logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

To be or not to be a doctor ?

Aller en bas • 13 réponses
Fox-in-Socks
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 01/08/2014
Posté le 01/08/2014 à 22:41 notnew
Bonsoir (ou bonjour),

Je serai en terminale S à la rentrée, par conséquent dans quelques mois, je vais devoir remplir ma liste APB (affectation post bac ). La médecine me plaît, mais que sait-on du métier de médecin à 17 ans ? Dans mon cas, rien ou presque, si ce n'est les études qu'il faut faire. Je ne suis pas sûre à 100% que ce métier me convienne, et vu la longueur et la difficulté de la route, je ne veux pas m'y lancer sans certitudes.

D'un autre côté, je ne sais pas vraiment quoi faire d'autre, mis à part peut-être une prépa bio (qui me rassure, je crois, par sa diversité).

Faire un stage vous parait être un bonne idée ? Y en a t-il certains parmis vous, qui ce sont décidés pour la médecine à la dernière minute ou qui étaient indécis ? Certains qui regrettent d'avoir pris cette voie ?


Merci d'avance pour vos réponses et bonne nuit (ou bonne journée) !
Top
DrGreene
Nain-terne

Messages : 96
Enregistré : 12/08/2013
Posté le 02/08/2014 à 11:55 notnew
Salut !

C'est une excellente question que tu as eu raison de poser !
Je ne suis qu'en première année pour la 2eme fois donc je n'ai pas beaucoup de recul à propos des études médicales, mais je fais partie de ceux qui ont choisi cette voie très tard (première ou terminale).

Le principal je pense, c'est de se dire que le métier de médecin (toutes spécialités confondues) ce n'est pas comme dans les séries TV.
On ne se lance pas pour quelques années, mais pour une vie... Il me semble donc qu'il faille un certain attrait pour le monde médical, et pouvoir supporter des choses qu'on ne voit pas tous les jours : les grabataires, des patients en fin de vie, les soins palliatifs...
Mais nous sommes (ou serons) médecins pour une bonne raison, car c'est le plus beau métier du monde ! smilies

Les années sup', les internes et les médecins de Remède t'en diront sûrement plus, mais c'est ma vision des choses.
_____
[]====[Carrééééééééééé]>-----
Top
Fox-in-Socks
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 01/08/2014
Posté le 04/08/2014 à 07:51 notnew
Merci pour cette réponse ! Effectivement , je sais bien qu'il ne faut pas se fier aux séries. smilies
J'ai encore quelques questions :
Finalement, qu'est ce qui t'as décidé à te lancer dans une PACES ?
Comment savoir si on sera assez solide face à la maladie et la mort ?
Sais tu si on peut changer de fac de médecine pas trop difficilement en cours de route ?

Bonne journée !
Top
Vabou
Jeune Carabin

Messages : 15
Enregistré : 14/06/2014
Posté le 04/08/2014 à 19:49 notnew
Salut,

Personnellement je n'ai pas fais medecine mais j'étais assez tôt orienté vers la chimie, la bio, donc bah le métier tombe sous le sens. Donc je ne viens pas te donner mon avis mais je viens surtout rappeler un truc évident;

C'est pas la 1ère année de médecine, c'est la PACES, donc si tu n'est pas sûr de toi, j'ai envie de dire que la variété de métier est sans doute plus grande qu'en agro véto. Donc ne t'inquiète pas trop pour ça, durant l'année tu auras déjà un petit aperçu de la théorie et surtout le choix de te réorienter. Mais faut pas foncer tête baissée ... Je connais plusieurs personnes, admises bizu en med pha ou dentaire, qui se rendent compte que l'attrait financier, le travail permanent et le ptit lux qu'il y a à exercé bah à largement prit le dessus sur le travail fondamental et sur les responsabilité qu'un métier de santé peut engager. Tu parles de la mort, c'est pas le genre de chose que tu peux apprendre à gérer dans ton coin, il y a des cours pour ça. Pour le reste il faut discuter avec les gens à défaut de pouvoir faire des stages. Mais surtout il ne faut jamais perdre de vu que quelque soit ta filière, tu joueras à un moment ou à un autre avec la vie des patients et qu'à ce moment là ça n'est plus toujours une question d'intelligence mais de caractère.
Top
Ergotamine
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 59
Enregistré : 07/01/2012
Posté le 04/08/2014 à 20:17 notnew
Hello Fox-in-Socks !

Pour ma part je me suis décidé à faire des études de santé à 6 mois du début de l'APB. Je souhaitais faire architecte auparavant mais suite à des discussions avec des professionnels en architecture le domaine ne me semblait plus autant attractif qu'il ne l'étais.
Je ne suis pas en médecine mais en pharmacie à présent (j'ai malheureusement échoué au concours de PACES ^^).

Je pense que tu te dois de te poser les bonnes questions tel que
- Pourquoi est-tu intéressé par ce milieu ?
- Es-tu prêt à faire des sacrifice et à te défoncer au maximum pour réussir ?
- Si jamais tu râtes médecine, souhaite tu poursuivre dans le domaine médical ? (même si c'est pas le top de penser comme ça je pense qu'il faut toujours avoir un plan de secours au cas où ^^)
- Comme l'a dit DrGreene la médecine c'est pas du tout comme la série TV donc informe toi afin d'éviter les mauvaises surprises smilies

Je ne sais pas si le stage serait un bon point, tu ne découvrirais qu'un domaine assez restreint de la médecine ... Mais par contre tu peux toujours aller poser des questions à des professionnels de santé ça ne peut que t'être bénéfique, ou même une semaine si tu es vraiment motivé ! smilies
Top
DrGreene
Nain-terne

Messages : 96
Enregistré : 12/08/2013
Posté le 04/08/2014 à 21:41 notnew
Fox-in-Socks, ce qui m'a poussé c'est l'attrait pour le monde médical, et il s'est renforcé en P1. Pour ce qui est de tenir le choc face à la grande faucheuse, ma foi je pense que ça doit être dur les premières fois.
Enfin à propos du changement de fac de médecine, je te le déconseille très fortement ! Les cours et les profs varient d'une fac à une autre, mieux vaut faire ses 2 P1 (si tu dois en faire 2) dans la même fac !

Et je dois dire que Vabou a selon moi une très bonne vision du monde médical.
_____
[]====[Carrééééééééééé]>-----
Top
Fox-in-Socks
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 01/08/2014
Posté le 05/08/2014 à 13:09 notnew
Bon après quelques jours passés à trifouiller sur le forum (à défaut d'aller parler avec ma famille d'accueil allemande, oui je suis vilaine ...), j'ai pu me faire une idée bien plus précise de ce qu'est la medecine (pourtant pas de suprises, je ne me faisais apparement pas trop de fausses idées). Merci pour ce site, et pour votre participation, les remédiens !
Mes motivations sont :
- faire un métier où on peut aider les autres et pas rester dans son coin égoïstement
- le contact humain (peut être pas autant que l'infirmier dans Intouchables si ça vous évoque quelque chose, mais quand même smilies )
- comprendre le fonctionnement du corps et pourquoi il déraille
- la variété de la médecine

Si j'entame la PACES, j'aurais la motivation et la hargne de réussir. Mais effectivement, on n'ai jamais certain de rien (surtout quand il s'agit de PACES), donc un plan B m'est nécessaire. Je ne pense pas vouloir travailler dans une autre filière que médecine par contre, mais je ne connais que très peu la pharma.

Comme le dit Vabou, c'est vrai que les prépas BCPST ne présentent pas beaucoup de choix (surtout que je ne souhaite pas être vétérinaire), mais c'est le seul autre truc qui m'intéresse niveau contenu. En fait, l'autre métier qui me tentait avant, c'était chercheur, plutôt en océanologie, mais les débouchés sont pas nombreux et en principe il faut faire la fac, ce qui me tente pas trop (hormis fac de medecine , mais c'est bien différent ...). Je crois que j'ai besoin d'un métier plus pratique et plus efficace pour aider qu'océanologue.

Pour ce qui était de changer de fac, je voulais dire après la PACES.
Et autre question (oui désolée ...) : es-ce possible de faire par exemple MG en spécialité et quelques annees après de reprendre la fac et de faire une autre spécialité ? (Notez bien que je n'ai pas utilisé l'adverbe "facilement" dans ma question)

Oui je vais essayer de discuter un maximum avec des médecins et des étudiants. Comme me l'a dit une conseillère d'orientation, parfois choisir son metier , c'est croiser quelqu'un qui vous parle de son métier avec des étoiles dans les yeux. Ici beaucoup ont des étoiles au bout des doigts ... *-*
Participer un peu à ce forum semble assez sympa aussi smilies

Sinon, je regarderais bien aussi quelques documentaires. Des idées ? (L'école de médecine d'Arte ? )

Petit détail : je suis une fille. Mais c'est vrai que mon pseudo est pas très parlant. smilies
Top
Ergotamine
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 59
Enregistré : 07/01/2012
Posté le 05/08/2014 à 15:16 notnew
Déjà c'est un bon point tu te poses des questions (mais pas trop) et tu ne fonces pas tête baissée smilies

Pour ce qui est de la pharmacie je vais pas te le cacher mais c'est pas du tout la médecine smilies, on est beaucoup plus axé médicament/analytique et moins pathologie même si on en fait un peu smilies
Le contact avec le patient tu pourras le trouver mais essentiellement en officine, sinon il n'est quasiment pas voir pas du tout présent.

Ce que j'ai peur, et les autres remédiens contredisez moi si j'ai tord, mais c'est qu'avec un haut niveau d'étude tu ne manipuleras malheureusement que très peu du côté de la recherche. J'ai fait 2 stages de 2 mois dans le domaine de la recherche biomédicale (UMR), et j'ai été déçu moi aussi par le domaine. Je suis quelqu'un qui souhaite aussi faire du manuel, mais la plupart du temps, lorsque tu as fini ton doctorat, mis à part en post doctorat, tu ne manipules que très peu, tes journées se résument à de l'enseignement si tu fais enseignant-chercheur, de la recherche de financement, de la bibliographie et de l'encadrement. C'est de la recherche, mais un tout autre type qu'être à la paillasse, il faut que ça plaise smilies

Et si je ne peux te dire qu'une chose que j'ai appris tout au long de mes études (et c'est encore plus véridique en faculté) : "la vie n'est faite que de rencontres", je pense que c'est comme ça que tu trouveras vraiment ce qui est fait pour toi smilies

Et pour ce qui est des stages je te recommande d'en faire, pas trop long non plus, ni trop t’éparpiller, mais là aussi tu commenceras à te créer un réseau qui pourra t'être utile un jour. Et en plus tu enrichira ton expérience personnelle et professionnelle ! smilies
Top
Fox-in-Socks
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 01/08/2014
Posté le 05/08/2014 à 16:29 notnew
En fait la recherche, c'était plutôt dans le cas où je ne faisais pas médecine, mais après je ne sais pas encore quelle spécialité je veux prendre (mais d'après ce que j'ai lu, le mieux c'est d'attendre les stages pour choisir ce qu'on préfère).

Haha, l'idée des rencontres me fait penser à un passage d'Astérix et Obélix mission Cléopâtre : smilies
"- C’est une bonne situation ça scribe ?
- Vous savez, moi je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd’hui avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres. Des gens qui m’ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... "
ou le lien YouTube (parce que c'est vraiment excellent) : http://m.youtube.com/watch?v=AMij3xjEW-A
Top
Such
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 1213
Enregistré : 19/04/2012

certification
Vie réelle
Blandine Rivette
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : PARIS VI Pierre et Marie CURIE
Posté le 09/08/2014 à 20:41 notnew
On en sait toujours moins avant de s'y confronter. Et on ne cesse de découvrir une fois qu'on y est.
Les stages, ce n'est pas une mauvaise idée mais quelqu'un faisait remarquer judicieusement que tu ne verrais qu'une partie de la médecine. Je tends à penser que c'est toujours mieux que rien. J'ai fait de nombreux stages dans mon premier cursus non médical et, même si j'avais une bonne vue sur la médecine, y être, c'est différent. À la fois, on connaît mieux le milieu, mais c'est vraiment différent que d'être soi-même auprès du patient, que de faire les examens, que de faire l'apprentissage pas toujours simple de la clinique, que de sentir de plus en plus, même quand on est au début de ses études, le poids de la responsabilité qui pèse sur soi…

Certains, comme moi, s'orientent en médecine sur le tard (je suis rentrée en P2 à 27 ans) parce que, que leur parcours précédant leur plaise ou leur déplaise, on sentait que l'on aurait des regrets si on allait pas jusqu'au bout. Du moins, pour ma part, je n'avais pas envie de me traîner une vie de regret de ne pas avoir tenté médecine (quitte à échouer à l'entrée de la P2).
Bon, c'est un peu particulier pour moi, je n'ai pas fait de PACES mais une passerelle. Mais ça revient un peu au même in fine : des questions, des questions, des questions, beaucoup d'incertitudes (d'autant plus que, quand on est plus âgé, on hésite un peu à se lancer dans une autre voie, si longue, après un parcours parfois réussi), et le fait qu'il faille se battre pour rentrer (la passerelle est une forme de concours).
Franchement : je n'ai aucun regret d'avoir tenté. J'ai découvert des choses que je n'imaginais même pas et qui me passionnent au-delà de ce que je pensais.

Les motivations que tu déploies semblent tout à fait pouvoir s'accorder avec la médecine. Mais elles peuvent aussi s'accorder à d'autres choses. Donc à toi de voir.

La PACES est, paraît-il, une année ingrate, mais nécessaire. Et pas seulement pour le concours. Ça aide quand même par la suite.

Enfin, on n'a jamais de certitude. Mon premier métier, c'est psychologue. Je n'avais pas de certitudes non plus. J'étais même sûre que la fac me virerait un jour, comme ça, sans explication, parce qu'ils découvriraient qu'ils se seraient trompés sur mon compte, etc., etc. Finalement, je suis quand même parvenue au bout de mon cursus et je ne pense pas être trop mauvaise. Ça m'a beaucoup plue. Même si ça ne m'a pas empêché de me lancer dans médecine.
Et c'est pareil pour médecine. J'ai un peu mûri entre temps (mais juste un peu) mais… c'est une chose que d'avoir des certitudes et une autre que de se dire que l'on est bien où on est, même si c'est dur, parfois atrocement dur et que l'on a envie de tout laisser tomber, de balancer ses livres par la fenêtre, de ne plus se rendre en cours, en stage, tout en se disant que l'on ne peut pas faire autrement parce que, quelque part, on ne sait faire que ça… et on a envie que de ça. Aussi atroce que ça puisse être à d'autres moments.
Je me suis dit que peut-être je me trompais, que médecine était une erreur, trop long, trop dur, qu'il y avait la mort (ça m'a empêché plus jeune de me lancer, et pourtant, pourtant… j'ai toujours eu un peu de ce courage-là… celui de faire avec, d'affronter, et d'en faire quelque chose pour ne pas que ça dévore de l'intérieur)…

Il y a aussi des gens qui sont déçus des études médicales et du métier en lui-même, mais tu les trouveras moins sur ce forum…

Ensuite, tu peux toujours te chercher. Tu as le droit de (te) chercher. On tend à faire croire que tout choix post-bac est définitif alors que c'est loin d'être vrai. C'est peut-être moins facile après, mais il n'y a rien d'impossible. (J'ai fait quatre parcours différents après le bac, chacun réussi.)
Et puis, bon, tu as encore un peu de temps, quelques mois, avant de cocher quelques petites cases sur APB et de nombreuses années devant toi pour choisir !
_____
Passerelle DFGSM2 2013
DFASM1.
Externe de l'AP-HP.
Top
marcas
Désagrégée de médecine

Messages : 263
Enregistré : 03/03/2007
Posté le 14/08/2014 à 11:11 notnew
Tu parles de la mort, c'est pas le genre de chose que tu peux apprendre à gérer dans ton coin, il y a des cours pour ça.

Euh... non. Non seulement il n'y a pas de cours à la fac sur comment gérer la mort, et tes émotions vis-à-vis de la maladie et de l'état de tes patients, mais surtout quand tu es confronté à ça dans ton premier stage à 18 ans, les soignants qui côtoient la mort et la maladie depuis des années n'ont souvent pas la présence d'esprit de te demander si tu tiens le coup. Malheureusement, impossible de s'y préparer à l'avance. Quand ça te frappe en pleine figure, tu découvres une nouvelle partie de toi-même et tu apprends comment/si tu peux faire face à ces épreuves. Parce que, vraiment, réaliser à 18 ans que tu viens de t'engager dans une profession où tu vas être constamment, jour après jour, jusqu'à la fin de ta carrière, auprès de personnes malades, c'est une épreuve. Etre capable d'endurer ça, et vouloir continuer à côtoyer tous les jours la souffrance de tes patients dans l'espoir de pouvoir l'alléger un peu, pour moi c'est ça être médecin. Avant tout, avant d'être le plus beau métier du monde, un métier où on détient le savoir et où on sauve des vies.
Malheureusement, on peut difficilement savoir à 17 ans si on veut de cette vie-là, et si on pourra l'accepter avec ses hauts et ses bas. Je sais pourquoi je voulais faire ce métier, mais aujourd'hui j'aime la médecine pour des raisons entièrement différentes. Beaucoup de mes collègues sont dans la même situation, d'autres ont abandonné en cours de route, d'autres se posent encore la question, ou choisissent des spécialités avec moins de contact avec les patients, plus théoriques, si ça leur convient mieux. L'avantage, c'est qu'au fil des stages tu apprends à te connaitre et l'éventail des spécialités permet à beaucoup de trouver leur compte. Mais avant les stages, quand tu rentres en P1, tu fais un pari sur l'avenir. Un peu comme se marier après le premier rendez-vous. Fais en sorte de passer quelques jours dans un ou plusieurs services de médecine, et tu auras rajouté quelques rendez-vous au compteur. Ça te permettra de connaitre au moins ta première (et deuxième) réaction à la maladie, moi je sais que ça m'avait aidée à me lancer.
Pour info, la série la plus réaliste sur la profession (ou en tout cas ses défis émotionnels) est probablement Scrubs!
Top
Fox-in-Socks
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 01/08/2014
Posté le 14/08/2014 à 11:47 notnew
Merci Marcas pour ta réponse que je trouve très intéressante.
Oui, ce que je me demandais c'était bien sûr si l'on pouvait savoir à l'avance si on supportera la mort durant sa vie (et non pas : comment "apprivoiser" la mort dès maintenant, je sais bien que c'est impossible).
L'idée du pari me parle bien. Mais alors, la plupart des étudiants font ce pari en se lançant en PACES ?
Top
marcas
Désagrégée de médecine

Messages : 263
Enregistré : 03/03/2007
Posté le 15/08/2014 à 10:47 notnew
C'est forcément un pari, mais ils en sont plus ou moins conscients sur le moment (comme le mariage!).
Il y a toujours ceux dont c'est la vocation depuis J1 du CP, ceux qui ont des parents médecins et donc croient (à tort ou à raison) savoir dans quoi ils se lancent, mais pour beaucoup d'autres c'est un mix: grande curiosité scientifique, envie d'avoir un impact sur le monde, de faire un métier utile et respecté, rêves d'humanitaire, attrait du bon salaire avec sécurité de l'emploi, goût du défi, et pas plus envie de faire autre chose (fac "classique", prépas... qui sont à peu près les seules options qu'on nous présente au lycée).
Parmi ceux-là, il n'est pas dit que ceux qui ont eu la vocation inébranlable depuis leurs 6 ans aimeront plus leur métier, ou seront des meilleurs médecins, que ceux qui se sont décidé en terminale sans être sûrs de faire le bon choix (moi par exemple! 1 mois avant je me renseignais encore sur la carrière d'archéologue).

Je comprends que tu te poses toutes ces questions, à 17 ans quand on passe son bac et qu'on a des milliers de possibilités devant soi, on a l'impression qu'il faut absolument choisir LA bonne porte qui mènera à la meilleure vie possible. En vérité il y a plein de bonnes portes, et tu feras sûrement le bon choix quelle que soit celle que tu ouvres.
J'aime vraiment les métaphores hihi

Je mets le lien d'une petite vidéo très intéressante sur le sujet, qui permet de prendre du recul dans ces moments cruciaux où on a l'impression de jouer sa vie. J'ai apprécié cette année, pendant les révisions de l'internat!
Enjoy
http://www.ted.com/talks/dan_gilbert_researches_happiness?languag...
Top
Ergotamine
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 59
Enregistré : 07/01/2012
Posté le 15/08/2014 à 22:20 notnew
Et au passage entre les portes ya souvent des couloirs plus ou moins cachés smilies
Top
Aller en haut • 13 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter