logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Faire medecine: la galere?

Aller en bas • 65 réponses • 4 pages • 1 2 3 4
boop
Serial IDE

Messages : 756
Enregistré : 24/03/2004
Posté le 26/05/2005 à 17:28 notnew
une pov'inf crevée vient donner son avis:
- pour un oral de p1, je sais pas si ca servirait a grand chose, y a des gens de ma promo qui l ont eu et je souhaite pas a mon pire ennemi de tomber sur eux en service (...), qu'on m'explique comment on fait en 10 minutes pour savoir qui on a en face de soi...

- pour les motivations, elles sont toutes valables, et si c est gagner de la tune, y a quand meme forcement autre chose derriere, on affronte pas la mort la souffrance et la maladie pour gagner du blé, y a des trucs plus tranquilles pour ca...

- moi meme je veux me frotter a l aventure medecine, et je n ai pas que d honnetes intentions, bien sur que j espere avoir un meilleur niveau de vie qu aujourd hui, meme si j ai des raisons plus "jolies", sinon je m engagerais pas dans 10 ans d etudes alors que j ai deja un taf, dans la santé qui plus est!

- bien sur que le systeme pourrait etre amelioré et qu il a des lacunes, mais qu est ce qui n'est pas perfectible?!

- enfin, ca suffit les haros aux gens qui sont exterieurs, comme aux ptits p2 qui croient à mort a leurs trucs, chacun dit la sienne, on peut le faire gentimment, poliment, le politiquement correct moi je m en fous (cf mes posts sur le pape!!!smilies) du moment qu on argumente et qu on sort pas 2 ou 3 banalites à 6 sous;

- enfin (bis), on peut avoir avoir des idees qui paraissent surfaites et pourtant etre sincere... je me suis moi meme engrainee toute seule contre certains membres du forum, puis finalement, je me dit que je detiens pas la verite absolue (j ouvre un cabinet de medium sinon!!smilies) et que toutes les remarques sont bonnes du moment qu on accepte l idee que d autres pensent differemment, c est ca qui fait avancer le schmilblick! en tant que professionnelle de santé (et toc! a moi vs pouvez pas dire que je sais pas de quoi je parle!!!smilies) on est svt remis a sa place par les patients et ca fait du bien; si y a une chose a retenir c est qu il faut eviter, tant que possible, d emettre des jugements de valeur, ok ca fait demago, mais ca fait deja 5 ans que je traine mes sabots ds les hostos et je peux vs dire que si j'ai dis une seule chose intelligente et vraie ds ce post, c est ca! a mediter...


smiliessmiliessmiliessmilies

[Edité le 26/05/05 par boop]
_____
Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort.


Top
-Dragon-
Chef des sévices

Messages : 342
Enregistré : 03/04/2005
Posté le 26/05/2005 à 21:14 notnew
Moi c'est marrant mais en vous lisant, j'ai l'imprésion que globalement vous êtes tous du même avis.

Je suis convaincu que tout le monde pense que le plus important c'est d'être un bon soignant et d'être correct avec les malades (respect, gentillesse et humilité => ca fait pas de mal smilies ).
Après si quelqu'un respect cela mais qu'il fait surtout le métier pour l'argent ou autre chose, je vois pas en quoi ca gènerait quelqu'un.

Moi personnellement en temps qu'esi je vais faire médecine parceque je veux avoir un maximum de connaissance et les appliquer concretement dans un taf que je trouve à mes yeux très intérréssant et gratifiant; mais ca ne veut pas dire que je m'en fiche de l'argent non plus.
L'argent il est là, hypocrite celui qui dirait qu'il n'en veut pas (tient j'parle a la yoda oO).
Donc je ne pense pas qu'on puisse critiquer aucune motivation, puisqu'elle est le fruit d'un choix personnel. (et comme un très célèbre "être" a dit :"tu ne jugera point!" smiliessmilies)

_____
Interne Cardio
Top
DrKenny
Chef de pique-nique

Messages : 169
Enregistré : 21/05/2004
Posté le 26/05/2005 à 23:31 notnew
on travaille tous pour l'argent mais si on voulait beaucopu d'argent, on ne ferait pas médecine. Il faut arréter de croire qu'un médecin est millionnaire ! Il gagne correctement sa vie car, dans la grande majorité des cas, il bosse comme un fou ... si on rajoute à cela ses études de folie, je ne trouve pas que le salaire des médecins soit exagéré
pour l'oral, je ne vois pas comment on pourrait le mettre en oeuvre : on a tous une vision personnelle du métier et je ne vois pas qui pourrait dire laquelle est la meilleure . de plus, plus on avance dans le cursus, plus nos désillusions tombent . Rien ne dit que ce que tu penses en P1, tu le penseras à la fin de ta DCEM. Comment peut on dire que l'on saura affronter des situations comme la détresse des gens, la mort, arriver à ne pas assimiler le malheur des autres à sa propre histoire ou savoir le feeling que l'on arrivera à avoir avec les patients quand , du haut de tes 20 ans, tu n'as jamais mis les pieds dans un hosto en tant que soignant ? Et puis, ayant passer des oraux dans le cadre de la sélection militaire, il suffit de raconter ce que veulent entendre les examinateurs ... et pas forcément ce que l'on pense ...
_____
Il ne faut pas croire que l'on est le meilleur mais savoir que l'on est le meilleur


Top
Cordura
Ministre de la Santé

Messages : 4029
Enregistré : 08/01/2003
Posté le 27/05/2005 à 11:00 notnew
Personnellement, je rejoins l'avis de Futur-PCEM1.

Le plus important c'est que le patient soit bien pris en main non ? Un médecin peut être là pour 10000 raisons, s'il est bon avec le patient, qu'il le traite avec respect et qu'il est efficace, on se fout de la raison pour laquelle il a fait médecine. C'est sa vie à lui.

Prenon l'exemple d'un médecin qui a surtout fait médecine pour gagner de l'argent. Il sort d'une famille pauvre, ses arrières grand parents, grand parents, parents, on toujours eu du mal avec les fins de mois. Il a réussi, en s'accrochant, à être bon au collège, au lycée, alors que c'etait pas gagné, qu'il etait en ZEP dans une cité, dans un lycée public par côté du tout... Et il débarque en médecine avec la ferme intention de changer le cours des choses pour lui et sa famille et d'offrir à ses futurs enfants, petits enfants, une condition meilleure que celle dans laquelle lui et ses "ancêtre" ont vécu. Parallèlement à ca, la médecine le passionne, il aime le contact avec les gens, et veux pouvoir se dire à la fin de sa vie qu'il a vraiment été utile. qu'il a fait des choses bien, qu'il n'a pas pu sauver tout le monde mais qu'il a réussi à aider pas mal de gens.

Il semble clair que ce type fait avant tout médecine pour l'argent. Est ce que c'est un mauvais médecin ?

Il faut croire que oui puisque ce n'est pas un saint bernard dévoué corps et âme, désintéressé et surtout pas spécialiste en CHU. A ça non, parbleu.

Comme disait Dr Dre, il semblerait que bcoup ont lu "la maladie de Sachs" et on décidé d'en faire leur ligne de pensée smilies


Cette discussion dans ce post, on peut dire que c'est vraiment quelque chose qui revient souvent..

L'éternel débat concernant le bon et le mauvais médecin.

Je caricature un peu mais bon, je serais pas le premier dans ce post :

bon médecin : généraliste ( le spécialiste n'est qu'un mandarin avide de pouvoir bien sur, tout le monde le sait ), dévoué corps et âme au Patient, et absolument désintéressé. L'argent est sale, l'argent pourri l'âme du médecin

mauvais médecin : celui qui ne rentre pas dans les critères ci-dessus, préétabli, par toute personne s'auto-proclamant bon médecin.


On remarquera que ce sont seulement les pré-P1, P2, D1 et quelques fois quelques externes qui ont ces problèmes de conscience. Au delà on a ses raisons de faire médecine, on vis avec, on fait de son mieux pour être un bon médecin, et on se fout complètement de savoir si on est meilleur médecin qu'un autre qui n'a pas les même raison que nous.

Ensuite, je tiens à rappeler que le post a complètement dévié là, le sujet initial traitait de la masse de travail après la D1 et des conditions un peu alliénantes de la préparation de l'ENC..
Top
Vempir97
Nain-terne

Messages : 112
Enregistré : 18/03/2005
Posté le 27/05/2005 à 12:56 notnew
quand va t on enfin arreter en France avec nos problemes vis à vis de l'argent... c'est limite insupportable...
voilà quoi merde, vouloir bien gagner sa vie c'est légitime... et si en plus vous faites le bien autour de vous ou est le probleme...
Pourquoi ne peut on pas etre médecin et rouler en BMW ??? C'est quoi ces tabous qui gangrennent nos esprits...Pourquoi pour bien soigner ( (c'est quoi d'abord bien soigner ) faudrait vivre en hermite et etre désintéréssé hein ?
Je dis pas que le médecin doit tenter par tous les moyens de s'en mettre plein les poches, non bien sur , c'est juste que tout travail mérite salaire en adéquation avec la difficulté, la technicité, le niveau de formation, la pénibilité parfois de ce dernier, donc NON avoir comme motivation de bien gagner sa vie pour faire médecine ce n'est pas une tare, ce n'est pas mauvais, ce n'est pas vicieux, ce n'est pas dégradant et que sais je encore...

Top
sybermed
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 315
Enregistré : 28/03/2002
Posté le 27/05/2005 à 18:30 notnew
juste pour dire que le post au depart n'avait pas pour sujet l'argent le (mythe) du bon medecin...
mais les etudes de medecine...
Top
lahra
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 27/05/2005
Posté le 29/05/2005 à 12:26 notnew
salut à tous, je suis hors milieu médical et ne souhaite pas y "adhérer" mais je me suis inscrite pr apporter mon soutien à béa.
d'abord l'article traite de 2 choses : les conditions de travail des étudiants et l'ambiance.
Béa a donné 1 avis là dessus ce qui a permis d'étendre le débat, je ne vois pas pourquoi lui reprocher ça?
Je suis assez d'accord avec béa et je suis même outrée par vos réactions, est il possible pr vous de vous remettre en question?
J'ai eu un cancer du sein à 27ans, et ma periode hopital ne fût qu'une succession d'humiliations. Je fais partie d'une association de malades et anciens malades, je crois que vous en tant que futurs médecins, ça serait pas mal que vous veniez écouter ce que nous avons à dire au lieu de rester sur les idées que vous entretenez entre vous. Car en effet vous croisez beaucoup de patients dans une journée, et vous n'êtes peut être pas à l'hopital pour votre vie entière,mais à la différence c'est que vous, vous y êtes car vous en avez envie, alors que les patients, non. Ce que je lis me permet de mieux comprendre le pourquoi du comportement du personnel soignant (pas tous attention, il y en a de vraiment humains, mais c'est rare désolé), et je suis attérée...
Je ne vais pas vous apporter plus d'explications quant à ce que j'ai vécu à l'hopital, en voyant vos réactions par rapport à ce qu'a vécu béa, car pas un d'entre vous n'a eu l'intelligence de mesurer ses propos par respect par rapport à ce qu'elle a vécu. Je ne suis pas sûr que beaucoup d'entre vous n'aient eu à vivre la maladie de leur enfant??
Vous êtes de trés bons techniciens c'est sûr, mais d'un point de vue humain c'est pas ça. On ne vous l'apprend peut être pas, mais au delà de ça, certains ont ça en eux, et je pense aussi que la selection devrait porter sur cet aspect même si l'entretien oral n'est pas la meilleure solution pour ça.
Je dois deconnecter, mais en tout cas j'espère avoir fait passer un message même si je suis sûr que beaucoup de réactions vont suivre en disant que je ne suis pas médecin donc que je n'ai qu'à me la fermer car je ne connais pas vos difficiles conditions de travail, c'est vrai qu'avoir un cancer c'est quand même nettement plus reposant que faire des études de médecine!



Top
Dr.Dre
Ministre de la Santé

Messages : 1060
Enregistré : 04/09/2003
Posté le 29/05/2005 à 16:02 notnew
Car en effet vous croisez beaucoup de patients dans une journée, et vous n'êtes peut être pas à l'hopital pour votre vie entière,mais à la différence c'est que vous, vous y êtes car vous en avez envie, alors que les patients, non.

Personne ne les oblige à venir à l'hopital, s'ils viennent c'est pour être soigner, ils ont ENVIE de se faire soigner...L'hôpital c'est pas une prison, ni un endroit pour punir les gens faut arrêter avec cette image.
Si les gens viennent à l'hopital c'est pour se faire soigner, ce n'est pas un hotel ni un village de vacances...Les médecins ne sont pas des gentils organisateurs, et un service n'est pas un club d'animation.

Je ne vois pas ce que vous reprochez à une profession qui a fortement changée depuis l'époque de la grande clinique, le patient a désormais des droits, le médecin des comptes à rendre de plus en plus nombreux auprès du patient et de sa famille, le programme des études inclut plusieurs cours dans ce domaine, du droit et des sciences humaines.


Je veux bien admettre qu'il y a des fois des mauvaises rencontres, d'accord c'est partout pareil...Mais faire l'étalage de sa vie privée et se poser en victime du milieu médical parce qu'on a eu le sentiment qu'on s'est moqué de vous ou je ne sais quoi...

_____
Blogaddicted


Top
Tama
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 6130
Enregistré : 06/08/2002
Posté le 29/05/2005 à 16:40 notnew
bah euh... en général, quand t'es malade, t'as envie d'aller mieux nan ? donc tu viens à l'hosto te faire soigner nan ? parce que si tu baisses les bras et que tu penses ne pas guérir c'est un problème supplémentaire (ok la régression et tralala font parti de la réaction psy à la maladie grave... gnagnagna) ! l'hosto c'est pas une prison, mais tu t'y fais chier, tu es malade, tu n'es pas fixé sur le pronostic... enfin bref je crois que tu as mal interprété ce que lahra a dit ! elle disait juste qu'à l'hosto y en a qui tentent de survivre et d'autres qui y bossent juste pour vivre comme n'importe quel autre corps de métier... et que nos conditions d'études ou de travail ne sont pas aussi dur que des cancéreux ou autres...
ceci dit, on en chie qd mm pdt nos études, mais les patients vivent des trucs bien pires
enfin voila ce que j'ai cru comprendre !

[Edité le 29/05/05 par Tama]
_____
Interne power !!!!!!
Top
Figaro
Ministre de la Santé

Messages : 973
Enregistré : 21/07/2004
Posté le 29/05/2005 à 16:42 notnew
Lahra, je te propose, si ce n'est déjà fait, d'adresser tes doléances directement aux personnes concernées, c'est-à-dire aux médecins ou éventuellement autres soignants qui t'ont déçue. Un forum sur internet n'est pas l'endroit idéal pour adresser des messages à connotations et à portée personnelles.
Top
Captain Caverne
Nain-terne

Messages : 149
Enregistré : 04/07/2002
Posté le 29/05/2005 à 16:53 notnew
Les opinions sont bien tranchées dis donc smilies, Dr Dre tu vas un peu loin je trouve, je connais peu de personnes qui vont à l'hopital par envie ...

Je n'ai absolument rien contre les remises en questions et c'est parfaitement vrai qu'un oeil extérieur peut nous faire remarquer des attitudes dont on ne se rend pas/plus compte.

Pour Béa et Lahra, je comprends que les expériences que vous avez vécues ont dû être particulièrement difficiles et j'en suis désolé pour vous. Je ne sais rien des circonstances de votre prise en charge hospitalière et de la qualité d'écoute et de soutien de l'équipe médicale. Elles étaient peut être médiocres et vous en gardez un fort ressentiment, OK.
Mais s'il vous plaît arretez les raccourcis et les généralités "les médecins, il y en a de vraiment humains, mais c'est rare désolé" ou encore "savoir l'écouter, comprendre ce qui ne va pas pr adapter 1 traitement, les soins, ça demande des qualités humaines, que je dois bien avouer, bien des médecins n'ont pas..., pour vous citer.

Moi c'est ce qui m'a agacé dans ces propos, voilà tout ...



Pour revenir aux 2 sujets du topic (dureté des études et motivation des médecins) il semble qu'ils ne soient pas si éloignés l'un de l'autre, j'en veux pour preuve cet article :

La grande déprime des carabins Diagnostic préoccupant d'un psy sur la santé mentale des étudiants en médecine. Un sur cinq est déprimé. La vocation fout le camp. Et les enseignants y sont sans doute pour quelque chose. JEANPAILLARD

>Les carabins sont stressés.
Pour ceux qui auront observé ces dernières semaines les jeunes pousses de première année le nez dans leurs « polys », ce constat ne sera pas en soi une surprise. L'étude que le Pr Didier Truchot vient d'achever pour le compte de l'URML de Champagne-Ardennes sur le burn-out des étudiants en fait pourtant pour la première fois la preuve. Et ce professeur de psychologie à Reims, grand spécialiste du burn-out, suggère même que la déprime des futurs médecins, loin d'être passagère, pourrait bien avoir un lien avec la baisse de leur vocation altruiste. Les faits pour commencer. Jusque-là, seules des études réalisées à l'étranger montraient qu'entre 30 à 40 % des étudiants en médecine affichaient des symptômes évoquant anxiété ou dépression. L'enquête du Pr Truchot auprès de 650 carabins de la fac de Reims montre qu'au pays de Pasteur et de Lacan, le phénomène se retrouve bel et bien. L'étude attribue des scores de 17,05 pour les femmes et 15,61 pour les hommes (sur une échelle de trente points) concernant l'épuisement émotionnel, et de 8,57 et 9,22 concernant le cynisme, soit des résultats plutôt élevés au regard de deux des composantes du burn-out.


Constat inquiétant
Même si le sentiment d'efficacité des étudiants (troisième instrument de mesure du burn-out) ne semble globalement pas affecté par les tensions qu'ils rencontrent, le diagnostic du Pr Truchot demeure inquiétant. Il est corrélé avec le fait qu'un étudiant en médecine sur cinq souffrirait aujourd'hui de dépression, qu'elle soit modérée pour 14,11 % d'entre eux ou sévère pour 6,5 %. « Lors d'une précédente étude sur les médecins installés, on avait constaté que nombre de médecins de plus de 50 ans étaient atteints par le burn-out, mais que les jeunes installés l'étaient également. On voulait savoir si les étudiants souffraient également de ce phénomène », explique Elisabeth Rousselot-Marche, commanditaire de l'étude. Et la présidente de l'URML Champagne-Ardennes de se dire « préoccupée » par ces derniers résultats : « Il y a un effet sociétal, bien sûr, mais cela tient aussi au concours. On a tellement voulu réduire le numerus clausus, que c'est devenu de plus en plus dur », observe-t-elle.


Les femmes plus affectées
Principal « stresseur » des jeunes ? La dose forte d'heures de travail, bien sûr, qui arrive en tête des items proposés, mais aussi les exigences que l'on attend d'eux, la nécessité de devoir jongler entre des matières différentes dans la même journée ou encore de travailler vite. En clair, les carabins sont débordés et le vivent mal. « Ce résultat peut paraître trivial, note Didier Truchot. Pourtant, chez les médecins en exercice, la charge de travail a un poids relativement faible sur l'épuisement émotionnel. Autrement dit, les études de médecine représentent une source de tensions particulièrement aigüe. » De ce point de vue, les uns et les autres ne sont pas sur un pied d'égalité. Le rapport observe que la vie de couple (cas des trois quarts des étudiants de l'enquête) a peu d'incidence sur l'épuisement, mais des effets positifs sur l'efficacité ressentie par les carabins. Enfin, les études de médecine sont davantage source de tension pour les femmes - majoritaires sur les bans de la fac et qui représentent 70 % de l'échantillon - que pour les hommes : degré d'épuisement supérieur, cynisme presque aussi élevé que leurs camarades masculins (ce qui n'est pas habituel dans ce type d'études) et sentiment moindre d'efficacité.


Repli sur soi
Point commun à la plupart des étudiants stressés : leur inquiétude ne s'apaise pas au fil des ans. Et c'est là que le bât blesse. Si le psychologue pointe effectivement la première année de médecine comme « particulièrement stressante », il observe qu'au-delà de la troisième année les scores d'épuisement émotionnel et de cynisme progressent pour culminer lors d'une sixième année « particulièrement éprouvante ». Alors, la fac de médecine contribuerait-elle à dégrader le moral des étudiants ? On peut sérieusement se le demander. Didier Truchot montre qu'en tout cas la vocation de type altruiste des étudiants s'érode au fil des ans, traduisant un repli sur soi d'un grand nombre d'étudiants. De ce point de vue, le modèle de « l'activiste social » qui fait médecine pour changer le monde représente 48 % des jeunes lors qu'ils prennent la décision de faire médecine, mais ne concerne plus que 10 % des étudiants de sixième année. Dans le même temps, le modèle de « l'artisan » (celui qui privilégie le développement de ses compétences professionnelles) est resté stable (un étudiant sur quatre), mais les orientations vers le modèle « égoïste », centré sur la vie privée au détriment de l'intérêt du travail ou vers le modèle carriériste, centré sur le succès financier et social, ont grimpé. Traduction psy : les deux derniers modèles, étroitement corrélés au burn-out, progressent au cours du cursus médical.

Plus préoccupant encore : l'absence de soutien des maîtres. Qu'il soit d'ordre pratique ou moral, l'appui des profs est bien moins fréquemment évoqué par les étudiants que le soutien familial ou des autres carabins. « On note dans les propos des étudiants de nombreux propos très acerbes concernant le manque de soutien voire le cynisme des enseignants », relève le rapport, qui souligne pourtant que lorsqu'elle existe, l'assistance du corps enseignant contribue de façon significative à une moindre dépression. Alors qu'en quelques années, les prépas privées sont venus concurrencer un peu partout les structures officielles de la fac, une telle carence doit sans doute amener à réflexion. « Il va falloir que les enseignants se posent des questions », tranche déjà Elisabeth Rousselot-Marche.
Source : www.legeneraliste.fr


Enfin bon de la à dire que 20% dépriment ... faut pas déconner non plus smilies

[Edité le 29/05/05 par Captain Caverne]
Top
-Dragon-
Chef des sévices

Messages : 342
Enregistré : 03/04/2005
Posté le 29/05/2005 à 16:55 notnew
Ouai mais Lahra ce que ta copine semble oublier c'est qu'elle ne peut pas forcement imposer sa vision aux autres.
Elle a le droit de penser ce qu'elle exprime, mais les autres ont le droit également de dire ce que eux ressentent.

[édit]A mon avis y'a quand meme 2 catégorie de malade : Ceux qui viennent à l'hopital en étant correct et sympa avec le personnel hospitalier et qui savent qu'ils ont de la chance d'etre ici.
Et ceux qui viennent en conquerant sur de leur bon droit d'etre transféré à l'hosto et c'est eux qui vont se croirent à l'Hotel.
C'est d'ailleurs une catégorie de soigné qui tend à se généraliser. La preuve en sont les procés, les questionnaires de sorti mis en place par les services, les sonnettes qui sonnent toutes les 30 secondes parceque Mme X ne veut pas se lever pour aller chercher l'eau...).[/édit]


[Edit Cordura : A mon avis, quelqu'un qui n'est pas encore en P1 n'a pas vraiment encore assez d'expérience pour sortir ce genre de truc..]

[reédit : Si je pense avoir meme plus d'expérience que toi vu que je suis ESI 2ieme ^^]

[Edité le 29/05/05 par Cordura]

[Edité le 30/05/05 par Futur-PCEM1]
_____
Interne Cardio
Top
sabinou6
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 184
Enregistré : 15/07/2004
Posté le 29/05/2005 à 17:02 notnew
Béa a donné 1 avis là dessus ce qui a permis d'étendre le débat, je ne vois pas pourquoi lui reprocher ça?
Je suis assez d'accord avec béa et je suis même outrée par vos réactions, est il possible pr vous de vous remettre en question?

dans l'ensemble les réponses que béa a reçu essayaient de lui faire comprendre que les raisons qui nous poussent ne sont pas univoques, et surtout que les raisons que l'on peut avoir en P1 évoluent ensuite au fil des années. La plupart d'entre nous ont efectivement choisit cette voie pour soigner

en voyant vos réactions par rapport à ce qu'a vécu béa, car pas un d'entre vous n'a eu l'intelligence de mesurer ses propos par respect par rapport à ce qu'elle a vécu. Je ne suis pas sûr que beaucoup d'entre vous n'aient eu à vivre la maladie de leur enfant??

je suis désolée mais la vie n'épargne personne. c'est pas parce qu'on fait médecine qu'on n'a jamais fréquenté l'hôpital en temps que patient

je crois que vous en tant que futurs médecins, ça serait pas mal que vous veniez écouter ce que nous avons à dire au lieu de rester sur les idées que vous entretenez entre vous

et toi as-tu réfléchit aux conditions dans lesquels nous étudions et travaillons et aux conséquences que cela peut avoir sur notre exercice?

j'espère avoir fait passer un message

ne t'inquiète pas ton message est bien passé: tu as mal vécu ta maladie et la façon dont tu as été prise encharge



Maintenant au risque de paraitre faire parti de ce clan des médecins inhumains je vais faire quelques remarques (et elles ne vont pas plaire à tout le monde, notament les "non-médecins"):

_ des patients peuvent avoir l'impression d'être mal informés sur leur pathologie: "on me cache la vérité"
côté médecin: le plus souvent c'est parce qu'ils n'ont pas compris ce qu'on leur exliqué, ou qu'ils n'ont pas entendu
car pour une bonne info il faut du temps, plusieurs consultations etc
problème: manque de médecin

_des patients peuvent avoir l'impression que le médecin est distant, ou se fout de ce qui leur arrive
côté médecin: la distance médecin-malade est difficile à établir correctement, notament quand le malade nous renvoie à notre propre vie (famille, amis, vécu personnel)
problème: le médecin n'est pas une machine dépourvu de sentiments

_la relation médecin-malade n'est pas tj facile à établir: un patient trouvera un médecin parfaitement froid et lointain, alors qu'un autre le trouvera compatissant et à l'écoute
parce que nous sommes tous différents, avec des sensibilités différentes
les médecins n'ont pas tous la même conception de l'écoute du malade, mais tous les malades n'attendent pas la même attitude de leur médecin


de tout cela il ressort que:
_ les médecins n'ont pas assez de temps à accorder à leur patient parce que la charge de travail est trop importante: trop peu de médecin et oui, les médecins veulent avoir une vie privée
_ il y a autant de médecin différents qu'il y a d'individus, et ces médecins peuvent éprouver des sentiments qui peuvent interférer avec une bonne prise en charge du patient

je suis sûr que beaucoup de réactions vont suivre en disant que je ne suis pas médecin donc que je n'ai qu'à me la fermer car je ne connais pas vos difficiles conditions de travail

personne ne te dis de fermer ta gueule, néanmoins il se peut qu'on esaie de t'expliquer que l'image que tu as de la médecine n'est pas celle que nous avons de notre exercice



c'est vrai qu'avoir un cancer c'est quand même nettement plus reposant que faire des études de médecine!

????????????

[Edité le 29/05/05 par sabinou6]
Top
lahra
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 27/05/2005
Posté le 29/05/2005 à 17:12 notnew
dr dré et figaro j'attends même pas qu'il y ait d'autres messages pour répondre...mais relisez ce que vous écrivez, c'est dingue! Quand on est malade on va à l'hopital car on en a envie de se faire soigner?? je ne sais même pas quoi te répondre tellement c'est STUPIDE!!!
je ne pense pas avoir attaquer nominativement des personnes, j'ai simplement donné mon ressenti qui est le même que plusieurs autres malades, si vous n'êtes pas capable de l'accepter et de l'entendre c'est dommage! j'ai aussi bien dit qu'il y avait des soignants trés humains mais c'est pas la majorité.
Sincèrement je ne pense pas que vous soyez capable de comprendre l'état d'esprit ds lequel on se trouve quand on est malade, et qu'au moment où l'on subit le comportement du personnel médical et paramédical, on est vraiment pas en mesure de leur expliquer que leur comportement ne vous plait pas, ou pour ça il faut une sacré force de caractère! maintenant je ne suis pas allée réprimander les soignants,désolée je ne me serais pas permise et à vous lire ça n'aurait servi à rien. Mais sachez que mon corse de père a voulu à plusieurs reprises expliquer sa manière de penser à certains,je lui ai demandé de ne pas le faire mais si je comprends bien j'aurais dû le laisser faire.
Je fais part sur ce forum de mon ressenti, pour donner une autre vision, si ça peut permettre aux médecins de demain d'adopter de nouveaux comportements c'est le but, c'est tout.
Top
lahra
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 27/05/2005
Posté le 29/05/2005 à 17:21 notnew
je viens de lire les autres messages...c'est de mieux en mieux
sabinou, désolée je suis pas trop conne non plus, quand on me dit 1 truc je le comprends et futur pcmem1, je ne fais pas partie des "cliente" trop chiante
Top
-Dragon-
Chef des sévices

Messages : 342
Enregistré : 03/04/2005
Posté le 29/05/2005 à 17:32 notnew
J'ai pas dis ca belle Lahra smilies
Moi j'ai juste fait un constat de ce qu'on peut trouver comme client à l'hosto.


j'ai aussi bien dit qu'il y avait des soignants trés humains mais c'est pas la majorité.
Sources smilies
Plus sèrieusement tu te bases sur quoi pour dire cela? Parceque ca ne sert pas a grand chose de balancer ca comme ca smilies Peut etre que ton ressenti à l'hosto t'a renvoyé des choses négatives, mais faut pas non plus généraliser.
_____
Interne Cardio
Top
Cordura
Ministre de la Santé

Messages : 4029
Enregistré : 08/01/2003
Posté le 29/05/2005 à 19:47 notnew
Lahra, qu'est ce que tu veux qu'on te réponde quand tu nous craches ton animosité vis à vis de tous les médecins, juste parce que tu as eu une mauvaise expérience avec quelques médecins.

Je suis d'accord pour dire qu'il existe de mauvais médecins, c'est à dire de bons techniciens, mais nuls dans leur rapports avec les patients.
Je suis d'accord aussi pour dire que l'hopital est un endroit assez froid pour le patient, et qu'il peut souvent se sentir comme un numéro sur un dossier plutôt qu'une personne à part entière.

C'est malheureusement ce qui peut arriver parfois.

A côté de cela, est ce que tu te rends comptes que tu es en train de limite insulter tous ceux qui essayent de répondre à ce que tu dis par quelque chose qui est contre ton opinion ? Et tu appelles cà un débat ?


Ensuite je trouve vraiment que c'est limite injurieux d'opposer comme ca les médecins et les malades en disant que les malades eux, sont malades..

Et tu crois qu'on est fait en quoi, nous les médecins ? On est tous des patients en puissance. On a tous été malade, parfois à l'hopital.

Qu'est ce qu'on doit penser de trucs pareil quand on a soit même une personne proche gravement malade à l'hopital ou qu'on a soit même été patient.. On se voit cracher au visage des caricatures du métier de médecin.


Après la définition ultra-démago et naïve à souhait du "bon" et du "mauvais" médecin, on se trouve à devoir faire face à des caricatures de médecin qu'on veut nous faire passer pour la généralité.

" j'ai eu à faire à des médecins cons et humiliants " donc " les médecins et les futurs médecins sont des salaups avides de fric et sans sentiments "..." et en plus ils ne savent pas ce que c'est qu'être malade.. forcément ce sont des médecins ".

voila, bel esprit d'analyse. Heureusement que tous les patients ne pensent pas comme ca, sinon j'arrête tout de suite médecine. Pourquoi passer 10ans à bosser comme un dingue et faire une croix sur sa vie de famille et ses loisirs si c'est pour qu'au bout il suffit de 1% de médecins cons pour faire passer pour conne toute la profession..
Top
Figaro
Ministre de la Santé

Messages : 973
Enregistré : 21/07/2004
Posté le 29/05/2005 à 20:47 notnew
(Et si je peux me permettre, je n'ai même pas compris en quoi le message qui débute presque par mon pseudo, me concerne smilies)

je viens de lire les autres messages...c'est de mieux en mieux
sabinou, désolée je suis pas trop conne non plus, quand on me dit 1 truc je le comprends et futur pcmem1, je ne fais pas partie des "cliente" trop chiante

C'est là que la discussion, s'il en est une, devient stérile: une patiente et une équipe médicale, c'est une expérience unique qu'on ne saurait utiliser pour une réflexion générale approfondie. Sinon, je prends mon expérience personnelle, je te la balance à la figure comme certains savent bien le faire, en tirant de cette dernière toutes les conclusions que tu peux imaginer sur le grands corps social des "Patients" bien entendu aussi imaginaire que la grande guilde des "Médecins" (qui pourraient se parler bien plus). Je pense que nous serons d'accord sur le manque d'intérêt de cette démarche dans un sens comme dans l'autre.
Top
Dr.Dre
Ministre de la Santé

Messages : 1060
Enregistré : 04/09/2003
Posté le 29/05/2005 à 21:07 notnew
De toute façon y aura toujours des patients pas contents ou rien est bien comme il faut etc...
C'est plus marrant qu'autre chose quand ils gueulent un peu, ils veulent leur fistule en deux jours pas plus, la dialyse a durée 4h30 au lieu de 4h11 les médecins sont des menteurs etc...bref, et souvent, c'est le cas de le dire, ce sont les inf et les As qui prennent tout dans la figure (plateaux, noms d'oiseaux etc...) c'est bien triste.
Mais c'est une part infime de la population heureusement, comme pour les médecins c'est une part infime...Tout le monde ne peut pas être gentil et les médecins aussi...c'est bête mais on est pas des super héros on a nos humeurs, nos envies et on a parfois envie de foutre en l'air parce que rien ne va...

Enfin...personnellement je m'efforce de faire preuve d'un peu d'humanisme lors de nos brêves rencontre avec un patient, interrogatoire souple, court, je note rien pour ne pas ennuyer le discours et rester attentif, dans nos groupe on évite de rentrer à plus de cinq dans une chambre, on fait les choses le plus naturellement possible, on ne s'alarme pas quand on entend "rien" ou "un truc bizarre" etc...
Tout ça c'est du respect je pense pas encore de l'humanisme, on a pas eu à annoncer un décès, un diagnostic grave, une opération ratée etc...pas de prise en charge d'accident, pas de consultation de crise etc...donc on est, pour les P2 je pense, loin d'avoir fait nos preuves en ce qui concerne notre part humaniste...Juste de la politesse et du respect. On fait ce qu'on peut et on demande et remercie toujours un patient de nous avoir laisser ausculter ou regarder ou palper quoique ce soit...

Si un jour je me rend compte que je ne sais et ne saurais pas faire preuve d'humanisme, ma plus grande crainte serait de ne pas me décider à arrêter ces études ou à travailler sans voir de patients...
_____
Blogaddicted


Top
Netaddicta
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 901
Enregistré : 26/06/2003
Posté le 30/05/2005 à 12:27 notnew
Je pense comme beaucoup qu'il existe autant de médecins que de patients. Et effectivement je suis assez d'accord pour m'insurger contre la vision manichéenne "gentil patient", "méchant médecin". Ok un patient surtout atteint d'une maladie grâve se sent plus mal que nous moralement, mais un médecin peut aussi être dans un mauvais jour (problèmes perso) ne pas être vraiment à l'écoute et puis surtout le patient doit dire quand il n'a pas compris ce n'est pas facile parfois de ne pas parler en langage médical on le fait sans s'en rendre compte et le patient doit arreter le médecin qui explique mal.
Et puis il est vrai qu'un médecin peut être agacé quand le patient redemande trois fois la même chose (j'ai eu un exemple l'autre jour en passant voir ma mère à son travail (elle est pharmacien) elle a réexpliqué 3 fois à une gentille grand mère son ordonnance tout ca avec le sourire) et si c'est la fin de la journée ou qu'on est dans un de ses mauvais jours on peut être parfois distant par rapport aux patien. Les 2 sont des être humains...

[Edité le 30/05/05 par Netaddicta]
_____
Savoir que l'on ne sait pas c'est déja savoir
Quand y a pas de solution c'est qu'il n'y a pas de problème
En médecine comme en amour ni jamais ni toujours.
http://www.facebook.com/group.php?gid=31695924805&ref=nf
Top
Aller en haut • 65 réponses • 4 pages • 1 2 3 4
livreslivrescontactspublicationstwitter