logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

PACES 2012, témoignage sur un année très particulière

Lbelette
Jeune Carabine

Messages : 23
Enregistré : 04/06/2011
Posté le 16/08/2013 � 13:30 notnew
Tags : PACES, Temoignages, Echec, Motivation
Bonjour à tous,

Je me suis beaucoup servie du forum, de la multitude d'infos et de tous les témoignages encourageants qu'il contient avant de me lancer en PACES à la rentrée 2012.
Alors maintenant que j'ai passé cette année, je tenais à vous faire partager mon expérience.

Pour vous replacer dans le contexte, j'ai fait auparavant des études de design textile, je les ai réussi, j'ai adoré, j'ai monté ma petite boite et puis petit à petit, je me suis rendue compte que je ne me sentais pas utile que j'avais besoin de faire un métier "pour les autres"... J'ai lu plusieurs livre écrit par des médecins d'une grande humanité qui m'ont beaucoup plu et je me suis dit que c'est un métier comme ça que je voulais exercer.
J'ai beaucoup réfléchi, pesé le pour et le contre. Il m'a fallu un peu de temps avant de me dire que ce n'était pas juste un "projet fou". J'ai d'abord pensé à la médecine et puis j'ai progressivement penché vers la maïeutique.

Un an avant la rentrée 2012, j'ai suivi des cours de mise à niveaux pour me remettre dans le bain et démarrer la PACES avec (presque) autant de chance que les jeunes bacheliers scientifiques.

L'été dernier, pleine de motivation, je déposer mon dossier à la fac de médecine. Je suis acceptée, je quitte mon travail et à 25 ans, je me lance!
A la rentrée, les premières semaines sont très difficiles. J'avais beau me sentir préparé et prête à affronter tout ça, c'est autre chose de le vivre. L'ambiance dans l'amphi, les cours très rapides, la quantité de notions à apprendre...je me laisse envahir par le stress et me pose des questions sur ma capacité à continuer.
Mais je m'accroche, le premier quadrimestre avance et je commence à prendre des repaires. Mon entourage me soutient et j'essaye de faire du mieux que je peux même si le retard s'accumule. Cela devient presqu'un défi.
Le concours blanc ne donne pas des résultats spectaculaires et je ne m'attend pas à faire des étincelles pour la première partie du concours.

Mais la vie réserve parfois de très mauvaises surprises. Début janvier,je perd une personne très proche. Là, c'est une vrai chute. Je ne crois plus en la médecine que j'apprends, tous les cours sont susceptible de me replonger dans la maladie qui l'a emporté, ses dernières jours à l'hôpital.. La tristesse submerge tout et je suis incapable de savoir pourquoi je suis là et ce qui me motive, à la fac de médecine.
Les mois suivants, c'est "l'instinct de survie" qui prend le dessus et je m'éloigne de la fac pour respirer!
je garde un petit œil sur les cours.
En avril, les cours "spé sage femme" commencent et je prend beaucoup de plaisir à les suivre. C'est plus concret, les profs nous font partager leur amour pour le métier etc.
je m'y vois, je m'accroche mais c'est un peu tard. Je passe la deuxième partie du concours et les résultats ne sont pas bons. Je suis loin du NC SF et je n'ai même pas la possibilité de redoubler.

Voilà, la PACES c'est terminé pour moi.

Avec un petit peu de recul, je me dis que j'aurai eu tord de ne pas tenter, que je suis contente d'avoir été jusqu'au bout, que vu les circonstances j'ai fait au mieux. Et surtout, je ne regrette pas!
Je me dis aussi que la maladie qui a touché la personne que j'ai perdu m'a influencé dans ce choix de reprise d'étude.
Je savais dès le départ que je ne faisais pas ça pour le sauver mais pour participer à ma manière, me sentir utile, vivre d'espoir...
Le métier de sage femme c'etait aussi une envie de partages, d'attentions, de suivis d'un moment particulier dans la vie d'une femme.
C'est tout ça qui me motivait, me touchait, me donnait envie d'avancer.

Aujourd'hui, j'ai besoin de temps pour vivre avec tout ça et je ne sais pas quand je me sentirai de nouveau à l'aise dans les couloirs d'un hôpital.
Vers quelle orientation professionnelle je vais me tourner, je ne sais pas encore.

Alors,
à tous ceux qui souhaitent se lancer, je souhaite beaucoup de courage. Faites le plein de motivation avant la rentrée et surtout n'oubliez jamais ce pourquoi vous êtes là!
à tous ceux qui hésitent, prenez le temps de choisir et surtout n'ayez pas de regrets.
à tous ceux qui ont échoués, je crois qu'il y a une vie après la PACES, à chacun de trouver celle qui lui convient.
Top
livreslivrescontactspublicationstwitter