logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

La paupérisation de la dispensation pharmaceutique

Aller en bas • 29 réponses • 2 pages • 1 2
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 16/12/2014 à 15:40 notnew
On en parle ?

Page 11 du 42e Journal de l'Ordre des Pharmaciens (Decembre 2014)
L'histoire d'une preparatrice en pharmacie qui a délivré une dose insuffisante pour une patiente atteinte d'un cancer du sein avec métastases cérébrales. La patiente est morte quelques mois après.
Le pharmacien titulaire a écopé d'une interdiction d'exercer de 1 mois. Et ce en appel de la 1e décision qui était jugé insuffisante.

La dispensation pharmaceutique est un ensemble, un tout. Il commence par l'analyse pharmaceutique mais aussi par le DEVOIR de conseil.
Maintenant comme vous le savez tous, allez dans une pharmacie c'est un peu comme une loterie, certains patients tombent sur des pharmaciens, d'autres ont la malchance de tomber sur des préparatrices ou étudiants en pharmacie.
Bref dans ces conditions là comment certains arrivent encore à justifier l'intérêt médical du pharmacien d'officine si peut être un patient sur 3 ou sur 2 seulement bénéfie d'un pharmacien pour leur dispensantion.

Sur le papier il est écrit que la délivrance peut se faire par les préparateurs ou les étudiants sous la supervisation du pharmacien, dans la réalité des fait c'est rarement fait.

La délivrance pharmaceutique c'est la dernière étape avant que le patient ne s'administre le médicament. Le dernier rempart contre une éventuelle erreur médicamenteuse.

Les pharmaciens ont cette lourde mais honorable tache d'accompagné le médicament de A à Z, d'être au début du médicament avec l'obtention de l'AMM, de superviser sa production, de certifier de sa qualité, de s'assurer de sa bonne répartition et puis enfin de dispenser.

Le pharmacien est un professionnel de santé, 6 ans d'études, une thèse.
Les médicaments sont des produits toxiques, la balance bénéfice risque penche du côté bénéfice via leurs indications mais ils restent toxiques.

Est-ce que quand on va chez le médecin ce sont des infirmières qui nous auscultent et qui nous prescrivent les traitements ? Ou bien des étudiants en médecine ?

Non !
Alors dehors les préparatrices et les étudiants, votre place n'est pas derrière le comptoir mais dans la réserve à ranger les boites !
Ou alors avec une vraie supervisation d'un pharmacien
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
Silvine
Altesse Sérénissime

Messages : 4783
Enregistré : 27/04/2008

certification
Vie réelle
Laura Ruesche
Pays : France
Domaine : Pharmacie
Niveau : Pharmacien
Fac : RENNES
Posté le 16/12/2014 à 21:40 notnew
Euh, comment on apprend son métier si on reste au fond à ranger des boites ?? les études de pharma sont déjà bien assez théoriques comme ça, manquerait plus qu'on soit recalés au rang de magasinier pendant tous nos stages...

Quand je bossais en officine ou en stage, le pharmacien vérifiait toutes mes dispensations, même quand j'étais en fin de cursus. Attention à ne pas faire de généralités !
_____
Administratrice forum. Responsable communication SAIPR 2016
___________________________________________________________
"On est tous le con de quelqu'un."
Top
popstar60
Nain-terne

Messages : 90
Enregistré : 17/12/2005
Posté le 17/12/2014 à 10:13 notnew
Je n'interviens pas souvent sur le forum mais là avec ce que je viens de lire je me dois de réagir!

Quelle est cette mentalité qui veut qu'un étudiant en pharmacie devrait rester au fond de l'officine et n'aurait donc pas le droit d'apprendre son métier sur le terrain, au contact du patient???? Excusez-moi Farmacien, mais le métier de pharmacien ne se résume pas à l'apprentissage par coeur d'une liste de médicaments dans des livres! Il faudrait selon vous que les patients n'aient en face d'eux uniquement des pharmaciens diplômés? Mais alors dans ce cas, qu'ils aient bien conscience qu'après il n'auront plus de pharmaciens compétents, car il faut bien apprendre par la pratique! Et dans ce cas c'est au pharmacien d'assumer son rôle d'enseignement et de vérifier avec l'étudiant ce qu'il fait pour qu'il apprenne de ses éventuelles erreurs.

Et étant moi même étudiant en médecine, interne l'an prochain, je me permets de vous préciser Farmacien que nous apprenons notre métier sur le terrain nous aussi, dans les services de médecine et même chez le médecin généraliste! Et donc OUI, vous pouvez vous faire examiner par un étudiant! Est-ce une honte? Comment apprendre si on ne voit jamais un seul patient? Vous démontrez votre grande méconnaissance des études en médecine et votre mépris des étudiants en général!
_____
Découvrez les Compagnons de l'Art Médiéval: www.compagnonsartmedieval.fr
Top
docgeronto
Chef des sévices

Messages : 324
Enregistré : 22/12/2000
Posté le 17/12/2014 à 14:56 notnew
Farmacien, tu sais faire autre chose que ton Zemmour (deux fois que je le dis sur Remède cette semaine)... La filière pharmacienne va se paupériser rapidement, effectivement, si les étudiants ne font qu'aller sur les bancs de la fac, sans jamais se confronter à la réalité du terrain.

Tu peux réclamer que le pharmacien soit seul derrière son comptoir, ça accélérera la désertification de nos campagnes car ils seront rapidement burn outés et dégoûtés par la titanesque gestion du tiers-payant généralisé de longue date dans la délivrance, par l'exigence des patients d'être servis et soulagés sans attendre, qu'elle que soit l'heure du jour ou de la nuit...

Si les préparateurs existent c'est qu'ils sont utiles... Si tu considères qu'ils retirent certaines missions autrefois réservées au docteur en pharmacie, c'est ce qu'on fait actuellement à la médecine : on dépèce des actes techniques en les autorisant aux infirmiers libéraux et aux pharmaciens, sous prétexte de libérer du temps aux médecins dans le contexte de la pénurie, sans s'attaquer aux vrais problèmes moins démagogiques et moins propices à une réélection !

Prend toi un alprazolam et reviens nous voir quand tu voudras construire l'avenir de nos professions !
Bonne journée
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 17/12/2014 à 20:16 notnew
A part des arguments ad hominem vous ne dites rien d'interessant

Si vous aviez correctement lu vous auriez vu que j'ai bien finit par dire que les préparateurs et les étudiants avaient leur place sous la supervisation du pharmacien, comme le CSP le stipule

Or on se rend compte que les préparateurs et les étudiants sont surtout utilisés à des fins économiques, un pharmacien coute cher, alors on les remplace au comptoir

Silvine, si ton titulaire a toujours été derrière ton dos c'est très bien, maintenant tu crois vraiment que ça se passe comme ça partout ?

Ensuite je ne sais pas si vous êtes au courant mais le parcours scolaire de l'étudiant officinal passe par 12 mois à mi temps à l'hopital et 6 mois de stage à temps plein dans une officine

Le travail des étudiants en pharmacie et ouvert à tous les étudiants (et Dieu sait que les étudiants en industrie n'y connaisse pas grand chose), ça part d'un acte personnel souvent à des fins mercantiles

La dispensation pharmaceutique est devenu un acte commercial, la personne qui nous sert passe plus de temps à chercher les boites et composter l'ordonnance que de nous prodiguer des conseils
Après peut etre que ce conseil est peut etre plus poussé pour les femmes enceintes ou les personnes agées, en attendant on a tous le droit à avoir le même traitement dans une officine qu'on ai 20 ans ou 70 ans

"Véritable problème en France, les accidents médicamenteux font chaque année 8 000 à 12 000 victimes, soit deux fois plus que les accidents de la route."
"il semblerait que l'iatrogénie médicamenteuse soit responsable d'une hospitalisation sur 10, soit 128 000 hospitalisations par an, indique le Pr Abitbol. Fréquente, grave et atypique, l'iatrogénie médicamenteuse correspond soit aux effets secondaires connus des médicaments (tels que la diarrhée provoquée par la prise d' antibiotiques, qui peut s'avérer problématique chez les nourrissons et les personnes âgées), soit à des erreurs humaines comme un médicament mal pris, mal prescrit ou une ordonnance mal lue, détaille le gériatre."

https://www.youtube.com/watch?v=4hj-20FviXE
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
Zephyr
Jeune Carabin

Messages : 21
Enregistré : 08/10/2012
Posté le 17/12/2014 à 22:35 notnew

Page 11 du 42e Journal de l'Ordre des Pharmaciens (Decembre 2014)
L'histoire d'une preparatrice en pharmacie qui a délivré une dose insuffisante pour une patiente atteinte d'un cancer du sein avec métastases cérébrales. La patiente est morte quelques mois après.
Le pharmacien titulaire a écopé d'une interdiction d'exercer de 1 mois. Et ce en appel de la 1e décision qui était jugé insuffisante.

je connais pas l'affaire mais y a que moi qui est interloqué par la sentence ? Je veux dire, qu'est-ce qui prouve que la sous-médication a provoqué la mort de la patiente ?

Est-ce que quand on va chez le médecin ce sont des infirmières qui nous auscultent et qui nous prescrivent les traitements ?

C'est une vision très ancienne du monde médicale (genre XIXe siècle). Autant ce n'est pas très répandu en Europe pour l'instant, aux USA, il existent des infirmiers/infirmières qui prennent en charge les patients atteints de maladies chroniques et sont habilités à prescrire les médications usuelles.
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 17/12/2014 à 23:00 notnew
Un cancer en métastase cérébrale tue en l'absence de traitement
Il tue aussi avec le traitement mais ce qui est sur c'est qu'en l'absence de traitement il est mortel en quelques mois

L'instance a estimé que la patiente n'a pas eu toute ses chances pour luter contre sa maladie

Perso je trouve la peine ridicule

Sinon Zephyr on s'en tape de ce qui se fait à l'étranger surtout quand c'est dans ce sens là, la prise en charge sera toujours meilleure quand elle est faite par un médecin que par une infirmière, ou par un pharmacien plutôt qu'un préparateur/étudiant

Ce n'est pas dans le but de dénigrer que je dis ça mais chacun à sa place, chacun son rôle. Certains ont fait plus d'études et c'est pas pour rien.
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
docgeronto
Chef des sévices

Messages : 324
Enregistré : 22/12/2000
Posté le 18/12/2014 à 21:32 notnew
La dispensation pharmaceutique est devenu un acte commercial, la personne qui nous sert passe plus de temps à chercher les boites et composter l'ordonnance que de nous prodiguer des conseils

Entièrement d'accord...

Le pharmacien d'officine est à la tête d'une entreprise qu'il doit donc maintenir à flot.
Certe le conseil est son métier, encore faut-il qu'il ne contredise pas ce qu'a déjà dit le prescripteur.

Après la faute à qui si celui qui nous reçoit passe plus de temps à rentrer les données sociales du patient, à numériser et à traiter les prescriptions, à télé transmettre aux caisses...

Pendant ce temps-là, le seul à même de prodiguer des conseils, le pharmacien diplômé est dans l'arrière boutique à courir après l'argent du tiers-payant auprès des caisses multiples et des multiples complémentaires...
Top
pharmacastor
Nain-terne

Messages : 142
Enregistré : 16/09/2012
Posté le 18/12/2014 à 23:51 notnew

"il semblerait que l'iatrogénie médicamenteuse soit responsable d'une hospitalisation sur 10, soit 128 000 hospitalisations par an, indique le Pr Abitbol. Fréquente, grave et atypique, l'iatrogénie médicamenteuse correspond soit aux effets secondaires connus des médicaments (tels que la diarrhée provoquée par la prise d' antibiotiques, qui peut s'avérer problématique chez les nourrissons et les personnes âgées), soit à des erreurs humaines comme un médicament mal pris, mal prescrit ou une ordonnance mal lue, détaille le gériatre."
image
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 254
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 19/12/2014 à 09:59 notnew


Perso je trouve la peine ridicule


T'es vraiment un pauvre type, non seulement tu passes ton temps à dénigrer la profession, mais en plus, alors que tu n'es encore qu'étudiant, tu te permets de faire ce genre de réflexion... Mais tu te prends pour qui???

Il va falloir que tu dégonfles le melon qui te sert de tronche, parce que tu sais, les erreurs médicamenteuses, ça arrive tous les jours et à tous les professionnels de santé. De plus avec la multiplication des thérapeutiques et l'hyperspécialisation de la prise en charge, notre activité pharmaceutique est devenue de plus en plus risquée.

Je lis chaque mois ce torchon qu'est le journal de l'ordre, ou tous les mois ils se félicitent d'avoir suspendu un confrère suite à une erreur médicamenteuse... Et chaque mois je me dis qu'il ferait mieux d'aider (psychologiquement et au niveau organisationnel en réalisant des analyses de causes ou des RMM) les pharmaciens impliqués dans ces erreurs, plutôt que de les enfoncer de la sorte.

Bref, tu le découvriras si tu deviens un jour pharmacien (ce dont je doute vu l'ensemble de tes posts, tu ferais mieux de te recycler). Ou alors ce que je te conseille c'est de devenir pharmacien inspecteur à l'ordre ou à l'ARS, tu en as déjà les qualités :
- une melonite énorme
- une méconnaissance totale du terrain
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 254
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 19/12/2014 à 10:00 notnew
Un cancer en métastase cérébrale tue en l'absence de traitement
Il tue aussi avec le traitement mais ce qui est sur c'est qu'en l'absence de traitement il est mortel en quelques mois

Et en plus tu connais le dossier depuis chez toi... respect.
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 19/12/2014 à 11:02 notnew
Parle moi sur un autre ton s'il te plait, il me semble que je n'ai jamais fait preuve d'un manque de respect à ton égard. Une fois de plus c'est de ma personne qu'on parle et non pas de ce que je dis, il faudrait donc que je change de pseudo pour qu'on débatte sur ce que je dis plutôt sur ce que je suis ?

Je n'ai pas tous les éléments du dossier mais y a un truc qui s'appelle la littérature médicale

@Pharmacastor : Il parait que t'as des propos intolérables ... ou il n'y a pas de tolérance !
Faudra que je le finisse ce film
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
lena30
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 314
Enregistré : 02/04/2010
Posté le 19/12/2014 à 11:35 puis édité 3 fois notnew
bien sur que les etudianst en medecine , pharma, odonto , ifsi, boulanger ce que vous voulez doivent apprendre leur métier SUR LE TERRAIN et encore heureux !

BIEN SUR que les préparatrices en pharmacie peuvent donner un coup de main au pharmacien dans la dispensation de médoc ( ce qui ne devrait pas être leur coeur de métier mais plutot la logistique et la parapharmacie ) et les IDE donner un coup de main aux toubib dans le suivi de maladies chroniques ( mais leur coeur de métier n'étant pas le diagnostique )

MAIS sous surveillance et chacun à sa place au niveau des résponsabilité!

pratiquement aucun pharmacien où je suis allé ne survaille les dispensations des préparatrices sans parler du manque de conseil ! et ça c'est grave.....
et ça ce n'est pas cracher sur les pharmaciens mais dire la vérité !
alors au lieu de défendre aveuglément les brebis galeuses de la profession par corporatisme il vaudrait mieux s'occuper de bien faire son travail^^ et féliciter ceux qui le font bien

Il ne faudrait pas que par intér^t économique on transfère trop de responsabilité aux paramédicaux ou bien aux étudiants !

la question est plutot concernant les étudiants : les stages sont ils assez bien encadrés ? Les diagnostics et prescriptions des étudiants en medecine sont ils bien validés toujours par des séniors ? les séniors sont ils assez disponibles pour que les étudiants qui ont des doutes posent des questions ( dans tous les métiers pharma, ide... ) ? bref y at il un bon compagnonage ?

Bien sur l'état avec les contraintes économique est le premier responsable des dérives de l'hopital ou des pharmacies en ce qui dans sa gestion du personnel et les glissement des taches sans surveillance

Il faut plutot avoir de la compassion pour les prossionnels de santé qui ont du faire face à des erreurs medicales dramatiques car , d'une part ça peut nous arriver à tous , et d'autre part quand on creuse bien ce sont peut être des mauvaises conditions de travail, conditions économiques qui sont derrières tout cela!
Personne ne remercie jamais les professionnels quand ils sauvent des vie mais à la première erreur on leur tombe dessus ( l'exemple du gyneco condamné à Xmillion d'euros de dommages et intérêts pour un enfant né handicapé ! combien de femme et de bébé a-t-il sauvé avant ? sa vie est foutu maintenant)
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 254
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 19/12/2014 à 12:06 puis édité 1 fois notnew
Parle moi sur un autre ton s'il te plait, il me semble que je n'ai jamais fait preuve d'un manque de respect à ton égard. Une fois de plus c'est de ma personne qu'on parle et non pas de ce que je dis, il faudrait donc que je change de pseudo pour qu'on débatte sur ce que je dis plutôt sur ce que je suis ?


Ce sont bel et bien tes idées que j'attaque. Notamment l'idée que ce pharmacien méritait un plus lourde peine, une plus longue suspension, pourquoi pas de la prison ferme et une lapidation sur la place publique par des pharmaciens qui eux ne font jamais d'erreur... Il a reconnu son manque de contôle à ce moment là. Alors certes après j'ai fait un parallèle avec ta situation (je m'en excuse), ce qui me choque c'est que quelqu'un qui n'a jamais eu a réellement assurer un acte de dispensation en y engageant sa responsabilité, se permette de juger un confrère qui le fait chaque jour.
Comme le dit Lena30 PERSONNE n'est à l'abri d'une erreur.Quand je vois ce qu'on fait à l'hôpital, où l'on envoie des caisses de médicaments pour réapprovisionner les services des soins, et bien je peux te dire que je ne recontrôle pas toutes les caisses qui partent de ma PUI. Cette décision me fait un peu peur.


Je n'ai pas tous les éléments du dossier mais y a un truc qui s'appelle la littérature médicale


Donc tu as fait une revue de la literrature, alors que tu ne connaissais:
- Ni le diagnostic exacte de la patiente,
- Ni le traitement prescrit

Laisse moi deviner tu as tapé sur Pubmed "Cancer du sein + metastases + absence de traitement"?


Ces interdictions d'exercer me dérange beaucoup sur le fond, car elles sont de plus en plus fréquentes. Si elles commencent à être prononcées suite à des erreurs non intentionnelles, elles vont concerner de plus en plus de pharmaciens.

L'ordre des médecins est quant à lui beaucoup plus tolérant sur ce type d'erreurs.
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 19/12/2014 à 12:10 puis édité 1 fois notnew
lena30 je t'aime !

PS : prépare toi, on va commencer à te dire que t'es une médecin raté, que t'as pris pharma par défaut et que tu n'aimes pas cette filière et donc que tes avis on s'en carre !

PS2 : Je t'avais envoyé un MP y a 1 semaine je crois °°


EDIT : Czéroça, la peine à ton avis elle vient de quoi ?
Une femme a besoin de son traitement, c'est une urgence vitale
La préparatrice donne le mauvais dosage
La femme repart avec son traitement qui n'est pas le bon

Dans le Code de la Santé Publique il est stipulé que c'est au pharmacien d'analyser et de dispenser

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGI...

Et les préparateurs (mais aussi les étudiants de 3e année) sous le contrôle d'un pharmacien

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=653...

En l’occurrence qu'un pharmacien se trompe ça peut arriver, l'erreur est humaine, personne n'est infaillible. D'ailleurs le médecin qui vient de se prendre 11 millions d'amendes, je trouve ça hallucinant

Ce qui me dérange dans cette histoire c'est le pharmacien qui ne fait pas son boulot tout simplement.
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
lena30
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 314
Enregistré : 02/04/2010
Posté le 19/12/2014 à 12:30 notnew
heu...justement on n'a pas forcément les mêmes idées Farmacien ^^

(même si moi aussi je me fais souvent rembarrer quand j'ose exprimer ma révolte face au chomage, précarité, problèmes au niveau des études, injustice, mutuelles......)
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 254
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 19/12/2014 à 14:22 notnew


EDIT : Czéroça, la peine à ton avis elle vient de quoi ?
Une femme a besoin de son traitement, c'est une urgence vitale
La préparatrice donne le mauvais dosage
La femme repart avec son traitement qui n'est pas le bon

Dans le Code de la Santé Publique il est stipulé que c'est au pharmacien d'analyser et de dispenser

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGI...

Et les préparateurs (mais aussi les étudiants de 3e année) sous le contrôle d'un pharmacien

http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=653...

En l’occurrence qu'un pharmacien se trompe ça peut arriver, l'erreur est humaine, personne n'est infaillible. D'ailleurs le médecin qui vient de se prendre 11 millions d'amendes, je trouve ça hallucinant

Ce qui me dérange dans cette histoire c'est le pharmacien qui ne fait pas son boulot tout simplement.

Certes je suis d'accord le pharmacien doit controler toutes les dispensations réalisées par son équipe. Mais on ne sait pas comment cela s'est passé dans cette officine. Si ça se trouve il était tout seul pour 200 patients/jour. Et c'est là toute l'hypocrisie de l'ordre des pharmaciens, qui a recemment diminué le nombre de pharmacien obligatoire par tranche de CA en officine (quand en plus le CA baisse, mais pas forcément le nombre d'ordonnance à délivrer...). Tu comprends où je veux en venir, c'est que lorsqu'il y'a une erreur médicamenteuse, l'ordre cherche et trouve un coupable, mais ne se remet jamais en question.
Alors c'est vrai que ça m'a un peu gonflé quand j'ai lu que toi Farmacien, étudiant en pharmacie, tu demandais une peine plus lourde à l'encontre de ce pharmacien.

ah et au fait, tu sais les traitements de cancérologie délivrés en officine ne sont jamais urgent(à l'hôpital la seule chimiothérapie urgente que l'on fabrique c'est pour le traitement d'induction de certaines catégorie de Leucémie Aigue Myélocytaire). Dans l'indication ici présente (cancer du sein métastatique) cela devait être de la capecitabine orale,et ce n'est pas rare que le patient attendent plusieurs semaines après la RCP qui a décidé de son utilisation avant de commencer le traitement.

Et au risque de me répéter, ce n'est pas à l'ordre d'estimer la perte de chance, c'est à la justice si elle est saisie, via des experts médicaux.
Top
Silvine
Altesse Sérénissime

Messages : 4783
Enregistré : 27/04/2008

certification
Vie réelle
Laura Ruesche
Pays : France
Domaine : Pharmacie
Niveau : Pharmacien
Fac : RENNES
Posté le 19/12/2014 à 23:18 notnew

Perso je trouve la peine ridicule

Tu as vraiment une vision complètement dépassée de l'erreur médicamenteuse...
Au contraire de culpabiliser les gens, mettre des sanctions, il faut en parler +++ débriefer pour comprendre ce qui s'est passé et que l'erreur ne se reproduise pas...

Petit conseil si tu ne sais pas quoi faire en attendant le prochain concours de l'internat : regarder le film "Que reste t'il de nos erreurs"
(ou si tu as la flemme, tu peux aussi lire le résumé : http://www.sparadrap.org/content/download/37369/396576/version/1/... )
_____
Administratrice forum. Responsable communication SAIPR 2016
___________________________________________________________
"On est tous le con de quelqu'un."
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 254
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 20/12/2014 à 09:20 notnew
Merci silvine. Enfin une parole raisonnable
Top
riep
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 79
Enregistré : 10/06/2005
Posté le 22/12/2014 à 14:08 notnew
j'ai posté cela il y a quelque temps....mais ça c’était avant........

Voila la dispensation tel qu'elle devrait se passer:

Phase 1.
-le patient présente son ordonnance
-l'assistant pharmaceutique(ex préparateur) la reçoit
-demande les renseignements d'usage (age, poids, etat physio/patho etc)
- en fonction de l’ordonnance demande d'autres renseignements (d'ou l’intérêt de leur formation)

Phase 2 .
- préparation l'ordonnance par l'A.P

Phase 3 .
-transmission d'info au pharmacien qui valide l’ordonnance (ou pas)
-possibilité de joindre le prescripteur a ce moment en cas de soucis

Phase 4.
Tarification par l'assistant pharmaceutique

Phase 5
-dispensation des médicaments par le pharmacien (avec les conseils les adaptations en fonction d'éléments qu'il aura jugé pertinent).


Voila
je n'ai aucune haine envers mes collègues prepa, je ne veut pas que leur métier disparaisse au contraire.

il est injuste et dangereux pour les patients que leurs prescription conseil ne soit pas validé par un pharmacien.
il est injuste et dangereux que des prepa ait a endosser la responsabilité d'un acte qui n'est pas de leur ressort.
_____
http://apothicaires.free.fr/
Top
rourou
Chef de pique-nique

Messages : 208
Enregistré : 20/06/2009
Posté le 22/12/2014 à 20:11 notnew
Sujet intéressant et délicat ! De quoi parle t-on ? d'une erreur ? Dans la majorité des cas les erreurs proviennent de plusieurs causes (matérielles, humaines, environnementales) et d'une succession de "boucliers" qui n'ont pas fonctionnés. Par exemple dans ce cas, la préparatrice a fait une erreur mais l'ordonnance était peut être mal lisible, ou il manquait la taille, ou le poids ou la SC pour une bonne vérification de la posologie, peut être que ce jour là le pharmacien assistant était malade et n'a pas pu venir au dernier moment, l'infirmière a domicile n'a peut être pas vu que ce n'était pas la même posologie que d'habitude et n'a pas alerté le médecin etc etc. L'erreur résultante doit être déclaré, ne doit pas être puni comme l'a dit Sylvine (en milieu hospitalier par ex l'HAS par le biais de la certification oblige la rédaction par la direction d'une charte de non punition pour toute personne qui déclare une erreur, grave ou non !) et doit comme la dit Czéroça être analysée (CREX, RMM, REMED peut importe). Par contre la ou je suis un peu d'accord avec Farmacien même si il le formule mal et mélange tout (oui on peut être examiné et diagnostiqué par un interne à l'hôpital ou en cabinet de ville !, non une chimio per os n'est pas une urgence vitale etc), c'est que pour moi, l'ordre a vu plus la faute que l'erreur (erreur = non intentionnel, faute = intentionel) .. Car il semble tout de même que le pharmacien ait fait une faute en ne contrôlant pas cette ordonnance, voire une successions de faute si d'autre ordonnances n'ont pas été contrôlé par un phamracien. Donc pour moi il est normal que l'ordre sanctionne cela (qu'il y ait une erreur en conséquence ou non d'ailleur) !! Je ne me prononcerais pas si la sanction est trop ou pas assez sévère ce n'est pas à moi de juger mais ne pas sanctionner reviendrais à dire que le contrôle pharmaceutique est une option !!! ET que donc par extrapolation aller prendre ses médicaments sans contrôle d'un pharmacien donc chez leclerc ou dans son bureau de tabac ne pose pas de problème .. Le système de délivrance décrit par Riep devrait être en vigueur dans toutes les officines pour toutes les prescriptions .. et je ne suis pas certains que cela soit plus chronophage ou demande plus d'ETP pharmacien par contre ce qui est sur c'est que cela limiterait les erreurs et recentrait le pharmacien officinal sur son coeur de métier en lui redonnant un légitimité qu'il semble avoir un peu perdu ..
Top
Aller en haut • 29 réponses • 2 pages • 1 2
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
Offres d'emploi avec emploimedecin.comEmploi Soignant
Toutes les offres d'emploi
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter