logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Liberte d'installation

Aller en bas • 15 réponses
tazzou59
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 158
Enregistré : 18/09/2008
Posté le 18/11/2011 à 21:02 notnew
le 10 novembre dernier une proposition de loi « visant à garantir un accès aux soins égal sur l’ensemble du territoire ». Le texte, signé par une soixantaine de députés, va loin. Parmi quelques-unes des mesures présentées, il y a notamment l’obligation pour un étudiant en troisième année d’internat d’effectuer un stage d’« une durée minimale de douze mois au sein d’une maison de santé pluridisciplinaire ou d’un établissement hospitalier » dans une zone sous-dotée. A l’issue de sa formation, l’étudiant devra s’installer dans une zone sous-dotée « pour une durée minimum de trois ans ».

Chantal Robin-Rodrigo insiste aussi sur le fait que « tout médecin doit exercer pour une durée minimum de deux ans » dans un secteur sous-doté, « étant donné que la collectivité a financé ses études à hauteur de 200 000 euros ».

Autre mesure avancée dans le texte, le remplacement de l’examen national classant (ENC) par un « internat régional ». « Cela doit permettre, explique le député, de fixer les futurs médecins plus facilement dans les régions, la mise en place de l’ENC a été une grave erreur. »

interdire l’installation de médecins dans les zones déjà bien dotées. Les praticiens seraient soumis à une « autorisation d’installation » délivrée par l’Etat « selon des critères de démographie médicale ». Ceux qui ne respecteraient pas ces règles « ne verraient plus leurs actes remboursés par la Sécurité sociale ».
_____
DCEM3
Top
kheva
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 23/07/2010
Posté le 18/11/2011 à 21:38 notnew
c'est bien comme ça on aura encore moins envie de s'installer en libéral: encore une charmante idée bien démoralisante smilies
Top
tiramisue
Jeune Carabine

Messages : 16
Enregistré : 13/06/2009
Posté le 19/11/2011 à 13:33 notnew
http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion3914.asp

Au tout début de l'article:
" Alors qu’il y a 30 ans, un médecin sur deux choisissait l’exercice libéral, ils ne sont plus qu’un sur dix à faire ce choix aujourd’hui. "

« Art. L. 4131-6-1. – Dans un délai de trois mois à compter de la délivrance de leur diplôme d’État de docteur de médecine, les médecins désireux d’exercer leurs fonctions à titre libéral en font la déclaration auprès de l’agence régionale de santé de la région dans laquelle ils souhaitent exercer. Ils sont tenus de s’installer pour une durée d’au moins trois ans dans un territoire dans lequel le schéma visé à l’article L. 1434-7 indique que l’offre de soins de premier recours ne suffit pas à répondre aux besoins de santé de la population.

Comme dit kheva, c'est comme ça qu'ils espèrent valoriser l'exercice libéral ???

à noter que cette loi s'applique non seulement aux médecins mais aussi aux dentistes, kiné, sage-femmes et infirmiers
Top
Florette
Désagrégée de médecine

Messages : 222
Enregistré : 11/06/2008
Posté le 19/11/2011 à 16:20 puis édité 1 fois notnew
Limiter l'installation dans les zones sur dotées : je suis totalement pour !
Il est vrai que le problème des ECN c'est qu'on a aucune obligation à bosser dans la région dans laquelle on va faire notre internat : exemple des multiples internes parisiens qui viennent faire leur internat dans le nord et qui se barrent fissa après ...
Sinon effectivement nous forcer à nous installer ne résoudra certainement pas le problème ! (et personnellement j'estime que bosser dans n'importe quel hôpital nordiste c'est bosser dans une zone de sous-médicalisation !)
Franchement y en a marre des gens qui considèrent que 1) comme l'état nous "paye" nos études et 2) c'est une vocation on doit être corvéable à merci !
Ou alors OK on nous force à nous installer dans les campagnes mais on force aussi les postes, les banques, les crèches, les écoles, les collèges, les loisirs à s'installer la-bas aussi y a pas de raisons qu'on soit les seuls à se faire ch*** pour les autres !
Accessoirement : je pense aussi qu'on fait suffisamment de sacrifices pour nos patients pendant tout l'externat et l'internat pour ne pas mériter qu'on nous traite d'égoïstes : je connais peu de professions ou d'étudiants en alternance qui accepteraient d'être payé 1 euro de l'heure pour faire 9h-19h avec parfois à peine le temps de manger le midi, pour courir partout et se faire engueuler régulièrement par les familles de patients et les patients aux mêmes parfois.... :/

Mais bon comme d'hab c'est toujours les mêmes arguments qu'on ressort ça résoudra pas le problème de fond qui est que les nombreuses générations de ministres de la santé n'ont pas vu venir gros comme une maison depuis 30 ans le problème du vieillissement de la population et du nombre de médecin partant en retraite non remplacés....
Top
nokyno
Interne

Messages : 110
Enregistré : 28/07/2009
Posté le 19/11/2011 à 18:03 notnew
la collectivité finance nos etudes a hauteur de 200 000 euros j aimerais bien savoir ou partent ces 200 000 euros en tous cas certainement pas dans nos salaires ...Surtout quand on voit que les autres apprentis sont payé beaucoup plus que eux ils ont un salaires minimun que l etat a obligé aux entreprises mais qu'il ne respect meme pas pour ces propres "apprentis"
Je suis tous a fait d accord avec florette on est pas corvéable a merci!
Top
BloodHawks
Externus-minus

Messages : 39
Enregistré : 24/06/2005
Posté le 19/11/2011 à 21:15 notnew
Oui enfin Flore... Je suis un peu d'accord pour les ECN mais pas totalement.
Je suis de Lille, j'ai été toute ma vie sur Lille, malheureusement je n'ai que Angers et pas Lille comme je le voulais, j'aimerais pouvoir un jour revenir là où j'ai vécu toute ma vie. Rien de plus normal pour moi. Mais après, leur système d'ECN était tout pourrave depuis le début.

Ensuite, j'aimerais rappeler aux internes et externes qu'il faudrait un jour comprendre qu'on a pas toujours à se laisser marcher dessus, que NOUS avons le pouvoir et pas eux (essayer de retirer de tous les hôpitaux de France pendant 4-5 jours tous les externes et internes qu'on voit un peu s'ils vont longtemps nous emmerder.)
N'attendons pas d'avoir un collier électrique autour du cou avant de montrer les dents ou de mordre.
_____
'Exitus Acta Probat'
Top
bear
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 63
Enregistré : 12/02/2010
Posté le 20/11/2011 à 13:35 notnew
bien dit BloodHawks encore faut il qu'on est le cran de le faire smilies
Top
tazzou59
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 158
Enregistré : 18/09/2008
Posté le 20/11/2011 à 13:40 notnew
oui tout à fait d'accord.

Les études de médecine sont vraiment difficiles. Et longues.
Je ne connais pas d'autres études où l'on est payé 200€ à bac+5 pour faire du 60h/semaine hors garde. Quand on sait que n'importe quel stagiaire de n'importe quelle entreprise percoit 450 euros par mois
Si nos horaires officiels sont 9h-17h, ce n'est jamais respecté.
Les étudiants infirmiers ou kines ne font pas d'heure sup, eux voient leurs horaires respectés, payé 160€/mois hors indemnités kilométriques à bac+2 quand un D2 à bac+3 est payé 105€...

Vous imaginez être diplômé à 30ans après 11ans d'études, et être obligé de vous installer pour une durée d’au moins trois ans dans une zone sous-médicalisée. Après si vous ne souhaitez pas rester la, vous devez tout recommencer l'installation de votre cabinet dans la ville de votre choix et débuter seulement votre carrière a 33ans....

Je trouve que c'est quand même un minimum d'avoir le choix libre de son installation.

Pis ca les gène moins l'accès aux soins quand il s'agit de fermer toutes les petites maternités de proximité...

On est vraiment exploité jusqu'au bout.
_____
DCEM3
Top
nokyno
Interne

Messages : 110
Enregistré : 28/07/2009
Posté le 20/11/2011 à 14:46 notnew
je viens de voir un reportage sur les etudiants qui font réserviste dans la gendarmerie pour payé leur etude ( ceux que des externes en médecine ont quand meme bien du mal à faire) et ils sont payé 50 euros la journees faut vraiment pas nous faire croire que la santé c ets vraiment le soucis de nos politiques d aujourd hui

voila comment sont rémunéré ceux qui doivent servir l'etats une partie de leur viesmiliessource observatoire boivigny)
Dans le cadre du débat sur le financement de l’enseignement supérieur, on oppose souvent le coût moyen pour l’Etat d’un élève en classe préparatoire (13500 € par an) à celui d’un étudiant à l’université (7200 € par an). Pourtant, il est d’autres étudiants pour lesquels l’Etat sait mettre la main à la poche : ceux qui se préparent à le servir.


Les élèves de Polytechnique, de l’ENA et de Normale Sup’ ne versent pas de frais de scolarité. Le coût de leur formation est pourtant supérieur à celui des étudiants à l’université, en raison du taux d’encadrement dont ils bénéficient et de conditions d’accueil comparables à celles des grandes écoles. Mieux encore, ces étudiants privilégiés perçoivent une rémunération.

Ainsi, un jeune élève sans expérience préalable, qui réussit le concours de l'ENA, peut s’attendre à toucher environ 1300 € de salaire mensuel net et des indemnités (de résidence, de formation, de stage…) d’un peu plus de 200 euros mensuels en moyenne pendant sa scolarité. Un élève de l’Ecole Normale Supérieure touche également 1300 € par mois. De son côté, un élève de Polytechnique perçoit une solde d’environ 700 € par mois.

Au service de l’Etat

Une fois diplômés, les anciens de ces établissements sont assurés d’une brillante carrière professionnelle. Le diplôme de ces écoles, parmi les plus réputées de l’enseignement supérieur français, se monnaye facilement auprès des employeurs. En outre, ils sont rarement issus de classes sociales défavorisées. Pourquoi, dans ces conditions, sont-ils payés pour étudier ?

Essentiellement parce que c’est la volonté de l’Etat de recruter les meilleurs éléments. Et que cette rémunération est censée les inciter à entrer dans les plus grandes écoles publiques. Les élèves de ces établissements sont des fonctionnaires en formation qui s’engagent à servir l’Etat pour au moins dix ans. A défaut, ils doivent rembourser le coût de leur scolarité.

Les grandes entreprises ne font pas autrement lorsqu’elles proposent des programmes spécifiques de formation et d’intégration sur plusieurs mois, et parfois dans plusieurs pays, à leurs hauts potentiels. En outre, les firmes multinationales financent parfois le programme MBA de leurs cadres les plus prometteurs, contre un engagement de rester en leur sein une fois le diplôme décroché.

Par ailleurs, les élèves des prestigieuses écoles que sont l’X, l’ENS ou l’ENA sont loin d’être les seuls à voir leur formation indemnisée par l’Etat : d’autres élèves fonctionnaires, comme les commissaires de police ou les inspecteurs des impôts, perçoivent des rémunérations, parfois même plus élevées. Cependant la formation de ces derniers, spécialisée, est plus difficile à valoriser en dehors du corps de métier d’origine, et plus encore en dehors de la fonction publique. La situation n’est donc pas tout à fait comparable.

A titre d’exemple :
Un inspecteur des impôts en formation perçoit 2400 euros brut mensuels (y compris les indemnités)
Un inspecteur du Trésor public en formation perçoit environ 1700 euros
Un élève de l’ENSP (formation pour les directeurs d’hôpital), reçoit environ 1600 euros
Un administrateur territorial (INET) en formation gagne environ 1600 euros

je ne pense pas qu'on puisse comparer
Top
Florette
Désagrégée de médecine

Messages : 222
Enregistré : 11/06/2008
Posté le 20/11/2011 à 15:51 notnew
Ah oui d'accord ! Moi je suis d'accord pour aller dans m'installer dans un endroit choisi par l'état si il me paye tout pareil durant 3 + 3/5 ans d'externat et d'internat ! smilies
Il serait intéressant de savoir à quel niveau les étudiants de l'ENS/polytech/normale sup ou les élèves inspecteurs des impôts ou du Trésor public participent au bon fonctionnement des organismes qui les emploient ? Car si on compare : sans externes et sans internes l'hôpital ne tourne objectivement pas ...
Top
nounours²
Bizut (futur carré)

Messages : 7
Enregistré : 16/06/2010
Posté le 20/11/2011 à 18:20 notnew
Y a un espoir pour qu'un jour, le gouvernement s'intéresse à nos motivations, à toute notre vie étudiante, à toutes les épreuves subies, et comprenne que le traitement qu'il exerce sur nous est impitoyable?

Professionnellement, nous n'avons aucun avantage par rapport à des étudiants salariés ou des individus déjà dans le monde du travail; et nous serons exploités jusqu'à +/- bac +10.
Nous avons, comme la plupart des lycéens, choisi nos études. La satisfaction de notre filière ne devrait donc pas entrer en jeu, surtout que nous avons mérité notre entrée dans ce monde.
Nous ne savons toujours pas quel sera le métier que nous exercerons, alors que dans la plupart des domaines, l'entrée dans les études supérieures détermine déjà (et rassure sur) notre future profession.


Pourquoi devons nous rendre des comptes au gouvernement pour payer nos études à l'université, alors que ce n'est demandé dans aucun autre domaine universitaire? (et que nous sommes de plus exploités de manière bien plus intense et pour une durée bien plus longue)

Lors de mes stages, les chefs de service nous parlaient de la coercition qu’exerçait le gouvernement sur la médecine, et quasi tous semblaient assurés que cette situation serait terminée et réglée dans moins de 10 ans. Avez vous des raisons de le croire aussi? (ou je peux me pendre tout de suite? smilies )
Top
BloodHawks
Externus-minus

Messages : 39
Enregistré : 24/06/2005
Posté le 20/11/2011 à 19:00 notnew
@Bear :

C'est le noeud du problème.
Les médecines sont des poules mouillés, désolé, mais c'est ça.
Je serais prêt à faire grève, à prendre la parole, à soulever des amphis (soyons fous) mais le problème, c'est que les 3/4 parlent mais ne feront rien parce qu'ils n'ont rien compris dans le système auquel nous sommes.
Flore le dit bien, les hôpitaux ne tournent PAS sans nous !
Un avant-goût de 48h sans personne dans les services et après ils comprendront.
Mais franchement, combien me suive ?
_____
'Exitus Acta Probat'
Top
House/JD
Bizut (futur carré)

Messages : 9
Enregistré : 25/09/2011
Posté le 20/11/2011 à 20:48 notnew
Moi je te suis ! Ce n'est qu'une proposition de loi pour le moment mais il faut agir avant qu'il ne soit trop tard ! C'est inadmissible de pondre une loi pareil qui plus est se base sur des aberrations !
Une gréve des internes et des externes ça va les faire réfléchir ! Ce serais bien d'avoir le soutiens de nos doyens et des médecins séniors mais bon il ne faut pas rêver...
Il faut négocier les meilleures conditions d'exercices possibles dans ces zones sous-médicalisées parce qu'il ne faut pas se leurrer on va devoir y aller dans ces zones. Mais cela doit se faire sur la base d'un volontariat, dans de bonnes conditions de travail et un salaire à la hauteur du niveau d'études ! On ne peux pas contraindre quelqu'un qui a fait 9-10 ans d'études difficiles, payé vraiment pas cher vu le travail fourni en tant qu'externe et interne, à travailler dans un endroit qu'il n'as pas choisi!
Top
tazzou59
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 158
Enregistré : 18/09/2008
Posté le 20/11/2011 à 21:54 notnew
Les médecines sont des poules mouillés, désolé, mais c'est ça.

Je suis d'accord, a chaque stage que j'ai effectué mes internes n'avaient pas leur repos de garde. Hors c'est obligatoire. Et je trouve cela même dangereux pour les patients. Certains faisaient meme 7h-22h tous les jours, avec pour recompense des humilations par le chef.

Seulement on est tellement formaté, et persuadé que c'est notre métier de "tout accepter", de nous "sacrifier". Parce qu'on est tous pationné par la médecine, et altruiste, on pense au patient en premier.
Mais voila a force de nous taire, d'accepter en baissant la tete, on finit par être exploité.

Les etudiants infirmiers percoivent une indemnité kilometrique pour se rendre sur leur lieu de stage, quand nous on touche un salaire qui ne couvre meme pas les frais d'essence pour se rendre a valenciennes par ex. Ils ont meme un parking pour se garer au chru quand nous on nous l'interdit. Et on se fait voler nos vetements au bloc operatoire car les externes sont les seuls a ne pas avoir le droit a un vestiaire. Peut etre est ce parce qu'on ne dit tous simplement rien. C'est normal, on est externe. On nous le repete à longueur de journée d'ailleurs.

Si on fait des heures supplémentaires c'est aussi parce qu'on l'accepte sans meme raler.

Une proposition de loi aussi importante est en discussion, et personne n'en parle.
_____
DCEM3
Top
kheva
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 23/07/2010
Posté le 20/11/2011 à 23:55 notnew
tout à fait d'accord avec bloodhawks: s'il s'avère que cette proposition a la moindre chance de passer une gréve ne ferait de mal à personne!
Top
kheva
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 23/07/2010
Posté le 21/11/2011 à 00:04 notnew
http://www.yvesnicolin.fr/article-proposition-de-loi-929.html

preuve qu'en fait, ils ont tous fumé un gros pétard avant d'écrire la proposition de loi:

"La France comptait en 2009 plus de 200 000 médecins. Néanmoins, avec le resserrement du Numerus Clausus, ce nombre va baisser"

http://www.irdes.fr/EspaceEnseignement/ChiffresGraphiques/Cadrage...
( 2 clics sur google image ^^)
Top
Aller en haut • 15 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter