logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

P1 et suicide: ne fermons plus les yeux; réagissez!!

Aller en bas • 28 réponses • 2 pages • 1 2
ironman
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 61
Enregistré : 06/07/2004
Posté le 09/07/2004 à 19:18 notnew
Le sujet est un peu délicat mais je pensais qu'il fallait en parler, aumoins pour tous ceux qui nous ont quitté bien tristement...

Oui; chaque année des étudiants en médecine se suicident(P1 et autre),décident de leur plein grès de se livrer à la mort...
Mais pourquoi? Comment faire pour éviter ces drames...
J'ai moi même connu un camarade qui malheureusement n'a pas eu la force de terminer son PCEM1...
Trop de pression? pas assez de suivie psychologique?
Débatons et réagissons !!!
je compte sur vous

_____
la vie voyez vous ça n'est jamais si bon ni si mauvais que l'on croit.

Réfugie-toi dans l'étude, tu échapperas à tous les dégoûts de l'existence.L'ennui du jour ne te fera pas soupirer après la nuit et tu ne seras pas à charge de toi-même et inutile aux autres.
Top
Darkristouf
jeune padawan

Messages : 2285
Enregistré : 11/09/2003
Posté le 09/07/2004 à 19:49 notnew
On en a déjà parlé dans ce post smilies

Le débat n'est pas pour autant clos.
_____
Néo-interne à Paris, Ex-Bichatte(Paris7) _ SM des forums Remède
Top
Dr.Dre
Ministre de la Santé

Messages : 1060
Enregistré : 04/09/2003
Posté le 09/07/2004 à 20:11 notnew
Il faut voir si ces suicides sont intimement liés à la médecine, maintenant la corporation n'est pas plus à l'abri que les autres.

Il y a cinq ans un médecin de campagne de ma région a été retrouvé pendu dans son garage la mallette à la main...toute la profession a été sous le choc.

La question est de savoir pourquoi et essayer de comprendre le suicide de ces personnes.
_____
Blogaddicted


Top
vdhth
Ministre de la Santé

Messages : 1204
Enregistré : 01/09/2002
Posté le 09/07/2004 à 22:00 notnew
Je connais certaine personne qui sont sous anti dépresseur pendant l'année de medecine !
C'est vraiment pas une solution !
Pourquoi ne pas réorienter ? Le suicide ne pose que des problèmes notamment de culpabilité des proches ! Le soutien psychologique serait une solution ? Peut etre mais rien est sur! En effet une personne suicidaire prendrait-il la peine de consulté un psychologue ? La meilleur solution est la communication ! Si tu vois que quelqu'un est faible mentalement , il faut la réconforter et lui parlé ! En tant que futur medecin, on "devrait" etre capable d'aider ses camarades PCEM1 !
_____
DCEM3 à la Pitié Salpetriere
Consultant Tutorat Medecine Paris VI
Elu Conseil de Fac Medecine Paris VI

Top
margouya
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 155
Enregistré : 29/04/2004
Posté le 09/07/2004 à 23:11 notnew



Trop de pression? pas assez de suivie psychologique?



Je pense que le problème est là : on est dans une fac de médecine, entourés de médecins, et y'a zéro soutien psy, pas moyen de parler à un psy....
Chez nous y'a eu quatre suicides entre médecine et dentaire etc.. (toutes les promos confondues) cette année.

Ce serai bien de se battre pour obtenir ce soutien psy.
Perso je suis en train de voir ce qu'il est possible de faire pour monter une structure avec une permanence psy ou le moyen de parler à des personnes extèrieures mais qui ont vécu la P1, et qui peuvent rediriger les personnes vers des structures plus adaptées.

Voilà, je vous tient au courant!
_____
et maintenant quelques perles des profs de fac :
"Vous savez, le corps est fermé par la peau.", "On n'est pas en mécanique des fluides ici." (alors qu'un avion en papier s'écrase en bas de l'amphi)
"Excusez-moi, j'essayais d'attraper un papillon !", "Pour compter les moutons, en fait c'est simple: on compte leurs pattes et on divise le nombre total de pattes par quatre, ça va plus vite.","Où sont les métaux ? Les métaux y sont partout, et les non-métaux y sont ailleurs !"

Top
ironman
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 61
Enregistré : 06/07/2004
Posté le 09/07/2004 à 23:37 notnew
félicitation margouya!
sincèrement je pense que là il y a possibilité d'envisager la création d'une structure intra fac voire même inter fac!!
Oui je crois que la communication est factisse et superficielle ausein des rangs des amphis deP1!!
de toute manière quand tu entends scander à vive voix "ton voisins est un ennemis tue le!" ça veut tout dire; ça en fait sourire certain mais ça en marque surtout d'autre d'un point de vue psychologique!

Margouya ne lâche rien pour ton projet; il est tout à fait respectable et tu mérites d'être entendu!
Je suis que bons nombres de délégations te soutiendront...

à suivre donc ...
_____
la vie voyez vous ça n'est jamais si bon ni si mauvais que l'on croit.

Réfugie-toi dans l'étude, tu échapperas à tous les dégoûts de l'existence.L'ennui du jour ne te fera pas soupirer après la nuit et tu ne seras pas à charge de toi-même et inutile aux autres.
Top
tchii
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 60
Enregistré : 18/08/2003
Posté le 10/07/2004 à 00:09 notnew
Je connais certaines personnes qui sont sous anti dépresseurs pendant l'année de medecine !
C'est vraiment pas une solution !
Pourquoi ne pas réorienter ?

Grrrsmilies Certes, faire une P1 sous anti-dépresseur c'est déjà partir avec un poids en plus (par rapport à une personne bien entourée, bien dans sa tête et dans son corps). Mais les anti-dépresseurs sont avant tout une aide précieuse, utile à ceux qui ont plus de difficultés que d'autres à se relever des coups durs de la vie!
Ce n'est pas un handicap que d'être
sensible en médecine! (même si certains entendent "sensibles" = fragiles)

Je ne le nie pas, les études de médecine mettent assez de pression pour décompenser n'importe quelle pathologie psy (exemple rapporté d'une bouffée délirante aiguê). Mais de là à dire qu'il faudrait réorienter tout dépressif en puissance!...

(exemple 1: interrogez votre médecin de famille ou tout autre médecin de votre connaissance: s'il n'a pas lui-même ou s'il ne connaît AUCUN médecin parmi ses confrères qui n'ait un jour eu recours à un anti-dépresseur, changez de médecin parce qu'il nie forcément)

(exemple 2: interrogez un interne de psy: s'il n'a jamais reçu de médecin/dentaire/pharmacien ou d'étudiants à sa consultation des urgences psy, c'est qu'il exerce dans une petite bulle où tout est rose et certainement pas dans un hôpital!)

Pour en revenir au sujet initial, oui des étudiants en médecine se suicident. D'autres essaient, certains sont dépressifs mais se soignent... ou pas. Certains ont des problèmes avec leurs parents/chéri(e) ou des difficultés financières, certains n'ont pas d'amis, ou de graves problèmes de santé. Qu'est-ce que vous croyez? Que la P1 ne sélectionne que de gentils futurs médecins équilibrés et aptes à soulager la souffrance d'autrui? Laissez-moi rire.

Je pense que la p1 (comme tout autre concours, mais aussi comme toute autre 1ère année de fac dans le sens où le "première année" quitte souvent famille et amis pour s'installer dans une ville où il ne connaît personne) agit plutôt comme "la goutte d'eau qui fait déborder le vase", sur un terrain familial/émotionnel déjà ébranlé.

Ici il existe bien une consultation psychologique, toutes facultés confondus. Mais une permanence l'après-midi avec un psychiatre/2 psychologues pour une ville avec combien, des milliers d'étudiants? c'est peu. Quelles solutions alors?

Pas de remèdes miracles. Plus de moyens matériels et humains, plus de prévention (affiches, conférences, actions ponctuelles d'informations dans le hall de la fac pour faire connaître le rôle et le numéro de téléphone de cette consultation, et des autres en villes). Une action concertée avec les centres d'orientation pour enlever un peu de la pression de ce foutu concours.
Aussi plus de solidarité entre étudiants et entre promotions.
Voilà pour les pistes...

Je ne veux pas dramatiser mais comme dirait Maugrey dans Harry Potter 4 (oui oui j'assume la référencesmilies)) "Vigilance constante!"
Faire médecine c'est vouloir aider autrui, ça commence par celui en face de vous (oui celui qui a petite mine ce matin dans l'amphi...)

Top
Dr Slump
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 68
Enregistré : 08/05/2004
Posté le 10/07/2004 à 00:20 notnew
J'avais un prof de psy cette année (j'espère ne pas l'avoir plus tard smilies ) qui disait que dans le milieu médical en général, on notait un taux significativement supérieur de suicide, de dépressions, d'alcoolisme par rapport à la pop générale...

Ceci s'explique (entre autres) par le parcours familial de la personne (décès d'un parent proche lors de l'enfance par exemple plus fréquent dans la population médicale).

Si on ajoute une année très oppressante avec un risque d'echec assez élevé, le passage à l'acte est possible chez certaines personnes fragiles.

Ceci n'est pas exclusif à la médecine malheuresement, il y a aussi des suicides en prépa... toute initiative pour lutter contre est une très bonne chose, mais ne faudrait-il pas trouver une solution plus en amont : ne pas tenter une p1 si on est trop fragile par exemple ? orienter mieux le choix professionnel des jeunes bacheliers ?
_____
Plus je connais les hommes, plus j'aime mon chien, plus je connais les femmes, moins j'aime ma chienne. (Desproges)


Top
petitsick
Chef des sévices

Messages : 323
Enregistré : 08/02/2003
Posté le 10/07/2004 à 01:02 notnew
Pour info, à Strasbourg, une "cellule de soutien" a été mise en place cette année avec des psychiatres et psychologues au bout du fil.
Cela montre bien qu'il y a bien un problème..
Top
Ptithom
The Ronfling Machine

Messages : 2835
Enregistré : 17/08/2002
Posté le 10/07/2004 à 11:38 notnew
???????? Parce que vous croyez qu'il n'y a qu'en médecine qu'il y a des suicides???? Vous vous plantez a mon avis...
Je pense pas que ce soit le concours P1 et compagnie qui sont l'unique probleme des suicides! quand une personen se suicide c'est qu'il n'y a pas qu'un seul probleme. Les problemes familiaux, de coeur, etc...
On ne peut rien faire pour éviter les suicides! une personne qui le veut va pas aller le dire a un psy smilies sinon ca serait bien trop simple (enfin heureusement qu'il y a des gens qui le font qd même smilies)
Une personne qui veut se suicider (pas un appel au secours) a qd même une multitudes de problemes. Elle va aller se pendre, se noyer, sec couper des arteres,... mais bon on n'y peut rien. On peut tout mettre en place on ne pourra jamais sauvez bcp de personne smilies
_____
Toujours OSER, savoir parfois CEDER, mais jamais RENONCER!
Ne pas opérer qqn le jour se sa mort! (chir ped de Limoges)

Top
tchii
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 60
Enregistré : 18/08/2003
Posté le 10/07/2004 à 12:21 notnew
Je pense pas que ce soit le concours P1 et compagnie qui sont l'unique probleme des suicides!

Tout à fait d'accord!
Et tout le monde est bien de cet avis smilies

On ne peut rien faire pour éviter les suicides! une personne qui le veut va pas aller le dire a un psy

Ok pour la deuxième phrase, mais de là à dire qu'on ne peut rien faire... C'est baisser les bras un peu vite.
Certes on ne sauvera jamais tout le monde (mais en médecine non plus après tout!) mais une seule personne qui ne passe pas à l'acte justifie l'existence de telles structures d'accueil/écoute/prévention.
Et comme c'est loin d'être une généralité dans les villes universitaires, ce n'est pas superflu que de travailler dans ce sens.

ne faudrait-il pas trouver une solution plus en amont : ne pas tenter une p1 si on est trop fragile par exemple ? orienter mieux le choix professionnel des jeunes bacheliers ?


La question de l'orientation je suis d'accord. Qui n'a jamais pesté lorsqu'il était en terminale sur le défaut d'informations concernant telle ou telle filière?
Mais les choses ont quand même bien évolué depuis, avec pléthore d'informations en tout genre: forums pour les futurs étudiants avec des étudiants qui viennent partager leur expérience, et dans le cas de la médecine, (tout de même;)) remède!

Quant à "éviter de faire médecine pour cause de fragilité"... quelle drôle d'idée!
Peut-on vraiment demander à quelqu'un de s'auto-censurer? De renoncer à son rêve d'enfance ou à son projet professionnel? Simplement parce que les études sont difficiles (certes) et que la personne en question a eu un parcours personnel chaotique?...
Et ou placerait-on la barre? Au dessus d'un coup de déprime dans l'adolescence mieux faudrait éviter cette filière? Au dessus d'un deuil ou de deux traumatismes?!!... Je pense que vous comprenez ma réserve.

Top
Haria!!
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 87
Enregistré : 30/06/2003
Posté le 10/07/2004 à 15:02 notnew
pour moi, le fait qu'il y ait en première année un fort taux d'échec peut... participer... aux raisons qui font qu'un étudiant en première année veule se suicider.
parce que redoubler, ou rater le concours définitivement, c'est un échec, on se dit "j'ai raté ca en plus de ca et ca ... je rate tout je suis bon à rien, incapable... j'ai rien accompli, je vaux rien, je suis rien " ca entraine une souffrance psychologiq et apres on se dit autant arreter les frais tout de suite et c'est le suicide!
un psy à mon avis ca peut aider c'est vrai qu'un psy il va pas changer la vie du jeunne suicidaire lui apporter tout ce qui lui manque,
mais il peut lui faire voir les choses sous un angle moins dramatique, lui redonner espoir, gout à la vie...
ce que tu dis ptitom "qu'on y peut rien" je trouve ca horrible et inhumain!
_____
peur, amour, angoisse, sexe, obcession, passion... La vie tout simplement
Top
ironman
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 61
Enregistré : 06/07/2004
Posté le 10/07/2004 à 15:27 notnew
Je trouve également que l'opinion de ptithom est un peu dure à accepter...
En effet, à en croire les propos que tu avançais précédement, cette malheureuse envie de mettre fin à ses jours, serait en définitive une simple fatalié!!smilies

Alors là je dis stop!!!!
sachez qu'il n'y a pas de si de situations désespérées mais plutôt des hommes qui désespèrent des situations!!!
A nous, à vous de remplir votre rôle de futur soignant en repérant ceux qui vont mal ceux qui souffrent et de les épauler durant les épreuves éprouvantes et pénibles qu'ils subissent!

Chacun de nous, tôt ou tard, est amené à faiblir, voire à faillir; et selon moi le trépas n'est en aucun cas le meilleur choix...

Il est clair que ces personnes que l'on qualifie(souvent arbitrairement) de "fragile", "instable", ou que sais-je encore, ne viendront pas spontanément nous livrer les causes et raisons de leur désespoir; alors je réitère mais je pense que c'est nécessaire, allons leur tendre notre main, afin d'éviter le pire...

Sur ces mots, mes chers collègues ,j'espère avoir convaincu l'hunanimité...
_____
la vie voyez vous ça n'est jamais si bon ni si mauvais que l'on croit.

Réfugie-toi dans l'étude, tu échapperas à tous les dégoûts de l'existence.L'ennui du jour ne te fera pas soupirer après la nuit et tu ne seras pas à charge de toi-même et inutile aux autres.
Top
David C.
Doyen

Messages : 613
Enregistré : 22/01/2004
Posté le 10/07/2004 à 15:41 notnew
l'pinion de ptithom n'est pas aussi dur que ça, parce que je ne voit pas pourquoi vous vous focalisez sur les étudiants en médecine alors que les suicides se retrouve chez tout ceux qui ne réussissent pas leurs études en générale et qui arrivent pas a s'y mettre.

_____
Alors je dirai p1.... et p1 !

ps: www.remede.org c'est + qu'un site, c'est une formidable communauté!

Top
Alfy
Modo à poils

Messages : 5573
Enregistré : 17/03/2002
Posté le 10/07/2004 à 16:15 notnew
Je comprends la réaction d'ironman, ne serait-ce que parce que j'ai été confronté à un suicide au sein de mon groupe de Tutorat l'an passé.

Avec le recul, des tas de choses nous font dire qu'on aurait pu remarquer des signes, des prémisses, qu'on aurait pu l'aider, le conseiller ou tout simplement l'écouter.

D'ailleurs la faculté s'est posée des questions dans son ensemble, d'autant plus que nous avons eu à déplorer 2 suicides cette année-là parmi les étudiants en PCEM1 et que nous craignions la loi des séries.

Les paroles de Martin Winckler, lors de sa conférence, ont certainement contribué à entamer un dialogue entre étudiants et peut-être amené des étudiants à discuter avec leurs proches ou les psychologues de l'université.

De plus, de tels actes sont impossibles à comprendre dans leur globalité : nous ne pourrons jamais savoir ce qui les a effectivement mené à prendre la décision d'en finir avec la vie.

La faculté, le stress du concours... ?
La peur de décevoir leurs parents... ?
Une peine de coeur... ?
Un sentiment d'échec... ?
... ?

Pouvons-nous seulement savoir ? Je ne pense pas.

Par contre, il est important que des lieux de parole se mettent en place dans les facultés et cela est déjà le cas dans de nombreuses universités.
Top
ironman
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 61
Enregistré : 06/07/2004
Posté le 10/07/2004 à 17:03 notnew
Afly, respect...
J'ai moi même connu l'une des deux personnes qui s'est donné la mort au cours l'année universitaire 2002-2003.

Par ailleurs je tenais également à la souligner la qualité des propos tenus par notre romancier préféré Martin Winkler...
Je pense que le jour de sa conférence ce monsieur a fait l'hunanimité au sein des rands de l'amphi; j'ai moi même ressenti des frissons courir tout le long du corps

En plus de cela il nous avez même redonné du punch ce Monsieur...

Enfin je tenais à vous dire que je suis prêt à m'investire dans les projets qui pourront être menés ; aussi j'aurais aimé savoir si en P2 ont peut déjà endosser le rôle de tuteur, parce que je pense fortement que ça m'interesserais...

A suivre ...
_____
la vie voyez vous ça n'est jamais si bon ni si mauvais que l'on croit.

Réfugie-toi dans l'étude, tu échapperas à tous les dégoûts de l'existence.L'ennui du jour ne te fera pas soupirer après la nuit et tu ne seras pas à charge de toi-même et inutile aux autres.
Top
chatouille
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 780
Enregistré : 21/06/2004
Posté le 10/07/2004 à 17:06 notnew
l'pinion de ptithom n'est pas aussi dur que ça, parce que je ne voit pas pourquoi vous vous focalisez sur les étudiants en médecine alors que les suicides se retrouve chez tout ceux qui ne réussissent pas leurs études en générale et qui arrivent pas a s'y mettre.

C'est vrai le problème du suicide est malheureusement un problème général. On le retrouve au collège, au lycée, dans les prépas, les universités ... mais aussi dans le monde du travail (malheureusement le harcelement psychologique pullule et il est très difficile pour un employé de se défendre smilies).

Le soutien psychologique devrait être omniprésent dans notre société ... Et il faudrait que les mentalités (de certains) evoluent, ce n'est pas parce que l'on a besoin de voir un psy à un moment que l'on est fou ou trop fragile ...
Et la consultation pourrait être envisagée comme un moyen de prévention pour simplement se décharger de son stress et de ses petits soucis (qui n'en a pas) et pas seulement comme traitement en cas de dépression ou autre ...

[Edité le 10/07/04 par chatouille]
_____
C'est justement la possibilité de réaliser un rêve qui rend la vie intéressante
Paulo Coelho

Dino Powaaaa :)
Top
slma
Nain-terne

Messages : 129
Enregistré : 30/01/2003
Posté le 10/07/2004 à 18:34 notnew
je pense que pour lutter contre ce probleme il faut transformer la p1.

Le gros probleme de la p1 est qu'elle est une année a sens unique.
Un formidable coup de poker => vous gagnez : vous voila admis dans les etudes des plus prestigieuses
Vous perdez : vous ramassez vos dents, vous avez perdu deux ans, adieu les bases de terminales, votre niveau en langue est devenu lamentable, et vous n'avez pas exercé votre reflexion.

Apres deux ans passé comment se réorienter?
les fac, les prépa demandent des connaissances en langues, en histoire et surtout une réfléxion solide.
En p1 nous sommes les seuls a ne travailler aucune langue, ni histoire géographie et a passer notre temps a de la simple et lourde mémorisation.

la p1 est totalement déconecté des autres cursus.
il faut creer des passerelle entre les faculté.
Chaque année 85 % des etudiant echouent c la regle du concours.
bref on inscrit les etudiant dans une veritable boucherie.

Le pire est la prochaine réforme a venir.
Alors qu'actuellement ceux qui echouent peuvent prendre un nouveau départ en pharma qu'en sera t'il demain ?

bref le probleme des suicide ne sera pas reglé des qu'on offira pas a tout etudiant qui s'inscrit en p1 une passerelle valable qui lui permettra de se recycler meme si il faut pour cela changer l'enseignement en p1 et remettre une matiere qui me semble essentielle : l'anglais.

Avec la réforme la préssion de séléction sera tellement forte, le nombre d'etudiant tellement important qu'au dela d'un nombre croissant de suicide on peut meme prévoir des agressions physiques extrement violentes.

Top
Dr.Dre
Ministre de la Santé

Messages : 1060
Enregistré : 04/09/2003
Posté le 10/07/2004 à 18:42 notnew
Soutien psy uniquement ?...je n'y crois pas totalement...les mesures à prendre sont plus large, elles doivent concerner la totalité de l'enseignement de médecine. Pas seulement la P1. Voir ce qui trouble certains et le détecter par la cellule psy...
L'équilibre éducatif et scolaire est essentiel et parfois...la vie fait que certains ne peuvent plus la supporter. Le plus dure pour eux est de se l'avouer et de se soigner.

La prévention est à double tranchant elle peut convaincre au suicide comme le faire reculer tout le monde ne percute pas de la même manière les messages de santé publique.

Il y a des causes communes à ces suicides, il faut les découvrir et les limiter à l'avenir.
_____
Blogaddicted


Top
a.court.d.inspiration
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 193
Enregistré : 12/07/2003
Posté le 10/07/2004 à 18:57 notnew
1- Je pense que ceux qui se destinent aux carrières médicales, ont un gout pour aider les autres.. et c'est triste à dire, mais on est + à l'écoute des autres, quand on a vécu quelquechose de triste (ex: décès familial comme le dit Dr Slump)...
2- La pression... parceque c'est un avenir qui se joue.. Mais il faut signaler que ceci n'est pas valable qu'à la médecine... dans les prépas pour entrer en grandes écoles ingénieurs, commerce..etc..il y a aussi un fort taux de suicide...
3 - Et surtout: pas assez de recul sur ce qu'on fait ou ce que disent les autres... Prendre du recul permet d'y voir + clair et de ne pas dramatiser la situation...
_____
Les êtres aimés des dieux meurent jeunes...


Top
Pitichef - Madame Pipinou
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 1398
Enregistré : 15/09/2003
Posté le 10/07/2004 à 23:12 notnew
J'ai pas pris le temps de tout lire ce soir, mais juste une chose : y'a une cellule d'aire à Stras ?? Et ben ils le cachent bien alors, très utile de mettre en place un service d'aide si on prévient pas les gens !!
_____
Allons jusqu'au bout de nos erreurs sinon nous ne saurons jamais pourquoi il ne fallait pas les commettre.


Vive les pestes !
Top
Aller en haut • 28 réponses • 2 pages • 1 2
livreslivrescontactspublicationstwitter