logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

[médecine] Consultation longue à 50 €

Aller en bas • 1 réponse
Thanos
Désagrégé de médecine

Messages : 285
Enregistré : 26/04/2006
Posté le 19/05/2008 à 13:28 notnew
La proposition est volontairement provocante. « Nous allons entraîner des tollés », prévient Dinorino Cabrera, président du syndicat des médecins libéraux (SML) qui ne revendique rien de moins qu´une consultation à 50 euros pour les généralistes en secteur 1, et ce, pour une partie significative de leur exercice.

Alternative au développement des forfaits (ce que refuse le SML), cette consultation longue « dignement honorée » correspondrait à un acte « à haute valeur médicale ajoutée » et ferait l´objet d´un contrat d´objectifs et de moyens entre le médecin, le patient et l´assurance maladie. Le SML y voit trois avantages majeurs. Cette consultation à 50 euros permettrait au médecin de se recentrer sur son cœur de métier et de diminuer sa charge de travail en freinant la course à l´acte. « Pour 22-23 euros, on ne peut pas faire une consultation longue et cohérente. Ceux qui le font ne gagnent pas bien leur vie », estime le Dr Cabrera. Cette « super consultation », équivalente au C2 des spécialistes, répondrait à l´attente du patient d´être pris en charge de façon plus approfondie. Enfin, elle donnerait aux praticiens la motivation de s´investir dans la maîtrise médicalisée des dépenses avec des retombées pour l´assurance maladie. Le tarif de la consultation porté aux environs de 50 euros, explique le président du SML, permettrait en effet au généraliste de faire de la prévention et de la pédagogie vis-à-vis du patient sur la prescription, d´organiser la coordination des soins avec les autres professionnels de santé et de limiter les hospitalisations non indispensables. Autant de pistes d´économies possibles mises en avant par le syndicat. Concrètement, les patients seraient prévenus que certains créneaux horaires sont réservés à ces consultations longues.

« Il faut sortir de la logique actuelle qui consiste à ne pas augmenter la valeur des actes en raison de leur nombre et de la progression des volumes d´activité », souligne le Dr Cabrera. « Il faut qu´on arrête certains actes alimentaires », ajoute-t-il, en fustigeant « le consumérisme » de nombreux patients. Le SML ne cache pas qu´il profite de l´état d´aubaine des Etats généraux de l´organisation de la santé et du relatif blocage de la vie conventionnelle pour sortir de son chapeau cette proposition. « La charge de travail actuelle des médecins est trop importante. Il faut supprimer toutes les consultations médicalement inutiles, mais inévitables actuellement dans le contexte de consultation à bas coût. Il faut remettre en valeur le métier plutôt que de le dévaloriser avec des combats sans ambition, comme celui du C à 23 euros », assure Dinorino Cabrera. Pour lui, ce combat est « totalement dépassé » car il s´agit juste d´un effet de rattrapage sur le coût de la vie et non d´une revalorisation.

Echaudé par la récente décision du Conseil de la concurrence qui a condamné le SML à 135 000 euros d´amende pour incitation à l´utilisation du dépassement exceptionnel, il croit néanmoins bon de préciser : « Le C à 50 euros n´est pas un mot d´ordre ! »

Top
Dany
Chef des sévices

Messages : 357
Enregistré : 25/07/2004
Posté le 22/05/2008 à 14:52 notnew
Bonjour à tous,

Personnellement cela ne me choque pas qu'une consultation de 30 minutes soit mieux rémunérée qu'une consultation de 15 minutes, mais ce qui me paraît compliqué c'est de l'appliquer dans les conditions évoquées par le syndicat des médecins libéraux : je vois mal comment un médecin généraliste pourrait réserver certains créneaux horaires à des consultations longues (dont la durée n'est pas précisée, comme vous avez pu le constater ...) et d'autres aux consultations standard. En effet, cela supposerait d'arriver à déterminer dés la prise de rendez-vous du patient quelle sera la durée de la prise en charge du patient, ce qui en soit nécessiterait du temps pour bien estimer la durée de la consultation (exemple : un patient diabétique dont il faut revoir l'équilibre de son diabète, faire le point sur les complications nephro et ophtalmo avec le patient, examen clinique notamment neuro, cutané, etc ...) donc cela supposerait déjà de passer du temps au téléphone avec le patient pour cibler ses besoins.

Ou alors, ce que le SML appelle consultation longue correspondrait à une consultation où le patient aurait droit - à sa demande - à une consultation plus poussée même en l'absence de plainte somatique particulière, avec un vrai examen clinique complet, prescription de quelques examens biologiques genre NFS, bilan hépatique, rénal, HDL, LDL, etc ... (une consultation de dépistage en quelque sorte, puisqu'en général lors d'une consultation pour un motif particulier le généraliste ne s'intéresse réellement qu'aux symptômes du patient) d'où la qualification d'acte « à haute valeur médicale ajoutée » ? Evidemment, c'est plus simple à mettre en place dans ces conditions ...

Mais du point de vue des patients, à mon avis ça passerait très mal comme tarif, en ces temps de baisse du pouvoir d'achat ...
Top
Aller en haut • 1 réponse
livreslivrescontactspublicationstwitter