logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Faire autre chose que de la medecine après des études de médecine ?

Aller en bas • 40 réponses • 2 pages • 1 2
boongawah
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 28/05/2019
Posté le 28/05/2019 à 18:57 notnew
Je suis en 2ème année et ça me saoule déjà, hésitez pas à partager vos expériences s'il vous plaît je vous assure que ça ne sera pas en vain!smilies
Sinon il y a pas moyen d'être médecin ET d'avoir une vie? et de pas être oppressé?
Top
Ekron
Désagrégé de médecine

Messages : 230
Enregistré : 25/05/2018
Posté le 28/05/2019 à 23:04 notnew
C'est possible en choisissant un mode d'exercice approprié. En faisant de la recherche par exemple ou en choisissant une spécialité adaptée (genre médecine du travail, santé publique, anapath…).
_____
Passerelle méd 2018 à Descartes
Top
zoya
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 06/06/2019
Posté le 06/06/2019 à 04:34 notnew
Idem tombée « par hasard » sur cette conversation, c’est triste et réconfortant à la fois de constater que nous sommes nombreux à être dans le doute malgré les valeurs portées par la profession.

En 4ème année de médecine, j’ai déjà pris plusieurs pauses et essayé de faire autre chose qui me correspondrait plus mais laisser comme cela des études inachevées, c’est très difficile. D’autant plus que le contenu est intéressant !

Merci pour vos témoignages, j’ai parfois l’impression d’être un monstre de me sentir épuisée par la pression des patients, des responsabilités .. et cela alors que je ne suis qu’externe.

La reconversion une fois la PACES en poche n’a pas été vraiment pensée, il faut aller puiser les informations par soi même. C’est délicat.
J’ai pensé me concernant à l’ecole Vétérinaire.
Auriez vous des avis là dessus ?
Top
Lasilix
Interne

Messages : 132
Enregistré : 17/09/2015
Posté le 08/06/2019 à 00:52 notnew
Pour véto, il y a le concours D, pour les titulaires d’un doctorat en médecine, pharmacie et odonto. Mais à mon avis c'est bien pire que la médecine. C'est dangereux : morsures, griffures, anthropo-zoonoses, allergies, encornements, coups de sabot... Je vois ça d'ici : un méchant roquet qui vous mord, et la propriétaire qui exige que vous en preniez grand soin parce qu'elle paye plein pot.
Top
choupiram
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 03/07/2019
Posté le 03/07/2019 à 06:41 notnew
Bonjour tout le monde,
Quelle galère quand on s'est à ce point trompé de barque...

J'ai eu ma P1 en 2007 et depuis lors je navigue régulièrement sur les forums et sujets qui abordent cette thématique de ne pas vouloir être médecin malgré nos études.

Les années fac ont été difficiles, très tôt je me suis rendue compte que si les connaissances m'interessaient, le rapport au patient, le diagnostic, le fait de devoir traiter, de devoir gérer des situations me rebutaient. Grave erreur, j'ai choisi Med Gé en me disant que ca m'ouvrait grand les voies vers plein d'autres choses. A posteriori j'aurais du faire santé pub, aujourd'hui je pense faire un master mais... pou faire quoi ensuite ?

L'internat fut difficile psychologiquement bien que j'ai réussi à me planquer, à fuir les stages prenants. J'ai même réussi à apprécier mon métier en travaillant à la médecine préventive universitaire puis, une fois diplomée, pendant 2 ans et demi dans un centre de prévention. Pas de curatif, une prise en charge globale de la santé, un travail sur les comportements... Ca ca m'interesse. Je fais aussi des rédactions de vulgarisation médicale en parallèle suite à un DU de communication.

Seulement voila, suite à un déménagement je n'ai pas retrouvé de poste équivalent. La j'ai pris un CDD, je suis encore en période d'essai et je pense tout arrêter. Je ne me sens pas légitime sur le poste, par manque de connaissances et d'expérience. Retour des insomnies, des pleurs, de la boule au ventre.

Je déteste me sentir aussi peu à ma place à cause de ce métier. A cause de ce titre de Docteur que les gens vous accolent et que j'exècre. Ce n'est pas moi, je ne me sens pas médecin et je supporte mal qu'on m'identifie comme telle.

Je vais me renseigner sur les débouchés d'un master en santé publique et aussi des conditions pratiques pour le passer. Si certains d'entre vous ont des idées de débouchés, des infos ? Mon domaine, la seule chose que j'apprécie dans mon métier c'est la prévention et l'éducation.

Courage à tous, en espérant que chacun trouve sa petite place qui l'épanouit professionnellement.
Top
Guerande
Jeune Carabine

Messages : 17
Enregistré : 09/06/2019
Posté le 03/07/2019 à 11:35 notnew
Bonjour.

Je suis étudiant en 6eme année de médecine et je me pose beaucoup de questions quant à mon avenir professionnel.
Pour être le plus succinct possible, ce choix d'études n'a pas vraiment été le mien. Je suis issu d'une famille de médecins dont l'influence a beaucoup trop joué dans ma décision. J'ai tant bien que mal réussi à arriver jusque la, au prix de grosses périodes de déprime, de nombreux étés passés à réviser des rattrapages, et d'une année de redoublement. 
Quand on est externe et qu'on réfléchi à ce que l'on va faire après l'internat on pense (je caricature un peu): chir, psy, médecine générale, santé pub ou spé... Je ne fais pas de distinguo dans tout ça, pour moi, c'est le même métier, et clairement ce n'est pas mon envie. Le simple fait de m'imaginer à la place des internes ou des médecins que je croise, que ce soit en hospitalier ou non, me fout le cafard. 
Peut on faire autre chose que de la médecine après toutes ces années d'étude ? Existe t il des passerelles vers d'autres formations ? Et si oui, le fait d'avoir fait médecine est il un atout ? 
J'ai cherché mais c'est assez difficile de se documenter sur ce sujet. C'est également assez difficile d'en parler avec ses profs, ses amis externes qui ont la tête dans le guidon. Quant à mes parents, ils me rabâchent toujours la même chose : tu as de la chance, tu auras un métier toute ta vie, et un bon salaire...
A la fin du lycée je voulais faire une prépa commerce. Ma petite sœur, étudiante à science po, me parle de ses études et ça donne envie... 
Alors voilà, je suis preneur pour toute info... 
Merci d'avance.
Top
Dreamer09
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 28/12/2019
Posté le 28/12/2019 à 03:04 notnew
Bonjour,

Moi perso, je vous envie, c'est tout l'inverse. J'ai 33 ans, je suis belge et titulaire d'un diplôme d'assistant en pharmacie, d'infirmier spécialisé avec une pratique de plus de 10 ans, je suis également détenteur d'un Master santé de 120 crédits.

Pour le seul et unique résultat de vouloir reprendre médecin avec une possibilité de spécialisation, une déception monumentale de ne pas l'avoir réalisé avant (parcours classique) pour éviter ce scénario rocambolesque.

Pour avoir déjà tenté la candidature de passerelle en 2018 sans succès..

C'est aujourd'hui, un parcours du combatant pour s'inscrire dans une fac de médecine. A cela s'ajoute des contraintes financieres, des contraintes d'un âge avancé, d'un entourage de professionnels médecin sur le terrain de travail me confrontant à la frustration en tant qu'infirmier, une remise en question de tout un parcours d'efforts et de sacrifices aupravant...

J'ai tellement peur aujourd'hui avant même mon inscription en 1ere année médecine (avec la nouvelle réforme 2020) de passer à côté de ma vie, de voir le temps qui passe et qu'on ne rattrapera jamais plus , tout ça pour un métier que j'aurai pu choisir depuis le début, retarder sa vie personnelle, sa vie professionnelle, familiale, sentimentale, encore et toujours...

J'ai même encore du mal à penser et à croire à mon parcours de destin et de vie... Parfois, j'hallucine en espérant me réveiller le matin pour oublier cette profession et me sentir porter soudainement vers un autre secteur pour abolir ma souffrance de pensée psychique.

Si vous avez une piste de réflexion constructive et positive en tant que diplômé medecin, je suis tjrs à l'écoute d'apprendre...
Top
Lady Cat
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 2140
Enregistré : 16/02/2007
Posté le 28/12/2019 à 14:14 notnew
Bonjour,

Tu as 33 ans: tu es tout jeune ! Viens en médecine, reste en Belgique. Les conditions d'études et de travail sont bien meilleures qu'en France.

Si être médecin est ton rêve, fais-le, n'hésite pas ! Si tu as peur de ne pas réussir la première année, révise les cours chez toi avant de te lancer smilies
_____
Ancienne SF
Interne en médecine interne
sans passerelle, PACES réussie
"Il faut toute une vie pour apprendre à vivre" Sénèque
Top
Dreamer09
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 28/12/2019
Posté le 29/12/2019 à 00:01 notnew
J'aurais également préféré rester en Belgique pour des raisons de facilités. Depuis l'instauration de la réforme de 2017 en Belgique, c'est un casse tête chinois pour l'inscription. Hélas, premièrement il n'existe aucune possibilité de passerelle dans ma situation en Belgique. De plus, la Belgique a mis en place un système d'examen d'entrée horrible de 120 QCM hyper scolaire pour obtenir uniquement l'accès d'inscription aux études en 1ere année smilies smilies
Top
Lady Cat
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 2140
Enregistré : 16/02/2007
Posté le 29/12/2019 à 10:21 notnew
Si tu ne peux oas rester en Belgique, c'est une raison.

Ce test n'est pas si difficile, du moins à ce que j'ai vu sur internet. Il y a des prepas et des livres de préparations.

Avec ton cursus, tu pourrais très probablement obtenir une ou des dispenses de cours, au moins en 2ème ou 3ème année.

Postuler à la passerelle est toujours possible.

Le plus important : tu es jeune, alors n'hésite pas a réaliser ton rêve ! smilies
_____
Ancienne SF
Interne en médecine interne
sans passerelle, PACES réussie
"Il faut toute une vie pour apprendre à vivre" Sénèque
Top
Dreamer09
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 28/12/2019
Posté le 29/12/2019 à 16:46 notnew
Merci pour l'encouragement. Mon cursus actuel terminé a déjà bouffé toute mon énergie. En effet, j'aimerais tellement obtenir un accès direct en 3ème mais ça je rêve un peu, pour avoir essayé, et être refusé il y a 2 ans, les places sont très chères...
Top
Deca77
Jeune Bizute

Messages : 2
Enregistré : 21/02/2020
Posté le 21/02/2020 à 17:01 notnew
Bonjour,


Je relance le sujet car je suis dans la même problématique que l'auteur du message initial, et j'aimerai avoir des retours concrets de personnes s'etant réorientees.
Il est vraiment difficile d'avoir de vraies informations là dessus, c'est pourquoi je tente ma chance ici 😅

Merci d'avance 🙂
Top
licornerose
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 24/02/2020
Posté le 24/02/2020 à 12:55 notnew
Bonjour,
je suis en 6e année et depuis plus de 2 ans c'est un calvaire pour les mêmes raisons que je lis ci avant (d'autant plus que j'étais paramédical avant médecine bref je vous passe les détails). Les responsabilités futures me tétanisent et je ne comprends pas très bien ce que je fais la, à se rendre malade "pour les autres" finalement... a quoi bon, je ne sais pas

Est ce que des personnes peuvent témoigner d'avoir arrêté et sans forcément parler de parcours universitaire, ont réussi à trouver un job (et une vie) qui les motive, dans lequel elles se réalisent? Avec des salaires pas forcément incroyables? Des métiers manuels?
Ou des personnes qui ont arrêté un temps pour revenir ensuite ?
Ou encore des potes de potes qui ont "changé de vie"?
Je suis preneur de tout smilies

Loin des patients et de tout se stress d'un chu de l'enfer et de ce milieu compétitif, difficile et impliquant de telles exigences de soi. La santé à la française, il faut l'admettre, permet de belle prise en charge, des résultats parfois assez incroyables, réunit des personnes formidables, seulement cela ne convient p-e pas à tout le monde...
Top
FFM
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 29/02/2020
Posté le 29/02/2020 à 19:39 notnew
Bonjour, j'ai 48 ans et je cherche aussi une autre manière de gagner ma vie ....pour l'instant, ce n'est pas fait mais voici ce que j'ai trouvé
https://www.healthcareers.nhs.uk/explore-roles/doctors/career-opp...
https://medicfootprints.org/career-opportunities/
http://www.otheroptionsfordoctors.com/
Bises à tous
Top
Deca77
Jeune Bizute

Messages : 2
Enregistré : 21/02/2020
Posté le 12/03/2020 à 12:15 notnew
Si ça peut aider certains d'entre vous, à partir de la 5eme année il est possible de postuler à un MBA santé (très cher cependant) dans des écoles type HEC/ESSEC.
Sinon de mon côté je me dis qu'il existe des internats et metiers moins "lourds" type médecine du travail ou anapath, et c'est quand même un luxe dans notre société smilies
Et sinon je n'ai pas trouvé grand chose d'autre malheureusement, même l'équivalence d'infirmier n'est pas disponible si on arrête apparemment :/
Top
Jade12
Bizute (future carrée)

Messages : 5
Enregistré : 17/03/2020
Posté le 17/03/2020 à 00:37 puis édité 3 fois notnew
Merci pour ce partage. Moi aussi je me pose beaucoup de questions sur mon avenir. Je suis allé consulter des psys et j’ai commencé des seances d’hypnose et je dois dire que cela m’aide bien. Moi mon problème, c’est que je ne me suis jamais vraiment posé la question de ce que je voulais faire vraiment. Vu que j’étais bonne élève, je n’avais jamais vraiment à me poser de question. Je réussissais tout. Maintenant je n’exclus rien, y compris prendre une année à l’étranger pour aller faire de l’humanitaire ou bien aller ramasser des fruits en nouvelle Zélande.. smilies
_____
Jade


Top
licornerose
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 24/02/2020
Posté le 17/03/2020 à 12:34 notnew
Salut ! pense bien au moment auquel tu décides de faire cette pause (d' un an) car ce n'est pas possible/pratique/intelligent de la faire à n'importe quel moment du cursus... Mais je suppose que tu t'es renseignée.
Je pense aussi aux champs de patates ou autre en Australie ! Mais est-ce que ça aide ensuite à y voir plus clair ??
Top
Amaaandine
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 28/03/2020
Posté le 28/03/2020 à 10:31 notnew
Bonjour,

Ce post date mais il y a aussi des commentaires récents alors je me permets d'ecrire aussi.

Je suis en 4ème année, en doutes perpetuels un peu comme vous. Pareil je ne veux pas avoir "gâché" déjà 4 années surtout que j'en ai globalement les capacités. Seulement j'ai beaucoup de mal à me voir médecin. Du coup ma solution aujourd'hui c'est de faire médecine générale car il y a quand même des aspects qui me plaisent (suivi de patients au long cours, peut être relation plus proche, plus "psy", liberté et possibilité d'avoir une vie à côté je l'espere) mais je ne suis pas sur de me raccrocher sur des choses qui soient vraiment comme ça en réalité.

J'aimerais donc pouvoir discuter avec vous, de vos réorientations ou bien de vos poursuites, savoir où vous en êtes, comment toutes ces interrogations peuvent évoluer 😊
_____
Amandine


Top
Naawel
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 27/06/2020
Posté le 27/06/2020 à 05:02 puis édité 1 fois notnew
Bonjour, je suis à la fac en dernière année de licence de droit bientôt en master et perso j'aurai trop aimé faire médecine ! vous avez la sécurité de l'emploi, un métier avec de belles valeurs, valorisant et surtout on en manque cruellement ! je passe ce message pour vous dire que dans toutes les branches il y aura toujours des points négatifs. Je pense que c'est important de le souligner. Je vous admire tellement ! courage ! smilies
Top
Senta
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 29/06/2020
Posté le 29/06/2020 à 22:07 puis édité 2 fois notnew
Hello!
1er message pour moi aussi, néo-D3 en pleine remise en cause. J’ai depuis très longtemps voulu être médecin (avec tous les fantasmes, les clichés de la profession etc qui vont avec). J’ai dû faire un choix d’orientation très tôt (à 16 ans), et donc j’ai pris PACES en me disant « je ferai pharma, je n’aurai jamais les capacités pour médecine ». (Mal)heureusement je les ai eues. J’ai pris médecine presque sur un coup de tête en voyant que je pouvais l’avoir. P2-D1 super. Pas trop de vie (les soirées très peu pour moi), mais étant un peu misanthrope sur les bords, du moins tolérant très bien la solitude, ça allait.
Puis voilà l’externat, et rien ne va plus. D2 validée dans la douleur. Jamais de rattrapages, mais un réel manque de motivation pour travailler. Et de plus en plus, un dégoût pour les stages, pour le côté trop hiérarchique du CHU. Mon émerveillement initial, mon intérêt semble s’être envolé. Mon obsession est désormais de pouvoir partir le plus tôt possible, et je m’en veux de penser cela. Je vois les internes, le nombre d’heures qu’ils font, et j’ai l’impression qu’ils gâchent leur jeunesse, sans avoir de vie à côté. Enfin si, ils ont les soirées, super, moi qui n’ait jamais supporté l’alcool ni le bruit fort.
J’aimerais me reconvertir, mais la question est « en quoi? ». J’ai à la fois l’impression que tout m’intéresse et que rien ne m’intéresse vraiment. J’ai toujours été très mauvaise pour faire des choix, choisir c’est renoncer, et j’ai beaucoup de mal à renoncer.
J’ai aussi l’impression d’aimer les gens, d’avoir besoin de leur contact, mais de terriblement manquer de patience et d’empathie avec eux. Globalement « l’humain » n’est pas trop mon point fort, j’ai toujours eu des aptitudes sociales franchement limitées. En général avec les patients c’est tout l’un ou tout l’autre: soit ça va super, ils m’adorent, soit ils me détestent et ça se passe mal. Sachant que ça se passe tout de même bien trop souvent mal. Les spécialités sans contact humain telles que santé publique, biologie médicale etc ne me passionnent vraiment pas.
A la base je suis plutôt littéraire mais j’aime depuis toujours les sciences. Je serais tentée d’aller en psychiatrie et en même temps j’ai l’impression que je n’aurai jamais la patience ni la capacité d’écoute nécessaire. Médecine générale me tenterait, justement pour le côté « ne pas renoncer », et je préférerais un exercice en libéral mais j’ai horreur de tout ce qui est administratif (oui, je n’ai pas choisi le bon métier, je sais).

Y a-t-il un moyen moins coûteux que ceux cités précédemment pour faire du journalisme médical? J’adore écrire et vulgariser.
Et aussi puéril et matérialiste que cela puisse paraître, j’ai envie d’avoir une vie, du temps pour se consacrer à mes passions, que je n’ai pas actuellement entre les stages (que je déteste), et les cours à travailler. Je ne dors pas assez car je veux quand même me garder un petit temps pour mes passions, mais qu’est-ce que ça sera quand je serai interne?

C’est à la fois soulageant et un peu déculpabilisant de voir qu’on n’est pas le/la seul(e) à vouloir faire autre chose. Quand je pense à me réorienter je ne peux m’empêcher de penser à la première personne hors numérus, en me disant « si j’avais fait un bon choix d’orientation, je n’aurais pas pris sa place ». Je ne suis même pas en échec, mon éventuel arrêt surprendrait tout le monde. Sans compter les sacrifices de mes parents. Et puis repartir de 0 ne m’enchante guère. Je vais essayer de finir ces maudites études puisque sinon je n’aurai presque aucune équivalence, mais j’ai l’impression, chaque jour, de m’enfoncer un peu plus sur un chemin qui ne me correspond pas, et donc de persister dans l’erreur. J’espérais pouvoir bifurquer vers autre chose une fois mon internat terminé (et donc ma jeunesse passée à l’hôpital et à la BU, cette simple perspective me dégoûtant profondément), mais je vois qu’après ça n’est pas forcément plus simple. Je suis complètement perdue.
Top
Aller en haut • 40 réponses • 2 pages • 1 2
livreslivrescontactspublicationstwitter