logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Etudiant en etiopathie

Aller en bas • 200 réponses • 10 pages • 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
yopyop
Doyen

Messages : 565
Enregistré : 09/08/2004
Posté le 12/04/2005 à 16:04 notnew
L'étiopathie c'est :

une méthode visant à établir un lien de causalité entre les phenomenes pathologiques presentes par le systeme biologique considere, et leur structure.
Et d un point de vue therapeutique, c est une methode visant a rétablir la stabilité des systemes bio. en agissant soit sur leur desequilibres structuraux acquis, soit sur leurs variables d entrées inadaptées au maintien de leur stabilité

Mais qu'est ce que tu connais en biologie biologie moléculaire cancéro biochimie histologie physiologie physiopathologie embryologie anatomie anatomopathologie biophysique pharmacologie immunologie viro bactério??? qu'est ce que tu connais des sciences médicales??? et de la médecine??? Tu prétends soigner en faisant craquer des vertebres ou en les massant? que connais tu du systeme nerveux? de la neurologie, de la neurophysio?

Rien

En revanche question sémentique de charlatan t'es tres tres fort, mais niveau sciences médicale il n'y a plus personne.



Pour établir un diagnostic et un plan de traitement il faut etre médecin inscrit à l'ordre sinon c'est de l'exercice illégal.

Et ce n'est pas la peine d'embobiner tout le monde avec votre discours de charlatan qui ne veut rien dire. La médecine ce n'est pas de l'informatique, il n'y a pas de variable d'entrée ni de chirurgie non instrumentale ou de cyberbidule.

Il n'y a que des patients qui souffrent et qui doivent etre soignées par des professionnels dont les compétences sont assurées par une formation universitaire rigoureuse,et dont le cadre d'exercice est tres encadré par le legislateur!

[Edité le 12/04/05 par yopyop]

[Edité le 12/04/05 par yopyop]
Top
Alfy
Modo à poils

Messages : 5573
Enregistré : 17/03/2002
Posté le 12/04/2005 à 16:12 notnew
Loin de moi cette idee, sauf qd arrivant sur ce forum je me suis chouet on va pouvoir parler entre scientifique et notamment de la pensée et de l histoire de la medecine ce qui me passionne !!! mais apparament ca vous enchante pas des masses donc j arreterais dans l avenir

Mouaih... pour l'instant à part dire que la médecine scientifique ne s'attèle qu'à soigner des symptomes et non la cause (alors que la médecine scientifique cherche à comprendre les mécanismes physiologiques puis physiopathologiques afin sinon de traiter la cause, de traiter les mécanismes secondaires et en dernier objectif - si les autres ne sont pas atteints - les symptomes) et donner des exemples du miracle du massage de vertèbres sur le RGO ou mieux encore sur l'angor (qui je le rappelle est une pathologie cardio-vasculaire dont différents facteurs de risque sont connus mais en même temps, traiter le fait que tel patient est un homme c'est un peu difficile smilies et que les mécanismes sont pour une partie connue : j'avais pas encore pensé que le placement des vertèbres pouvaient jouer sur la formation de plaque d'athérome, je me coucherai moins bête ce soir smilies )

Désolé de réagir sur l'angor, j'ai juste un grand-père qui est encore de ce moment grâce à un pontage... je lui parlerai à l'occasion de la possibilité de se faire masser le dos pour le guérir de son insuffisance coronarienne...
Top
demo
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 56
Enregistré : 11/04/2005
Posté le 12/04/2005 à 16:12 notnew
Il est vrai que pour la cancerologie et pharmacologie j y connais rien !le reste discutons en, aucun probleme: on a deja entame une discussion sur la difference entre luxation, entorse, foulure, fracture et arrachement ligamentaire
Et c est totalement faux de dire que le traitement etiopathique se limite a faire "craquer" les vertebres ou je ne sais quoi !
Et je finirais en disant que au lieu de m attaquer personnellement et de me traiter de tous et n importe quoi, dis moi ou mon argumentation est fausse ?
Top
yopyop
Doyen

Messages : 565
Enregistré : 09/08/2004
Posté le 12/04/2005 à 16:14 notnew
il me semble que sur ces question sabinou t'a mouché le nez! alors evite de la ramener smilies

Et si tu avoues ne rien connaitre, quelle est alors la légitimité de la définition que tu donnes?

[Edité le 12/04/05 par yopyop]
Top
demo
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 56
Enregistré : 11/04/2005
Posté le 12/04/2005 à 16:18 notnew
Alfy, je n ai jamais dit que la medecine s attaque qu aux symptomes, je l ai juste dis pour le cas de l entorse et foulure, c est tout!
Je n ai pas assez fait de clinique pour generalise et si j avais cette connaissance, il serait idiot de generalise!
Pour finir je ne peux te repondre sur le cas clinique que tu presente car je sais pas!

YopYop aucunement mouche parce que ce qu elle dit est pour moi faux !

[Edité le 12/04/05 par demo]

[Edité le 12/04/05 par demo]
Top
yopyop
Doyen

Messages : 565
Enregistré : 09/08/2004
Posté le 12/04/2005 à 16:21 notnew
et le pire dans cette histoire, c'est que ton baratin va faire de l'effet sur des patients vulnérables et crédules qui verront une part de sérieux derriere une sémentique qui n'a aucun sens ni justification médicale ou scientifique.

C'est vraiment une honte de berner les gens de cette maniere.

Je prie pour que tu te prennes rapidement un proces au cul


YopYop aucunement mouche parce que ce qu elle dit est pour moi faux !

Celà mérite d'etre souligné et je laisse ceci à l'appreciation de tous.

Quand est ce que tu viens enseigner la rhumato en fac de médecine? smilies

[Edité le 12/04/05 par yopyop]
Top
kervor
Breizh moderator

Messages : 1143
Enregistré : 20/11/2004
Posté le 12/04/2005 à 16:31 notnew
Eh bien rentrons dans les détails alors.........Baïbaï ayant soif de connaissance (et si on ne répond pas, c'est pas forcément qu'on ne connait pas, mais c'est pour ne pas entrer dans cette spirale des questions réponses...)

Ta classification "démo" est des plus sommaires.

Rappellons quand même qu'il existe trois types d'entorses appellées type 1, 2 & 3, mais encore bénignes,moyennes et graves.

90% des entorses de la cheville se situent au niveau du LLE et sont dues à un trauma violent de la cheville en varus.

Nous avons donc:

Type 1

Marche: peut marcher sans problème.
Hématome: aucun hématome.
Varus forcé: à la rigueur sensible.
Angle tibio-talien: inférieur a 5°
Palpation: douleur du faisceau antérieur du LLE.
Traitement:rééducation facultative

Type 2

Marche: boite encore
Hématome: hématome antéro-externe
Varus forcé: douloureux tiroir ant sensible
Angle tibio-talien: Dit "douteux" entre 5° et 15°
Palpation: douleur du faisceau ant du LLE et du faisceau moyen ou post
Traitement:immobilisation 3 semaines sous atelle type aircast (ou résine) + rééducation

Type 3

Marche: cannes anglaises et appui difficile Hématome: hématome recouvrant la cheville
Varus forcé: Hyper douloureux
Angle tibio-talien: Dis pathologique: supérieur à 15°
Palpation: les 3 faisceaux sont douloureux
Traitement: immobilisation 5 semaines sous résine + HBPM + rééducation

Afin moi c'est ce que j'ai appris et vu au travers de mes stages (angle tibio-talien à travers les radios, les médicaux comprendrons^^;)).

Voiloù smilies

PS: Pour les questions d'ortho, je relève le gants;)

[Edité le 12/04/05 par kervor]
_____
MK ,Super Modérateur forum remede.

"Les lois c'est comme les ronds-points, c'est fait pour être contournées!"(Chirurgien Dr NAMUR)
"Ce qui est facile n'est rien, bien que rien ne soit facile..." ( kervor)
Top
Weeha!!!
Chef des sévices

Messages : 392
Enregistré : 15/09/2003
Posté le 12/04/2005 à 16:37 notnew
La definition de science ne comprend a aucun moment la notion de statiqtique et comment cela pourrait il etre ?:
Une science est une pratique qui maitrise les conditions dans lesquelles se passent l experience dans un but de "prevoir" (elle arrive a affirmer ou infirmer, vrai ou faux : pas de demi mesure)
Les statisques demontrent que l on ne maitrise pas les conditions d experinece, d ou son utilite et ces resultats: dans 1 cas sur 3 on a X et dans 2 ca sur 3 on Y mais l on ne sait jamais prevoir avant l experience si le resultat sera X ou Y donc pas de previsibilite
Ainsi comment peut on dire qu une verite qui est determine par la science est par essence statisque, cela revient a dire que :
"Quelque de chose de previsible est par essence imprevisible"

C est pourquoi c est un non sens de dire cela !


Je crois que tu oublie quelquechose: en médecine c'est impossible de tout maitriser: par exemple on ne connait pas tout les genes ou tout l'environnement d'un patient, donc on ne poura pas reproduire à l'identique une experience sur 2 personnes différentes.
C'est pourquoi on ne peut pas obtenir de vérités absolues mais seulement dire que ca a marché pour un certains nombres de personnes et qu'on peut donc prévoir que ca a tant de chance d'etre vrai.
Bref au lieu de dire la science donne des verités absolues, essaie plutot de parler médecine, parceque la médecine est pas une science tout a fait comme les autres (ou sinon tu continuera tes mauvais raisonnements). Et enfin pour rejoindre les autres il y a des protocoles statistiques pour dire si quelque chose est considéré comme vrai donc il faut s'y tenir, parcequ'on est pas obligés de te croirequand tu dis que l'éthiopatie a marché sur je-sais-pas-qui.
Par contre la jour ou une étude sur l'éthiopatie sera publié dans Sciences ou Nature la on devra bien y croire
_____
Dans le doute, fais n'importe quoi.


Top
demo
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 56
Enregistré : 11/04/2005
Posté le 12/04/2005 à 17:47 notnew
Merci au 2 dernier post de ne pas me traite de tous les noms comme yopyop a qui je ne repondrais pas
kervor, super interessant ta classification et je vais le traduire en languege étiopathique smilies
Bon, vous vous en doutez que les reponses que j apporterais seront differentes vu que la methode est differente, commencons:
Tout d abord je vous ai dit qu en etio on distingue 2 classes de phenomenes :
*Lesion (cause)
*phenomene lesionnel (effet)
ben il existe egalement des sous-classes, 3 pour la lésion et 2 pour les phenomenes lesionnels
Phenomenes lesionnel:
*pheno. generaux, qui n induise pas la pathologie
*pheno. directeur, qui induise la patho.

Maintenant observons ta classification:
1-Marche: peut marcher sans problème.
2-Hématome: aucun hématome.
3--Varus forcé: à la rigueur sensible.
4-Angle tibio-talien: inférieur a 5°
5-Palpation: douleur du faisceau antérieur du LLE.
6-Traitement:rééducation facultative


"qui cre un oeuf, cre du neuf" donc nous sommes tous different et la genetique nous l a demontre (genetiquement nous sommes tousunique) donc physio-anatomiquement nous avons des structures et un fonctionnement semblable maisdifferent
Sur ces bases de la genetique et physiologie on a:

3-l intensite dela douleur : n est pas un phenomene directeur et ne peut etre pris en compte dans un diagnostic car il n apporte aucune indication sur la lesion (cause) une personne douillette et une autre pas du tout auront des reactions bien differente dc c est un pheno. subjectif
Attention je n ai pas dit que la douleur etait inutile dans un diagnostic, la douleur sera un indicateur des structures lésées, c est un pheno. general

1-c est une consequence de la douleur donc vous en deduirais facilement que c egalemùent un pheno. inutile dans le diagnostic

2-phenoemene informatif donc pheno. general
chaque individu reagira plus ou moins a l agression selon son patrimoine genetique

4-phenomene egalement informatif car repondant a une normalite hors la genetique et la physiologie nous demontre que la normalite n existe pas pour l Homme (genetiquement different)c est egalement un phenomene general

5-c est le point le plus interessant, on isole une structure, fx ant moy post du LLe (le f ant du LLe est le ligt de l entorse selon hyppocrate, il est egalement appele ligt d hippocrate)grace a l indicatuer qu est la douleur on va pouvoir demande au corps quel tissu est lésé, on teste ansuite chaque ligt et on ecoute le patient ( je rapelle que l intensite de la douleur : on s en fout )mais le but de ce test et de savoir si il y a (douleur)ou pas arrachement (pas de douleur : normal la structure est detruite) du ligt

6-dans le cas de douleur on verifie si la tension continu du ligt (provoquent la douleur) n est pas du a un deplacement osseux (un ligt est un moyende contention osseux, du moins dans le cas present) si c est le cas on reduit la lesion qui est le deplacement et les effets disparaissent avec la cause (voir mon post qui traite du sujet) vous me direz comment on sait qu il y a deplacement ou pas .
Facile: le deplacement entraine une limitation dans la mobilite, donc c est grace au test de mobilite que l on peut savoir sii il y deplacement ou pas.
Il reste le cas ou on observe pas de deplacement mais il y a douleur ??
C est la foulure le deplacement c fait momentanement mais la piece osseuse deplace s est remise dans son etat initial, la capacite du corps a s autoguerrir fait le reste (voir mon post encore une fois)
Je precise qu on ne parle pas de fracture ni de luxation, ce drnier etant un cas bien particulier en étio car dificilement classable ( il y a encore du boulot !! )

[Edité le 12/04/05 par demo]
Top
kervor
Breizh moderator

Messages : 1143
Enregistré : 20/11/2004
Posté le 12/04/2005 à 18:35 notnew
Salut demo,

Moi aussi je te lis avec grande attention, sans porter de jugement à ton égard, mais cela dit certains de tes propos me laisse bouche baie à savoir:

intensite dela douleur : n est pas un phenomene directeur et ne peut etre pris en compte dans un diagnostic

Pas d'accord, la douleur rentre en compte dans un diagnostique, d'ailleur des échelles existent pour cela (SAV...). Même si pour le patient le ressentit d'iverge d'un patient à un autre, d'où ces échelles d'auto-évaluation.

grace a l indicateur qu'est la douleur


Excuse moi, mais tu te contredis^^

( je rapelle que l intensite de la douleur : on s en fout )

Alors là, j'ai du mal à suivre^^

(pas de douleur : normal la structure est detruite)

Totalement faux là lol, ou peut-être t'exprimes tu mal, j'ai du mal à te suivre.

_____
MK ,Super Modérateur forum remede.

"Les lois c'est comme les ronds-points, c'est fait pour être contournées!"(Chirurgien Dr NAMUR)
"Ce qui est facile n'est rien, bien que rien ne soit facile..." ( kervor)
Top
tonio
Chef de pique-nique

Messages : 162
Enregistré : 30/07/2001
Posté le 12/04/2005 à 18:36 notnew
bravo, beau raisonnement ! smilies
juste une question: as tu déjà examiné un patient juste après le traumatisme ?
si tu l'avais fais tu saurais qu'il y a quasiement tjrs une limitation articulaire douloureuse et donc si on suit ton raisonnement tjrs un "déplacement"
saches tout de meme que la lésion ligamentaire (élongation , déchirure partielle voire totale) qui défini l'entorse n'est pas liée à un déplacement d'une piece osseuse mais à un mvt articulaire forcé le plus svt en varus equin (puisqu'on parle du LLE)
saches également que la définition de l'entorse est anatomopathologique puisqu'il s'agit soit d'une distention soit d'une rupture ligamentaire !
saches encore que le principal diagnostic différentiel est la fracture donc si tu ne dispose pas de cliché radio (dont la prescription n'est pas systématique d'ailleurs) il convient d'etre doux dans tes manipulations lorsque tu recherches une mobilité ! smilies
Top
kervor
Breizh moderator

Messages : 1143
Enregistré : 20/11/2004
Posté le 12/04/2005 à 18:49 notnew
juste une question: as tu déjà examiné un patient juste après le traumatisme ?
si tu l'avais fais tu saurais qu'il y a quasiement tjrs une limitation articulaire douloureuse et donc si on suit ton raisonnement tjrs un "déplacement"

Je te suis à 100% là tonio;)

saches tout de meme que la lésion ligamentaire (élongation , déchirure partielle voire totale) qui défini l'entorse n'est pas liée à un déplacement d'une piece osseuse mais à un mvt articulaire forcé le plus svt en varus equin (puisqu'on parle du LLE)

Là c'est ce que je disais plus haut, mais cela dit on peut trouver un déplacement osseux dans le cadre d'une entorse^^ (donc d'accord qu'à 50%!!)
saches également que la définition de l'entorse est anatomopathologique puisqu'il s'agit soit d'une distention soit d'une rupture ligamentaire !

Je te suis là aussi tonio^^

saches encore que le principal diagnostic différentiel est la fracture donc si tu ne dispose pas de cliché radio (dont la prescription n'est pas systématique d'ailleurs) il convient d'etre doux dans tes manipulations lorsque tu recherches une mobilité ! smilies

Tout à fait d'accord avec ceci (enfin des propos clairessmilies, d'ou des radios sous plusieurs angles et mesure de l'angle tibio-talien en varus forcé^^.

On attend des réponses demo, merci;)
_____
MK ,Super Modérateur forum remede.

"Les lois c'est comme les ronds-points, c'est fait pour être contournées!"(Chirurgien Dr NAMUR)
"Ce qui est facile n'est rien, bien que rien ne soit facile..." ( kervor)
Top
Kinovy
Jeune Carabin

Messages : 25
Enregistré : 11/04/2005
Posté le 12/04/2005 à 20:53 notnew
Yopyop je te conseille vivement de rencontrer un étiopathe.
Je ne sais pas si tu es au courrant qu'il est obligatoire pour un étiopathe de présenter un diplome universitaire d'anatomie clinique (UFR Biomédicale des Saints-Pères, à Paris), ainsi qu'un diplome universitaire de neurologie (Saplêtrière, Paris).

Il est dans ton droit de considérer ces diplomess comme des diplomes de charlatants.


Nos cours sont assurés a la fois par des professionels et par des intervenants externes (un cancérologue assure les cours d'histologie, je ne pense pas qu'il s'y serait risqué si nous étions aussi peu sérieux que tu le sous entend).

Notre logique est différente, nous prenons le corp humain comme une machine rien de plus, rien de moins.

Je ne sais plus qui disait qu'il fallait connaitre ses limites, nous les connaissons et nous y limitons.
Nous ne sommes pas en mesure de soigner les maladies génétiques, les cancers et les lésions anatomiques.

[Edité le 12/04/05 par Kinovy]
Top
Quark
Désagrégé de médecine

Messages : 236
Enregistré : 01/05/2004
Posté le 12/04/2005 à 21:09 notnew
Decidement ce debat est passionant, je remarque que je trouve les étudiants en mèdecine sont un peu trop sûr d'eux et brandissent l'exercice illégal un peu facilement (me tapez pas chuis en mèdecine aussi).

La fin du débat est plus interessante mm si elle me fait poser des questions notamment au sujet de la douleur. Moi bêtement cette année on m'a appris que la douleur était un des sympômes majeurs à prendre en compte pour poser un diagnostic. Certes en etio vous semblez l'ecarter sous pretexte que le ressentit n'est pas le même enfin cette histoire du ressentit me rappelle un peu le cas des bébés ou des trés jeunes enfants qu'on opérait sans anesthesie sous pretexte qu'ils ne pouvaient pas ressentir la douleur.

Bon voilà c'était ma petite pierre à l'édifice (un peu bancal il me semble) de cette discussion.

Je n'ajouterais qu'une chose : si les études de mèdecine sont si longue, ce n'est pas nécessairement parce qu'on apprends à soigner mais à savoir quoi soigner (c pas de moi je vous rassure). Donc pour resumer on en chie 10 ans pour savoir poser un diagnostic correct, après poser des points ou donner un traitement une fois qu'on sait ce qui se passe n'importe qui peut le faire.





_____
" Labor improbus omnia vincit "
"Un travail acharné vient à bout de tout"

Ambroise Paré citant Virgile (ce qui prouve bien son manque d'imagination)
Top
Kinovy
Jeune Carabin

Messages : 25
Enregistré : 11/04/2005
Posté le 12/04/2005 à 21:31 notnew
La douleur est en effet tres importante afin de poser un dignostic (qu'il soit étiopathique ou médical).
Cependant nous préférons nous concentrer sur sa localisation et sur sa qualification.
Que ca brule, que ca piquote, qu'on ne sent rien, sur tel trajet. L'intensité ne rentre pas en compte.
Top
tonio
Chef de pique-nique

Messages : 162
Enregistré : 30/07/2001
Posté le 12/04/2005 à 21:56 notnew
le corps humain est tout sauf une machine, cette théorie est vraiment trop simpliste, comme si tout pouvait s'expliquer par un déséquilibre entrée-sortie ("sauf le cancer bien sur ou encore les maladies génétiques" bref sauf pour ce qui ne guérit pas spontanément quoi !)

arretez de chercher une reconnaissance sous pretexte qu'un prof de medecine vous fait cours: il se fait du fric sur votre dos point barre !
arretez de croire qu'un (ou deux d'ailleurs) pauvre DU donne les compétences pour soigner ou légitime votre pratique, si on vous oblige à le faire c'est parce qu'on vous le fait croire et que certains s'en mettent plein les poches sur votre dos !

en ophtalmo on a les optométristes qui croient qu'ils sont aussi compétents que les medecins pour prescrire les lunettes et faire du dépistage et tout ça en 4 ans de formation dont 2 ans à l'université (Paris, Marseille et Lyon)ce qui les légitime d'après eux, en plus ils font un DU de réfraction (encore un diplome universitaire pour etre legitime) sauf que si on discute avec les prof d'ophtalmo "qui vendent leur ame au diable" on se rend compte que ces optometristes sont de la main d'oeuvre gratuite pendant les consultations, qu'ils constituent des vaches à lait en payant les DU et leur école très cher et pour couronner le tout leur diplome n'est pas reconnu en france !
c'est pas la classe ça, le mec te paye pour t'aider pendant la consultation, tu lui donnes un diplome pour le remercier et à l'arrivée une fois le diplome en poche ben il ne peut pas exercer car non reconnu légalement donc il ne te pique pas ton job !

"si les études de mèdecine sont si longue, ce n'est pas nécessairement parce qu'on apprends à soigner mais à savoir quoi soigner (c pas de moi je vous rassure). Donc pour resumer on en chie 10 ans pour savoir poser un diagnostic correct, après poser des points ou donner un traitement une fois qu'on sait ce qui se passe n'importe qui peut le faire."

ben là je suis pas tout à fait d'accord, ça dépend considérablement des spécialités, c'est sûr qu'en medecine interne l'acte diagnostique est long et difficile et le traitement peut etre un peu plus facile mais dans les spécialités techniques genre la chir, c'est l'inverse, c'est l'acte thérapeutique (et les indications opératoires qui découlent du diagnostic c'est vrai) qui sont difficiles !
Top
Quark
Désagrégé de médecine

Messages : 236
Enregistré : 01/05/2004
Posté le 12/04/2005 à 22:01 notnew
Moi je dis ça après c'est un prof de mèdecine interne qui m'a dit ça, donc forcement la technique chirurgicale et lui... ^^
_____
" Labor improbus omnia vincit "
"Un travail acharné vient à bout de tout"

Ambroise Paré citant Virgile (ce qui prouve bien son manque d'imagination)
Top
Kinovy
Jeune Carabin

Messages : 25
Enregistré : 11/04/2005
Posté le 12/04/2005 à 22:09 notnew
sauf le cancer bien sur ou encore les maladies génétiques" bref sauf pour ce qui ne guérit pas spontanément quoi !

Es ce de l'humour de dire qu'a part le cancer et les maladies génétique tout se soigne spontanément ?
et c'est nous que tu accuses d'etre "simplistes" ?


arretez de chercher une reconnaissance sous pretexte qu'un prof de medecine vous fait cours: il se fait du fric sur votre dos point barre !

Aux dernieres nouvelle seuls ses trajets lui sont remboursés.

[Edité le 12/04/05 par Kinovy]
Top
yopyop
Doyen

Messages : 565
Enregistré : 09/08/2004
Posté le 12/04/2005 à 22:12 notnew
il est obligatoire pour un étiopathe de présenter un diplome universitaire d'anatomie clinique (UFR Biomédicale des Saints-Pères, à Paris), ainsi qu'un diplome universitaire de neurologie (Saplêtrière, Paris).

Les DIU sont des diplomes destinés aux praticiens qui souhaitent faire de la formation continue.
Ils sont ouverts aux médecins.

Il n'existe pas de diu d'anatomie clinique aux saints peres

Voici la liste des DIU

Les diplômes interuniversitaires (DIU) :
DIU anatomie appliquée à la chirurgie plastique

DIU échographie

DIU de Médecine des transports terrestres


Il n'existe pas non plus de DIU de neuro a la pitié. Il y a un DIU de neuro-ophtalmo uniquement


Tu ferais bien de vérifier tes sources avant de poster!!!
Top
DocLoL
Chef des sévices

Messages : 413
Enregistré : 14/09/2003
Posté le 12/04/2005 à 22:22 notnew
Un article qui vous interressera surement bonne lecture


Le 28 novembre dernier, la cour d'appel de Caen confirmait un jugement du tribunal de Coutances, condamnant pour exercice illégal de la médecine M. Roger Aimard " docteur en étiopathie " à Saint-Lô, où il exerce cette activité depuis une dizaine d'années.

De quoi s'agit-il ?

Comme la plupart des " médecines parallèles ", cette pratique a repris, pour se donner un nom, le suffixe " pathie " (maladie, souffrance) , inauguré dans cet emploi par Hahnemann avec son homéopathie. Le choix de Hahnemann était linguistiquement correct : il désignait l'utilisation thérapeutique de substances qui, administrées à un sujet sain, déclenchent chez lui les mêmes (homoios) manifestations pathologiques que celles du malade qu'elles sont censées pouvoir guérir. Un glissement sémantique - opéré par ignorance ou par malice ? - a donné ensuite au suffixe " pathie " le sens de " médecine , et à " pathe " celui du praticien de cette médecine. Ainsi une médecine marginale s'est-elle intitulée ostéopathie, alors que ce terme désigne correctement non pas une thérapeutique, mais l'ensemble des affections qui peuvent frapper les os. Astucieusement, les homéopathes ont forgé le terme " allopathie ", qui suggère une (fausse) symétrie entre leur doctrine et la médecine scientifique, et ils sont parvenus à l'introduire en contrebande dans la littérature médicale.

Cette querelle de langage peut sembler futile. Elle ne l'est pas. L'usage pervers des mots - comme le démontre Michel de Pracontal dans un livre - est une des armes de la pseudoscience.

Revenons à l'étiopathie. Dans les mots régulièrement composés avec des racines grecques, le déterminant précède le déterminé. Les cardiopathies sont les maladies du cœur et l'homéopathie, comme nous avons vu, évoque des maux semblables. L'étiopathie serait ainsi " le mal des causes " (aitios), ce qui ne veut pas dire grand-chose. Dans le jargon des médecines parallèles, l'étiopathie se présente comme une thérapeutique qui s'attaque à la cause des maladies, ce qui insinue que la " médecine officielle ", comme on dit, ignore les causes. Les étiopathes n'emploient aucun médicament. Leurs traitements se ramènent à des pratiques manuelles, notamment à des manipulations du crâne ou de la colonne vertébrale.
Fondée en 1963 par Christian Trédaniel (qui avait étudié les manipulations articulaires et vertébrales pratiquées aux États-Unis), l'étiopathie se réclame à la fois de l'héritage des rebouteux et des connaissances modernes d'anatomie et de physiologie. La doctrine est un amalgame de vocabulaire scientifique et de conceptions dogmatiques à résonance mystique (quoi qu'elle s'en défende) avec un large emploi de majuscules et de graphes. Chaque être humain, explique-t-elle, vient au monde avec un Potentiel Vital Originel (PVO) formé à l'instant de sa conception (mais ne pas confondre avec une hérédité génétique, qui est ignorée ou niée). Chaque être humain est une entité. La destinée vitale d'un individu ne doit pas être comparée à celle d'un de ses semblables, mais seulement à son propre PVO. Tout au long de l'existence, le PVO suit une courbe décroissante ; la santé parfaite réside dans le respect intégral de cette courbe. La maladie n'a jamais de cause héréditaire ou endogène ; elle est une modification de la destinée due à des accidents extérieurs ou au non-respect des règles d'hygiène. Etc.

Quant aux thérapeutiques manuelles, elles seraient actuellement enseignées, à Paris et à Marseille, dans des facultés libres " enregistrées dans leurs académies respectives ". Formules qui feraient penser à un enseignement quasi-officiel : mais comme on sait, il n'y a pas là d'appellation contrôlée, et tout un chacun peut ouvrir une académie littéraire ou une académie de billard. Les étiopathes ne sont pas docteurs en médecine : ils exercent au grand jour et font campagne pour être officiellement reconnus. La liste des membres de I' " Institut français d'Éthiopathie ", dans son édition de 1986, comprend soixante-quinze noms rangés dans l'ordre alphabétique. Le premier est celui de l'étiopathe qui vient d'être condamné à 25 000 F d'amende (ce qui ne le gênera sans doute pas beaucoup). Le Conseil de l'Ordre du département de la Manche a obtenu le franc symbolique de dommages-intérêts.


--------------------------------------------------------------------------------


Le jugement de la cour d'appel de Caen, confirmant la condamnation par le tribunal de Coutances, pour exercice illégal de la médecine, d'un " docteur en étiopathie ", qui exerçait son activité à Saint-Lô depuis une dizaine d'années . Le fondateur de cette nème médecine " parallèle ", lancée en France en 1963, s'était familiarisé aux États-Unis avec les manipulations articulaires et vertébrales qui y sont pratiquées par les " chiropracteurs ". L'étiopathie, dont le principe proclamé est de " soigner sans médicaments ", est un mélange de chiropraxie américaine avec quelques références aux traditions héritées des rebouteux et à une philosophie mystique. (Chaque être humain naît avec un PVO, un potentiel vital originel, formé à l'instant même de sa conception ; la santé réside dans le respect de la courbe naturelle du PVO.)

Beaucoup de manœuvres décrites par les étiopathes ne leur appartiennent nullement en propre. Elles sont connues et pratiquées par de nombreux médecins et kinésithérapeutes. Ce qui est particulier aux étiopathes, c'est d'abord qu'aucun d'eux n'est docteur en médecine : deuxièmement qu'ils prétendent (comme de nombreux chiropracteurs d'outre-Atlantique) traiter à peu près toutes les maladies courantes.

Les manipulations vertébrales (qui, soulignons-le encore, sont bien connues de la médecine " officielle " donnent parfois d'excellents résultats. Du fait même qu'elles agissent sur des régions particulièrement sensibles, elles peuvent aussi, en cas de fausse manœuvre ou d'erreur grossière de diagnostic (méconnaissance d'une tumeur, par exemple) entraîner des accidents et même des catastrophes.
Parmi les quelques dizaines d'observations citées pour mettre en garde contre les dangers de la chiropraxie en voici deux parmi les plus récentes:

- Femme de 44 ans consultant un chiropracteur pour céphalées occipitales récentes. Douze heures après le traitement, elle se réveille avec de violents maux de tête et une difficulté pour avaler. L'évolution fut heureusement régressive.

- Un homme jeune âgé de 25 ans voit un chiropracteur pour une cervicalgie aiguë. (N d 1 R : névralgie de la nuque.) Une heure après l'ajustement, il se plaint de très vives céphalées et des vertiges. L'examen anatomopathologique fait après son décès montre une importante thrombose au niveau des artères vertébrales et du tronc basilaire.

Le premier de ces cas ne mérite aucun commentaire particulier, sinon que toute évidence la manipulation chiropractique a brutalement aggravé les maux de tête dont souffrait la patiente. Le second cas est plus grave, puisqu'une heure après l' " ajustement ", c'est-à-dire la prétendue remise en place des vertèbres, l'aggravation subséquente a été fatale. L'autopsie a montré que les artères du cou et de la base du crâne étaient oblitérées par des caillots, ce qui était évidemment la cause des maux de tête qui avaient poussé le patient à consulter. Un diagnostic correct, avec les actuelles méthodes de laboratoire, aurait probablement aboutit surtout pour un homme aussi jeune, à une intervention chirurgicale efficace. La manipulation chiropractique équivalait à un homicide par imprudence.

Le troisième cas nous est présenté comme concernant non un chiropracteur, mais un " vertébrothérapeute " :

Une malade âgée de 35 ans vient voir un vertébrothérapeute pour une cervicalgie et une douleur hémifaciale droite. Après quatre manipulations, elle présente une quadraplégie avec d'autres troubles neurologiques. Les examens complémentaires révèlent l'existence d'un méningiome dont la cure chirurgicale fait un succès. (N d l R : la quadraplégie est une paralysie totale, le méningiome est une tumeur développée à partir des méninges).

Là encore, un examen banal aurait décelé la tumeur méningée avant une manipulation catastrophique. Heureusement pour la malade, le chirurgien a pris à temps la place du vertébrothérapeute.

Soyons juste : aucune médecine n'est à l'abri des erreurs de diagnostic ou de prescription avec les conséquences qu'elles peuvent entraîner. Mais le risque est maximal quand un homme qui n'a pas suivi d'enseignement médical et qui croit aveuglément aux vertus universelles de la manipulation s'empare de vos vertèbres ou de vos articulations. Les étiopathes, en France, affichent bien des programmes de cours " libres ", mais ils se situent ouvertement en opposition à la médecine. L'étiopathe, écrivent-ils dans leur guide à l'usage du public, " n'infiltre pas, ne pique pas, ne donne pas de médicaments, ne se sert pas d'appareils... Il ne travaille qu'avec ses mains... (Son rôle) est de chercher la vraie cause du mal ".

Soyons justes encore. Il peut y avoir, il y a même sûrement, parmi les praticiens de l'étiopathie (comme du reste parmi les rebouteux) des hommes habiles à réduire une entorse, à soulager une lombalgie ou toute autre souffrance relevant d'un désordre mécanique. Il n'y a pas de raison pour que la médecine rejette leur expérience dans ce qu'elle peut avoir de positif. Malheureusement ils ne s'en tiennent pas là. Tout en se déclarant non-médecins, ils ouvrent des " facultés libres de médecine étiopathique " et ne craignent pas de mentionner, parmi les malades qu'ils s'offrent à guérir (en quelques séances !), ceux qui souffrent d'un fibrome, d'une hépatite, de sclérose en plaques, de syncopes graves à répétitions, etc. La porte est alors ouverte à bien des charlatanismes. Autre trait caractéristique : les étiopathes s'efforcent d'obtenir l'autorisation officielle d'exercer leur activité sans autre contrôle que le leur. Ils inspirent en ce sens des articles de journaux, notamment dans la presse féminine et mobilisent des naïfs pour signer des placards publicitaires comme cet " appel de 600 maires de Normandie " paru l'an dernier, où l'on réclamait " l'abolition du monopole médical et la liberté du droit à disposer d'eux-mêmes pour tous les citoyens " ainsi que " le libre exercice de la médecine étiopathique et son remboursement par les organismes sociaux ".


[Edité le 12/04/05 par DocLoL]
Top
Aller en haut • 200 réponses • 10 pages • 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter