logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

[médecine] Etudiants ayant des difficultés financieres, comment vivez vous les études de médecine?

Aller en bas • 5 réponses
Aleksandra
Jeune Carabine

Messages : 19
Enregistré : 06/02/2011
Posté le 12/02/2013 à 21:38 notnew
Bonsoir!
Je sais qu'il existent des sujets qui parlent de la difficulté d'études ainsi que de la maternité pendant les études, mais je n'ai rien trouvé qui traite plus particulierement des personnes qui ont une situation financiere difficile et n'ont pas des parents pour leur aider. On a certes une 'égalité des chances' mais il me semble évident que le milieu dont on est issu influence en grande partie la difficulté des études.
Actuellement en P1, je commence à me poser des questions. Les études sont difficiles, je le savais, mais je ne me rendais pas compte de tout. Maintenant je réflechis de maniere plus réaliste, ma situation financière est plus que difficile, j'ai peur de me lancer dans les études si longues qui vont me prendre tout mon temps, je n'aurais pas de possibilité de travailler à coté (sauf peut être en P2 ou pendant le peu de vacances qu'on a). Ca va, j'ai un toit (pour l'instant au moins) et de quoi manger, mais avoir un niveau de vie un peu nul, galerer au quoitidien est en soi épuisant, si on ajoute à ça la difficulté des études en médecine, j'ai peur d'être dans un état physique et moral déplorable jusqu'à mes 30 ans. Les études me semblent passionants, mais j'ai peur que si les sacrifices à faire sont trop grands, je ne vais plus penser au fait que ce qu'on apprends est interessant, je vais plutot me concentrer sur le fait qu'elles rendent ma vie trop dure. A votre avis, n'est ce pas un suicide de se lancer dans ça dans mon cas? Et puis, je suis une femme, j'aimerais me marier et avoir des enfants pas trop tard, je sais que c'est possible, tout est possible, mais est-ce que ça ne ressemble pas à 'le seul weekend de libre dont je me souviens pendant mes études, c'était pour me marier et je vois mes enfants une fois par semaine'.
Vos avis et vos témoignages seront plus que bienvenus.
Bonne soirée à tous.
Top
sandrine7811
Sainte Administratrice

Messages : 8947
Enregistré : 09/03/2005
Posté le 13/02/2013 à 18:46 notnew
tu peux bosser en parallèle de la P2 et de la D1 assez facilement, mais avec des horaires décalés, car pas encore de gardes, après, c'est faisable, mais plus dur car gardes pas régulières !

tu es deja boursière ? parce que bon ca aide pas mal, si tu es vraiment en grande précarité financière, les bourses aident bcp ! tu pourras éventuellement cumuler salaire d'externe + RSA

ensuite, interne tu auras un salaire confortable (enfin faut pas le rapporter au nombre d'heures travaillées)


clairement, tu auras bien sur des WE de libre ! et on est pas de garde en permanence, sauf pool de garde extrèmement restreint et encore
_____
Super Modératrice des forums Remede
Chieuse, bornée, bavarde, casse pied, super sympa parfois,... dites pas que je vous ai pas prévenus !

SM sans duplo... et sans potager !!!
Top
corto maltese
Ministre de la Santé

Messages : 1664
Enregistré : 14/06/2011
Posté le 13/02/2013 à 20:08 puis édité 1 fois notnew
Entre les bourses et les apl ça doit pouvoir le faire, non ?
Enfin je suis pas dans ta situation, mais je crois que le max de bourses c'est 470 euros par mois, plus 200 d'apl si jme souviens bien.
_____
Amat Victoria curam
Top
Aleksandra
Jeune Carabine

Messages : 19
Enregistré : 06/02/2011
Posté le 13/02/2013 à 20:46 notnew
Cette année j'ai encore une bourse de 438 euros (la plus grande) qui me permet de vivre normalement, mais j'imagine difficilement comment je pourrais vivre avec encore moins d'argent. A partir de l'année prochaine je n'aurai droit que à 100 euros (mon père a enfin trouvé un travail après son accident, ma mère pour certains raisons ne peux pas travailler). On vit à trois avec un smic + ma bourse. On viens d'arriver en France donc on galere beaucoup pour avoir un logement. Tout ça pour dire que les aides sociaux, ça aide beaucoup quand on est vraiment en très très grande précarité ou quand on fait tout pour 'profiter de ce systeme', mais elles ne permettenet pas à elles seules de mener une vie normale. Pour la RSA, ça m'étonne un peu ce que tu dis, d'après ce que je viens de lire c'est accesible seulement après avoir travaillé 2 ans à temps plein, ce qui n'est pas mon cas et ne le sera pas quand je serai externe. Si je me trompe corrige moi!

Une fois interne on gagne enfin un vrai salaire, mais quand on le rapporte au nombre d'heures travaillées ça a l'air moins joli. En fait j'en sais pas grande chose, j'aimerai savoir un peu plus à quoi ressemble une vie d'un interne...
Top
sandrine7811
Sainte Administratrice

Messages : 8947
Enregistré : 09/03/2005
Posté le 13/02/2013 à 22:46 notnew
ca dépend de la spécialité mais en gros

travail à l'hosto du lundi au vendredi +/- 7-8h le matin a 18-19h le soir + des gardes de nuit (normalement repos le lendemain) dans la semaine dont le nombre dépend (beaucoup en chirugie) + les astreintes la journée du samedi

en gros (très gros) au moins un WE de garde par mois, une garde mini par semaine
_____
Super Modératrice des forums Remede
Chieuse, bornée, bavarde, casse pied, super sympa parfois,... dites pas que je vous ai pas prévenus !

SM sans duplo... et sans potager !!!
Top
corto maltese
Ministre de la Santé

Messages : 1664
Enregistré : 14/06/2011
Posté le 13/02/2013 à 23:20 puis édité 2 fois notnew
Tu peux toujours voir pour faire un pret a partir de la P2, ou prendre un CESP (qui te finance tes etudes a hauteur d'un smic par mois, en echange tu t'engages a bosser pendant le nombre d'années ou t'as été aidé, dans une zone sous dotée en medecins)
Le niveau du concours et des études n'est pas plus élévé que t'aies de l'argent ou pas, et il n'y a pas de piston. Donc oui la dessus on est otus égaux, fils d'ouvrier ou de chef de service.
mais bien sur, quand on doit s'inquiéter du financement de ses études (ce qui est aussi mon cas, dans une moindre mesure que la tienne), la on encaisse tout de suite moins bien le rythme et la difficulté des études. Le ressenti est 10 fois pire, quand on doit lutter pour son appart ou pour manger, c'est clair. Quand on doit batailler pour chaque euros la vie est plus dure, on a moins la tete a bosser que quand on est a l'aise, c'est clair, et on tolere moins les emmerdes supplémentaires ! Sans compter qu'on a moins de moyen de se vider la tete, parce qu'on doit compter chaque euros.
Après faire médecine c'est aussi sacrifier une partie de sa jeunesse, mais ce que je me dis personnellement c'est qu'actuellement j'ai peut etre du mal, je galère, mais dans 10 ans je n'aurais plus a m'en faire, ou en tout cas plus autant.
Les gens qui gagnent un smic des 20 ans, la plupart du temps ils gagneront 1500-2000 euros pendant le reste de leur vie. c'est un choix honorable.
Mais ceux qui sacrifient une partie de leur jeunesse pour leurs études, ceux qui galerent a 500 ou 600 euros par mois pjusqu'a 25/26 ans et qui ne gagnent u'un smic après, ceux la auront un train de vie supérieur après.
C'est malheureux a dire, mais ça fonctionne comme ça. en tout cas je le vois comme ça. quelques années a sacrifier, a galerer financièrement pour ensuite etre a l'aise, en m'etant élevé dans la société grace a mon travail.
Ces grands principes peuvent te sembler dérisoires a l'heure actuel, d'ailleurs a moi aussi parfois. Mais je m'accroche, on s'accroche.
Mais si réellement tu veux etre médecin je trouverais ça dommage de laisser des problèmes financiers te flinguer tes études.
PS sans rapport : c'est d'ailleurs pour ça qu'on est aussi a vif sur la liberté d'installation, tant de sacrifices pour en plus se voir obliger d'aller dans une région qu'on a pas choisie.
_____
Amat Victoria curam
Top
Aller en haut • 5 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter