logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Devenir médecin du travail, la réalité?

Aller en bas • 9 réponses
Le Poète
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 04/07/2012
Posté le 04/07/2012 à 14:42 notnew
Tags : Medecine du travail, Réorientation
Bonjour à tous, je suis un futur ex-doctorant en chimie organique et nouveau sur ce forum.

Depuis maintenant près de 2 ans j'hésite à tenter la passerelle pour rentrer en D1 médecine afin de devenir médecin du travail. Cette spécialité m'intéresse à double titre car elle permet de faire de la consultation (certes sans prescription et à but de prévention)et de mener des projets sur l'amélioration des conditions de travail des employés. C'est cette double pratique qui m'intéresse tout particulièrement dans votre spécialité, un métier ou l'on préfère prévenir plutôt que guérir. Cependant après avoir consulter de nombreux forum sur le sujet je me suis aperçu qu'il s'agissait d'une spécialité peu prisée des étudiants et en pleine mutation, ce qui m'amène à me poser plusieurs questions:
- Est ce que je me fait des illusions sur ce métier qui présente malgré tout de gros inconvénients?
- Mon projet est il sensé, existe t'il des antécédents d'étudiants dans un cas similaire?
- L'avenir de la profession est il assuré ou le temps que j'arrive à l'ECN elle aura disparue?

D'avance merci à ceux ou celles qui prendront le temps de répondre à mes interrogations!;-)
Top
Dr Hibbert
Ministre de la Santé

Messages : 752
Enregistré : 10/05/2003
Posté le 06/07/2012 à 18:21 notnew
Non, non ça va aller. On va pas disparaître ! Tu peux venir.
La médecine du travail, c'est pas faire de la prévention en général, c'est vraiment investiguer les liens entre santé et travail. Tes compétences en chimie orga feront certainement de toi un bon toxicologue industriel par la suite, mais en médecine du travail, il faut aborder les situations de travail dans leur ensemble, et ne pas se borner à "ces salariés mettent pas leurs masques"... C'est vraiment une spé passionante et qui ouvre l'esprit sur plein de choses.
Maintenant, faut connaître la médecine ! On pose des diagnostics en médecine du travail, on examine les gens...
_____
Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s'ils ne peuvent pas guérir ensembles - Ionesco
Top
Le Poète
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 04/07/2012
Posté le 09/07/2012 à 13:46 notnew
Tout d'abord merci pour ta réponse Dr Hibbert. Tu sembles conquis par ta spécialité et au vu de ton activité sur les nombreux forum on peut dire que tu es aussi très impliqué quand il s'agit de la défendre, ce qui est pour moi primordial et la rend attractive.

J'aurais cependant encore deux ou trois questions à te poser sur celle ci:
- Avec la nouvelle loi rentrer en vigueur dernièrement sur la redéfinition du rôle du médecin du travail en entreprise, ne crois tu pas que l'autonomie et l'indépendance du médecin s'en trouve amoindrie? Est il toujours aussi libre de faire ses recommandations? S'éloigne t'on du travail de diagnostique pour se rapprocher de celui de consultant?
- Bonne ou mauvaise chose, la médecine du travail n'est pas la spécialité la plus recherchée par les étudiants au moment des choix post ECN. Cela signifie t'il que les années de D2, D3, D4 , réputées très difficiles, apparaissent moins comme des années de sacrifices pour un étudiant envisageant cette voie? Ressemble t'elles plus à des D1 en un peu plus chargées?


Promis après je me calme, smilies!
Top
Dr Hibbert
Ministre de la Santé

Messages : 752
Enregistré : 10/05/2003
Posté le 22/07/2012 à 21:36 notnew
Désolé du manque de réactivité de ma réponse !
Très franchement, depuis le 1er juillet, date de mise en place des décrets du 30 janvier 2012, concernant la loi de juillet 2011, il n'y a pas eu de révolution dans les services inter. Le travail se poursuit de la même façon.
L'indépendance est toujours une grosse question pour les gens qui ne sont pas du métier. C'est comme partout. On a l'indépendance qu'on veut bien se donner. Comme quand on est médecin et qu'on choisit ou non de recevoir les visiteurs médicaux...

Pour résumer, si je caricature, tu penses que ça va être tranquillos entre le D2 et le D4 ? smilies Je te rassure : non ! D'une part parce qu'il te faut tout de même avoir tes examens de faculté avant d'être inscrit pour les ECN. D'autre part parce qu'il faut être un excellent médecin pour faire médecine du travail. Notre spécialité est dépréciée. A nous de la revaloriser... Et ça commence par être inattaquable sur les compétences. Donc la sémio, la thérapeutique etc. Il faut maîtriser. Il y a des choses qui s'oublient. Mais la médecine du travail est une spécialité clinique ! On examine les gens...
On peut toujours se la couler douce, c'est sûr... Mais franchement, je te le déconseille. Si tu as envie de trouver du sens dans ce que tu fais au travail, il vaut mieux bosser !
_____
Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s'ils ne peuvent pas guérir ensembles - Ionesco
Top
radu
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 28/07/2012
Posté le 28/07/2012 à 13:24 puis édité 1 fois notnew
Je réagis à ce sujet aux côtés du Dr Hibbert et je te rassure que c'est bien une spécialité d'avenir, dans laquelle on peut faire des choses, mais à condition de l'aimer. Tant qu'il y aura des gens qui travailleront, il y aura des problèmes de santé liés au travail (ou qui interfèrent avec la capacité de travail).

La tendance actuelle des pouvoirs publics est effectivement de réduction du territoire d'intervention du médecin du travail, en raison du contexte économique tendu qui oblige à faire des réductions de coûts et, là, une des premiers mesures à prendre c'est d'arrêter les projets à long terme en privilégiant ceux qui permettent une survie à court terme. La santé des salarié se construit dans la durée et sa valeur ajoutée pour l'économie n'est pas évidente pour les employeurs. Voilà pourquoi la réforme 2011-2012 a eu comme objectif de réduire les contraintes et de donner plus de marge de manoeuvre aux employeurs.

Ils vont s'arrêter là, sans trop empiéter sur le champs d'intervention strictement médical, car ce serait contre-productif.

En pratique, Dr Hibbert a raison, le médecin du travail a une indépendance qui relève du Code de la Santé Publique, et qui n'est pas affectée par les turbulences du droit du travail. Rien ne l'empêche de bien faire son travail de diagnostic et participation à la prise en charge médicale, de conseil aux salariés et aux employeur, d'alerte en cas problème de santé.

La composante clinique de son activité est certaine, mais à travers les entretiens lors des consultations et des réunions avec les employeurs et autres intervenants, le médecin du travail est un acteur de terrain, qui participe à la vie des entreprises de sa position de conseiller. Cette implication sociale peut être intéressante.

Il y a aussi d'autre avantages: autonomie totale dans l'emploi du temps et dans les projets dans lesquels tu choisis de t'impliquer, horaires de travail raisonnables, un marché du travail accueillant, encore plus dans l'avenir (des postes partout, dans tous les secteurs, rémunération correcte).
_____
Mon site: www.medecinedutravail.net
Top
Dr Hibbert
Ministre de la Santé

Messages : 752
Enregistré : 10/05/2003
Posté le 28/07/2012 à 18:23 notnew
Pour rebondir sur ce qui est dit par radu, j'appuie fortement sur l'aspect terrain !
C'est essentiel et si le médecin du travail n'y va pas, ce n'est pas un autre médecin qui ira. On ne peut pas se targuer de dire qu'on connaît les postes de travail si on ne se déplace pas. Et un déplacement dans une entreprise, ça se prépare, on n'y va pas n'importe comment (si c'est pour faire le tour de la boîte comme on fait le tour d'un zoo sans se poser pour regarder le travail comme il se passe, et sans faire tomber ses a priori [ça n'a aucun intérêt de tenir le discours : "il met pas ses bouchons d'oreilles, il devrait faire ça comme ça etc."]) pour comprendre ce qui fait que le travailleur en est dans la situation dans laquelle il se trouve. Les études de poste où je reste 1h30 à regarder un mécanicien, qui ne m'adresse d'ailleurs quasiment pas la parole (qui m'oublie en quelque sorte), sont les plus intéressantes (compréhension des réelles capacités d'entraide, moments d'attente, observation des postures...)
Perso, je trouve que c'est ce qui rend le métier de médecin du travail passionnant !

Tout en connaissant sa clinique à côté, bien sûr !
_____
Un médecin consciencieux doit mourir avec le malade s'ils ne peuvent pas guérir ensembles - Ionesco
Top
ProfundisMorpionibus
Bizut (futur carré)

Messages : 8
Enregistré : 08/07/2017
Posté le 15/09/2017 à 01:41 notnew
Pardon de déterrer ce topic , mais en 5 ans les choses ont beaucoup changé à ce qu'il parait. Est-il toujours raisonnable de s'engager dans cette fillière? :S
Top
de rubiana
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 197
Enregistré : 21/06/2016
Posté le 15/09/2017 à 12:27 notnew
pour vous convaincre
http://www.remede.org/documents/changer-de-regard-sur-la-medecine...
Top
Medman1
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 03/11/2017
Posté le 03/11/2017 à 18:28 notnew
Bonsoir à tout le monde ! Je suis un étudiant étranger très intéressé par cette spécialité.
Je me demandais s'il y a eu une réelle réduction de la demande des mdt suite à la réforme du 1er janvier 2017 ou pas.
Top
Bobby59
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 27/03/2018
Posté le 27/03/2018 à 14:51 notnew
Hello Medman!
non bien au contraire, le nombre de médecins du travail en activité continue de chuter et les prévisions vont dans ce sens (moyenne d'âge élevée).
Donc il y a toujours grand besoin de médecins du travail et les services continuent à démarcher pour recruter de nouveaux médecins.
Top
Aller en haut • 9 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter