logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Le concours de l’internat et après ?

Aller en bas • 55 réponses • 3 pages • 1 2 3
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 243
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 15/06/2018 à 13:47 notnew
Pour PH c'est bien ça, même si aujourd'hui (la vidéo a 10 ans) le métier est bien plus tourné vers la clinique et la technique (production)car les procédures d'achats ont été centralisées, et la logistique est souvent laissé aussi à des professionnels de ça.
Top
Claude Bernard
Bizut (futur carré)

Messages : 7
Enregistré : 30/05/2018
Posté le 15/06/2018 à 14:02 notnew
Complètement d'accord avec Czéroça.

Le pharmacien qu'on voit est PH dans une pharmacie centrale, c'est à dire une plateforme d'approvisionnement pour l'ensemble des PUI. Tu as ça sur les HCL de Lyon, l'APHP à Paris etc... bref toutes les grandes structures.

Son métier va consister essentiellement à articuler la logistique d'approvisionnement (réceptions et distribution). C'est un moyen de centraliser les achats et les stocks. Au lieu d'avoir des médicaments de partout avec plein de livraisons sur toute la région, tu as un pharmacien qui centralise tout pour toutes les PUI. Comparer avec le métier de pharmacien hospitalier c'est un peu comme si tu comparais un pharmacien grossiste répartiteur à l'OCP et un officinal.

Les PH qui sont en PUI ne s'occupent généralement pas d'approvisionnement et leurs compétences vont se placer autour du malade et des soignants : pharmacie clinique, ETP, conciliation par exemple.
Top
armando
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 88
Enregistré : 22/06/2009
Posté le 16/06/2018 à 11:43 notnew
la 1/2 journée par semaine sur plateau technique c'est vrai et faux à la fois. Tout dépend de la structure ou tu travailles.
Si t'as déjà 15 bios qui ont un roulement sur le plateau tu aruras du mal à faire la semaine complète. Par contre si t'as une structure avec des bios "anciens" s'occupant d'autre problemes (finance, RH etc) ils seront trés contents de te laisser gérer le plateau (horaires+++ contraintes++)
Top
armando
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 88
Enregistré : 22/06/2009
Posté le 16/06/2018 à 12:03 notnew
en dehors du plateau tu fais :
1) de la biologie
- prélevements gynécos, myco, pédiatriques et prélèvements diffciles
- tu corriges les erreurs d'enregistrement des dossiers
- tu vois les dossiers compliqués direct avec le prescripteur
- tu adapates la prescritption si besoin (choix d'analyse, technique)
- tu rajoutes des analyses en fonction des résultats si besoin
- tu commentes les résultats aux patients qui le souhaitent

- tu gères avec les résultats urgents pathologiques+++ tu es le 1er a voir les resultats, et il arrive que ton prescripteur ne soit pas joignable (samedi+++). Et la ca peut etre vite pénible :
tu valides 4g de glycémie chez un patient non connu. c'est l'ide qui à prélver à domicile, t'as pas de numéro de tel, tu ne sais pas si elle est connue diabétique. A toi de te débrouiller pour la contacter/juger de l'urgence voir avec le 15 si besoin etc etc

ce genre de résultat est féquent (INR à 6 chez papy de 90 ans samedi à 17h, Hb à7g, chute des plaquettes sous héparines creat qui passe de 10 à 30mg) et tu es responsable de communiquer l'information.

bref tout résultat de biologie doit etre interpréter et tu juges si il faut prévenir ton prescriteur ou pas.

2) tu t'occupes de ton equipe
- formation, habilitation, gestion des heures, des congés

3) tu t'occupes de toutes les merdes qui peuvent arriver (et ca prend du temps!)
-trouver du personnel en cas d'arret
-gérer en cas de panne
- etc etc etc
Top
Malarya
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 182
Enregistré : 25/08/2010
Posté le 24/06/2018 à 00:07 notnew
Oooouh ça fait des plombes que je ne suis pas passée par ici!!
Il est intéressant de voir que les sujets ne changent pas avec les années et que malheureusement on en est toujours au même point : l’assistanat, oui, mais après?
Tout à fait d’accord avec ZenZen (hey, ça fait longtemps !! smilies) sur le manque de communication des assistants en poste lorsque l’on est interne et les PH totalement déphasés pour la plupart!
Sinon, il y a éventuellement la possibilité de partir à l’etranger (Luxembourg, Suisse...) Ça ne résous clairement pas le problème en France, et encore faut -il en avoir l’envie ou la possibilité, mais ça peut représenter une bonne voie de secours!
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 917
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 25/06/2018 à 17:35 notnew
Cette vidéo sur PH smilies... avec ça pas certain de créer des vocations !

Le mec au même niveau (enfin à ce qu'il en parait) il place les commandes, les essais de DM, la réception de gaz (le truc de merde que tu fais une fois par an et que t'essais de refourguer à tes collègues en disant que t'es un peu fatigué) et un peu de pharmacie clinique (comme l'officinal) ... il oubli quand même beaucoup de chose.

Donc d'accord avec les avis au dessus, et je rajouterai même qu'il existe aussi des plateformes et des "grossistes" pour le privé avec négociations des prix et tout le reste.

On va dire que la grosse majorité de l'activité en PH, toute structure confondue c'est la gestion de la dispensation : en amont validation des prescriptions puis dispensation aux services. Par rapport à l'officine t'as une validation pharmaceutique plus poussées avec une plus grande proximité avec les prescripteurs et des outils plus complets et accessibles (dossier patient, biologie...) mais tu perds la proximité du patient et tes interlocuteurs seront plutôt les infirmières et les médecins. Après tu greffes des activités "optionnelles" ou secondaire que tu trouveras pas forcement partout : sté, DM, production, essais ...
Top
Yassine-B
Jeune Carabin

Messages : 15
Enregistré : 12/03/2017
Posté le 08/12/2018 à 10:58 notnew
On peut pas avoir des témoignages d'assistants ou de PH exerçant " la Pharmacie Clinique " ? Parce que le coté gestion, commandes, approvsionnement... on le connait déjà, mais la pharamcie clinique ça reste un terrain très peu connu !
Top
Aspergilluss
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 11/11/2018
Posté le 09/12/2018 à 01:36 puis édité 1 fois notnew
On peut pas avoir des témoignages d'assistants ou de PH exerçant " la Pharmacie Clinique " ? Parce que le coté gestion, commandes, approvsionnement... on le connait déjà, mais la pharamcie clinique ça reste un terrain très peu connu !

Pour la simple et bonne raison qu'elle est peu développée en France(sauf peut-être à Grenoble où ça l'est ). J'ai des amis internes et à part de la délivrance de médicaments, préparation de chimio... , ils me disent qu'ils n'ont jamais eu à faire véritablement de la clinique (aller dans les services et éduquer le patient...) , ça ressemble plus à de la validation d'ordonnance qu'autre chose. En tout cas, c'est une discipline intéressante mais qui est encore qu'à ses prémisses.
Top
Yassine-B
Jeune Carabin

Messages : 15
Enregistré : 12/03/2017
Posté le 09/12/2018 à 08:58 notnew
Je vois, c'est vraiment dommage, vu l'apport considérable que pourrait avoir le pharmacien clinicien sur la PEC.
Top
Claude Bernard
Bizut (futur carré)

Messages : 7
Enregistré : 30/05/2018
Posté le 10/12/2018 à 11:28 notnew
Bonjour, je vais tenter de donner une expérience de la pharmacie clinique depuis l'internat jusqu'au post-assistanat.

Il est très clair que la meilleure occasion de faire de la pharmacie clinique est pendant l'internat. C'est le seul moment où la discussion avec les internes de médecine ou les PH relève d'une activité clinique. Le meilleur endroit où cela se déroule est probablement Grenoble. Un post de pharmacie clinique est créé dans chaque service du CHU. L'interne de pharmacie suit l'interne de médecine toute la journée et l'aide à prescrire. Son boulot n'est pas à la PUI mais dans les services.

Autant être lucide, à l'heure actuelle, quelque soit le post (Privé, publique, CHU, CH, assistant, PH...), ce métier n'existe pas en dehors de l'internat. Même si quelques pharmaciens apportent une expertise sur la validation d'ordonnance, le métier de pharmacien clinicien est absent des hôpitaux.

Je pense qu'en établissement publique, des postes (assistants et internes notamment) peuvent être financés pour développer cette activité. Une bonne porte d'entrée est la mise en place de la conciliation, durant laquelle un entretien avec le patient, et potentiellement un regard pharmacologique, peut être rapporté au prescripteur. Aujourd'hui cette activité est difficile à justifier car elle ne rapporte rien et prend beaucoup de temps.

Depuis l'internat, je n'ai plus fait de pharmacie clinique (Ou très peu). L'essentiel de l'activité consiste à encadrer des équipes (préparateurs, internes, externes...) sur ce projet mais pas à en faire soit même.

Pour résumer, la pharmacie clinique est une activité spécifique de l'interne et la plupart des établissements (surtout dans le privé) ne se payent pas le luxe de financer du temps pharmacien pour ça. Le jour où celle-ci sera déployée massivement arrivera quand l'acte pharmaceutique sera valorisé à l'hôpital. Aujourd'hui, même si beaucoup de publications montrent l'importance du pharmacien clinicien, cet acte n'est pas rémunéré à l'hôpital, donc pourquoi dégager du temps pour en faire ?

C'est avec le temps, en montrant l'impact du métier de pharmacien clinicien, qu'il sera un jour reconnu.
Top
edelvail
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 81
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 10/12/2018 à 13:35 notnew

Aujourd'hui cette activité est difficile à justifier car elle ne rapporte rien et prend beaucoup de temps.

Si les pharmaciens pouvaient faire leur travail et prescrire les ordo au lieu de passer leur temps sur le dos des meds, je crois bien qu'on résoudrait la plupart des problèmes voyez vous ...
Top
Claude Bernard
Bizut (futur carré)

Messages : 7
Enregistré : 30/05/2018
Posté le 10/12/2018 à 14:26 notnew
Impossible. Les médecins ne laisseront jamais le monopole de la prescription. Regardez déjà ce qu'il se passe avec la vaccination ou les sage-femmes...

En même temps c'est tout à fait compréhensible. L'approche clinique est indispensable à la prescription.
Maintenant, je suis d'accord qu'une collaboration plus juste avec un consensus devrait être discuté. On pourrait imaginer un diagnostic clinique, une proposition pharmaceutique, validée ou partiellement modifiée par le prescripteur. Mais on en est très très loin...

Et honnêtement je ne suis pas sûr que la formation de base en faculté de pharmacie permette d'atteindre un niveau suffisant. Faut se rendre compte qu'on a encore des profs qui nous apprennent le nombre de pétales sur un laurier ou les 17 étapes de la synthèse de l'hémoglobine en 3ème année. Dans ma fac, la première analyse d’ordonnance que j'ai faite est en 5ème année en préparant le concours de l'internat. De l'autre côté les médecins, ou les dentistes, ou les SF sont immergés tout de suite dans leur métier.
Ça passera nécessairement par une refonte de l'université avant le reste.
Top
edelvail
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 81
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 10/12/2018 à 14:51 notnew
C'est tout à fait juste et je ne crois pas non plus que nous parvenions un jour à cela (l'IA aura de toute façon probablement pris la pres aux meds avant cela).

Cependant je trouve cela bien navrant d'être "expert en médicament" et de ne rien pouvoir en faire. Les études de pharmacie sont bien peu utiles mais cela n'est pas spécifique à notre métier. Disons que ça fait passer le temps smilies
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 243
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 11/12/2018 à 12:05 notnew
La pharmacie clinique se développe, c'est sûr. Elle se développe plus facilement dans les CHU, car peuvent dédier des internes à ces activités. Dans les autres structures, je vous rejoins ce qui débloquera la situation sera des financements à l'activité. (Quoique le CAQES comporte bon nombre d'indicateurs sur la pharmacie clinique et que potentiellement le non respect des objectifs peut entrainer des sanctions financières).

Les officinaux vont se lancer dans des Bilan de Médication partagés (concilation médicamenteuse officinale) avec rémunération à la clé. il va falloir, nous aussi intégrer ce virage.

Mais tous les feux sont au vert pour y aller (Ordonnance PUI de décembre 2016, CAQES...) ne maque plus que les moyens humains.
Top
Yassine-B
Jeune Carabin

Messages : 15
Enregistré : 12/03/2017
Posté le 13/12/2018 à 08:31 notnew
Merci pour vos éclaircissements !
Top
Aller en haut • 55 réponses • 3 pages • 1 2 3
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Anne-Marie Curat, présidente de l’Ordre des sages-femmes : « Les sages-femmes sont encore trop invisibles ! » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter