logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Déviation des études ?

Aller en bas • 12 réponses
Thanos
Désagrégé de médecine

Messages : 285
Enregistré : 26/04/2006
Posté le 09/05/2007 à 17:45 notnew
Bonjour,

Je suis kiné diplomé depuis 2001, et je constate que dans notre profession, les étudiants deviennent de plus en plus protocolaires. Cela fait d'eux des machines bien huilées, mais, pas humaines pour deux sous...


Avez vous le même problème chez les infirmiers ?

Considérez vous que cela est un problème ?

Top
choup.esi
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 11/02/2007
Posté le 13/05/2007 à 20:04 notnew
Bonsoir,

C'est peut être dû au manque de confiance en eux. Il existe diverses raisons, culture, génération, personnalité, formation, etc. Tout dépend de chacun. smilies

En même temps, ça a du bon d'être protocolaire aussi. smilies Après, ça dépend des qualités du professionnel. smilies
_____
A.S.D.E et A.D.E.
Créateur sites IFSI / IFAS
Ancien ESI 3A - Ancien président BDE
Ancien délégué de promo depuis 6 ans
Ancien Etudiant médecine et secouriste CRF et PC
Top
Thanos
Désagrégé de médecine

Messages : 285
Enregistré : 26/04/2006
Posté le 14/05/2007 à 19:39 notnew
C'est dans les cours que les enseignants bombardent de protocoles...

Avant, quand on sortait de l'école, on avait une base de protocole (tempsde consolidation...) et on y allait au senti.

Maintenant les institutions nous demandent de plus en plus de mettre les patients dans des cases... Et là, bye bye l'humanité, bonjour les soins comme des machines.

Top
magdam
Interne

Messages : 118
Enregistré : 10/09/2004
Posté le 17/05/2007 à 18:31 notnew
Pendant les études d'inf, tu as une théorie et une pratique que l'on t'oblige à appliquer avec rigueur sinon tu vires.
Le métier d'inf comme d'autres nous oblige à avoir cette rigueur qu'il faut acquérir quand tu es étudiante car les patients et les familles sont de plus en plus procéduriés c'est un moyen de se protéger et de faire correctement son boulot, on s'occupe de patients et non de rumsteck.lol.
Après le coté relationnel ca s'est une conviction personnelle tu l'as ou tu l'as pas et c'est pas l'IFSI qui va te l'enseigner.
L'humanité est une valeur que chacun doit développer chaque jour et le fait d'être protocolaire n'y changera pas grand chose.
Top
Thanos
Désagrégé de médecine

Messages : 285
Enregistré : 26/04/2006
Posté le 21/05/2007 à 09:10 notnew
Magdam,

Ne peut on être rigoureux si on s'éloigne d'un protocole ?

Pour une pathologie donnée, appliquer sans autre réflexion un protocole est il judicieux ?

smilies
Top
magdam
Interne

Messages : 118
Enregistré : 10/09/2004
Posté le 21/05/2007 à 20:34 notnew
Thanos,

En réponse à ta première question, je t'en retourne une à titre d'exemple:

Tu es face à un patient en arrêt cardio respi, le médecin n'est pas présent dans ton service. Tu sais mettre en place les manoeuvre de réa, utiliser un défibrillateur et injecter de l'adré en IV à raison de 1mg/3min suivant le protocole établie daté et signé par les médecins responsables de ce dernier.
Crois-tu qu'oublier par exemple d'injecter de l'adré ou de poser les DSA est une faute grave de l'IDE et n'est pas une preuve du manque de rigueur?

Après, pour la deuxième question, je pense effectivement qu'il faut se pencher sur la question: est-ce que ce protocole est adapté?
Pour la très grande majorité des protocoles, une réflexion a été faite en amont, bien souvent sur le terrain lors de sa mise en application et son recadrage ou abolition si besoin peut-être effectué au vue de son inefficacité.
Dans tous les cas, nous devons respecter les protocoles cela fait partie de notre décret compétence sinon c'est considéré comme une faute professionnelle.

Si tu veux donne moi des exemples au niveau de ta profession de kiné car il se peut que la différence de actes que nous effectuons ne permette par de faire de comparaison.
Top
Thanos
Désagrégé de médecine

Messages : 285
Enregistré : 26/04/2006
Posté le 22/05/2007 à 13:43 notnew
Magdam,

L'exemple que tu me donnes estune situation très particulière. Dans ce cas précis, avoir un protocole est utile.

Toutefois, les situations d'urgences ne sont probbablement qu'une minorité de tes actes (sauf si tu bosses aux urgences ou au bloc).

Le soucis des protocoles, c'est qu'ils sont venus ronger le reste du soin.
-Faire en sorte que le patient accepte le soin.
-Etre émotionnellement présent pendant le soin (sans se laisser bouffer par le vécu du patient).

Par les protocoles, les futurs professionnels de santé sont poussés vers une pratique de machine: A partir du moment où le protocole est respecté, j'ai fait mon boulot. Le reste, c'est du supplément si j'ai le temps et/ou l'envie.


Le "hic" réside là à mon sens...


Top
magdam
Interne

Messages : 118
Enregistré : 10/09/2004
Posté le 22/05/2007 à 20:20 notnew
Thanos,

Je bosse effectivement au bloc et je fais des misssions d'urgences à l'étranger.

Je comprends mieux là ou tu veux en venir. je pense que je n'ai pas assez de recul pour pouvoir faire un comparatif sur plusieurs années car je suis diplmoée depuis novembre 2005.

Le coté relationnel ne me semble pas être toujours laissé de coté à cause des soins techniques mais plutôt à cause de la charge de travail, de l'aisance que tu as à faire un soin mais également de l'épuisement (qui se voit chez des IDE beaucoup expériementées professionnel et autres raisons: fatigue passagère...

Après comme j'ai dis auparavant il me semble que ca fait partie du caractère de chacun: certains sont plus techniques et d'autres plus relationnel.


Peut-être que si un ou une IDE d'onco ou d'hémato passé par là, son point de vue serait plus intéressant que le mien.
Car nous aurions une meilleure représentation surtout au niveau d-e l'acceptation du soin.


Top
Thanos
Désagrégé de médecine

Messages : 285
Enregistré : 26/04/2006
Posté le 25/05/2007 à 08:11 notnew
Je retiens l'argument de la charge de travail (il est vrai que souvent, vous n'êtes pas à la fête).

En revanche,il me parait clair que la "protocolarisation" (désolé pour le néologisme) à outrance va dans le sens de la perte du contact.

Je ne suis pas entièrement d'accord avec ce que tu dis dans ton avant dernier paragraphe: Technique et humanité sont indissociables, sinon tu fais du demi soin...


Top
magdam
Interne

Messages : 118
Enregistré : 10/09/2004
Posté le 29/05/2007 à 16:59 notnew
Au fur et à mesure que l'on avance dans la discussion, je me rends compte que nos avis ne sont pas si éloignés que ça.

Je pense également que la base des soins repose sur le relationnel.

Parfois cet aspect du soin tu peux l'exploiter et d'autres fois non (ex: cas des urgences et encore que...).
Et puis, tu as ceux qui veulent l'exploiter et tu as ceux qui ne veulent pas l'exploiter.

Le fait d'être protocolaire ne t'empêche pas d'être sociable du moins je vois pas en quoi sinon faut se poser des question sur son métier et voir si on ne s'est pas trompé.
Car des métiers techniques et bien cadrés ou en face tu n'as pas un humain ca existe, c'est pas ce qui manque.



Top
boop
Serial IDE

Messages : 756
Enregistré : 24/03/2004
Posté le 30/05/2007 à 06:47 notnew
Je me permets de donner mon point de vue, exercant depuis un an et demi en onco, et ayant des spé plus techniques auparavant (et me préparant à retourner vers l'ultra-technique, bref).

Je rejoins magdam: je pense que vous avez en fait le même point de vue, à quelques détails près.

Il me parait abérent de pratiquer un soin sans y imprimer l'aspect relationnel, je me refuse à me considérer comme une bête exécutante, d'une part, d'autre part, l'humain prime sur la technique. Par contre, cette dernière doit être irréprochable, au point de s'effacer et de ne laisser voir que la relation d'aide. De plus, en travaillant justement avec "de l'humain" (désolée pour la formule, c'est pas très joli, mais vous comprenez ce que je veux dire)on se doit d'être très très au clair avec les divers protocoles, et des soins techniquement uniformisés assurent une meilleure continuité de la prise en charge. Un exemple tout bête: un pansement d'escarre, si un protocole n'est pas mis en place, et que chacun applique sa propre technique, on a beau être le plus sympa du monde avec le patient, on est pas efficace pour un sou. Autre exemple: je pose des chimiothérpies toute la journée, nous avons des protocoles bien précis quant à la vérification de l'identité du patient, des produits, l'administration du produit, sa surveillance etc... Impossible d'y déroger.
Bref, les exemples font légion, et dans le cas de l'urgence, bien sûr la technique doit être impeccable, mais le relationnel est essentiel pour ne pas générer une source de stress supplémentaire pour le patient, ce qui pourrait par ailleurs lui être carrément délétaire selon la pathologie ( infarct par exemple).

Enfin, je dirais qu'on peut respecter les protocoles à la lettre tout en assurant le relationnel, ça peut passer par l'explication du geste, son but, cela rassure le patient, et puis bon, il s'agit de SA pathologie, et de SON traitement, il a le droit à l'information.
_____
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Top
Thanos
Désagrégé de médecine

Messages : 285
Enregistré : 26/04/2006
Posté le 30/05/2007 à 08:00 notnew
Je vais reformuler ma question en plusieurs:

-Quelle proportion y a -t-il de professionnels qui prodiguent leurs soins avec humanité dans votre branche? Je réponds de suite pour les kinés: Misérablement peu...

-La forme des étude est elle en partie responsable de cette déviance si déviance il y a ?



[Edité le 30/05/07 par Thanos]
Top
magdam
Interne

Messages : 118
Enregistré : 10/09/2004
Posté le 03/06/2007 à 02:41 notnew
Alors, je ne souhaite pas juger mais collègues ou futurs collègues.
Seulement je pense que l'on ne peut pas faire IDE si on a pas un brain d'humanité qui traine en soi.

Selon moi, les études ne sont pas responsables du manque d'humanité car je ne pense avoir changer entre temps bien au contraire mon désir de m'ouvrir au autres est renforcé de part mes connaissances que j'ai pu acquérir au cours de mes études.
Je m'explique mon souhait depuis toute petite était d'aider les gens qui souffrent, la question était oui mais comment c'est bien beau de vouloir aider mais faut pouvoir être efficace. Aujourd'hui ce souhait est toujours présent et c'est réaliser grâce à mon métier d'infirmière. Ce qui m'a était enseigné me donne des clées pour y répondre c'est pour ca que je bosse en France dans une clinique mais c'est également pour ca que je fais des missions internationnales pour une ONG.
Top
Aller en haut • 12 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter