logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Renseignement sur les études médicales

Aller en bas • 2 réponses
sarahplsc
Jeune Bizute

Messages : 2
Enregistré : 19/01/2016
Posté le 19/01/2016 à 20:24 notnew
Bonsoir à tous , je suis en terminale S cette année et depuis maintenant quelque temps je pense m'orienter dans la médecine mais le processus APB débute bientôt et je me pose quelques questions , et j'espère avoir des réponses grâce à vous !

Premièrement je suis inquiète par le fait que je crains un peu les plaies vraiment "dégueu" et je ne connais pas vraiment ma réaction face à des operations ou des plaies dans ce genre..J'ai peur de ne pas supporter les études de medecine si je suis cofrontée à ce genre de truc , est ce que certains d'entre vous étaient dans ce cas ? Est ce que on s'y fait au bout de quelque temps ?

Ensuite , en vue de ma PACES , je vais aller a la faculté de lyon sud et je comptais habiter encore chez mes parents (20/25min en voiture de la fac) , est ce vraiment indispensable d'habiter à coté de la fac ou est ce possible de reussir son année en faisant les trajets chaque jour ?
Je vous remercie de vos réponses !smilies
Top
Nykko
Chef de pique-nique

Messages : 190
Enregistré : 18/11/2009

Vie réelle
Nicolas Menant
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : Médecin généraliste
Fac : SAINT ETIENNE
Posté le 19/01/2016 à 21:41 puis édité 1 fois notnew
Salut.

Concernant le côté "supporter les trucs dégueux", je pense que personne ne peut vraiment se préparer psychologiquement à voir ce qu'on voit dans certaines situations. Plaies dermato dégueux, odeurs d'urines/vomi/selles/maelena/escarre, sutures de différentes lésions plus ou moins propre aux urgences, corps étrangers intra oculaires, hémorragies importantes....

Pour certaines, ces situations sont rarissimes. D'autres sont beaucoup plus fréquentes. Je ne suis pas forcément très impressionnable (merci Internet.), pourtant y a toujours des situations qui mettent mal, voire très mal à l'aise. Plus qu'une question de ressentir quoi que ce soit, je trouve qu'en général on acquiert assez rapidement le réflexe d'avoir une approche professionnelle. Peut être l'habitude... mais je ne connais personne qui a arrêté médecine parce que y a "trop de trucs dégueux" (au pire t'as plein de spécialités qui ne voient jamais de trucs trop moches voire même qui ne voient jamais de patients smilies).
C'est assez amusant parce que je me suis souvent posé cette question, au lycée. Pour au final un côté anecdotique dans la pratique. On se blinde mentalement assez rapidement en général.
En revanche jamais je ne m'étais posé la question de comment j'allais gérer psychologiquement un patient qui fait un arrêt cardiaque, une annonce de décès, de maladie grave, ou encore pire de discuter avec une famille pour expliquer un décès (bien plus compliqué que passer un coup de fil pour prévenir). Pourtant désormais ce sont des choses qui me marquent 100 fois plus qu'un maelena qui pue ou un escarre suitant.

Bref, y a des trucs géniaux et des trucs moins géniaux en médecine, mais je pense que s'arrêter à la notion de "dégueu/pas dégueu" est très limitative de ce qu'est réellement être médecin.

Concernant la distance de trajet, j'ai fait ma PACES avant 45 minutes de trajet en bus+tram par voyage. (Donc 1h30 aller retour perdu par jour).
Donc là 25 minutes, ça va, franchement. Puis je trouve que vivre chez ses parents pendant la P1 n'est pas un désavantage, ça permet de psychologiquement sortir de sa PACES régulièrement et de parler d'autre chose. Bien sûr faut aussi que de ton côté tu sois irréprochable dans ton organisation.

Bon courage.
_____
Médecin hospitalier
Top
sarahplsc
Jeune Bizute

Messages : 2
Enregistré : 19/01/2016
Posté le 19/01/2016 à 22:29 notnew
Merci beaucoup pour cette réponse , Ca me permet d'ouvrir les yeux et de me rassurer
Bonne soirée à vous smilies
Top
Aller en haut • 2 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
L’interview du mois Jérémy Do Cao, président de l’Association des juniors en pédiatrie Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter