logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Inscription Paces Poitiers hors académie et vielle Bachelière L!!

Aller en bas • 23 réponses • 2 pages • 1 2
Marduix
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 52
Enregistré : 17/07/2014
Posté le 13/10/2014 à 18:05 notnew
Mais c'est vrai que la sage femme va devenir une ''petite obstétricienne"

Ouai, c'est le "risque"... Mais j'espère bien que les sages-femmes ne deviendront pas des obstétriciens !!! Il y a un autre cursus pour ça !
Pour moi, une plus grande reconnaissance de la profession devrait justement permettre de développer les spécificités des sages-femmes et entre autres choses, de développer leurs compétences en ce qui concerne l'accompagnement humain...
_____
Projet : PACES à 33 ans en 2015-2016 pour devenir sage-femme :)
Top
Ludesbois
Jeune Carabine

Messages : 10
Enregistré : 17/06/2011
Posté le 13/10/2014 à 18:44 notnew
Je suis d'accord avec toi, mais là ça va être à nous de nous former plus qu'à la formation!!
J'ai fait un stage de découverte en suite de couche (3 demi-journée) et déjà je commence sérieusement à me demander si je pourrai travailler en CHU..rien qu'en une journée une femme qui vient d'accoucher pourra voir 3 sages femmes différentes passer dans sa chambre, + les auxiliaires de puer + les internes + le pédiatre, ...sachant qu'elle vient d'accoucher avec une équipe complètement différente, et qu'elle a été suivi pas une sage femme ou gynécologue libéral pendant sa grossesse ou l'équipe du CHU qui n'a rien à voir avec celle de la salle de naissance ou la suite de couche!

Heureusement il y a plein d'autres manières d'exercer, mais on va apprendre notre métier dans ce contexte, ç'est un peu flippant j'avoue..ça ne m'empêche pas de vouloir aller jusqu'au bout mais va falloir prendre sur soi souvent..
Top
Marduix
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 52
Enregistré : 17/07/2014
Posté le 15/10/2014 à 18:06 notnew
Oui, tout ce que tu racontes fait partie des éléments qui m'ont fait beaucoup hésiter avant d'entreprendre des études de sage-femme en France.

J'ai vécu une expérience d'accompagnement d'accouchement dans de très bonnes conditions. J'avais 26 ans et j'ai découvert ce que pouvait être le métier de sage-femme. J'avoue qu'avant je ne savais même pas à quoi correspondait ce métier !
Une amie ma téléphoné pour que je l'emmène à la maternité et finalement, je l'ai accompagnée tout au long de son accouchement (jusqu'à couper le cordon ombilical !!!) alors que je n'y étais pas du tout préparée (Bein oui, elle devait y allait avec le papa !!! Mais comme le bébé est arrivé un peu en avance, le père qui était en déplacement n'a pas pu être là pour la naissance !).
Et là, j'ai réalisé qu'un accouchement ne se passait pas forcément comme dans les films : sur un fauteuil en hauteur, les jambes écartées devant un médecin avec toute sorte d'instruments "de torture" ! Oui, je n'avais pas une très bonne image de l'accouchement, haha !
Mon amie a accouché sur un matelas, sans péridurale, juste avec la sage-femme et moi ! La puéricultrice n'est venue qu'au dernier moment et nous n'avons croisé aucun médecin. Il se trouve que l'accouchement s'est très bien passé et cela a été une magnifique expérience pour moi ! Mon amie a été d'un courage phénoménal et j'ai trouvé la sage-femme très très bien aussi. Je suis consciente de la chance que j'ai eu : en France, il est très rare pour une femme d'être présente à un accouchement sans être la maman ou le personnel présent ! J'avais vraiment l'impression d'avoir assisté à un petit miracle !

Et puis en discutant avec d'autres personnes (des mamans, des papas ayant accompagné leur compagne lors de la naissance de leurs enfants...), j'ai compris que peu de sages-femmes et de maternités proposent des conditions d'accouchement aussi bonnes. (Je ne dis pas qu'elles soient bonnes pour tout le monde, bien-sûr ! J'ai aussi des amies qui veulent accoucher avec un médecin même si l'accouchement n'est pas pathologique. Et je le respecte aussi...)

En me renseignant sur l'enseignement de la maïeutique en France, j'ai constaté que l'accent était parfois mis quasiment exclusivement sur l'aspect médical. En discutant avec une étudiante, j'ai été surprise de constater qu'on lui demandait de considérer une femme enceinte comme une femme malade !!! Je me disais que si on me le redisait en cours, j'aurais bien du mal à ne pas réagir... L'étudiante me disait aussi qu'on lui reprochait en stage de passer trop de temps avec les mamans au lieu d'avoir les yeux rivés sur les écrans de contrôle dans les salles du personnel... J'imagine que cela dépend beaucoup des moyens financiers et donc humains de la maternité mais je sais que cela existe...
Je me disais qu'il serait très difficile pour moi de suivre une formation bien éloignée de ma vision de la profession... Mais je ne parviens pas à y renoncer. Donc j'ai finalement décidé d'entamer mes études de sage-femme malgré tout.

Et je chercherai la façon de pratiquer la plus proche de ma sensibilité... (Quitte à partir travailler dans un autre pays...)
_____
Projet : PACES à 33 ans en 2015-2016 pour devenir sage-femme :)
Top
Aller en haut • 23 réponses • 2 pages • 1 2
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter