logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Reprendre l'internat après quelques années d'officine

Aller en bas • 24 réponses • 2 pages • 1 2
pangur
Jeune Carabin

Messages : 10
Enregistré : 12/09/2007
Posté le 02/08/2019 à 09:51 notnew
Salut,

Il y a quelques années, j'avais été classé au concours étudiant, mais je n'avais pas pris de poste, préférant tenter l'officine. Et, sans vouloir lancer de débat sur l'officine aujourd'hui, je regrette mon choix.

J'envisage donc de passer le concours à titre européen, si cela m'est possible. Ce projet m'amènerai - si tout ce passe bien - à finir mon internat à 40 ans.

Et donc, au delà de la réussite du concours, c'est l'internat et son après qui m'amène ici.

Est-ce que mon profil sera vu comme un handicap par mes futurs chefs ? Je ne vise pas de poste hospitalo-universitaire en CHU, j'aspire plutôt à une carrière hospitalière simple (rien n'est simple me direz-vous) ou un poste en clinique. Mais je me demande si, compte tenu de mon âge et de mon parcours, j'ai une chance d'avoir un poste. Si c'est pour retourner en officine après 4 années d'internat, aussi enrichissantes soient-elles, je me résignerai à tenter autre chose.

Merci de prendre le temps de m'éclairer.
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 253
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 02/08/2019 à 15:01 notnew
Je ne pense pas que ton âge soit un problème.

Par contre il te faut repasser le concours en tant que praticien européen.
[url=http://]
https://www.cng.sante.fr/concours-examens/internat-de-pharmacie-titre-europeen-pha-ue[/url]

Et je crois savoir que cest assez difficile d'être classé.
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 948
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 05/08/2019 à 11:57 notnew
Objectivement je ne pense pas.
Au contraire même, les profils "atypiques" avec un peu d'expérience ailleurs est souvent bien perçu. Tu auras peut-être un peu plus de maturité.

Pour moi ce type de décision soulève d'autres question :
- es-tu prêt à reprendre 4 ans de formation avec des cours à la FAC, des gardes, des travaux à réaliser ?

- es-tu prêt financièrement à gagner moins de 2000 balles pendant 2 ans puis 2000 balles pendant 2 ans puis 2500 balles pendant encore 4 ans ?

- les offres d'emplois sont maigres il faut envisager sérieusement le fait que tu n'aura peut-être pas le poste que tu souhaites, à l'endroit que tu souhaites dans les délais que tu souhaites. Après entre ton concours, puis ton internat puis 2 à 4 ans d'assistanat les choses auront vraiment bien changé.
Top
Lasilix
Interne

Messages : 105
Enregistré : 17/09/2015
Posté le 06/08/2019 à 00:33 puis édité 1 fois notnew
Comme dit l'aiguilleur dans le Petit Prince "on n'est jamais bien là où on est". Tu regretteras l'officine à l'instant même où tu auras mis les pieds à l'hôpital.

Tu te rendras compte que c'est très très hiérarchisé ; la pharmacie hospitalière serait respectée s'il s'agissait d'une spécialité pour médecins bien côtée à l'ECN ("pharmacologie médicale", par exemple ; le spécialiste serait entouré d'infirmières formées pour faire de la concil). Bref le côté médical de ton boulot ne sera pas respecté parce que tu n'es pas médecin, par contre tu serviras pour les tâches administratives (remplir les indications des médicaments onéreux, faire la paperasse des essais cliniques...), pour la "démarche qualité" et pour faire faire des économies (par exemple, harceler les médecins pour qu'ils prescrivent dans le livret : les administratifs purs qui ne connaissent rien au médicament te seront reconnaissants). Le tout dans une ambiance à couteaux tirés parce qu'il n'y a pas de place pour tout le monde. Si tu es très procédurier et que tu aimes embêter les gens, ce métier est fait pour toi. Sinon, passe ton chemin, et sans regret !

PS :Si tu veux rire un peu, vas voir les posters de la conférence Hopipharm. C'est du style : "J'ai rangé des étagères et depuis il y a moins d'erreurs de dispensation". Je te laisse imaginer les applications domestiques que pourrait avoir une telle logique d'amélioration continue. Sérialisation de la vaisselle, optimisation de la penderie... Ainsi va la roue de Deming : elle monte, monte, où s'arrêtera t-elle ?
Top
Clary
Sexternus-minus

Messages : 38
Enregistré : 13/06/2014
Posté le 07/08/2019 à 00:38 notnew
Salut !
Pour ma part je ne suis pas d'accord sur tous les points abordés ci-dessus.

Déjà bravo pour te remettre dans le bachotage du concours.

Effectivement comme dis plus haut, une fois le concours obtenus, redevenir étudiant ne doit pas être simple que ce soit sur les bancs de la fac mais aussi en stage où en tant qu'interne on joue régulièrement le rôle de préparateur...

Pour ce qui est du job de pharmacien par la suite, ton profil "atypique" avec déjà de l'expérience peut être un gros plus. Et je ne suis pas sure que tu regrettes ce choix (tu auras d'ailleurs l'internat pour te faire une idée). Il ne faut certes pas idéaliser le pharmacien d'hôpital en pensant qu'il ne fait que de l' "expertise pharmacologique", pharmacie clinique et j'en passe. Evidemment il y a de la paperasse, de la logistique... des demandes de l'ARS/AM tarabiscotées... Mais indéniablement, le contact avec le personnel médical et paramédical est bien plus important qu'en ville. Jeune assistante dans un CH je découvre les appels téléphoniques de médecins qui veulent un avis pharmaceutique sur un antibiotique, du matériel... chose rarissime en CHU.

Après ce n'est que mon point de vu. Bonne continuation !
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 253
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 07/08/2019 à 12:11 notnew
Comme dit l'aiguilleur dans le Petit Prince "on n'est jamais bien là où on est". Tu regretteras l'officine à l'instant même où tu auras mis les pieds à l'hôpital.

Tu te rendras compte que c'est très très hiérarchisé ; la pharmacie hospitalière serait respectée s'il s'agissait d'une spécialité pour médecins bien côtée à l'ECN ("pharmacologie médicale", par exemple ; le spécialiste serait entouré d'infirmières formées pour faire de la concil). Bref le côté médical de ton boulot ne sera pas respecté parce que tu n'es pas médecin, par contre tu serviras pour les tâches administratives (remplir les indications des médicaments onéreux, faire la paperasse des essais cliniques...), pour la "démarche qualité" et pour faire faire des économies (par exemple, harceler les médecins pour qu'ils prescrivent dans le livret : les administratifs purs qui ne connaissent rien au médicament te seront reconnaissants). Le tout dans une ambiance à couteaux tirés parce qu'il n'y a pas de place pour tout le monde. Si tu es très procédurier et que tu aimes embêter les gens, ce métier est fait pour toi. Sinon, passe ton chemin, et sans regret !

PS :Si tu veux rire un peu, vas voir les posters de la conférence Hopipharm. C'est du style : "J'ai rangé des étagères et depuis il y a moins d'erreurs de dispensation". Je te laisse imaginer les applications domestiques que pourrait avoir une telle logique d'amélioration continue. Sérialisation de la vaisselle, optimisation de la penderie... Ainsi va la roue de Deming : elle monte, monte, où s'arrêtera t-elle ?

Je pense que tu confonds le metier de Pharmacien hospitalier avec celui d'interne dans un CHU.

Je te propose de voir un peu autre chose, et d'aller dans les hôpitaux périphériques, je pense que tu en as besoin.
Top
pangur
Jeune Carabin

Messages : 10
Enregistré : 12/09/2007
Posté le 10/08/2019 à 15:53 notnew
De toute façon, je ne continuerai pas le métier de pharmacien d'officine (titulaire). Reste à voir pour la (re)conversion.

En tout cas, merci à tous pour vos interventions.
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 948
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 15/08/2019 à 13:09 puis édité 1 fois notnew
Lasilix tu as le droit de ne pas aimer PH ... mais pourquoi avoir fait cette spé ?
C'est connu que PH c'est procédurié et assez spécial ... tu perds le réel contact patient, tu as un contact direct mais parfois tendu avec les prescripteurs.

Le soucis c'est que beaucoup (trop) d'étudiants vont en PH pour de mauvaises raisons : fuir l'officine, espoir de se rapprocher de la médecine qu'ils voulaient faire, salaire ?, fonction publique.
Mais une bonne partie ne correspond tout simplement pas à ce taff et ça se ressent directement lors de l'internat puis de l'assistanat.

Les missions d'un PH sont simples et tout le monde les connais... si le rêve c'est d'aller prescrire des medoc' ou que tout l'hosto t'appelles pour avoir ton expertise, désolé mais il fallait faire médecine ou changer de pays.

En attendant, en réalité, lorsqu'on aime son taff il y a plein de chose à faire et chacun trouve de la reconnaissance et sais se rendre indispensable/important.
Sans vouloir être désagréable, les gens qui trouvent qu'ils servent à rien n'apportent généralement rien à leur poste, collègue et hôpital. Mettez quelqu'un d'intéressé et compétent sur le même poste, bizarrement tous les médecins vont venir demander conseils... preuve qu'avec de la motivation et des connaissances/professionnalisme on peut faire des trucs top en pharmacie hospitalière
Top
edelvail
Nain-terne

Messages : 95
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 15/08/2019 à 13:27 notnew

En attendant, en réalité, lorsqu'on aime son taff il y a plein de chose à faire et chacun trouve de la reconnaissance et sais se rendre indispensable/important.

C'est à dire ?


Sans vouloir être désagréable, les gens qui trouvent qu'ils servent à rien n'apportent généralement rien à leur poste, collègue et hôpital.

Ca c'est parfaitement vrai
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 948
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 15/08/2019 à 13:34 notnew
je vais pas détailler mais déjà entre les grosses structures CHU, CH ou les structures plus petites, cliniques, EHPAD ... tu as des orientations de poste différents.
Entre bosser seul ou avec un adjoint ou bosser dans une PUI de 15 pharmaciens... être spécialisé sur son secteur ou faire de tout.
Tu peux faire de terrains ou de l'organisationnel, tu peux faire de la routine ou monter des projets...
Top
edelvail
Nain-terne

Messages : 95
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 15/08/2019 à 13:39 puis édité 1 fois notnew
je vais pas détailler mais déjà entre les grosses structures CHU, CH ou les structures plus petites, cliniques, EHPAD ... tu as des orientations de poste différents.
Entre bosser seul ou avec un adjoint ou bosser dans une PUI de 15 pharmaciens... être spécialisé sur son secteur ou faire de tout.
Tu peux faire de terrains ou de l'organisationnel, tu peux faire de la routine ou monter des projets...

Je trouve quand même bien souvent que les principales qualités à avoir se situent en dehors du champ pharmaceutique (capacité d'organisation, de management ...). Je dois avouer que je ne vois toujours pas bien l'utilité d'avoir bac+9 pour faire ça smilies

Tu en a beaucoup des collègues démotivés comme tu le décris ?
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 948
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 15/08/2019 à 13:44 puis édité 1 fois notnew
tu te trompes, est-ce qu'il faut bac+10 pour faire la 5000e consult' et diagnostiquer la 2000e diarhée ou rhume de sa carrière ?
Pourquoi ne pas former du personnel moins qualifié et de réserver les médecins aux cas complexe ?

Dingue ? pour la pharmacie c'est pareil.

Bien sur qu'il faut de l'organisation, du managment et que parfois mon bac+9 me sert à rien quand je dois ranger une feuille, imprimer une liste ou chercher une boite dans mon stock. Et ? est-ce que ta qualification, ton niveau de formation font que tu fois faire uniquement des taches compliquées ?

Le pharmacien est reconnu pour sa rigueur et son exigence, et c'est bien pour ça que suite à de nombreux "problèmes" et accidents la responsabilité de certaines activités a été confiée au pharmacien (MDS, stérilisation, fabrication des chimio...). C'est l'essence même de notre métier et c'est pour ça qu'on est reconnu.
Je ne compte pas le nombre de fois où les médecins, infirmières, administratifs étaient content de nous avoir à disposition pour les aider ou solutionner un problème.

Il faut juste sortir de son idéal et rêve d'étudiant, le pharmacien médecin à la docteur house qui va sauver le monde et la planète.
Top
edelvail
Nain-terne

Messages : 95
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 15/08/2019 à 13:52 notnew

Pourquoi ne pas former du personnel moins qualifié et de réserver les médecins aux cas complexe ?

C'est bien un peu ce qu'ils cherchent à faire avec les IPA non ?


Bien sur qu'il faut de l'organisation, du managment et que parfois mon bac+9 me sert à rien quand je dois ranger une feuille, imprimer une liste ou chercher une boite dans mon stock. Et ? est-ce que ta qualification, ton niveau de formation font que tu fois faire uniquement des taches compliquées ?

Non l'idée serait que cela puisse déjà servir de temps en temps


Il faut juste sortir de son idéal et rêve d'étudiant, le pharmacien médecin à la docteur house qui va sauver le monde et la planète.

Il s'agirait surtout d'accomplir des taches qui ont un minimum de sens avant de vouloir sauver quoi que ce soit
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 948
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 15/08/2019 à 15:11 notnew
quelles taches n'ont pas de sens ?
Top
edelvail
Nain-terne

Messages : 95
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 15/08/2019 à 15:33 notnew
Le remplissage des indicateurs du CAQES smilies

Non plus sérieusement la validation d'ordonnance n'a par exemple pas grand sens. Si on on considère la profession comme représentant "l'expert en médicament de la santé", il est alors évident que le rôle devrait être la prescription; et non le fait de regarder d'un air vitreux une ordo en appuyant machinalement sur valider.

Je sais pas, imagines l'inverse; un PH med appeler un interne de pharma pour valider un diagnostic. ça fait pas un peu ridicule ? smilies
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 948
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 15/08/2019 à 15:41 puis édité 1 fois notnew
le côté pharmacien = spécialiste du médicament = prescripteur est pour moi une vaste foutaise.

La validation des precription est une mission obligatoire.
On a aucune formation clinique pour prescrire, on a une formation pharmaceutique pour apporter un autre regard sur une prescription et donner des recommandations (qui seront suivies ou non) et éviter des erreurs.

honnêtement avant de se poser des questions sur le métier de pharmacien, demandez vous si vous avez choisi le bon taff !
Top
edelvail
Nain-terne

Messages : 95
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 15/08/2019 à 16:02 puis édité 1 fois notnew
le côté pharmacien = spécialiste du médicament = prescripteur est pour moi une vaste foutaise.

La validation des precription est une mission obligatoire.
On a aucune formation clinique pour prescrire, on a une formation pharmaceutique pour apporter un autre regard sur une prescription et donner des recommandations (qui seront suivies ou non) et éviter des erreurs.

honnêtement avant de se poser des questions sur le métier de pharmacien, demandez vous si vous avez choisi le bon taff !

Je serais ravi de connaitre la fameuse "formation pharmaceutique" qui permet de développer "une autre vision"
La plupart des gens suivent des algorithmes de prescription qui sont heureusement un minimum commun au monde de la santé (bon dans la vrai vie d'ailleurs un bon nombre de pharmaciens se disent surtout que "si il a prescrit ça, c'est que ça doit être bon et j'ai pas envie d'aller m'embêter")

Je tiens aussi à préciser que l'argument du "c'est obligatoire" n'a strictement aucun rapport avec le fait qu'il y ait une cohérence
Top
zen²
Ministre de la Santé

Messages : 948
Enregistré : 28/09/2007
Posté le 15/08/2019 à 16:06 notnew
notamment celle de l’interaction, de la disponibilité des médicaments, des switch, d'aide à la compliance (commence à aborder des notions de galénique avec un médecin...), d'économie aussi...

Donc, les pharmaciens hospitaliers voudraient prescrire, font PH, s'emmerdent à contrôler une ordo et conclue que le métier est merdique ... c'est ça le raccourci ?

Sinon ça vous arrive de vous dire qu'il aurai mieux fallut faire médecine ??
Top
edelvail
Nain-terne

Messages : 95
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 15/08/2019 à 16:33 puis édité 1 fois notnew
notamment celle de l’interaction, de la disponibilité des médicaments, des switch, d'aide à la compliance (commence à aborder des notions de galénique avec un médecin...), d'économie aussi...

Donc, les pharmaciens hospitaliers voudraient prescrire, font PH, s'emmerdent à contrôler une ordo et conclue que le métier est merdique ... c'est ça le raccourci ?

Sinon ça vous arrive de vous dire qu'il aurai mieux fallut faire médecine ??

Les points sont intéressants mais l'efficience serait obtenu pa un switch direct (ce qui se fait dans certains endroits). Si j'estime qu'une forme buvable est préférable je la mets; si le sartan mis n'est pas le bon, je prend mon tableau de switch COMEDIMS et je change. Mais pourquoi donc passerais je par le médecin ?
Si j'ai besoin d'un bilan bio, je demande à l'inf d'un piquer un ... Bref, j'apporte une plus value.

Le métier n'est absolument pas merdique. Il permet d'être bien payé avec une quantité de travail relative.

Pour ce qui est du dernier point, il s'agit du jeu des concours qui ne sélectionne peut être pas de façon parfaite ses candidats smilies

Note : la perte de sens n'est pas du tout propre à la pharmacie; bon nombre de métiers aujourd'hui en souffre. Au moins quand l'apothicaire préparait ses remèdes, tu comprenais à quoi pouvait bien servir le bonhomme (et là évidement à cette époque diagnostiquer ou prescrire n'aurait eu aucun sens)
Top
Kinona
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 167
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 15/08/2019 à 16:56 notnew
On a aucune formation clinique pour prescrire, on a une formation pharmaceutique pour apporter un autre regard sur une prescription et donner des recommandations (qui seront suivies ou non) et éviter des erreurs.

On doit pas faire les mêmes études alors. Car la formation clinique on l'a pour les grandes patho et pour poser les diagnostics cliniques.
Top
edelvail
Nain-terne

Messages : 95
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 15/08/2019 à 17:05 notnew
On a aucune formation clinique pour prescrire, on a une formation pharmaceutique pour apporter un autre regard sur une prescription et donner des recommandations (qui seront suivies ou non) et éviter des erreurs.

On doit pas faire les mêmes études alors. Car la formation clinique on l'a pour les grandes patho et pour poser les diagnostics cliniques.

N'exagérons pas non plus. Je me souviens pas avoir eu de cours de sémio ou même n'avoir eu un stéto entre les mains pour poser des diagnostics d'EP smilies
Le diagnostic reste du domaine vraiment médical pur et dur
Top
Aller en haut • 24 réponses • 2 pages • 1 2
livreslivrescontactspublicationstwitter