logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Retour sur l'année de P2

Aller en bas • 46 réponses • 3 pages • 1 2 3
Dr Fredo
Nain-terne

Messages : 125
Enregistré : 25/01/2011
Posté le 29/07/2014 à 19:21 notnew
Excellente initiative Mariela, à mon tour...

Entré en PCEM2/DFGSM2 en septembre 2012 par la passerelle, j'ai validé ma DFGSM3 en 1ère session et donc acheté mon billet pour l'externat en septembre prochain...
Bilan très positif cette année puisque j'ai poursuivi mon activité professionnelle (chirurgien-dentiste) pendant le 1er trimestre à mi temps jusqu'à la naissance de mon 1er enfant (à Noël). Pendant les 2 et 3e trimestre, j'ai bossé un 25% histoire d'aider plus à la maison (pas de crèche, pas de nounou...).
Aucun rattrapage cette année, j'étudiais à la maison (ce qui devenait de plus en plus dur avec un bébé qui grandit), seuls 2 gros modules dans ma fac m'ont demandé un travail plus régulier (neurologie, infectiologie), le reste plutôt tranquille. Au final, des bien meilleures notes qu'en P2 (travail un peu plus régulier).
Probablement la fin de cette période cool dès la rentrée...place d'abord à 5 semaines de vacances bien méritées, je me suis fait chier à travailler temps plein depuis la fin des partiels fin juin...
Top
mariela
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 173
Enregistré : 07/08/2011
Posté le 06/06/2015 à 08:15 puis édité 1 fois notnew
Bonjour,

Je ne sais pas si ça peut aider, mais j'ai envie de faire de nouveau un petit retour sur l'année de D2 ou DFASM1 maintenant, et première année d'externat.

Une année difficile, où on a une très grosse partie des items de l'internat avec un nouveau rythme, la disparition du système preneur, beaucoup de temps passé à l'hôpital, et de nouvelles modalités d'examens.
Après un peu de cafouillage en septembre pour trouver mon rythme et mes supports de travail, je me suis mise en selle assez rapidement. J'ai travaillé régulièrement toute l'année sur les livres recommandés et j'ai été en cours. Dans certaines matières, ça m'a fait gagner du temps, permis d'aller à l'essentiel, dans d'autres c'était pure perte de temps et en travaillant sur mes bouquins j'étais aussi efficace.
Ensuite, les stages à l'hôpital... Une chose est sure, ils m'ont conforté dans l'idée que l'hôpital n'est pas fait pour moi... Je me destine à l'exercice libéral et je l'attends avec beaucoup d'impatience. J'ai un vrai problème avec le rythme des autres. Je ne supporte pas les blancs, attendre ou les tâches qui ne servent à rien. Bref, j'ai hâte de pouvoir m'organiser comme je veux. Niveau difficulté de stage, en bossant c'est tout à fait faisable. Niveau relationnel, c'est très spécial, sans vouloir faire peur, je crois qu'on peut dire que le statut d'externe est peut être un des pires en matière de droit social en France (certainement derrière celui d'interne). Dur, dur, quand on connait déjà bien le monde du travail et qu'on a bossé dans le management. Je vois vraiment une profession en souffrance que ce soit du côté des médicaux comme des paramédicaux. Pas un service où les gens ne sont pas à bout. C'est une difficile pression. L'externe est parfois le punching ball de service. Il faut savoir prendre du recul et faire preuve de compassion. Pas si simple quand on est soi même au bout de ses ressources. Il y a néanmoins, et c'est important, une solidarité entre les étudiants que je n'avais pas connu ailleurs, un vrai soutien, une vraie seconde famille. En un regard on se comprend.
Bref, une année riche en apprentissage, riche en émotion, riche en expérience. Vraiment aucun regret. C'est dur, on rit, on pleure, on doute.
Pour moi ça passe du premier coup et je finis mon stage d'été tranquillement avant de rentrer en septembre en D3.
Au plaisir de lire ce qui partageront aussi leur expérience.

Et je m'excuse pour mon manque de présence et de soutien aux candidats à la passerelle. Entre les enfants et les études, je me suis autorisée un peu de sport pour me vider la tête et il ne me reste finalement qu'assez peu de temps.

A bientôt
Top
Madame Pops
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 184
Enregistré : 09/06/2014

certification
Vie réelle
Morgane Huet-Bruno
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : LYON Sud
Posté le 06/06/2015 à 10:07 notnew
Merci merci merci Mariela de nous faire partager ton vécu. J'apprécie beaucoup.
Bonne continuation à toi.
_____
Ancienne sage-femme
Passerelle 2015 ❤
6ème année de médecine
Top
Remodonto
Bizut (futur carré)

Messages : 6
Enregistré : 29/06/2015
Posté le 29/06/2015 à 22:03 notnew
Franchement bravo à vous.. et merci de vos retours !
Top
Euterpe
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 151
Enregistré : 06/04/2013
Posté le 01/07/2015 à 18:39 notnew
Je me lance comme mariela !! smilies

Petit rappel : 28 ans, mariée sans enfants, pharmacien, passerelle D1 obtenue en juin 2013

Après une année de D1 plutôt compliquée (deces de mon grand père un mois avant les partiels du premier trimestre et harcèlement moral au travail au 2ème trimestre car oui je bossais en officine a l'année) j'ai eu mon année aux rattrapages avec un peu de difficultés mais ça passe...

J'attaque donc cette nouvelle année en tant qu'externe, en mettant toutes les chances de mon côté : je ne travaille plus en officine ou très peu (3 jours au premier trimestre), je bosse régulièrement mes cours, je suis assidue en cours.
Les partiels arrivent : nouveau mode de fonctionnement (sur tablette avec dossiers progressifs) et la c'est la désillusion : tout aux rattrapages! Suite a ça je n'ai pas pu revenir a la fac avant une semaine. Ayant un caractère de battante, j'ai su me relever et continuer a avancer j'ai donc continuer sur ma lance (en étant un peu moins assidue en cours je l'avoue)
2ème partiel : oral + 5 ue : j'en ai validé 3, ça va mieux mais c'est toujours pas gagné ...
Je vais donc passe mon été a réviser, en même temps que d'aller en stage, ça va pas et facile mais je m'accroche
En conclusion, la D2 est assez dur sur le plan moral car il est parfois difficile de concilier stage et cours.

Par contre a l'inverse de mariela, je suis tombée dans un stage ou ça ne se passait pas bien entre les externes (d4 contre les d2 -> on a l'ECN donc vous prenez tous les samedis et on récupère les jours de repos. Sauf que quand tu enchaînes 13 jours d'affilé parce que tu es de garde le dimanche et que tes partiels sont justes après ton stage, hors de question de se laisser faire parce que l'on est 2 promos en dessous)
Top
Such
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 1213
Enregistré : 19/04/2012

certification
Vie réelle
Blandine Rivette
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : PARIS VI Pierre et Marie CURIE
Posté le 04/07/2015 à 16:25 notnew
J'en profite même si ce n'est pas le sujet, mais se méfier, effectivement, de ceux des promos au-dessus pour vos stages… J'ai failli en faire l'amère expérience si les D4 de ma salle ne m'avaient pas protégée des autres D4 qui voulaient profiter d'une de mes absences de partiels pour me refourguer une LCA. Je ne me serais pas laissé faire sous prétexte que c'était des D4 et que j'aurais dû me la fermer, tout ça parce que ces D4 s'étaient fait prendre par le sénior qui s'occupait de la LCA. Mais je dois avouer que ça m'en a dit long quant à ce dont sont capables certains étudiants… et je suis sûre qu'il y a pire…
Médecine, ça ne flatte pas toujours les meilleurs côtés de l'être humain… Alors que c'est juste dur pour tout le monde.
_____
Passerelle DFGSM2 2013
DFASM1.
Externe de l'AP-HP.
Top
Euterpe
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 151
Enregistré : 06/04/2013
Posté le 05/07/2015 à 01:06 notnew
Ah Ben tu me rassures such! Je vois que c'est partout pareil !!!
Top
mariela
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 173
Enregistré : 07/08/2011
Posté le 21/05/2016 à 15:48 notnew
Bonjour,
J'ai pris cette habitude de revenir sur mon année, donc je ne manque de vous faire partager ma D3 qui se termine tout doucement.

Alors, pour commencer, contrairement à l'année dernière, mon mari qui avait posé un congé parental pour s'occuper du petit 5ème a repris son activité. Ensuite, nous avons acheté une maison plus grande mais plus loin...
J'ai donc dû complètement réinvestir mon rôle de maman organisatrice, taxi, garde malade, femme de ménage etc... que j'avais partiellement délégué à mon mari l'année dernière (sauf l'allaitement). La bonne nouvelle c'est que mon numéro 5 a enfin fait ses nuits... à 14 mois.

La d3, c'était vraiment une année que j'avais fantasmée. D'abord parce que c'est des matières que j'adore, la pedia et la gyneco et ensuite parce que je me pensais installée dans l'externat et que, quand même, ça commence à sentir la fin.
Ça c'était le rêve. En réalité, cette année a été éprouvante. Pour des raisons personnelles d'abord, parce que j'ai littéralement tout fait en courant ; dès le mois de septembre, j'ai compris que ma paire de baskets seraient ma meilleure alliée. Il fallait réveiller toute la tribu à 6h pour que tout le monde soit prêt à 7h pour le décollage, direction l'école dans l'ancienne ville (faute de place dans la nouvelle) et chez la nounou, tout ça pour que je cours prendre mon tram et que je cours vers la fac/le service pour être à l'heure.
Éprouvante aussi parce que l'ambiance dans les services devient franchement pesante. Les a priori négatifs sur les étudiants, les ordres contradictoires, le sacarsme, la pression, le manque d'encadrement etc... Auxquels, il faut ajouter la compétition qui devient de plus en plus présente chez les étudiants et cette impression de jugement de valeur perpétuelle en fonction de ton classement, de tes notes, de la spécialité que tu veux faire, si tu as du mérite, si tu es intelligent ou limité... Individuellement c'est tous des amours, collectivement c'est l'enfer.

La phrase que je me suis le plus répétée cette année : "j'en ai marre de ces études de m****"

Je paie sans doute un peu physiquement le contrecoup de ma grossesse en d1, les nuits blanches de d2.
Autre chose, ma vie tourne trop autour de la médecine. J'ai quitté le milieu alternatif qui me manque, ma vie culturelle n'a jamais été aussi pauvre et j'ai dû abandonner le sport faute de temps.
Par contre, contrairement aux années précédentes où je m'isolais pour réviser, j'ai continué à recevoir du monde, à me faire un ciné avec les enfants etc... Pendant mes révisons il y a eu jusqu'à 10 enfants parfois dans ma maison... Avec tout le bordel que vous imaginez. Mais je n'ai plus envie de me couper de cette vie.

Parallèlement, j'ai adoré le temps passé avec certains médecins et avec tous les patients. Je commence à pouvoir modeler le savoir que j'ai ingurgité et c'est la plus chouette des récompenses! J'ai adoré mon stage aux urgences gynéco. Je garde en mémoire des scènes absolument inoubliables avec les patients. Ces moments me rappellent pourquoi je suis là, pourquoi j'ai choisi cette voie, quand des fois, dans la tourmente du quotidien, de la pression à l'excellence, je me perds.
J'ai aussi des amis avec qui je peux passer des heures à pleurer au téléphone et qui me reboostent. J'ai une chance incroyable de vivre tout ça.

J'ai pris la mesure de ce qui n'allait pas cette année. L'année prochaine, les enfants changent d'école, on prend une garde à domicile, je reprends le sport au moins deux fois par semaine.

Pour les résultats, ça passe. En route pour la d4 et la préparation aux ecn. J'ai perdu 80 places cette année par rapport à l'année dernière. Je valide avec 13 de moyenne, et aucun rattrapage (c'est assez homogène). Je sens bien que j'en ai moins sous la pédale que mes camarades, je n'ai pas non plus les mêmes ambitions. Il va néanmoins falloir que je m'accroche pour avoir med gé sur Nantes car très demandée et je veux pouvoir choisir mes stages. On verra. Je vais souffler un peu cet été, m'organiser pour être tranquille à la rentrée, bosser un peu aussi.

Bref, un peu fatiguée mais toujours sans regret!! Et mon projet ne change pas.

Au plaisir de lire vos retours d'expériences.smilies
Top
Dr Fredo
Nain-terne

Messages : 125
Enregistré : 25/01/2011
Posté le 24/06/2016 à 07:32 notnew
Bonjour,
J'ai pris cette habitude de revenir sur mon année, donc je ne manque de vous faire partager ma D3 qui se termine tout doucement.
...
Au plaisir de lire vos retours d'expériences.smilies

Bonjour à tous, salut Mariela,

à mon tour d'écrire un petit retour d'expérience sur ces 2 années d'externat...
comme Mariela, passerelle P2 2012: aujourd'hui ma D3 est enfin terminée.
Bilan global positif. Je ne reviens pas sur la P2/D1 puisque j'avais déjà posté sur cette discussion un retour 2 ans auparavant.
D2 : c'est évident, ça fait mal, le début de l'externat ne réserve pas de bonnes surprises, même aux plus avertis d'entre nous. Savoir à quoi s'attendre et le vivre c'est différent. Bref, début d'externat en médecine interne dans un hopital d'un gros CHU parisien, j'ai redécouvert ce que c'était qu'être en bas de la hiérarchie : tâches confiées aux externes de secrétariat, ambiance du stage très variable en fonction des supérieurs, et surtout moment où l'on réalise dans quoi on s'embarque pour 6 ans minumum...le monde de l'hôpital est très particulier est mieux vaut vite comprendre les règles du jeu pour ça se passe le mieux possible...
Au final, c'est le moment ou un passerellien se pose un milliard de questions, ré évalue son projet, ses motivations, et dans 99% (en fait 100% dans ma promo) se remet dans le droit chemin et poursuit son externat.
Passé cette période d'adaptation (disons le premier trimestre de la D2), la charge de travail dépend énormément du stage et de la pression qu'on s'impose. Après un T2 passé à me la couler douce dans un stage trop spécialisé (l'un des énormes flop de l'externat à Paris..beaucoup trop de stage hyper spécialisé), j'ai enfin enclenché la première au T3 lors du premier stage me plaisant vraiment (endocrino) et étudié régulièrement.
Vient ensuite l'été avec stage temps plein, fatiguant mais n'ayant pas de rattrapage, ça permet d'avoir une autre vision de la vie hospitalière, avec un investissement plus important et une véritable intégration dans l'équipe médicale, au final stage très profitable.
Quant à la D3, la machine était rodé donc ça roule tout seul, le hic encore une fois, sont les stages trop spécialisés, j'en sors tout juste et franchement il était temps, 6 mois de stage quasi inutiles pour moi, c'est dur à dire mais vu l'opinion que j'avais de l'externat avant de le commencer...j'en retiendrai les autres 6 mois de stage intéressants!!!
Côté fac, pas de rattrapage, une moyenne de 13 dans une fac élitiste, sans jamais ouvrir un bouquin après 18H ou même le WE (vie de famille prioritaire pour moi) sauf ma semaine de révision pré partiel.
J'ai poursuivi mon activité professionnelle mais à temps extrêmement réduit... je sors de ces 2 années content mais assez fatigué avec à la maison un enfant et une femme enceinte souvent alitée depuis quelques mois!
Au programme cet été : arrivée de N°2, repos et coupure totale avant la D4, je pense ne pas ouvrir de bouquin pendant au minimum 1 mois et profiter de l'été!
Top
mariela
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 173
Enregistré : 07/08/2011
Posté le 29/06/2017 à 15:25 notnew
Bonjour,
Voilà, mon externat se termine.
Traditionnel petit retour sur mon année de D4 :
Pour la première fois depuis le début de l’aventure, je suis arrivée le jour de la rentrée avec un gros ras le bol. Mes collègues étaient contents que ce soit la dernière année. Pour moi, c’était l’année de trop, il était vraiment temps que cela se termine. Côté personnel, les enfants en ont marre d’avoir une maman étudiante, je n’ai plus envie de courir comme les autres années ni d’être enfermée à bosser. Un de mes enfants a besoin d’une prise en charge particulière qui nécessite plusieurs RDV par semaine. On va construire notre emploi du temps autour de ce paramètre. Lorsque je suis en stage, si je ne peux pas m’y rendre, c’est mon mari et lorsque j’ai cours ou que je suis en révision c’est moi.
Les enfants ont changé d’école, ils sont à côté de la maison maintenant, c’est rapide et pratique.

Niveau ambiance, les grosses machines se mettent en route pour le l’ECN, un train que je n’ai pas envie de prendre. Je vais bosser pour mes examens parce que je ne veux pas redoubler et ma foi ça va passer super, pas de rattrapage et des notes plutôt satisfaisantes.
A partir du moment où je sais que mes examens sont validés c’est la relâche totale.
Je me souviens avoir été de garde aux urgences au nouvel an, je sortais tout juste lorsque minuit à sonner et quel bonheur d’y être enfin. 2017, j’ai l’impression que le pari est réussi.
Je veux médecine générale toujours et j’ai beaucoup de mal à me dire qu’il faudrait que je bosse 12h par jour pour l’avoir

J’ai donc bossé en première partie d’année pour les examens puis j’ai levé le pied la deuxième partie. Je me suis inscrite en conf privée, j’ai dû en faire 5 ou 6, j’ai relu mes fiches, fait quelques cas sur sides. Je n’ai pas touché un bouquin les week-end. A partir du mois de mai, mon dernier n’allait plus à la crèche que 2 jours par semaine, j’ai donc bossé avec Vaina, la sirène des pompiers, et les puzzle de l’alphabet.

J’ai bien profité de mes stages, c’était chouette. Ce qu’il y a de bien en D4, c’est qu’on a vu tout le programme, déjà fait pas mal de gestes, ce qui fait qu’en stage on profite vraiment plus que les années précédentes.
Je viens donc de passer les fameux ECN, un peu stressée quand même. Je garderais un souvenir impérissable de ces 3 jours qui se sont transformés en 4 jours dans un amphi surchauffé par la canicule. J’avais plutôt bien réussi les dossiers du mercredi et du lundi, ceux qui ont été annulés, mais c’est la vie et c’est pas grave. C’est un concours, je pense que je ne suis pas la seule à partager cet avis.
Alors classement : 6406. Plutôt cohérent avec mon investissement, peut être juste pour avoir ce que je veux mais nous verrons bien avec les nouveaux DES si la médecine générale part aussi vite.
Ne vous méprenez pas sur les capacités des passerelles à avoir de bon classement aux ecn, c’est possible si on travaille et j’en connais même classé dans les 1000 premiers. Les ECN c’est comme la P1 (qu’on n’a pas passé), pour réussir il faut travailler, il n’y a pas de miracle. Donc si votre but c’est une spé bien précise, mettez-vous en mode machine sur l’année et vous ferez bien mieux que moi !

Ce matin, j’ai rangé tous mes livres, jeté 3 sacs poubelles 50 l de fiches et cours, vidé mes classeurs, enlevé le bureau de la chambre. J’ai regardé aussi quelques photos, quand j’ai commencé ma grande était en grande section, elle passe au CM2. Quand les étudiants en médecine disent qu’ils ont sacrifié leur jeunesse dans ces études, croyez-les. Mesurez bien ce à quoi vous vous engagez, mais sachez que tout se fait. Il est possible de faire médecine et d’avoir une vie de famille. J’ai probablement raté des choses avec mes enfants, mais réussi à en préserver d’autres. J’ai probablement raté des choses en médecine aussi, et garder ce qui me paraissait essentiel (ne pas redoubler et savoir prendre en charge globalement mon patient). C’est un équilibre à trouver, parfois précaire c’est vrai.
Bref, je ne regrette pas ces 5 dernières années et j’ai hâte que les choses sérieuses commencent avec l’internat.
Top
rooylo
Jeune Carabin

Messages : 16
Enregistré : 18/06/2016
Posté le 29/06/2017 à 18:06 notnew
Merci Mariela pour ce témoignage très intéressant.
Bonjour,
Voilà, mon externat se termine.
Traditionnel petit retour sur mon année de D4 :
Pour la première fois depuis le début de l’aventure, je suis arrivée le jour de la rentrée avec un gros ras le bol. Mes collègues étaient contents que ce soit la dernière année. Pour moi, c’était l’année de trop, il était vraiment temps que cela se termine. Côté personnel, les enfants en ont marre d’avoir une maman étudiante, je n’ai plus envie de courir comme les autres années ni d’être enfermée à bosser. Un de mes enfants a besoin d’une prise en charge particulière qui nécessite plusieurs RDV par semaine. On va construire notre emploi du temps autour de ce paramètre. Lorsque je suis en stage, si je ne peux pas m’y rendre, c’est mon mari et lorsque j’ai cours ou que je suis en révision c’est moi.
Les enfants ont changé d’école, ils sont à côté de la maison maintenant, c’est rapide et pratique.

Niveau ambiance, les grosses machines se mettent en route pour le l’ECN, un train que je n’ai pas envie de prendre. Je vais bosser pour mes examens parce que je ne veux pas redoubler et ma foi ça va passer super, pas de rattrapage et des notes plutôt satisfaisantes.
A partir du moment où je sais que mes examens sont validés c’est la relâche totale.
Je me souviens avoir été de garde aux urgences au nouvel an, je sortais tout juste lorsque minuit à sonner et quel bonheur d’y être enfin. 2017, j’ai l’impression que le pari est réussi.
Je veux médecine générale toujours et j’ai beaucoup de mal à me dire qu’il faudrait que je bosse 12h par jour pour l’avoir

J’ai donc bossé en première partie d’année pour les examens puis j’ai levé le pied la deuxième partie. Je me suis inscrite en conf privée, j’ai dû en faire 5 ou 6, j’ai relu mes fiches, fait quelques cas sur sides. Je n’ai pas touché un bouquin les week-end. A partir du mois de mai, mon dernier n’allait plus à la crèche que 2 jours par semaine, j’ai donc bossé avec Vaina, la sirène des pompiers, et les puzzle de l’alphabet.

J’ai bien profité de mes stages, c’était chouette. Ce qu’il y a de bien en D4, c’est qu’on a vu tout le programme, déjà fait pas mal de gestes, ce qui fait qu’en stage on profite vraiment plus que les années précédentes.
Je viens donc de passer les fameux ECN, un peu stressée quand même. Je garderais un souvenir impérissable de ces 3 jours qui se sont transformés en 4 jours dans un amphi surchauffé par la canicule. J’avais plutôt bien réussi les dossiers du mercredi et du lundi, ceux qui ont été annulés, mais c’est la vie et c’est pas grave. C’est un concours, je pense que je ne suis pas la seule à partager cet avis.
Alors classement : 6406. Plutôt cohérent avec mon investissement, peut être juste pour avoir ce que je veux mais nous verrons bien avec les nouveaux DES si la médecine générale part aussi vite.
Ne vous méprenez pas sur les capacités des passerelles à avoir de bon classement aux ecn, c’est possible si on travaille et j’en connais même classé dans les 1000 premiers. Les ECN c’est comme la P1 (qu’on n’a pas passé), pour réussir il faut travailler, il n’y a pas de miracle. Donc si votre but c’est une spé bien précise, mettez-vous en mode machine sur l’année et vous ferez bien mieux que moi !

Ce matin, j’ai rangé tous mes livres, jeté 3 sacs poubelles 50 l de fiches et cours, vidé mes classeurs, enlevé le bureau de la chambre. J’ai regardé aussi quelques photos, quand j’ai commencé ma grande était en grande section, elle passe au CM2. Quand les étudiants en médecine disent qu’ils ont sacrifié leur jeunesse dans ces études, croyez-les. Mesurez bien ce à quoi vous vous engagez, mais sachez que tout se fait. Il est possible de faire médecine et d’avoir une vie de famille. J’ai probablement raté des choses avec mes enfants, mais réussi à en préserver d’autres. J’ai probablement raté des choses en médecine aussi, et garder ce qui me paraissait essentiel (ne pas redoubler et savoir prendre en charge globalement mon patient). C’est un équilibre à trouver, parfois précaire c’est vrai.
Bref, je ne regrette pas ces 5 dernières années et j’ai hâte que les choses sérieuses commencent avec l’internat.
Top
Marlie
Doyenne (espèce rare)

Messages : 463
Enregistré : 28/06/2016
Posté le 02/07/2017 à 14:08 notnew
Merci Mariela pour ce retour, et félicitations pour ton parcours! Je te souhaite d'avoir ta spé à Nantes!
_____
Admise Passerelle DFGSM2 2017 à Poitiers
Top
Kazy
Désagrégé de médecine

Messages : 233
Enregistré : 18/01/2016
Posté le 04/07/2017 à 10:48 notnew
Merci de ton retour Mariela et félicitation ! Mine de rien 6400 il y en a 2000 derrière toi !
_____
Passerelle DFGSM2 Angers.
Top
mariela
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 173
Enregistré : 07/08/2011
Posté le 04/09/2018 à 17:36 puis édité 1 fois notnew
hello tout le monde!!!
Petit retour traditionnel sur ma première année d'internat
smilies

J'en profite juste pour ajouter ici que je ne peux plus répondre aux u2u car ma boite est pleine et j'arrive pas à la vider pour pouvoir de nouveau envoyer mes réponses (bon, j'avoue j'y passe pas non plus des heures…). Pour les passerelles, idem, je suis trop vieille, je pense que les critères valables pour moi ne sont plus valables aujourd'hui, donc point de relecture, conseils, tout ça tout ça, je suis plus dedans.


Donc, j'ai réussi à me trouver une petite place en médecine générale sur nantes. J'ai commencé par stage chez le praticien, 3 jours par semaines, quelques jours de cours en plus, jamais de garde. C'est une nouvelle vie. Déjà, le salaire fait du bien. Ensuite, pas de cours à bachoter, pas d'examen à préparer.
Le premier semestre s'est passé plutôt en douceur, avec des maîtres de stage sympas et bienveillants. Je partais tôt et rentrais tard du lundi au mercredi (départ à 6h/retour vers 20h30-21h)et était à la maison le reste du temps. Donc même si je ne voyais pas les enfants les 3 premiers jours, le reste du temps, j'étais disponible à 100% pour eux. Sport à fond, et j'ai commencé le patinage artistique. Trop cool!!

Puis le deuxième semestre est arrivé…. médecine adulte polyvalente, donc découverte de l'internat en milieu hospitalier. Ouille ouille, que c'est dur d'être vieille… le stage est à une heure de la maison, mon cerveau a du mal à se mettre en route en mode hôpital, les gardes de 24h sans dormir, dans le stress, avec des chefs qui t'expliquent des trucs à 4h du matin… Mais moi à 4h je survis juste, je stocke plus rien. Donc là ça déménage et même si la grille d'évaluation est juste nulle à chier et ne permet pas de mesurer les progrès qu'on peut faire (c'est gratifiant quand même quand on bosse autant, de se dire au moins qu'on progresse), je me sens de plus en plus à l'aise et beaucoup de points complètement obscurs deviennent plus clairs. Bon, il y a encore beaucoup de boulot hein!!smilies
Reste que ce rythme est terrible et que pour la vie de famille c'est franchement compliqué. Il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps. les enfants se plaignent beaucoup de mes absences, surtout les Week end où je bosse, et il y a en a pas mal.
Je me vois perdre patience certaines nuits aux urgences alors que je pensais que j'aurais toujours eu assez de ressources pour être à l'écoute. Plus tu es fatigué, moins tu es capable d'avoir de l'empathie avec ton patient. C'est probablement le plus difficile : me dire que j'ai fait tout ça, pour faire de la merde parce que je suis au bout de mes forces, que j'ai plus envie (je pense aux patients qui viennent pour une égratignure à 4h du mat', ou parce qu'ils sont constipés et que là, à 2h précise, ils en ont marre, ou à 6h pour un certificat coups et blessures d'un truc qui remonte à plusieurs jours genre je me suis battu avec mon voisin bourré et j'étais bourré aussi, etc... j'en passe et des meilleurs). Mais il y a aussi des moments très chouettes, des moments avec des grosses décharges d'adrénaline, quelques fous rire aussi.

J'aime ce que je fais. Je regrette pas et je trouve toujours ce métier génial. Mais attention à la fatigue.

Je vais peut être faire ma thèse là dessus?


Il me reste encore deux ans à tenir avant la fin… ou pas d'ailleurs, parce que j'ai plein de petits DU qui m'intéressent smilies
En tout cas, je suis impatiente de m'installer ou de remplacer.


A +
Top
Juju9
Sexternus-minus

Messages : 37
Enregistré : 25/08/2018
Posté le 08/09/2018 à 21:10 notnew
Wow, Mariela, j'ai pris le temps de lire tes résumés des différentes années et je te remercie pour ce partage d'expérience !

C'est vraiment enrichissant pour ceux qui, comme moi, veulent se lancer là-dedans, et ça rebooste vraiment.

Bon courage pour la suite de ton internat. smilies
_____
Infirmière diplômée depuis 2015. Candidate pour la passerelle P2 2019. :)
Top
Naonao
Ministre de la Santé

Messages : 671
Enregistré : 28/08/2016
Posté le 09/09/2018 à 08:52 notnew
C'est toujours un plaisir de te lire Mariela. Et ça remet les idées en place de se dire que tu as si bien mené cette double vie !

Merci aussi a Dr Fredo pour ses retours d'expérience.

Vivement le prochain épisode l'année prochaine ! smilies
_____
2008-2011 : EDHEC
2016-2017 : Stage Hospitalier
2017-2018 : PAES0 (Medisup)
2018-2019 : DFGSM2 (Paris-Sud)
Top
helenide
Jeune Carabine

Messages : 23
Enregistré : 01/06/2018
Posté le 16/09/2018 à 23:26 notnew
hello tout le monde!!!
Petit retour traditionnel sur ma première année d'internat
smilies

J'en profite juste pour ajouter ici que je ne peux plus répondre aux u2u car ma boite est pleine et j'arrive pas à la vider pour pouvoir de nouveau envoyer mes réponses (bon, j'avoue j'y passe pas non plus des heures…). Pour les passerelles, idem, je suis trop vieille, je pense que les critères valables pour moi ne sont plus valables aujourd'hui, donc point de relecture, conseils, tout ça tout ça, je suis plus dedans.


Donc, j'ai réussi à me trouver une petite place en médecine générale sur nantes. J'ai commencé par stage chez le praticien, 3 jours par semaines, quelques jours de cours en plus, jamais de garde. C'est une nouvelle vie. Déjà, le salaire fait du bien. Ensuite, pas de cours à bachoter, pas d'examen à préparer.
Le premier semestre s'est passé plutôt en douceur, avec des maîtres de stage sympas et bienveillants. Je partais tôt et rentrais tard du lundi au mercredi (départ à 6h/retour vers 20h30-21h)et était à la maison le reste du temps. Donc même si je ne voyais pas les enfants les 3 premiers jours, le reste du temps, j'étais disponible à 100% pour eux. Sport à fond, et j'ai commencé le patinage artistique. Trop cool!!

Puis le deuxième semestre est arrivé…. médecine adulte polyvalente, donc découverte de l'internat en milieu hospitalier. Ouille ouille, que c'est dur d'être vieille… le stage est à une heure de la maison, mon cerveau a du mal à se mettre en route en mode hôpital, les gardes de 24h sans dormir, dans le stress, avec des chefs qui t'expliquent des trucs à 4h du matin… Mais moi à 4h je survis juste, je stocke plus rien. Donc là ça déménage et même si la grille d'évaluation est juste nulle à chier et ne permet pas de mesurer les progrès qu'on peut faire (c'est gratifiant quand même quand on bosse autant, de se dire au moins qu'on progresse), je me sens de plus en plus à l'aise et beaucoup de points complètement obscurs deviennent plus clairs. Bon, il y a encore beaucoup de boulot hein!!smilies
Reste que ce rythme est terrible et que pour la vie de famille c'est franchement compliqué. Il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps. les enfants se plaignent beaucoup de mes absences, surtout les Week end où je bosse, et il y a en a pas mal.
Je me vois perdre patience certaines nuits aux urgences alors que je pensais que j'aurais toujours eu assez de ressources pour être à l'écoute. Plus tu es fatigué, moins tu es capable d'avoir de l'empathie avec ton patient. C'est probablement le plus difficile : me dire que j'ai fait tout ça, pour faire de la merde parce que je suis au bout de mes forces, que j'ai plus envie (je pense aux patients qui viennent pour une égratignure à 4h du mat', ou parce qu'ils sont constipés et que là, à 2h précise, ils en ont marre, ou à 6h pour un certificat coups et blessures d'un truc qui remonte à plusieurs jours genre je me suis battu avec mon voisin bourré et j'étais bourré aussi, etc... j'en passe et des meilleurs). Mais il y a aussi des moments très chouettes, des moments avec des grosses décharges d'adrénaline, quelques fous rire aussi.

J'aime ce que je fais. Je regrette pas et je trouve toujours ce métier génial. Mais attention à la fatigue.

Je vais peut être faire ma thèse là dessus?


Il me reste encore deux ans à tenir avant la fin… ou pas d'ailleurs, parce que j'ai plein de petits DU qui m'intéressent smilies
En tout cas, je suis impatiente de m'installer ou de remplacer.


A +

Bonjour Mariela!

Merci pour tous tes témoignages !

Je n’ai pas été prise en passerelle (je suis infirmière) à Nantes pour la rentrée de septembre, alors je tente la paces. J’avoue que c’est très dur surtout la biophysique et la chimie. Pas simple de se remettre dans les maths quand ça fait 10 ans qu’on a passé son bac!

Je vais retenter la passerelle l’année prochaine, toujours à Nantes, j’espère que je serai acceptée en p2 via la passerelle ou bien par la voie classique. Je voudrais être médecin généraliste.

J’ai discuté avec mon conjoint de ton témoignage et donc de ton parcours.
Et bien il te connaît ! Vous vous êtes rencontré en gastro pendant ton stage de p2! Lui était jeune externe! Il était déjà très admiratif que tu te sois lancée dans les études de médecine avec 4 enfants! Alors quand je lui ai dit que tu en avais maintenant 5! smilies
Il était très content pour toi quand je lui ai raconté ton parcours!
Il est maintenant urgentiste, enfin presque puisqu’il lui reste encore 1 an d’assistanat smilies

J’espère que j’aurai un parcours similaire au tien.
Je serai tellement déçue si on ne me laissait pas « ma chance ».
Je travaille énormément pour décrocher la p2 via la PACES mais la compétition est rude, il y en a il faut se le dire, ce sont des têtes d’ampoules!
Alors la passerelle sera ma dernière chance si je n’arrive pas la PACES.

Je te souhaite plein de bonnes choses. Et beaucoup de courage pour la suite!
Tu es presque au bout! Tu as fait le plus gros!!
Courage !!!

A bientôt!
Top
mariela
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 173
Enregistré : 07/08/2011
Posté le 19/09/2018 à 18:55 notnew
Bonjour,
merci pour vos messages smilies
heleneide, ton compagnon avait les cheveux longs ou courts? je me souviens de ce stage… On s'était fait pourrir par le chef de clinique parce qu'on ne maitrisait pas le cours qu'on avait l'après-midi même… Un grand moment lol.

Je ne pourrais plus trop te conseiller maintenant pour la passerelle, les critères ont probablement beaucoup changé. Accroche toi en tout cas pour cette PACES.


Je fais des gardes aux urgences de Chateaubriant, peut être que je le croiserai car les nantais tournent sur le site ou viennent en renfort.

Bon courage pour la suite et si tu as besoin de conseils organisation vie familiale/études, n'hésite pas. Je repasse de temps en temps.

A +
Top
helenide
Jeune Carabine

Messages : 23
Enregistré : 01/06/2018
Posté le 19/09/2018 à 20:17 notnew
Il me semble qu’il avait les cheveux courts. Il s’appelle Charles. Je lui redemanderai s’il se rappelle s’être fait pourrir lol
Il fait son assistanat sur la roche sur yon.
Oui je pense que pour les conseils sur la passerelle ça fait trop longtemps pour toi.
Mais si j’ai besoin pour l’organisation vie famille/études je viendrai ici smilies

Bonne chance pour la suite !
Top
Cariana36
Jeune Carabine

Messages : 12
Enregistré : 27/09/2018
Posté le 01/10/2018 à 14:49 notnew
hello tout le monde!!!
Petit retour traditionnel sur ma première année d'internat
smilies

J'en profite juste pour ajouter ici que je ne peux plus répondre aux u2u car ma boite est pleine et j'arrive pas à la vider pour pouvoir de nouveau envoyer mes réponses (bon, j'avoue j'y passe pas non plus des heures…). Pour les passerelles, idem, je suis trop vieille, je pense que les critères valables pour moi ne sont plus valables aujourd'hui, donc point de relecture, conseils, tout ça tout ça, je suis plus dedans.


Donc, j'ai réussi à me trouver une petite place en médecine générale sur nantes. J'ai commencé par stage chez le praticien, 3 jours par semaines, quelques jours de cours en plus, jamais de garde. C'est une nouvelle vie. Déjà, le salaire fait du bien. Ensuite, pas de cours à bachoter, pas d'examen à préparer.
Le premier semestre s'est passé plutôt en douceur, avec des maîtres de stage sympas et bienveillants. Je partais tôt et rentrais tard du lundi au mercredi (départ à 6h/retour vers 20h30-21h)et était à la maison le reste du temps. Donc même si je ne voyais pas les enfants les 3 premiers jours, le reste du temps, j'étais disponible à 100% pour eux. Sport à fond, et j'ai commencé le patinage artistique. Trop cool!!

Puis le deuxième semestre est arrivé…. médecine adulte polyvalente, donc découverte de l'internat en milieu hospitalier. Ouille ouille, que c'est dur d'être vieille… le stage est à une heure de la maison, mon cerveau a du mal à se mettre en route en mode hôpital, les gardes de 24h sans dormir, dans le stress, avec des chefs qui t'expliquent des trucs à 4h du matin… Mais moi à 4h je survis juste, je stocke plus rien. Donc là ça déménage et même si la grille d'évaluation est juste nulle à chier et ne permet pas de mesurer les progrès qu'on peut faire (c'est gratifiant quand même quand on bosse autant, de se dire au moins qu'on progresse), je me sens de plus en plus à l'aise et beaucoup de points complètement obscurs deviennent plus clairs. Bon, il y a encore beaucoup de boulot hein!!smilies
Reste que ce rythme est terrible et que pour la vie de famille c'est franchement compliqué. Il ne faudrait pas que ça dure trop longtemps. les enfants se plaignent beaucoup de mes absences, surtout les Week end où je bosse, et il y a en a pas mal.
Je me vois perdre patience certaines nuits aux urgences alors que je pensais que j'aurais toujours eu assez de ressources pour être à l'écoute. Plus tu es fatigué, moins tu es capable d'avoir de l'empathie avec ton patient. C'est probablement le plus difficile : me dire que j'ai fait tout ça, pour faire de la merde parce que je suis au bout de mes forces, que j'ai plus envie (je pense aux patients qui viennent pour une égratignure à 4h du mat', ou parce qu'ils sont constipés et que là, à 2h précise, ils en ont marre, ou à 6h pour un certificat coups et blessures d'un truc qui remonte à plusieurs jours genre je me suis battu avec mon voisin bourré et j'étais bourré aussi, etc... j'en passe et des meilleurs). Mais il y a aussi des moments très chouettes, des moments avec des grosses décharges d'adrénaline, quelques fous rire aussi.

J'aime ce que je fais. Je regrette pas et je trouve toujours ce métier génial. Mais attention à la fatigue.

Je vais peut être faire ma thèse là dessus?


Il me reste encore deux ans à tenir avant la fin… ou pas d'ailleurs, parce que j'ai plein de petits DU qui m'intéressent smilies
En tout cas, je suis impatiente de m'installer ou de remplacer.


A +

Bonjour Mariela

merci pour ce récit qui rebooste
tu dis te sentit trop vieille mais quel âge as-tu ?
Je te pose cette question car mon âge me freine pour faire la passerelle : j'ai 39 ans.

Au plaisir de te lire.
_____
Infirmière depuis 2010
Top
Aller en haut • 46 réponses • 3 pages • 1 2 3
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
L’interview du mois Jérémy Do Cao, président de l’Association des juniors en pédiatrie Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter