logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Doublante fatiguée

Aller en bas • 7 réponses
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 63
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 14/01/2020 à 22:50 notnew
Bonjour à tous !
Je suis actuellement doublante en PACES, classée dans le numerus du premier semestre, mais je suis à bout.
J'ai déjà très très mal vécu ces trois derniers mois (j'ai carrément arrêté de travailler la dernière semaine avant le concours tellement j'en pouvais plus) et j'ai l'impression que je suis incapable de tenir les prochains mois.
En fait, j'ai l'impression que toute ma motivation est partie... Je suis entrée en médecine parce que les sciences médicales, et plus particulièrement l'être humain, m'intéressent, et aussi car je veux aider les gens, mais j'ai l'impression que ces motivations ne suffisent plus à alimenter mon carburant.
Se lever pour aller à la fac tous les matins est devenu une véritable torture pour moi, je n'en peux plus de ne pas vivre tout simplement. Et pourtant, j'essaie de garder une hygiène de vie stable (sorties, repos le dimanche) mais ça ne me suffit plus. Je n'en peux plus de faire tous ces sacrifices. Le manque d’interactions sociales me manque, être de 8h à 22h assise devant des feuilles me rend folle !!!
Vous me direz, tiens bon, il reste seulement quelques mois, mais en réalité c'est faux... chaque année n'en est que + dure que la précédente. J'ai donc besoin de recueillir quelques avis s'il vous plaît.
Comment est-ce que je pourrais remonter la pente ? Car ce serait bête après 1 an et demi de gâcher mon opportunité et je sais que si je me fais déclasser je risque de le regretter...
La P2 et la D1, comment l'avez-vous vécu ? Car actuellement dans ma fac, c'est loin des jolies années tranquilles qu'on nous promet (dans la mesure où il y a beaucoup de cours, de contrôles etc). Vous pouvez garder vos week-end entiers par exemple ?
Et l'externat alors ? Comment ça se passe ? Je ne me vois plus jamais refaire du 8h-22h à la BU comme je l'ai fait en PACES, et encore moins sur 3 ans. Quelles sont vos horaires ? Avez-vous des vacances ? Comment vous gérez avec les gardes ? Y a-t-il des repos de garde ? Des jours où vous ne travaillez pas du tout (ex : le dimanche) ?
Et l'internat alors ? Quels sont les internats les moins durs ?
Est-ce que si médecine était à refaire, vous le referiez ?
Merci d'avance...
Top
Kinona
Désagrégée de médecine

Messages : 225
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 15/01/2020 à 09:26 notnew
Hey smilies

Ce que tu décris, énormément de doublants l'ont vécu. La deuxième année est horrible à faire surtout à partir de novembre à cause de l'énorme raz le bol.

Même si je n'ai pas vécu quelques petits conseils :
- Rester devant une feuille sans apprendre ne sert à rien. Si tu décroches prend toi une pause ou arrête de bosser pendant 1/2h puis reprend.
- Pour le S2, amènage toi 2 soirs dans la semaine où à partir du 18h tu ne bosses plus et tu vas te balader dehors (voir faire du sport ça serait top). Hésite pas sur ces soirées-là à inviter des potes à boire un verre ou se poser dans un salon de thé pour discuter et voir autre chose que la PACES. L'hygiène de vie est primordiale pour réussir.
- Le dimanche garde le aussi pour toi ou pour juste faire la préparation des TD de la semaine. Cale toi regarder tes séries, sort. Bref vie tout simplement.

Pour les années suivantes c'est loin d'être aussi cool qu'on te le vend en PACEs c'est beaucoup de travail mais sans la pression du concours. Donc si tu veux glander tes week-ends tu peux (sauf avant tes partiels). Après tes repos de garde faut pas vraiment y compter car c'est rarement appliqué encore plus à l'internat (au pire l'externat tu rentres chez toi après, si tu as de la chance)

Etant en pharmacie, l'année où je me suis prise une claque a été la D2 car le rythme s'intensifie puis tu repars sur un autre concours (je passe l'internat). Au final, je bosse plus qu'en PACES mais c'est pas la même chose (déjà tu vois des choses qui te plaisent, tu n'as pas les cours obligatoires donc tu fais comme tu veux pour t'organiser, tu peux prendre 2/3 jours de pause c'est pas la mort non plus).

Les vacances, avec la fac j'ai que noel et c'est les révisions de partiels. Et 1 semaine en février mais c'est aussi des révisions d'examen. Souvent quand je voulais partir, je prenais une semaine en dehors des vac imposées par la fac.

Et si c'était à refaire. Je le referai sans souci, car je m'épanouis dans ce que je fais et le boulot m'intéresse vraiment derrière. Même si la PACES a été une année de sacrifice au final ça en vaut le coup et après coup, j'en garde des bons souvenirs (parfois même la phrase, dire que la PACES c'était le clubmed à coté XD)

Surtout ne te décourage pas, c'est la dernière ligne droite. La plus dure, là où les doublants décrochent et perdent des places et où les primants remontent. Si tu reste focus sur ton objectif, tu peux y arriver. Après ça, tu feras des études et un métier qui te plait vraiment. Et ça n'a pas de prix au final que de se faire chier pendant 40 ans.
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 63
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 15/01/2020 à 10:31 notnew
Coucou, déjà merci beaucoup pour ta réponse rapide smilies


- Pour le S2, amènage toi 2 soirs dans la semaine où à partir du 18h tu ne bosses plus et tu vas te balader dehors (voir faire du sport ça serait top). Hésite pas sur ces soirées-là à inviter des potes à boire un verre ou se poser dans un salon de thé pour discuter et voir autre chose que la PACES. L'hygiène de vie est primordiale pour réussir.
- Le dimanche garde le aussi pour toi ou pour juste faire la préparation des TD de la semaine. Cale toi regarder tes séries, sort. Bref vie tout simplement.

Effectivement, j'ai décidé de m'imposer le samedi soir à partir de 19h pour voir des amis, puis le dimanche entier de libre pour me reposer. Mais j'avoue que j'ai tendance à un peu culpabiliser...

Pour les années suivantes c'est loin d'être aussi cool qu'on te le vend en PACEs c'est beaucoup de travail mais sans la pression du concours. Donc si tu veux glander tes week-ends tu peux (sauf avant tes partiels). Après tes repos de garde faut pas vraiment y compter car c'est rarement appliqué encore plus à l'internat (au pire l'externat tu rentres chez toi après, si tu as de la chance)

D'accord je vois ! Après "l'avantage" de l'externat je dirais que c'est d'avoir stage tous les matins, donc d'avoir un rythme imposé. Là moi je n'arrive plus à rester régulière, à devoir me lever par moi-même tous les matins pour aller à la fac. J'ai l'impression d'être limite déscolarisée, c'est très dur de passer ses journées dans une bibliothèque sans avoir d'encadrement, de comptes à rendre... J'ai réussi tant bien que mal à m'auto-discipliner jusqu'ici mais là je sens que je n'y arrive plus (dans ma fac les cours et les TD ne sont pas obligatoires, en fait personne n'y va lol)
Est-ce que les années d'après sont un peu plus suivies ?

Et si c'était à refaire. Je le referai sans souci, car je m'épanouis dans ce que je fais et le boulot m'intéresse vraiment derrière. Même si la PACES a été une année de sacrifice au final ça en vaut le coup et après coup, j'en garde des bons souvenirs (parfois même la phrase, dire que la PACES c'était le clubmed à coté XD)=

Surtout ne te décourage pas, c'est la dernière ligne droite. La plus dure, là où les doublants décrochent et perdent des places et où les primants remontent. Si tu reste focus sur ton objectif, tu peux y arriver. Après ça, tu feras des études et un métier qui te plait vraiment. Et ça n'a pas de prix au final que de se faire chier pendant 40 ans.

C'est ce que j'essaie de me dire, car effectivement après quand je pense sérieusement à mettre un terme à mes études, je réfléchis aux autres éventualités et là c'est le néant je n'ai aucune autre idée en tête (à part prof mais je peux y accéder en ayant une équivalence en médecine, c'est pas comme si je devais tout recommencer)...
Mais j'ai des doutes constants, j'ai peur d'aller de désillusions en désillusions et de faire des sacrifices pour ne pas être épanouie au final.
Top
Kinona
Désagrégée de médecine

Messages : 225
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 15/01/2020 à 11:45 notnew
D'accord je vois ! Après "l'avantage" de l'externat je dirais que c'est d'avoir stage tous les matins, donc d'avoir un rythme imposé. Là moi je n'arrive plus à rester régulière, à devoir me lever par moi-même tous les matins pour aller à la fac. J'ai l'impression d'être limite déscolarisée, c'est très dur de passer ses journées dans une bibliothèque sans avoir d'encadrement, de comptes à rendre... J'ai réussi tant bien que mal à m'auto-discipliner jusqu'ici mais là je sens que je n'y arrive plus (dans ma fac les cours et les TD ne sont pas obligatoires, en fait personne n'y va lol)
Est-ce que les années d'après sont un peu plus suivies ?
Absolument pas et c'est même pire je dirai. Tu es à la fac, donc tu te débrouilles par tes propres moyens et tu vas connaitre la joie de se battre contre une administration qui en a rien à cirer des étudiants. Si tu voulais un cadre, il fallait s'orienter dans les BTS, DUT, IUT, prépa, école d'ingé.

A partir de la P2, le seul truc obligatoire seront les TP +/- certains TD cours en fonction des fac. A l'hopital, tu deviendras salarié donc à toi de poser tes jours de congé et faire ce que tu veux de ta journée. En plus tu n'auras pas forcément stage tous les matins. Ceux qui sont aux urgences n'ont que les gardes le soir/nuit par exemple. Donc très dépendant des stages smilies

Mais j'ai des doutes constants, j'ai peur d'aller de désillusions en désillusions et de faire des sacrifices pour ne pas être épanouie au final.
Si tu connais bien certains médecins, demande leur de passer une journée avec eux ou de t'expliquer la joie comme les difficultés de leur métier. Ca te permettra de voir plus clair. Mais bon, beaucoup de personnes se prennent des désillusions en commençant les stages hospitaliers car le métier est idéalisé... (Juste à regarder les informations pour comprendre où tu mets les pieds avec la crise des services médicaux)
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 63
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 15/01/2020 à 12:05 puis édité 1 fois notnew

Absolument pas et c'est même pire je dirai. Tu es à la fac, donc tu te débrouilles par tes propres moyens et tu vas connaitre la joie de se battre contre une administration qui en a rien à cirer des étudiants. Si tu voulais un cadre, il fallait s'orienter dans les BTS, DUT, IUT, prépa, école d'ingé.

Je t'avoue que là ça me fait un peu peur haha... je suis pas sûre d'assumer ce sentiment de déscolarisation pendant 10 ans. Le problème, c'est qu'en terminale, on ne se rend pas compte du milieu hyper cadré dans lequel on est baigné. Personnellement au lycée je bossais déjà comme une dingue mais je ne me rendais pas compte que l'organisation du travail serait différente en fac.
Et oui, effectivement, parfois je regrette de ne pas être allée dans un de ces cursus que tu me proposes, mais au final c'est pas comme si les débouchés qu'il y avait derrière m'intéressaient (mais ça vient sûrement d'un manque de renseignements).

A partir de la P2, le seul truc obligatoire seront les TP +/- certains TD cours en fonction des fac. A l'hopital, tu deviendras salarié donc à toi de poser tes jours de congé et faire ce que tu veux de ta journée. En plus tu n'auras pas forcément stage tous les matins. Ceux qui sont aux urgences n'ont que les gardes le soir/nuit par exemple. Donc très dépendant des stages smilies

Dans ma fac, ils ont mis un système de contrôle continu avec des dst toutes les semaines pour éviter la fameuse P2 "je glande rien pendant trois mois et je prends un rythme P1 un mois avant les partiels", mais ça compte très très peu en pourcentage pour les partiels.
D'accord ça par-contre je savais pas du tout pour les urgences. Mais ça veut dire qu'ils ont plusieurs gardes par semaine ? Fin j'ai pas trop compris comment ça s'organise du coup


Si tu connais bien certains médecins, demande leur de passer une journée avec eux ou de t'expliquer la joie comme les difficultés de leur métier. Ca te permettra de voir plus clair. Mais bon, beaucoup de personnes se prennent des désillusions en commençant les stages hospitaliers car le métier est idéalisé... (Juste à regarder les informations pour comprendre où tu mets les pieds avec la crise des services médicaux)

De ce côté là je m'inquiète pas, j'ai tellement été baratinée de tous les aspects négatifs possibles et inimaginables que je n'idéalise pas du tout le métier, c'est même limite l'inverse maintenant. Et c'est aussi ça qui me fait défaut, je prépare le concours tout en sachant dans quoi je me lance, alors que certains étudiants à côté me disent "allez c'est les derniers mois où on cravache comme des ouf après tranquille" et eux du coup sont surmotivés et j'en viens même à les envier d'idéaliser, de ne pas être au courant du revers de la médaille tout simplement.
Concernant la crise médicale, tu parles de quoi ? Le manque de médecins qui a une répercussion sur les conditions de travail des internes, le manque de moyens de l'hôpital etc ?
Top
Kinona
Désagrégée de médecine

Messages : 225
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 15/01/2020 à 12:42 notnew
Le problème, c'est qu'en terminale, on ne se rend pas compte du milieu hyper cadrés dans lequel on est baigné. Personnellement au lycée je bossais déjà comme une dingue mais je ne me rendais pas compte que l'organisation du travail serait différente en fac.
Et oui, effectivement, parfois je regrette de ne pas être allée dans un de ces cursus que tu me proposes, mais au final c'est pas comme si les débouchés qu'il y avait derrière m'intéressaient (mais ça vient sûrement d'un manque de renseignements).
Bien le soucis entre la fac et le lycée et le gouffre que ça implique :/ Si au lycée on nous préparait à ça, je pense que ça se passerait mieux pour certaines personnes ^^ Mais bon. C'est ainsi et on ne peut pas y faire grand chose.

Après à partir de la 7ème année, tu es salariée, donc pas la même façon d'aborder les choses. Avant ça, tu es sois étudiante tout court, soit étudiante-salarié-stagiaire

Dans ma fac, ils ont mis un système de contrôle continu avec des dst toutes les semaines pour éviter la fameuse P2 "je glande rien pendant trois mois et je prends un rythme P1 un mois avant les partiels", mais ça compte très très peu en pourcentage pour les partiels.
Excellente chose je trouve ! Tu as bien de la chance de ce côté là. Ca permet un peu de mettre de cadre et d'éviter les échecs de P2

D'accord ça par-contre je savais pas du tout pour les urgences. Mais ça veut dire qu'ils ont plusieurs gardes par semaine ? Fin j'ai pas trop compris comment ça s'organise du coup
Une amie qui y est actuellement à 15 gardes à faire dans le mois un peu près, plus du service en journée (mais pas tous les jours).

Concernant la crise médicale, tu parles de quoi ? Le manque de médecins qui a une répercussion sur les conditions de travail des internes, le manque de moyens de l'hôpital etc ?
La crise par manque de fond financier, lit qui ferme, internes qui font fonctionner les services, suicide et burn out, grève illimité, médecin/infirmière/AS/SF et autres au bord du gouffre mais personne ne les écoute.... La joie du monde hospitalier quoi.

De ce côté là je m'inquiète pas, j'ai tellement été baratinée de tous les aspects négatifs possibles et inimaginables que je n'idéalise pas du tout le métier, c'est même limite l'inverse maintenant. Et c'est aussi ça qui me fait défaut, je prépare le concours tout en sachant dans quoi je me lance, alors que certains étudiants à côté me disent "allez c'est les derniers mois où on cravache comme des ouf après tranquille" et eux du coup sont surmotivés et j'en viens même à les envier d'idéaliser, de ne pas être au courant du revers de la médaille tout simplement.
Tu sais tu as un sérieux avantage à te rendre compte de tout ça.
1. Ca te permet d'arrêter dès maintenant si ça ne te plait pas ou si les conditions de travail pour la suite ne te conviennent pas
2. Ca t'évitera les désillusions et la perte de motivation quand tu seras confronté à la réalité
Top
Asuna
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 63
Enregistré : 12/07/2018
Posté le 15/01/2020 à 18:41 notnew

Bien le soucis entre la fac et le lycée et le gouffre que ça implique :/ Si au lycée on nous préparait à ça, je pense que ça se passerait mieux pour certaines personnes ^^ Mais bon. C'est ainsi et on ne peut pas y faire grand chose.

Après à partir de la 7ème année, tu es salariée, donc pas la même façon d'aborder les choses. Avant ça, tu es sois étudiante tout court, soit étudiante-salarié-stagiaire.

Effectivement, j'aurais aimé être un peu plus prévenue. Je pense que j'en ai aussi marre de fréquenter depuis un an et demi le même endroit de travail, ça fait remonter tous les mauvais souvenirs... Mais en même temps c'est ce qui est le plus simple (meilleures horaires, cours, infos etc). Vraiment quand je me lève le matin et que je pense à la journée qui m'attend j'ai des frissons... ça me faisait déjà ça au S1 et j'étais persuadée que ça s'en irait vu que je préfère largement le S2 mais visiblement non...
J'en viens même à me demander si je ne devrais pas contacter un professionnel de santé pour alléger mes soucis...


Tu sais tu as un sérieux avantage à te rendre compte de tout ça.
1. Ca te permet d'arrêter dès maintenant si ça ne te plait pas ou si les conditions de travail pour la suite ne te conviennent pas
2. Ca t'évitera les désillusions et la perte de motivation quand tu seras confronté à la réalité

Effectivement, c'est ce que j'essaie de me dire. Si je continue je saurai dans quoi je m'embarque et je ne perdrai pas pied tandis que les autres, en pensant avoir fait le plus dur, risquent d'avoir du mal à se relever.
Top
Kinona
Désagrégée de médecine

Messages : 225
Enregistré : 12/06/2017
Posté le 16/01/2020 à 10:24 notnew
Effectivement, j'aurais aimé être un peu plus prévenue. Je pense que j'en ai aussi marre de fréquenter depuis un an et demi le même endroit de travail, ça fait remonter tous les mauvais souvenirs...

Si tu peux, change de BU, travaille chez toi ou chez des amis. Change ton environnement de travail (même moi, je ne peux pas bosser dans la même BU toute l'année tous les jours, au bout d'un moment je pète un boulon ^^)

J'en viens même à me demander si je ne devrais pas contacter un professionnel de santé pour alléger mes soucis...
Prends rdv chez un psy ou au service de la médecine préventive de la fac (les psy sont gratuits là-bas et ont l'habitude). Cela te fera peut-etre du bien d'extérioriser tes ressentis et d'avoir des pistes pour les régler
Top
Aller en haut • 7 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter