logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Grossesse et études en médecine?

Aller en bas • 56 réponses • 3 pages • 1 2 3
Moebus
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 68
Enregistré : 21/12/2004
Posté le 09/01/2005 à 22:49 notnew
Salut!

Une question de moi, future dino en P1 smilies
Est-il possible pendant les études de médecine de prendre un congé parental et reprendre ses études par la suite (genre quelques mois plus tard)??

Une question que je me pose car l'horloge biologique est en marche, surtout pour un premier enfant!!! (tic, tac, tic, tac smilies

Merci!!!
_____
Je vais répondre à une question qui, au fond de la salle, ne m'a pas été posée. (Charles De Gaulle)


Top
Yoda300
Chef des sévices

Messages : 435
Enregistré : 20/09/2004
Posté le 10/01/2005 à 18:47 notnew
Oui.
Par contre, par congé parental, j'espères que tu ne t'attends pas à recevoir des sous. C'est hors de question.
Tu peux arrêter tes études à peu près quand tu veux pour raisons personnelles et les reprendre n'importe quand.
_____
L'homme n'est pas fait pour travailler, la preuve c'est que cela le fatigue. (Voltaire)
A quoi bon apprendre ce qui est dans les livres, puisque ça y est ? (Sacha Guitry)
La forme même des pyramides d'Egypte montre que déjà les ouvriers avaient tendance à en faire de moins en moins (Will Cuppy).
Top
Moebus
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 68
Enregistré : 21/12/2004
Posté le 10/01/2005 à 19:17 notnew
Non je sais bien qu'il ne faut pas rêver en couleurs smilies

C'est déjà bien de pouvoir interrompre ses études dans un cas de grossesse. J'avoue que ça m'enlève même un énorme poids sur le dos, parce que la seule chose qui me rebutait c'est la crainte de ne pas pouvoir avoir d'enfants avant la fin des études (J'aurais 36 ans...).

Merci pour ta réponse Yoda!
_____
Je vais répondre à une question qui, au fond de la salle, ne m'a pas été posée. (Charles De Gaulle)


Top
ptite_mam
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 316
Enregistré : 23/03/2004
Posté le 11/01/2005 à 20:06 notnew
pour le conges parental je lu ici que oui mais bq d'internes que j'ai rencontré m'ont dit que ce n'etait pas possible, qu'il fallait prendre ses dispo (tu as le droit a 2 fois 6 mois de dispo pour faire n'importe quoi mais ensuite je crois que tu es reclassée ou qqch dans le genre, bref c super chiant pour le choix de tes stages)
Sinon avant l'internat tu peux arreter n'importe quand et reprendre plusieurs annees apres si tu le souhaites

Moi j'ai eu mon fils il y a 4ans et demi et j'ai arreté 4 ans, entre temps j'ai eu une fille. J'aimerais bien en refaire un pendant que je serais interne mais j'ai un peu peur de ne pas supporter la pression (je suis super maternelle, j'ai besoin de passer un max de temps avec mes enfants, surtout quand ce sont des bébés), on verra quand j'y serais, de tte facon j'en ai deja 2 smilies

conclusion si tu veux interrompre tes etudes pour t'occuper du bébé mieux vaut le faire avant l'internat (tu peux faire ton bb en D4 par exemple smilies )
Top
Moebus
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 68
Enregistré : 21/12/2004
Posté le 12/01/2005 à 01:03 notnew
Ben en fait, j'aimerais bien le faire avant la D4 ce bébé smilies J'ai 25 ans, bientôt 26, et je ne veux pas faire le premier à 30 ans, surtout que mon mari a bien hâte d'avoir ses gamins (il a l'air pitoyable à chaque fois que quelqu'un vient manger avec ses gosses à la maison) smilies Je rigole. J'adore les enfants et j'aimerais bien en avoir bientôt...c'est pour ça que je posais la question...En fait, ce serait super si on commence à essayer à partir de la P2 pour le premier et en faire un autre avant l'internat smilies

Je suis très maternelle aussi, limite mère poule (y a qu'à voir comment je me comporte avec mon chat smilies). Si je m'arrête, je m'arrêterai p-e pour un an à chaque fois.

Je suis tombée sur tes messages sur d'autres forums concernant le même sujet et ça m'a vraiment motivée ptite_mam smilies Maintenant, je ne me torture plus l'esprit en me disant que j'aurais mon premier gamin à 36 ans!

Merci encore pour ton témoignage ptite_mam!!! Ça me redonne espoir smilies

Moebus
_____
Je vais répondre à une question qui, au fond de la salle, ne m'a pas été posée. (Charles De Gaulle)


Top
sybermed
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 315
Enregistré : 28/03/2002
Posté le 12/01/2005 à 19:45 notnew
je crois en effet que s'arreter pendant l'internat est tres casse gueule. je me demande meme jusqu'à quel point on n'est pas obligé d'arreter definitivement au bout d'un moment si les arrets sont trop longs...

ceci dit faire un enfant pendant les 1er-2eme cycle est casse gueule aussi pour la reussite à l'ecn...

de plus avant la reforme l'on pouvait etre bien classé à l'internat et attendre autant de temps que l'on voulait pour debuter l'internat...
maintenant ce qui compte n'est pas le passage de l'ecn mais d'aller à la procedure de choix...

bref c'est compliqué...
Top
Yoda300
Chef des sévices

Messages : 435
Enregistré : 20/09/2004
Posté le 12/01/2005 à 20:16 notnew
Boh, vous êtes trop rigoriste. Y a toujours moyen de s'arranger avec l'administration, surtout pour ce genre de "problème".
_____
L'homme n'est pas fait pour travailler, la preuve c'est que cela le fatigue. (Voltaire)
A quoi bon apprendre ce qui est dans les livres, puisque ça y est ? (Sacha Guitry)
La forme même des pyramides d'Egypte montre que déjà les ouvriers avaient tendance à en faire de moins en moins (Will Cuppy).
Top
sybermed
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 315
Enregistré : 28/03/2002
Posté le 12/01/2005 à 20:27 notnew
au sein de la fac sans doute...

mais avec la drass qui gere les internes je pense qu'il vaut mieux eviter...

voici d'ailleurs le texte:

"....
Article 12

L'interne a droit à un congé annuel de trente jours ouvrables, le samedi étant décompté comme jour ouvrable ; au cours de ce congé, il perçoit les rémunérations mentionnées au 1º et au 2º de l'article 10 du présent décret. La durée des congés pouvant être pris en une seule fois ne peut excéder vingt-quatre jours ouvrables.

Article 13

L'interne bénéficie d'un congé de maternité ou d'adoption d'une durée égale à celle prévue par la législation de la sécurité sociale. Est garanti, pendant la durée de ce congé, le maintien de la rémunération mentionnée au 1º et au 2º de l'article 10 du présent décret.
Si, à l'expiration du congé de maternité ou d'adoption, l'interne ne peut reprendre ses fonctions en raison d'une maladie survenue au cours de ce congé, le point de départ du congé de maladie auquel il a droit est la date de l'acte médical qui a constaté cette maladie.

Article 14

Est garanti à l'interne en congé de maladie le versement, pendant les trois premiers mois de ce congé, des deux tiers de la rémunération mentionnée au 1º et au 2º de l'article 10 du présent décret et de la moitié de celle-ci pendant les six mois suivants.
Un congé sans rémunération de quinze mois au maximum peut être accordé, sur sa demande, après avis du comité médical prévu à l'article 36 du décret du 24 février 1984 susvisé à l'interne qui ne peut, à l'expiration d'un congé de maladie de neuf mois consécutifs, reprendre ses fonctions pour raison de santé.

Article 15

L'interne que le comité médical a reconnu atteint de tuberculose, de maladie mentale, de poliomyélite, d'une affection cancéreuse ou de déficit immunitaire grave et acquis a droit à un congé de trente-six mois maximum pendant lequel lui est garanti, au cours des dix-huit premiers mois, le versement des deux tiers de la rémunération mentionnée au 1º et au 2º de l'article 10 du présent décret et, pendant les dix-huit mois suivants, le versement de la moitié de cette rémunération.

Article 16

L'interne atteint d'une affection qui figure sur la liste de l'arrêté du 14 mars 1986 pris en application de l'article 28 du décret du 14 mars 1986 susvisé, à l'exception des pathologies mentionnées à l'article 15 ci-dessus, et qui exige un traitement ou des soins coûteux et prolongés, a droit à un congé de longue maladie d'une durée de trente-six mois maximum pendant lequel lui est garanti, au cours des douze premiers mois, le versement des deux tiers de la rémunération mentionnée au 1º et au 2º de l'article 10 du présent décret et, durant les vingt-quatre mois suivants, le versement de la moitié de cette rémunération. L'interne qui a obtenu un congé de longue maladie ne peut bénéficier d'un autre congé de même nature que s'il a repris ses activités pendant une année au moins.

Article 17

En cas de maladie ou d'accident imputable à l'exercice des fonctions exercées dans le cadre de sa formation ou en cas de maladie contractée ou d'accident survenu à l'occasion de l'exercice de ses fonctions, l'interne bénéficie, après avis du comité médical, d'un congé pendant lequel il perçoit la totalité de la rémunération mentionnée au 1º et au 2º de l'article 10 du présent décret.
A l'issue d'une période de douze mois de congé, l'intéressé est examiné par le comité médical qui, suivant le cas, propose la reprise de l'activité ou la prolongation du congé, avec maintien des deux tiers de la rémunération mentionnée au 1º et au 2º de l'article 10 du présent décret jusqu'à guérison ou consolidation pour une période qui ne peut excéder vingt-quatre mois.

Article 18

L'interne contraint de cesser ses fonctions pour raisons de santé peut bénéficier, à l'issue des congés mentionnés aux articles 14, 15, 16 et 17 du présent décret, d'un congé supplémentaire non rémunéré d'une durée maximum de douze mois s'il est reconnu par le comité médical que son incapacité est temporaire.
Si le comité médical estime, le cas échéant à l'issue de ce nouveau congé de douze mois, que l'intéressé ne peut reprendre ses fonctions, il est mis fin à celles-ci.

Article 19

Pour l'application des articles 14, 15, 16, 17 et 18 du présent décret, le comité médical est saisi soit par le préfet de région de la subdivision d'affectation, soit par le directeur de l'établissement hospitalier d'affectation, soit par le directeur général du centre hospitalier régional lorsque l'interne se trouve dans une des positions prévues à l'article 9 (2º), deuxième alinéa ; dans ces deux derniers cas, la saisine est effectuée après avis du président de la commission médicale d'établissement.
L'interne dont le cas est soumis à un comité médical doit être avisé, au mois quinze jours à l'avance, de la date de la réunion du comité médical. Si la demande lui en est faite, l'interne communique au comité médical les pièces médicales en sa possession.
L'interne est tenu de se présenter devant le comité médical. Il peut demander que soient entendus un ou plusieurs médecins de son choix, qui ont accès au dossier constitué par le comité médical.

Article 20

Lorsque, au cours d'un semestre, un interne interrompt ses fonctions pendant plus de deux mois au titre des articles 13 à 18, 25, 26 ou 37 du présent décret ou s'absente pendant plus de deux mois dans des conditions qui lui font encourir les sanctions disciplinaires prévues au deuxième alinéa de l'article 6, le stage n'est pas validé.
Un stage semestriel qui, soit en application de ces dispositions, soit par décision des autorités universitaires compétentes, n'a pas été validé, ne peut entrer en compte pour le calcul de la durée totale de l'internat. Il entraîne l'accomplissement d'un stage semestriel supplémentaire.

Article 21

L'interne conserve pendant ses congés son droit à la totalité du supplément familial mentionné à l'article 10 du présent décret.

Article 22

Les prestations en espèces allouées par les caisses de sécurité sociale aux internes viennent en déduction des sommes dont le versement leur est garanti par les dispositions du présent décret.
L'établissement qui assure la rémunération des internes est subrogé dans les droits de l'assuré aux prestations en espèces de la sécurité sociale, dans les conditions prévues à l'article R 323-11 du code de la sécurité sociale.

Article 23

Les internes sont affiliés au régime général de la sécurité sociale.
En application de l'article 1er du décret du 23 décembre 1970 susvisé, ils bénéficient également du régime de retraite géré par l'institution de retraite complémentaire des agents non titulaires de l'Etat et des collectivités publiques. L'assiette des cotisations est fixée par arrêté des ministres chargés de l'intérieur, du budget, de l'enseignement supérieur et de la santé.

Article 24

Le droit syndical est reconnu aux internes.
Ils peuvent créer des organisations syndicales, y adhérer, y exercer des mandats. Ils ne peuvent subir aucun préjudice ou bénéficier d'avantages en raison de leurs engagements syndicaux.
Des autorisations spéciales d'absence sont accordées par le directeur de l'établissement, dans les conditions et limites fixées par arrêté du ministre chargé de la santé, aux représentants syndicaux élus des internes, à l'occasion de la participation de ceux-ci à des réunions syndicales.

Article 25

L'accomplissement de l'internat est suspendu pendant la durée légale du service national pendant laquelle l'intéressé est placé dans une position spéciale dite sous les drapeaux.

Article 26

L'interne peut être mis en disponibilité par le directeur général du centre hospitalier régional de rattachement dans l'un des cas suivants :


a) Accident ou maladie grave du conjoint ou d'un enfant : la durée de l'interruption ne peut, en ce cas, sauf dérogation, excéder une année renouvelable une fois ;

b) Etudes ou recherches présentant un intérêt général : la durée de l'interruption ne peut, en ce cas, excéder une année renouvelable une fois ;

c) Stage de formation ou de perfectionnement en France ou à l'étranger : la durée de l'interruption ne peut, en ce cas, excéder une année renouvelable une fois ;

d) Convenances personnelles, dans la limite d'un an renouvelable une fois.

La mise en disponibilité au titre des b et c du premier alinéa du présent article ne peut être accordée qu'après six mois de fonctions effectives de l'interne. Elle ne peut être accordée qu'après un an de fonctions effectives au titre du d de ce même alinéa.
L'intéressé formule auprès de l'établissement ou de l'organisme dans lequel il exerce ses fonctions la demande qui est, le cas échéant, transmise pour décision au directeur de l'établissement public de rattachement.
A l'issue de sa disponibilité, l'interne est réintégré dans son centre hospitalier régional de rattachement, dans la limite des postes disponibles.
L'interne placé en disponibilité au titre du b du premier alinéa du présent article peut effectuer des gardes d'internes dans un établissement public de santé, après accord du directeur de cet établissement et sous la responsabilité du chef de service. Il en est de même pour l'interne placé en disponibilité au titre du c dans le cadre d'un stage de formation.

[Edité le 12/01/05 par sybermed]
Top
ptite_mam
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 316
Enregistré : 23/03/2004
Posté le 12/01/2005 à 22:38 notnew
meobus je suis bien contente d'avoir motivé quelqu'un, d'habitude les discours ont plutot l'effet inverse. J'eesaye d'etre le plus realiste possible, mais bon il ne s'agit toujours que d'une experience personnelle donc c'est tres suggestif;)
Top
La Mums
Interne

Messages : 121
Enregistré : 25/06/2003
Posté le 17/01/2005 à 12:21 notnew
Avoir des enfants en médecine : ca dépend beaucoup des gens...

Pour ma part, je suis tombée enceinte en P1, c'est une des raisons qui m'a conduit à arrêter médecine (mais pas la seule, loin de la !), tandis que Sybermed, elle, abtenue sa P1 (avec une dérogation pour tripler).
Mon mari envisage de redoubler sa D4, parce que les nuits sont un peu courtes en ce moment smilies

Mon beau frère et ma belle soeur sont tous les deux étudiant en médecine, internes actuellement et ont eu leur troisième enfant fin novembre ! Et ils n'ont redoublé qu'une fois pendant toutes leur études. Comme quoi, il n'est pas impossible d'avoir plusieurs enfants, alors même que les deux sont étudiants...

Heureusement que les internes ont droit à un congé maternité ! Manquerait plus que ca ne soit pas le cas... Les internes travaillent, ils sont soumis aux mêmes règles que tous les salariés (y compris pour les 10 jours de congé paternité).
Mais il peut se poser des questions sur la durée minimum à faire dans un stage pour que celui ci soit validé.
De plus les femmes enceintes sont exemptées de gardes.

Pour ceux qui travaillent à l'AP-HP : le plupart des hopitaux ont une ou deux crèches, ouvertes aux enfants des internes (mais pas aux externes.... ggrrrr... Quoique, je pense qu'on insistant un peu, ca doit être possible... rien ne l'interdit explicitement dans le règlement).
Pratique la crèche de l'hopital, pour déposer ses enfants sans perdre de temps...
Celle de Mondor permet de continuer à allaiter ses enfants pendant qu'ils sont à la crèche.

Voilà ! Tout ca pour dire que rien n'est impossible mais chacun gère ça comme il veut/peut (arrêter quelques temps, redoubler, ou continuer à fond...).

[Edité le 17/01/05 par La Mums]
Top
sybermed
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 315
Enregistré : 28/03/2002
Posté le 17/01/2005 à 12:42 notnew

Je suis très maternelle aussi, limite mère poule (y a qu'à voir comment je me comporte avec mon chat smilies). Si je m'arrête, je m'arrêterai p-e pour un an à chaque fois.

bien entendu que - comme n'importe quel salarié - on peut s'arreter en tant qu'interne si l'on a des enfants...
mais pas un an de maniere evidente...
pouponner longtemps est difficile, c'est tout ce que je voulais dire...

quant à avoir plusieurs enfants pendant les etudes, s'en occuper seuls et reussir l'internat me semble tenir du miracle.


Top
Moebus
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 68
Enregistré : 21/12/2004
Posté le 17/01/2005 à 13:20 notnew
Oui p-e ça vaut mieux d'attendre l'internat.
De toute façon, je ne suis pas toute seule, mon mari est très impliqué dans notre "foyer" et il m'a assurée que je n'aurais rien à craindre si on a des enfants pendant mes études en médecine.

Pour ce qui est de la durée d'arrêt, désolée je viens du québec, donc je ne sais pas quelle est la durée permise...c'est quoi la durée de congé parental "politically correct"? smilies

C'est bien qu'il y ait des crèches dans les hôpitaux!
_____
Je vais répondre à une question qui, au fond de la salle, ne m'a pas été posée. (Charles De Gaulle)


Top
KaraBin
Ministre de la Santé

Messages : 1272
Enregistré : 09/09/2003
Posté le 17/01/2005 à 20:44 notnew

Pour ceux qui travaillent à l'AP-HP : le plupart des hopitaux ont une ou deux crèches, ouvertes aux enfants des internes (mais pas aux externes.... ggrrrr... Quoique, je pense qu'on insistant un peu, ca doit être possible... rien ne l'interdit explicitement dans le règlement).
Pratique la crèche de l'hopital, pour déposer ses enfants sans perdre de temps...
Celle de Mondor permet de continuer à allaiter ses enfants pendant qu'ils sont à la crèche.

Pas sûr il me semble que la creche de l'hopital n'est accessible que à partir du cliniquat!!!??
_____
"ici c'est comme dans une course à la fois sprint et marathon"


Top
La Mums
Interne

Messages : 121
Enregistré : 25/06/2003
Posté le 18/01/2005 à 09:35 notnew
A Mondor, on a fait les démarches pour notre fille.
je recopie le doc qu'ils m'ont donné :

"Pour bénéficier de la crèche il faut :
* Etre agent de l'AP-HP, toutes catégories de personnel confondues, A L'EXCEPTION D'UN AGENT EN CDD.
* Pour les attachés, il convient cependant qu'ils soient investis à hauteur de 10 vacations hebdomadaires.
* cette solution de garde est particulièrement intéressante mpour les internes, puisque, quel que soit leur lieu de travail, leur enfant demeurera sur le même site."

A priori, rien n'exlu les externes, qui effectuent l'équivalent de ce qui est demandé pour les attachés. A Mondor, ils n'avaient jamais eu de demande de la part d'un externe, et la directrice s'est renseigné auprès du directeur du personnel de l'hôpital ("code horaire" de la feuille de paye de mon mari en main), qui a dit non.
A mon avis, qui n'est que purement personnel et peut-être complètement faux, si on avait insisté un peu, on aurait peut-être eu le droit de faire garder notre enfant.

A Créteil, si Anaëlle avait été prise, je sais que j'aurais eu le droit de monter à la crèche (5 min de la fac), pour l'allaiter entre deux cours.

Idéal, non ?

Bon courage !!
Top
Psukhênat
Désagrégée de médecine

Messages : 252
Enregistré : 08/06/2003
Posté le 18/01/2005 à 10:43 notnew
excusez moi je n'ai pas eu le temps de lire tout ce qui precede et
j'aimerai savoir pour celles qui ont fait des enfants pdt leurs etudes, combien de temps elles se sont arretées, toute l'année ou juste quelques semaines-mois (mais meme dans ce cas là l'année est plantée non ? )
_____
Il y a ceux qui voient le monde et qui disent "pourquoi",
et ceux qui rêvent le monde et qui disent "pourquoi pas" .

Top
sybermed
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 315
Enregistré : 28/03/2002
Posté le 18/01/2005 à 11:00 notnew
perso pour mon deuxieme enfant j'ai arrété un an puis j'ai fait ma deuxieme P1: mon fils avait 4 mois en septembre et faisait ses nuits...(ma fille avait 4 ans)
dés la rentrée il a arrété de les faire et j'ai raté mon concours à 10 places de la barre...
j'ai eu droit au triplement et ca a marché.

mais avec le recul je pense que ce n'etait pas strategique:
arret un an entre 2 tentatives: c'est nul
nourrisson et concours: c'est nul

d'autant plus que je n'ai pas bcp de temps à consacrer à mes enfants - meme maintenant.
Car entre les examens tous les 3 mois.
bosser pendant toutes les vacances scolaires (pour les $)
sans compter les maladies infantiles qui mettent à mal les programmes de revisions, les greves des enseignants...
car il est quasiment impossible de bosser avec les enfants à la maison (sauf qd ils dorment mais depuis 1 an je m'endors avant eux...)

et comme il n'y a pas de grand-parents prés de la maison et pas de pognon pour payer une baby sitter...
Top
ptite_mam
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 316
Enregistré : 23/03/2004
Posté le 18/01/2005 à 13:47 notnew
j'ai eu mon 1er en D2, j'ai redoublé ma D2 a cause d'une grossesse difficile, j'ai redoublé ma D2 mais j'ai arrêté en cours d'année voyant que je ne pouvais pas tout assumer (j'ai priviligié ma vie de famille). J'ai arrêté 4 ans, j'ai repris presque 1 ans (10mois en fait) après la naissance de mon 2eme enfant, mais du coup je suis en triplement de ma D2 smilies

J'ai pas fait de demande a la creche de mondor parce qu'on m'avait prevenu que le directeur dirait non, et puis finalement quand j'ai faillit la faire quand même j'ai eu une place ds la creche familiale de ma ville (comme le papa peut emmener et recuperer notre fille il n'y a pas de probleme d'horaires)
Evidement etant donné que je suis une allaiteuse forcenée (10mois pour chacun smilies ), si j'en avais un 3eme je ferais du forcing pour avoir une place a la creche de l'hopitalsmilies
Top
Psukhênat
Désagrégée de médecine

Messages : 252
Enregistré : 08/06/2003
Posté le 18/01/2005 à 14:53 notnew
donc entre la fin de grossesse et les premiers moments du nouveau venu il faut minimum 1 an

moi qui croyais que je le ferais entre juin et octobre pour ne pas louper d'année ... smilies

(de toutes les façons le probleme ne se pose pas puisque je n'ai pas le pere smilies )
_____
Il y a ceux qui voient le monde et qui disent "pourquoi",
et ceux qui rêvent le monde et qui disent "pourquoi pas" .

Top
ptite_mam
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 316
Enregistré : 23/03/2004
Posté le 18/01/2005 à 19:04 notnew
lol c vrai que avant tout cela il faut d'abord trouver LE papasmilies...
cela dit perso ma 1ere grossesse a ete difficile mais ma 2eme grossesse a été superbe, j'aurais pu bosser (si j'avais ete en medecine) jusqu'a la fin sans probleme....quoique c'est pas certain a 100% car le stress y etait sans doute aussi pour quelque chose pour mes problemes lors de ma premiere grossessesmilies
Un bébé c'est un peu la loterie, tu ne sais jamais ce qui t'attend, le bon comme le piresmilies

[Edité le 18/01/05 par ptite_mam]
Top
Moebus
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 68
Enregistré : 21/12/2004
Posté le 18/01/2005 à 22:07 notnew
L'idéal serait de pouvoir rentrer ça dans un petit ordinateur pour que l'accouchement coincide avec le dernier examen de l'année X et que le bébé soit capable de faire ses nuits avant la rentrée de l'année Y smilies

Mais bon, je crois que si on commence à trop réfléchir, personne n'aura d'enfants sur terre! Un enfant ça vient avec ses facilités et ses difficultés, donc je me dis qu'il amènera des solutions quant à sa garde en temps et lieux smilies
_____
Je vais répondre à une question qui, au fond de la salle, ne m'a pas été posée. (Charles De Gaulle)


Top
Dre Papillon
Cousine canadienne ;-)

Messages : 1015
Enregistré : 07/03/2002
Posté le 19/01/2005 à 00:26 notnew
Moebus, si j'avais remarqué que tu étais du Québec plus tôt je t'aurais répondu avant !

Je suis en 2e année de médecine à l'UdeM (après une pré-med). Une de mes amies a eu un bébé en avril dernier alors que la session n'était pas encore vraiment fini, la Faculté a été arrangeante et elle a pu finir sa session en juin. Elle a repris les cours en août sans sauter d'année (mais elle aurait pu prendre une année sabbatique sans problème), je pense que la session d'automne a été un peu dure et maintenant ça va plutôt bien. Le papa a des horaires atypiques alors ça aide, le petit ne va pas trop longtemps à la garderie. Avec la APP elle est quand même souvent à la maison elle-même d'ailleurs.

Une autre de mes amies est enceinte, l'accouchement est prévu pour début avril, elle compte aussi trouver des arrangements avec la faculté pour quand même valider sa session (elle va en manquer un bout, on finit le 27 mai !). Elle compte commencer son externat mi-août comme tout le monde et va essayer de prendre des stages plus relax au début.

Les deux, je crois, ont fait leurs "tentatives" pour tomber enceinte de façon réfléchie pour avoir un bébé au printemps et pouvoir reprendre les cours en août sans problème.

Alors tu vois, d'autres l'ont fait avant toi smilies

À part ça ici c'est fréquent les congés maternité pendant la résidence. En fait la plupart des gens qui peuvent attendent ce moment. On est alors considérés comme employés des hôpitaux et on a droit au congé de maternité prévu dans la loi (peut-être même plus selon la convention collective des hôpitaux).

[Edité le 19/01/05 par Ebb]
_____
"Choisir, c’est se priver du reste." (André Gide)

"Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours." (Louis Pasteur)
Top
Aller en haut • 56 réponses • 3 pages • 1 2 3
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Anne-Marie Curat, présidente de l’Ordre des sages-femmes : « Les sages-femmes sont encore trop invisibles ! » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter