logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

[ex médecine] Des études de medecine à 23 piges c'est faisable ?

Aller en bas • 18 réponses
DavidCool
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 25/08/2008
Posté le 25/08/2008 à 12:14 notnew
Bonjour à vous forumeur !

J'ai bientôt 23 ans, un vieux bac S-SI en poche.
Il y a 2 ans j'ai créé une société dans le secteur de l'informatique, mais je ne me sents pas accomplie dans mon boulot.

J'ai envi d'un métier ou j'aide les gens.
J'aime la medecine et ai toujours voulu l'etudier ! Aujourd'hui financierement je peux me payer ces études, mais voilà je me demande si cela est bien raisonnable.

Ma principale question aujourd'hui c'est de savoir si je me lance dans des études paramédicale ou si je fais une P1.
Je ne sais pas si je peux faire P1 comme ça d'ailleur, mon bac date tout de même de 5 ans.

J'aimerais avoir des avis de personnes qui sont ou ont été dans le même cas que moi.
Merci d'avance ! Bon courage à tous les étudiants ! smilies
Top
lafeeverte
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 64
Enregistré : 28/02/2008
Posté le 25/08/2008 à 12:26 notnew
Je ne suis ni n'ai été dans le même cas que toi, mais sache que des personnes qui ont 10 ans de plus que toi ce lance dans des études de médecine.
A ton âge, tu peux encore facilement emmagasiner beaucoup de connaissances alors que quand tu es à la 30aine, c'est plus le cas.

Donc lance toi, tente ta chance et si tu n'y arrive pas, dit toi qu'il vaut mieux avoir des regrets que des remords...
Top
DavidCool
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 25/08/2008
Posté le 25/08/2008 à 12:31 notnew
Bonjour lafeeverte, merci pour cette réponse
Tu as raisons pour les regrets smilies
Top
simooooooooon
Désagrégé de médecine

Messages : 230
Enregistré : 17/06/2006
Posté le 25/08/2008 à 13:34 notnew
Si ça peux te rassurer, un pote à moi à fait un an de kiné puis 3 ans infirmier et est maintenant en médecine avec moi (c'est-à-dire en 4 ème)...
_____
Mi Blog...-> http://simonvan.over-blog.com/
Top
Jean
Chef des sévices

Messages : 327
Enregistré : 20/07/2004
Posté le 25/08/2008 à 15:58 notnew
Je ne sais pas d'où tu viens DavidCool mais pour ce qui est de l'inscription en P1, oui tu peux le faire sans difficultés (enfin dans la grande majorité des fac). Généralement, un justificatif d'activité entre l'obtention du bac et l'inscription suffit et les doyens ne te font pas chier.

Comme la dit lafeeverte, il y a des gens bien plus "vieux" que toi qui tentent et réussissent médecine ! (bon, t'aurais 45 ans, on serait tous un peu plus septiques sur ton avenir je pense smilies)

Donc à mon avis, lance toi et advienne que pourra...
Top
Camille B.
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 1282
Enregistré : 11/01/2003
Posté le 26/08/2008 à 09:21 notnew
ého 23 c'est pas vieux ! on me demande encore ma carte d'identité pour rentrer en boite !!!!! smilies
allez bon courage pour la suite smilies
_____
en dernière année :)
Top
celine30
Patronne (une femme qui en a)

Messages : 342
Enregistré : 27/08/2006
Posté le 26/08/2008 à 16:24 notnew
Salut!
bien sûr que c'est possible, on est plusieurs ici dans ton cas....Moi j'ai 24 ans, un mari et 2 enfants, lol!smilies
Et je rentre en p1 là, dans 1 semaine.....
Allez fonce!!!smilies
_____
Maman et ESF, trop heureuse!!!
Top
Pascalita
Jeune Bizute

Messages : 3
Enregistré : 24/08/2007
Posté le 27/08/2008 à 22:54 notnew
Salut Davidcool, ton post m'a fait pensé à moi l'année dernière...
Aprés 3 ans d'école de commerce j'ai arrétée pour m'inscrire en P1 à la pitié salpétrière, à 22 ans...et c'est passé!smilies
Si t'es vraiment motivé alors fonce! Mais t'attend pas à ce que ça vienne tout seul, on dois encore plus cravacher que les autres parce que le lycée c'est y'a loonngtemps.
En tout cas ce qui est sur c'est que c'est largement faisable. A un moment il faut arrêter d'hésiter, fait ton choix, fonce la tête baissée dans la filière que tu choisis, et tiens jusqu'au bout!

Bon courage
_____
Avec des SI on coupe du bois...
Top
KIKOKIKO
Jeune Carabin

Messages : 28
Enregistré : 12/12/2006
Posté le 31/08/2008 à 16:51 notnew
23 ans, c'est loin d'etre une cata!!
je me suis relancé à 28 ans, sans regret!
il faut gerer le coté finance et apres ca passe, mais avec bcp de boulot a fournir ca c'est certain!
bon courage
Top
Sommeil paradoxal
Externoïde

Messages : 49
Enregistré : 03/12/2006
Posté le 05/03/2009 à 17:31 notnew
Salut, moi j'ai repris médecine à 21 ans et 5 ans plus tard, je m'en vais en hésitant entre aide-soignant et infirmier. A la base je voulais être psychiatre mais plusieurs mois de stages, quelques lectures de manuels et d'ouvrages critiques m'ont conduit à penser que le savoir psychiatre était infiniement moins solide que le savoir médical, qu'il est assez arbitraire, relatif, bref, que les psychiatres brassent un peu du vide. D'ailleurs, en termes d'efficacité thérapeutique, ceux sont les plus mauvais médecins (pires encore que les cancérologues). Il s'agit juste d'observation statistique et clinique, point. Partant de là, être infirmier ou aide-soignant en psychiatrie tout en complétant son activité professionnelle de lectures d'ouvrages théoriques et d'articles dans sa vie personnelle fournit finalement la même nourriture qu'être psychiatre. Non le jeu n'en vaut pas la chandelle, du moins pour moi.
Sinon médecine, ça demande bcp de sacrifices, de la P1 à la fin de l'internat, donc vérifie bien tes motivations, histoire de ne pas perdre ton temps parce que ce que t'apprends dans ce cursus n'apporte strictement RIEN, c'est du pur savoir technique sans goût ni saveur.
Demande-toi pourquoi tu veux faire médecine. Si c'est le contact avec le patient, alors c'est pas la bonne solution, les infirmiers sont plus proches de lui et les aide-soignants un peu plus encore (et il y a d'autres métiers de soignants comme kiné, sage-femme, ostéopathe, etc). Si l'aspect technique, scientifique, biologique te passionne, alors demande-toi si la recherche en biologie ou d'autres professions centrées dessus ne te conviendraient pas mieux. Mais l'intérêt scientifique est assez limité puisqu'il s'agit d'un savoir finalement peu utilisé par les médecins dans leur pratique quotidienne. Le cursus ne stimule absolument pas le questionnement, la problématisation, la curiosité.
Maintenant tu es faits pour la médecine si tu aimes l'argent, si tu aimes le prestige social, si tu aimes les postes à responsabilité. Ceux qui font médecine dans leur grande majorité recherchent cela et étaient bons en physique, chimie, biologie au lycée (contrairement à ceux qui se sont destinés à la finance ou au droit des affaires). Mais rares sont ceux qui le reconnaissent.
_____

"Il en est beaucoup qui meurent trop tard, et quelques-uns trop tôt. Le précepte qui dit : "Meurs à temps", nous est encore étranger.

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, Première partie, De la mort volontaire
Top
Hurrycane13
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 85
Enregistré : 13/03/2007
Posté le 05/03/2009 à 18:00 notnew
Bonjour sommeil paradoxal,

Ton intervention était intéressante à mon sens et je souhaitais en savoir un peu plus sur ton parcours et les désillusions qu'il a engendré.

Tu as arrêté à quel niveau les études de médecine car tu parles de plusieurs stages qui t'auraient déçus quant à la pratique de la psychiatrie ?
_____
"Il n'y a pas de précurseurs, il n'y a que des retardataires."
J.Cocteau
Top
Bertrand B.


Messages :
Enregistré : 01/01/1970
Posté le 07/03/2009 à 14:41 puis édité 1 fois notnew

Sinon médecine, ça demande bcp de sacrifices, de la P1 à la fin de l'internat, donc vérifie bien tes motivations, histoire de ne pas perdre ton temps parce que ce que t'apprends dans ce cursus n'apporte strictement RIEN, c'est du pur savoir technique sans goût ni saveur.

[...]

Maintenant tu es faits pour la médecine si tu aimes l'argent, si tu aimes le prestige social, si tu aimes les postes à responsabilité. Ceux qui font médecine dans leur grande majorité recherchent cela et étaient bons en physique, chimie, biologie au lycée (contrairement à ceux qui se sont destinés à la finance ou au droit des affaires). Mais rares sont ceux qui le reconnaissent.

C'est effrayant de lire autant de conneries sur un forum qu'on a soi même créé.

Pour le premier point d'abord, il faut croire que l'anatomie, le dissections, l'embryologie (et savoir comment de 2 cel on passe à un être humain), la physiologie et la physiopathologie (pourquoi le vivant vit et comment il dérape) .... ... ... ne sont que de la merde. Il n'y a rien de plus intéressant, rien de plus fondamentale dans ce bas monde que ce savoir là. Il n'y a rien de plus en progression non plus que lui, rien de plus aléatoire dans ses prévisions et ses hypothèses (cf les difficultés à aller au bout d'un vaccins sur le VIH par exemple) que ce qui concerne le vivant qui ne réagit jamais à 100% comme on pourrait le prévoir d'une règle de physique .... Le gout et la saveur de ce monde est là et uniquement là. Le reste à coté ne sont que vulgaires inventions humaines répondant à des lois finies bien loin de toute la "magie" du vivant que nous serons tous probablement incapable de cerner, même dans 10, 10 000 ou 100 000 000 millions d'années.

Pour le second point, je ne sais même pas si je dois relever ... la position du toubib est dans notre société actuelle tout sauf celle là .... et si elle existe encore, elle ne concerne plus que certain. La plus belle maison dans les bourg de campagne n'est plus celle du toubib depuis bien longtemps .... Nous sommes relégué au rang de pion (cf les débats sur la liberté d'installation), à peine considérés mieux que les services d'un macdo ... Et certes, il y a des connards, mais avec ces objectifs là, ils se sont clairement trompés de voie ...

B.
EditerSupprimerTop
DocteurFarny
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 80
Enregistré : 20/07/2007
Posté le 07/03/2009 à 17:25 notnew
Complètement d'accord avec toi Bertrand, j'ai du mal à comprendre comment on peut dire qu'il n'y a aucun intérêt à apprendre la médecine. Personnellement, depuis que je suis ado je suis attiré par la chirurgie et je dois dire que les séances de dissection m'ont énormément plû. D'ailleurs avec des amis nous avons déjà pour projets de faire un master d'anat à partir de l'année prochaine parce que ça nous passionne, et que nous voulons retourner au labo d'anat. Moi j'adore apprendre à lire une IRM, un bilan, chercher à comprendre ce qu'a un malade... Pourquoi on pourrait aimer la bio et pas ça??
Top
Hurrycane13
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 85
Enregistré : 13/03/2007
Posté le 08/03/2009 à 17:53 notnew
Je suis tout à fait d'accord avec ce qui vient d'être dit. A mon humble avis, il s'agit d'un imposteur. En fait, j'espère pour lui car dire autant d'absurdités, de lieux communs en une seule intervention...

C'est la raison pour laquelle je souhaitais en savoir un peu plus sur son parcours. Mais pas de réponse...
_____
"Il n'y a pas de précurseurs, il n'y a que des retardataires."
J.Cocteau
Top
kevin42
Nain-terne

Messages : 107
Enregistré : 22/09/2007
Posté le 08/03/2009 à 23:32 puis édité 1 fois notnew
http://forums.remede.org/la_profession_d_infirmier/sujet_47661.ht...

Ca permet d'en savoir un peu plus sur les deboires et les idées assez originales de ce jeune homme...
_____
D3 med
Top
Hurrycane13
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 85
Enregistré : 13/03/2007
Posté le 09/03/2009 à 13:00 notnew
Ok je comprend mieux... Et bien, j'espère ne jamais avoir à collaborer avec lui si un jour il devient infirmier. Etre aussi désabusé à 26 ans...
_____
"Il n'y a pas de précurseurs, il n'y a que des retardataires."
J.Cocteau
Top
Sommeil paradoxal
Externoïde

Messages : 49
Enregistré : 03/12/2006
Posté le 11/03/2009 à 22:47 puis édité 2 fois notnew
Tout d'abord, excusez-moi pour le retard de réponse mais j'ai eu des pbs avec ma connexion internet qui est vraiment pourrie.
Détrompez-vous, je ne suis pas un imposteur, je suis externe en 4è année à Paris, en cours de réorientation.
Que vous trouviez de l'intérêt aux études médicales, c'est bien pour vous, j'en ai trouvé aussi parfois mais vous ne pouvez nier que ce sont des études qui ne font pas vraiment appel à la réflexion, qui consistent en l'accumulation sèche de connaissances techniques. Les épreuves d'examen des trois premières années sont d'ailleurs des questions de cours, ce qui dans les autres disciplines par exemple est considéré comme le plus simple, débile, facile. La difficulté des études médicales consistent simplement en la QUANTITE de données à mémoriser. Le but étant de résoudre des problèmes techniques. Pas de réflexion, pas d'interrogation, pas de critique vis à vis du savoir dispensé. Et la préparation du concours de l'internat renforce encore plus un tel rapport docile au savoir. Maintenant, que vous puissiez jouir à vous plonger dans cette technique et à résoudre ce genre de petits problèmes, tant mieux, mais cela en dit long sur la qualité de vos goûts. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si la grande majorité des étudiants déteste ce qu'elle apprend, sauf un ou deux petits domaines qu'elle a fini par apprendre à aimer.

Concernant l'objet d'étude, le vivant humain, les processus pathologiques, etc, Bertrand B. dit qu'il n'y a rien de plus important que ça sur Terre, oh non loin de là. Le seul intérêt que cela présente, c'est un intérêt utilitaire, améliorer le soin des gens et à ce sujet, la démarche réductionniste qui consiste à ne voir que de la matière vivante et à oublier la personne du patient et le contexte social, historique, culturel dans lequel il vit est une impasse. C'est important de poursuivre la recherche sur la matière mais loin d'être suffisant. Les gens le sentent bien et c'est pourquoi ils vont autant goûter aux médecines parallèles. De plus, ce n'est pas avec des mécanismes physiopathologiques que vous expliquerez la différence d'espèrence de vie entre le nord de la France et le sud, ou entre un exécutant et un cadre.
Mais tout ça, c'est par rapport à cet objectif purement utilitaire de soigner les gens. Non, s'il y a un bien une constellation de problèmes qui sont au-dessus de TOUS les autres en importance, ceux sont les problèmes des sciences sociales et notamment les problèmes politiques. Car c'est bien joli de soigner les gens, mais c'est rien en comparaison des souffrances de l'humanité. A quoi bon s'investir corps et âme dans la lutte contre le cancer et Alzheimer (maladies de vieillards) alors qu'un enfant meurt de FAIM toutes les 6 secondes ? Il y a des problèmes bien plus importants dont les causes sont essentiellement politiques (tous les pbs humanitaires ont pour origine un rapport de domination). Partant de là, les sciences sociales du fait de leur tentative d'éclairer la compréhension des sociétés ont une importance bien plus grande que les pauvres études dérisoires sur la cellule et l'embryon. Enfin, je dirais qu'une véritable âme de soignant est naturellement conduit à réfléchir à la politique et partant aux sociétés (sociologie, économie, sciences po, géographie, histoire, etc).

Concernant la position sociale des médecins. Il ne s'agit certes pas de la grande bourgeoisie d'affaires mais les médecins sont haut placés dans la hiérarchie sociale que ce soit en termes de capital culturel (réussite de leurs enfants dans l'institution scolaire), de capital économique (un radiologue dans le privé gagne en moyenne 15 OOO euros net par mois ; un médecin généraliste secteur I fait déjà du 30-40 euros net de l'heure ; enfin on arrive à des chiffres hallucinants) et de capital social (réseau social, compagnonnage...). Ce n'est pas un hasard si 25% des députés sont des médecins formant un bastion traditionnel de l'UMP.
Exemple entre mille de leur puissance relative : Bachelot l'année dernière a voulu limiter la liberté d'installation des médecins ET des infirmiers libéraux. Mobilisation dans les deux camps, la loi sur les médecins n'est pas passé, mais elle est passé sur les infirmiers. Les médecins forment un corps social (ayant une hiérarchie interne comme le signale B. B.) puissant.
_____

"Il en est beaucoup qui meurent trop tard, et quelques-uns trop tôt. Le précepte qui dit : "Meurs à temps", nous est encore étranger.

Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, Première partie, De la mort volontaire
Top
kevin42
Nain-terne

Messages : 107
Enregistré : 22/09/2007
Posté le 11/03/2009 à 23:52 notnew
Et ben t'en racontes des c...
_____
D3 med
Top
DocteurFarny
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 80
Enregistré : 20/07/2007
Posté le 12/03/2009 à 10:17 notnew
Que de démagogie!! Pourquoi tu n'utilises pas ton intelligence tellement supérieure pour finir médecine et profiter de la très haute position sociale des médecins afin de changer les choses? Il est toujours très facile de critiquer les actions que d'autres mènent mais plus difficile d'agir soi-même.

Concernant l'étude de la médecine, oui il faut ingurgiter des connaissances par coeur, c'est inévitable. Si on prescrit un médicament sans connaître ses contre-indications, on risque de faire des conneries. Si on ne connaît pas les signes d'une insuffisance rénale chronique, on ne pourra pas la diagnostiquer. Il y a toujours une partie "corvée" dans un boulot quel qu'il soit. Il faudrait grandir un peu sommeil paradoxal, c'est pas tout rose la vie!!
Top
Aller en haut • 18 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
IPrépha : la prépa au concours d'internat en pharmacie
Librairie Médicale Iprépha fonctionne sur le mode de concours blancs mensuels qui vous sont proposés ici d'avril à novembre.
Découvrir la prépa
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter