logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Gros problème motivation

Aller en bas • 11 réponses
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 58
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 02/01/2019 à 19:09 notnew
Bonjour, je suis primante en PACES.
Depuis le début du S1, il ne se passe pas une seule semaine sans que je me remette en question quant à mon avenir. En effet, je doute en permanence dans mon envie de faire médecine.
Il faut savoir que médecine n'a jamais été mon rêve ou ma vocation. Au début, je me suis un peu inscrite en PACES par défaut (chose à ne pas faire) mais avec les matières je me suis rendue compte que j'adorais les sciences de la vie (bio cell, embryo, pharmaco etc). Sauf que cela ne suffit pas pour faire médecine, et j'en prends conscience un peu tard. Je ne sais pas si je veux réellement faire médecine car ce sont des études longues et fastidieuses, qui demandent un énorme investissement et je ne sais pas si je suis prête à faire ces sacrifices. Quand je vois mes amis de ma promo, ils sont tous surmotivés à me sortir qu'ils veulent faire ça depuis toujours, que leur vocation est destinée à sauver des vies... Ce n'est pas du tout mon cas ! Bien sûr, j'aime le contact social, mais je ne sais pas si je me vois m'occuper des gens au point d'en sacrifier ma vie de famille par exemple.
Par ailleurs, j'ai l'impression de ne pas vraiment faire partie de ce "monde" parce que quand je vois les spécialités qui pourraient m'intéresser, je suis loin de l'ambition de mes camarades. Par exemple, j'ai pensé à la médecine du travail. Mais au final, n'est-ce pas là un échappatoire de ma part pour exercer moins de médecine ?
De même, l'endocrinologie m'intéresse énormément en théorie, mais je ne me vois pas passer ma journée dans mon cabinet à faire passer des patients (que je ne verrai sans doute plus, contrairement à un généraliste), je trouve ce quotidien particulièrement rébarbatif.
Du coup je voulais savoir ce que vous pensiez de ma situation. Je pensais que les vacances post partiel m'aideraient à me remotiver mais ce n'est pas du tout le cas. Je doute trop, au point que ça en pâtisse sur ma motivation et par conséquent sur mon travail. Donc je ne veux vraiment pas continuer dans cette situation parce que sinon le deuxième semestre risque d'être pire et je ne veux pas avoir de nouveau ce regret de ne pas avoir tout donné comme au premier semestre ! Comment faire partir ces doutes, ces idées noires ? J'ai peur de finir en burn out smilies
Est-ce que la pharmacie pourrait être une bonne alternative à ma situation ? Après tout, ce sont des études scientifiques aux débouchées très variées... et ça me permettrait d'avoir une motivation pour me battre au S2 !
Et si jamais la pharmacie ne me plaisait pas au bout de 3 ans, est-ce que j'aurai une "licence" quand même ? Si oui, est-ce que je pourrai aller dans un autre master par exemple ? (exemple : prof)
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 58
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 07/01/2019 à 14:38 notnew
Bonjour, je suis primante en PACES.
Depuis le début du S1, il ne se passe pas une seule semaine sans que je me remette en question quant à mon avenir. En effet, je doute en permanence dans mon envie de faire médecine.
Il faut savoir que médecine n'a jamais été mon rêve ou ma vocation. Au début, je me suis un peu inscrite en PACES par défaut (chose à ne pas faire) mais avec les matières je me suis rendue compte que j'adorais les sciences de la vie (bio cell, embryo, pharmaco etc). Sauf que cela ne suffit pas pour faire médecine, et j'en prends conscience un peu tard. Je ne sais pas si je veux réellement faire médecine car ce sont des études longues et fastidieuses, qui demandent un énorme investissement et je ne sais pas si je suis prête à faire ces sacrifices. Quand je vois mes amis de ma promo, ils sont tous surmotivés à me sortir qu'ils veulent faire ça depuis toujours, que leur vocation est destinée à sauver des vies... Ce n'est pas du tout mon cas ! Bien sûr, j'aime le contact social, mais je ne sais pas si je me vois m'occuper des gens au point d'en sacrifier ma vie de famille par exemple.
Par ailleurs, j'ai l'impression de ne pas vraiment faire partie de ce "monde" parce que quand je vois les spécialités qui pourraient m'intéresser, je suis loin de l'ambition de mes camarades. Par exemple, j'ai pensé à la médecine du travail. Mais au final, n'est-ce pas là un échappatoire de ma part pour exercer moins de médecine ?
De même, l'endocrinologie m'intéresse énormément en théorie, mais je ne me vois pas passer ma journée dans mon cabinet à faire passer des patients (que je ne verrai sans doute plus, contrairement à un généraliste), je trouve ce quotidien particulièrement rébarbatif.
Du coup je voulais savoir ce que vous pensiez de ma situation. Je pensais que les vacances post partiel m'aideraient à me remotiver mais ce n'est pas du tout le cas. Je doute trop, au point que ça en pâtisse sur ma motivation et par conséquent sur mon travail. Donc je ne veux vraiment pas continuer dans cette situation parce que sinon le deuxième semestre risque d'être pire et je ne veux pas avoir de nouveau ce regret de ne pas avoir tout donné comme au premier semestre ! Comment faire partir ces doutes, ces idées noires ? J'ai peur de finir en burn out smilies
Est-ce que la pharmacie pourrait être une bonne alternative à ma situation ? Après tout, ce sont des études scientifiques aux débouchées très variées... et ça me permettrait d'avoir une motivation pour me battre au S2 !
Et si jamais la pharmacie ne me plaisait pas au bout de 3 ans, est-ce que j'aurai une "licence" quand même ? Si oui, est-ce que je pourrai aller dans un autre master par exemple ? (exemple : prof)

Upsmilies
Top
netsuke
Interne

Messages : 133
Enregistré : 22/10/2008
Posté le 07/01/2019 à 16:49 notnew
la vraie question, sans penser à la paces, c'est quel métier veux tu faire? qu'est ce qui te plait le plus? quelles sont les choses les plus importantes pour toi? (bosser en extérieur, travail de bureau, le commerce, la création, …)
Top
okena
Nain-terne

Messages : 120
Enregistré : 28/08/2017
Posté le 08/01/2019 à 10:27 puis édité 1 fois notnew
Ces études te donnent la chance de pouvoir avoir une carrière très large plus tard. Si tu ne souhaites pas être en contact avec le patient il y a plein de solutions, soit directement dans le choix de la spécialité (biologie ou hemato par exemple) ou soit en orientation de carrière par exemple (rejoindre un laboratoire et travailler en marketing ou autre secteur ...).

Autre exemple, dans la politique tu as un nombre impressionnant de personnes dont la formation est uniquement la fac de medecine.

De la même manière, tu n'auras je pense aucune difficulté à faire carrière dans l'enseignement ...

Tout cela pour dire que tu as un nombres de portes bien plus large que tu ne le penses.

Ici la difficulté va être pour toi de tenir jusqu'au moins la fin de l'externat et de réfléchir à une spécialité qui puisse te convenir.

Si vraiment tu es à bout et que tu penses ne pas tenir les années qui arrivent (mais réfléchis bien, ça passe très très vite), tu peux essayer de te pencher sur un nouveau cursus.

EDIT :
D'ailleurs tu parle de ne pas vouloir faire medecine car tu ne veux pas sacrifier ta vie de famille. Sache que si tu te mets en libéral, rien ne t’empêche de te mettre à mi-temps et malgré le fait d'être à mi-temps tu auras quand même un salaire correct tout en pouvant t'occuper de ta famille. Il n'y a aucune autre filière qui te permet de conjuguer confort salarial et familial.

D'ailleurs medecine du travail t'es à 35h/semaine avec beaucoup de congés et un salaire à + de 60K. Là encore, aucun autre métier ne t'offrira ce confort de vie.

Je te conseil de serrer les dents durant quelques années, tu pourras ensuite vivre la vie que tu souhaites.
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 58
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 08/01/2019 à 11:27 notnew
la vraie question, sans penser à la paces, c'est quel métier veux tu faire? qu'est ce qui te plait le plus? quelles sont les choses les plus importantes pour toi? (bosser en extérieur, travail de bureau, le commerce, la création, …)

Si ça ne tenait qu'à moi je répondrais le dessin haha
Plus sérieusement, je n'en ai pas la moindre idée c'est bien ça le problème. J'ai toujours aimé la profession de professeur (peu importe la matière, quand j'étais en classe je me disais toujours "moi aussi un jour je voudrais expliquer ça", "par contre là j'aurais peut-être rajouter tel exo") c'est étrange haha.
Mais deux choses m'ont freiné dans ce métier : le fait de ne pas apprendre (contrairement en médecine où l'apprentissage ne s'arrête jamais) et le fait de ne pas être sûre d'être capable de gérer des élèves (mais ça vient peut-être avec le temps).
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 58
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 08/01/2019 à 11:38 notnew
Ces études te donnent la chance de pouvoir avoir une carrière très large plus tard. Si tu ne souhaites pas être en contact avec le patient il y a plein de solutions, soit directement dans le choix de la spécialité (biologie ou hemato par exemple) ou soit en orientation de carrière par exemple (rejoindre un laboratoire et travailler en marketing ou autre secteur ...).

Autre exemple, dans la politique tu as un nombre impressionnant de personnes dont la formation est uniquement la fac de medecine.

De la même manière, tu n'auras je pense aucune difficulté à faire carrière dans l'enseignement ...

Tout cela pour dire que tu as un nombres de portes bien plus large que tu ne le penses.

Je n'en doute pas smilies Je sais bien que la médecine est très large et c'est d'ailleurs ce côté qui m'avait attirée au début.

Ici la difficulté va être pour toi de tenir jusqu'au moins la fin de l'externat et de réfléchir à une spécialité qui puisse te convenir.

Si vraiment tu es à bout et que tu penses ne pas tenir les années qui arrivent (mais réfléchis bien, ça passe très très vite), tu peux essayer de te pencher sur un nouveau cursus.

Voilà, ça c'est un problème majeur. Quand je vois l'état dans lequel je suis en PACES, à quel point je supporte déjà difficilement la pression, je me dis que face à une situation concrète ce sera pire...
Et puis, le système de la fac ne me convient pas en fait. C'est-à-dire qu'au lycée, j'adorais travailler (oui oui lol), je pouvais enchaîner des week-end à 10h de travail, mais c'est parce que j'étais encadrée. L'autonomie demandée en PACES, je ne l'aime pas du tout, et j'imagine que dans la suite du cursus c'est encore plus récurrent !


D'ailleurs tu parle de ne pas vouloir faire medecine car tu ne veux pas sacrifier ta vie de famille. Sache que si tu te mets en libéral, rien ne t’empêche de te mettre à mi-temps et malgré le fait d'être à mi-temps tu auras quand même un salaire correct tout en pouvant t'occuper de ta famille. Il n'y a aucune autre filière qui te permet de conjuguer confort salarial et familial.

Le problème, c'est que le libéral ne m'intéresse absolument pas. Quand je vois mes médecins en consultation (le généraliste, l'opthalmo), je me dis que ce n'est pas du tout un quotidien qui m'intéresse. Je veux dire, ils enchaînent les patients quoi, les journées se ressemblent tellement...

D'ailleurs medecine du travail t'es à 35h/semaine avec beaucoup de congés et un salaire à + de 60K. Là encore, aucun autre métier ne t'offrira ce confort de vie.

Oui médecine du travail m'intéresserait pas mal mais y a 10 ans d'études avant d'arriver à ce confort quoi, j'ai peur de passer des études juste horribles avec une pression insoutenable...


Je te conseil de serrer les dents durant quelques années, tu pourras ensuite vivre la vie que tu souhaites.

C'est ce que j'essaie de me dire, mais j'ai un peu l'impression que le jeu n'en vaut pas vraiment la chandelle...
Merci beaucoup pour ta réponse détaillée en tout cas, voir un peu de "positivisme" face aux études de médecine (parce que c'est rare haha) me réconforte.
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 401
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 08/01/2019 à 12:29 notnew
Je rajouterai aussi qu'il ne faut pas que tu te laisses impressionner par ceux qui disent que ça a toujours leur vocation, leur rêve, qu'ils sont faits pour ça etc.
Ça se saurait si la vocation de quelqu'un était déjà bien définitive vers 18/19 ans.
D'autant plus que leur vision de la médecine n'est probablement pas réaliste voire même plutôt idéaliste.
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 58
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 09/01/2019 à 22:15 notnew
Je rajouterai aussi qu'il ne faut pas que tu te laisses impressionner par ceux qui disent que ça a toujours leur vocation, leur rêve, qu'ils sont faits pour ça etc.
Ça se saurait si la vocation de quelqu'un était déjà bien définitive vers 18/19 ans.
D'autant plus que leur vision de la médecine n'est probablement pas réaliste voire même plutôt idéaliste.

Oui c'est vrai tu as sûrement raison ! Mais après ils ont le mérite d'avoir un objectif fixe, une motivation à toute épreuve... Moi je doute en permanence et faire une paces dans cet état c'est invivable
Top
netsuke
Interne

Messages : 133
Enregistré : 22/10/2008
Posté le 11/01/2019 à 12:49 notnew
Vu ce que tu dis peut être faut il creuse prof - instit - artiste - architecte ou autre truc du genre et voir a se réorienter. Prof de bio, physique chimique ou art plastiquec'est bien aussi
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 401
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 11/01/2019 à 13:51 puis édité 2 fois notnew
J'imagine que ce ne doit pas être la situation la plus agréable à vivre.
Après, je pense que tu as tout intérêt à faire le choix d'une réorientation en connaissance de cause. Tu ne peux pas faire ce choix juste en prenant en compte le déroulement de la PACES. C'est une année qui n'est absolument pas représentative de la suite du cursus (déjà par l'absence total de l'aspect clinique).
Et quoiqu'il arrive, même si au final la médecine ne t'attire plus et tu préfères devenir prof de bio ou je ne sais quoi, tu pourras te réorienter plus tard pendant tes études étant donné que pendant DFGSM et le DFASM, tu peux valider des UE de master 1. Tu pourras donc te réorienter directement vers une master 2.

Après, c'est évident que ça va te demander un investissement personnel plus important que si tu reprends directement un cursus classique licence master 2 (et doctorat si tu veux poursuivre). Et la pour le coup, c'est à toi de faire ton arbitrage. Mais comme je disais, garde bien en tête que ce que disent tes potes n'est pas forcément très réaliste et l'impression du cursus médical que tu as est biaisée par le facteur PACES.
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 58
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 15/01/2019 à 12:43 notnew
J'imagine que ce ne doit pas être la situation la plus agréable à vivre.
Après, je pense que tu as tout intérêt à faire le choix d'une réorientation en connaissance de cause. Tu ne peux pas faire ce choix juste en prenant en compte le déroulement de la PACES. C'est une année qui n'est absolument pas représentative de la suite du cursus (déjà par l'absence total de l'aspect clinique).
Et quoiqu'il arrive, même si au final la médecine ne t'attire plus et tu préfères devenir prof de bio ou je ne sais quoi, tu pourras te réorienter plus tard pendant tes études étant donné que pendant DFGSM et le DFASM, tu peux valider des UE de master 1. Tu pourras donc te réorienter directement vers une master 2.

Je pense que tu as raison, mon avis doit être biaisé et je pense qu'il vaudrait mieux que j'attende la fin du deuxième semestre afin de prendre une décision.
Par-contre je ne savais pas du tout qu'on pouvait devenir prof de bio après médecine ! Moi on m'avait dit que lorsque l'on entrait en médecine c'était fini on ne pouvait plus en sortir sauf si on recommençait tout depuis la L1 ! Parce qu'en médecine on ne fait pas de géologie par exemple, alors qu'un prof de SVT doit pouvoir en enseigner...
Merci beaucoup pour vos réponses en tout cas elles me remotivent smilies
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 401
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 16/01/2019 à 11:05 notnew
Ah je pensais que tu voulais parler de prof à la fac.
Pour l'histoire de la géologie, pour le coup je n'en sais rien.
Mais en tout cas ce qui est sur c'est que maintenant pendant le cursus de médecine, tu valides des ECTS, ce qui permet de pouvoir changer de cursus en ayant des équivalences.
Après, ça ne va pas non plus te permettre d'aller dans n'importe quelle filière.
Top
Aller en haut • 11 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter