logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Nouvelles bonnes pratiques légales de délivrance des médicaments

Aller en bas • 7 réponses
Pharmaceutic
Désagrégé de médecine

Messages : 273
Enregistré : 15/11/2015
Posté le 27/04/2016 à 03:23 notnew
Bonjour à tous,

Grâce au rapport de l’autorité de la concurrence concernant le projet d’arrêté ministériel sur les bonnes pratiques de dispensation des médicaments par voie électronique (ainsi qu'en pharmacie physique car l’objectif est de les harmoniser) on en sait un peu plus sur les règles qui seront à respecter lors d’une dispensation de médicaments. On peut noter particulièrement :

- Le recueil d’informations auprès du patient via un questionnaire et un échange interactif pertinent entre le patient et le pharmacien.

- La vérification de l’absence de contre-indications, d’interactions et de redondances médicamenteuse.

- La récolte des résultats d’analyses biologiques, des états physiologiques, des antécédents pathologiques, du diagnostic établi par le médecin afin de détecter d’éventuelles contre-indications.

- La rédaction à chaque délivrance d'une « intervention pharmaceutique », c'est-à-dire une formalisation écrite, motivée et détaillée, de l’analyse pharmaceutique.

- Pour chaque nouvelle délivrance d’un même médicament, le pharmacien doit recueillir les observations éventuelles du patient, la survenue d’éventuels effets indésirables et évaluer le bénéfice/le risque de poursuivre le traitement.

- le pharmacien formalise, si nécessaire, un document comprenant certains conseils associés à la dispensation du médicament.

- Le pharmacien, après toutes ces étapes, doit refuser de délivrer un médicament s'il l'estime nécessaire.

Source : http://www.autoritedelaconcurrence.fr/pdf/avis/16a09.pdf

Voilà, pour ceux qui pensaient encore que le pharmacien est un vendeur de boites sur ordonnance, ces arrêtés ministériels devraient formaliser de manière stricte le rôle du pharmacien spécialiste des médicaments qui contrôle les ordonnances et qui décide ou non de délivrer un traitement sur des critères scientifiques et pharmaceutiques.

PS : il faut noter que l'autorité de la concurrence est favorable à ces règles pour les délivrances classiques en pharmacie, mais qu'elle est défavorable à ces règles pour les délivrances des pharmacies via internet. Mais cela ne devrait rien changer à la décision du ministère de la santé pour la promulgation officielle de ces arrêtés qui sont préparés depuis longtemps.
_____
Pharmacien


Top
Olga
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 384
Enregistré : 03/12/2015
Posté le 27/04/2016 à 09:07 notnew
Bien, mais il faudra prendre rendez vous et installer des salles d'attente dans les pharmacies aussi.
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 254
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 27/04/2016 à 12:47 notnew
Oui, c'est assez incomplet, notamment sur le versant du bon usage et la pertinence de la prescription, ils devraient se baser sur le référentiel SFPC pour l'analyse pharmaceutique.

Ensuite, personnellement un truc me choque, que vient faire l'avis de l'autorité de la concurrence dans une chose qui est purement du domaine de la santé publique? Bref ce pays est tombé bien bas.
Top
Melaaaniiie
Désagrégée de médecine

Messages : 282
Enregistré : 14/01/2016
Posté le 27/04/2016 à 17:52 notnew
Ces règles sont censées entrer en vigueur quand ? (Même si j'ai l'impression que c'est le rôle du pharmacien actuellement... Du moins théoriquement c'est ce qu'un pharmacien est censé faire à chaque délivrance) Je n'ai pas vraiment l'impression que le pharmacien va prendre le soin de le faire à chaque patient, cela prendrait trop de temps et le temps c'est de l'argent !
_____
Ancienne étudiante en Pharmacie (3ème année)
2015/2016 : Passerelle P2 Médecine 2016 à Marseille
2016/2017 : P2 médecine
2017/2018 : D1 médecine
2018/2019 : D2 médecine
http://drmely.com
Top
Pharmaceutic
Désagrégé de médecine

Messages : 273
Enregistré : 15/11/2015
Posté le 27/04/2016 à 19:01 notnew
Alors normalement pas besoin de décret d'application ni de vote : une fois que l'arrêté est signé par un ministre, il prend effet immédiatement.

Ensuite on ne sait pas exactement quand il sera officiel, mais ça ne devrait pas tarder car c'est une obligation légale (la loi correspondante ordonne que les bonnes pratiques de dispensation soit précisées par décret, c'est donc une obligation du ministre de la santé).

Enfin, c'est effectivement déjà le rôle "traditionnel" du pharmacien (analyse pharmaceutique obligatoire selon la loi), mais maintenant ce sera formalisé noir sur blanc.
_____
Pharmacien


Top
lena30
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 314
Enregistré : 02/04/2010
Posté le 27/04/2016 à 19:27 puis édité 2 fois notnew
C'est une très bonne chose mais :
-ne pas être trop optimiste car cette "proposition" risque de beaucoup perdre de sa substance et ne pas voir le jour
-je sens que beaucoup de pharmaciens délèguerons encore cela à des préparateurs (2/3 des effectifs de l'officine) avec soit disant "un contrôle effectif" par le pharmacien^^ (parce qu'il n'y aura jamais assez de pharmaciens pour le coup pour faire cela, les officine n'ont pas d'argent pour payer plus de pharmaciens surtout si une très grosse revalorisation à l'acte pharmaceutique n'intervient pas pour rémunérer ce temps de travail)
Top
riep
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 79
Enregistré : 10/06/2005
Posté le 27/04/2016 à 21:32 notnew
heu je crois qu'il ya quiproquo a moins que j'ai mal compris mais au contraire "l'autorité de la concurrence" préconise un changement de ce projet d’arrêté

P.9 par.51 "il demeure nécessaire de limiter autant que faire se peut les restrictions réglementaires au développement du commerce en ligne"

un peu plus loin "Cette situation n’étant pas de nature à favoriser le développement de la vente en ligne de médicaments, il serait souhaitable de procéder à une modification du texte qui exclurait de l’obligation générale les dispositions à caractère facultatif du code de bonnes pratiques"
on voit que pour l'autorité de la concurrence la sante publique ça gène.


Je passe sur le fait que l'AC souligne plusieurs fois que l’état de sante du patient, ses analyse bio sont des info couvertes par le secret médical (sous entendu le pharmacien n'est pas dans le secret...ha bon profession médicale vous dites ?)

et enfin Par. 61
"Enfin, la formalisation écrite détaillée et motivée de l’analyse pharmaceutique préconisée par le texte apparaît sans justification dès lors qu’elle n’est pas réalisée dans le cadre de la vente
au comptoir. Cette formalité supplémentaire et contraignante ne contribue qu’à alourdir davantage les conditions de dispensation du médicament en ligne."



Bref espérons que l'avis de l’autorité de la concurrence sera pris pour ce qu'il est:
- un avis d'un point de vue mercantile ou l'aspect de la santé est minimisé.
_____
http://apothicaires.free.fr/
Top
Czéroça
Désagrégé de médecine

Messages : 254
Enregistré : 08/09/2009
Posté le 27/04/2016 à 22:01 notnew
D'où ma question ça ne choque personne que ce soit l'autorité de la concurrence qui soit consulté sur ce texte??? Non mais comme dirait Michel Édouard on marche sur la tête.
Top
Aller en haut • 7 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
Offres d'emploi avec emploimedecin.comEmploi Soignant
Toutes les offres d'emploi
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter