logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Quel avenir pour la MG en France ?

Aller en bas • 15 réponses
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 14/12/2016 à 22:46 notnew
La médecine générale est elle amener à mourir ?

C'est la question que je me pose tous les jours. En effet, on est désormais au 21e siècle. On voyage, on échange, on découvre.

Pour ma part je me fais du soucis quand à l'avenir de la pratique de la médecine générale en France, je m'explique :

- On vit dans une société hyper connecté, on voyage, on échange (et moi je radote). On connait tous quelqu'un qui s'est expatrié pour un stage ou un emploi (coucou à nos amis en ESC). L'international ça vend du rêve

- Les études de médecine, sont très pointues, intéressantes, profondes.

- Les étudiants médecines choisissent cette voie désormais avec l'argent comme principal motivation. Cf le classement des spécialités les plus prisées qui sont les plus rémunératrice (coucou anesth, radio, ophtalmo, nephro ...). On est loin du temps ou c'était la vocation qui primée

- On nous bassine avec des séries à l'hopital, Scrubs, House, Greys Anatomy ...


Maintenant mixez toutes ces raisons

Qui a envie après 6 ans d'études + 3 ans d'internat (d'une spécialité peut être non voulue) pour ensuite s'installer en cabinet libéral et se coltiner matin midi et soir des patients rois qui viennent pour de la bobologie ?

La mentalité des médecins gé actuels (40-60 ans) me semble à des années lumières de celle des prochains qui vont venir.

Ces médecins de familles, de villages, très nuls en pharmacologie mais totalement dévoué pour les autres et qui ne comptent pas leurs heures.

Les études de médecines sont pointues, poussées et très orienté hôpital, soit tout le contraire de la médecine générale

Ça va faire un choc pour certains d'avoir fait 9 ans d'études, des LCA en anglais, des stages hospitaliers, des dissections, puis se retrouver à prescrire du pivalone, du doliprane et de l'oxomémazine matin midi et soir.

De toute façon on commence déjà à le voir avec les déserts médicaux.
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
Baka
Doyen

Messages : 641
Enregistré : 26/10/2006
Posté le 15/12/2016 à 20:36 puis édité 2 fois notnew
L'exercice libéral de la MG va diminuer au profit du salariat je pense. Beaucoup de remplacement mais peu d'installation définitive, mais c'est corrélé à l'augmentation de l'instabilité des relations sociales ( + de divorces, le ou la conjointe qui est muté dans un autre endroit, féminisation de la médecine donc on va vouloir s'installer dans un quartier bien fréquenté avec un lycée et une école réputé etc...)
On assistera probablement à une éclosion des dispensaires privés auxquelles seront aiguillés les patients bénéficiaires d'une mutuelle privée un peu partout en France, vu que les vieux MG qui partent à le retraite ne trouvent plus de pigeons jeunes médecins dévoués avec le sens de la vocation.
Si on a de la chance, on aura l'équivalent version publique et la SS demandera aux gens d'aller vers des praticiens conventionnés qu'on pourra mettre en burn out en leur faisant bosser sous la tutelle d'un chef tyrannique tout en affamant les libéraux avec de plus en plus de contraintes fiscales et administratives ( le prototype étant les urgences des CHU/CHG , mais avec en plus du suivi de pathologies chroniques stabilisés dont les spécialistes ne veulent pas )
Pourquoi se prendre la tête à s'installer en libéral avec charges immobilières, impôt, cotisation urssaf etc... alors que le salariat permet de faire un peu plus de clinique et de bénéficier d'une protection sociale plus avantageuse.
Le CDI voire même le CDD c'est plus sécurisant et moins angoissant que de faire un prêt pro de XXXXXX € qu'il faut rembourser ou un loyer de XXXX € à payer donc travailler comme une bête pendant XX années avant de profiter des avantages de l'exercice libéral ( mais de toute façon quand on choisit de travailler quand on veut, c'est surtout pour gagner plus de fric... et le fric au bout d'un moment ça n'intéresse plus personne si c'est pour avoir une vie de merde )
_____
"A modest man, but then he has so much to be modest about"
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 15/12/2016 à 23:00 puis édité 1 fois notnew
Ton témoignage est intéressant tu l'aborde d'un point de vue financier/juridique/logistique, moi je l'aborde plus d'un point de vue comportemental

Pour délivrer matin midi et soir des ordonnances de bobologie, j'imagine pas mes amis qui ont fait médecine se retrouver à faire médecin gé/super marché. Quand on t'éduques pendant 6 ans avec des bouquins spécialisés, des stages HU, des LCA et autre exercices intellectuels. Se retrouver à prescrire du pivalone, de l'oxomémazine, du doliprane 2.4% susp buvable et de l'amox 500, ça doit être frustrant

Edit : Baka ce que tu dis est souvent interessant, mais stp, aère tes messages. La touche entrée de temps en temps ça fait du bien aux yeux smilies
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
erreip
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 23/11/2016
Posté le 04/01/2017 à 23:34 notnew
Salut Baka et Farmacien, personnellement je vois la médecine générale différente dans l'avenir en effet, comme tu le dis bien les étudiants sont en stage HU, habitué a être en "équipe", je penses donc que beaucoup des jeunes MG chercheront un exercice dans des endroits types maison de santé qui vont être amené à se developper énormément, et pourquoi pas affilié a des mutuelles privés par la suite (Fillon 2017 ?!).

Sinon personnellement je ne me verrais pas exercer dans un cabinet 6j/7, j'aimerais pratiquer la MG a "mi temps" 3/4j semaine + un exercice d'expertise pour des assurances pour apporter un peu de mouvement dans le quotidien et ne pas s'enfermer dans le carcan du cabinet même si j'en suis encore loin !!!!

Quand j'en parle avec mes amis c'est les avis qui ressortent, même si dans le tas ça lorgne beaucoup du côté des spés dans l'ensemble, ou alors ça dit que ça veut faire MG pour se rassurer en cas de faux pas a l'ECN smilies
_____
3A Med Bdx
Top
clemirou
Sexternus-minus

Messages : 36
Enregistré : 19/06/2012
Posté le 05/01/2017 à 18:33 notnew
Réduire l'exercice de la MG à des prescriptions de " bobologie" c'est un peu... Limite non?

La médecine générale ( qui est d'ailleurs maintenant une spécialité) ne se résume pas à consulter un rhume ou une gastro, le généraliste écoute le patient, le suis sur la duree, communique avec ses collègues ORL, dermato, gynéco...Sur la PEC de son patient. Il fait de la prévention à la santé, de la petite traumato quand il aime ça, des visites dans des EHPAD, des MAS...Il peut suivre des formations, faire des DU, élargir son champ de compétences !
Et ça lui arrive même de gérer des urgences mais forcément ça fait pas la une des journaux !

Alors bien sur, surtout en ce moment, il risque de prescrire un peu plus de pivalone et de doliprane....

J'ai d'ailleurs un peu de mal à comprendre d'où tu sors ton " nul en pharmacologie" ? Y'en à des bons et des moins bons, mais ça frôle un peu le mépris tu ne trouves pas ? Ou alors c'est très subjectif.

Oui oui ça m'herisse un peu le poil de lire des caricatures de la médecine générale...;-)
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 05/01/2017 à 19:11 puis édité 1 fois notnew
Je sais pertinemment que la MG est devenue une spécialité et je sais pertinemment qu'elle ne se résume pas que de la bobologie mais que le médecin généraliste a aussi la casquette de médecin traitant et donc médecin pivot.

Et quand je dis nul en pharmacologie je parle particulièrement de l'ancienne génération de MG qui balaie du revers de la main tout ce qui est recommandation. D’où je tire ça ? De mon expérience de pharmacien officinal qui a délivré des milliers d'ordonnances. Ceci dit, je pense que le problème va se résoudre avec les nouvelles promos de médecins formatés aux recos. Par contre génération Y oblige, je pense pas qu'ils auront le même dévouement que leurs ainés
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 07/01/2017 à 00:41 notnew
Et quand je dis nul en pharmacologie je parle particulièrement de l'ancienne génération de MG qui balaie du revers de la main tout ce qui est recommandation. D’où je tire ça ? De mon expérience de pharmacien officinal qui a délivré des milliers d'ordonnances.

Du coup Farmacien, en tant que pharmacien d'officine et bon pharmacologue, j'espère que tu contactes les médecins à chaque fois que les recommandations ne sont pas respectées, et que tu corriges les prescriptions ? C'est ton boulot non ?
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 07/01/2017 à 12:18 puis édité 1 fois notnew
Si à chaque fois que l'on devait contacter les médecins car les recommandations ne sont pas suivis, les officines seraient paralysées. Je ne sais pas si tu es sarcastique mais bon nombre d'officinaux sont dépités, leur tâche ne se résume qu'à délivrer des médicaments, sans broncher, sans poser de question, les médecins font leur tambouille, les pharmachiens délivrent.

Bien sur ça arrive d’appeler quand il y a une erreur sérieuse, mais quand un médecin va par exemple mettre un ATB pour une grippe, ou alors le sous doser quand y a une réelle infection, on n'appelle pas. Sinon on s'en sort pas.

L'officine, ça doit aller vite, délivrer le plus de boites possible dans la journée, tel est l'objectif
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
edelvail
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 87
Enregistré : 09/09/2012
Posté le 07/01/2017 à 12:22 notnew
Et quand je dis nul en pharmacologie je parle particulièrement de l'ancienne génération de MG qui balaie du revers de la main tout ce qui est recommandation. D’où je tire ça ? De mon expérience de pharmacien officinal qui a délivré des milliers d'ordonnances.

Du coup Farmacien, en tant que pharmacien d'officine et bon pharmacologue, j'espère que tu contactes les médecins à chaque fois que les recommandations ne sont pas respectées, et que tu corriges les prescriptions ? C'est ton boulot non ?

Le pharmacien n'a pas vraiment les outils pour pouvoir faire correctement son métier. Sinon ça fait longtemps qu'on pourrait modifier les ordonnances et dé-prescrire.
De toute façon rien ne t'incites à le faire (titulaire, labo, patient, médecins ...)
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 07/01/2017 à 18:57 notnew
Si à chaque fois que l'on devait contacter les médecins car les recommandations ne sont pas suivis, les officines seraient paralysées. Je ne sais pas si tu es sarcastique mais bon nombre d'officinaux sont dépités, leur tâche ne se résume qu'à délivrer des médicaments, sans broncher, sans poser de question, les médecins font leur tambouille, les pharmachiens délivrent.

Bien sur ça arrive d’appeler quand il y a une erreur sérieuse, mais quand un médecin va par exemple mettre un ATB pour une grippe, ou alors le sous doser quand y a une réelle infection, on n'appelle pas. Sinon on s'en sort pas.

L'officine, ça doit aller vite, délivrer le plus de boites possible dans la journée, tel est l'objectif

Donc tu ne fais pas vraiment correctement ton travail de pharmacien qui est de refuser de valider des traitements pas adaptés.

Ce n'est pas une critique, c'est pareil pour les médecins ou pour nous les dentistes : les tarifs de la sécu ne nous permettent pas de faire correctement notre travail. Les médecins doivent bâcler les consultations, et vous devez bâcler vos délivrances.

Ceci dit, mon pharmacien, si on lui présente une ordonnance de Clamoxyl pendant 9 jours pour une angine, il ne délivre pas.
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 08/01/2017 à 01:46 notnew
Les pharmacies ne sont pas étatiques, la marge d'action du pharmacien adjoint est proche du néant. Si tu te mets à refuser de délivrer des ATB pour des grippes, le patient va commencer à s'énerver en prétextant que si le médecin l'a mis c'est qu'il a raison (en France le médecin c'est Dieu pour certains) et ton pharmacien titulaire va te faire une remontrance

La pharmacie en France c'est n'importe quoi, un médecin qui met 1 cuillère mesure matin et soir pendant 7 jours d'Amoxicilline, tu donnes 2 boites, ben oui dans une il n'y a que 12 cuillère mesure, une deuxième boite pour 2 cuillère manquante
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 08/01/2017 à 11:04 notnew
Les pharmacies ne sont pas étatiques, la marge d'action du pharmacien adjoint est proche du néant. Si tu te mets à refuser de délivrer des ATB pour des grippes, le patient va commencer à s'énerver en prétextant que si le médecin l'a mis c'est qu'il a raison (en France le médecin c'est Dieu pour certains) et ton pharmacien titulaire va te faire une remontrance

La pharmacie en France c'est n'importe quoi, un médecin qui met 1 cuillère mesure matin et soir pendant 7 jours d'Amoxicilline, tu donnes 2 boites, ben oui dans une il n'y a que 12 cuillère mesure, une deuxième boite pour 2 cuillère manquante

J'ai été vérifier sur votre site du conseil de l'ordre, et c'est exactement comme pour nous dentistes : un pharmacien salarié est responsable de ses délivrances et il décide seul, ton chef peut te faire une remarque mais ça ne peut pas aller plus loin. Comme pour nous, si j'embauche un dentiste salarié, je ne peux pas lui imposer ses actes.

Sinon après il faut juste savoir s'imposer : nous aussi on a des patients qui veulent décider à notre place quel acte est le plus adapté à leur situation, des médecins qui veulent nous imposer de faire tel acte ou nous interdire de faire tel acte, mais le chef dans son cabinet, c'est le dentiste, et c'est pareil pour le pharmacien dans sa pharmacie. Alors après oui ça nous fait perdre de l'argent de se fâcher avec un patient, mais chacun sa conscience : je préfère perdre de l'argent et bien faire mon travail, plutôt que l'inverse.
Top
Farmacista
Chef des sévices

Messages : 438
Enregistré : 09/03/2013
Posté le 08/01/2017 à 12:15 notnew
Plus je te lis, plus je me rend compte que tu es totalement déconnecté de la réalité mon pauvre. Le plus triste c'est que depuis des années tu continues à donner tes avis biaisés
_____
Anciennement l'apôtre Farmacien
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 11/01/2017 à 03:38 notnew
Plus je te lis, plus je me rend compte que tu es totalement déconnecté de la réalité mon pauvre. Le plus triste c'est que depuis des années tu continues à donner tes avis biaisés

Désolé mon grand, mais étant installé en libéral depuis quelques années, la réalité, je la connais. Le fait que 70% du temps, un dentiste travaille à perte, je dois le subir. Donc les impératifs de rentabilité, je connais.
Top
erreip
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 23/11/2016
Posté le 03/02/2017 à 09:18 puis édité 2 fois notnew
Turbineur tu peux m'expliquer ce que t'entend par "travailler à perte" ? Quand je vois que des potes à moi jeunes dentistes faire des remplas et faire rentrer du 5k net en 3 semaines sans forcer, j'aimerais bien que tu m'éclaires sur la notion de travail à perte smilies

(même si ça n'as peut être rien à voir)
_____
3A Med Bdx
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 07/02/2017 à 04:31 notnew
Turbineur tu peux m'expliquer ce que t'entend par "travailler à perte" ? Quand je vois que des potes à moi jeunes dentistes qui font des remplas faire rentrer du 5k net en 3 semaines sans forcer, j'aimerais bien que tu m'éclaires sur la notion de travail à perte smilies

(même si ça n'as peut être rien à voir)

Tes potes "jeunes dentistes", tu vas pouvoir leur expliquer qu'ils vont devoir reverser les 3/4 de leurs "bénéfices" en diverses taxes d'ici 2 ans (l'URSSAF se régularise à n+2). Il y a énormément de jeunes dentistes qui se retrouvent en difficultés financières (voir interdits bancaires) car ils ont cru qu'ils pouvait tout dépenser.
Top
Aller en haut • 15 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Stéphanie Rist, députée LREM : Je trouve scandaleux que certains internes travaillent plus de 60 heures par semaine ! Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter