logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Diplomé de médecine militaire, où vais-je travailler ?

Aller en bas • 3 réponses
Ours Brun
Bizut (futur carré)

Messages : 9
Enregistré : 22/09/2007
Posté le 15/12/2007 à 10:14 notnew
Bonjour à tous !
Bon je sais que cette question a déjà été posé mais je ne l'ai vu évoquée qu'une seule fois et il y a plus de 2 ans. Alors c'est juste pour avoir une confirmation.

J'ai donc lu qu'une fois que l'on est médecin militaire, 70% des diplomés vont travailler sur les terrains d'action.

C'est bizarre parce que nulle part sur la brochure j'ai vu ce chiffre. J'avais plutôt l'impression que c'était selon notre envie.

Alors ma question est : est-ce que ce chiffre est stable ? Dépend-il des années ? Cela veut-il dire que 70 % des diplomés veulent travailler sur le terrain et y travaillent ou que seulement 70 % de tous les diplomés souhaitant travailler sur les terrains vont être satisfait ? (j'en doute mais cela signifierait que l'on effectue une sélection. Même type que pour les spécialités ?)

Ou alors, autre interprétation, cela veut dire que parmi tous les diplomés, qu'ils souhaitent ou non aller sur le terrain, 70% iront quand même. Là aussi, ça doit dépendre des places offertes et des résulats non ?

Bon voilà, j'espère avoir été assez clair.
Si quelqu'un pouvait éclaircir ces différents point, ce serait sympa.
Top
chicotier
Ministre de la Santé

Messages : 823
Enregistré : 09/02/2006
Posté le 15/12/2007 à 12:26 notnew
Alors, pour faire simple, il y a environ 70% des élèves d'une promo qui seront médecins généralistes. Les médecins généralistes sont en unité. Pour ce qui est d'être à proprement parlé sur le terrain, les médecins généralistes le sont certes, mais aussi certains spécialistes en opérations extérieures (chirurgiens et anesthésistes réa par exemple).
A contrario, certains médecins ne partent pas en opex (par choix par exemple).
Donc donner un chiffre de ceux qui vont sur le terrain serait faux.
_____
Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément...
Top
champlon
Externoïde

Messages : 49
Enregistré : 07/04/2006
Posté le 15/12/2007 à 16:21 notnew
Les éléments de réponse apportés par Chicotier sont justes.

Parler de terrain ne veut pas dire grand chose. Est ce que c'est plus du terrain d'être en dur au Kosovo avec internet( mais pour quatre mois) ou bien de faire du terrain avec son régiment dans l'est de la France dehors en plein hiver (pour 15 jours) ?? Cà se discute...

Il faut comprendre, je pense, que le fait d'être militaire induit une disponibilité qui est permanente (par définition dans nos statuts). Donc, parfois on peut combiner ce que l'on souhaite et ce que l'on fait et parfois non. Par définition, on ne choisi pas (du moins on ne choisit pas tout).

Par exemple, il est impossible d'être anesthésiste réanimateur ou chirurgien général et de ne pas partir en OPEX (au moins en début de carrière)

De même si ce n'était pas le cas jusqu'à il y a quelques années, il semble improbable pour un médecin généraliste de ne pas partir (sauf exceptions).

Je pense qu'il est important de prendre conscience de cet engagement avant de venir à l'ESSA, je ne suis pas sûr que celà soit très bien expliqué dans les brochures...

Enfin dernière chose les conditions d'exercice ont bien le temps de changer en 10 ans, l'armée de 97 etait bien différente de celle d'aujourd'hui, celle de 2017 personne ne peut dire à quoi elle ressemblera...



[Edité le 15/12/07 par champlon]
_____
"Primum non nocere"


Top
Dédè (Audrey)
Désagrégée de médecine

Messages : 232
Enregistré : 08/02/2003
Posté le 21/12/2007 à 20:06 notnew
Enfin, il faut savoir que les choses risquent de pas mal évoluer avec la parution du "livre blanc" sur la réforme des armées en mars 2008 ou juin 2008... à suivre (je ne peux pas t'en dire plus)
_____
Carpe Diem
Pro patria et humanitate
Et vive Léon...
Top
Aller en haut • 3 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter