logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Handicap et études de médecine

Aller en bas • 12 réponses
Brown Bear
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 31/05/2017
Posté le 31/05/2017 à 22:05 notnew
Bonjour à tous smilies

J'aimerais me réorienter en médecine via la passerelle (en Île-de-France mais je n'ai pas encore décidé dans quelle fac) mais étant donné que j'ai un handicap, je me pose des questions sur la compatibilité de ces études avec mon état de santé et plus précisément sur la qualité et le respect de l'accessibilité et des aménagements pouvant être mis en place en fac de médecine.

Ainsi, je fais appel à vous dans l'espoir d'obtenir si possible des témoignages et/ou des informations auprès de personnes qui seraient dans une situation similaire (études de médecine avec un handicap et/ou une maladie chronique et invalidante, de préférence en Île-de-France) ou auprès de personnes qui seraient bien informées à ce sujet.

Merci d'avance pour vos réponses !
Top
Olga
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 384
Enregistré : 03/12/2015
Posté le 01/06/2017 à 00:18 puis édité 1 fois notnew
Bonjour à tous smilies

J'aimerais me réorienter en médecine via la passerelle (en Île-de-France mais je n'ai pas encore décidé dans quelle fac) mais étant donné que j'ai un handicap, je me pose des questions sur la compatibilité de ces études avec mon état de santé et plus précisément sur la qualité et le respect de l'accessibilité et des aménagements pouvant être mis en place en fac de médecine.

Ainsi, je fais appel à vous dans l'espoir d'obtenir si possible des témoignages et/ou des informations auprès de personnes qui seraient dans une situation similaire (études de médecine avec un handicap et/ou une maladie chronique et invalidante, de préférence en Île-de-France) ou auprès de personnes qui seraient bien informées à ce sujet.

Merci d'avance pour vos réponses !

A vrai dire tout dépend de la nature de ton handicap et de son retentissement social ... si tu as un handicap moteur, le problème risque surtout de se poser dans le feu de l'action à l'hôpital lors de tes stages plutôt que dans les murs de la fac.
Le mieux serait de pouvoir faire quelques visites à la fac et journées d'observation à l'hôpital pour te rendre compte par toi-même car au delà d'une question d'aménagement, il y a aussi l'aspect organisationnel (travail en équipe, processus etc.)
Top
Brown Bear
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 31/05/2017
Posté le 02/06/2017 à 16:55 notnew
Tout d'abord, merci pour ta réponse smilies

Effectivement, je suis déjà en train de réfléchir à la façon dont je pourrai gérer cela d'un point de vue personnel, et effectuer un ou plusieurs stages d'observation pourrait m'être très utile pour voir concrètement ce qui risque de me poser problème et réfléchir dès maintenant à d'éventuelles solutions.

Mais à vrai dire, ma question portait plutôt sur ce qui peut être mis en place du côté de la fac ou de l'hôpital pour faciliter mon intégration et le déroulement de mon cursus (stages inclus). Parce qu'en réalité, j'aurais beau faire tous les efforts d'adaptation possibles, si de l'autre côté la fac ou l'hôpital me mettent des bâtons dans les roues et ignorent totalement les notions d'accessibilité, de compensation et/ou d'aménagements liés au handicap, il me sera difficile de poursuivre des études dans cette situation (mon expérience dans les études que j'ai suivies jusqu'à maintenant en est une nette illustration).
Top
Olga
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 384
Enregistré : 03/12/2015
Posté le 02/06/2017 à 22:04 puis édité 1 fois notnew
Tu peux aussi t'adresser au service social de l'université, il y a souvent un correspondant handicap.

Maintenant, au risque d'être un peu rabat-joie, je doute que l'on facilite la tâche d'un stagiaire qui fera un séjour de quelques mois dans le service.
Et avant tout, encore faut-il franchir la passerelle... les critères de sélection sont tellement opaques que je crains que tu ne sois discriminé. Je ne veux pas te décourager, au contraire, je t'encourage à postuler, mais tout de même sois conscient que les études sont longues et physiquement éprouvantes pour des personnes jeunes et valides et que le jury est souverain, donc non tenu de justifier ses choix ... attends toi à beaucoup d'objections.
Top
Aule
Sexternus-minus

Messages : 33
Enregistré : 06/03/2016
Posté le 03/06/2017 à 11:46 notnew
Ce sera très dur (surtout en passant par la passerelle comme le dit Olga) mais si tu veux un argument pour dire que c'est possible : à Nantes il y a une chef de service en neuro-MPR qui est en fauteuil roulant (bon c'est une terreur donc pas sûre que ce soit le service idéal pour faire un stage, mais c'est plus histoire de parler de faisabilité...).

Mais pour le négatif, j'avoue avoir du mal à imaginer comment est-ce que l'aménagement pour les tout premiers stages serait possible : en 2e année on est vraiment envoyés dans les services sans aucune préparation, et on doit se greffer comme on peut sur l'activité courante... Et après les premières gardes d'externe se font aux urgences, donc dans un cadre où toute l'activité et les parcours patients sont très normés... Je sais pas, c'est vrai que ça devrait, moralement, être possible ; en pratique, dur de te dire si c'est envisageable pour la formation.
_____
DFGSM3
Admise passerelle DFGSM2 2016
Top
Brown Bear
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 31/05/2017
Posté le 15/06/2017 à 22:12 notnew
Merci pour vos réponses et également pardon pour le temps que j'ai mis à répondre de mon côté, j'avais un problème avec mon ordinateur...

J'avais conscience de la difficulté et des obstacles associés à mon projet de réorientation (tant pour la passerelle à proprement parler que pour les études et les stages en cas d'admission) et vos réponses viennent encore renforcer cette certitude. Néanmoins, je n'arrive toujours pas à renoncer totalement à ce métier qui est réellement le seul que je me vois exercer, d'où la complexité de la situation et mon hésitation.

Quoi qu'il en soit, je pense qu'avant de prendre ma décision, je vais contacter les universités qui m'intéressent pour voir si quelqu'un peut me renseigner à ce sujet, et voir aussi comme vous me le suggérez, si je peux faire un ou plusieurs stages d'observation dans les mois qui viennent.
Top
Hygge
Bizute (future carrée)

Messages : 8
Enregistré : 25/08/2017
Posté le 26/08/2017 à 22:13 notnew
Bonjour,

Je ne suis pas parfaitement renseignée sur le sujet. En revanche ce qui est certain c'est que des tiers temps sont accordés aux étudiants en situation de handicap lors des examens, et qu'il y a effectivement une bourse de compensation qui peut être versée, sans condition de revenus, et son montant est décidé par la mdph. Il est également possible de faire une demande de bourse classique sans limite d'âge. Concernant les aménagements à la fac, je suis sûre que des choses sont possibles, il faut s'y prendre tôt avec le service médical de la fac.
Pour les stages à l'hôpital, forcément leur déroulement sera atypique, mais je pense que tu peux faire les choses à ta manière et en apprendre beaucoup même avec des problèmes de mobilité. Les études de Médecine sont accessibles à tous par concours, donc également aux personnes à mobilité réduite, il y a forcément des aménagements ou des dispenses mis en place pour les stages et les gardes.

Bonne soirée smilies
_____
Médecine Paris 2017, ancienne Pharma
Top
Brown Bear
Jeune Bizut

Messages : 4
Enregistré : 31/05/2017
Posté le 28/08/2017 à 20:34 notnew
Bonsoir smilies

Merci pour ta réponse et pour les précisions apportées. J'étais au courant pour les aménagements comme le tiers temps (mais aussi l'ordinateur et/ou l'assistance d'un secrétaire par exemple) pouvant être mis en place aux examens et j'ai déjà pu en bénéficier les années précédentes donc a priori, il ne devrait pas y avoir de problème pour cela si je me réoriente en médecine. En revanche, je n'ai jamais entendu parler de cette bourse de compensation donc merci pour l'information, je vais me renseigner un peu plus à ce sujet !

Cependant, plus que pour les examens, c'est surtout au quotidien dans l'année, pour les cours et les stages (dont les gardes que tu évoques à juste titre), où j'ai peur que mon handicap ne me pose problème de nombreuses façons, c'est pourquoi j'aurais voulu savoir avant de prendre ma décision si des aménagements concrets peuvent être mis en place. Mais ton message est tout de même assez encourageant, puisque tu sembles dire que les études de médecine ne me sont pas complètement inaccessibles et qu'il est possible de trouver des solutions pour compenser et/ou alléger un peu mes difficultés.

Encore merci pour ton message et bonne soirée à toi aussi smilies
Top
Hygge
Bizute (future carrée)

Messages : 8
Enregistré : 25/08/2017
Posté le 17/09/2017 à 14:28 notnew
Bonjour,

Effectivement je ne pense pas que les études de Médecine te soient inaccessibles.
En imaginant que tu obtiennes ta passerelle, voilà comment j'imagine les choses :
Pour les stages en services de Médecine, tu passeras certainement plus de temps que les autres à étudier les bilans biologiques, les imageries, sur dossier, tu en profiteras pour poser beaucoup plus de questions aux internes. Pour examiner des patients, la hauteur du lit est réglable donc pas de problème à priori. Tu connaîtras la théorie de toutes les ponctions possibles, mais comme elles nécessitent une certaine agilité je ne sais pas si tu pourras les faire toi-même, mais tant que tu connais la théorie on ne te pénalise pas !
-Pour les gardes, c'est pareil. On ne te demandera évidemment pas de brancarder les patients (surtout que normalement ce n'est pas le rôle de l'externe) et je pense qu'étant donné ton handicap tu pourras être dispensé des 36 gardes obligatoires de l'externat
-pour les stages de chirurgie, tout pareil à part au bloc où tu ne seras peut-être pas habillé en stérile et tu ne seras peut-être pas aide op (la table est réglée à hauteur du chirurgien). Bref, les locaux de l'hôpital sont adaptés aux personnes à mobilité réduite, et en ce qui concerne tes futurs rôles, eh bien les services s'adapteront smilies tant que tu es capable d'examiner un patient, d'émettre un diagnostic, un projet thérapeutique, et que tu as les qualités humaines nécessaires à la profession de soignant, le reste suivra.
Maintenant pour l'obtention de la Passerelle, la pratique professionnelle etc ce sont d'autres problématiques, mais ta question ne portait visiblement pas sur ces sujets.

Bonne journée à toi smilies
_____
Médecine Paris 2017, ancienne Pharma
Top
alan2
Jeune Carabin

Messages : 23
Enregistré : 27/06/2017
Posté le 04/10/2017 à 15:03 notnew
Bonsoir smilies

Merci pour ta réponse et pour les précisions apportées. J'étais au courant pour les aménagements comme le tiers temps (mais aussi l'ordinateur et/ou l'assistance d'un secrétaire par exemple) pouvant être mis en place aux examens et j'ai déjà pu en bénéficier les années précédentes donc a priori, il ne devrait pas y avoir de problème pour cela si je me réoriente en médecine. En revanche, je n'ai jamais entendu parler de cette bourse de compensation donc merci pour l'information, je vais me renseigner un peu plus à ce sujet !

Cependant, plus que pour les examens, c'est surtout au quotidien dans l'année, pour les cours et les stages (dont les gardes que tu évoques à juste titre), où j'ai peur que mon handicap ne me pose problème de nombreuses façons, c'est pourquoi j'aurais voulu savoir avant de prendre ma décision si des aménagements concrets peuvent être mis en place. Mais ton message est tout de même assez encourageant, puisque tu sembles dire que les études de médecine ne me sont pas complètement inaccessibles et qu'il est possible de trouver des solutions pour compenser et/ou alléger un peu mes difficultés.

Encore merci pour ton message et bonne soirée à toi aussi smilies

Bonjour. Je n'écris pas ce message dans le but de t'effrayer ou te décourager volontairement.
Seulement comme dit plus haut les critères de la passerelle sont extrêmement flous et ton handicap constitue très certainement un motif d'élimination/ discrimination malheureusement. Énormément de jeunes personnes en très bonne santé physique et mentale finissent complètement au bout du rouleau via ce cursus, le jury le sais, il l'a déjà vécu.
Mais le problème reste le même si tu accèdes à ces études par quelque moyen que ce soit. Le monde hospitalier est d'une violence psychologique extrême, il suffit de regarder les statistiques qui concernent les étudiants en médecine et infirmiers et tu comprendras rapidement que l'empathie est rarement présente envers les étudiants. Evidemment que sur le papier ces études ne sont pas inaccessibles quand on est atteint de handicap, mais crois moi la vérité sur le terrain est tout autre. Je n'arrive pas à retrouver le sujet de remede que j'ai vu récemment, sur ce sujet un interne en anesthésie souffrant de forte myopie décrivait très bien ce système, tout le corps médical ( la fac, le service ect...) l'avait poussé à bout afin qu'il arrête ses études ( et au seul motif de son handicap ). Et j'ai moi même connu une étudiante infirmière atteint de surdité qui a été évincé de la formation la même manière.

Et en voyant ton cas je m'interroge, car même si tu arrives à l'internat comment feras tu pour supporter des gardes de 24 h ? réaliser des gestes sensibles ou dans un contexte d'urgences ? Marcher 15 à 20 km par jour sans manger et j'en passe la liste est longue.
Meme si ce que je dis te parait brutal crois moi mes propos n'ont pour seul but que de te t'éclairer sur des contradictions qui m'apparaissent évidentes...
Top
KineUP
Doyen

Messages : 573
Enregistré : 08/11/2017
Posté le 27/02/2019 à 09:36 notnew
J'exhume un peu ce post afin de savoir ce que tu as décidé finalement avec ton handicap et comment ça s'est passé.

Je suis moi même en situation de handicap, un handicap "invisible" comme la plupart d'ailleurs et je me pose la question de la faisabilité. En même temps, je me dis qu'avoir des médecins eux mêmes en situation de handicap aiderait à la prise en charge des patients pour la compréhension des problèmes...

La grande difficulté réside dans la diversité des difficultés possibles. Je m'explique :
- Dans mon ancien hôpital nous avions un interne en endocrinologie en fauteuil roulant (paraplégie). Donc il s'en sortait sans difficulté ; mais certains stages ont été très durs (bloc opératoire non adapté notamment avec le caractère stérile etc) et certaines spé étaient impensables.
- Beaucoup d'élèves sont mal voyants : l'adaptation est aussi à prévoir, et il faut comprendre que certaines spécialités ne seront pas possibles.
- Des élèves sont schizophrènes (on est en pleins dans l'âge critique pendant les études) : s'ils sont bien pris en charge ils peuvent continuer.
- Les maladies neurodégénératives plus ou moins rapides : SEP, ataxies héréditaires, etc : a mon avis ce n'est pas l'adaptation du stage qui sera le plus important...


Il faut par ailleurs bien se dire quelque chose : il y a une différence entre le médecin qui présente un handicap, développé APRES ses études, et le médecin qui a fait ses études avec son handicap.

Il faut hélas bien comprendre que l'hôpital est une institution d'une lourdeur administrative terrible. Tu vas pouvoir te battre avec acharnement, le temps que ton lieu de stage envisage de se mettre aux normes, tu auras déjà fini ton stage. Il y a une différence entre l'adaptation de l'hôpital à l'accueil de patients avec handicap, et l'adaptation pour le personnel.

Force est de constater que majoritairement les handicaps représentés chez les élèves sont essentiellement des handicaps invisibles ; et que la plupart préfèrent les taire pour éviter les bâtons dans les roues...
_____
Kinésithérapeute (PT, MSc) & Enseignant.
2018 : Admis DFGSM2
Top
KineUP
Doyen

Messages : 573
Enregistré : 08/11/2017
Posté le 27/02/2019 à 16:32 notnew


Mon handicap est rare et difficile à comprendre. Ma médecin généraliste elle même dit qu'elle n'y comprend rien ^^. Je suis suivie à l'hôpital et à peu près stabilisée. Mais il y a deux problèmes pour moi:

- Pour vivre normalement, je dois porter un truc que je vais qualifier d'équivalent prothèse. Je ne peux pas le garder plus de 12h normalement, sinon il faut l'enlever, le nettoyer et éventuellement le remettre. Je peux poser la question la prochaine fois que je vois la médecin qui gère ça de ce qu'elle en pense. Y a t il beaucoup de gardes de plus de 12h? Après quand je porte le truc je suis quasi normale (enfin ça va se voir un peu si tu cherches mais bon..)

- deuxième problème. Je prends de médicaments en pharmacie hospitalière. L'un d'eux est conservé dans un congélateur donc on doit aller le chercher le jour même de l'ouverture du produit, à la pharmacie hospitalière ouverte du lundi au vendredi de 9h à 17h... Ça m'a posé problème avec mon premier employeur, le deuxieme s'en foutait. Je ne sais pas si ça peut poser problème....

Les gardes d'externe durent au minimum 12h ; et certaines gardes sont des gardes de 24h.

Je ne comprends pas bien pour ton médicament. Est ce qu'il serait conservé dans ton hôpital où tu es en stage?
Il faut comprendre que tu ne peux pas t'absenter d'une garde (au risque de te faire carrément invalider ton stage, ce qui est cata), selon ton stage (je pense notamment à la chir) tu ne t'amuses pas à sortir du bloc avant la fin, etc.
_____
Kinésithérapeute (PT, MSc) & Enseignant.
2018 : Admis DFGSM2
Top
KineUP
Doyen

Messages : 573
Enregistré : 08/11/2017
Posté le 27/02/2019 à 21:19 notnew
Oui je comprends. Si je suis prise je ne pourrais donc pas couper de leur en parler. Ça doit être possible de s'organiser ça me paraît pas insurmontable... mais il faudra leur dire.
Non un seul hôpital fait ce médicament en France. Si je suis en stage chez eux oui ça facilite ^^.

Une idée serait de prendre rdv avec le doyen de la fac dans laquelle tu veux postuler. Ainsi, il/elle pourra te dire si c'est compatible ou pas.
Ou en parler avec un médecin qui peut juger de ta capacité à suivre le cursus. (quand je suis entré en école de kiné, un certificat médical d'aptitude à ces études était obligatoire pour les intégrer ; donc tu te fais évaluer par un médecin agréé)
_____
Kinésithérapeute (PT, MSc) & Enseignant.
2018 : Admis DFGSM2
Top
Aller en haut • 12 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
L’interview du mois Jérémy Do Cao, président de l’Association des juniors en pédiatrie Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter