logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

La médecine, une vocation ?

Aller en bas • 17 réponses
Asuna
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 27/07/2018 à 21:02 puis édité 1 fois notnew
Bonjour,
Ces temps-ci je suis en remise en question totale et je tends même à déprimer. Alors je souhaiterais parler de mes soucis avant qu'ils n'empirent.
Je suis une élève de Terminale et à la rentrée je rentre en PACES dans l'optique de tenter médecine. Cela fait déjà un an que j'ai décidé de m'y orienter, que je m'y prépare psychologiquement et également "méthodiquement" (si je peux dire ça comme ça). Travailler énormément ne me fait pas peur, j'ai toujours été une énorme bosseuse. Seulement voilà, en ce moment, j'ai l'impression d'être sans cesse confrontée aux points négatifs de ce cursus. Il faut savoir que médecine n'a jamais été une vocation pour moi. Personnellement, j'ai toujours été attirée par l'enseignement (je pense que mon environnement familial y joue beaucoup, j'ai beaucoup de personnes professeurs dans ma famille). Et je ne vais pas vous mentir, mes parents sont un peu les moteurs de mon choix de m'orienter en médecine (sans me forcer bien sûr). Je vous explique. Mes parents m'ont toujours vendu ce cursus comme un cursus "prestigieux". Alors bien sûr, j'ai décidé dès l'an dernier de me renseigner dessus. Et j'y ai trouvé des choses passionnantes. Par exemple, étudier le système immunitaire avec le fonctionnement du SIDA, ou encore étudier le développement d'un embryon, je trouve ça juste fascinant ! Maintenant, je ne sais pas si je me vois médecin. Je veux dire, je me suis toujours vue enseigner, mais par-contre je ne me suis absolument jamais vue soigner. Et clairement, j'ai peur de ne pas avoir les qualités nécessaires à ce métier.
Ce n'est pas tout. On entend souvent dire que "médecine, c'est mettre sa vie de côté". Alors autant, faire des études qui demandent énormément d'investissement avec une sortie par mois ne me dérange pas du tout, autant si c'est pour faire un métier qui me bouffe la vie je ne veux pas. Je n'ai pas envie de faire du 70h par semaine et de n'avoir aucun temps à consacrer à ma famille... Et puis j'ai trop de passions dans ma vie : j'aime écrire, j'aime dessiner, j'aime voyager. Je ne veux pas sacrifier ces choses là... Et un professeur possède quand même davantage de temps libre qu'un médecin.
En plus, quand je vois comment les étudiants parlent de l'externat ou pire encore, de l'internat, j'ai juste envie de pleurer tellement j'ai l'impression de me lancer en enfer lol (j'exagère un peu mais voilà)
Vous allez donc me dire, mais pourquoi t'orienter en médecine alors ? Eh bien tout simplement parce que je me suis dit qu'avec ce cursus, je pouvais toujours bifurquer sur l'enseignement. De plus, j'ai quand même envie de tenter même si j'ai peur, car comme je vous l'ai dit certaines matières ont l'air géniales (mais j'imagine que ces matières, j'aurais pu les étudier sans passer par médecine ?).
Du coup je voulais savoir :
=> Peut-on devenir enseignant en passant par médecine ?
=> Est-ce que la passion de la médecine peut venir durant les études ? (car certains étudiants m'ont dit que oui)
=> Faire médecine, est-ce vraiment lâcher sa vie ?

Je suis désolée, mon message doit être bourré d'erreurs mais j'écris à chaud car j'ai vraiment besoin de parler !
Top
Nalla
Interne

Messages : 129
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 28/07/2018 à 00:06 puis édité 1 fois notnew
=> Peut-on devenir enseignant en passant par médecine ?

Oui, tu pourras enseigner la médecine mais tu ne peux pas être exclusivement enseignant
(enfin je n'en suis pas sûre à 100% mais c'est très probablement le cas).

=> Est-ce que la passion de la médecine peut venir durant les études ? (car certains étudiants m'ont dit que oui)

La passion c'est peut-être un grand mot mais en tout cas moi je pense qu'il est vraiment important d'aimer ce que l'on fait pour ne pas être malheureux dans sa vie. Et en médecine les modes d'exercice sont multiples et les spécialités aussi donc selon moi si la médecine t'intéresses un minima (ce qui a l'air d'être le cas) tu trouveras ton bonheur (ça ne reste que mon avis). Fais des stages ça t'aidera certainement à y voir plus clair.

=> Faire médecine, est-ce vraiment lâcher sa vie ?

Ca dépend comme je l'ai dit plus haut les modes d'exercice en médecine sont vraiment nombreux (cabinet libéral, hôpital,...) et c'est un fait selon ta spécialité ton salaire varie aussi (et parfois de beaucoup), donc tu peux choisir le temps que tu consacreras à la médecine mais ton salaire en sera directement impacté (plus au moins réalisable selon ta spécialité). Après bon si tu te destines à de la chirurgie (hors ORL, ophtalmo,...) là oui ta vie perso va être massacrée et il y a aussi d'autres spécialités où les heures de travail son énormes (quand tu ne veux pas faire que ça de ta vie).

En espérant t'avoir aidé un peu
Top
Asuna
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 28/07/2018 à 09:46 puis édité 1 fois notnew

Oui, tu pourras enseigner la médecine mais tu ne peux pas être exclusivement enseignant (enfin je n'en suis pas sûre à 100% mais c'est très probablement le cas).

En gros ce sont les enseignants qui sont aussi chercheurs c'est ça ? Ou bien est-ce que l'on peut enseigner tout en exerçant, par exemple, à mi-temps à l'hôpital ?

La passion c'est peut-être un grand mot mais en tout cas moi je pense qu'il est vraiment important d'aimer ce que l'on fait pour ne pas être malheureux dans sa vie. Et en médecine les modes d'exercice sont multiples et les spécialités aussi donc selon moi si la médecine t'intéresses un minima (ce qui a l'air d'être le cas) tu trouveras ton bonheur (ça ne reste que mon avis). Fais des stages ça t'aidera certainement à y voir plus clair.

Oui bien sûr que la médecine m'intéresse un minimum, tout comme la pharma m'intéresse ! Maintenant, je me sens un peu minable et maigre de motivation quand je vois les gens qui veulent faire ça depuis qu'ils ont cinq ans !

Ca dépend comme je l'ai dit plus haut les modes d'exercice en médecine sont vraiment nombreux (cabinet libéral, hôpital,...) et c'est un fait selon ta spécialité ton salaire varie aussi (et parfois de beaucoup), donc tu peux choisir le temps que tu consacreras à la médecine mais ton salaire en sera directement impacté (plus au moins réalisable selon ta spécialité). Après bon si tu te destines à de la chirurgie (hors ORL, ophtalmo,...) là oui ta vie perso va être massacrée et il y a aussi d'autres spécialités où les heures de travail son énormes (quand tu ne veux pas faire que ça de ta vie).

Est-ce que tu aurais des exemples de spécialités qui ne seraient pas chronophages ? Et quand tu dis que le salaire va impacter, j'imagine que ça reste tout de même très honorable comparé à d'autres métiers, non ? Ou bien c'est vraiment bas ?
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 386
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 28/07/2018 à 11:50 notnew
Salut,

Ce que tu voudrais faire ça correspond à ce qu'on appelle une carrière hospitalo-universitaire. C'est à dire que tu as une triple casquette. Enseignant, chercheur et praticien hospitalier.
Après, d'après les échanges que j'ai pu avoir des PU-PH (professeur des universités - praticiens hospitaliers), il est rare qu'ils consacrent le tiers de leur temps à chacune des trois activités. Ils vont surtout en privilégier deux.
Il faut cependant savoir qu'il n'est pas chose facile d'accéder à ce niveau.
Grosso modo, après ton internat tu devras faire un clinicat (2 ans il me semble) ce qui te permet d'accéder au titre de PH (praticien hospitalier) en passant un concours. Tu devras réaliser un doctorat de sciences, généralement en biologie il me semble (ça dure 3 ans).
Tu pourras ensuite passer le concours accéder au titre de MCU-PH (maître de conférences praticien hospitalier).
Dans les années qui suivent, tu devras plutôt te consacrer à la recherche (au détriment de ta vie privée, toujours d'après les échanges que j'ai pu avoir avec des PU-PH) en essayant de faire de la mobilité en allant travailler dans des labos dans d'autres villes ou à l'étranger. Tu devras ensuite valider une HDR (habilitation à diriger des recherches) ce qui correspond quasiment à une thèse mais un peu moins dense. Cette HDR te permettra de passer le concours pour devenir PU-PH, le titre "ultime".
J'ai décrit les choses en gros, c'est pas exact, il y a des petites nuances. Mais si c'est surtout l'aspect enseignement et recherche qui t'intéresse, je ne suis pas sur que ce soit le cursus le plus adapté pour toi dans la mesure où c'est loin d'être le plus direct. Grosso modo, ça te doublerait le temps de formation et ça t'obligerait à passer par de longues années d'activités hospitalières avant de pouvoir te consacrer à l'enseignement et à la recherche.
Tu pourrais directement te lancer dans un cursus LMD (licence master doctorat) en biologie par exemple, ce qui serait plus adéquat si c'est surtout de l'enseignement et de la recherche que tu veux faire.

Pour ce qui est de ta vocation à devenir médecin, tu n'as pas à te sentir minable. Tu évoques ceux qui rêvent de faire ça depuis l'enfance mais je ne pense pas que la vocation d'un enfant soit très fondée.
D'après les échanges que j'ai pu avoir avec des étudiants en médecine, certains m'ont dit qu'ils s'étaient lancés en médecine par pression familiale et/ou pour suivre leurs potes et que c'était vraiment pendant leur externat qu'ils y ont pris goût et qu'ils ont su que c'était ça qu'ils voulaient vraiment faire.
En tout cas ne t'angoisse pas de ne pas avoir encore une motivation extrême à devenir médecin. Lance toi dans ces études, n'y vas pas à reculons. Dans le pire des cas, tu perdras un peu de temps mais si ça te permet d'y voir plus clair dans ton projet "professionnel" ce ne sera pas vraiment du temps de perdu. D'autant plus que je crois qu'il est à présent possible de faire une passerelle vers un cursus de bio depuis les études de médecine (de pharma aussi je suppose).

Pour ce qui est de spécialités pas excessivement chronophages, je pense (je suis loin de m'y connaître) que la médecine du travail ou scolaire ne sont pas très chronophages dans la mesure où elles sont calées sur les horaires de boulot classiques ou les horaires des cours.
Pratiquer en libéral te permet de choisir tes propres horaires d'ouverture de ton cabinet mais comme le disait NeigeK ça va directement influer sur ton revenu.
J'imagine que tu peux tout de même bien gagner ta vie en ayant des horaires de consultations plus restreints. Mais ça dépendra aussi du fait que tu prennes ou non des dépassements d'honoraires et si tu as une patientèle suffisamment grande pour avoir suffisamment de consultations dans ta journée.
Après dans les 3 cas, ça ne semble pas vraiment correspondre à ton projet qui était plus centré sur l'enseignement et la recherche. Je ne pense pas qu'il y ait de spécialités qui ne serait pas trop chronophages si tu as une activité hospitalo-universitaire (à vérifier, comme j'ai dit je ne suis pas hyper bien informé la dessus).

Bon courage en tout cas. Si tu as plus de questions, tu peux aussi me contacter directement en u2u si tu veux.
Top
Asuna
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 28/07/2018 à 15:11 notnew
Salut,

Ce que tu voudrais faire ça correspond à ce qu'on appelle une carrière hospitalo-universitaire. C'est à dire que tu as une triple casquette. Enseignant, chercheur et praticien hospitalier.
Après, d'après les échanges que j'ai pu avoir des PU-PH (professeur des universités - praticiens hospitaliers), il est rare qu'ils consacrent le tiers de leur temps à chacune des trois activités. Ils vont surtout en privilégier deux.
Il faut cependant savoir qu'il n'est pas chose facile d'accéder à ce niveau.
Grosso modo, après ton internat tu devras faire un clinicat (2 ans il me semble) ce qui te permet d'accéder au titre de PH (praticien hospitalier) en passant un concours. Tu devras réaliser un doctorat de sciences, généralement en biologie il me semble (ça dure 3 ans).
Tu pourras ensuite passer le concours accéder au titre de MCU-PH (maître de conférences praticien hospitalier).
Dans les années qui suivent, tu devras plutôt te consacrer à la recherche (au détriment de ta vie privée, toujours d'après les échanges que j'ai pu avoir avec des PU-PH) en essayant de faire de la mobilité en allant travailler dans des labos dans d'autres villes ou à l'étranger. Tu devras ensuite valider une HDR (habilitation à diriger des recherches) ce qui correspond quasiment à une thèse mais un peu moins dense. Cette HDR te permettra de passer le concours pour devenir PU-PH, le titre "ultime".
J'ai décrit les choses en gros, c'est pas exact, il y a des petites nuances. Mais si c'est surtout l'aspect enseignement et recherche qui t'intéresse, je ne suis pas sur que ce soit le cursus le plus adapté pour toi dans la mesure où c'est loin d'être le plus direct. Grosso modo, ça te doublerait le temps de formation et ça t'obligerait à passer par de longues années d'activités hospitalières avant de pouvoir te consacrer à l'enseignement et à la recherche.
Tu pourrais directement te lancer dans un cursus LMD (licence master doctorat) en biologie par exemple, ce qui serait plus adéquat si c'est surtout de l'enseignement et de la recherche que tu veux faire.

Coucou, déjà merci pour ta réponse ! Alors wow, j'avoue que le cursus que tu me décris là a l'air vachement long (même si je ne doute pas qu'il soit passionnant). Clairement, je ne pense pas avoir le courage d'enchaîner autant d'années alors que comme tu dis, on pourrait faire un LMD. Le problème cependant avec le cursus LMD (en bio), c'est qu'on m'a dit que les débouchées n'étaient pas forcément très très importantes. Je ne sais pas si c'est vrai !

Pour ce qui est de ta vocation à devenir médecin, tu n'as pas à te sentir minable. Tu évoques ceux qui rêvent de faire ça depuis l'enfance mais je ne pense pas que la vocation d'un enfant soit très fondée.
D'après les échanges que j'ai pu avoir avec des étudiants en médecine, certains m'ont dit qu'ils s'étaient lancés en médecine par pression familiale et/ou pour suivre leurs potes et que c'était vraiment pendant leur externat qu'ils y ont pris goût et qu'ils ont su que c'était ça qu'ils voulaient vraiment faire.
En tout cas ne t'angoisse pas de ne pas avoir encore une motivation extrême à devenir médecin. Lance toi dans ces études, n'y vas pas à reculons. Dans le pire des cas, tu perdras un peu de temps mais si ça te permet d'y voir plus clair dans ton projet "professionnel" ce ne sera pas vraiment du temps de perdu. D'autant plus que je crois qu'il est à présent possible de faire une passerelle vers un cursus de bio depuis les études de médecine (de pharma aussi je suppose).

Voilà, moi aussi beaucoup d'étudiants qui s'étaient retrouvés dans ce cursus par défaut ont trouvé leur voie ! Après j'imagine que le contraire se produit également... Mais sinon comme tu le dis, si une passerelle est possible, alors autant tenter le tout pour le tout ! Ton message m'a vraiment remotivée !


Pour ce qui est de spécialités pas excessivement chronophages, je pense (je suis loin de m'y connaître) que la médecine du travail ou scolaire ne sont pas très chronophages dans la mesure où elles sont calées sur les horaires de boulot classiques ou les horaires des cours.
Pratiquer en libéral te permet de choisir tes propres horaires d'ouverture de ton cabinet mais comme le disait NeigeK ça va directement influer sur ton revenu.
J'imagine que tu peux tout de même bien gagner ta vie en ayant des horaires de consultations plus restreints. Mais ça dépendra aussi du fait que tu prennes ou non des dépassements d'honoraires et si tu as une patientèle suffisamment grande pour avoir suffisamment de consultations dans ta journée.
Après dans les 3 cas, ça ne semble pas vraiment correspondre à ton projet qui était plus centré sur l'enseignement et la recherche. Je ne pense pas qu'il y ait de spécialités qui ne serait pas trop chronophages si tu as une activité hospitalo-universitaire (à vérifier, comme j'ai dit je ne suis pas hyper bien informé la dessus).

D'accord je vois ! Après je ne demande pas non plus à être aux 35h (je sais bien qu'il ne faut pas rêver lol) mais si je pouvais éviter d'avoisiner 60h ce serait cool...

En tout cas, ton message m'a vraiment gonflée à bloc et m'a donnée envie de tenter ! De toute façon maintenant que je suis inscrite je ne peux plus reculer lol
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 386
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 28/07/2018 à 17:34 notnew
Content que ça ait pu te motiver à ce point ^^

Pour ce qui est des débouchées dans le secteur industriel, j'avoue n'en avoir aucune idée.
Par contre, côté enseignement/recherche il y a pas mal de choses à faire je pense.
Mais sache qu'après avoir obtenu une thèse (en bio par exemple), le parcours est semblable à celui que j'ai décrit dans mon messages précédent. A savoir mobilité (à l'étranger de préférence) dans le cadre de post doc, concours pour devenir maître de conf, obtention d'un HDR puis concours pour devenir prof des universités.
Mais dans tous les cas, déjà pendant ton doctorat tu peux commencer à avoir une activité d'enseignement en parallèle de tes travaux de recherche.
Il faut que tu saches aussi que ne fait pas un doctorat qui veut. Il faudra que tu aies des bons résultats quoiqu'il arrive. Déjà pour être admise dans un bon M2 (le M1 peut être sélectif aussi suivant les cursus). Et ensuite, il faut avoir de bons résultats déjà trouver une équipe qui accepte de t'encadrer et trouver un financement pour tes recherches pendant 3ans.
Tu disais avoir des professeurs dans ta famille, n'hésite pas à les solliciter pour avoir plus de détail sur le déroulement des choses ou pour qu'ils te permettent de rencontrer des gens plus informés (ils ont probablement des connaissances universitaires dans le milieu de la bio).
Top
Asuna
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 28/07/2018 à 18:31 notnew
Content que ça ait pu te motiver à ce point ^^

Pour ce qui est des débouchées dans le secteur industriel, j'avoue n'en avoir aucune idée.
Par contre, côté enseignement/recherche il y a pas mal de choses à faire je pense.
Mais sache qu'après avoir obtenu une thèse (en bio par exemple), le parcours est semblable à celui que j'ai décrit dans mon messages précédent. A savoir mobilité (à l'étranger de préférence) dans le cadre de post doc, concours pour devenir maître de conf, obtention d'un HDR puis concours pour devenir prof des universités.
Mais dans tous les cas, déjà pendant ton doctorat tu peux commencer à avoir une activité d'enseignement en parallèle de tes travaux de recherche.
Il faut que tu saches aussi que ne fait pas un doctorat qui veut. Il faudra que tu aies des bons résultats quoiqu'il arrive. Déjà pour être admise dans un bon M2 (le M1 peut être sélectif aussi suivant les cursus). Et ensuite, il faut avoir de bons résultats déjà trouver une équipe qui accepte de t'encadrer et trouver un financement pour tes recherches pendant 3ans.
Tu disais avoir des professeurs dans ta famille, n'hésite pas à les solliciter pour avoir plus de détail sur le déroulement des choses ou pour qu'ils te permettent de rencontrer des gens plus informés (ils ont probablement des connaissances universitaires dans le milieu de la bio).

D'accord je vois, vraiment je ne connaissais pas du tout ce cursus merci de m'en avoir informée ! Pour être honnête je pensais qu'il fallait passer par une prépa BCPST pour aspirer un jour à enseigner la bio à l'université lol
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 386
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 28/07/2018 à 19:15 puis édité 1 fois notnew
Oui c'est aussi possible de passer par par les prépa BCPST pour rejoindre ensuite une école d'ingé ou une ENS et poursuivre en doctorat ensuite.
Mais le système universitaire classique fait ça très bien et propose beaucoup de formations orientées vers la recherche (en tout cas en sciences, pour le reste je ne sais pas).
N'aies pas peur d'aller à la fac. Beaucoup de gens la dénigre (sûrement une vieille routine) mais tu pourras y trouver des formations de grande qualité. Il y a des masters très prestigieux et reconnus qui sont proposés dans pas mal d'universités. Le tout c'est d'avoir de bons résultats pour y être accepté.
Top
Asuna
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 28/07/2018 à 19:19 notnew
Oui c'est aussi possible de passer par par les prépa BCPST pour rejoindre ensuite une école d'ingé ou une ENS et poursuivre en doctorat ensuite.
Mais le système universitaire classique fait ça très bien et propose beaucoup de formations orientées vers la recherche (en tout cas en sciences, pour le reste je ne sais pas).
N'aies pas peur d'aller à la fac. Beaucoup de gens la dénigre (sûrement une vieille routine) mais tu pourras y trouver des formations de grande qualité. Il y a des masters très prestigieux et reconnus qui sont proposés dans pas mal d'universités. Le tout c'est d'avoir de bons résultats pour y être accepté.

Ah oui ne t'inquiète pas je ne dénigre pas du tout la fac ! En soit médecine c'est la fac donc bon ^^ Mais oui je comprends totalement ce que tu veux dire, il vaut mieux être bon voire très bon à la fac plutôt qu'être parmi les derniers en prépa !
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 386
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 28/07/2018 à 19:34 notnew
Ah oui non je n'ai jamais dit que tu dénigrais la fac. Mais c'est assez courant d'entendre que c'est pour les "branleurs".
Médecine a toujours était considéré à part des cursus universitaires classiques de par la réputation d'études élitistes et aussi parce que le déroulement du cursus est vraiment spécifique.

Mais oui tu as bien compris mon propos, un bon master n'a rien à envier à un diplôme d'ingé d'une école moyenne voire même bonne (cf. le MPRI en informatique par exemple (je parle de ce que je connais)).
Top
Asuna
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 28/07/2018 à 19:53 notnew
Ah oui non je n'ai jamais dit que tu dénigrais la fac. Mais c'est assez courant d'entendre que c'est pour les "branleurs".
Médecine a toujours était considéré à part des cursus universitaires classiques de par la réputation d'études élitistes et aussi parce que le déroulement du cursus est vraiment spécifique.

Mais oui tu as bien compris mon propos, un bon master n'a rien à envier à un diplôme d'ingé d'une école moyenne voire même bonne (cf. le MPRI en informatique par exemple (je parle de ce que je connais)).

Oui d'ailleurs je trouve ça nul ! Je comprends pas pourquoi la fac a cette réputation alors que contrairement aux écoles, elle demande une certaine méthode de travail, une certaine autonomie qui n'est pas nécessaire en écoles.
Après pour médecine, ce qui diffère ce sont les stages, mais sinon l'organisation est la même non ? Genre y a des TD, partiels...etc
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 386
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 28/07/2018 à 20:05 notnew
Oui c'est encore le cas mais au fil des années j'ai tout de même l'impression que la fac gagne en réputation, du moins pour certaines filières.

Le déroulement des études de médecine est assez différent d'un cursus classique LMD.
Déjà ce concours d'admission en fin de première année. Puis 5 ans d'études, dont 3 où tu es la moitié du temps à l'hôpital, puis à nouveau un concours pour pouvoir te spécialiser après.
Alors oui, il y a des cours magistraux, des tds, des partiels à valider mais ça s'arrête la.
Top
Asuna
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 28/07/2018 à 20:24 notnew
Oui c'est encore le cas mais au fil des années j'ai tout de même l'impression que la fac gagne en réputation, du moins pour certaines filières.

Le déroulement des études de médecine est assez différent d'un cursus classique LMD.
Déjà ce concours d'admission en fin de première année. Puis 5 ans d'études, dont 3 où tu es la moitié du temps à l'hôpital, puis à nouveau un concours pour pouvoir te spécialiser après.
Alors oui, il y a des cours magistraux, des tds, des partiels à valider mais ça s'arrête la.

Oui je vois, merci pour les infos !
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 01/08/2018 à 16:45 notnew
Bonjour,

Je me permets de rectifier qques infos données au cours de ce fil (sortant d'une fac de bio) : la thèse de bio pour les étudiants en médecine, à contrario des étudiants en bio, peut se faire en un an. Elle est de facto plus "simple" à dénicher qu'une thèse pour un biologiste : moins de nécessité de moyens, moins de nécessité d'encadrement, et souvent le petit monde corporatiste de la médecine aide à trouver des contacts de professionnels pour la réaliser... Il faut également garder en tête qu'une thèse d'un an, d'un point de vue contenu, ne sera pas comparable à une thèse "traditionnelle" en biologie : il suffit de lire des thèses de médecins qui font 80 pages avec un n=3 pour s'en rendre compte... smilies

Donc bcp moins de pression que prévu à anticiper, à ce niveau-là.
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 386
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 01/08/2018 à 19:02 notnew
Il me semble que la thèse à laquelle tu fais référence est la thèse d'exercice à rédiger en fin de cursus de santé.

Je faisais pour ma part référence à la thèse de doctorat (et non d'exercice qui n'est pas l'équivalent d'un PhD) qui, il me semble, doit être effectuée en plus de la thèse d'exercice si l'on veut pouvoir obtenir le titre de MCU-PH puis PU-PH.
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 05/08/2018 à 13:33 notnew
Il me semble que la thèse à laquelle tu fais référence est la thèse d'exercice à rédiger en fin de cursus de santé.

Je faisais pour ma part référence à la thèse de doctorat (et non d'exercice qui n'est pas l'équivalent d'un PhD) qui, il me semble, doit être effectuée en plus de la thèse d'exercice si l'on veut pouvoir obtenir le titre de MCU-PH puis PU-PH.

Non, non, je parlais bien de la thèse de doctorat smilies Le format en est assez malléable pour les gens qui ont fait médecine, et ne sont pas rares les gens dans ma fac qui en ont fait comme je l'ai décrit !
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 386
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 05/08/2018 à 15:09 notnew
Ah ok d'accord je savais pas.
Merci pour l'info.
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 09/08/2018 à 11:17 notnew
Ah ok d'accord je savais pas.
Merci pour l'info.

Ça dépend probablement des facs/des directeurs de thèse, après...
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Aller en haut • 17 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
L’interview du mois Jérémy Do Cao, président de l’Association des juniors en pédiatrie Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter