logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Réforme des ECN et stages externat

Aller en bas • 19 réponses
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 27/04/2018 à 16:33 puis édité 2 fois notnew
Apparement il y a de grandes chances que l'ECN tel qu'il existe aujourd'hui soit remplacé par un autre moyen de sélection qui prendrait en compte en plus des connaissances théoriques, les compétences et les habilités relationnelles..En gros ça sera une sélection sur dossier ? Il faudra donc faire le plus de trucs extra-"apprendre ses cours" pour maximiser ses chances de réussite ? Les stages d'externat seraient notés ? C'est assez stressant car à quand l'information des étudiants à ce sujet, notamment des futurs externes...?
Si quelqu'un en savait plus à ce sujet je prends !
Merci smilies
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 27/04/2018 à 17:21 notnew
https://www.anemf.org/blog/2018/04/09/reforme-du-deuxieme-cycle-o...
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 27/04/2018 à 23:43 puis édité 3 fois notnew
Merci !
C'est bien ce que je craignais un classement qui dépend du parcours smilies...
Prêts, feu, go, partez. C'est la course pour décrocher les doubles cursus, multiplier le plus possible les "expériences", être le meilleur en stage,....et bosser à mort pour préparer les ECN. Vive cette réforme qui vise à faire baisser la pression pour les étudiants. C'est super.

PS: ça serait pas mal qu'ils soient plus explicites parce que "expériences" ça veut un peu tout et rien dire. Partir à l'étranger, faire partie d'une assos,..?
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 28/04/2018 à 13:33 puis édité 2 fois notnew
Ce n'est pas précisé car encore vague, et c'est normal puisque les discussions pour la réforme ne sont pas terminées ! Ça risque en plus d'être un peu fac-dépendant (comme le service sanitaire), donc rien de définitif encore à ce jour.

Je tiens cependant à rebondir sur un point (et désolée pour le pavé à venir) : il n'a jamais été question de précisément "diminuer le stress" des études en soi avec cette réforme (c'est déjà en développement par d'autres projets : rapport Donata Marra, mise en place de cellules...), mais d'essayer de faire en sorte que tout ne repose pas sur 3 jours et une blinde de QCM qui n'ont que peu à voir avec la pratique actuelle (ce qui, indirectement, pourrait diminuer une partie de ce stress). D'où notamment :
- une volonté de réduire/améliorer le contenu des QCM proposés
- diversifier l'examen ECNi : ça a déjà été commencé par l'incorporation du CSCT, et ça continuera avec la prise en compte des motivations et du projet professionnel des étudiants, entre autres

Concernant ce passage :
"C'est la course pour décrocher les doubles cursus, multiplier le plus possible les "expériences", être le meilleur en stage,....et bosser à mort pour préparer les ECN"

- "C'est la course pour décrocher les doubles cursus, multiplier le plus possible les "expériences""

C'est déjà le cas dans les facs de médecine de nombreux pays : UK, US, Canada... (et je ne dis pas que c'est bien ou pas bien !) et c'est le cas de la majorité des cursus universitaires.
Par exemple : on encourage beaucoup les étudiants en médecine à faire un master avec l'école de l'INSERM, comme on encourage beaucoup les biologistes à passer des formations d'expérimentation animale/faire un double cursus bio-informatique... Donc je ne suis pas sûre de voir en quoi cela pourrait être négatif puisque des expériences supplémentaires sont toujours bonnes à prendre et ne peuvent qu'améliorer notre pratique future (même si oui, notre rythme en médecine peut être plus soutenu qu'ailleurs, et je ne dis pas que ce sera facile).

- "Être le meilleur en stage" : c'était déjà censé être le cas avant, dans le sens où nous sommes supposés toujours donner le meilleur de nous-mêmes pour progresser en clinique et valider nos éval, donc la réforme ne change rien à ce propos !

- "Et bosser à mort pour préparer les ECN" : c'était déjà le cas aussi, donc rien de nouveau sous le soleil smilies

L'idée de cette réforme, c'est aussi de récompenser ceux qui (pardon) se cassent le cul pour s'investir et faire des choses en dehors de leurs cours traditionnels : investissement dans le tutorat, dans les associations de la fac, valorisation d'un monitorat en anat si tu veux faire de la chir... Ça rejoint un mouvement global dans l'enseignement sup qui vise à faire valoir les compétences transversales acquises de cette façon.

Exemple : une personne que je connais qui, en plus de son cursus de méd, s'est investi tôt dans de la politique à "haut niveau" et fait régulièrement des missions avec le SMUR, le SAMU et les pompiers car son projet a toujours été d'être urgentiste, eh bien je serai très contente si cette réforme lui permet d'accéder à cette spé en valorisant ses efforts et pas uniquement un classement obtenu par QCM.
(Bon certes, vu le rang max pour faire URG étant ce qu'il est, c'est pas le meilleur exemple du monde, mais l'idée est là)

Tout cela étant dit : il restera à priori toujours une grosse part de l'exam finale qui reposera sur les connaissances pures, donc tout ne se jouera pas non plus sur le CV extra-universitaire ! D'autres choses sont aussi actuellement discutées comme la mise en place d'entretiens de motivation... Ce qui implique encore des pré-requis différents. Mais rien n'est encore fait smilies
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 28/04/2018 à 17:23 puis édité 2 fois notnew
Dans le principe je comprends, ils veulent remettre l'accent sur la vie à la fac, l'investissement des élèves en dehors des cours, valoriser les parcours atypiques (les plus riches et les plus enrichissants),... Mais j'ai cette impression un peu limite que c'est du "si tu as été gentil et que tu as aidé les P1 à avoir leur année (tutorat par ex) on te donne plus de chance de choisir ta spécialité..." Je trouve ça un peu inapproprié. Je caricature mais je le voie un peu comme ça.

Et puis ça sous entends que dès la P2 tu dois savoir ce que tu souhaiterais faire comme spécialité. Par exemple, le monitorat en anatomie se déroule en troisième année, donc dès ce moment là tu dois savoir si la chirurgie t'intéresse ou non. Sauf que pour moi ce n'est pas parce que tu n'as pas une envie ardente de disséquer des cadavres que tu n'auras pas par la suite envie de faire une spécialité médico-chirurgicale genre ophtalmo...

Et puis si demain, on disait au gens, si vous faîtes le tutorat alors vous aurez plus de chance de choisir votre spécialité en 6ème année...bah tout le monde va vouloir le faire (une grande partie en tout cas) sauf qu'il n'y aura pas de place pour tout le monde donc là encore il y aura une sélection...

Concernant les doubles cursus, c'est vrai que c'est pas mal, franchement j'aime bien l'idée. Mais il faudra vraiment bosser pour les décrocher (ok pas grave on bossera, encore une compétition) et puis après se pose la question du: est ce que le temps que je passe dans ce double cursus ne fait pas que j'arriverai moins bien préparée aux épreuves théoriques (le jeu des coefficients: est ce que ça vaut le coup). Et puis tu as le droit de ne pas être intéressé par la recherche par exemple non ? Vouloir être médecin sans être chercheur ce n'est pas un crime (pour lequel on devrait être puni)...

Personnellement je trouve que cette réforme donne l'impression d'être encore plus incertain d'avoir la spécialité que l'on souhaiterait.

J'écris ça de but en blanc je ne dis pas que j'ai raison, seulement c'est le ressentiment que j'ai.
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 28/04/2018 à 17:35 notnew
En tout cas quoi qu'il en soit, si cette réforme prend effet, elle devra s'adresser au néo P2 du moment sinon ça serait déloyale.
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 29/04/2018 à 00:15 puis édité 5 fois notnew
Pour commencer, oui, la réforme ne s'adressera qu'aux entrants d'un cycle, évidemment ! smilies

Concernant ton autre commentaire :

Je comprends l'idée globale. C'est quelque chose (de ce que je sais) qui a été énormément discuté au conseil des Doyens et à l'ANEMF. Je pense qu'il faut bien comprendre ici qu'il n'est pas question de pénaliser celles et ceux qui 1) n'ont pas de projet défini 2) se fixent sur une idée "sur le tard", mais bien de valoriser les personnes qui s'investissent/ont un projet précis en tête. Il n'y a pas de balance "un côté perd pour que l'autre gagne", il s'agit de dire "okay, t'as été un peu curieux/t'as montré que t'étais particulièrement motivé par x ou y truc, alors on prend ça en compte" Et c'est de sous ce prisme là qu'un type qui aura fait le monitorat d'anat, pour reprendre l'exemple, pourra être vu. J'espère que je m'exprime de façon compréhensible ici car ça me paraît important.
Encore une fois, l'ECNi en lui-même (avec le contenu réformé) jouera tout de même une grosse importance dans le choix de l'internat, et à mon avis, ça n'est pas prêt de changer...

J'aimerais revenir sur deux points en particulier :

- Concernant les masters, à moins de candidater pour l'école de l'INSERM, non, tu n'as pas vraiment besoin de bosser comme un dingue ou de passer par une sélection ouf pour en faire un. Je le dis ici (pour toi ou d'autres si jamais pas au courant) mais le master en médecine c'est :
- Une année de M1 étalée à raison de 1/2 UE/semestre qui se fait de la P2 à la fin de la D1 (sachant que parmi ces UE de nombreuses sont adaptées aux méd : pas/peu de TP, cours d'éthiques méd... et peuvent donc demander "moins d'investissement" que des UE "traditionnelles" de master "temps plein")
- Une année de M2 a réaliser (donc généralement l'équivalent d'un semestre d'UE + stage avec mémoire) durant l'internat. On pourrait croire qu'avec l'internat lui-même et la thèse à écrire, ça peut faire beaucoup, ce à quoi je répondrais : ça peut paraître lourd (et ça le sera forcément par moment avec un boulot temps plein à côté...) mais vu le peu de temps/investissement qu'on peut se permettre sur une thèse d'exercice de médecine (aparté : j'en ai vu des reçues à 45 pages et n = 2.... Je ne vais pas me faire que des amis ici mais clairement, mon mémoire de fin de master était plus "sérieux" que la plupart des thèses d'exercice que j'ai lues au cours de mes recherches biblio), on peut contrebalancer avec le master.

De plus, personne n'a jamais dit que la voie du master (qui, non, ne mène pas qu'à la recherche smilies ) était une voie royale. Si tu n'as pas envie d'en faire un : n'en fais pas ! Si tu veux en faire un au cas où/parce que tu veux un poste type clinicat en hospitalier/faire une thèse en bio : fais-le ! Dans tous les cas, ce qui comptera c'est la façon dont TU défends ton point de vue, si tu l'assumes/sais expliquer tes décisions. Si c'est le cas, personne ne pourra rien te reprocher !

Second point : unpopular opinion peut-être, mais j'ai personnellement un peu de mal avec l'éternel cas de l'étudiant qui se laisse porter sans trop savoir où il va. Je pense qu'une grosse part de ce problème est imputable à la façon dont l'Éducation Nat gère les problématiques d'orientation (mais ce n'est pas le sujet), mais qu'une autre part est aussi due à une fainéantise de l'étudiant(e) en question. Le mot est un peu fort, peut-être, mais je m'explique :

C'est tout à fait OK, à 18 ans, de ne pas être sûr de ce qu'on veut faire. Mais à un moment, on ne se (pardon) casse pas le cul un ou deux ans sur un concours "juste comme ça" (ou rarement). Le problème que j'ai après ce stade, c'est que les gens se laissent littéralement porter sans ni chercher à se renseigner, ni se questionner sur ses propres motivations. Et c'est comme ça qu'on se retrouve avec des D3 qui n'ont AUCUNE idée de s'ils voudraient plutôt faire du libéral, plutôt de la chir...
Entendons-nous bien, je n'estime pas qu'il faut que x personne sache qu'elle veut absolument faire ophtalmo dès la D1 (quoique tant mieux pour lui/elle si c'est le cas?), déjà parce que la réelle observation du milieu pro n'a pas forcément commencé mais aussi parce qu'au final l'ECNi conditionnera beaucoup de choses. Mais quand j'en vois qui, en fin de D4, me disent "je suis pas sûr(e), j'aime bien (cite 14 spés totalement opposées dans leur exercice) je vais me décider plus tard", franchement ça m'agace.

On a les stages dès la D2 voire P2/D1 pour certaines facs, on a la possibilité même de faire des stages volontaires hors cursus, en observation (même de qques jours ! Car je comprends que beaucoup ne puissent pas se permettre, si job à côté, de poser 3 semaines partir faire un truc à l'autre bout de la France), il y a de plus en plus de cellules d'orientation/soutien qui se mettent en place, on peut prendre contact avec les profs, on a Internet... Bref, autant de raisons qui font qu'il me paraît relativement inacceptable qu'à presque 25 ans, beaucoup n'ont AUCUNE idée de ce qu'ils vont faire.

Et là je rejoins ton message, car tu insistes beaucoup sur celles et ceux qui pourraient ne pas arriver à se décider. La réforme ne les pénaliserait pas (mais je ne vais pas revenir dessus), mais j'aimerais presque qu'elle le fasse, tant je suis lassée de voir mes "collègues" (de façon globale) être aussi immatures et irresponsables face à leur propre choix de vie. De mon point de vue, il faudrait aussi arrêter de vouloir toujours prendre les gens par la main en leur disant "oups tu voulais cardio depuis des années mais tu sais rien de la spé, t'as fait aucun stage optionnel (ou non), etc - mais t'inquiète on te file la place". Non. Et malheureusement, sans la prise en compte du CV/de la motivation/de la personnalité des candidats telles que les choses sont actuellement, on se retrouve assez souvent dans ce cas de figure (il suffit de voir les stats publiées chaque année concernant le droit au remords durant l'internat). Si quelqu'un veut quelque chose, j'estime qu'il faut (encore pardon) qu'il se mette un coup de pied au cul et se batte un peu pour ça.

Je ne dis pas que le système est parfait (oh loin de là), mais par exemple au Canada et aux US (systèmes que je connais bien, donc je ne parlerai que d'eux) : tu ne peux entrer en fac de médecine qu'après l'équivalent de bac+4 (souvent en chimie ou nutrition ou biologie...), et cette entrée est conditionnée par un concours (enfin, un examen mais clairement un mauvais score peut être = refus) et des entretiens comme pour un travail traditionnel où la personnalité et la motivation du candidat sont évalués (et pour le coup les contrats de bénévolat ou autres activités extra-scolaires sont des must-have!. Résultat : les étudiants arrivent en fac de médecine en sachant où ils vont, et c'est là mon point.
On manque énormément de ça chez nous. Mais encore une fois, la faute dépend de plusieurs facteurs, et notamment les gros problèmes de manque d'orientation dès le secondaire...

Bref, tout ça pour dire que : je comprends que notre projet ne soit pas défini, qu'on hésite, qu'on se découvre effectivement un intérêt sur le tard... Mais je serais (personnellement) plutôt du genre à dire que si une étudiante débarque demain en face de moi à J-50 de l'ECNi pour un entretien de motivation au cours duquel je vois qu'elle ne s'est jamais trop foulée pour au moins trouver une orientation possible (multiplication de stages, de prises de contacts, curiosités +++), et qu'elle me sort qu'elle veut neurochir, je ne lui donnerais pas un avis favorable.

À partir d'un certain âge, et d'autant plus dans un cursus exigeant comme les études de santé, il me paraît nécessaire de savoir au moins un peu où on va... Au risque de se réveiller un matin en se disant "mince j'aurais dû faire ça" en boucle à 28 ans quand ce sera quasiment trop tard.

J'espère que j'ai réussi à être à peu près claire dans mes propos (qui font encore une fois UN PAVÉ, vraiment désolée). Ma position sur le 2nd point ne reflète pas forcément (voire pas du tout) celui de l'ANEMF mais je tenais à le partager étant donné que tu insistais beaucoup sur les personnes qui sont indécises (encore une fois : être indécis jusqu'à la P1 OK, jusqu'à la D2 ça peut se comprendre, mais n'avoir aucun projet en D3....... Bref, tu as compris mon idée !).

En conclusion : si on veut quelque chose, il faut s'en donner les moyens. Et si on ne l'a pas fait, il ne faut pas trop être étonné que des personnes qui, elles, l'ont fait "nous passe devant"... Cela étant dit, cette proportion de chose sera minoritaire car l'épreuve classante devrait rester au programme encore un moment smilies

Sincèrement désolée pour le roman !
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 29/04/2018 à 12:32 notnew
Je comprends ce que tu veux dire. Mais au risque de paraître un peu trop philosophique: choisir c'est renoncer. En ce sens je comprends ceux qui ont du mal à faire leur choix.
Et puis, ce n'est pas très facile de rester focalisé sur quelque chose quand on a aucune garantie qu'on l'aura (évidement il faut s'en donner les moyens et y croire...mais même dans ce cas on ne peut jamais être sûr à 100% de décrocher ce que l'on veut). Donc imaginons un gars qui a bossé à fond les ECN, qui veut faire ophtalmo depuis toujours et qui se retrouve classé 3200 aux ECN...La déception sera rude, et c'est ce genre d'exemple qui me décourage de faire une "fixette" sur telle ou telle spé, mais là encore c'est un sentiment personnel. Je ne sais pas si je suis très claire. Après c'est sûr que quelqu'un qui veut être médecin généraliste, là il peut faire une fixette et dire de toute façon c'est ce que je veux faire, pas de soucis il peut être sûr de lui et bosser paisiblement, s'investir dans ce qu'il veut à côté...pas de pression.

Ensuite merci pour la petite mise au point concernant le master, mais du coup si on a pas commencé le M1 en P2, ni en D1, c'est trop tard ?
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 29/04/2018 à 14:41 puis édité 2 fois notnew
Ha mais j'ai bien précisé que je ne parlais pas des gens qui se focus sur une spé super précise ! Je parlais plutôt des D4 qui ne savent ni s'ils veulent faire plutôt chir ou médical, une spé d'organe ou quelque chose de plus généraliste, plutôt du libéral ou du clinique pur.... Quelque chose qui leur permette au final de cercler 5-6 spé qui pourraient leur plaire à priori, tu comprends ?
Je ne m'attends pas spécialement, compte tenu du gros paramètre de variation ECNi, qu'on me dise "je veux faire cardio DU addicto avec 3 ans et 1/2 exercice hospitalier et ensuite 12,5677 heures en consult libéral" etc. Mais qu'au moins les gens sachent un peu ce qu'ils attendent de leur plan de carrière, et non pas qu'ils se réveillent à J-2 du choix en hésitant encore entre 32 spés parce qu'ils ne se seront renseignés sur aucune !

Concernant le master : il me semble (j'insiste sur la non-certitude...) que tu peux faire ton master en entier durant ton internat si non fait avant, mais à voir si tu peux prendre une année "sabbatique" pour t'y dédier par exemple ? Car ça me paraît compliqué de cumuler travail temps plein-M1+M2.... Je sais cependant que dans certaines facs, tu peux faire des UE de M1 en D3.
Après dans l'absolu, j'aurais tendance à dire que :

- si tu sûr et certain (mais pour ça, on en revient au "faut se renseigner avant...") que la recherche/le clinicat/l'enseignement ne te disent rien = pas de master.

- si tu n'es pas trop sûr, que tu te dis "dans le futur pourquoi pas pour le clinicat/etc" : alors il vaut bien faire un M1 en parallèle, ce qui n'est clairement pas le pire à raison de 2 UE aménagées/semestre, et avoir cette sécurité...
Car l'entrée en M2 est souvent conditionnée au fait d'avoir un M1 un peu en lien avec le M2 demandé au moment de l'internat, donc je pense clairement qu'un dossier demandant à faire un M2 sans avoir fait un M1 avant sera refusé d'entrée de jeu.

Donc à se renseigner car dépendant de chaque fac (M1 en P2, D1... jusqu'en D3 ?), mais de mon point de vue à moins de prendre une année off ce n'est pas possible de faire M1 et M2 en post-ECNi
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 29/04/2018 à 15:20 puis édité 5 fois notnew
Oui je comprends, c'est assez délicat d'arriver à J-2 des choix sans savoir (du tout) ce que l'on veut faire, ça fait pas très sérieux. C'est vrai que quelqu'un qui n'a pas du tout de préférence ça peut laisser un peu perplexe. Je me trompe peut-être mais j'ai l'impression qu'en général ce ne sont pas des gens qui ne savent pas ce qu'ils veulent faire mais plutôt qui ne savent pas ce à quoi ils veulent renoncer (ils aiment la cardio, la gynéco, la gastro,..). Mais on peut être un grand indécis; d'ailleurs il existe même un droit au remord pour ceux qui changeraient d'avis même après leur choix!

Personnellement je ne suis qu'au début des études de médecine, et je dois dire que la majorité des spécialités me semblent très bien (même si j'ai quand même des préférences, qui s'envoleront peut être au cours des stages cependant), c'est vrai que je sais déjà quel type d'exercice j'aimerais,... mais par exemple le choix entre spécialiste (pour ma part quelque chose de médico-chirurgical) et généraliste est un dilemme.
Je sais que ça peut paraître paradoxal mais je m'explique: j'aime à la fois l'idée de voir un peu de tout, de prendre son temps avec un patient (aspect humain/relationnel du MG), de le suivre et de l'appréhender dans sa globalité, et parallèlement à ça j'aime l'idée d'avoir des compétences techniques, d'opérer un peu, de maîtriser parfaitement un domaine/un organe, d'aller au fond des choses.

Mais je pense qu'au cours des stages...les choses doivent devenir plus claires, enfin j'espère.

Et pour le master merci pour tous ces renseignements ! smilies
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 29/04/2018 à 16:50 notnew
Oui je comprends, c'est assez délicat d'arriver à J-2 des choix sans savoir (du tout) ce que l'on veut faire, ça fait pas très sérieux. C'est vrai que quelqu'un qui n'a pas du tout de préférence ça peut laisser un peu perplexe. Je me trompe peut-être mais j'ai l'impression qu'en général ce ne sont pas des gens qui ne savent pas ce qu'ils veulent faire mais plutôt qui ne savent pas ce à quoi ils veulent renoncer (ils aiment la cardio, la gynéco, la gastro,..). Mais on peut être un grand indécis; d'ailleurs il existe même un droit au remord pour ceux qui changeraient d'avis même après leur choix!

Je pense que c'est effectivement ça le problème oui, mais rien qui ne saurait (en tout cas globalement) être pallié par une grosse recherche/une période d'introspection/des discussions avec des internes ou professionnels concernés... Mais je me répète ! En tous cas, je comprends très bien la problématique et encore une fois, hésiter entre qques spés "proches" dans leur mode d'exercice, ça me paraît plus que normal....

Personnellement je ne suis qu'au début des études de médecine, et je dois dire que la majorité des spécialités me semblent très bien (même si j'ai quand même des préférences, qui s'envoleront peut être au cours des stages cependant), c'est vrai que je sais déjà quel type d'exercice j'aimerais,... mais par exemple le choix entre spécialiste (pour ma part quelque chose de médico-chirurgical) et généraliste est un dilemme.
Je sais que ça peut paraître paradoxal mais je m'explique: j'aime à la fois l'idée de voir un peu de tout, de prendre son temps avec un patient (aspect humain/relationnel du MG), de le suivre et de l'appréhender dans sa globalité, et parallèlement à ça j'aime l'idée d'avoir des compétences techniques, d'opérer un peu, de maîtriser parfaitement un domaine/un organe, d'aller au fond des choses.

Ça n'a rien de paradoxal ! C'est (pour l'instant) mon projet aussi, de concilier ces deux aspects là smilies

Mais je pense qu'au cours des stages...les choses doivent devenir plus claires, enfin j'espère.
C'est le but héhé smilies

Et pour le master merci pour tous ces renseignements ! smilies

De rien !
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 29/04/2018 à 18:25 puis édité 1 fois notnew
Personnellement je ne suis qu'au début des études de médecine, et je dois dire que la majorité des spécialités me semblent très bien (même si j'ai quand même des préférences, qui s'envoleront peut être au cours des stages cependant), c'est vrai que je sais déjà quel type d'exercice j'aimerais,... mais par exemple le choix entre spécialiste (pour ma part quelque chose de médico-chirurgical) et généraliste est un dilemme.
Je sais que ça peut paraître paradoxal mais je m'explique: j'aime à la fois l'idée de voir un peu de tout, de prendre son temps avec un patient (aspect humain/relationnel du MG), de le suivre et de l'appréhender dans sa globalité, et parallèlement à ça j'aime l'idée d'avoir des compétences techniques, d'opérer un peu, de maîtriser parfaitement un domaine/un organe, d'aller au fond des choses.

Ça n'a rien de paradoxal ! C'est (pour l'instant) mon projet aussi, de concilier ces deux aspects là smilies

Ah je me sens moins seule ! Et du coup tu as une idée d'une spécialité qui saurait associer ces deux aspects là ? Parce que perso j'ai l'impression qu'il faut forcément choisir (généraliste ou spécialiste).

PS: désolée je m'éloigne un peu du sujet du topic
Top
key
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 57
Enregistré : 13/06/2004
Posté le 29/04/2018 à 20:52 puis édité 5 fois notnew
Salut,

Le systéme actuel de l’ecn n’est pas vraiment adapté à la pratique et au travail qu’on sera amené à exercer.
Le passage en qcm sur tablette nous rend un peu passif, on attend les propositions et la finalité du raisonnement se limite à : “je coche ou je coche pas“....
On est noyé de details (physio, anapath, imagerie, classification, pharmaco...). Le programme n’a plus vraiment de limite et faire un "tour de révision " ne correspond plus vraiment à rien car tout est potentiellement tombable...Tu travailles pour tes partiels (et il y en a beaucoup en 6 ans...), tu te fais évaluer en stage mais peu importe les notes, cela ne compte pas.
Le programme est devenu colossale, il faut avoir des connaissances sur presque tout (tout en maintenant ses connaissances à jour, nouveaux colléges, dernières réco) mais les temps de cours/stage/révision n’ont pas changé avec cette iECN.
Du coup, tu cours dérriere le temps, tu vas moins en cours et tu t’investis beaucoup moins en stage pour ne pas finir trop tard...(c’est ce que j‘ai constaté autour de moi).
La prochaine réforme ne pourra faire que mieux.
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 29/04/2018 à 22:14 notnew
Mais j'ai du mal à voir comment ça pourrait être autrement. Comment classer les gens sur autre chose que leur notes, ou comment établir des notes à partir d' "expériences" ? On te donne 100 points (exemple) si tu es parti à l'étranger, 200 si tu as fait un double cursus, 50 si tu as fait le tutorat,..enfin tu vois quoi j'ai un peu du mal à voir comment ça pourrait marcher, ça ne me paraît pas très raisonnable. Ca serait un peu comme sélectionner les gens en P1 en fonction du fait qu'ils aient fait une section européenne au lycée, ou du latin, ou du grec, ou le club astronomie...Je ne trouve pas ça très approprié mais ça reste mon avis.
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 30/04/2018 à 12:39 notnew


Ah je me sens moins seule ! Et du coup tu as une idée d'une spécialité qui saurait associer ces deux aspects là ? Parce que perso j'ai l'impression qu'il faut forcément choisir (généraliste ou spécialiste).

PS: désolée je m'éloigne un peu du sujet du topic

MG avec certains DU, dermato surtout ! Sinon peut-être pas tant des spés que des modes d'exercice : par exemple, si tu fais MG avec MSF, tu risques de faire beaucoup de terrain et beaucoup de "petites" chirurgies, etc !
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 30/04/2018 à 20:24 puis édité 1 fois notnew


Ah je me sens moins seule ! Et du coup tu as une idée d'une spécialité qui saurait associer ces deux aspects là ? Parce que perso j'ai l'impression qu'il faut forcément choisir (généraliste ou spécialiste).

PS: désolée je m'éloigne un peu du sujet du topic

MG avec certains DU, dermato surtout ! Sinon peut-être pas tant des spés que des modes d'exercice : par exemple, si tu fais MG avec MSF, tu risques de faire beaucoup de terrain et beaucoup de "petites" chirurgies, etc !

Oui c'est vrai que MG spécialisé en dermato c'est pas mal. Mais sauf erreur de ma part les FST (formations spécialisées transversales) en MG sont actuellement les suivantes:
- addictologie
- douleur
- expertise médicale - préjudice corporel
- médecine du sport
- médecine scolaire
- soins palliatifs
(donc plus de dermato ! ni médecine d'urgence d'ailleurs)

Après MSF ça me semble plus être un mode de vie qu'un mode d'exercice: il faut mettre de côté l'idée d'une vie de famille (correcte).
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 01/05/2018 à 13:39 notnew
Je me suis mal exprimée, je disais :
- MG avec peut-être certains DU
- la spé dermato

Ha ça c'est certain pour MSF, mais pourquoi pas...
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Nalla
Interne

Messages : 136
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 01/05/2018 à 14:08 notnew
Je me suis mal exprimée, je disais :
- MG avec peut-être certains DU
- la spé dermato

Ah je vois

Ha ça c'est certain pour MSF, mais pourquoi pas...

Oui pourquoi pas...qui sait ? smilies
Top
MdeM
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 23/09/2019
Posté le 20/10/2019 à 17:37 notnew
Bonjour , j'aimerais savoir quel type d'expériences pourrait être valorisé ?

Par exemple , j'avais vu que pour quelqu'un qui veut faire de la chirurgie , avoir été aide opératoire au bloc pourrait être un + . Ce que je trouve bien . Mais dans ma région, embaucher des étudiants en tant qu'aide opératoire n'est pas coutume . J'ai postulé mais je n'ai pas eu de retour ! Et je n'en ai jamais entendu parler autour de moi .

Cependant , si je demande à un chirurgien de me prendre au bloc quelques fois en dehors des périodes de stage , pensez-vous que cela pourrait être considéré comme un + ? Sachant que ce n'est ni un stage ni un emploi d'aide opératoire , juste des heures au bloc . Comment faire valoir cela ?

Par ailleurs , dans ma fac , nous n'avons pas de monitorat d'anatomie , ce que je trouve dommage . Pensez-vous qu'il y aurait une alternative ?

Ensuite , quand ils parlent de mobilité internationale , parlent-ils de stages d'externat ? ou de stages de sémiologie ?Les étudiants antillais effectuent leurs stage entre la Guadeloupe , la Martinique et la Guyane . Est-ce que cela pourrait être vu comme un + ?


Merci d'avance pour vos réponses .

Je souhaiterais vraiment enrichir mon cursus par des expériences extra universitaires, mais je n'ai pas d'idées . Je suis inscrite en master de biologie . Cependant , je suis attirée par la littérature , l'écriture , la lecture . Que pourrais-je faire en rapport avec cela qui pourrait être valorisé comme activité extra-universitaire ?
Top
Idris Amrouche
Bizut (futur carré)

Messages : 6
Billets de blog : 1
Enregistré : 07/12/2018
Posté le 25/10/2019 à 11:23 notnew
Bonjour , j'aimerais savoir quel type d'expériences pourrait être valorisé ?

Par exemple , j'avais vu que pour quelqu'un qui veut faire de la chirurgie , avoir été aide opératoire au bloc pourrait être un + . Ce que je trouve bien . Mais dans ma région, embaucher des étudiants en tant qu'aide opératoire n'est pas coutume . J'ai postulé mais je n'ai pas eu de retour ! Et je n'en ai jamais entendu parler autour de moi .

Cependant , si je demande à un chirurgien de me prendre au bloc quelques fois en dehors des périodes de stage , pensez-vous que cela pourrait être considéré comme un + ? Sachant que ce n'est ni un stage ni un emploi d'aide opératoire , juste des heures au bloc . Comment faire valoir cela ?

Par ailleurs , dans ma fac , nous n'avons pas de monitorat d'anatomie , ce que je trouve dommage . Pensez-vous qu'il y aurait une alternative ?

Ensuite , quand ils parlent de mobilité internationale , parlent-ils de stages d'externat ? ou de stages de sémiologie ?Les étudiants antillais effectuent leurs stage entre la Guadeloupe , la Martinique et la Guyane . Est-ce que cela pourrait être vu comme un + ?


Merci d'avance pour vos réponses .

Je souhaiterais vraiment enrichir mon cursus par des expériences extra universitaires, mais je n'ai pas d'idées . Je suis inscrite en master de biologie . Cependant , je suis attirée par la littérature , l'écriture , la lecture . Que pourrais-je faire en rapport avec cela qui pourrait être valorisé comme activité extra-universitaire ?

Pour répondre à tes questions :
Je n'ai pas bien compris si tu étais déjà en médecine ou non.
Si tu es déjà en médecine, tu trouveras très facilement un service qui peut t'accepter comme aide-opératoire. Si tu n'es pas en médecine je te conseil de te rapprocher des cliniques les plus proches de toi ,tu peux contacter les services de chirurgie et ils te diront comment postuler.
Toutes les facs n'ont malheureusement pas de monitorat d'anatomie, mais cela ne sera pas discriminant comme personne dans ta fac ne peut en bénéficier. Autrement tu peux te retourner vers les excellents ouvrage d'anat.
Enfin, pour enrichir ton cursus, les master sont de très bonnes choses et seront vu d'un très bon oeil. Aujourd'hui il est difficile de dire ce qui sera bien vu ou non, ce qui sera valorisé ou non; mais on peut retenir que l'ouverture mettra surement en avant des profils divers et varié, l'inscription dans un club de sport, de théâtre ou autre, sera surement un plus. Il faut montrer que l'on a une vie équilibré. C'est tout le but de la réforme.

Idris
Membre de l'équipe remede.org
Top
Aller en haut • 19 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter