une chance a ne pas manquer et très interressante sur tous les points de la vie.


Voila mon point de vue, kiss a tous
_____
une petite folle dingue qui cherche a pas
trop faire chier son monde
mm si elle le fait quand mm....
Enfin passé le concours ouf c'est fini!!!!
Top
dums
Ministre de la Santé

Messages : 1457
Enregistré : 26/01/2002

Vie réelle
Sebastien Dumons - 41 ans
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : Médecin généraliste
Fac : LYON Est
Posté le 04/05/2009 � 20:36 notnew

Je suis d'accord quand on passe le concours ( ce qui est mon cas cette année) on est en général conscient que si on le réussit c'est déjà qu'on est loin d'être "con" et en plus dès l'année suivante on commence a avoir un métier "qui ne connait pas la crise" et avec lequel tu es sur (ou presque) de ne pas être viré.
Tu peux également avoir une vie de famille normal, c'est sur c'est pas forcément facile mais tu peux l'avoir sans soucis. Des OPEX tu n'en a pas tous les jours, c'est en général deux a trois mois tous les ans (mais d'après ce qu'on m'a dit ca tourne plutot vers les deux ans selon tes affectations).
Pour ma part, j'ai choisi cette voie parce que d'une part je suis d'une famille nombreuse et que de payer des études de médecine c'est pas hyper facile pour les vieux, alors de voir que tout est payer c'est pas mal, et moi je cherchais un métier ou je pouvais aider mes semblables (ca c'est je pense ma vocation) et servir pour une cause importante.
Attention à ne pas sous estimer cette disponbilité et les contraintes opérationnelles. Il y a certe les opex, mais aussi les terrains (manoeuvres).
Je suis en dernière année, je vis à Metz, je vais finir mes études par 3 mois à Marseille, puis affectation en décembre. A partir de janvier, préparation de l'opex en afghanistan, avec grosso modo 3 mois de terrain sur 6 mois, puis départ en opex pour 6 mois. On sera alaors en janvier 2011 et j'aurais passé 4 mois à la maison sur 15 mois... C'est une situation particulière et une opex particuliere, mais en gros pour mes camarades de promo dans l'armée de terre, l'infanterie et les unités operationnelles surtout, c'est 4 mois d'opex et 2 mois de terrain dans l'année, c'est pas rien. Mais je ne regrette rien, c'est une belle experience que je m'apprete à vivre (si tout se deroule comme prevu et si aucun contre ordre arrive au dernier moment, ce qui arrive regulierement!)
Top
Darksensei
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 11/02/2009
Posté le 07/05/2009 � 00:20 notnew

Je suis en dernière année

Puis-je te demander vers quel domaine tu t'es tourné ? Chirurgie? médecine générale ? autres ??
Top
cdmdu
Ministre de la Santé

Messages : 1919
Enregistré : 24/06/2003
Posté le 07/05/2009 � 14:38 notnew
Et bien, c'est écrit sur son profil, Sébastien est en médecine générale.
C'est pour cela d'ailleurs qu'il fait tant d'OPEX, et surtout, sur des durées aussi longues.
_____
Mari transve mare, hominibus semper prodesse.


Victis omnes vincemus
Top
Aller en haut • 51 réponses • 3 pages • 1 2 3
livreslivrescontactspublicationstwitter