logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Témoignages des Admis à la passerelle P2 2015

Aller en bas • 40 réponses • 2 pages • 1 2
Nasstee
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 09/03/2014
Posté le 08/07/2015 à 18:29 notnew
1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?
Nasstee (Anastassia de mon vrai prénom), 25 ans. Après un baccalauréat S, j'ai intégré deux licences en parallèle : une bi-licence Droit et Histoire de l'Art à Paris 1 et une lince d'Histoire de l'Art à l'Ecole du Louvre. J'ai ensuite intégré une école de commerce, l'EM Lyon, avant de tenter pour la première fois la passerelle cette année pour Paris VI.


2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Je n'avais pas tenté la PACES pour plusieurs raisons, mais surtout à cause d'un gros manque de confiance en moi, la peur de ne pas y arriver et d'être frustrée toute ma vie.
Je m'intéressais beaucoup à l'histoire de l'art et au mécénat, donc je me suis dirigée vers ça. Mais dès le lendemain des inscriptions, je regrettais déjà de ne pas avoir tenté ma chance...


3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?
L'envie de faire médecine ne m'a jamais quittée. Je ne voulais pas passer ma vie à me demander ce que ma vie aurait été si je m'étais lancée.


4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?
Je n'avais pas fait directement de stage en hôpital, mais j'avais travaillé pour une association de victimes du cancer du sein qui collabore avec l'Institut Curie.


5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?
Les études de médecine n'ont rien à voir avec ma formation. Personne n'est au courant à mon école. Je n'ai plus qu'une soutenance à passer et je ne leur devrai plus rien smilies


6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Ecrire ma lettre a été une véritable torture, partagée entre la peur de ne pas l'avoir, le doute... Ma famille a été un véritable soutien.
Quant à l'oral, j'étais un peu plus sereine... mais pas tant! C'est très difficile de savoir ce qu'a pensé le jury.


7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

J'ai passé l'entretien au Kremlin Bicêtre, devant un jury constitué d'une quinzaine de personnes. J'ai parlé trop vite, oublié la moitié de ce que je voulais dire... Mais certains membres du jury, qui avaient l'air de connaître mon dossier, m'ont justement poussée à accentuer certains de ses aspects : que j'étais issue d'une des meilleures écoles de commerce, que je connaissais bien le métier grâce à mes parents eux-mêmes médecins... On m'a également demandé quelle spécialité j'envisageais et si je travaillais. Le jury était bienveillant, pas de questions piège.
En sortant, je ne savais vraiment pas où j'en étais. J'essayais d'interpréter : "S'il m'a demandé si je travaillais, c'était une façon de me dire de garder mon boulot ou pour savoir si j'étais libre...?"
Ils ont très vite délibéré, ce qui ne m'a pas pour autant rassurée!


8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
Je suis tellement excitée ! J'ai hâte d'y être, de me lancer enfin. Je sais que ce sera beaucoup de travail, de sacrifices (adieu, indépendance...) Mais je suis déterminée.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
Bien sûr que j'ai l'intention d'aboutir! Je vais enfin pouvoir devenir celle que je suis vraiment.
Après, bien sûr, on ne sait pas ce que l'avenir nous réserve, les accidents peuvent arriver... Mais je me donnerai les moyens d'y arriver.

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
Qualité de l'enseignement, réputation, classement à l'ECN, amis qui y sont.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?
C'est effectivement une question que je me pose! Je compte commencer à me renseigner sur les matières dès cet été. Puis, je n'exclue pas de prendre des cours particuliers s'il le faut, pour mettre toutes les chances de mon côté! Mais je n'ai pas peur de travailler.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
J'ai la chance d'avoir une famille qui me soutient et qui habite à Paris. Ensuite, en fonction de la quantité de travail et de ma réussite, j'envisagerai peut être de compléter par un petit boulot. Et puis, j'avais déjà commencé à mettre de côté depuis un moment dans cette optique.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Je n'ai pas trop à me poser la question, étant célibataire! Médecine est ma priorité n°1. Si je rencontre quelqu'un prêt à me soutenir, tant mieux.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?
J'ai toujours été intéressée par la pédiatrie et l'oncologie, mais je n'exclue pas de changer d'avis au cours des stages et des rencontres.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Commencer à jeter un oeil aux matières enseignées (merci les copains déjà docteurs!) et partir en vacances avec les copines au moins d'août.
Top
Balqis
Sexternoïde

Messages : 48
Enregistré : 23/06/2015

certification
Vie réelle
Malika Khetma
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : PARIS VI Pierre et Marie CURIE
Posté le 12/07/2015 à 11:28 puis édité 2 fois notnew
1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, sage-femme, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?
Balqis, 22 ans, étudiante en L3 sage-femme après deux PACES et en parallèle en master 1 recherche en biologie. J'ai présenté la passerelle DFGSM2 à Pierre et Marie Curie


2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?
Manque d'organisation, distance importante entre la faculté et mon lieu de vie (perte de temps ++ dans les transports)... Et finalement j'ai décidé de présenter la filière sage-femme smilies


3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?
Je voulais devenir médecin depuis la classe de seconde. En PACES j'avais préféré présenter la filière maïeutique, mais rapidement j'ai vu que ça ne me correspondait pas. Je voulais bel et bien faire médecine. Mes différentes formations universitaires depuis n'ont fait que me conforter dans ce choix smilies


4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?
Nombreux stages à l'hôpital en tant qu'étudiante sage-femme, qui m'ont confirmé mon choix de me ré-orienter (échanges avec les médecins, les internes, les externes sur les études, la profession, etc.).


5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine?
Mes études de sage-femme ont été enrichissantes et formatrices; j'amorce la P2 avec un joli bagage en santé (connaissances théoriques, compétences techniques et relationnelles), qui je l'espère enrichira ma future pratique smilies


6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?
Avec le recul on peut trouver ça simple... lol, plus sérieusement, la lettre de motivation est la pierre angulaire de la candidature. C'est finalement le seul document du dossier qui atteste de nos motivations et de notre projet. Donc je l'ai beaucoup travaillé, l'ai faite relire, etc.


7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?
Entretien à la faculté de médecine du Kremlin Bicêtre, devant un jury de 12 personnes placés en U. Des médecins, des pharmaciens, des dentistes et des sage-femmes smilies Assez impressionnant en entrant dans la salle. Je suis accueillie par le président du jury, qui m'explique que j'ai 5 minutes pour présenter parcours + projet. A la fin de mon discours, j'ai droit à plusieurs questions (trop à mon goût smilies). Une fois sortie, je ne sais pas trop quoi penser... Je discute avec d'autres candidats, qui me disent que cela peut traduire un intérêt pour ma candidature... bref, jusqu'à obtention des résultats, je suis restée assez mitigée sur ma présentation. Donc c'est important de ne pas se démonter devant le jury; quelques soient leur questions ou remarques, restez confiant en votre discours et en votre projet smilies


8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
Heureuse, soulagée, satisfaite smilies
Je vais tranquillement profiter de mes vacances, m'occuper de moi, me ressourcer
Je vais m'organiser pour l'an prochain, et puis voilà smilies


9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
Non, j'irais si Dieu le veut jusqu'au bout smilies Le fait d'avoir déjà été dans un cursus de santé, au contact quotidien avec différents médecins me permet d'être sûre de mon choix professionnel aujourd'hui, donc non j'irais jusqu'au bout smilies


10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
Meilleure faculté de France ! smilies Mais aussi à proximité de mon domicile, ambiance sympa, enseignement réputé, accent particulier mis sur les stages smilies


11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?
Le fait d'avoir fait 2 PACES m'a donné certaines bases en anatomie, biologie cellulaire, biochimie... De même les cours de physiologie en sage-femme (cardio, pneumo, hépato-gastro, neuro, etc.) m'ont permis de conserver et consolider ces acquis. Donc je ne pense pas avoir de retard à rattraper


12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
Je vis avec ma famille qui me soutient à 100%. Je suis également boursière, donc pas de soucis à ce niveau là.


13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?
Les deux ne me semblent pas incompatibles, tant qu'on s'accorde dans nos projets de vie et qu'on s'organise un minimum smilies


14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?
Je me laisse le temps de découvrir les différentes spécialités avec tous les enseignements, les stages... Plutôt intéressée par la gynécologie-obstétrique et la chirurgie pour le moment. A voir smilies


15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?
M'organiser, prendre soin de moi, partir en vacances...
Savourer l'instant, car l'année ne va pas être de tout repos smilies
_____
Externe à l'AP-HP
Paris VI UPMC
Top
bouledevanille
Jeune Carabine

Messages : 29
Enregistré : 05/03/2014
Posté le 12/07/2015 à 22:21 notnew
Ce forum m'a beaucoup aidé, donc c'est maintenant à mon tour d'apporter un peu de mon expérience.

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

J'ai fait un bac S puis une licence de biologie suivie d'un master en sciences du médicament. J'ai travaillé dans l'industrie pharmaceutique, puis 5 ans jusqu'au aujourd'hui en tant qu'attachée de recherche clinique. J'ai 31 ans et un enfant.

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Je n'ai jamais tenté de P1. A l'époque l'idée de devenir médecin ne m'a jamais traversée l'esprit, je me voyais plus dans la recherche. Une fois à la fac la recherche ne me plaisait plus et c'est en master, une fois que j'ai commencé à avoir des UEs sur les pathologies que la médecine est devenue comme une évidence pour moi. Mais impossible de tout recommencer à ce moment là, je devais gagner ma vie.

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

Je bose depuis 5 ans avec des médecins, de jour en jour je suis devenue de plus en plus amoureuse de ce métier. Je voulais être au contact des patients afin de les aider. Puis la médecine me passionne énormément.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Jamais de stage, mais comme dit j'allais beaucoup à l'hôpital pour mon travail. Ne travaillant pas avec les patients cela ne m'a pas vraiment influencé mais en tout ça ne me dérange pas d'y travailler.

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Tout simplement en démissionnant... Mon entreprise ne m'a pas accordé de rupture conventionnelle.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Un énorme stress. J'y suis depuis un an et demi. J'ai pris ma décision de présenter la passerelle en janvier 2014, mais je me suis laissé un an de réflexion. Je n'arrivais pas à faire ma lettre, j'ai réussit un mois avant la date limite à la commencer. Le temps entre la lettre et la réponse d'admissibilité est long et stressant mais le stress entre l'entretien et la réponse d'admission est pire ! Je croyais en ma candidature, mais j'ai eu de gros moments de doute, surtout après l'entretien. Mais il faut avoir confiance en soi. Si on y croit sincèrement, le jury croira en nous mais ma crainte était de ne pas arriver à faire passer ma motivation. Faut croire que j'ai réussis smilies

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

Pour l'est de la France c'est à la fac de pharma de Nancy. 12 personnes, tables en rectangle, la plupart sont en face de moi et quelques un de coté. Ils m'ont écouté durant ma présentation. L'atmosphère est détendue, enfin moi j'étais clairement stressée ! Il y avait une personne qui n'avait pas l'air très sympa, elle posait ses questions sèchement mais je pense que c'est fait exprès.
Mes questions (dont je me souviens) :
- vous n'avez jamais fait de stage à l'hôpital, pourquoi ? Comment savez-vous que le contact avec les patients vous plaira ? Vous n'avez pas peur ?
- vous avez fait quel type de bac (question hyper stressante lol)
- vous avez fait quelque chose avant votre master ? (ben une licence, il me semble smilies )
- pour faire votre métier il faut plus qu'un master, vous avez fait un DIU FIEC ? (oui)
- vous avez parlé avec d'autres passereliens ? Car la médecine c'est beaucoup de travail. (smilies)
- vous avez un enfant ? Vous allez faire comment ? (ben je vais le garder car je l'aime bien quand même smilies )

Impressions : j'ai loupé car je n'ai jamais travaillé avec des patients et ils voulaient que je fasse un stage. J'ai clairement stressée sur ce point et je ne m'y attendais pas car pas beaucoup de passerelliens ont du travailler avec des patients.

Je rajoute également pour ce qui se demande comment l'ordre de passage est fait, pour l'est ne stressait pas c'est tout simplement par passerelle demandé et par ordre alphabétique. Par exemple le mardi c'était les passerelles P2 classées pharma, après médecine, après dentaire, etc.

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Je suis super contente, j'ai hâte mais j'ai un peu peur de l'inconnu quand même. Je crois qu'en fait j'ai encore du mal à y croire.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Cette question ne devrait même pas être posée smilies Je n''ai pas fait tout ça pour arrêter dans 1 an. J'ai démissionné d'un CDI qui me plaisait quand même. J'irai jusqu'au bout ! Je me vois médecin et je vais le devenir.

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Ma vie est à Strasbourg (enfin à côté). Mon copain travail ici donc je ne voulais pas bouger.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

J'ai de bonnes bases grâce à mes études et je travaille dans le milieu médical donc j'ai de bonnes notions. Seule lacune l'anat et je la travaille avec les livres que j'ai acheté. Je n'ai pas peur de ne pas réussir, je sais que si je travail je peux y arriver, sinon je ne me serais jamais lancé la dedans.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?

Ce projet je l'ai depuis 10 ans et j'ai toujours mis un peu d'argent de côté. Je donne des cours également depuis 10 ans et je vais continuer.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Je travaille déjà énormément donc je vais juste remplacer mon travail salarié par mon travail d'étudiante. C'est clair que c'est une organisation mais j'ai un temps pour tout : pour moi, mes études mais également pour mon fils et son papa.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

A ce jour j'aimerai être pédiatre ou obstétricien mais j'ai 5 ans pour faire mon choix. Si je n'arrive pas à être assez bien classé (mais je ferai tout pour l'être) je verrai ce que le classement me permet de faire et je ne suis pas contre la médecine générale.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Je parts 1 semaine en vacances histoire de me reposer, je finis le DU que je suis entrain de faire, je revois un peu l'anat, et je travaille jusqu'à la rentrée.
_____
Etudiante en D2 Strasbourg ;)
Enfin externe !
Top
tsuica
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 65
Enregistré : 18/10/2014
Posté le 13/07/2015 à 00:42 puis édité 2 fois notnew
Quelle douce corvée de rédiger ce message !
J'avoue, je suis accroc à ce forum : pour rêver et réfléchir avant de postuler, pour mieux me préparer pendant, et maintenant que j'ai mon précieux ticket d'entrée : je suis volontaire pour aiguiller les suivants en relisant des lettres de motivation et discuter via Skype (-> "vivleg")


1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

Je vais fêter mes 30 ans en P2 à Grenoble.
Bac S, prépa maths, puis fac (aucun intérêt pour aucune école d'ing'). Master 2 en maths appliquées, spécialité Traitement du Signal et de l'Image. J'ai ensuite bossé 4 ans en tant qu'ingé R&D Algorithmes pour deux entreprises d'équipements semi-conducteur et électroniques. Clairement passionnant smilies

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

J'ai pris la ferme décision de me lancer en médecine ... en avril 2014 : il était trop tard pour déposer un dossier passerelle. J'ai alors demandé une dérogation d'inscription en PACES. Moi qui avais toujours été réticente à apprendre par cœur, eh ben, comme quoi, les choses changent ^^
Je termine avec un classement très honorable, mais reçue/collée (maudit ratage en chimie smilies ). Mais niveau test de motivation, y'a pas mieux !


3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

J'ai commencé à m'intéresser de près à la médecine que j'ai eu accès à des ouvrages médicaux à la BU en licence : mieux que le rayon BD à mes yeux
A partir de là j'ai essayé d'orienter mon cursus déjà bien entamé en maths pour essayer de retomber sur mes pattes. Ca a fonctionné pour mon stage de fin d'études (à l'IRCAD à Strasbourg pour développer une nouvelle fonctionnalité du logiciel utilisé par les radiologues - segmentation sur images IRM pour les connaisseurs). Ca a ensuite légèrement déraillé au moment du choix du premier emploi ...

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Un stage d'une semaine (EMT en langage Pole Emploi) sous la tutelle d'un médecin anesthésiste, dégotté presque par hasard après avoir écopé de beaucoup de refus ailleurs avant. Pour tout vous dire, à ce moment là, j'y étais pour confirmer mon projet d'infirmière.
En quoi ca m'a influencé : la rencontre et les encouragements d'un médecin "tardif" -à une époque lointaine où il n'y avait pas de passerelle svp !- et d'une cadre infirmière recalée de peu de la P1 de l'époque, déçue mais pas aigrie non plus. Je me suis 100% projetée dans son discours. J'ai compris que c'était idiot d'encore tourner autour du pot ...
Après tout : je pensais à la médecine chaque année depuis 10 ans. Matériellement, rien ne s'y opposait. Il n'est pas trop tard mais il est temps ! Bouge toi le *** !
D'ailleurs j'avais pris la décision de me lancer en médecine AVANT d'apprendre l'existence de la passerelle P2 !


5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?


Si ca s'intègre d'une manière ou d'une autre, tant mieux, mais c'est pas le but premier.
J'ai quitté mon job (en cdi) en rupture conventionnelle, pour pouvoir réfléchir plus sereinement aux différentes pistes possibles.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?


Comme beaucoup d'admis : j'ai passé des heures à rédiger/synthétiser/peaufiner/faire relire/remanier/optimiser/faire relire/tatillonner ma lettre de motivation.

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

(à Lyon donc)
C'était pas la salle habituelle, cause travaux dans le bâtiment. J'ai trouvé la salle pas si intimidante : petite avec le U rapproché. J'ai bien aimé le doyen installé dans un fauteuil de salon smilies
Bon je dis ca mais je suis devenue bien fébrile juste après avoir commencé à parler (pas de signes précurseurs pendant l'attente pourtant smilies ).
3 min 57 m'a t'on soufflé, just in time !

Heureusement j'ai bien repris du poil de la bête pour les questions.
Rien d'exotique pour ma part, des questions logiques sur mon parcours. On peut vraiment répondre à beaucoup en 4 minutes en fait. Pourtant j'ai eu l'impression de faire des réponses un minimum développées. Les 4 minutes doivent pas être les mêmes que celles du speech smilies

Ambiance studieuse mais sympathique dans la salle d'attente. Chacun prenait le temps de raconter en quelques mots son oral en sortant. Les questions "chelou" des uns et des autres étaient assez divertissantes ...
Juste avant son tour, on est invité à attendre sur une chaise isolée devant la porte de LA salle, et la secrétaire vient taper la discut'. Très sympa et pleine de bonnes intentions, mais perso j'avais plutôt envie d’être tranquille à ce moment là.

L'attente des résultats d'oraux : ça retourne le cerveau ! (voir page 96)

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Je crois que je n'ai pas attendu le jour de la rentrée aussi impatiemment depuis ... le CP et mon premier cartable ! Surtout que ca va commencer fort avec le stage d'initiation aux soins infirmiers smilies

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Cette question est une blague non ? Bon, tout peut toujours arriver, mais là, j'arrive pas à imaginer ce qui pourrait me faire chavirer.
Ma vie d'ingénieur "comme avant" est bel et bien enterrée.

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

J'habite à Grenoble depuis 5 ans. J'ai apprivoisé le système DVD pour la paces : je suis fan+++, je resigne sans souci pour la P2 et la D1 ! En plus on commence le (pré) externat mi-D1. Et tous les exams sur tablettes comme pour les ECNi.
Et des options "médecine de montagne" ! Bref, une évidence.
Ceci dit, j'aurai été beaucoup plus réticente à faire une PACES s'il n'y avait pas eu le système dvd.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Un des gros avantages d'une PACES toute fraîche, c'est de pas se poser cette question !

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?

Pole Emploi, avec un conseiller très compliant pour me faire passer en AREF. Mes droits seront épuisés en février, je vais faire une demande de fin de formation pour finir l'année scolaire. Peu de chance que ca marche, mais ca se tente ....
Et après, économies personnelles. Pour l'argent de poche, je saurai dans quelques jours si j'ai un "poste" de tutorat des PACES.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Je fais bien comme je veux !

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?
S'il fallait choisir maintenant, je dirai médecine gé. Mais d'ici les ECN, j'imagine que j'aurai changé 15 fois ^^
(allez, une trace pour me marrer dans 5 ans : réadaptation, neurologie, psychiatrie, ... ?)

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?
Vacances ! et le max de trucs administratifs
Top
paillette
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 30/06/2015
Posté le 14/07/2015 à 12:35 puis édité 2 fois notnew
1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire…) jusqu’à ton retour à la fac ?

Paillette, 29 ans, khâgne classique + ESSEC, éditrice, admise en P2 médecine à Paris-V.

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué ? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Pas de P1. J’ai abandonné la S à la fin de la première, par goût des matières littéraires (notamment langues anciennes). Si j’étais restée en S, j’aurais sans doute tenté la P1, mais à l’époque, je préférais passer ma vie à lire des livres.

3. Quelles ont été les motivations qui t’ont amené(e) à demander cette équivalence ?

Envie de quitter l’édition parce que frustrée par le manque de sens de l’industrie de la culture (on met ses tripes sur des projets oubliés le lendemain ; la nécessité d’être rentable domine parfois la quête de qualité) + secteur bouché (au bout de cinq ans d’alternance stages/CDD/free-lance payés d’un coup de pied au cul, le message est clair)

La famille de médecins (heureux) a joué aussi. Ma petite sœur est interne en médecine générale, alors qu’elle voulait faire une autre spé, et pourtant, au bout de deux mois d’internat, elle a eu cette phrase : «Tu sais, même crevée, il n’y a pas un jour où je n’ai pas envie de me lever pour mes patients.» Le déclic ! Et d’ailleurs, elle a été la première à me soutenir quand j’ai évoqué ce projet (et le lendemain de mon admission, elle m’a offert mon premier stéthoscope kilétrobo).

4. Avais-tu fait un stage à l’hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Deux stages d’observation pour confirmer ma décision : deux jours dans un bloc opératoire de chirurgie digestive de pointe + consultations / deux jours en médecine interne à Saint-Denis.
Je pense que ça a compté pour le jury.

5. Comment les études de médecine s’intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

J’abandonne mon ancien métier, libre de tout lien.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

La lettre de motivation est tellement capitale qu’elle mérite pas mal de réflexion. Il m’a fallu un mois de pédalage dans la semoule, puis l’œil neuf de mon compagnon sur mon brouillon (et ses critiques constructives) a débloqué le sac de nœuds : après ça, en deux jours c’était plié. Je l’ai quand même fait relire par d’autres proches, médecins et non médecins.
Je me suis efforcée de tout faire tenir en deux pages dactylographiées max (même pour un parcours un peu alambiqué, c’est faisable).

Le reste du dossier est une formalité.

Pour l’oral, j’ai suivi le plan de la lettre, en l’adaptant avec quelques précisions en plus, et surtout, des phrases courtes et un peu plus punchy.

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

Mon oral s’est passé au Kremlin-Bicêtre. L’attente était in-ter-mi-nable : je suis arrivée avec près d’une heure d’avance, et finalement, je suis passée deux heures plus tard. Je n’étais pas tant stressée que pressée d’en finir : à la fin, je trouvais le temps si long que je m’ennuyais carrément. J’étais la dernière candidate de la journée, ils en ont plaisanté dès mon arrivée : «Ne vous étonnez pas si nous sommes un peu dissipés, mais nous allons vous écouter…»
Sur prescription, j’avais pris un petit quart de comprimé de bêtabloquant pour limiter la tachycardie handicapante, ce qui m’a permis de dérouler mon speech (presque) aussi sereinement que si j’étais devant mon miroir.
L’ambiance était détendue. Le jury était plutôt attentif. Ils opinaient du chef à certains passages de mon discours, ont ri aux réponses à certaines questions.

Très peu de questions :
- Quelle spécialité ? (air las du président du jury qui devait la poser pour la millième fois : «Bon, c’est bien beau de nous parler d’ECN, mais une fois médecin ? – Ma spécialité, vous voulez dire ? – Oui, enfin, pas forcément une spécialité, justement…»)
- Est-ce que vous travaillez encore ? (non, free-lance, donc free)
- Est-ce que ça ne vous dérange pas de devenir la petite sœur de votre petite sœur ? («J’ai toujours rêvé d’avoir une grande sœur !» rires)
Et, après un gros blanc :
- Quels sont vos projets de vacances ? (La tête du président du jury quand le membre a posé la question, genre «on voit bien que c’est la fin de journée si même le jury craque…» Moi, me demandant si c’était du lard ou du cochon : «Eeeeeeuh, je pensais me délocaliser dans le Sud pour travailler… – BRAVO ! Vous n’êtes pas tombée dans le piège, vous avez dit “travailler” !!!» Euh, d'accoooord…)

Sortie de là optimiste, mais très superstitieuse, à agresser tous mes proches qui m’appelaient «Doc» ! Z'allez me porter l’œil !

8. Dans quel état d’esprit t’apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Je n’en reviens toujours pas !

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Et puis quoi encore ? (PS. Quelqu'un a-t-il déjà répondu «oui» à cette question ?)

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Profils diversifiés ; excellente préparation à l’ECN ; excellents hôpitaux ; proximité ; fac où ma sœur a fait son externat.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

En bossant. Même pas peur.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d’études ?

Économies + Pôle Emploi (si j’arrive à les convaincre) + Papabank au cas où.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Mon chéri me soutient à 1000 % dans ce projet. Je n’ai pas encore d’enfant, mais il paraît que même ça, c’est faisable, donc je ne m’en fais pas. Tout est question d’organisation.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études ? Si à l’internat ton classement ne te permet pas d’avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu ?

Quelque chose de transversal, probablement du libéral, mais j’attends les stages pour me faire une meilleure idée : gynéco, méd gé ? Obstétrique, sinon ?

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

J’ai des projets en free-lance à suivre jusqu’à fin août, et après, vacances jusqu’au début des cours (trop déçue qu’il n’y ait pas de stage infirmier pour les passerelliens à Paris-V, mais faisons contre mauvaise fortune bon cœur) !
Top
tilde
Sexternus-minus

Messages : 38
Enregistré : 07/05/2013
Posté le 16/07/2015 à 17:35 notnew
1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

Thésarde, 27 ans, 1 p1, M2 Mathématiques appliquées, thèse, admise P2

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?
Je n'étais pas sûre de moi, j'aimais trop les maths pour arrêter aussi tôt smilies

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?
Je n’ai jamais cessé de m’intéresser à la médecine. Envie d’un contact avec les patients.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?
Quelques jours passés à l’hôpital. Ma thèse est liée au monde médical, j’ai eu l’occasion de rencontrer des médecins et étudiants en médecine. Pas de réelle influence, je savais depuis 2/3 ans que je voulais faire médecine. Ils m'ont encouragée.

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?
J’ai un profil recherche, je veux le compléter avec un aspect clinique.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?
Les deux à la fois smilies.
Le nombre de documents à fournir est tellement ridicule que je me suis demandée comment j'allais faire pour ressortir du lot. La différence se fait sur la lettre de motivation et le profil. La lettre c'est un exercice de style difficile. Combien de fois en essayant de l'écrire je me suis dit "mais p***** ça ne se dit pas, ça se ressent".
Je n'ai pas voulu lire d'autres lettres avant d'écrire la mienne. Elle doit être personnelle, aucun intérêt de copier les autres. En revanche, elle a été relue par quelques personnes qui m'ont donné de bons conseils. Des phrases simples, percutantes, sincères et personnelles. Je ne saurais pas quoi conseiller d'autre. En relisant ma lettre, j'étais satisfaite, le tout formait un projet cohérent.
Je pense que le CV n'est pas à négliger, des expériences personnelles peuvent faire la différence (un stage, une activité bénévole, un voyage....).
Pour le reste du dossier, il suffit juste de savoir faire des photocopies smilies

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?
Oral passé à la faculté de pharmacie de Nancy. Salle des actes impressionnante. Enoooooorme coup de stress lorsque la présidente du jury me dit que ça y est, c’est à moi. Voie tremblotante au début et puis d’un coup plus aucun stress, juste de l’envie et de la détermination. Je devais les convaincre. Mon oral reprenait le plan de ma lettre.

Beaucoup de questions :
1) Pourquoi p2 et pas d1 ?
2) Quelle spécialité ?
3) Type de bourse pour la thèse ?
4) Et le contact avec le patient ?
Gros blanc.... Je demande quelle est la question, ils rigolent tous et la personne qui avait pris la parole me dit que non en fait c’est bon il n’y a pas de question….OK.
5) Voyez-vous votre démarche comme une réorientation ?
6) Travaillez-vous avec des médecins ?
7) Y aura t-il un médecin dans votre jury de thèse ?
8) Les médecins que vous avez rencontré vous ont-ils influencé ?
9) Vos directeurs de thèse sont-ils au courant de votre projet ?

Alors que j'avais l'impression que ça faisait déjà au moins 10 minutes que je répondais à leur questions, ils se sont lâchés sur mon domaine de recherche. Ils m'ont dit que j'avais des compétences dans un domaine où la concurrence est presque nulle et que je devrais y penser.

A la fin, la présidente me dit merci, que c’était très clair et synthétique. Un médecin revient à la charge avec le côté recherche et relance la discussion (j’étais déjà debout). Je réponds sur le ton de l’humour que la suite dépendra de leur décision. La présidente me dit que c’est du chantage et tout le monde rigole. Je pars en oubliant de dire au revoir smilies.

Le conseil que j’aurais à donner c’est de rester authentique, ne pas chercher à plaire ou à répondre ce qu’on pense qui leur ferait plaisir. Etre cohérent, montrer que l'on sait où l'on va (être conscient des difficultés c'est important) et surtout croire en son projet !

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
HEUREUSE !!!! J’ai hâte. Un peu peur aussi smilies

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
J’irai jusqu’au bout. Mais je suis bien consciente qu’il va y avoir des hauts et des bas. Des moments de doutes et de remise en question. Mais qui en valent tellement la peine smilies

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
Ville où j’ai fait toutes mes études.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?
Relire un peu mes cours d’anatomie.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
Je vais un peu travailler à côté durant la p2 et peut être la d1. Ensuite, on verra bien. J’ai quelques économies et des parents qui me soutiennent au cas où.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?
Je pense qu’on peut réussir à concilier les deux avec de l’organisation.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?
Médecine interne tout en conservant une activité de recherche. Cela dit, c’est un projet qui a de grandes chances d'évoluer.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?
Rédiger ma thèse et prendre quelques jours pour me reposer.
Top
Yavin
Externus-minus

Messages : 36
Enregistré : 29/12/2014

certification
Vie réelle
Paul Martin
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 5e année médecine
Fac : RENNES
Posté le 16/07/2015 à 23:10 notnew
1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

Yavin, 26 ans, Bac S, école de commerce couplée à un Master Finance anglais, et trois ans d’expérience dans les fusions-acquisitions (spécialisé dans le domaine de la santé). Je suis maintenant admis en DFGSM2 à Rennes.

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Pas de première année du fait d’une pression familiale assez forte : « n’y va pas, tu vas te planter ! Fais plutôt quelque chose qui t’assurera un bon boulot !». Et je pense que je me serais effectivement planté smilies. Pas assez mature à l’époque, pas assez organisé, et surtout, je n’avais pas encore une envie suffisamment forte de faire ces études. Il aura fallu que je goûte un peu à l’hôpital pour que cette envie vienne.

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

J’ai fait du volontariat, pendant deux ans, auprès d’une association qui vient en aide à des enfants atteints de cancer et leur famille. Je devais, entre autre, servir de lien entre les médecins et la famille. Et c’est à force de côtoyer les médecins que j’ai eu le déclic : c’est ça la fonction que je veux occuper dans la société ! J’ai donc pris la décision de tout envoyer balader et de commencer des études médicales. J’étais déterminé à rentrer en PACES jusqu’à ce que j’entende parler de cette passerelle (grâce à ce forum !).

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

J’ai pu réaliser deux stages en dehors de ma formation. Pour pouvoir les réaliser, j’ai dû démissionner de mon emploi afin d’obtenir une convention de stage de la part de Pôle Emploi. Mes stages étaient :
• L’un d’une semaine chez un médecin généraliste,
• L’autre d’une semaine dans un service d’anatomopathologie

Mon objectif était d’identifier précisément ce qui me plait dans le métier de médecin. Verdict sans appel : ce qui m’attire, c’est le contact avec le patient !

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Précédent cursus totalement différent. Aucune obligation vis-à-vis de qui que ce soit (l’avantage d’avoir démissionné juste avant de déposer mon dossier !)

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Simple formalité. J’ai découvert l’existence de la passerelle APRES toutes mes réflexions/remises en question/plans pour l’avenir (vu que j’envisageais la PACES). J’avais déjà tout abordé avec ma famille et ma moitié, démissionné de mon emploi, commencé une remise à niveau scientifique via le CNED, et décroché l’un de mes deux stages avant de savoir qu’il était possible de rentrer directement en deuxième année. Au moment de préparer le dossier passerelle, j’avais les idées bien au clair, ce qui m’a permis de torcher le CV et la lettre de motivation en une nuit smilies. Petit coup de stress au moment de l’étude de la recevabilité de mon dossier (avant qu’il soit envoyé au centre examinateur) : mon diplôme de Master est anglais, et le responsable passerelle de l’Université de Rennes m’avait dit qu’il y a souvent des problèmes de recevabilité avec les diplômes étrangers (même ceux venant d’un pays de l’UE). Comme je suis prévoyant, j’avais joint à mon dossier une attestation de comparabilité du centre ENIC-NARIC, qui a permis d’ôter tout doute concernant mon diplôme.

En revanche, l’attente est juste horrible, et en particulier pour la commission de Tours. Tout se fait par courrier, et les délais d’acheminement en écopli sont longs… très longs… Mesdames et Messieurs de la commission de Tours, je vous en prie : pour la santé mentale des candidats comme la santé physique des postiers (« comment ça vous n’avez toujours rien pour moi ?! » smilies), faîtes comme d’autres commissions et uploadez un fichier pdf sur le site de l’université !

Ah, aussi : après la phase d’admissibilité, je n’avais pas reçu l’email que la secrétaire du centre examinateur avait envoyé aux seuls admissibles. Je m’attendais donc à recevoir une lettre de non-admissibilité… et au final non ! L’erreur humaine dans l’envoi d’email est donc possible (et heureusement pour moi !) smilies

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

Oral à Tours. J’avais rédigé mon speech (environ 750 mots) l’avant-veille, et l’avait appris/chronométré la veille. Je m’y suis rendu en costume-cravate (nous étions deux dans ma tranche horaire à être venu comme ça), principalement parce que le costume me donne confiance en moi. Arrivé une demi-heure en avance, j’ai patienté dans une salle où se trouvait les candidats qui allait passer avant moi. C’était assez perturbant de voir que, pour certains candidats, la délibération se faisait en plusieurs minutes alors que pour d’autres elle se faisait en quelques secondes…

A midi tapante, on appelle mon nom et je me dirige dans une salle où la dizaine de personnes qui forme le jury se trouve, disposés en U. On me fait m’assoir à un bureau qui se trouve au centre et, après m’avoir demandé de signer la feuille de présence, on m’invite à commencer ma présentation. Le jury me met vraiment à l’aise (à part peut-être une personne qui fait la tête) : ils sont attentifs, acquiescent… J’essaie de regarder tout le monde, en revenant très régulièrement vers la personne qui me met le plus à l’aise… et qui se trouve être le président du jury, juste en face de moi ! J’ai débité mon speech en cinq minutes chrono sans trop de stress (le fait de l’avoir préparé et chronométré dans des conditions similaires aide pas mal). Les questions que j’ai eues ensuite :

• « Quelle spécialité vous envisagez ? »
• « Vos parents vous avaient déconseillé la médecine à l’époque. Ils vous soutiennent aujourd’hui dans ce projet ? »
• « Vous avez une expérience du milieu libéral ? »
• « Vous dites que vous travaillez certaines matières de PACES depuis début Mai, pourquoi pas avant ? » - question à laquelle le président du jury a répondu « avant, il a fait une remise à niveau et des stages, je pense que ça l’a pas mal occupé » smilies
• « Pourquoi Rennes ? »

A la sortie, une impression assez positive mais j’étais inquiet qu’on ne me pose ni la question du financement (abordé dans ma lettre mais pas à l’oral), ni celle de « qu’allez-vous faire si on ne vous prend pas ? ».

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Prêt à en découdre !

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Il va peut-être falloir songer à supprimer cette question !

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Pour des raisons de proximité familiale, j’avais le choix entre Rennes, Nantes et Angers. Après un coup d’œil aux résultats aux ECN, et (surtout !) après avis de ma moitié, j’ai choisi Rennes.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Je travaille depuis Mai sur certaines matières de PACES grâce au site Wikinu. Forcément un peu d’appréhension, mais on va faire le maximum pour réussir !

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?

Economies personnelles pour la plus grosse partie, et prêt familial pour le reste.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Conjointe compréhensive et qui a un métier prenant, tout devrait donc bien se passer.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

Les deux spécialités qui me tiennent le plus à cœur sont l’oncologie médicale et la médecine générale. Si je n’arrive pas à avoir la première, c’est avec joie que je m’engagerai dans la deuxième ! Je me laisse cependant la possibilité de tomber amoureux d’une autre spécialité durant les stages.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Continuer sur mon rythme actuel : un peu de travail et beaucoup de repos smilies
Top
Manuel CROIX
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 28/07/2015
Posté le 28/07/2015 à 17:30 notnew

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

Manuel, 26 ans en septembre, célibataire sans enfant.
Mon parcours : BAC S en 2007, et choix d'orientation vers un DUT biologie option ABB. C'était pour moi un bon compromis car j'avais peur des études longues... Un DUT permettait donc soit de poursuivre, soit de stopper et de devenir technicien de laboratoire. Fin des 2 ans de DUT ==> licence puis maitrise de biologie cellulaire moléculaire, option immuno/ cancéro.
Fin de la maitrise ==> master gestion de projets en recherche clinique, obtenu en 2012, et je suis ARC dans un centre de lutte contre le cancer depuis ce temps. Candidature pour la passerelle 2ème année pour la rentrée 2015 : Reçu smilies

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Clairement, à l'obtention de mon BAC, j'étais un enfant, totalement immature.
Faire des études ok, mais profiter du reste. D'oû le DUT qui permettait un double choix à la fin... Les études de médecine me faisaient peur par tout ce qu'on en disait. En fait, j'essayais de me dire que ce n'était pas fait pour moi, malgré cette envie déjà présente...

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

Je travaille dans le milieu médical, je suis au contact des patients et médecins en permanence.
Quoi de plus pour nourrir une envie pré existante, qui grandit depuis des années. Et il fallait sauter le pas pour ne pas regretter à vie.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

J'y travaille smilies

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Je suis salarié, en CDI, mon employeur et mes responsables sont plutôt contents de ma décision, et m'encouragent dans cette voie. J'ai réussi à négocier un départ en aout pour être prêt à la rentrée.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Décision à prendre en famille car cela change pas mal de choses.
Gros Gros travail sur la lettre de motivation. Relecture par de nombreuses personnes. Entamée en décembre pour être postée en mars. Toute l'acceptation du dossier écrit se joue sur la lettre,clairement, donc c'est le document à ne pas négliger. Il faut donc être totalement satisfait de ce qu'on envoie pour se donner les chances de séduire le jury, sinon ce n'est pas la peine.
L'administration, une fois le dossier reçu, indique les dates d'analyse des dossiers, mais pas les dates de réponse... l'attente est donc dure dure ... checking de mail et boite à lettre tous les jours plusieurs fois par jour...
Puis en route vers l'entretien, qui est un premier (petit) soulagement


7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

J'ai postulé pour la fac d'Angers, l'entretien avait lieu à Tours.
Une fois le courrier de validation de dossier reçu, on se dit qu'il faut maintenant tout donner pendant 10 minutes, probablement les 10 minutes les plus importantes de ces dernières années...
J'arrive donc à Tours, en avance, quoi de plus logique.
Je m'installe dans la salle d'attente, qui est une salle de cours collée à la salle d'entretien. Plusieurs candidates y sont déjà, en train de relire leur texte, remettre des annotations...
Pour ma part, je ne sors plus rien, je suis prêt, ce n'est plus le moment. Patiente et sois zen. On vient me chercher 1/4 avant l'heure et j'arrive dans une pièce où une 12 aine de personnes m'attend disposer en U ... Outch, mais en même temps on le sait ^^. Et je m'assois sagement sur ma chaise au milieu avant de signer la feuille d'émargement en tremblant légèrement smilies
Entretien : 5 minutes de présentation à ne pas dépasser. Le jury pourrait vous couper à la fin des 5min et vous juger rapidement : "entretien non préparé ou autre ... " Sachant que l'entretien est sans support.
J'avais préparé un texte, les semaines précédant l'entretien, avec un résumé de ma situation, de mon parcours, mon argumentation... Pas de par cœur, pouvant rendre monotone, mais je connaissais l'enchainement de mes idées, de mes arguments, avec le temps à consacrer pour tout cela à force de le travailler tout seul pendant des jours avant.
Le but étant d'être clair, naturel pour dévoiler une partie de sa personnalité.

Questions à la suite de ma présentation :

Pourquoi Angers ? :
Comment se financer ?
Une idée de spécialité ?
Etape par Etape ok mais vous êtes vous intéressé à la rentrée ?
Continuer à faire de la recherche ?

A la sortie , très satisfait, aucun regret. Content de ma présentation claire et déterminée, et de mes réponses aux questions. Je ne me mordais pas les doigts en me disant "mince j'aurai du dire ceci ou cela", j'étais vraiment content . Je n'ai pas eu de question pouvant me mettre en difficulté.


8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Hyper excité, je suis vraiment pressé.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Pas possible je pense à cela depuis trop longtemps smilies

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

j'y ai fait mes études dans ma 1ère vie smilies

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Je révise l'anat cet été. Non pas peur des lacunes.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?


économie, famille, rupture conventionnelle pouvant me donner des droits en temps qu'étudiant (reste à valider).

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Je veux me consacrer à fond dans mes études, et profiter du temps libre si j'en ai smilies .

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?


Je verrai tout cela en temps et en heure. Pour l'instant j'y vais étape par étape.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Je travaille toujours à l'hôpital, je termine en aout.
Révision , repos, révisions, profiter des amis avant la rentrée.
Top
Radji
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 06/10/2014
Posté le 29/07/2015 à 22:03 notnew
Enfin à mon tour de répondre à ce questionnaire youhouuu !! il y a pas beaucoup de témoignages de pharma ici malgré le nombre de pharma qui postulent... donc j'espère que ça pourra aider certains d'entre vous smilies

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?
21 ans, 3ème année de pharmacie à Paris XI validée et direction la P2 MEDECINE A PARIS V !!!!!!

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?
J'ai fais 2 P1 à Paris VI. J'avais la mauvaise méthode de travail et j'étais surtout pas assez concentrée, je me suis laissée influencer par la vie de la fac (les potes, les bières en sortant de la bibli et les nombreuses pauses cafés...) J'avais tout juste 17 ans en arrivant en P1 et j'avais du mal à être sérieuse... je m'en suis bien sortie au final mais pas assez bien pour avoir médecine

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?
J'ai eu une illumination un soir dans mon lit en pleine insomnie, juste avant ma rentrée en 3ème année. Je me sentais pas à ma place en pharma, il y avait quelque chose qui me manquait, c'était pas la vie que je voulais sur pleins de points, et j'avais besoin de retrouver la passion que j'avais en P1.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?
J'ai fais un stage aux Urgences de Bichat pendant ma 3ème année. J'y allais 2 matinées par semaine pendant 1 mois et c'était du pur bonheur tous les jours !!! Je suivais les externes ou internes toute la matinée, j'observais chaque examen clinique en détail, les ECG, les ponctions lombaires; on m'a même passé le stétho plusieurs fois et j'ai aussi fais des points de suture!! (j'ai eu la chance de tomber sur un interne très cool ce jour là)
Mis à part le côté Grey's Anatomy, je conseille à tous ceux qui veulent faire la passerelle de faire des stages parce qu'on a tous une idée du métier mais c'est un rythme de vie et des conditions de travail vraiment particulières et c'est important de voir tout ça en vrai pour pouvoir s'imaginer soi-même dans ce monde

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?
Pas de problème à ce niveau là, c'est même un atout d'être un médecin qui connait déjà bien ses médicaments smilies

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?
Long et stressant... c'est surtout le fait de penser qu'à ça et de parler que de ça qui est difficile à gérer parce qu'il faut y penser assez pour être motivé mais pas trop non plus pour pas tomber de trop haut si ça marche pas...
Après en soit il faut juste pondre 350 mots sur une feuille, mais c'est plus facile à dire qu'à faire :p je relisais ma lettre tous les soirs pendant 3 mois, je la connaissais par coeur !
L'attente pour les admissibilités est très longue aussi mais à ce moment là je m'étais vraiment mise dans l'optique que je n'allais pas l'avoir pour ne pas être déçue.

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?
Avant de passer c'est l'angoisse totale, juste envie de me barrer en courant, mais j'ai essayé de garder mon calme et d'avoir confiance en moi parce qu'il faut croire qu'on peut le faire si on veut convaincre un jury de 12 personnes !
J'ai déballé mon speech que je connaissais par coeur encore une fois, mais j'avais l'impression que personne ne m'écoutait (alors qu'ils avaient été hyper souriants et sympas avec tous ceux qui étaient passés avant moi), ça m'a un peu déstabilisé et j'ai bâclé mon speech en 3 minutes au lieu de 5minutes... Là j'ai eu droit à 3 questions : quelle spécialité ? pourquoi la fac de Paris Descartes ? Comment est-ce possible de faire un mois de stage à Bichat quand on a une année de cours aussi dense que la vôtre ? (j'ai clairement dit que j'y allais sur mes heures de cours en amphi !)
En sortant j'étais pas sereine mais j'avais fais de mon mieux et j'essayais de me rassurer en me disant qu'ils avaient fait exprès de rester neutres... Au final ils m'ont fait paniquer pendant une semaine pour rien !!!

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
TROP HEUREUSE ET ARCHI MOTIVEE !!!!
En plus de ça, vacances jusqu'en octobre donc plutôt cool smilies

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
Plus possible de retourner en pharma maintenant donc c'est sur que je reste ! (et de toute façon la question ne se posait pas!)

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
Je ne voulais pas retourner là où j'avais fais ma P1 parce que j'avais vraiment besoin d'un nouveau départ dans une nouvelle fac où je connaissais personne ! En plus c'est la plus proche de chez moi et hyper bien placé (ça fait vraiment plaisir quand on vient de Chatenay-Malabry...), les hôpitaux sont top et les enseignements aussi de ce que j'avais entendu smilies

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?
Pas de soucis là dessus non plus puisqu'il y a pas mal de matières qu'on fait en pharma qui reviennent (la physio, la sémio, la pharmaco). Va falloir reprendre l'anat depuis le début par contre mais ce sera plus du plaisir que de la torture smilies

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
J'habite toujours chez mes parents donc pas de loyer à payer et je continuerai à bosser en pharma quand je pourrais ! (oui on a le droit !!)

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?
Pas de changement par rapport aux études de pharma, en plus je suis célibataire donc l'occasion de se trouver un petit médecin c'est parfait ! ahaha

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?
Au début je penchais pour la pédiatrie, et maintenant ce serait plus la gynéco/obstrétrique. Mais je me laisse le temps de découvrir toutes les autres spé et je suis sure que je serais surprise de tout ce qui va me plaire !

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?
Vacances, bosser à la pharma, et passer le permis avant que j'ai plus le temps !
Top
Smelly Cat
Bizute (future carrée)

Messages : 6
Enregistré : 31/07/2015
Posté le 31/07/2015 à 22:46 notnew
Un peu du mal à croire que MOI AUSSI je poste sur ce topic...
C'est mon premier message sur Remède. Même si je n'ai pas beaucoup fréquenté le forum, c'est ici que j'ai pris connaissance de la passerelle et les témoignages des anciens m'ont bien aidée, donc à moi de contribuer à présent.

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?
Parcours ultra-scientifique... ou pas. Enfin si j'ai quand même un bac S obtenu en 2000 (oui à cette époque là on passait bien le bac et pas le certificat d'études, non mais smilies. Puis classes prépa HEC, Sup de Co et postes de cadre en entreprise.

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?
Envie de faire médecine au lycée mais peur de l'échec tétanisante.

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?
J'ai à plusieurs reprises eu l'envie de tout laisser tomber et m'inscrire en PACES, mais je n'en ai finalement jamais eu le courage. Alors quand j'ai entendu parler de cette passerelle à l'automne, je me suis dit "Ma vieille, c'est maintenant ou jamais".

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?
Stage à l'hôpital... mais au lycée ! Pas eu l'occasion d'en refaire en préparant la passerelle, je pensais d'ailleurs que ce serait rédhibitoire... comme quoi !

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?
Ah bah... on peut dire qu'elles s'y intègrent pas du tout (!). Une reconversion en somme.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?
Dossier pas très compliqué mais alors quelques coups de stress +++. Pour la lettre j'y ai pensé pendant très, mais alors TRES longtemps, sans pour autant réussir à coucher quoi que ce soit sur le papier. Et puis à quelques jours de la date butoir je m'y suis mise et, la pression aidant, c'est venu tout seul. Je sais que certains font relire leur lettre, pour moi l'idée était impensable car le contenu beaucoup trop personnel.
Très honnêtement, je ne pensais pas que mon dossier passerait (pas de parcours scientifique, pas d'école parisienne prestigieuse, pas d'XP en environnement médical) donc j'étais un peu sur le c** en apprenant mon admissibilité.

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?
Jury Lyon Est. Comme prévu le jury avait un peu de retard. Je suis restée tranquillement dans ma bulle, les écouteurs vissés sur les oreilles à écouter du Agnes Obel (zenitude assurée). A un moment le jury est sorti faire une pause. J'ai pu voir qu'ils étaient habillés "à la cool" et je me suis dis "ça tombe bien, moi aussi";-)
Après, bien difficile de jauger l'atmosphère en 8 minutes... Surtout qu'une fois la présentation faite on nous mitraille de questions. D'ailleurs j'ai beaucoup de mal à me souvenir de l'entretien tellement les questions ont fusé de tous les côtés. La dernière m'a cependant marquée "Je suis votre patient, en phase terminale, je vous demande de mettre fin à mes souffrances. Que faîtes-vous ?".
Je suis sortie de l'entretien avec l'impression d'avoir fait un tour en machine mode essorage mais surtout contente d'avoir réussi à gérer mon stress. Après franchement, se dire qu'on a réussi ou pas, là encore l'oral dure 8 minutes, pas vraiment le temps d'étudier les réactions des uns et des autres.

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
Complètement abasourdie, je n'y crois toujours pas. Motivée et prête à me retrousser les manches. Je sens que je vais en prendre plein la tronche...

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
Mais quelle question !

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
Proche de ma famille (le soutien moral va être important).

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?
Pour les révisions cet été, ça va être chaud patate. J'ai un déménagement à faire début août et mi-août on attaque le stage infirmier.
Pour être honnête, le fait de ne pas avoir de cursus scientifique m'effraie un peu (beaucoup en fait).

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
Economies personnelles et prêt étudiant par la suite. Et surtout, serrage de ceinture !!

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?
J'ai bossé presque 10 ans comme cadre à 50-60H/semaine, je pense que je devrais réussir à m'adapter (enfin j'espère).

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?
Je pars élever des chèvres dans le Larzac...

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?
Me reposer... pas le temps, dur.
_____
Admise P2 Médecine Grenoble 2015... WTF !!!


Top
Virgab
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 168
Enregistré : 23/02/2015
Posté le 16/08/2015 à 18:27 notnew
Passerelle P2 sage-femme Paris

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?
J'ai 26 ans, je suis diplômée d'une école de commerce et j'ai travaillé 3 ans dans le recrutement.

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?
Je ne l'ai pas tentée car à l'époque, aucune idée de ce que je souhaitais faire de ma vie. Une école de commerce me semblait l'option la plus généraliste et raisonnable et je connaissais très peu le métier de sage-femme par ailleurs.

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?
J'ai découvert le métier suite à une rencontrer avec une sage-femme il y a 5 ans et ça été un déclic. (oui j'y pense depuis tout ce temps!) J'ai très vite compris que ma voie était là mais il a fallu que je termine mon école et rembourse mon emprunt étudiant avant de me lancer.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?
Oui deux stages, le premier en maternité dans les services de salle de naissance, grossesses pathologiques et suites de couches puis un deuxième auprès d'une sage-femme libérale qui pratique l'accompagnement global. J'ai adoré, je dirais même que ça a été un deuxième déclic...

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?
Aucune obligation vis à vis de mon école, je suis diplômée depuis 2012.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?
Pas très compliqué en soi. Le dossier est assez simple à constituer même si la lettre demande un vrai travail sur soi . Je conseillerais de ne surtout pas décider de la faire "seul à tout prix" (ce que je voulais au départ, par pudeur peut-être?). Le regard des gens qui vous connaissent bien + de personnes moins proches de vous est vraiment un gros gros +. Je l'ai faite et refaite plusieurs fois et faite corriger par différentes personnes (mon mari, une amie proche, une sage femme que je connais peu ...)

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?
A paris, les passerelles sage-femme étaient convoquées le dernier jour des oraux, en milieu-fin d'aprèm. Je suis arrivée très très très (TRES) en avance et suis allée prendre un petit café pour me détendre (inefficace !) puis je suis allée attendre devant la salle avec les autres candidats. Globalement dans la salle d'attente, l'ambiance était bonne entre les candidats. Des que quelqu'un sortait il nous racontait son expérience et j'ai trouvé que cela aidait.
Puis mon tour est venu, on m'a appelée, on m'a demandé de m'assoir devant les 12 membres du jury en U, puis : "c'est parti, présentez-vous, vous avez 5 minutes". J'avais appris par coeur mon speech que j'ai ressorti d'une manière que j'ai voulue naturelle. Ma voix tremblait je me disais que je devais vraiment avoir l'air d'une gourde. J'ai essayé de les regarder tous en parlant. A la fin, le président du jury a dit "merci beaucoup, c'était parfait". OUF
J'ai eu quelques questions auxquelles je m'attendais, pas de piège:
" comment allez-vous faire pour rattraper votre retard" (Bac ES ...)
" Que mode d'exercice envisagez-vous "
" Comment allez-vous financer la formation"
Une demande de précision sur une expérience associative que j'avais évoquée

et puis merci au revoir.

C'est passé très vite. En sortant j'ai eu le sentiment que ça s'était bien passé mais j'étais ultra stressée car il y avait dans la salle d'attente des candidates de qualité dont l'une pistonnée qui a eu sa réponse positive par téléphone en sortant devant nous ... Gloups, une place de moins !

Et l'attente des résultats m'a parue ...interminable !


8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
Excitée, heureuse, un peu stressée par certaines matières et ..... heureuse heureuse heureuse ! et un peu fière de moi aussi ... Voila c'est dit !
Et aussi assez contente que ma pote du forum OceaneA soit prise aussi et dans la même école smilies

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
Ah non je ne compte pas m'arrêter !

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
Proximité géographique

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?
J'ai commencé a regarder un peu la biochimie . C'est chaud chaud ! je sais que je vais devoir bosser deux fois plus que les autres, surtout au début. Mais je compte m'y mettre dès le premier jour, ce qui apparement n'est pas forcément le cas des autres étudiantes un peu vidées par leur PACES.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
Pole emploi au debut puis ... Je compte sur mon mari ! ça va etre juste mais on se serrera un peu plus la ceinture et voilà.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?
Ma fille va à l'école, mon fils à la crèche. Les soirs de ruch ou de garde, mon mari pourra gérer et sur l'année scolaire, j'ai décidé de ne pas bosser entre 17h et 20h

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?
profiter smilies
_____
passerelle P2 SF 2015 => ADMISE
sma2 validée
sma3 en cours ...

Il y a deux personnes absolument indispensables en ce bas monde. La sage-femme et le fossoyeur. L'une accueille, l'autre accompagne. Entre les deux, les gens se démerdent
Top
jumic
Jeune Bizute

Messages : 2
Enregistré : 04/03/2015
Posté le 14/09/2015 à 17:13 notnew
1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

Après une hypokhâgne B/L (prépa lettres, maths et sciences sociales) à Lyon, je suis entrée directement en 2e année (décidément) au sein d'un Institut d'Etudes Politiques. Diplômée en 2013 d'un master d'économie sociale et solidaire / développement et humanitaire. Stage de fin d'études en service de coopération décentralisée au sein d'une collectivité territoriale. Puis un autre stage au siège d'une grosse ONG et un volontariat de 6 mois avec cette ONG sur le terrain. Premier boulot au siège d'une autre ONG à Paris en tant que chargé de programmes au sein d'un "desk" (coordination humanitaire) + candidature en parallèle à la passerelle.

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Pas de première année. J'ai toujours hésité entre médecine et Sciences Po qui m'offrait une plus grande variété de carrières. Toutes les matières m'intéressaient au lycée et j'avais peur de me fermer à beaucoup de carrières qui pouvaient éventuellement me séduire en rentrant en médecine. Puisqu'il y avait une moyenne d'âge pour le concours de Sc Po, j'ai décidé de passer celui là en premier et si ça ne marchait pas ou si ça ne me plaisait pas, je tenterai médecine. Résultat, j'ai réussi et ça m'a plu. Seulement ce sont bien les études qui m'ont plu, le boulot un peu moins.

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

J'ai toujours été attiré par la médecine. J'avais entendu parler de cette équivalence avant même la fin de mes études à Sc Po. Pourtant, comme il s'agit d'un engagement assez conséquent en cas de réussite (minimum 8 ans d'études en plus...), j'ai voulu m'assurer que je ne trouverai pas mon bonheur avec mon diplôme de Sc Po. Mon boulot actuel me plaît mais je ne m'épanouis pas complètement, j'ai toujours eu cette idée de tenter médecine dans un coin de ma tête. De plus, si j'aime travailler dans des pays en développement, je ne souhaite pas faire cela tout ma vie pour autant. Or, nombre d'humanitaires essayant de se réorienter après 10 ou 15 ans d'expérience n'y parviennent jamais... J'ai donc fait un pari sur l'avenir : me réorienter maintenant, tout en ne laissant pas tomber complètement humanitaire. Même si ce n'est pas pareil, je pourrai toujours faire des missions une fois mon diplôme en poche et continuer à exercer en France.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Je n’en ai pas fait durant ma formation, évidemment… Toutefois, j’ai eu la chance de pouvoir suivre des médecins, sages-femmes et infirmiers durant mes expériences à l’étranger (Togo et Tchad). 2 mois après mon retour de ma dernière mission, j’ai pu faire un stage d’observation en milieu hospitalier (français) pendant 1 semaine.

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Elle ne s’intègre pas vrmt à mon cursus… même si la médecine est un des domaines d’intervention phare de l’humanitaire. Je n’ai aucune obligation vis-à-vis de mon école puisque je suis diplômée depuis 2 ans, et aucune dissuasion non plus donc.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Plutôt facile. Un CV et une lettre de motivation, et c’est parti. J’ai eu beaucoup de mal à me mettre à rédiger ma lettre de motivation. J’avais plein d’idées mais ne parvenait pas à les articuler ensemble tout en ne rédigeant pas 5 pages… Je l’ai rédigé la dernière semaine avant la date butoir, d’une traite. (J’avais auparavant noté beaucoup d’idées.)
Par contre, l’attente est sacrément longue… !

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

A Paris Sud. Il s’est plutôt bien déroulé, j’étais dans le 1er groupe de la journée, je suis passée 6e (/8). J’étais la seule du groupe a ne pas avoir fait d’études scientifiques, le jury l’a d’ailleurs remarqué quand je suis rentrée (« alors là on a quelqu’un avec un parcours bien différent, pas d’études scientifiques ! »). Je ne sais pas trop si ça voulait dire que c’était une bonne chose ou non, même si je pense que ça a peut-être attiré leur attention du coup. J’ai fait mon exposé, que j’avais appris pratiquement par cœur et qui a tenu 5 min et qq secondes (on ne m’a cependant pas fait signe d’arrêter, même si un membre du jury regardait sa montre…). On m’a posé 3 questions par la suite, complètement en accord avec mon parcours :
- comment allez-vous rattraper votre retard puisque vous n’avez pas fait de sciences depuis votre terminale (S) ?
- En quoi consiste exactement votre métier actuel, nous ne sommes pas sûrs de comprendre (en regardant mon CV) ?
- Pourquoi pas médecine humanitaire ?

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Hyper contente, impatiente et un peu angoissée aussi (je n'ai pas fait de sciences depuis 7 ans mine de rien).

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

J’ai bien l’intention d’aller jusqu’au bout ! Cependant, si jamais je devais être déçue (ce dont je doute fortement), j’ai en effet un diplôme et déjà quelques expériences qui pourront m’aider à rebondir.

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

La proximité géographique et les échos que j’en ai eu.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

J’ai récupéré des cours et des livres d’anatomie que je potasse depuis mon retour de vacances. Pour la suite, je compte bien rattraper mes lacunes le plus vite possible en bossant 2 fois plus ☺

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?

Un peu d’argent de côté et des parents qui sont prêts à m’aider le temps qu’il faudra… (je suis chanceuse !)

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Pas encore d’enfants. Un conjoint qui me soutient et des parents qui m’aident et m’encouragent. Il ne devrait pas y avoir trop de problèmes donc.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

A priori, pour l’instant, j’aimerais être généraliste. Peut être un DESC de médecine tropicale si je décide de retourner dans l’humanitaire mais on verra bien. Je n’ai pas encore d’avis complètement arrêté sur la spécialité que je souhaite faire. J’attends d’en découvrir le maximum avant de choisir.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Démissionner, partir en vacances, profiter de ma famille et apprendre un peu d’anatomie. ☺
_____
Candidate Passerelle P2 2015 - Paris


Top
Cames
Jeune Carabine

Messages : 21
Enregistré : 21/05/2015
Posté le 25/09/2015 à 13:10 puis édité 2 fois notnew
Avec un petit temps de retard, mais avec encore du mal à réaliser que je partage sur ce topic...et encore merci à tous ces témoignages des années précédentes qui nous ont aidé et motivé pour cette passerelle, et qui je le souhaite, en aideront encore beaucoup !

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

M2 Ecole de commerce (bachelor de Bordeaux après bac S et master à Toulouse) au cours duquel j'ai testé un peu toutes les spécialités...sans succès smilies

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

En toute honnêteté, médecine, ce n'était pas mon rêve depuis toute petite ; en fait, je crois que je n'y avait jamais pensé avant ma licence...du coup, pas de PACES pour moi. A l'origine, je voulais devenir architecte, mais mes motivations se sont en fait révélées pas si solides que ça, du moins pas l'année du bac. En attendant de retenter l'année suivante, j'ai intégré ce bachelor recommandé par une conseillère d'orientation...pour au final y rester jusqu'à la fin ! L'indépendance, les soirées, les potes, ça m'a suffit pendant un temps et l'architecture s'est progressivement éloigné...jusqu'au moment où j'ai commencé à me poser des questions !

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

Comme je le disais, médecine, ça s'est imposé petit à petit mais en même temps très rapidement, au milieu de mon cursus en bachelor. Je cherchais à ce moment là à raccrocher mes études de commerce avec le domaine humanitaire après une petite expérience assez marquante en tant que bénévole auprès de personnes handicapées et âgées. Mais dans tout ce que je trouvais dans mes recherches, rien ne convenait.
C'est la médecine que a commencé à poindre du nez ; un mélange entre la rencontre avec mon ami étudiant en médecine, des cours peu épanouissants et des stages en commerce qui me dégoutaient de plus en plus et me faisaient réaliser ce que j'attendais de mon futur métier, le genre de personne que je voulais être, et les expériences passées qui m'avait toujours fait tenir cette profession en grand respect.
A la fin de mon bachelor, j'ai émis le souhait auprès de mes parents de ne pas poursuivre en commerce, pour tenter médecine...une idée plutôt mal accueillie ! Avec d'une part la pression familiale et même amicale (quasi tous mes potes passaient les concours d'ESC) et d'autre part, un projet encore incertain en médecine, j'ai quand même passé mes concours et le jour des résultats, j'ai fait passer la sécurité sur le reste en me disant que je concilierai avec le management de la santé. Au final, mes deux années en master n'ont fait que confirmer mon envie devenir médecin et en grande partie par la création d'une antenne d'association étudiante nationale ; pendant 2 ans, on allait chaque semaine dans des services hémato-onco visiter de jeunes patients, et mon premier jour à été le départ d'un série de déclics : la relation avec un patient, la richesse du métier entre science, humain, social, les beaux moments et les mauvais, le milieu hospitalier, mes rencontres avec des médecins, tout me parlait, et rien d'autre.

Bref, un petit cocktail qui m'a conduit à la passerelle, tout en me conditionnant à rentrer en PACES car persuadée de ne pas rentrer dans les critères...comme quoi il faut y croire jusqu'au bout !!!

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Oui cf question précédente par l'associatif qui m'a aussi permis de m'investir en tant que responsable hôpital, et donc de rencontrer des personnes clés dans mon projet. J'ai aussi fait une journée d'observation dans un service de médecine interne avec une chef de service et une infirmière au top et impliquées, bref qui donnent envie ! Et mon stage de fin d'étude dans milieu du médicament (public) m'a fait prendre conscience du côté très réglementé en médecine.

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Alors niveau connaissances médicales, clairement rien du tout ! Mais même si les études en commerce ne me plaisaient pas, je pense qu'elles sont utiles quoiqu'on fasse plus tard. Savoir ce qu'est un budget, gérer un projet, une logistique ou des ressources humaines, ça aide à avoir certain un sens des responsabilités et des réalités, notamment en milieu hospitalier où certaines grosses problématiques demeurent. Sinon plus aucune obligation vis à vis de mon école qui ne m'a pas dissuadée dans ce projet, au contraire même pour certains profs.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Les deux ; formalité dans le sens où il ne s'agit pas d'un examen (merci pour nous) et qu'au final, on nous demande peu de choses. Galère dans le sens où justement, on n'a que peu de d'éléments pour convaincre. Après, quand on s'engage dans ces études il y forcément eu de la réflexion avant, et la lettre de motivation s'en ressent...parfois trop et c'est la qu'est la difficulté! De mon côté, j'avais noté en vrac tout ce pourquoi je voulais faire médecine, et comment mon parcours jusqu'ici pouvait me servir, la rédaction trois jours avant la deadline, et la finition le jour j histoire de pas perdre les bonnes habitudes. Je crois que le plus important n'est pas tant d'insister sur comment est venu l'envie de faire médecine (voir mon gros pâté ci dessus, frustration de pas l'avoir mis dans la lettre donc je le met ici eheh), mais sur la façon dont on l'envisage, ce qui nous fait vibrer dans ce métier, ce qu'on peut apporter en tant que futur médecin, et comment notre parcours jusqu'ici peut avoir une valeur en ce sens. Le système de passerelle permet aux facs de recruter des profils différents, à nous de les mettre en valeur !

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

L'entretien s'est fait à Bordeaux, fac pour laquelle je postulait. Forcément plutôt impressionnant de se retrouver face à une dizaine de personne...et les 10 minutes c'était court, très très très court ! Jury comme partout, il y'a les gentils qui nous encouragent et auxquels on se raccroche comme une moule son rocher, et les méchants qui posent les questions déstabilisantes ! Après l'ambiance était plutôt détendue, avec même quelques rires. De mémoire les questions étaient :
- pourquoi ne pas avoir fait médecine avant
- pourquoi choisir la fac de Bordeaux
- comment j'envisage mon manque de connaissance, et qu'est ce que je ferais en cas de redoublement
- où allait mon copain en internat (le but étant de tester ma motivation à rester sur Bordeaux quoiqu'il en soit, ce que je n'avais pas compris tout de suite...)
- comment se passait la PACES pour mon frère
- si l'association dans laquelle j'étais se poursuivait

Je suis sortie de là un peu secouée et très mitigée, étonnée du peu de questions réellement en rapport avec médecine (ce qui m'avait fait arriver à la conclusion que je ne serais pas prise.)

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

En canne, soif de connaissance et d'expérience, et encore tout à prouver ! Etre sérieuse dès le début mais sans rentrer dans les ordres non plus, en clair privilégier la régularité, s'octroyer des moments de break le week-end, et bien sur s'attendre à en ch... ! Car il faut tenir la distance maintenant. Je pense que je m'autoriserai à vraiment admettre que je suis en médecine le jour où j'aurais validé mon année, car même sans s'autoriser l'échec il peut quand même arriver.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Nein nein ! Médecine ou rien ! Après bien sur, le diplôme c'est le filet de sécurité, mais pas du tout l'objectif smilies

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Famille à proximité, amis en médecine à Bordeaux.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

J'ai acheté les bouquins d'anat de PACES que j'ai dans lu cet été hormis tête et cou, histoire de ne pas débarquer sans aucune notion et d'apprivoiser le langage médical. Et bien sur, j'ai peur de mes lacunes, en terme de connaissance mais aussi de rythme de travail que les PACES ont durement acquis. Mais j'espère en faire une force pour tout donner cette année.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?

Boulet de la famille...mais la chance d'avoir un soutien familial.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?
Pas d'enfants, un copain dans le milieu, des amis et une famille qui me soutiennent donc pour le moment, pas de soucis smilies

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

Quelques idées en tête comme la cancéro, la médecine tropicale, mais franchement je me laisse le temps car les stages d'externat peuvent souvent faire changer les avis et qu'il y'a 1000 spé à découvrir ! Et si j'ai pas ce que je veux après les ECN...et ben je me recommence d'autres études pardis, quand y'en a plus, y'en a encore ! Non blague, je pense que je choisirait ce que je pourrait choisir comme pas mal d'étudiants

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Sortir, partir en voyage, voir de l'anat...profiter beaucoup et se préparer un peu smilies
_____
Candidate Passerelle P2 Bordeaux
M2 Ecole de Commerce
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 30/09/2015 à 09:09 notnew
Je trouve ça trop mignon la naïveté des réponses à la question 9 "Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?".

On voit le fossé entre la vision idyllique du métier de médecin (ou autre professionnel de santé) et la réalité du métier quand on l'exerce. 40% des étudiants admis en 2ème année de médecine abandonnent leurs études avant la fin, et apparemment 27% des diplômés en pharmacie ne s'inscrivent jamais à l'ordre des pharmaciens. Donc non, cette question est loin d'être ridicule.
Top
ThePhoenix
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 353
Enregistré : 21/07/2011

certification
Vie réelle
Vanessa Bernier
Pays : France
Domaine : Ingénierie santé
Niveau : Master 2 ISM Recherche
Fac : Polytech' Grenoble
Posté le 30/09/2015 à 09:25 notnew
Je trouve ça trop mignon la naïveté des réponses à la question 9 "Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?".

On voit le fossé entre la vision idyllique du métier de médecin (ou autre professionnel de santé) et la réalité du métier quand on l'exerce. 40% des étudiants admis en 2ème année de médecine abandonnent leurs études avant la fin, et apparemment 27% des diplômés en pharmacie ne s'inscrivent jamais à l'ordre des pharmaciens. Donc non, cette question est loin d'être ridicule.

Merci de ne pas faire de commentaires, ce topic n'est QUE pour les témoignages. smilies
_____
Master 2 Recherche 2013
Ingénierie de la Cognition, de la Création et des Apprentissages

ETUDIANTE INFIRMIERE IFSI ST EGREVE
PROMO 2016 - 2019
Top
alex5
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 23/02/2016
Posté le 23/02/2016 à 14:04 notnew

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

Bonjour à tous, je suis Shâm, tout juste 24 ans et je viens de terminer un Master de recherche en Neurosciences à Lyon.

J'ai tenté la passerelle pour la P2 à Lyon Est.

J'ai deux P1 à mon actif, une PCEM et une PACES ( oui, oui, j'ai parlé de la
réforme dans mon oral, n'ayez pas peur de le faire si c'est aussi votre cas, ça peut faire pencher la balance smilies)

2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Manque de maturité et d'organisation dans mon travail. Je travaillais beaucoup, 10/12h par jour, mais inefficacement...

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

D'aussi loin que je me souvienne,j'ai toujours voulu devenir médecin. Et suite à mon échec en P1, je savais déjà que je tenterai la passerelle après un Master.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Un stage de 3 mâtinés dans un cabinet libéral, chez un médecin généraliste, une semaine avant l'oral.
Ce stage à renforcé ma décision, j'ai pu apprécier la relation médecin-patients ( bien que ma présences n'ai pas forcément plu aux patients).

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Aucune obligation, Master en poche.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Quand on est extrêmement motivé et que l'on considère nôtre avenir en jeu: galère, galère, galère...

J'ai mis plus d'un mois pour écrire ma lettre de motivation et la peaufiner.
Je l'ai faite relire par plus de 6 personnes, des spécialistes du SOIE à Lyon 1, des professeurs de gestion humaine et de projet professionnel, des amis, mon maître de stage...

La pré admission se base principalement sur cette lettre, mettez-y vos tripes. Parlez de votre parcours de vos motivations, de tout ce qui pourrait vous mettre en avant et vous faire sortir du lot... Oui, oui, j'ai eu beaucoup de mal à me mettre en avant, moi qui suis de nature réservé en général, mais là, il faut vous mettre en valeur, n'hésitez surtout pas smilies.

Il faut être concis, une page et demi maximum, à mon avis. ( c'est ce que j'ai fais)

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

Jury de Lyon, composé de 11 personnes, directeurs et doyens pour la plupart : organisé en U.

Oral de 4 minutes: j'ai préparé l'oral en quelques heures la veille. L'oral reprend le cheminement de la lettre de motivation, mais est plus étoffé.
Face au jury, je suis certainement allé bien plus vite que ce que j'avais prévu ( stressée de ouf !) 3 minutes et quelques secondes je pense.

Atmosphère: j'étais tellement focalisé sur mes paroles, que je les regardais sans vraiment les regarder... Ils étaient plutôt attentifs, bien que certains griffonaient à tout va,leurs expressions sont difficilement dechiffrables...
Conformément à sa réputation, le jury de Lyon pose des questions assez farfelues. Les échanges sont très,très rapides, j'avais l'impression de jouer une partie de ping-pong.
En 4 minutes j'ai eu le droit à :

- Comment annonceriez vous la mort d'un patient à sa famille ?

- Qu'est ce qu'un bon médecin pour vous ? Quelles qualités doit-il posséder ?

- Financièrement, comment pensez vous vous organisez dans les longues années d'études à venir ?

- Quelle spécialité envisagez-vous ?

- Quelle est votre classement dans votre promotion de Master ?

- Si vous n'êtes pas admise, qu'envisagez vous ?

- Compte tenu de votre engagement dans l'humanitaire, vous devez certainement vous intéressez à la géopolitique,quelle est votre avis concernant la prise de position de la Turquie vis-à-vis de la Syrie ?




8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

J'ai hâte !!! Je ne réalise toujours pas ce qui m'arrive.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Ferme intention d’aboutir coûte que coûte !

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

Proximité

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Je ne pense pas avoir beaucoup de lacunes. Peut-être en anatomie, mais j'aime tellement ça, que je relirai peut-être mes classeurs en été.


12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
Bourse jusqu'à l'ECN, j'ai aussi la chance d'avoir une famille généreuse et j'ai de bonnes économies de côté.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Comme d'habitude, la semaine j'étudie et le week-end est réservé à la famille et aux amis.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

Je ne sais pas encore, j'attend de faire les différents stages du cursus pour me décider.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Farniente smilies.
Si vous avez des questions n'hésitez à me contacter;-)
_
Bonjour,j'ai lu ton témoignage, j'aurai aimé avoir plus de précision concernant la méthode que tu as utilisé pour faire ta lettre de motivation? merci d'avance
Top
kimada6
Jeune Carabine

Messages : 16
Enregistré : 29/04/2015
Posté le 30/05/2016 à 22:37 notnew
Mieux vaut tard que jamais, voici mon témoignage que je poste avant les oraux, si ça peut en aider certains smilies Bon courage à tous!

Pour info j'ai été admise en P2 à Paris 5 cette année (rentrée octobre 2015).

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?
Avant médecine j'ai fait Sciences Po Paris pendant 5 ans (master affaires publiques), avec en parallèle un cursus de philo (licence à Paris 4, M1 à l'ENS Ulm). J'ai fait plusieurs stages, et après le M2 j'ai bossé pendant un an dans le conseil en affaires publiques, surtout en santé publique.


2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?
Après avoir hésité, je n'avais pas choisi médecine après le bac parce que même si le métier m'attirait, les études scientifiques ne m'intéressaient pas tellement (j'aimais pas la SVT). Donc j'ai choisi les études qui m'intéressaient le plus, mais une fois fini, je ne voulais toujours pas faire un autre métier que médecin. Maintenant que j'y suis, mon impression initiale se confirme : je ne suis pas vraiment fan des cours théoriques (même s'il y en a certains que j'aime bien), mais les stages et surtout la perspective d'avoir de plus en plus de temps à l'hôpital me motivent

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?
C'est sans doute bête, mais pour moi, médecin reste "le plus beau métier du monde". Je voulais un métier où je pouvais aider les gens directement (et pas à grande échelle comme les métiers liés à mon cursus), et je pense que soigner les gens est la manière première de les aider à (mieux) vivre.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?
J'avais été en observation quelques week-ends et quelques gardes de nuit (boulot oblige) à l'hôpital Cochin, aux urgences et en réanimation. Ca n'a pas influencé ma décision, mais ça l'a confirmée et ça m'a permis de m'imaginer vraiment en sitation.

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?
J'avais fini mon cursus, je ne les ai pas prévenu. Et médecine ne s'intègre franchement pas à Sciences po, ça n'a rien à voir.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?
Stress MAXIMAL! D'ordinaire je suis quelqu'un de plutôt calme, mais pendant les mois qui ont précédé l'oral, j'étais dans un état d'angoisse ridicule (je ne dormais plus, je ne mangeais plus, j'étais hyper speed et chiante...). Je passais mon temps à regarder le forum aussi, ce qui peut être assez anxiogène même s'il apporte de bonnes infos. En fait c'est difficile de gérer le fait qu'on veut changer de vie si radicalement, et qu'on ne sait pas si ça va arriver ; du coup pas moyen de se projeter.

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?
J'étais très stressée avant d'entrer, alors que j'ai l'habitude des oraux, mais une fois sur place ça s'est bien passé. Je m'étais bien préparé, et je pense avoir senti à l'oral qu'ils avaient déjà décidé que ce serait bon. A l'oral je pense qu'il faut trouver l'équilibre entre se mettre en avant et montrer qu'on a bien conscience que ça va être difficile, surtout pour ceux qui, comme moi, viennent de cursus sans rapport. J'ai eu 2-3 questions qui étaient très spécifiques à mon dossier, pas les questions "habituelles" auxquelles je m'attendais ("seriez-vous prêt à faire une P1? Pourquoi avoir choisi cette fac? Comment allez-vous financer?" etc.)

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
L'été dernier j'étais bien sûr très heureuse à l'annonce des résultats, mais bizarrement j'ai eu une petite baisse de motivation (forcément, ça ne m'obsédait plus). J'ai mis un peu de temps à "démarrer" vraiment l'année, mais maintenant ça va mieux.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
Au début de l'année, j'ai vaguement envisagé d'arrêter (c'était dur, je n'aimais pas le retour au rythme étudiant, j'étais moyennement intéressée par les cours), mais je me suis dit que je finirais l'année de toute façon, et que je me poserai la question après. Mais maintenant je suis très motivée et bien déterminée à aller au bout. La seule chose qui pourrait me faire envisager d'arrêter serait si je devais redoubler mon année, je ne sais pas si j'aurais la patience d'ajouter encore un an.

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
Proximité, réputation de la fac, et je connaissais des gens là bas donc au moins je savais à quoi m'attendre. Mais si c'était à refaire, je tenterais peut-être plutôt Paris 6, parce qu'il paraît que l'externat commence dès la troisième année.

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?
Je n'ai rien fait pendant l'été, et j'aurais peut-être dû. Il est clair que j'avais de grosses lacunes (et j'en ai toujours), mais c'est difficile de savoir ce qu'il faut apprendre. Au final il faut s'accrocher au début, on a l'impression de lire une autre langue, mais maintenant j'apprends mes cours plus facilement.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?
Je suis retournée vivre chez mes parents, donc je n'ai pas de loyer à payer. Pour le reste, je vis sur mes économies précédentes, et je bosse l'été. L'an prochain je prendrai peut-être un job pendant l'année, pour pouvoir partir de chez mes parents. En tout cas je déconseille de bosser dès la première année où vous arrivez en médecine, ceux qui l'ont fait cette année ont pas mal galéré.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?
Je ne sais pas, je n'ai pas vraiment eu de problème sur ce point. La question se posera sans doute quand je voudrai avoir des enfants, il faut choisir un moment stratégique (soit quelques années avant l'ECN, soit après). Pour info, il y a des passerelliennes mamans avec nous, et elles réussissent très bien.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?
Je change d'avis à chaque fois que je découvre un nouveau service, mais pour l'instant j'aimerais faire pédiatrie, gynéco ou généraliste. A noter que je ne l'avais pas dit ni dans ma lettre, ni à l'oral (et je pense que c'est mieux, il vaut mieux dire qu'on est conscient qu'il y a plein de stages où on découvre des spécialités qu'on ne connait pas, et qu'en plus tout dépend de l'internat).

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?
J'ai bronzééééééé


Voilà, j'espère que ça en aide quand même certains, n'hésitez pas à me contacter si vous avez un profil similaire au mien ou que vous avez des questions. Je n'ai aucun problème à partager ma lettre de motivation.
Top
zieunoire
Externus-minus

Messages : 39
Enregistré : 14/09/2013
Posté le 03/11/2016 à 19:52 notnew
Mieux vaut tard que jamais. Un peu plus d'un an après cette aventure. Admis en P2 à Paris V. Je survolais de temps en temps ce forum depuis 6 ans en m'imaginant un jour écrire ce témoignage sans vraiment y croire.. et bien le voici smilies
PS: n'hesitez pas à me contacter pour des conseils, je souhaiterai aider à mon tour

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

OK, moi c'etait école d'ingé, puis M2 en Informatique médicale puis M2 en Ingénierie médicale, nucléaire et spatiale puis pré-PhD à l'Ecole de Médecine de Harvard.


2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

Tout simplement, ma grande soeur venait de rater ses deux P1. Les parents m'ont alors naturellement encouragé à faire ingénierie (c'est exactement ce que j'ai dit lors de mon oral smilies ). Je ne me rendais pas compte du sacrifice à l’époque et puis j’étais (je suis) plutôt très challenge et aller me casser la gueule en prepa MPSI en faisant de l’athlétisme en haut niveau en parallèle me tentais bien (un peu maso aussi)

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

3 diplomes bac+5, stages dans des hôpitaux en tant qu'ingénieur médicale, Rien a faire je ne me sentais pas à ma place.. pire, je trouvais qu'avoir pris l'ingénierie médicale pour "couper la poire en deux" (expression que je déteste maintenant smilies ) revenais à remuer le couteaux dans la plaie. Je voyais tt les jours des médecins et patients dans ces hôpitaux avant d'aller m'enfermer devant mes programmes et simulation d'ingénieurs. J'aimais bien de temps en temps mais 3/4 du temps j'aurai aimé plus d'interaction humaine.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Non, pas eu le temps ou les contacts nécessaires. J'avais fait un entretien à la croix rouge mais dans le fond, honnêtement c'etait plus pour ajouter des arguments face au jury alors qu'il faut etre vraiment passioné pour faire ce bénévolat donc j'ai pas donnée suite.

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Je vois ca comme une continuité(ingénierie médicale) et je compte bien faire de la recherche en parallèle.
J'ai été accepté en doctorat à Harvard med school.. c'etait pas évident de dire non et le boss m'en a legerement voulu de partir mais c'est comme ca.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Pas galère car le dossier est très simple. Plutôt plein d'incertitudes et honnêtement on ne contrôle pas grand chose. J'ai mis toutes les chances de mon coté (mise en valeurs de mon parcours notamment le fait d’être actuellement à Harvard, père chirurgien etc..), j'avais aussi un total de 4 tentatives (deux en P2 et deux en D1) donc j'ai postulé en P2 ET D1 sachant qu'à Paris on est automatiquement recalé en P2 mais on augmente les chances d’être accepté pour l'oral etc... J'ai passé aussi quelques mois sur ma lettre, la relire de temps en temps, la peaufiner, la comparer à un ou deux modèles de lettre de candidats accepté, bien préparer l'orale.
CONSEIL: Mettre toute les chances de son coté, ne pas se projeter tout les jours et se faire des films si on est pris ma vie changera blablabla ET SURTOUT avoir un plan B.
Encore une fois, et c'est mon avis perso, on ne contrôle pas grand chose, mon dossier etais "plutôt bon" mais malgres ca je pense qu'il y'a toujours des candidats qui etaient just un peu moins bon que nous ou d'autre qui etaient meilleur mais n'ont pas assuré l'oral pour tel ou tel raison etc.. ALORS RELAX, DONNE TOI A FOND, et si ca marche pas f*ck it la vie continue :3


7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

J'avais préparé mon entretien en me calquant sur les entretiens americains où seulement 5% des candidats sont accepté. Donc les conseils allaient de comment raconter son parcours au jury sans tomber dans le "jai fait ci j'ai fait ca" à comment leur serrer la main pour dire bonjour (tt ces petits details comptaient aparement).
Donc KB, 10h du matin (la veille j’atterrissais à Paris en provenance des USA à 23 h).
Une dizaine de personnes qui attendait, il y avait de tout: des stressés, des concentrés et un faux detendu ("ouais.. je suis en commerce moi et dans le fond jmen tape d'etre pris ou pas". Tg)
Entré dans la salle, concentré, souriant (conseil americain "Im happy to be here!") et déterminé (je voulais en decoudre. Un peu trop mm). Jury tres sympatique comme decris dans le forum, qui vous met à l'aise. Les visages sont tres homogènes avec des tetes de gentils, des tetes d'interessés au point qu'on à l'impression qu'ils scrutent votre âme et une ou deux tete de vraiment méchant du genre "toi c'est mort, ca sert même pas de faire ton speech". 15 au total.
J'ai fait mon discoure que je comptait faire à 200 à l'heur mais j'ai pris mon temps apres m'avoir annoncé que j'avais droit à "5 GROSSES minutes".
Puis les questions:
-heu.. il est italien votre ancien directeur d’école? (..heu oui)
-Financièrement? ("c'est papa mama qui va se farcir la facture" rire dans la salle)
-Vous voulez être cardiologue et faire de la recherche? Et si ca marche pas vous faites quoi?
La dernière question etait previsible mais j'avais relaché mon attention a la fin. J'ai repondu en bafouillant.
-Merci au revoir
Sortis déçu de m'etre laché à a fin et de finir sur une note moyenne. Je savais pas si j'etais pris ou pas donc l'attente etais longue.

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?
Tranquil mais je ne realisais pas. J'avais attendu ce moment depuis des années donc j'avais une sensation bizarre de "it's happening.. you did it" pendant plusieurs mois même smilies.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?
Non je ne m’arrêterai pas. Ces études c'est un plaisir avant tout. Par contre oui j'ai bien l'intention d'utiliser mes diplômes precedents pour la recherche ou le consulting.


10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?
J'y ai fait mon M2 d'informatique. Puis le quartier qui est sympa. Puis c'est ecris en dorée à l'entrée "Faculté de Médecine"

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Adaptation sur le coup. Non je pensais y arriver car j'avais étudié pas mal d'années auparavant. Ce qui m’inquiétais c’était la methode qu'il fallait acquerir.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?

Travailler à coté et en cas de coup dure famille pour me remettre sur selle puis me debrouiller de mon coté smilies.

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

La question ne se pose pas car quand on fait un travail ou des études qu'on aime c'est dans tout les cas prenants. On trouve ensuite le temps pour ses proches.

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

Ich bin ein Berliner

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

J'ai terminé dans de bonnes conditions et correctement mon travail au US, voyagé quelques jours, vue la famille et direct rentrée!
Top
Anne-F
Jeune Carabine

Messages : 10
Enregistré : 27/12/2016
Posté le 27/12/2016 à 20:11 notnew
Hihi à mon tour, je vais essayer d'être la plus exhaustive possible :p

1. Peux-tu te présenter en quelques mots et nous donner ton parcours (M2, ingé, dentaire, pharmacie, vétérinaire...) jusqu’à ton retour à la fac ?

J'ai 26 ans et j'ai été admise à la passerelle P2 médecine 2015 Marseille. J'ai un BAC S, une Licence en Psycho, un Master Recherche Neuro, un Master Pro en Géronto et je travaille actuellement dans une asso qui accueille des personnes présentant des déficiences mentales, que je quitte vers aout ! Voilou


2. Si tu avais tenté la première année, pour quelles raisons penses-tu avoir échoué? Sinon pourquoi ne pas avoir choisi le cursus médical à l’époque ?

0 P1, à aucun moment je n'ai pensé faire médecine, cette idée "saugrenue" est venue au moment du master neuro. Et il faut savoir que je suis la seule dans ma famille à avoir fait des études, mes parents ne voyaient pas trop l'intérêt que j'en fasse étant donné que ce sont des personnes qui ont très bien réussi sans. Je n'étais ainsi pas du tout poussée à faire des études.
J'étais également très tournée vers les voyages. J'ai passé des mois et des mois à voyager au cours des mes études, donc ce n'était pas le bon moment pour entreprendre un tel projet.
D'ailleurs, je précise que lors de l'oral, je leur ai dit en une phrase que l'envie de faire médecine a pris son importance au cours de mes études supérieures !

3. Quelles ont été les motivations qui t'ont amené(e) à demander cette équivalence ?

Tout mon cursus a été baigné plus ou moins dans le domaine médical, j'ai un peu vu tous les versants du métiers, j'ai pu rencontré également des médecins de MSF et j'ai voulu tenter le coup. Juste parce que j'ai trouvé cet environnement passionnant. Et pour moi c'est un métier vraiment stimulant à plusieurs niveaux (psycho, intellect, social...) Et après des raisons un peu plus profondes et personnelles tjr difficile d'expliquer avec des mots.

4. Avais-tu fait un stage à l'hôpital, en cabinet ou lié à la médecine durant ta formation précédente ? Si oui, en quoi cela a-t-il influencé ta décision ?

Oui et oui ça a influencé ma décision, car c'est le fait de voir le quotidien du professionnel qui m'a donné envie.

5. Comment les études de médecine s'intègrent-elles à ton précédent cursus ? Quelles obligations as-tu encore vis-à-vis de ton école/fac ? Ton école a-t-elle essayé de te dissuader de partir en médecine ?

Euuuuh ??? Oui il y a une certaine continuité avec mon parcours, c'est comme si j'ajoutais la partie soin à ma formation et que j'allais plus loin dans les connaissances. Plus d'obligations au niveau de ma fac, A mon boulot tout le monde est au courant que je pars et sont très heureux pour moi.

6. Comment as-tu vécu le parcours qui mène à l’autorisation d’entrer directement en DFGSM2 ? Galère ou simple formalité ?

Bah, simple formalité pour moi voyons !!!! NON ça a été un chouya galère, ma LM j'ai commencé début mars et j'ai eu beaucoup de mal, j'arrivais pas à poser les idées, en plus je bossais toute la journée... La veille du dépôt c'est là où vraiment c'est sortie.... Et j'ai eu l'aide de trois personnes qui m'ont permis de me poser les bonnes questions. Résultat : LM 1 page avec beaucoup de lignes sautées, très très simple mais construite et droit au but. Mais avec un CV très bien rempli très riche autant personnel que scolaire. Et j'ai suivi toutes les recommandations de la commissions.

Pour l'oral, j'ai clairement suivi la trame de ma lettre en détaillant certains aspects. Du genre : pourquoi après tel diplôme je suis allée là... et tjr avec des petites phrases sujet verbe complément, très courtes mais logiques. Par ex : j'ai fait master neuro et après besoin d'être en contact avec une population présentant des troubles neuro, donc dirigée vers un master pro qui me permettait de le faire.... Pas plus. Mon plan : présentation, annonce du plan (comme sur la convoque : parcours + projet), trame, conclu.

7. Peux-tu nous raconter brièvement comment s’est déroulé l’entretien avec le jury (localisation, atmosphère, questions) ? Ton impression à la sortie de la salle ?

L'entretien s'est déroulé à Montpellier. Mon rdv était à 17h20 et je suis passée vers 17h50. J'ai vu deux remédiens, et avec le recul je me rend compte que ça m'a beaucoup rassuré de les voir. J'étais stressée mais ça va qd même.

On m'appelle, je rentre dans la salle, pas trop impressionnée car on le sait, 15 personnes en U, moi au milieu. Quand je m'assoie je suis dans un monde parallèle, je pourrais pas vous dire où est le doyen, médecine, pharma..... On me dit bonjour, un fait une blague, Ok. Et là je commence. J'ai le sourire et plus j'avance plus je le perd, et je crois qu'un manche à ballet était beaucoup moins raide que moi à ce moment, réellement je devais être dans la même position du début à la fin. Je regarde tout le monde, et là certains s'activent à écrire, bougent beaucoup de feuilles, alors que d'autres juste me regardent, c'est comme s'ils avaient pas le choix, ils sont là, je suis là... smilies. Je récite mon discours appris par coeur mais de manière vivante, avec le stress je ne me sentais pas de faire de l'impro.... Certains hochent la tête, d'autres sont inertes. J'arrive vers la fin et là gros blanc, pdt deux secondes j'arrivais plus à parler (dans mon fond intérieur j'ai eu envie de m'enfuir). Je me reprend et là je me lâche : Mon parcours démontre que.... Je me donne les moyens... je vais au bout de... En plus entourage proche du coup bonnes conditions pour.... Et là je les remercie.
J'ai du faire 3 min.

Questions :

Premiere question super classique, "quelle spé", et le gars en face de moi même pas me regarde en me posant la question... Et là 2eme gros blanc, je bafouille, ce n'était pas des mots mais plus des babillages smilies. Je m'excuse et là je leur dit med gé en vue de mes expe, mais avec les stages ça va susciter mon intérêt, la question de la neuro va forcement se poser, la gériatrie en formation complémentaire m'intéresse mais à l'heure actuelle je n'ai pas de spé définie. Le gars hoche la tête ok ok ok super posé, en fait j'aurais juste dit "à l'heure actuelle je n'ai pas de spé définie", ça l'aurait satisfait.
Et ensuite que des questions sur mon parcours, "ce master c'était où?", "Dans quel labo?", votre stage au Québec c'était quoi?". Aucune question piège. D'ailleurs assez perturbant car ce sont des questions courtes et réponses courtes, mais quand on arrive à l'entretien on a l'impression qu'on va devoir parler de tout, de choses très techniques et en fait non, plus des trucs à la mord-moi-le-noeud m'voyez ??
Je ne sais pas si mon stress était contagieux mais je les ai senti assez prévenant et pas du tout brusque lors de l'échange. Sauf pour une des sage femme, qui m'a titillé ...
Et merci aurevoir, et j'étais plutôt triste, mais avec un espoir durant l'attente des résultats.

Je n'ai pas dit des trucs exceptionnels durant mon oral. Je suis rester simple et la plus authentique possible. Si vous voulez plus de détails ou avez des questions envoyez moi un piti msg.

8. Dans quel état d’esprit t'apprêtes-tu à débuter cette année de DFGSM2 ?

Ca fait un jour que je sais pour mon admission.... Du coup j'ai du mal à m'en rendre compte.... Et hier plusieurs fois j'ai regardé mon mail pour être sûre (oui je suis un peu obsessionnelle parfois smilies) Mais je suis heureuse.

9. Considères-tu cela comme une expérience qui peut s’arrêter d’une année sur l’autre, si tu n’y trouves pas ton compte en utilisant ton diplôme précédent ou as-tu la ferme intention d’aboutir coûte que coûte ?

Je ne lâcherai rien (en mode guerrière). J'irai au bout coute que coute !!

10. Sur quels arguments as-tu choisi ta fac ?

J'ai fait toutes mes études ici. Et la famille, mon copain, amis vivent ici (enfin aux alentours).

11. Comment comptes-tu rattraper la première année des études médicales ? As-tu peur de ne pas réussir en médecine en partie à cause de ces lacunes ?

Je n'ai pas peur du tout, (après une licence de psycho j'ai atterri en master neuro...), je m'adapte et j'apprend très vite. Et j'ai tjr eu une bonne mémoire, je peux apprendre des pages et des pages de n'importe quoi smilies. Bon ok je n'ai plus 20 ans mais j'ai encore des (quelques) années devant moi !
Par contre je sais que je vais devoir mettre en place une méthode de travail.

12. Si la question n’est pas trop indiscrète, peux-tu nous dire comment comptes-tu financer ces années d'études ?

Mes parents vont m'aider, et j'ai droit au rsa et apl (faut que je me renseigne pour l'inscription), et je vis avec mon copain donc....

13. Si la question n’est pas trop indiscrète non plus, comment as-tu envisagé de concilier ces études prenantes et ta vie familiale/privée ?

Rien de va changer pour moi, enfin je pense. En mon copain est à fond et limite plus enjoué que moi. (Je crois qu'il avait peur que je sois en mode super chiante pendant un mois si la réponse aurait été négative smilies, mais chut faut pas le dire)

14. Que comptes-tu faire finalement à la fin de tes études? Si à l'internat ton classement ne te permet pas d'avoir ces/cette spécialité(s), que fais tu?

Je n'ai pas encore de spé en vue.

15. Que vas-tu faire avant de débuter les cours ?

Quitter mon boulot (que j'aime bien sûr mais pour avoir mieux sur le long terme), et un voyage en août, et régler la paperasse bien sûr !!!


restez vous même sans vous créer de personnages. Et il faut que votre cv soit à l'image de votre lettre, car celui ci est tout de même important.

Bonjour Lily-ju
Merci pour ton témoignage!
J'ai une petite question concernant ta LM, tu dis dans ton témoignage "j'ai suivi toutes les recommandations de la commissions", peux-tu me dire quelles sont ces recommandations? où les as tu "trouvées" ?
Merci de ton aide
Anne-F. postulante pour la P2 2017 smilies
Top
nicoskos
Jeune Carabin

Messages : 16
Enregistré : 01/08/2017
Posté le 17/08/2017 à 07:17 notnew
Offre de prêts sans frais à l’avance.
Vous êtes à la recherche d’un prêt pour entreprendre, relancer votre carrière et réaliser vos projets à divers niveaux.
En plus, vous êtes fatigués d’être toujours rejetés par les banques,
Ne vous inquiétez plus, nous avons la solution à tous vos soucis.
Sans aucun frais à l’avance, nous vous proposons des prêts entre particuliers surs, garantis, fiables, avec des procédures administratives simples
Nous sommes en mesure de vous octroyer des prêts allant de 2000 euros à 1.000.000 euros et sans aucun frais à l’avance à 2% l’an
Pour tous vos projets immobiliers, automobiles, rachats de crédits et bien d’autres, veillez nous contacter pour plus d’informations et de précisions.
Mail : andreandufort@gmail.com
Cordialement.
_____
live is a fight


Top
Aller en haut • 40 réponses • 2 pages • 1 2
livreslivrescontactspublicationstwitter