logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

PACES

Aller en bas • 11 réponses
Gab29
Bizute (future carrée)

Messages : 9
Enregistré : 04/03/2019
Posté le 04/07/2019 à 16:18 notnew
Bonjour …..

Je suis la maman inquiète d'une fille qui va entrer en PACES ; elle n'a que 18 ans et je voudrais avoir des avis d'étudiants et de parents ou proches mais surtout des conseils : n'est-ce pas trop jeune pour ce genre d'études ? comment l'aider ? tous les avis et les conseils m'intéressent - Merci -
Top
Gab29
Bizute (future carrée)

Messages : 9
Enregistré : 04/03/2019
Posté le 05/07/2019 à 16:58 notnew
Bonjour …..

A défaut d'avis et de conseils, existe-t-il un ouvrage utile ?
Top
arion
Chef de pique-nique

Messages : 196
Enregistré : 18/08/2013

certification
Vie réelle
Damiano Turrisi
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : PARIS XIII BOBIGNY
Posté le 05/07/2019 à 17:46 puis édité 2 fois notnew
Bonjour,

18 ans ça peut parfois être trop jeune pour certaines personnes ... tout le monde n’est pas prêt à sacrifier 9 mois à travailler d’arrache pied car tout le monde n’a pas la même motivation ou les même capacités.
Malgré tout la plupart des étudiants en PACES ont 18-19 ans.
Comment l’aider : en lui aménageant le plus possible son temps pour lui permettre de se concentrer sur son travail, en la soutenant moralement ... pas grand chose de plus, c’est difficile de comprendre ce qu’elle va traverser puisqu’on ne le comprend qu’en le vivant.
Quelques petits conseils pour elle :
- garder une hygiène de vie correcte (sommeil, nourriture etc) car il faut tenir sur la durée, rien ne sert de travailler en étant épuisé.
- être méthodique dans l’apprentissage, et là je donne la méthode qui marche (encore maintenant) très bien pour moi : l’apprentissage espacé, c’est à dire de faire un planning pour revoir plusieurs fois chaque cours abordé, voir un cours une seule fois puis 2 mois plus tard c’est comme s’il n’avait jamais été vu la 1ère fois (personnellement : en PACES je revoyais chaque cours à J3, J10, J30 puis sur mes gros tours finaux). Y en a qui aiment, d’autres qui aiment pas, c’est contraignant mais ça marche et ça évite de trop réfléchir à l’organisation.
- garder la motivation même si elle se sent nulle, ça arrive même aux meilleurs et il faut avoir conscience que ce n’est pas forcément le cas

Il existe quelques blogs sur internet (exemple : https://www.reussirmapaces.fr/ avec des témoignages d’étudiants)

En bonus un petit article que j’ai trouvé intéressant : https://validestapaces.fr/article/comment-apprendre-efficacement-...
Top
Gab29
Bizute (future carrée)

Messages : 9
Enregistré : 04/03/2019
Posté le 06/07/2019 à 10:21 notnew
Merci Arion pour votre réponse – merci aussi pour vos liens -
j'ai lu bcp d'articles sur le net et je me dis qu'il aurait été préférable pour elle d'entrer en école d'infirmière, d'exercer, de prendre conscience des points positifs et négatifs des métiers de la Santé et candidater si elle souhaitait poursuivre dans cette voie pour la passerelle qui me paraît moins violente. Je me trompe peut être, sans doute même mais quand je lis qu'il y avait dans telle Fac 2500 étudiants et qu'à peine 350 entre en 2éme année je pense que ces jeunes auront du mal à se relever de ces lourdes déceptions. D'où mes inquiétudes.
Top
arion
Chef de pique-nique

Messages : 196
Enregistré : 18/08/2013

certification
Vie réelle
Damiano Turrisi
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : PARIS XIII BOBIGNY
Posté le 06/07/2019 à 12:01 puis édité 1 fois notnew
Elle peut aussi faire l’inverse : tenter le concours et voir si elle pense pouvoir y arriver. Si elle part sur des études d’infirmière alors qu’elle voulait faire médecine, peut être qu’elle va garder une certaine frustration, d’autant plus que les passerelles ne sont pas données d’office.
C’est vrai que le concours fait peur quand on voit ces chiffres, si je prends l’exemple de ma fac il y a 1200 candidats pour 170 places en médecine, il faut quand même savoir qu’il doit y avoir un bon tiers qui doit être là un peu par hasard au vu des notes.
Le simple fait d’arriver à s’accrocher fait qu’on est déjà probablement dans la 1ère moitié. Les places deviennent plus dures à obtenir ensuite mais ça devient déjà plus atteignable dit comme ça.
Si c’est déjà une bonne élève au lycée et qu’elle est très motivée, elle part avec de bonnes bases !

Ah aussi, le choix de la fac fait une différence aussi je pense, c’est pas la même chose d’aller à Paris Descartes qu’à Paris Diderot ou Créteil ou Bobigny, ou la plupart des facs de province ... si la physique n’est pas trop son truc, il vaut peut être mieux se diriger vers une petite université où certaines matières sont plus faciles d’accès et où les étudiants sont statistiquement un peu moins compétitifs.
Top
Kinona
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 152
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 08/07/2019 à 09:46 notnew
Il faut savoir que l'acceptation en passerelle n'est pas automatique et reste tout aussi sélectif que sur un concours (la sélection est encore plus vague d'ailleurs...)
Top
EliottL
Chef des sévices

Messages : 401
Enregistré : 31/03/2017
Posté le 08/07/2019 à 10:16 puis édité 1 fois notnew
D'autant plus qu'avec la réforme de la PACES, nous ne savons encore rien de ce que va devenir la passerelle.
Et quand bien même elle est maintenue telle quelle, ça repousse minimum de 5 ans l'inscription de votre fille en P2 (3 ans d'études + 2 ans d'expérience pro). Sachant qu'au vue des témoignages, il semblerait que les IDE admis par la passerelle ont complété leur parcours avec des DU ou ont plus de 2 ans d'expériences pro.
Honnêtement, je pense qu'il faut considérer la passerelle comme une voie alternative lorsque l'on a déjà bien entamé un cursus ou que l'on en a déjà fini un. Mais la PACES reste la solution à privilégier, surtout en sortant du bac.
D'autant plus que comme l'a rappelé Kinona, la sélection pour la passerelle est très rude avec des critères complétement opaques et statistiquement parlant, il y a plus de chance d'être admis en médecine par la PACES que par la passerelle.
Top
Gab29
Bizute (future carrée)

Messages : 9
Enregistré : 04/03/2019
Posté le 09/07/2019 à 10:52 notnew
Bonjour …..

En fait mon souci est qu'elle n'a jamais connu d'échec ; par contre, elle est déçue par ses résultats au Bac parce qu'elle n'a pas eu la mention qu'elle espérait. Je pense sincèrement qu'elle aurait du mal à se remettre d'un échec et celui-ci me paraît plus que probable en PACES, d'autant qu'elle n'a jamais eu une véritable méthode de travail. Je ne sais que lui conseiller sur ce plan là d'ailleurs. Elle s'est rendue aux portes ouvertes mais n'a pas eu véritables contacts avec d'autres étudiants.
Je m'efforcerai en tout cas de l'épauler même si je sais que je me heurterai à son désir d'indépendance et surtout au fait que je ne suis sans pas qualifiée pour cela.
Merci pour vos réponses.
Top
arion
Chef de pique-nique

Messages : 196
Enregistré : 18/08/2013

certification
Vie réelle
Damiano Turrisi
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : PARIS XIII BOBIGNY
Posté le 09/07/2019 à 16:10 notnew
Si on a statistiquement plus de chances d’avoir sa PACES avec une mention très bien, la motivation peut clairement faire la différence.
Pour ma part j’ai eu mention AB au bac, ça ne fait pas tout. La motivation ça change beaucoup de choses.
C’est normal que ça fasse peur quand on voit qu’il y a 15% d’admis.
Pour la méthode de travail ou pour entrer en contact avec des étudiants elle peut aussi contacter le tutorat de sa future fac, c’est une association d’étudiants qui a vocation d’accompagner les PACES durant toute l’année.
Top
Alexis-2000
Externus-minus

Messages : 36
Enregistré : 18/01/2017
Posté le 10/07/2019 à 11:19 puis édité 1 fois notnew
Bonjour ….
Vous êtes une Maman, il est normal que vous vous inquiétiez (j'ai la même à la maison, smilies un peu moins stressée aujourd'hui).
D'abord, l'âge n'est pas un critère ni une garantie de réussite ou d'échec. Comme cela vous a été dit, c'est la motivation qui est importante et on peut être motivé à 18 ans et même avant, croyez moi. Plus que la motivation, je dirais la détermination, avec une vraie hygiène de vie, une alimentation équilibrée, un repos suffisant ….. sur ces plans là vous pouvez lui être d'une aide véritable en particulier si la Fac est proche du domicile. Vous pouvez aussi, mais elle y a sans doute pensé, l'inciter à prendre contact avec le Tutorat et l'association de la Fac, c'est toujours bénéfique et lui permettre de recueillir des avis sur sa méthode de travail, par exemple.
Quant à la mention au Bac, elle n'a pas grande importance ; une mention n'apporte aucune garantie, ni bonus ; c'est une façon de clôturer les études Lycée, et elle peut être la preuve d'une bonne méthode de travail, c'est tout. Lorsque vous entrez dans l'enseignement supérieur, les cartes sont rebattues et nous sommes tous à égalité sur la ligne de ce nouveau départ. La différence se fait en général dans le travail fourni, il doit être efficace et les révisions de qualité …. tout cela découle en principe de l'organisation adoptée et améliorée par sa remise en cause lorsque les résultats escomptés ne sont pas au rendez-vous.
Ne soyez pas inquiéte mais à l'écoute tout simplement et laissez lui acquérir une véritable confiance en elle et dans le travail qu'elle fournit.
_____
- 2016-2017 = PACES - Bizut
- 2017-2018 = DFGSM2 (validé) + M1
- 2018-2019 = DFGSM3 + M1 - Validés
- en route pour l'Externat/DFASM1 !!!
Top
Kinona
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 152
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 10/07/2019 à 16:46 notnew
Bac au rattrapage, primante au concours et dans la spé que je voulais. J'étais juste motivée et très organisée (bon avec une très bonne mémoire aussi et en ayant pas vraiment travailler au lycée donc j'ai pu développer mes capacités au max.) La mention et les notes ne veulent rien dire au lycée. Les études sup sont beaucoup plus durs et quelque soit la filière et l'échec il faut l'affronter dans la vie et pas le fuir sans arret en ayant des regrets. Si le métier final lui plait vraiment, qu'elle fonce et surtout ne lui transmettez pas vos doutes et stress. Elle n'en a pas besoin
Top
Gab29
Bizute (future carrée)

Messages : 9
Enregistré : 04/03/2019
Posté le 11/07/2019 à 10:48 notnew
Bonjour ….

Merci à tous pour vos réponses et conseils.
@Kinona : non, jusqu'à présent je ne lui ai pas montré mon inquiètude. Je lui ai posé des questions et l'ai accompagnée lorsqu'elle me le demandait. Mais elle n'a pas pour habitude de demander de l'aide. Je resterai vigilante, c'est tout.

@Alexis-2000 : La Fac n'est pas très éloignée de notre domicile, c'est important ? c'est le cas pour vous ? ma fille n'est une "mordue" ni de l'organisation ni de la méthode et j'avoue que je n'ai pas trop d'idée là-dessus.
Si je peux me permettre (mode indiscrète) : 2000 à votre pseudo, c'est votre année de naissance ?
Top
Aller en haut • 11 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Offres d'emploi avec emploimedecin.comEmploi Soignant
Toutes les offres d'emploi
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter