logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

[pharma] Rapport Attali : la déclaration de guerre

Aller en bas • 45 réponses • 3 pages • 1 2 3
Over the hills
Membre d'honneur (ex SM)

Messages : 1265
Enregistré : 02/01/2002
Posté le 18/01/2008 à 19:01 notnew
TITRE : La commission Attali propose de limiter le monopole pharmaceutique aux médicaments sur ordonnance


PARIS, 18 janvier 2008 (APM) - La commission pour la libération de la croissance française, présidée par Jacques Attali, propose de "limiter le monopole pharmaceutique aux seuls médicaments prescrits sur ordonnance", lit-on dans une version du rapport.

Une version de ce rapport, qui doit être remis mercredi 23 janvier au président de la République, Nicolas Sarkozy, a été publiée vendredi après-midi dans son intégralité sur le site internet du quotidien Les Echos.

Le rapport liste environ 300 propositions, dont 20 propositions phares, baptisées "décisions fondamentales", qui répondent à huit "ambitions".

En contrepartie de la possibilité de vendre hors de l'officine les produits non soumis à prescription, la commission conseille de ne pas autoriser la publicité pour ces produits.

Cette modification du monopole permettrait de faire baisser le prix des médicaments non soumis à prescription "de 5% à 15% environ", note la commission, citant une étude de l'OCDE portant sur le Danemark.

La commission recommande d'"ouvrir très largement les professions réglementées à la concurrence", citant parmi les professions concernées, outre les pharmaciens, les chauffeurs de taxis, les vétérinaires, les coiffeurs, ou encore différentes professions juridiques comme les avoués ou les notaires.

"Si une règlementation reste la plupart du temps justifiée pour garantir la compétence des professionnels, tout particulièrement dans les secteurs de la santé et du droit, les mécanismes de règlementation économique des professions ont un effet négatif sur l'activité et sur le niveau des prix", estime la commission dans son rapport.

"L'ouverture des professions règlementées renforcera leur efficacité, en contribuant à l'efficacité du secteur", ajoute-t-elle.

La commission recommande de supprimer le numerus clausus en pharmacie, tout en "créant un dispositif incitatif pour que la carte des officines dans les territoires enclavés puisse satisfaire les impératifs de santé publique".

De plus, elle propose de "permettre à des tiers d'investir dans le capital des officines aux côtés de pharmaciens sans restriction, à la seule condition qu'un pharmacien tienne toujours la pharmacie".

Dans des recommandations plus générales relatives à l'ensemble des professions réglementées, elle conseille l'ouverture des ordres professionnels à la société civile.

Elle note l'objectif d'adapter "les réformes nécessaires aux spécificités des professions financées principalement par la sécurité sociale et des professions délégataires d'une mission de service public".

Par ailleurs, la commission conseille de "restaurer complètement la liberté des prix", proposant la remise en cause des lois Galland et Royer-Raffarin.

Lors de l'installation de la commission fin août 2007, Nicolas Sarkozy, avait déclaré vouloir mettre fin aux "rentes de situation que rien ne justifie aujourd'hui", citant les pharmaciens parmi les professions concernées, rappelle-t-on.

La ministre de la santé, Roselyne Bachelot, avait envoyé un courrier à la commission Attali pour défendre le maintien du monopole officinal, déclarant que sa remise en cause n'apporterait pas de contreparties, notamment en termes de croissance (cf dépêche APM SOLAB005).

Elle a lancé en début de semaine des réformes visant à faire passer devant le comptoir des officines les produits d'automédication, note-t-on.

so/san/APM polsan
redaction@apmnews.com

SOLAI003 18/01/2008 16:09 VIP ACTU

Il va encore plus loin que ce que l'on annonçait avec la fin du Numerus Clausus comme ça on aura plein de petits pharmaciens payés une misère à la solde des grands fonds d'investissement...

On est en train de détruire tout notre système de santé qui a largement fait la preuve de son efficacité.

Comment peut-on réduire un médicament à un produit de consommation courante ?

D'un côté, on nous bassine avec la nécessaire sécurisation du circuit du médicament, de l'autre on nous sort des rapport de m... comme celui-là qui veut balancer les médicaments dans les étalages des grandes surfaces.

Incroyable !

Attali, tu permets que je te tutoies (même si tu me permets pas je m'en fous) comment vas-tu expliquer aux patients l'explosion des ulcères et des hépatites dans quelques années.

Pourquoi n'y a-til pas de chiffres sur la iatrogénie médicamenteuse.

La logique voudrait que ce soit l'inverse : plus de contôle sur la vente des médicaments qui tuent chaque année.

C'est totalement antinomique d'une vrai politique de santé publique.

Et c'est soit disant pour augmenter la croissance...on est face à un mouvement idéologique européen anti-professions libérales c'est tout.

Pour en savoir un peu plus sur ce qu'il se passe en Europe à ce sujet c'est sur le site de l'ordre des pharmaciens. Le meilleur à lire c'est quand même la différence de discours de Sarko entre la période pré-électorale de la présidentielle et la post-électorale actuelle.

[Edité le 18/01/08 par Choupidoo]
Top
ChicO_^)
Chef des sévices

Messages : 343
Enregistré : 10/05/2006
Posté le 18/01/2008 à 20:50 notnew
bachelot à déclaré sur BFM télé qu'elle ne mettrai pas en application le rapport atali, qui "ne prend en compte que les considérations économiques" et non la santé des patient

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20080115.FAP0399/...


[Edité le 18/01/08 par ChicO_^)]
Top
Cri
Mme la Ministre de la Santé
avatar

Messages : 1144
Enregistré : 12/08/2004
Posté le 18/01/2008 à 21:50 notnew
smilies
c'est du n'importe quoi ce rapport smilies
"la fin du numerus clausus" est la chose la plus stupide qu'on ait pu entendre jusqu'alors, une réelle blague, le NC n'avait-il pas été mis en place -justement- pour réguler l'offre?

Bachelot limite pour l'instant l'extension du monopole mais ça n'a rien de rassurant sachant que le poste de ministre est un siège éjectable et que ça tourne -_-

pff faut même plus écouter les politiciens avec leurs promesses mensongères, c'est pathétique
Top
sandrine7811
Sainte Administratrice

Messages : 8947
Enregistré : 09/03/2005
Posté le 18/01/2008 à 23:42 notnew
arfchrchtdhst.. désolée je me sui étouffée en lisant cette horreur...


mode sarcastique: apres le nouveau recensement, il y aurait trop de francais pour vouloir ainsi leur permettre de se tuer a coup de "cachets" ?

meme pour l'automedication... quel est le pourcentage de francais qui lisent completement les notices des medocs qu'ils "ingurgitent" sans se rendre compte des effets réels de ces "jolis bonbons"...


non mais vraiment... ils ont tous un portefeuille a la place du cerveau...
_____
Super Modératrice des forums Remede
Chieuse, bornée, bavarde, casse pied, super sympa parfois,... dites pas que je vous ai pas prévenus !

SM sans duplo... et sans potager !!!
Top
Sir Henry
Chef de pique-nique

Messages : 154
Enregistré : 06/08/2006
Posté le 19/01/2008 à 00:15 notnew
D'un coté on demande au pharmacien de plus en plus de choses pour le bien de la santé publique en France (génériques, dossier médical personnel, etc, etc...), et c'est comme ça qu'on le remercie ?

Une dévalorisation totale de du diplôme par l'ouverture du NC (c'est un enfer en P1, mais une fois passé au moins on est quasi-sur d'avoir du boulot plus tard) ? C'est ça qu'on veut ? ...

Sans parler de l'entrée dans le système LMD pas du tout bien faite... Je pourrais sauter au dessus du concours en faisant quelques année en bio (type ma licence) et puis ensuite aller m'inscrire en master de pharma ? Bizarre non ?

Nan, il y a franchement quelque chose de pourri et d'illogique dans tout ça. Va falloir se mobiliser (comme les médecins urgentistes. Je sais pas pourquoi, mais les médecins arrivent toujours à être plus médiatisés que les pharmaciens...)
_____
En double cursus ENS Paris - Pharmacie
Top
nadibou
Désagrégé de médecine

Messages : 269
Enregistré : 07/01/2007
Posté le 19/01/2008 à 13:42 notnew
et nos corpos se bougent toujours passmilies
_____
3A à la classe caennaise
Vice Président Général 2010-2011 de l'ACEPC
Vice Président Loisir 2009-2010 de l'ACEPC
Elu au conseil d'administration de l'UFR de pharmacie de Caen
Top
Bertrand B.


Messages :
Enregistré : 01/01/1970
Posté le 19/01/2008 à 23:41 notnew
Toute façon, vous voulez mon avis ? On va tous finir par l'avoir dans le c..
Pharma, toubib ... et surtout patients.
Que faire ? La révolution ???

B.
EditerSupprimerTop
Lodge
Ministre de la Santé

Messages : 1029
Enregistré : 31/08/2005
Posté le 20/01/2008 à 01:44 notnew
Je suis comme B., je reste très pessimiste sur l'avenir du système médical français...
Top
KaraBin
Ministre de la Santé

Messages : 1272
Enregistré : 09/09/2003
Posté le 20/01/2008 à 01:48 notnew
Soutien+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

A vouloir mettre des € partout on en perd le bon sens!!! c'est pathétique.
_____
"ici c'est comme dans une course à la fois sprint et marathon"


Top
Zeph
Ministre de la Santé

Messages : 2789
Enregistré : 16/02/2005
Posté le 21/01/2008 à 00:42 notnew
et nos corpos se bougent toujours passmilies
Parceque tu crois que les étudiants peuvent faire quelquechose ? Laisse moi rire. Arrêtez de tout mettre sur le dos des corpos ! Si les étudiants n'y peuvent rien, les corpos n'y peuvent pas plus.
_____
Je fais toujours une petite sieste avant d'aller dormir (O. Wild)
Top
Lodge
Ministre de la Santé

Messages : 1029
Enregistré : 31/08/2005
Posté le 21/01/2008 à 11:06 notnew
Je suis assez d'accord avec Zeph.
J'ai parlé avec plusieurs pharmaciens et ils m'ont tous répondu : "Bah que veux-tu qu'on y fasse".
Si les pharmaciens s'en tapent....
Et les plus mauvais sont les "Pharmaciens en colère", ils ne font que critiquer mais ne proposent rien en contrepartie donc pour négocier c'est assez chaud.
Top
souricette
Jeune Carabine

Messages : 13
Enregistré : 21/01/2008
Posté le 21/01/2008 à 13:15 notnew
En même temps, ça nous pendait au nez depuis longtemps. Si c'est pas fait dans les années qui viennent, ce sera fait dans 20 ans. C'est déjà bien d'avoir su conserver le monopole jusqu'ici.
En ce qui me concerne, j'ai commencé pharma pour arrêter en 3ème année, car ma motivation n'était plus qu'alimentaire. Au fil des stages et petits boulots en officine, je réalisais que je faisais des études assez difficiles pour un taf qui devrait s'apprendre sur le tas. Autrement dit, un DUT suffirait amplement pour faire ce boulot. Le taf est devenu inintéressant et faire autant de chimie pour aligner des boîtes sur des étagères m'emmerdait. L'argument du conseil ne tient pas: un pharmacien exécute les ordonnances, écoule les stocks invendus en donnant de faux conseils (j'ai vu faire maintes fois), c'est un taf qui n'a plus de légitimité aujourd'hui surtout avec internet (une mine d'informations pour le consommateur).
Je comprends que vous défendiez votre bout de gras et c'est dommage pour ceux qui (comme moi)se sont donnés du mal pour avoir le concours et espérer être tranquille ensuite, mais il faut regarder les choses en face: ce n'est pas supprimer le numerus clausus et même raccourcir les études qui feront les mauvais pharmaciens. Au contraire. Après 6 ans d'études de pharma, on est nul et dégoûté de s'être donné du mal pour "ça". Seul le tiroir-caisse est motivant.
Les rares bons conseils que donnent un pharmacien viennent de ce qu'il a appris après, sur le tas. Rien à voir avec ses études.

[Edité le 21/01/08 par souricette]
Top
souricette
Jeune Carabine

Messages : 13
Enregistré : 21/01/2008
Posté le 21/01/2008 à 13:49 notnew
Je suis assez d'accord avec Zeph.
J'ai parlé avec plusieurs pharmaciens et ils m'ont tous répondu : "Bah que veux-tu qu'on y fasse".
Si les pharmaciens s'en tapent....
Et les plus mauvais sont les "Pharmaciens en colère", ils ne font que critiquer mais ne proposent rien en contrepartie donc pour négocier c'est assez chaud.
Je suis plus dans le milieu, mais je compatis.
C'est bien ça le problème: on nous lobotomise pendant ces études, on nous desapprend à réfléchir. "Apprends, recrache et tais-toi". Au bout de 6 ans, on est complètement apathique. La réaction des pharmaciens que tu décris ne m'étonne pas. D'ailleurs, vous remarquerez qu'ils ont beau être soi-disant les plus qualifiés en matière de médicaments, ils ne décident rien (en industrie, niveau administratif). Ce ne sont que des pions. La formation n'est pas adaptée, il ya plein de trucs qui déconnent, c'est une profession d'un autre temps.
Top
Lodge
Ministre de la Santé

Messages : 1029
Enregistré : 31/08/2005
Posté le 21/01/2008 à 14:01 notnew

Les rares bons conseils que donnent un pharmacien viennent de ce qu'il a appris après, sur le tas. Rien à voir avec ses études.
Entièrement d'accord avec ca.

A quand la formation continue surtout pour les vieux qui ne savent plus rien et qui devraient faire un petit check-up de temps à autres!
Top
souricette
Jeune Carabine

Messages : 13
Enregistré : 21/01/2008
Posté le 21/01/2008 à 17:39 notnew

Les rares bons conseils que donnent un pharmacien viennent de ce qu'il a appris après, sur le tas. Rien à voir avec ses études.
Entièrement d'accord avec ca.

A quand la formation continue surtout pour les vieux qui ne savent plus rien et qui devraient faire un petit check-up de temps à autres!
Formation continue pour ? C'est pas de la chirurgie. LOL
La doc/pub, les représentants d'industrie suffisent largement pour l'officine.
Top
Lodge
Ministre de la Santé

Messages : 1029
Enregistré : 31/08/2005
Posté le 21/01/2008 à 17:59 notnew

Formation continue pour ? C'est pas de la chirurgie. LOL
La doc/pub, les représentants d'industrie suffisent largement pour l'officine.

Pose des questions sur le SIDA à des pharmaciens qui le sont depuis plus de 30 ans, à l'époque où la maladie n'était qu'à ses débuts...
Pose des questions ur les chimiothérapie à domicile qui arrive de plus en plus...
Pose des questions sur le diabète et les nouvelles insulines...
Et tu seras très étonné de voir la réponse que te fourniront certains de mes confrères.
Je ne leur fais aps la moral mais c'est simplment du vécu.
La formation continue permet aussi de se rappeler certaines choses acquises dont on ne se souvient plus. A force de voir telle ou telle pathologie, on en oublie d'autres. Et en fonction du quartier où tu travailles (je prends l'exemple de Paris), tu ne vois pas les mêmes patholgies, que ce soit le marais, la rive gauche, le 19/20eme Arrdt...

Tu penses que les représentants nous parle des médocs. Nous quand ils viennent, si des patients arrivent, on est bien obligé d'aller les servir; vous, vous êtes dans votre cabinet de médecin et vous êtes attentifs pendant 5/10 minutes, sans que personne ne viennent vous interrompre.
Nous on manque les 3/4 de ce qu'il dit et si jamais ca dure trop longtemps, il doit partir pour aller voir d'autres confrères. Il a un planning a respecté et de l'argent à faire Donc les représentants...
Et si un seul membre de l'équipe officinal écoute, il répète à un autre membre, qui répètera le lendemain à celui qui ne travaillait pas la veille qui le répètera... Et là ca fait comme "le téléphone arabe", ca peut juste devenir n'importe quoi.

Les doc/pub donnent pleins d'indications(physio, pharmacologique, pharmacocinétique, Ci, effets secondaires...) mais rarement les conseils pratiques à donner au patient. C'est à peine si il y a écrit quand le prendre, pendant le repas, à jeun, le matin, le soir, rester assis, allonger, mettre des gants(chimiothérapie inside), coment le conserver, que faire si on oublie...
Bref le genre de choses qui interesse plus le patient que de savoir que le t1/2 est de 4h 35 min,que l'élimination du médoc qu'il prend est à 95% rénale, et que le risque d'avoir de l'aérophagie est de 0.001%.

Bref la formation continue serait une des meilleures choses qui pourraient arriver à la profession pour se tenir informer des évolutions dans les domaines médical, médicamenteux, DMs et autres.

Alors LOL si tu veux mais va faire l'expérience et tu seras étonné.

En ce qui concerne le rapport Attali, on verra bien ce qu'il va nous tomber sur la tronche, de toute facon c'est deja trop tard.
Voilà la derniere interview de R. bachelot.
Il faut etre inscrit pour la lire je pense.

[Edité le 21/01/08 par Lodge]
Top
souricette
Jeune Carabine

Messages : 13
Enregistré : 21/01/2008
Posté le 21/01/2008 à 18:20 notnew
Tu as peut-être raison. Il faudrait surtout s'assurer qu'ils prennent le temps de lire la presse spécialisée et la doc qu'ils reçoivent en faisant une évaluation régulière des connaissances. Toutes ces infos sont pourtant facilement accessibles aux pharmaciens. J'ai conservé des doc sur le diabète (éditions RPG) que j'avais chopé en officine du temps où j'y bossais.
Enfin ça fait plaisir de voir que certains (comme toi) prennent leur taf à coeur.
Mais honnêtement, les clients demandent rarement des renseignements aussi pointus.
Top
Lodge
Ministre de la Santé

Messages : 1029
Enregistré : 31/08/2005
Posté le 21/01/2008 à 18:48 notnew
Oui mais c'est à nous de le leur fournir sinon on finira bien vite chez carrouf smilies
Top
Tchibe
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 21/01/2008
Posté le 21/01/2008 à 19:18 notnew
C'est terrible, le forum commence sur la commission Attali, et c'est parti pour un débat sur la légitimité du métier de pharmacien.

Souricette je te trouve très sévère.
Je suis en 3 ème année de pharma et je m'aligne en partie sur ta vision de l'officine. J 'ai fait des passages en pharmacies, et c'est vrai que ça fait peur.
Mais dans nos cours, pas mal orientés pharmacie clinique, on apprend à faire une vraie analyse et une vraie optimisation thérapeutique indispensables au traitement, choses que je n'ai jmais vu en pratiuqe dans les officines où je suis passé, c'est inacceptable.

Les officines françaises et le mode de dispensation ne sont pas du tout adaptés au vrai exercice du métier de pharmacien. Ca me fait mal mais j'ai honte, ce sont des épiceries où l'on vend des médicaments.
Je pense qu'il faut vraiment réformer le métier de pharmacien officinal... Car pour moi il est très difficile à défendre actuellement.


Cependant tu dis que le pharmacien ne décide rien, quelles snt tes sources?
Selon les miennes, les pharmaciens sont très recherchés en industrie et les postes sont tous à responsabilité.
Nos études sont les seules qui apportent une connaissance globale du médicament, de sa conception à sa dispensation en passant par la fabrication.

Nous sommes irremplaçables.



[Edité le 23/01/08 par Tchibe]
_____
Jean-Baptiste MARTIN
Etudiant en 3ème année de pharmacie
VP Com de l'AEPG
Elu UFR
Top
Over the hills
Membre d'honneur (ex SM)

Messages : 1265
Enregistré : 02/01/2002
Posté le 21/01/2008 à 20:02 notnew
Formation continue pour ? C'est pas de la chirurgie. LOL
La doc/pub, les représentants d'industrie suffisent largement pour l'officine.

Le niveau lamentable des pharmaciens d'officine qui ont quitté la Fac depuis un bon bout de temps s'explique bien évidemment par l'absence de formation continue.
Je suis aller dernièrement quelquefois en pharmacie et c'est consternant (une pharmacienne titulaire ne connaissait même pas le terme "immunosuppresseur", incroyable)

Les médecins et chirurgiens pataugent aussi avec leur FMC sauf que la plupart n'attendent pas cette formation obligatoire pour se former car ils risquent de se prendre des procès plein la tronche en cas d'incompétence ce qui reste plus rare pour le pharmacien d'officine.

Ensuite les pouvoirs du pharmacien d'officine sont en train de grandir, le décret sur le renouvèlement des ordonnances des pathologies chroniques par le pharmacien est sur le point sortir.

Les modifications des thérapeutiques au niveau du même classe, la prescription de certaines classes médicamenteuses, l'avis pharmaceutique grâce au dossier pharmaceutique, etc...

Mais il faudrait instaurer une véritable évaluation des pratiques professionnelles au niveau officinal.

Et la disparition du monopole pharmaceutique dont il est question ici ne va certainement pas arranger les choses quant à la qualité de la prise en charge des patients (gestion des interactions, contre-indications et des effets indésirables des OTC, etc...).

[Edité le 21/01/08 par Choupidoo]
Top
souricette
Jeune Carabine

Messages : 13
Enregistré : 21/01/2008
Posté le 21/01/2008 à 20:26 notnew

Souricette je te trouve très sévère.

Les officines françaises et le mode de dispensation ne sont pas du tout adaptés au vrai exercice du métier de pharmacien. Ca me fait mal mais j'ai honte, ce sont des épiceries où l'on vend des médicaments.
Je pense qu'il faut vraiment réformer le métier de pharmacien officinal... Car pour moi il est très difficile à défendre actuellement.


Cependant tu dis que le pharmacien ne décide rien, quelles snt tes sources?
Selon les miennes, les pharmaciens sont très recherchés en industrie et les postes sont tous à responsabilité.
Nos études sont les seules qui apportent une connaissance globale du médicament, de sa conception à sa dispensation en passant par la fabrication.

Nous sommes irremplaçables.
Je suis très sévère, c'est vrai.
Le pharmacien ne décide de rien, et ce qu'il se passe en ce moment en est la preuve.
Au niveau de l'officine déjà, il subit les réformes depuis quelques années sans que JAMAIS on ne lui demande son avis (les génériques, les franchises, les OTC qui passent de l'autre côté et c'est pas fini). On lui a appris à apprendre, mais pas à élaborer des stratégies pour changer les choses, prendre de grandes décisions, autrement la pharmacie d'officine ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui.
En industrie, on lui demande simplement de faire son taf de responsable signataire (en contrôle qualité, pharmacovigilance), ce qui est noble qqpart, ce n'est pas propre aux pharmaciens, c'est aussi le cas des ingénieurs, cependant les grandes décisions sont prises par des mecs qui s'y connaissent plus en lois du marché qu'en sciences du médicament.
Le problème du pharmacien, c'est qu'il connaît trop de choses qui ne lui servent à rien. Il faudrait déjà scinder les études par filière dès la 2ème année, intégrer des sciences po, éco (pour l'industrie) et laisser les détails (cycle de Krebs avec formules développées des réactifs et produits) à ceux qui se destinent à l'internat.
Les études telles qu'elles sont aujourd'hui ne les arment pas pour peser vraiment dans les décisions en matière de dépenses de santé. Résultat: on décide à leur place.
Top
Aller en haut • 45 réponses • 3 pages • 1 2 3
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
L’interview du mois Jérémy Do Cao, président de l’Association des juniors en pédiatrie Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter