logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Dentaire et Médecine, expérience personnelle

Aller en bas • 13 réponses
Stéphanie92
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 01/12/2010
Posté le 01/12/2010 à 17:59 puis édité 2 fois notnew
Bonjour,

Ayant fait les deux filières successivement, j'ai fait une petite synthèse des avantages et inconvénients réels/supposés de médecine et odontologie, selon mon expérience personnelle.

1. Avantage supposé des études dentaires:
"C'est moins long et plus facile".

===>Réalite:
Pour la durée des études:
les études effectives (apprentissage des cours et examens validant ou pas cet apprentissage, sans rémunération ou presque) sont de même durée: 6 ans.
Ensuite, petit avantage de dentaire: l'internat n'est pas obligatoire et on connaît un métier que l'on peut exercer immédiatement, alors qu'on ne connaît pas du tout le métier qu'on va exercer en médecine (on va l'apprendre pendant l'internat).

Pour la facilité:
P2 beaucoup plus facile en médecine
D1 beaucoup plus facile en médecine
D2 plus difficile en médecine
D3 plus difficile en médecine (ECN à préparer)
T1/D4 beaucoup plus difficile en médecine (ECN à préparer)

2. Avantage supposé du métier de dentiste
"Ca gagne à mort".

====> Réalité:
En libéral, à part de rares spécialités qui sont moins rentables que la chirurgie dentaire, toutes les autres affichent des revenus supérieurs (les chiffres se trouvent facilement).
En salarié, les places de chirurgien-dentiste sont très rares, donc pas de comparaison possible (98% de libéral en dentaire).

3. Avantage supposé du métier de dentiste:
"Les pathologies à traiter ne sont jamais graves, donc c'est plus cool, moins stressant"

===> Réalité:
Beaucoup de spécialités médicales ou chirurgicales traitent des pathologies avec un pronostic vital non directement mis en jeu (dermato, ophtalmo, chir esthétique...), il est donc possible de les choisir (les spé les moins lourdes ont d'ailleurs beaucoup de succès à l'ENC...)
Pour comparer avec les spé chir, les patients sont généralement traités sous AG pour les actes techniquement difficiles, sauf exception style endartériectomie carotidienne.
En chirurgie dentaire, le patient est éveillé, il n'y a pas d'anesthésiste pour gérer la douleur, tout est géré par le praticien, le patient bouge, manifeste son mécontentement, les actes sont souvent techniquement, manuellement, difficiles (traitements endodontiques, implantologie) car l'accès est très mauvais et les organes traités très petits. Tout cela engendre un stress presque uniquement spécifique au chirurgien-dentiste puisque 100% de ses actes se font dans ces conditions.
Il est important de comprendre que le stress d'un métier ne vient pas uniquement de la responsabilité qu'on peut avoir sur la vie ou la mort du patient qu'on traite, il y a de nombreux motifs de stress dans un métier.

4. Avantage supposé du métier de chirurgien-dentiste:
"Il n'y a pas de garde"

====>Réalité:
C'est vrai (ou presque: il y a deux astreintes par an le dimanche matin) et vrai pour d'autres spécialités médicales...

5. Avantage supposé du métier de dentiste: "On a beaucoup de temps libre".

=====> Réalité:
On a le temps libre qu'on souhaite s'accorder, comme dans beaucoup de spécialités, et on a un revenu correspondant à son temps de travail... Le reste est un cliché entretenu par certains dentistes qui font de la merde et se dégage un revenu normal en trois jours par semaine, chose également possible dans d'autres spécialités.

6. Inconvénient supposé du métier et des études de chirurgien-dentiste:
"Etre dans la bouche des gens toute la journée c'est "dégueulasse", ça pue! "

====> Réalité:
Il y a largement plus "dégueulasse" en médecine: visite le matin dans une chambre qui pue la merde (venant de la poche de colostomie, du pot de chambre posé sur la table de nuit du patient...) ou la pisse, coloscopie, ECBC, ulcères de jambe, vomi, méléna, AVP, toucher rectal, évacuation de fécalome, infections génitales, prolapsus génital, cancer ORL etc..etc..., il y en a pour tous les goûts.
Il y a des spécialités "propres" (cardio, ophtalmo...), mais on aura vu, senti et touché toutes les merveilles citées ci-dessus pendant l'externat.

7.Inconvénient supposé du métier de chirurgien-dentiste:
"C'est pas varié, on fait des caries toute la journée"

====>Réalité:

En ce qui concerne les études (de la P2 à la D3), médecine donne indéniablement beaucoup plus de connaissances médicales générales, les cours de cardio ou de sémio en dentaire laissent ceux que ça aurait pu intéresser sur leur faim.
En ce qui concerne le métier, à part généraliste, une spécialité est par définition...spécialisée.

On touche ici au seul avantage du métier de chirurgien-dentiste sur n'importe quelle autre spécialité: la gestion du cas clinique de A à Z, faisant intervenir des connaissances en radiologie, en anatomie, en anesthésiologie, en pharmacologie, en biomécanique, en biologie cellulaire, en histologie, en pathologies générales, en chirurgie des tissus mous et osseux, en esthétique, en psychologie...etc...
Reconstruire de manière globale la cavité buccale d'un malade fait en effet intervenir des paramètres très nombreux, le challenge intellectuel et manuel consistant à tenir compte de tous ces paramètres pour obtenir un résultat satisfaisant à long terme pour le patient est éminemment difficile à relever, mais passionnant et très méconnu du grand public et surtout des étudiants de L1.

Exemple de cas traité par implants:
http://www.youtube.com/user/alapexuniquement#p/u/11/jPe9UyuBwds

8/ Inconvénient méconnu et spécifique du métier de chirurgien-dentiste: 80% de ses traitements ne sont pas remboursés.

C'est le gros gros problème, les chirurgiens-dentistes ayant des syndicats majoritaires vendus à la sécu et au gouvernement, beaucoup moins agressifs que les syndicats de médecins, ils ont concédé à une absence de prise en charge des actes représentant la majorité de leurs revenus: actes prothétiques, actes de parodontologie, actes de prophylaxie, actes de chirurgie muco-gingivale et implantaire et beaucoup d'autres. Ceci a été fait en échange de la liberté d'honoraires sur ces actes (comme les médecins secteur 2), seul moyen à l'époque de maintenir le revenu moyen de cette profession, équivalent aujourd'hui à celui des médecins généralistes.
Cette situation a largement contribué à faire croire que les chirurgiens-dentistes sont très riches, mais c'est uniquement cette absence de remboursement qui rend en apparence ces actes "chers" aux yeux du grand public.
Cette situation est très très très difficile à gérer au quotidien pour les praticiens qui sont face à des patients qui n'ont pas les moyens de se soigner, ils doivent "vendre" leurs traitements, parler d'argent, faire des facilités de paiement, gérer les mutuelles, etc...
Le sentiment d'injustice éprouvé par le patient est renvoyé au praticien, souvent avec violence, le praticien éprouve une certaine "culpabilité" .
Le corollaire est que le praticien a une obligation de résultat effective (même si elle n'est pas légale pour tous les actes) , il recommence son traitement, en cas d'échec, sans rémunération. C'est encore très spécifique au dentaire...
Tout cela engendre un stress intense difficilement supportable (et difficilement envisageable pour quelqu'un qui ne le vit pas) sans une vie personnelle parfaitement harmonieuse.


En conclusion, pour avoir déjà lu les motifs de choix entre médecine et dentaire sur quelques forums, les raisons avancées tiennent plus du cliché, du fantasme, de l'imaginaire collectif que d'une analyse objective.

D'où les déconvenues de certains, par exemple des étudiants en médecine n'ayant pas envisagé de mettre leur doigt dans l'anus d'un malade pour évacuer un fécalome ou des dentistes confrontés à une la dure réalité d'une convention sécu les faisant passer aux yeux du Français moyen pour un salaud profitant du malheur des gens.

Voilà, si certains ont aussi la double compétence et veulent donner leur vision personnnelle, il est certain que cela pourra aider de nombreux étudiants qui hésitent entre dentaire et médecine, les deux ayant la vocation commune d'aider son prochain, mais avec quelques "détails" asses méconnus les différenciant, "détails" masqués en général par les a priori sur l'une ou l'autre des filières et l'un ou l'autre des métiers...
Top
.Brice.
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 52
Enregistré : 19/07/2010
Posté le 13/12/2010 à 22:28 notnew
Avoue que tu as fait les 2 juste pour pondre cette synthèse !! smilies

Même si je n'avais pas (plus smilies) de doute sur le choix de ma filière, merci bcp pour ce post c'est le top !!! smilies
_____
Prez de la CEON 2010/2011
1er TuT' UE13 Niçois
VP clinique 2011/2012
Élu UFR
Top
windswept
Bizute (future carrée)

Messages : 6
Enregistré : 28/07/2010
Posté le 19/12/2010 à 12:03 notnew
Tout d'abord, merci pour le post. Il tombe à pic, et franchement ça répond à pas mal de mes questions, et me conforte dans mon objectif.

Par curiosité, pourquoi les premières années sont "plus difficiles" en dentaire?
Ensuite, les 2 pour 100 de dentistes n'exercant pas en libéral, exercent où? Dans des mutuelles, des hopitaux j'imagine, mais y a t'il d'autres structures?
Et le huitième point, inconvénient majeur fait plutôt peur vu comme ça, mais est ce que la situation tend vers une amélioration, ou pas du tout?

Encore merci en tout cas !smilies
Top
Romain LN
Ministre de la Santé

Messages : 1826
Enregistré : 14/12/2006
Posté le 19/12/2010 à 12:20 puis édité 1 fois notnew

Et le huitième point, inconvénient majeur fait plutôt peur vu comme ça, mais est ce que la situation tend vers une amélioration, ou pas du tout?

Vu le déficit de la Sécu, à moins qu'on trouve un gisement de pétrole en France, je pense pas que ça va changer! Après faut aussi voir que les mutuelles en supporte une certaine partie.
Et c'est la même chose dans l'optique. Quand je vois le part sécu j'aurais presque envie de la reverser tellement elle est ridicule!

De toute façon la tendance actuelle est au déremboursement tout azimuts.
_____
Gentil Modérateur
"Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloges flatteurs." Beaumarchais
Top
Yoyol
Externus-minus

Messages : 33
Enregistré : 07/10/2007
Posté le 26/12/2010 à 13:13 notnew
Ça m a l air très vrai comme description!
J ajouterai le coté artistique, le mal de dos chronique, des charges libérales les plus élevées de toutes les professions, et pour ce qui est de l argent, une fois que la dextérité est acquise (ie après quelques années d' exercice) on peut être honnête et gagner bien sa vie. C est vrai qu' un généraliste gagne autant qu un dentiste sauf que le premier travaille environs 54h/sem alors que le second 35. Quoi qu il en soit ces professions sont libérales donc à chacun de s organiser comme il l entend.
Pour le remboursement c est une autre histoire, on va surement tous passer sur un système de mutuelle, mais ceci est un autre débat.
Il y a tellement de variables inconnues pour le salaire des professions de santé que ça ne devrait pas être un critère de choix (et puis ce sont des profession de santé, donc... ).

Un D1 dentaire qui a très longtemps ruminé avant de choisir;-)
_____
Caféïnomania? Spider bizuth Spider Bizuth
Top
coucourde
Doyen

Messages : 511
Enregistré : 06/07/2003
Posté le 27/12/2010 à 12:37 notnew
Très bon post qui remet certaines idées en place.
Quelques précisions s'imposent tout de même, reprenons point par point:

1°) Il faut bien comprendre que la médecine, après le tronc commun de 6 ans, c'est plein de spécialités très différentes. Et il y a de grosses différences selon la spé que l'on veut faire dans la difficulté de la formation non seulement lors du 3ème cycle, mais également durant la 5ème et 6ème années car accéder à certaine spé nécessite un investissement bien sup à d'autres spés.
Donc par rapport à dentaire:
P1 = même chose
P2-D1 = bcp + tranquille en médecine
D2: Stéphanie92 sait mieux que moi...
D3-D4: ça va de beaucoup de boulot mais pas horrible quand même si l'on n'est pas un gros psycho et que l'on ne souhaite pas une spé hyperprisée ( genre médecine gé, psy, SP, MT... )à un truc qui ressemble à la P1 entre gens entraînés à ce genre de bachotage débile si on lorgne sur une spé très prisée ( si on ne vit que pour ophtalmo Paris par ex. et bien c'est bien + dur que la P1...)

Ensuite vient l'internat...
Il est évident qu'après ces 6 ans d'études les possibilités de revenus sont très différentes entre un dentiste et un interne en médecine... net avantage aux dentistes. Et pour les compléments de revenus (remplacements) vous pourrez commencer bien plus tôt en dentaire ( en médecine, c'est assez facile pour les généralistes: peuvent débuter rempla après 8 années d'études et bcp de demande; c'est pour certaines spés nettement plus compliqué voire impossible ).

Et selon les spé les internats ne se ressemblent pas: un interne de chir viscérale ou de gynéco-obstétrique n'a pas vraiment le même internat qu'un interne de médecine gé... Et même au sein des spés hors médecine générale il y a bien des différences.
Sans vouloir tomber dans une hiérarchisation des internats les + contraignants... il faut distinguer plusieurs situations:
- les internes de médecine gé: font a peu près la thèse qui leur plait, passent 6 mois dans un service et n'y foutront plus jamais les pieds après.
- les internes de spé sans post internat obligatoire: passent souvent plusieurs fois dans le même service, chefs de services + exigeants, qui ont plus de prise sur toi que si tu fais médecine gé
- les internes de spé avec post internat obligatoire: là, tu peux prendre très cher...

Donc la conclusion "petit avantage à dentaire", si on peut l'accepter pour certaines spé, et en particulier médecine gé ( 3 ans d'internat, avec une assez grande liberté pour le gérer, et possibilité de remplas assez rapides ), ce n'est pas du tout vrai pour d'autres spé, surtout si elles nécessitent un clinicat, que tu ne pourras pas forcément faire tout de suite après l'internat ( et hop une année de master 2 en + en attendant ): très vrai pour toutes les spés chir où en fait la formation post 6ème année est plutôt de l'ordre de 8 anssmilies

2°)D'un point de vue pécuniaire: les revenus des dentistes en moyenne sont environ 10-15% inférieurs à ceux des spécialistes (secteur 1 et 2 confondus si on se base sur les chiffres de 2007); mais de nombreuses spécialités médeicales ( et non pas de rares ) affichent des revenus sensiblement inférieures:

dentistes: 81400 E annuels en 2007

spés qui gagnent +:
radiologues: 132000
anesthésistes: 153500
cardiologues: 103700
gastro-entérologues: 93000
cancérologues: 150700
anapath: 113700
biologistes: 160700
médecine nucléaire: 140500
chirurgie: 128000
ophtalmo: 120500
stomato: 113500
ORL: 84000
néphro: 109500

spé qui gagnent moins:
dermato: 68500
endocrino: 46300
gynéco-obst: 77500
hémato: 60300
médecine interne: 59400
MPR: 68300
neuro: 71700
pédiatrie: 67000
pneumo: 78500
psy: 63000
rhumato: 77500
méd gé: 69700

Donc vous voyez ça fait quand même beaucoupo de spés...

3°) Rien à redire, c'est vrai: en médecine il y a des spés beaucoup moins stressantes que dentiste, et d'autres probablement + stressantes.
Les dentistes ont en effet leur part de stress qui n'a rien à envier à celle des médecins au quotidien.
Je dirais que ça fait probablement partie des spé en santé qui sont stressants au quotidien, mais il faut bien avouer que la responsabilité est moindre que dans pas mal de spés méd.

4°) D'accord avec Stéphanie92, passé l'internat, nombreuses spécialités sans garde possibles.

5°) Pas grand chose à ajouter, très variable selon les spés.

6°) Il y a bien aussi dégueulasse en médecine, on ne peut pas dire le contraire...

7°) Selon les spés et le mode d'activité ça peut être + ou moins varié:
- effectivement un chirurgien cardiaque ne fait pour ainsi dire que 2 ou 3 types d'opération différentes 95% du temps et n'aura presque pas de démarche diagnostique
- à l'inverse il existe des spés beaucoup + "touche-à-tout": médecine gé, pédiatrie, gériatrie, médecine interne...
- il existe aussi des spés où la prise en charge par le praticien est quasi totale, comme pour le dentiste: ophtalmo +++, mais aussi ORL, orthopédiste dans une moindre mesure.

8°) De + en + vrai dans certaines spés en médecine: tous les chirurgiens s'installent désormais en secteur 2 car sinon c'est à peu près impossible: le désengagement de la sécu en chir est majeur; s'il n'a pas encore atteint le degré des actes dentaires, ça ne saurait tarder...

Voilà.
Top
Zalaar
Nain-terne

Messages : 127
Enregistré : 04/08/2010
Posté le 09/02/2011 à 13:51 notnew
P'tite question à stephanie92,

Aujourd'hui tu exerces lequel de ces 2 métiers???

Sinon très bon post, merci !
Top
berrrnar
Jeune Carabin

Messages : 14
Enregistré : 08/01/2010
Posté le 16/05/2011 à 19:23 notnew
Petites rectifications:

La P2/D1 dentaire n'est pas spécialement plus difficile que la P2/D1 médecine. (mais TP à gérer en dentaire)
La D2 dentaire est plus difficile que la D2 médecine.
La D3 dentaire est aussi difficile que la D3 médecine pour ceux qui préparent l'internat.
La T1 dentaire est cool pour ceux qui ne préparent pas l'internat.

Question salaire, certains dentistes (orthodontistes, implantos exclusifs...) gagnent aussi bien que les spécialistes en médecine.
Top
Monaco
Ministre de la Santé

Messages : 1081
Enregistré : 09/05/2005
Posté le 24/09/2011 à 15:00 puis édité 1 fois notnew
Le point 3 est extremement vrai. Je m'en rends compte en rempla tous les jours. C'est quand même très stressant surtout quand on débute de gérer les craintes, l'apprehension du patient, de faire un travail où le moindre millimetre d'erreur peut entrainer des conséquences très néfastes, une casse d'une lime endodontique dans un canal entrainant le pronostic de conservation de la dent par exemple. Bref, un véritable stress au quotidien. On ajoute à ça les dorsalgies chroniques et l'image de voleur/profiteur/boucher dans la société, la judiciarisation de l'exercice avec les patients qui te collent un procès pour 3 fois rien et au final ça peut en effet rebuter pas mal d'étudiants.

Après je pense qu'il ne faut pas croire que l'herbe est forcément plus verte ailleurs. Mais si moi en P1 à l'époque j'ai choisi, je dois avouer qu'on ne connait le boulot ( et ça doit etre valable en médecine également ) qu'à la fin de son cursus évidemment.
_____
Chirurgien-Dentiste depuis 2012
New-York University Orthodontic program 2014
Top
emmanuell
Bizute (future carrée)

Messages : 6
Enregistré : 20/10/2015
Posté le 06/01/2016 à 23:48 notnew
Bonjour Stéphanie 92, es-tu toujours disponible pour qqes questions?
je suis médecin et je me pose sérieusement la question de reprendre des études en dentaire...
Merci!
_____
emma


Top
MarionG
Bizute (future carrée)

Messages : 8
Enregistré : 11/01/2016
Posté le 11/01/2016 à 15:22 notnew
Bonjour, j'aimerai savoir ce que vous êtes devenus ceux qui ont commenté? Qu'avez vous choisi? Regrettez vous? Avez-vous découvert d'autres atouts ou inconvénients? Merci smilies
Top
achille92
Jeune Carabin

Messages : 11
Enregistré : 18/05/2016
Posté le 19/05/2016 à 20:17 puis édité 3 fois notnew

5. Avantage supposé du métier de dentiste: "On a beaucoup de temps libre".

=====> Réalité:
On a le temps libre qu'on souhaite s'accorder, comme dans beaucoup de spécialités, et on a un revenu correspondant à son temps de travail... Le reste est un cliché entretenu par certains dentistes qui font de la merde et se dégage un revenu normal en trois jours par semaine, chose également possible dans d'autres spécialités.

C'est complètement faux. On peut dégager un revenu correct en 3 jours car ce métier n'est pas rémunéré au volume mais en fonction du type d'acte effectué.
Par exemple un dentiste qui gagne correctement sa vie en faisant beaucoup d' actes opposables a de fortes chances de faire de la merde alors qu'un autre qui fait de l'implanto et de la prothèse essentiellement en bossant 2 fois moins pas du tout.
Ensuite vient l'organisation du cabinet praticien exerçant seul ou travaillant à 4 mains avec assistante au fauteuil ? un fauteuil ou 2 fauteuils ? Le dentiste s'est il posé la question d'optimiser ses procédures de traitements ou c'est le bordel dans son cabinet ? le dentiste groupe il ses actes en soignant peu de patients dans la journée ou travaille il au quart d'heure en voyant plus de 30 patients par jour ?
Si il y a bien un métier ou le revenu ne correspond absolument pas à son temps de travail c'est bien celui là ! Et quand on dégage un revenu correct en 3 jours pas besoin de se faire chier en faisant 2 jours de plus la rentabilité étant fortement déteriorée par les cotisations sociales et l'impot sur le revenu. smiliessmiliessmilies
En médecine par contre avec une consultation à 23 euros comme seul acte, le temps de travail et le temps passé à chaque consult détermine le revenu du toubib. smiliessmiliessmilies
Top
dzsergio
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 20/12/2016
Posté le 20/12/2016 à 14:29 notnew
merci bcp
smilies



Dentistes algeriens
_____
medecine dentaire
Top
sirin saba
Bizute (future carrée)

Messages : 9
Enregistré : 10/03/2017
Posté le 07/12/2017 à 10:57 puis édité 1 fois notnew
Chaque mutuelle a ses règles: demandez directement à la votre, elle a au moins l'obligation de vous couvrir pendant 1 an après la fin de contrat, mais ce n'est pas gratuit et mieux vaut comparer les taux de cotisations et couvertures. Il existe des comparateurs sur le Net: tapez votre recherche sur un moteur quelconque, et vous trouverez des disent, voici un de bien http://www.assur-choix.net/.
_____
Quand tu n'es pas là, je t'envoie des mots et des murmures
et quand tu es là, chaque fois que je respire,
j'entends mon cœur te dire " Je t'aime "
💌


Top
Aller en haut • 13 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Anne-Marie Curat, présidente de l’Ordre des sages-femmes : « Les sages-femmes sont encore trop invisibles ! » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter