logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Comment ne pas désespérer d'obtenir une spécialité très demandée ?

Aller en bas • 3 réponses
Nalla
Interne

Messages : 126
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 15/01/2019 à 21:56 puis édité 1 fois notnew
Bonsoir,
voilà, perso j'ai fait médecine parce que j'en avais envie depuis presque toujours (l'idée a émergée dès le début de l'adolescence) et puis parce que lorsqu'il a fallu réfléchir raisonnablement à ce choix d'orientation les avantages primaient à mes yeux sur les inconvénients, alors je me suis lancée !

De même, l'ophtalmologie m'attire (beaucoup) depuis pas mal de temps (bien avant de rentrer à la fac de médecine), mais voilà j'ai le sentiment (et c'est un fait) qu'il est bien plus difficile d'obtenir ophtalmo que d'avoir sa P1, du coup presque inconsciemment je me mets à envisager d'autres spécialités et je parviens à me convaincre que c'est vraiment ce que je veux faire, par dessus tout (mais c'est faux !).

Alors je me demandais: est que ceux qui finissent par décrocher ces spécialités très demandées sont des chanceux (et travailleurs bien sûr) qui n'y ont pas tellement réfléchi avant, ou est-ce qu'il s'agit de personnes qui sont restées fixées à leurs objectifs et qui y sont parvenus (le travail suffit-il, et si oui à quel rythme, qu'est ce qui fait la différence,...)?

Bref, si vous avez des clés pour ne pas désespérer d'obtenir une spécialité très demandée, je suis prenante.

Merci d'avance pour vos réponses!smilies
Top
netsuke
Interne

Messages : 131
Enregistré : 22/10/2008
Posté le 16/01/2019 à 01:13 notnew


Alors je me demandais: est que ceux qui finissent par décrocher ces spécialités très demandées sont des chanceux (et travailleurs bien sûr) qui n'y ont pas tellement réfléchi avant, ou est-ce qu'il s'agit de personnes qui sont restées fixées à leurs objectifs et qui y sont parvenus (le travail suffit-il, et si oui à quel rythme, qu'est ce qui fait la différence,...)?

Bref, si vous avez des clés pour ne pas désespérer d'obtenir une spécialité très demandée, je suis prenante.
Pour ta 1er question je penche pour la 1ere option: la plupart des gens ne savent pas vraiment ce qu'il veulent, et certains changent en voyant leurs classement.

Pour ta 2è question, je crois qu'il n'y a pas de solution, si ce n'est noyer son stress dans le taf car rien n'est désespéré tant que les résultats/choix ne sont pas officiels.
Top
Nalla
Interne

Messages : 126
Enregistré : 19/10/2017
Posté le 20/01/2019 à 18:02 notnew
Oui c'est vrai, il faut bosser sans trop se prendre la tête en fait, et puis adviendra qu'adviendra. Merci pour ta réponse !
Top
key
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 56
Enregistré : 13/06/2004
Posté le 20/01/2019 à 19:13 puis édité 2 fois notnew
Oui c'est vrai, il faut bosser sans trop se prendre la tête en fait, et puis adviendra qu'adviendra. Merci pour ta réponse !

Faut juste partir du principe qu’une fois la p1 reussi tu finiras medecin le reste c’est un peu aléatoire.
C’est difficile de se faire une idée d’une spé sans y être passé . Certaines spé vont agréablement te surprendre d’autre te décevoir...
Certaines spé sont difficilement accessible même en bossant beaucoup.
Il y a en général peu de place et si tu te limites à une région elles se comptent presque sur les doigts d’une main...Faut pas être naif,les spé qui rapportent le plus sont choisies en premier (ophtalmo, radio ect...).
Le systeme actuel est mal foutu, que tu bosses régulièrement, réussisses tes partiels, t’impliques en stage ne compte pas pour ton choix. Ca changera peut être....
Top
Aller en haut • 3 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Dr Sabrina Ali Benali : La blouse n’est pas une armure, elle ne le devient jamais Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter