logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Médecine ou Dentaire, ultime débat.

Aller en bas • 62 réponses • 4 pages • 1 2 3 4
Doctor
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 31/12/2010
Posté le 18/02/2011 à 00:23 puis édité 1 fois notnew
Bonsoir à toutes et à tous !

Je me lance dans un message excessivement long, que je façonne jour après jour, et bien qu’il fût abordé maintes et maintes fois, il me semble important à ce point de l’année de le remettre sur la table. De plus, en raisons des nombreux changements administratifs, les avis/arguments/a priori ne seront peut être plus les mêmes.

Mon titre, très évocateur, et un peu prétentieux sur les bords reflète je l’espère la discussion que nous allons avoir vous et moi, vous à vous, et moi à moi. J’aimerai faire de ce sujet une référence, car de nombreux, trop nombreux étudiants sont dans mon cas, pris dans un dilemme, et pas des moindres.

Bien que je suis désireux de donner à ce post une dimension générale, afin qu’il concerne tout le monde, je vais malgré tout faire preuve d’égoïsme, et le traiter de telle façon, à ce qu’il réponde à mes questions, mais qui, je le répète doivent l’être pour un bon lot d’étudiants.

Alors ayons des réponses constructives, argumentées, et je l’espère d’étudiants aussi bien de 2nde année, comme d’internes, ou encore de médecins, si quelques dinos prennent le temps de me lire.

Conscient, que chacun prêche pour sa paroisse, et afin de ne pas me faire « influencer » (car c’est tout de même un peu ce que je vous demande), je tiens à préciser que je posterai ce message dans les sections médecine, et dentaire de remède, et tenterai de faire front aux deux débats, afin d’entendre l’avis des « deux camps ».

Dernière précision : tout au long de mes messages, je vais faire preuve d’une extrême franchise, vais vous dévoiler tous mes défauts, vais aborder les pires tabous des études de médecine. OUI, parlons franchement, ne nous voilons pas la face, le choix qui s’impose à moi, est de taille.

Pour vous replacer dans le contexte, j’ai toujours été attiré par la finance, mais étant un milieux de requin, où l’argent gagné facilement perd peu à peu de sa véritable valeur, j’ai tenté de m’en écarter (bien que j’avais initialement postulé dans des prépas commerce).
Bref, suivant l’avis de mes parents (qui sont dans le métiers), je me suis orienté vers les études médicales, pour l’intérêt de la profession, pour la sécurité d’emploie etc… sans pour autant être animé d’une véritable passion (élément important par la suite). Cependant, durant le premier semestre, au cours de mes nombreuses heures de travail improductive, je me suis régulièrement baladé sur le net, et me suis renseigné, sur les études médicales, et coup de chance, cela me plait de plus en plus. Avec la quantité de travail demandé, bosser, sans avoir la foi doit être excessivement dur…

J’ai donc un père chirurgien orthopédique, qui me donne une bonne vision de ce qu’est la chirurgie, mais seulement de la chirurgie. J’ai bossé en tant que brancardier l’été dernier, dans une clinique, et ai eu la chance (d’être plus en moins pistonner), et d’avoir pu a de nombreuses opérations chirurgicales, sur l’œil, comme sur le genou, comme sur les maxillaires, comme sur le pieds etc…

Bref, depuis Septembre 2010 suis un étudiant bizuth en PAES, et les classements du premier quadrimestre tombés en Janvier, vont visiblement me laisser la possibilité de choisir entre médecine ou dentaire, à condition, qu’il n’y ai pas de relâchement, et vos réponses sont là pour l’empêcher (bon, j’irai pas jusqu’à faire retomber la faute sur vous, en cas d’échec smilies ). J’ai donc postulé aux deux concours, car dans ma fac, une seule matière diverge entre les deux disciplines, permettant de suivre les deux, sans trop de difficultés.

Cette réflexion m’est très récente, car je me destinais initialement à la médecine, sans vraiment savoir pourquoi d’ailleurs, et la présentation faite par le doyen de dentaire avant la reprise, a suscité en moi de nombreuses interrogations, qui je ne vous le cache pas me pourrisse la vie, et rendre mon travail moins efficace. Un jour, je suis médecin, le lendemain dentiste, le surlendemain je suis mort.

Je me suis donc beaucoup renseigné sur les études de dentaires, et moins sur les études médicales, qui sont au demeurant beaucoup plus vaste.
Je vais donc faire un pannel de tout ce que je sais, et j’aimerai qu’en fonction de ma personnalité que je vais m’empresser de vous exposer, vous sachiez m’aiguiller…

Je vais sans doute dire des choses fausses, et je vous prie par avance de m’en excuser et de le corriger, mais ne désire par passer pour le P1, qui donc n’y connaît rien, et exprime cependant sa vision du futur. Je vous le répète, je me suis énormément renseigné, et ce message n’est qu’une synthèse de ce que j’ai peu entendre, vois, ressentir etc…

J’axerai mon discours selon différents thèmes qui régissent la vie du soignant :

C’est partit !


P2, D1, D2…
Des années tremplins fondamentalement différentes en fonction de telle ou telle filière.
La P2/D1, sont réputés plus dures en dentaire, car, plus concrètes (du fait que l’on sache pertinemment que tous autant que nous sommes, seront dentiste ou équivalent dentaire).
Donc beaucoup de TD, qui peuvent parfois désorienté certains étudiants. Tandis qu’en médecine, c’est un approfondissement de la P1, avec beaucoup moins de rigueur et de par cœur demandé au concours.
La D1 est l’année pré-clinique, pour les dentaires, et est donc à mon sens beaucoup plus intéressantes, car beaucoup plus concrètes, et axées sur la pratique.
En D2 de médecine, ça se corse, et c’est souvent là que des étudiants regrettent de ne pas avoir choisis dentaire, lorsqu’ils voient leurs amis (de dentaires) terminer leurs études, et gagner leur vie beaucoup plus rapidement. C’est quelque chose qui m’angoisse terriblement, et qui je pense, justifie pleinement ce message.
A savoir qu’une fois ma voie emprunté, j’espère ne jamais avoir de coups dur, remettant entièrement mon projet professionnel en question…
Bref, des études plus courtes pour dentaire, plus rapidement concrètes, et sans doute moralement plus vivables.



Internat
Etre le meilleur, parmi les meilleurs…
C’est sans doute une vision trop simpliste de ce qu’est l’internat aussi bien en médecine, qu’en dentaire, mais c’est la mienne, et bien qu’appeurante, elle me plait.

Elle me plait au sens, où lorsqu’on en sort victorieux, on peut être fier de soit, mais appeurante au sens, où la P1 n’est qu’un petit nid douillet à côté, car c’est ce concours, qui déterminera notre vie professionnelle. Tout interne affirme avoir choisis sa spécialité, mais je ne crois pas au miracle, et j’imagine pertinemment, que certains n’ont pas eu la chance d’accéder à la spécialité convoitée.

Mon jugement de P1, reste très mauvais, car très basique, je ne connais aucun métier de la santé, si ce n’est la chirurgie, et parmi celle là, je ne vous cache pas être plus attiré par la neuro, que par la viscérale. Manque de peau, la neuro est plus dure à avoir.
Vous m’avez compris ? La P1 est une première sélection, l’internat, en est une seconde, impardonnable, cette fois-ci, et beaucoup plus stricte…

De plus, c’est une période très dure moralement et physiquement, car le travail est légion, et le salaire quasi absent. Beaucoup affirment ne vivre plus que pour ça, et n’ayant jamais été un bosseur acharné, j’ai peur de me retrouver à 40 ans frustré par un boulot que je n’ai pas choisit…
Je ne parlerai pas de l’internat de dentaire, car pour le coup, je n’y connais absolument rien.




Périmètre d’action
Voilà encore un domaine, ou la médecine et l’art dentaire n’ont rien à voir. Le fait est que dès que l’on est en PCEO2, on sait que l’on finira dans la cavité bucco-dentaire. Tandis qu’en médecine, le choix est beaucoup plus vaste. Certes une fois que l’on est spécialiste, on restreindra automatiquement son périmètre d’action, et on tombera immanquablement dans une certaine routine, sauf peut être pour les médecins urgentistes, mais je n’ai ni la foi, ni le cœur pour assurer un tel job.

Cependant, cette spécialisation vient beaucoup plus tard, et surtout, suit une période de recherche, de découverte via l’internat, qui permet (si le classement le permet surtout) de choisir SA spécialité.
Après bien évidemment, certains n’ont pas ce problème, car ils désirent bosser dans la bouche plus que tout. Mais ce n’est malheureusement pas une vocation, pour moi.
Enfin, je ne vous cache pas qu’un cerveau m’attire plus que la bouche.




Qualité de vie
A mon sens, un des paramètres les plus importants, si ce n’est le plus important, et il est claire, que les dentistes ont une avance considérable sur les métiers de la médecine, du fait (pour les cabinets), de pouvoir choisir ses horaires, car contrairement au médecin qui travaille en clinique, et qui dépend forcément d’un personnel hospitalier, ils sont leur propre patron. (en médecine libérale aussi, mais on dépendra toujours dans le cadre du chirurgine, d’un anesthésiste, d’infirmières, d’aide soignants…)

Et cette « qualité de vie », me fait excessivement peur en médecine. Une fois de plus, je vais citer mon père, car c’est la seule référence que j’ai, et non un complexe d’oedipe !
Bref, je suis excessivement heureux d’avoir un père comme celui que j’ai, car durant toute ma vie, il a assuré une qualité d’éducation parfaite, mais malheureusement pas de quantité. Il m’est même arrivé certains jour de ne pas le voir, car je me levais bien après lui, et me couchais avant qu’il ne rentre. Et pour mener une telle vie, il faut absolument être passionné, ce qui, je vous l’ai dit, n’est pas mon cas.

Enchainant les gardes, mon père a accumulé une fatigue telle que mes parents n’ont désormais plus aucune vie sociale, et puisent leur seul repos (mais pas moindres, attention), dans leur vie familiale.

Moi, j’espère que même la barre des 50 ans franchit, je resterais dans l’ère du temps, continuerais à sortir avec ma femme, pourrais voir mes enfants grandir, pourrais faire de la planche à voile avec le fiston dans la maison de vacances, pourrai voyager, pourrai m’investir dans n’importe qu’elle passion etc… Bref, gagner de l’argent c’est bien, avoir du temps pour le dépenser c’est mieux.

Après, je ne connais malheureusement que la chirurgie ortho, et je compte sur vous pour me faire découvrir d’autres métiers médicaux, pouvant m’assurer un confort de vie.




Salaire
Sujet tabou, et qui l’est selon moi, à tort. C’est d’ailleurs une spécialité française. Je suis issu d’un milieu très aisé, et ai pu bénéficier de nombreux privilèges aussi bien matériels, qu’immatériels, en gardant tout de même en conscience, que peu de gens ont ma chance, et je sais m’apitoyer, et aider les plus démunis. Je suis donc désireux, de pouvoir offrir cela à mes enfants, en les éduquant comme je l’ai été.

De plus, beaucoup de gens crachent sur les salaires de la médecine (dont la moyenne est la plus haute, tout secteur confondu), mais semblent oublié, le nombre d’études pour y parvenir, la difficulté du travail, les responsabilités etc…

Pareil en dentaire, l’achat/rachat d’un cabinet à aujourd’hui un coup exorbitant, et une telle prise de position comporte une prise de risque. Les jeunes dentistes triment tout ce qu’ils peuvent pour rembourser le matériel, et tout cela le patient l’oublie, ou ne le sait pas, et constate juste que ses soins sont chers, et mal remboursés, cela me gênera, je le sais.

J’aime l’argent, je l’aime beaucoup, mais je suis sensible, et m’imagine déjà mort de honte, à l’annonce du cout d’une opération à un patient qui a en juger par son apparence, n’en aura pas les moyen, bien que cet argent, je me répète, soit le prix d’un effort souvent mal évalué.
Bref, j’ai lu qu’un chir dentiste était grosso modo aussi bien payé que certains spécialistes en médecine, mais lesquelles sont-elles ?




Installation
Paramètre, que j’avais toujours négliger jusqu'à présent, et qui me semble dorénavant fondamental.

On m’a toujours narré, que s’installer en cabinet, lorsque l’on est chirurgien dentiste était relativement simple, au sens ou malgré les 40 000 dentistes en France, une bonne part d’entre eux approchaient la retraite, et laissaient ainsi de nombreux postes libres. De plus, avec la disparition des stomatologues, le champs d’action du dentiste s’élargit, et les praticiens de l’art dentaire, sont de plus en plus nombreux à délaissé les cabinets, pour les infrastructures hospitalières.

Au contraire, plus on se spécialise en médecine, plus on devient important dans le système de soin, et plus les postes sont rares. J’ai pu constater à quel point il pouvait être délicats pour de jeunes spécialistes, de s’installer où bon leur semblait.
Cela représente à mon sens, une certaine non-sécurité non négligeable…




Aspect économique
Amoureux de la finance, comme je vous l’ai dit plus haut, j’ai pensé (et je pense toujours), pouvoir retrouver dans la gestion d’un cabinet de dentiste, un certain aspect commercial, dans le sens où, on est seul maitre à bord (sauf si associés), et l’achat de matériel/salaire/charges etc… ne dépend que de nous, et cela n’est pas pour me déplaire.

Au contraire, être spécialiste en clinique (c’est une fois de plus le seul job que je connaisse), ne rime pas du tout avec gestion économique. D’autres gens beaucoup plus qualifiés s’en chargeront : dommage pour moi…




Prestige
Voilà un sujet qui a toujours fâché, et qui visiblement fâchera toujours. Cependant, j’ai décidé de n’omettre aucun détail, et de vous faire part de ma vie, aussi peu reluisante soit-elle smilies . Bref, j’ai malheureusement toujours eu une certaine forme de fierté (parfois mal placée, je ne vous le cache pas), qui m’a toujours poussé à vouloir devenir le meilleur dans quelques domaines que ce soit.
Et j’en ai très souvent souffert. J’ai réussit à prendre du recul et de la maturité sur tout cela depuis le début de ma P1, mais cela reste dans mon cas, un élément important, qui me consterne, tellement il est futile : mais il y a certaines choses que l’on ne peut changer.

C’est dur à dire, mais me balader avec ma blouse dans les couloirs de l’hosto, en trainant derrière moi l’image de l’étudiant qualifié, et qui impose un certains respect/peur envers les non-praticiens, me fait rêver. Et oui, je vous l’ai dit, c’est excessivement futile, car je pense que ce petit côté excitant est très vite atténué par la dure réalité de la vie, que ces « non-praticiens » n’imaginent que très partiellement.

J’ai lu beaucoup de messages, la dessus, où des étudiants en dentaire entendaient régulièrement la question fatidique : « Dentaire ? Mais tu as fais cela par choix, ou par défaut ? »
Biensur, rien ne nous empêche de répondre « Par choix », que cela soit vrai ou pas, mais je vois le mal partout, et n’aime pas me dire que mon interlocuteur ne me croira sans doute pas. Car malheureusement, tous ce qui ne sont pas issu du milieu médical (a quelques exceptions près), voient encore et toujours l’image du dentiste, qui a raté la médecine. Enfin cela ne vient à l’idée de quasi personne, que certains dentistes l’ont choisit.

Après certes, avec la réforme, les concours sont séparés, donc le coup du « par défaut, ou par choix » devient beaucoup plus flou. De plus, pour prendre exemple sur ma fac, le NC de médecine est à 216, et 850 étudiants y sont inscris, soit ¼ de reçus. En dentaire, le NC est à 36, et le nombre d’étudiant est à 319, soit 1/8,8 de reçus, 2 fois moins…

Peut être que ses stats ne sont spécifiques qu’à ma fac, et certes, de nombreux étudiants prennent encore dentaire, comme roue de secours, mais j’ose espérer que cela boostera la réputation des études de dentaire.

Néanmoins, la tendance actuelle, est à loué le médecin, pour son côté besogneux, intellectuel, proche de l’être humain etc… et délaissé le dentiste, qui n’en demeure pas moins un praticien d’une valeur indispensable à la santé…




Relation avec le patient
Certains font médecine pour l’argent, d’autres pour le patient, et d’autres encore pour la technique etc…
J’appartiens aux 3 catégories, comme je n’appartiens à aucune d’entre elle. Je sais qu’en dentaire, le suivit des patients, est un élément clés du métier, et je sais que cela peut me plaire. Prendre le temps d’expliquer au patient ce qu’il a, et de réfléchir avec lui, sur les différentes solutions qui existent, fait intervenir un côté intellectuel qui n’est pas pour me déplaire.

Au contraire, mon père, n’entretient que très partiellement de relation avec ses patients. Le patient a mal, il vient, se fait opérer, et dans le pire des cas revient 3 semaines plus tard, pour cause de luxation, ou 10 ans plus tard, pour changement de prothèse. Dans le meilleur des cas, on ne le revoit plus, si ce n’est à la supérette du coin, en train de gambader dans les rayons, ou au contraire, trainant sa jambe, comme si toute la misère du monde y était attachée. C’est le moment de déguerpir.

Ainsi, ce petit côté « à la chaine », ne me déplait pas non plus, car mon père bien qu’ayant eu de nombreuses difficultés dans sa vie, qui l’ont considérablement endurcies, et qui le font paraître comme un homme sans émotion (jamais vu pleurer, en 18 ans d’existence), m’a affirmer avoir déjà eu les larmes aux yeux, lorsqu’un patient, le remercie du fond de son cœur, lui aussi, les larmes aux yeux, car il peut désormais marcher.
Etant hyper sensible, c’est une reconnaissance qui me touchera très particulièrement, je le sais, et je l’espère, quoi de plus beau que soigner ?




Avancée du métier
Comme je l’ai dit plus haut, les stomato tendent à disparaître, ce qui offre de nouvelles opportunités aux dentistes. De plus il est question que de nouvelles spé, comme l’orthodontie soient reconnu.
L’avancée se fait également, m’a-t-on dit sur un plan technologique, et l’utilisation de caméras, appareils électroniques, bref d’une robotisation des procédés risque fort de me plaire.
Cette informatisation se retrouve également en médecine, et j’ai eu la chance d’assister à de très nombreuses opérations chirurgicales, où le praticien à désormais les yeux rivés sur un écran plutôt, que sur le cœur, le genou, ou l’œil du patient…

Voilà, j’ai sans doute oublié de très nombreuses choses, et les rajouterai au fur et à mesure qu’elles me viendront. Je suis également conscient que le métier parfait n’existe pas, et qu’aucun saura répondre pleinement à mes attentes. Cependant, certains y répondront forcément mieux que d’autres.

J’imagine que si 100 étudiants ont cliqués sur le titre de mon post, seuls 3 liront ses dernières lignes, et je les en remercie. Peut être que parmi ces 3 là, l’un, dans le même cas que moi, viendra d’avoir une révélation, le suivant, au contraire remettra totalement son choix en doute, et peut être que le troisième, ayant plus de bouteille, saura dire à la vue de ce message ce qu’il me conseil, en se basant sur son vécu.

Je suis conscient que le choix est personnel, et il le sera (encore heureux), mais il peut être axé dans une direction plutôt qu’une autre, et cette orientation ne dépendra que de vous.

J’ai essayé, tout en adoptant un point de vue très subjectif, car c’est de mon avenir qu’il s’agit, de n’opérer aucune distinction au sens hiérarchique du terme, entre la filière dentaire, et la filière médicale. Si certains se sentent donc blessé par les propos que j’ai pu tenir, d’avance je m’en excuse. Je m’excuse également, pour la lourdeur de certaines phrases, et pour la quantité de fautes d’orthographes, mais avec 3400 mots, et passé une certaine heure, je ne suis plus en état de les corriger, enfin seulement avec le correcteur de word smilies

Bref, j’ai essayé de mettre un maximum de maturité, de vrai et de passion dans ce message : j’ai des défauts, mais aussi des qualités, qui feront peut être de moi un très bon médecin, comme un très mauvais dentiste ou inversement, ou pire encore, qui feront peut être de moi en mauvais soignants. Mais la vie est longue, et pour reprendre les mots de mon professeur de neuroanatomie, « Un échec signifie que l’on peut faire mieux, et sans doute ailleurs ». La vie est longue, et les possibilités sont multiples, je ne demande qu’une chose, être heureux.

Merci encore,
Top
oupss
Sexternus-minus

Messages : 39
Enregistré : 13/02/2011
Posté le 18/02/2011 à 07:17 puis édité 2 fois notnew
Alors si j'ai un conseil à te dire choisis ce qui te plaît et ne laisse pas les autres te mettre la pression pour prendre soit médecine soit dentaire.. Je suis dans le même cas que toi, issue d'un milieu plutôt aisé avec un père radiologue et des tas de médecins dans mon entourage. Ayant un niveau assez juste en sciences au lycée, je visais dentaire au départ et je n'avais jamais immaginé être reçu en médecine.. Ma famille m'a mis la pression pour que je prenne médecine, à 18 ans on ne sait pas vraiment ce qui nous attend, on sait que ça sera dur mais on a des idées un peu fausses sur la réalité du métier de médecin... J'ai donc validé facilement les années P2/D1 mais en D2 début de l'externat apprentissage des pathologies et stages cliniques pour moi ça été la descente aux enfers. Je déteste la clinique et il n'y avait pas encore les passerelles à l'époque..à ce moment là j'ai vraiment regretté dentaire.smilies et j'en ai voulu à tous ceux qui m'ont mis la pression pour que je choisisse ce métier. Maintenant je suis en D4 (enfin!!! ça commençait à être super long...) et apparemment il y a des réformes en cours pour l'internat qualifiant en chir orale et orthodontie avec une double entrée dentaire + médecine donc je vais tenter ma chance en espérant que ça soit réellement mis en place avec l'ecn 2011.
Si en médecine l'argent est ta motivation il faut faire dentaire... mon père se fait bien + de 10000 euros par mois mais il a 55 ans! avant d'être riche en médecine tu dois être patient, et avoir le courage de passer des concours, de publier etc... Le médecin est un éternel étudiant.. et puis le salaire dépend aussi de la spécialité...
Bon courage pour le deuxième semestre et surtout si tu es accepté à la fin , le jour des choix n'écoute que toi, c'est ta vie, on ne fait pas un métier par défaut mais parce qu'on l'a choisit. hélas je l'ai compris un peu trop tardsmilies
Top
Silvine
Altesse Sérénissime

Messages : 4783
Enregistré : 27/04/2008
Posté le 18/02/2011 à 13:03 notnew
Il y a ce sujet qui est très intéressant, à lire !
_____
Administratrice forum. Responsable communication SAIPR 2016
___________________________________________________________
"On est tous le con de quelqu'un."
Top
Ma-may
Bizute (future carrée)

Messages : 6
Enregistré : 05/02/2011
Posté le 21/02/2011 à 09:32 notnew
Je te comprends tout à fait Doctor, car j'étais dans ton cas il y a moins de deux semaines.

Mais pour moi la décision est prise, et la vie de famille remporte sur le prestige d'être un grand spécialiste en blouse blanche: ce sera dentaire.

Mais je crois avoir compris que cet aspect te touchait aussi beaucoup, car on sent énormément d'émotion quand tu parles de ton père et de ta famille.

Tu es exactement dans le même état d'esprit que j'avais auparavant: je pense qu'au fond tu sais très bien ce qui te plait le plus, mais tu as peut être peur de l'admettre..

Pour être honnête, et après tout ce que tu viens de dire: je crois que ton coeur balance plus pour dentaire.

En effet, tu étais parti pour faire médecine, pourquoi as tu "louché" sur dentaire? Et à un tel point que tu ne penses plus qu'à ça?

De plus je n'ai noté aucun point négatif dans tes arguments pour dentaire, ce qui n'est pas le cas pour médecine.

Maintenant, ta décision t'appartient entièrement (oui je sais que tu as horreur qu'on te dise ça ^^). Et je me trompe peut être totalement..

Enfin, je n'ai rien d'autre à ajouter, Oupss l'a très bien résumé: n'écoute que toismilies
Top
Doctor
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 31/12/2010
Posté le 21/02/2011 à 11:33 puis édité 1 fois notnew
Bonjour à tous, et merci de m'avoir répondu aussi rapidement !

@ oupss: Aïe, je suis vraiment désolé pour toi, car même si je n'ai aucune idée de comment cela peut se passer, c'est justement un tel remord que j'appréhende, et je te souhaite sincèrement que les passerelles pour l'internat qualifiant, soient mises en place cette année. Cependant, que vas-tu présenter? Chir buccale, ou orthodontie? A quel niveau en dentaire, correspond un étudiant en D4?
Question plus générale: Qu'est-ce qui t'a dégouté à ce point de la clinique?

L'argent comme je l'ai dit, est UNE, et non LA motivation. Et de ce que l'ai lu, en rapport temps passé/argent gagné, il est clair que les chir dentistes ont l'avantages, mais après, certes, cela dépend totalement des spé médicales !

@ Silvine: Merci pour ton lien, mais je l'avais déja lu deux fois ! Je connais aboslument tous les post de Remède traitant de ce sujet, durant les 10 dernières années smilies

Cependant, j'ai vu que tu avais déplacé mon message, ainsi que supprimé le second !
Il ne s'agit pas d'une erreur, mais comme je l'ai expliqué plus haut, j'ai peur d'être influencé par un camp (en l'occurence médecine), plus que par l'autre, je préférai donc avoir les avis des deux domaines médicaux ! M'autorises-tu à reposter le même en dentaire?

De plus, pour être vraiment lourd, je trouve que la partie dans laquelle tu as placé mon sujet, est certes plus adaptée, mais beaucoup moins visibles à mon gout sur le forum smilies
Et pour multiplier les avis, ce sujet gagne à être connu !

@ Ma-May: J'ai "louché" sur dentaire, par hasard, lors d'une petite conférence qui a duré strictement 10 minutes lors de la présentation des différentes filières en Janvier, puis je me suis renseigné !

Il est vrai que les défauts que je trouve à dentaire, sont moins visible que ceux de médecine, mais ils sont tout de même présent, à savoir:
-> Le prestige, qui bien que très bête, car mal fondé, existe, et existera toujours...
-> La restriction d'action à la cavité buccale...

Cependant, il m'a semblé lire quelque part, que 2 nouvelles spécialités étaient reconnu, comme la chirurgie buccale, et le praticien hospit ou quelque chose du genre, peut-être cela que élargira les possibilités ! Je vais de ce pas me renseigner !

Pour couronner le tout, ma mère m'a annoncé ce week end que vu l'état d'esprit dans lequel je suis, "quoiqu'il arrive, je vais m'engager en médecine, et plus tard, après avoir enchainé moultes difficultés, je regretterai de ne pas avoir pris dentaire..." smilies

Dilemme: Passion ou Raison?
Top
coucourde
Doyen

Messages : 511
Enregistré : 06/07/2003
Posté le 21/02/2011 à 15:21 notnew
C'est vrai qu'il y a déjà pas mal d'éléments de réponse sur le post mis en lien par Silvine... avec l'expérience intéressante de quelqu'un qui a fait le double cursus.

Sans vouloir être redondant avec ce post, quelques remarques:

1°) le "prestige": un vrai conseil => OUBLIE! A ton âge on est nombreux à penser un peu comme toi et on se verrait bien neurochir, mais cette "folie des grandeurs" s'estompe bien vite au fil des années...

2°) il existe effectivement une réforme pour faire en sorte qu'il y ait désormais via dentaire un internat qualifiant de chirurgie buccale.
En pratique c'est pour faire de la stomato: c'est donc de la dentisterie un peu lourde mais ça n'étend pas vraiment le périmètre d'action des dentistes qui reste la cavité buccale et pas touche aux cancers!

Maintenant il ne faut pas nier que dentiste permet de faire plein d'actes intéressants et c'est sûrement par méconnaissance du métier que l'on sous-estime le champs d'action du dentiste.

3°) Une autre chose qui est certaine c'est que, vu le nombre de spécialités qui existe en médecine, il est difficile de généraliser sur les avantages/inconvénients du métier de médecin vs dentiste.
Médecin ce n'est pas un métier mais plein de métiers différents selon la spécialité et le mode d'exercice choisi. Et là, on ne peut nier que le choix est bien plus vaste qu'en dentaire...
Entre un psychiatre en institution, un médecin du travail en service inter-entreprises, un chirurgien en clinique, un généraliste en cabinet, un radiologue en privé... il y a tout de même pas mal de différences.
Et pour reprendre par exemple ton côté gestion: il est certainement bien aussi présent pour un radiologue, un biologiste ou un anapath en libéral que pour un dentiste...
Sans compter le côté "marketing" si tu fais plastoc smilies
Top
oupss
Sexternus-minus

Messages : 39
Enregistré : 13/02/2011
Posté le 21/02/2011 à 16:25 notnew
Enfin, je n'ai rien d'autre à ajouter, Oupss l'a très bien résumé: n'écoute que toismilies
smilies

@ oupss: Aïe, je suis vraiment désolé pour toi, car même si je n'ai aucune idée de comment cela peut se passer, c'est justement un tel remord que j'appréhende, et je te souhaite sincèrement que les passerelles pour l'internat qualifiant, soient mises en place cette année. Cependant, que vas-tu présenter? Chir buccale, ou orthodontie? A quel niveau en dentaire, correspond un étudiant en D4?
Question plus générale: Qu'est-ce qui t'a dégouté à ce point de la clinique?
Je vais passer l'ecn en juin et apparemment nouveauté cette année il y a des places supplémenntaires pour les médecins en ortho et chir buccale, on fait le même internat que les dentaires avec une à deux année de remise à niveau supplémentaire en fonction de la spé par rapport aux dentaires. J'espère être classée pour ortho.smilies au pire des cas si je n'ai pas une spé qui m'intéresse je pars faire mon internat en belgique avec mon diplôme de fin de dcem en poche.. en tout cas je ne veux plus refaire de D4 car j'en ai vraiment marresmilies et puis le prestige en médecine ce n'est plus ce que c'était avant... Maintenant les patients n'ont plus le même respect et n'hésitent pas à porter plainte pour un oui ou pour un non... bon courage pour ton choix
La clinique je n'aime pas..J'aime bien apprendre la médecine dans les livres mais l'application pratique me dégoûte..Et oui je suis un médecin qui n'aime pas le contact physique avec les patients, ça me gêne d'entrer dans l'intimité du patient..On me dira qu'en dentaire on voit des bouches à longueur de journée mais je préfère ça à examiner en entier des patients (TR,TV etc)... et ouais je me suis bien trompé d'orientation mais c'est trop tard pour regretter...
Top
Doctor
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 31/12/2010
Posté le 21/02/2011 à 23:32 notnew
@ Coucourde: Certes la folie des grandeurs peut s'estomper au fil des années, mais n'y a-t-il pas de mauvais médecin qui continuent à dénigrer la profession de dentiste? En réalité, j'espère que certains médecins, peuvent être amener à envier le côté "vie équilibrée" du dentiste, enfin que le côté "prestige, je sauve l'humanité" du médecin s'efface au fur et à mesure des années de dur labeur traversées...

Sinon, je me suis mal exprimé, pour la chir buccale, je ne voulais pas dire élargir le périmètre d'action, au sens physique du terme, mais plutôt technique !
Mais du coup, j'imagine que si on fait de la chir buccale, on travaille dans une infrastructure de soins privées ou publique, et du même coup, on perd le côté "je suis le seul maitre a bord, je bosse quand je veux" du dentiste?

Sinon, pour le "coté marketing" du plastoc, je n'y songe même pas !
Renflouer les lèvres d'une vieille rombière qui a un mari très riche, non merci !
Je comprend que ce soit un métier intéressant, prestigieux et tout le tralala, utile aussi, car certaine personne (j'en ai eu dans mon entourage), puisse par exemple avoir des problèmes de dos due a une poitrine trop volumineuse, et désire se la faire alléger !
Mais ce côté médical, est à mon sens trop atténuer par le côté facultatif/superficiel qu'offre certaine opération afin qu'une grand mère de 80 ans, en paraisse 20, tout ça car elle a les moyens de se faire botoxer la face ! smilies

@ oupss: Mais du coup, tu prends dentaires par envie, ou par refus de médecine? Tes 6 années de médecine t'offre-t-elle des avantages dans ton futur statut d'ortho?
D'ailleurs, selon toi accéder à la chirurgie buccale, est plus simple via dentaire que par médecine du coup?

Pour ce qui est des procès, mon père en a déjà fais les frais ! C'est vrai que le tribunal s'est banalisé !smilies
Top
coucourde
Doyen

Messages : 511
Enregistré : 06/07/2003
Posté le 21/02/2011 à 23:56 notnew
Il y aura toujours des médecins pour prendre les dentistes pour de la m...
Mais je te rassure, quoi que tu fasses, il y aura toujours quelqu'un pour te prendre pour un con...

Au sein même des spécialités médicales il y a des pseudo hiérarchies de "prestige".
Tu trouveras toujours plein de "spécialistes" pour prendre les généralistes et urgentistes pour des nuls, pléthore de gens pour prendre les médecins du travail et de santé pub pour des ratés, les radiologues, biologistes et autres anapath pour des planqués avides de fric, les neurologues pour des contemplatifs inutiles, les orthopédistes pour des bourrins décérébrés, les ORL pour des coton-tiges géants... et on peut le faire pour toutes les spés, une à une.

Alors tu sais, la gloriole, laisse tomber; en plus le vent peut tourner...
Renseigne-toi bien sur les différents métiers, les modes d'exercice possibles et la probabilité ( faisabilité ) de parvenir à cette situation et choisis en conséquence.
Je suis sûr que tu ne soupçonne pas tout ce que peut faire un dentiste, au même titre que tu n'as pas idée de combien l'internat de chir plastique, reconstructrice et esthétique peut être intéressant...

En tout cas, si tu as des questions précises, n'hésite pas. Il y a pas mal de monde sur ce forum avec des expériences très différentes.
Top
Doctor
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 31/12/2010
Posté le 22/02/2011 à 00:07 notnew
La chir plastique, très interressante, je n'en doute nullement, ils ont un champs d'action relativement large, et par conséquent des opérations très variées ! Ca me plaisait étant petit, après avoir vu un documentaire TV. Mais moralement, je sais que ce n'est pas pour moi !

Il est absolument certain que je ne soupçonne pas tout se que peut faire un dentiste, et c'est pour cela que je suis ici !

Sinon, peux-tu me parler un peu plus en détail des nouvelles spé: chirurgie bucale et interne en médecine buccodentaire? Les opérations faites, qu'ils soient en cabinet ou pas etc...

"les ORL pour des coton-tiges géants..." Tu m'as tué là smilies
Top
fatfat
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 18/02/2011
Posté le 25/02/2011 à 15:11 notnew
Alors je ne vais pas te conseiller telle ou telle chose, ce serai stupide ridicule et au combien inutile

je vais simplement te dire pourquoi moi, c'est médecine et rien d'autre.
Moi aussi tu sais j'ai fait des études de commerce international, dégoutée par la quête de l'argent le côté superficiel et "trop actuel" des choses (je ne sais pas si tu me suis..)j'ai décidé d'arrêter de me voiler la face et de poursuivre mon rêve de toujours

Pourquoi médecine et pas chir dentaire?

Pour le côté vaste justement, pas forcément dans le nombre de spé, métiers pour lesquels tu as "le choix" mais pour l'étude du corps humain dans son entier..je suis et ai toujours été fascinée par l'être humain, la complexité de son corps et notamment de son...cerveau. (ce qui me laisse envisager vers spé m'orienter plus tard...mais bon c loin d'être définitif)

Bref tout ça pour dire que OUI le chir dentaire (and co) voit son métier relativement limité à "l'exploration" de la cavité buccale pour parler familièrement, cela dit je suis entièrement daccord avec vous tous lorsque vous dîtes qu'on connaît mal son champs d'action souvent plus large que ce que l'on peut imaginer
Mais il n'en est pas moins vrai que l'on explore beaucoup plus de choses en théorie comme en pratique en médecine mais c'est le prix d'études bien plus longues mais encore une fois....chacun ses priorités et c'est cela je pense qui définira ton choix.
Quoique entre raison et passion...j'aurai tendance à dire passion, les regrets qui découlent d'un choix passionné sont semblent-ils moins amères..mais ce n'est que mon avis.

Pour conclure je dirai que peu importe le prestige (si un peu quand même faut voir la mine des gens quand on leur dit je suis neurochir'smilies ) l'argent (si un peu quand même smilies ) c'est surtout le rapport aux patients à qui on retire ou diagnostic un cancer (quon sauve directement ou indirectement donc) leur sourire leur "merci" peu importe les poursuites!! et par dessus tout la connaissance du corps humain et de sa complexité...sa propre connaissance physique et psychologique, le côté intellectuel donc, anti superficiel...presque miraculeux.. résultat d'années et d'années de recherche...n'être qu'une simple actrice dans cette perpétuelle évolution, cette dynamique au service , uniquement au service de l'homme, de la santé...de la vie.





nb: attention un chir plastique ne fait pas que gonfler les seins d'une riche cougar , il permet aussi de rendre une apparence à des gens défigurés par tel ou tel accident(pour dire les choses grossièrement) et en un sens..leur rend la viesmilies
_____
reconvertiiitt éternelle insatisfaite!!
internelle incomprehise, surtout par moi même
!!
bosser?? abou?? devise: toujours remettre au lendemain ce qu'on peut faire le jour même...pas possible en medecine? merde -__-'


Top
Monaco
Ministre de la Santé

Messages : 1091
Enregistré : 09/05/2005
Posté le 28/09/2011 à 11:34 notnew
Juste pour apporter ma pierre à ce long et grand édifice, ne faites pas vos choix en considérant le prestige supposé des études de médecine et de la médecine au sens large par rapport au dentaire.

D'une part à 18/20 ans ça peut faire rêver, on pense aux séries médicales, ça permet d'aller draguer les coiffeuses ( 2nd degré inside .. ), on se dit qu'on saura tout sur tout, mais au final vu la longueur des études et les différences entre les boulots qu'on exercera en médecine au final ( entre un ophtalmo / dermato en ville et un chir thoracique en CHU il y a un monde ) on en revient forcément.

D'autre part, les patients s'en foutent, et même ne comprennent pas les différences, si vous êtes dentiste, ils penseront surement que vous etes une sorte de boucher qui fait mal et avide d'argent, mais il y a marqué aussi docteur sur votre plaque.

Bref, on s'en fout totalement du prestige.
_____
Chirurgien-Dentiste depuis 2012
New-York University Orthodontic program 2014
Top
Besoindaide
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 29/01/2012
Posté le 29/01/2012 à 23:04 notnew
Bonjour doctor, j'aurais voulu savoir ce que tu étais devenu et ce que tu avais finalement choisi ?
Top
Doctor
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 31/12/2010
Posté le 13/04/2012 à 00:50 notnew
Yo! Désolé pour la réponse (très) tardive, mais j'avais zappe le msg de ma boite mail...
Tout d'abord merci à toi de prendre de mes nouvelles, et pour résumé, je suis devenu un de ces étudiants en médecine, réduit à l'état de déchet par la P2... Vivement la D2, que la fête s'arrête !

Bref, j'ai opté pour la passion et non la raison, et je sais que dans qlq années, je le regretterai, mais je l'espère, ces regrets ne seront que passagés ! La P2 en a dégouté qlqs uns de par son caractère encore très fondamental, "très P1", mais moi je m'éclate dedans, donc bon... On a commencé les stages au S2, et là par contre, c'est l'éclate générale ! Tu délaisses tes molécules, pour voir enfin un peu de concret, et, bien qu'en tant que P2, t'es vraiment LA merde du service, tu commences à entrer en relation avec le patient, et le sourire d'un vieux, les mains dans le plâtre, que tu viens de torcher, n'a pas de prix, c'est la récompense d'un an et demi de travail, mais ça en vaut le coup smilies !

Bref, je sais pas ce que tu fais, si tu es dans le même cas qui était le miens il y a un an, mais sache que les 2 filières sont dingues l'une comme l'autre ! Après, j'ai qlqs amis en P2 dentaire qui se disent frustrés de ne pas approfondir le programme, mais bon, ils s'y retrouvent ailleurs...
Top
irina
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 26/04/2012
Posté le 26/04/2012 à 22:16 notnew
Bonjour,
je suis en terminale s et je voudrais savoir si c'est mieux de connaitre des cours à l'avance (pour la PACES) et donc qu'est ce que je devrais apprendre avant d'aller en fac de médecine?
une autre question: quelle est la matière la plus difficile en PACES?
Top
Doctor
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 71
Enregistré : 31/12/2010
Posté le 28/04/2012 à 00:11 notnew
Bonsoir, tu n'as pas posté dans la bonne catégorie, et je t'invite à déplacer ton sujet ici: http://forums.remede.org/paes/580.html parce que là tu pourris un peu mon sujet... ahah

Pour te répondre brièvement, bosser avant la P1, est à mon sens totalement inutile, et pour ce qui est des matières difficiles c'est très étudiant-dépendant, tu le découvriras par toi même, en fonction de tes facilités/acquis/préférances !

Bon courage
Top
JulienB
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 02/07/2012
Posté le 02/07/2012 à 22:18 puis édité 1 fois notnew
Bonsoir à tous, j'ai été dans le dilemme il y a peu concernant le choix médecine-dentaire et je vais essayer d'apporter ma petite pierre à cet conversation que j'ai avalé smilies
Alors, il y a 2 ans, je suis parti pour faire médecine, disant même : "pouah dentaire, tu passes ta vie dans la bouche des gens". Réflexion très poussée je l'avoue.
Après un redoublement douloureux alors que j'étais à 5 places au premier semestre et une chute importante dans le classement après le second, une rencontre aura sûrement joué son rôle mais pas que.
Je rentame ma seconde année, toujours visant médecine. Le premier semestre se déroule bien je suis bien classé, mais je souffre des études qui me semblent interminables, une violence même. Ayant des amis qui me font un portrait pas très sympathique de la P2, je commence à me dire pourquoi me faire chier encore 10 ans comme ça...
Et là s'installe le doute, et voilà l'argumentation qui a fait que j'ai choisi Dentaire :
- Des études beaucoup plus courte quand même et on a une idée d'où l'on va finir.
- Une difficulté moins prononcée. La séquence de l'internat étant super dure.
- Un internat qui laisse environ 50 % de chances de finir généraliste, chose que je ne souhaite pas, étant attiré par des spécialités très prisées, il faut être dans un classement très haut et je ne me sentais pas capable tant qu'en quantité qu'en capacité d'y arriver.
Et que finir généraliste, travailler comme un dingue pour gagner moins qu'un dentiste, alors que je n'aime pas plus ce métier que celui de dentiste, ça me dérange fortement, surtout que je pense que cette phrase résume malheureusement le métier de généraliste : "dès que ça devient intéressant, on passe la main à un autre".
- Le confort de vie, il joue aussi, ce n'est pas du tout la même vie quand même, les mêmes pressions également.

Alors ma raison a tranché j'ai choisi Odontologie à Paris Descartes au lieu de médecine (que je n'avais plus qu'à Nice ou Marseille, far en Corse oblige).
Je ne pense pas regretter, et mon entourage (travaillant dans les domaines de la santé : spécialiste en médecine, officine) me dit que j'ai fait le bon choix, par rapport à ma chérie et aussi ma soeur, oui on l'a eu tous les 3 en même temps smilies

Je pense que la raison de ce choix est avant tout cet ECN qui m'a toujours foutu une trouille bleue et que tout ça pour faire généraliste, psychiatre, santé publique ou encore endocrinologue et j'en passe (je n'étais intéressé à priori que par Cardio, Neuro).
Si j'avais écouté mes rêves, j'aurais peut être pris médecine mais je me serais cassé la gueule car ce sont des spécialités qui me semblent pour moi inaccessible et pour une fois j'ai écouté ma raison pas comme Doctor smilies
Top
HelloMaa
Sexternus-minus

Messages : 35
Enregistré : 20/11/2011
Posté le 12/12/2013 à 16:35 notnew
Bonjour, je suis exactement dans votre situation,
j'ai commencé la PACES en me disant medecine ou rien, et puis j'ai redoublé en loupant le concours de quelques places, aujourd'hui je suis doublante, toujours très bien classée mais voilà, depuis quelques jours je ne pense qu'à ca...
Vais je tenir 10ans comme ca ? en suis je capable ? moi qui attache une grande importance à la vie de famille, je suis entrain de me poser toutes les questions de ce post. Et bien sur je n'ose pas m'avouer que peut etre je me suis trompée et que peut etre dentaire me correspondrait mieux...
_____
Il n' y a qu'une seule réussite : arriver à vivre sa vie comme on l'entend. Christopher Morley
Top
pacesss
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 21/01/2015
Posté le 23/03/2015 à 19:11 notnew
salut je viens rajouter mes pb sur ce long défilé c'était trop tentant :p
moi aussi je suis en p1 et indécis sur mon avenir
depuis toujours médecine a été ma passion mais cette année avec tout ce travail je sais plus si je serais capable de tenir sur le long terme moralement
dans ma fac dentaire est très prisé et passe avant médecine ce qui fait que la je suis presque classe en médecine mais très peu de chance d'avoir dentaire
se pose alors la question de savoir si je serais capable de refuser médecine pour redoubler et recommencer a 0 cette p1 ce qui me parait être du suicide
et pour tout couronner il faut que je choisisse une spé a trvailler impossible de faire les 2
enfait j'aurais voulu avoir plus de renseignement sur les 2 possibilités si certains sont passés par la comment ça se passe en pratique avant et surtout pendant LECN. Vous avez gardez votre enthousiasme de petit p1 ou finalement tout ça s'estompe
@doctor tu ne regrette toujours pas ton choix ?
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 06/04/2015 à 00:27 notnew
Pose toi les bonnes questions : tu vas choisir un métier que tu vas exercer toute ta vie. Tu ne peux pas choisir dentaire juste parce que ce serait hypothétiquement plus facile de tenir sur le long terme. Pose toi la seule vraie question : lequel de ces deux métiers t'attire le plus ?
Top
MarionG
Bizute (future carrée)

Messages : 8
Enregistré : 11/01/2016
Posté le 11/01/2016 à 15:05 notnew
Salut! Je tombe aujourd'hui sur cette discussion, alors que je devrais réviser pour assurer mon classement au 2e semestre de PACES, je me perds ici à me questionner sur cette ULTIME question, le mot est bien choisi en effet!
Je suis contente de voir que le sujet date de 4 ans, peut-être qu'aujourd'hui tu pourras me dire si tu regrettes ou non ton choix médecine?

J'avais moi même fais une liste des avantages et inconvénients des 2 choix, en admettant également les tabous comme le prestige et l'argent.. mais ce qui me fait le plus peur c'est choisir dentaire et ne pas m'épanouir comme je le voudrais, ou choisir médecine et avoir trop de poids sur les épaules.

Je sais que si je choisis médecine je finirai sûrement voire fatalement par n'avoir que médecine générale, j'ai la chance d'avoir 2 parents qui le sont et je vois un total épanouissement de leur part, chaque jour est différent, et c'est tellement diversifié! Mais ce qui m'effraie horriblement c'est de voir qu'après autant d'années d'expérience (44 et 47 ans) le stress et l'angoisse est autant présente dans leur quotidien, alors qu'ils sont deux pour se soutenir. D'autant plus que mon père a fait une grave erreur au tout début de sa carrière, ce qui me rappelle que le petit étudiant en médecine est vite dans le bain avec beaucoup de responsabilités..

Dentaire c'est éviter les ECN, éviter les gardes, faire un métier manuel, une sorte d'artisanat médical, cette idée me plaît, mais j'ai vraiment peur de regretter ce choix en voyant grandir à mes côtés mon jumeau, mes amis, qui ont choisi médecine et qui vont sûrement s'éclater..
Ce n'est pas facile d'être perdue quand on a toujours la tête sur les épaules!

J'espère que j'aurai des retours objectifs, qu'êtes vous devenus? Qu'en pensez-vous?
Top
Aller en haut • 62 réponses • 4 pages • 1 2 3 4
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
L’interview du mois Jérémy Do Cao, président de l’Association des juniors en pédiatrie Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter