logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Repartir de zéro à 31 ans.

Aller en bas • 74 réponses • 4 pages • 1 2 3 4
Xavier05
Jeune Carabin

Messages : 17
Enregistré : 08/01/2013
Posté le 09/01/2013 à 13:14 notnew
Bonjour à toutes et à tous.

Il est des périodes de la vie où les doutes et les questions prennent le pas sur les certitudes acquises, des périodes où tout n'est plus aussi clair et limpide.

J'aurai 31 ans cette année. J'ai un travail intéressant, un niveau de vie très correct et une vie de famille qui me comble. Mon bonhomme de 20 mois grandit et s'éveille à une vitesse phénoménale et nous espérons qu'il aura bientôt un petit frère ou une petite soeur.
Je suis ingénieur mécanicien de formation, chef de projets dans une petite boîte. Le job me plaît: technique, contact avec les gens, responsabilités...tous les jours j'apprends de nouvelles choses et j'en éprouve le besoin.
Ingénieur, je le suis devenu non par vocation mais par circonstances: la technologie me plaisait, et je l'ai choisie comme option au bac S. Au collège, l'idée de devenir médecin comme papa me plaisait bien...j'avais même pris l'option latin en pensant que cela m'aiderait pour la suite. En fait mes deux années de Latin en quatrième puis en troisième ont été un calvaire! Mais arrivé au lycée, n'étant pas particulièrement bosseur, mes résultats ont baissé. Parents comme professeurs s'accordaient tous à dire qu'un IUT ou une école seraient un cadre bien plus propice à ma réussite qu'un cursus en faculté. Avec le recul je les remercie car je peux dire qu'ils avaient raison.  J'ai donc été admis ras les pâquerettes en ecole d'ingénieur prépa intégrée. Après une première année sur le fil et une seconde année redoublée, un déclic dans ma manière de travailler s'est produit et je n'ai cessé d'améliorer mes résultats. J'ai terminé mes études avec un double diplôme passé en parallèle, ingénieur et Master recherche en mécanique.

J'en suis aujourd'hui à ma troisième entreprise. Plus j'avance dans ma carrière professionnelle et moins je vois où elle peut me conduire. L'industrie est gangrenée...chaque année des pans entiers s'effondrent. A 31 ans, j'ai déjà connu deux plans sociaux. Je suis jeune, motivé et bosseur, je sais me vendre et de ces obstacles j'ai finalement pu tirer profit. Mais qu'en sera-t-il quand j'aurai 40 ans? 50 ans? cette perspective m'inquiète. J'ai chaque jour qui passe un peu plus la conviction que je ne ferai pas carrière dans l'industrie. Je ne partage pas la logique et les valeurs de ces personnes qui dirigent des employés comme on gère des comptes en banque.  J'ai une profonde volonté: celle de devenir d'une manière ou d'une autre mon propre patron. Je suis prêt à faire les sacrifices et à me donner les moyens qu'il faudra. Monter une entreprise? J'y songe...mais il me manque un élément capital: l'idée. Je suis prêt à faire des sacrifices mais je ne suis pas suicidaire.

Cette  passerelle D1 je ne la connais que depuis quelques mois. Lorsque l'on m'en a parlé la première fois, l'idée m'a traversé l'esprit. Puis je l'ai chassée...pas raisonnable. Puis elle est revenue, repartie...à chaque fois elle se fait de plus en plus tenace.
Si je devais  revenir 14 ans en arrière, ce serait certainement pour m'inscrire en fac de médecine. Mon père est médecin. J'ai grandi dans ce milieu. Je sais ce que cela implique en termes de travail et de responsabilité. Je sais également ce que cela apporte. Il est inenvisageable pour moi de me couper des gens dans mon activité professionnelle, j'ai besoin de ce contact. Je pense savoir écouter les autres et je pense pouvoir leur parler. Je pense pouvoir me sentir plus utile dans ce métier que dans celui que j'exerce actuellement. Occulter les aspects liés à la pérennité de la profession et le niveau de vie serait mettre de côté une bonne partie de ce que pourraient être mes autres sources de motivation.
Prendre cette décision si elle m'était offerte serait une décision importante et lourde. Non seulement parce qu'elle pourrait changer ma vie mais surtout elle impliquerait mes proches et l'échec est inenvisageable. Je ne dois pas me tromper.

Présenter cette réflexion ici était un premier pas. J'avais besoin de partager ce vécu et ces éléments avec d'autres personnes qui ont pu avoir le même questionnement.

J'ai bien parcouru ce forum. ..la majorité des ingénieurs qui ont sollicité et obtenu la passerelle ont des spécialités en agronomie ou biologie ou chimie. Mon profil d'ingénieur mécanicien (agréé CTI) réduit-il à néant mes chances?

Je vous remercie d'avance pour votre aide et vos réponses
Top
Monaco
Ministre de la Santé

Messages : 1091
Enregistré : 09/05/2005
Posté le 09/01/2013 à 13:27 notnew
Déjà, 31 ans c'est encore très jeune.
Le gros soucis/écueil va être le financement. Ne compte pas sur ton "salaire" pendant l'externat pour te nourrir ..
Comment gérer ? Ressources perso/compagne/parents ?


Pour le reste .. fonce, tente ta chance au moins, te dire que ton profil est parfait pour la passerelle est mentir, mais bon c'est à toi d'essayer.
_____
Chirurgien-Dentiste depuis 2012
New-York University Orthodontic program 2014
Top
Xavier05
Jeune Carabin

Messages : 17
Enregistré : 08/01/2013
Posté le 09/01/2013 à 15:00 notnew
Merci pour avoir pris le temps de me lire. Le financement est évidemment une des clés. J'ai commencé à glaner des informations sur ce forum. Je peux déjà compter sur quelques économies, et une aide de mes parents certaine. Enfin avec son salaire de prof des écoles ma copine assure un revenu minimal permanent. Je peux alléger mon crédit sur 12 ans en le révisant sur 20 ans.Bref le financement mérite d'être clarifié et bétonné mais il ne m'inquiète pas trop.

Ce qui me fait poser des questions est quand même la nature même de la décision! Il ne sera pas possible de faire marche arrière...

Je crois que je dois mûrir cela...c'est un changement de vie, et je ne peux pas non plus me dire "trop bien je vais faire toubib" du jour au lendemain!!

Après tenter la sélection est une autre chose mais je suis conscient que mes chances sont infinitésimales...peut être que les réponses viendront d'elles mêmes...je suis pris et cela devient concret ou je suis recalé et il n'y aura aucun regret.
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 09/01/2013 à 18:55 notnew
Sur le plan de l'épanouissement personnel je pense que ton projet tient la route, mais sur le plan financier ça va être très dur quand même. Tu ne vas rien gagner pendant 4 ans (externat) et tu vas gagner le SMIC les 5 années suivantes. Tu vas ensuite arriver diplômé la quarantaine passée, et il va falloir que tu t'endettes de nouveau pour devenir libéral et que tu te formes une patiente (un médecin ne commence pas à bien gagner sa vie directement après son diplôme, mais plus tard).

Bref, sur le plan financier, tu seras forcément perdant à reprendre des études plutôt qu'à continuer dans ta voie actuelle. Il faut voir après si ta vocation pour la médecine surpasse ou non cette perte financière.
Top
Xavier05
Jeune Carabin

Messages : 17
Enregistré : 08/01/2013
Posté le 09/01/2013 à 20:51 notnew
Bonsoir,

Le financement de surcroît dans mon cas avec charge de famille est ultra important. C'est clair.

Je commence mes recherches mais déjà la rupture conventionnelle est une option, elle ouvre droit aux indemnités de chômage. Je peux collecter environ 80000 euros d'économies pour aller au delà des 2 ans d'ARE et faire le joint avec le troisième cycle avant de retrouver une rémunération minimale. Il est certain que cela remettrait en cause mon train de vie même si celui-ci n'est pas excessif.

Exercer en milieu rural pour limiter l'inertie au démarrage de l'activité, j'y ai pensé aussi...certainement plus facile que de débuter dans une ville à 200hab/médecin...
Top
Xavier05
Jeune Carabin

Messages : 17
Enregistré : 08/01/2013
Posté le 10/01/2013 à 13:21 notnew
On ne peut pas vraiment dire que mon projet repose sur une vocation réelle...en fait le métier de médecin m'a toujours attiré c'est vrai. Si je devais revenir 14 ans en arrière, je m'orienterais vers des études de médecine c'est certain. Mais non pas parce que j'ai toujours voulu être médecin, mais parce que je sais que cela me plairait et que je ne poserais pas ce genre de questionnement aujourd'hui!!

Est ce que cela vous choque? Je veux dire faut il avoir une vocation de toujours pour lancer ce genre de projet ou bien peut on faire ce choix en terme d'orientation professionnelle comme je l'entends dans mon cas?

Je précise là que je parle de vocation et non de motivation. J'aimerais votre avis extérieur et concerné. ..
Top
Zalaar
Nain-terne

Messages : 128
Enregistré : 04/08/2010
Posté le 10/01/2013 à 14:00 notnew
Salut !

J'étais ds la même situation il y a 3 ans maintenant ! enfin, j'avais quelques années de moins (25 ans) et pas d'enfant, mais le même genre de difficulté à imaginer mon avenir dans le salariat.

Si tu n'as pas de vocation profonde pour la médecine, peut être peux tu envisager la dentisterie ? c'est moins long, ça paye tout aussi bien, et le champ d'action, qui est certes bien moins vaste que celui de la médecine, offre des possibilités thérapeutiques très variées, c'est une profession où l'ennuie n'existe pas.

Tu peux alors envisager d'amortir le manque à gagner des années de salaires perdus plus rapidement, tu serais ton propre patron et tu mènes ta barque comme tu l'entends.

Je sais pas si je suis bien dans le sujet, mais vu ton histoire ça peut être une alternative intéressante !
Top
Xavier05
Jeune Carabin

Messages : 17
Enregistré : 08/01/2013
Posté le 10/01/2013 à 18:54 notnew
Effectivement c’est une bonne suggestion…et puis je pourrais y trouver plus de cohérence avec mon expérience « voilà madame, je vous ai posé une dent en acier, soudée au TIG, avec une nitruration ionique. J’ai fixé l’ensemble avec un boulon M16. N’oubliez pas de graisser tous les 1500 kilomètres !! » smilies

Ta remarque est pertinente…il est vrai que la médecine généraliste a un aspect social qui m’attire énormément et que l’on retrouve moins dans la dentisterie. Cela dit, c’est peut-être plus un choix de raison.

La passerelle reste-t-elle la même pour l’odontologie, ou bien est-elle soumise à des quotas particuliers ? C’est probablement une spécialité plus convoitée du fait de sa durée moindre et donc plus difficile à obtenir…non ?

Cela dit et dans mon cas, c’est peut-être plus jouable à défendre devant un jury.

Tout cela tourne dans ma tête…les nuits sont longues…très
Top
Elizabeth
Jeune Carabine

Messages : 28
Enregistré : 01/05/2012
Posté le 10/01/2013 à 19:36 puis édité 1 fois notnew
Bonjour Xavier,

Voilà quelques jours que je suis le fil de la discussion et je prends le temps de te répondre.

Je suis dans le même cas que toi: bientôt 27 bougies, je suis psy, et j'ai toujours voulu être médecin mais mes parents eux même médecins m'ont découragée et me l'ont déconseillé lors de mon orientation: ils ont sacrifié leur vie personnelle pour la médecine et ils ne voulaient pas de ça pour moi, ils voulaient que j'ai une vie de famille, que je finisse à 17h et que j'aille chercher mes enfants à l'école...

Alors, je suis bien dans mon métier, je pense avoir des compétences certaines. Mais cela fait déjà 3 ans que cela devient une obsession: je suis passée à côté de ma voie, ça j'en suis sûre.

Alors oui je veux une vie de famille, des enfants et tout et tout, et franchement si je commence mes études en P1 à 27 ou 28 ans, je retoucherai un salaire à ... 35 ans. Un gosse à 35 ans en début de carrière, je vais le caser où? Je viens d'acheter notre première maison avec mon conjoint qui demande des travaux, comment faire face ?Comment mettre de côté notre confort, notre équilibre pour un rêve qui impacterai toute ma vie, mon conjoint (dont je ne veux pas dépendre), ma famille (qui ne peut pas m'aider financièrement)?

Jusqu'à hier, franchement, je m'en foutais un peu de tout ça, car je sais que je suis passée à côté de quelque chose de primordial dans ma vie. Mais plus j'avance plus la réalité se fait pesante.

Je me suis présentée à la passerelle P2 l'an passé mais elle m'a été refusée. Aucun moyen de financement/aide financière. En P2 je pourrais bosser une journée par semaine mais en P1 impossible. Alors cette année j'essaie de mettre de l'argent de côté... Mais pas sûre que cela suffise !

Bref je raconte ma vie, mais j'avoue que cela me fait du bien de partager ma pensée, mes doutes car mes nuits aussi longues smilies

Tout ça pour dire, que tu peux demander la passerelle D1, qui n'est pas toujours accordée, alors fonces. Et vois en fonction du résultat. Si tu es pris et que tu choisis dentaire, tu pourras t'en sortir !! smilies Si ta vocation ne va pas uniquement vers la médecine, c'est peut être un bon compromis!

Et si tu ne l'as pas, tout reprendre en P1 fera peut être pencher la balance autrement...

Alors, vas-y, tente smilies

Bonne soirée
Top
Zalaar
Nain-terne

Messages : 128
Enregistré : 04/08/2010
Posté le 10/01/2013 à 19:41 notnew
Détrompe toi sur le rôle social du dentiste, il est bien plus important qu'il n'y parait ! La prévention et l'éducation (n'ayons pas peur des mots) auprès des patients et un travail de tous les jours !

Quand tu vois arriver un patient de 23 ans avec une bouche dans le même état qu'un papi qui aurait perdu sa brosse à dent (ça existe)... il faut prendre le temps de lui expliquer pourquoi une bonne hygiène est importante, pour sa sociabilité comme pour son porte monnaie d'ailleurs ! (oui parce que c'est le même genre de patient qui va crier au voleur quand tu n'auras plus beaucoup d'options thérapeutiques à lui proposer, et que celles qui restent sont (bien) plus chères qu'un amalgame...)

Finalement ds le quotidien, j'ai l'impression que le rôle social d'un dentiste et d'un généraliste est assez similaire (première ligne oblige) dans la manière de faire (prévention/éducation) et très complémentaire ds le champ des compétences. J'ai l'impression de faire de la publicité, mais je ne veux pas passer pour le dentiste frustré de médecine, ce n'est absolument pas le cas, j'ai d'ailleurs eu le choix entre les deux. Je trouve simplement qu'à bien y regarder ces 2 jobs ont pas mal de points communs avec le petit plus "technique" en dentaire et le petit plus "savoir médical global" pour le médecin.

bref, je pourrais en parler des heures, mais là n'est pas le sujet !

Pour la passerelle dentaire, je sais qu'elle existe pour l'entrée en P2 mais pour D1 je ne sais pas. Et à ce sujet, je crains d'être très pessimiste pour en avoir fait les frais moi-même (je te raconte pas le faux espoir !) et si vraiment tu veux te lancer dans un projet comme celui là, il faut que tu envisages de tout refaire depuis la première et que tu considères la passerelle comme un plus si tu l'as... mais c'est tellement aléatoire !
Top
Xavier05
Jeune Carabin

Messages : 17
Enregistré : 08/01/2013
Posté le 10/01/2013 à 21:00 notnew
Elizabeth:

Je comprends tout à fait ton désir d'exposer ton vécu et de parler de ton expérience car j'éprouve le même besoin de parler. Peut-être que c'est tout simplement pour m'assurer que tout cela est bien raisonnable!!

J'ai l'impression d'être en face d'une immense montagne, je ne suis pas alpiniste et pourtant je m'y attaquerais bien...

Zalaar:

Je n'ai pas l'impression non plus que cette passerelle dentaire existe en D1. Cependant elle existe en P2 et il semblerait que je puisse aussi y postuler. 5 années contre 7, cela fait quand même un écart et ça peut changer pas mal de chose pour le financement.

Tu sembles être pessimiste pour cette passerelle. Pourquoi?


Sinon où peut on trouver la liste des postes ouverts par faculté? Notamment celle de Saint Étienne.
Top
ouille
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 192
Enregistré : 01/05/2012
Posté le 10/01/2013 à 21:19 notnew
Je n'ai pas l'impression non plus que cette passerelle dentaire existe en D1. Cependant elle existe en P2 et il semblerait que je puisse aussi y postuler. 5 années contre 7, cela fait quand même un écart et ça peut changer pas mal de chose pour le financement.

Il s'agit des mêmes arrêtés pour chacune des filières, si tu es titulaire d'un diplome d'ing ou d'un doctorat tu peux donc postuler en D1 pour dentaire (ou médecine, ou SF ou pharma) ; Si DESS/DEA/Master c'est passerelle P2.
Par contre il y a moins de places ouvertes en dentaire que pour médecine bien sur...
Il me semble que le nb de place était paru via un arrêté l'an passé mais je ne sais plus vers quelle date.. je vais essayer de retrouver...
;-)
_____
Il y aura encore 2, 3 arêtes, des autos tamponneuses dans ta tête
des épines, des ronces et des orties, Il y aura encore un peu la vie
Passerelle ESF 1 2012 :-))
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 11/01/2013 à 01:37 notnew
Effectivement c’est une bonne suggestion…et puis je pourrais y trouver plus de cohérence avec mon expérience « voilà madame, je vous ai posé une dent en acier, soudée au TIG, avec une nitruration ionique. J’ai fixé l’ensemble avec un boulon M16. N’oubliez pas de graisser tous les 1500 kilomètres !! » smilies

Ta remarque est pertinente…il est vrai que la médecine généraliste a un aspect social qui m’attire énormément et que l’on retrouve moins dans la dentisterie. Cela dit, c’est peut-être plus un choix de raison.

La passerelle reste-t-elle la même pour l’odontologie, ou bien est-elle soumise à des quotas particuliers ? C’est probablement une spécialité plus convoitée du fait de sa durée moindre et donc plus difficile à obtenir…non ?

Cela dit et dans mon cas, c’est peut-être plus jouable à défendre devant un jury.

Tout cela tourne dans ma tête…les nuits sont longues…très

Tu peux postuler à la passerelle D1 dentaire sans problèmes. Le nombre de candidats pour chaque filière D1 est globalement proportionnel au nombre de places : C'est en médecine qu'il y a le plus de candidats (et de loin), ensuite pharmacie, puis dentaire et enfin sage-femme.

Moi je ne suis pas d'accord avec Zalaar, le métier de dentiste (que j'exerce) se rapproche beaucoup plus d'une spécialité chirurgicale que du métier de médecin généraliste.

Dentiste c'est investir dans un plateau technique couteux qui ne vaut plus rien 10 ans plus tard, c'est du stress pendant les actes, ça fait souffrir colonne vertébrale et oreilles du praticien, c'est un risque d'infections... mais à coté de ça c'est le plaisir de travailler avec ses mains, de produire quelque chose.

Tout dépend ce que tu cherches :
Un véritable soignant (le médecin généraliste).
De la chirurgie (spé chirurgicales et dentiste).
Un métier avec raisonnement intellectuel scientifique sans actes sur le patient (le pharmacien).
Le confort d'une spé médicale non chirurgicale (dermato, etc...).
Des spé médico-techiniques (biologiste, radiologue).

Bref tous les métiers sus-cités sont passionnants, demandent un bagage scientifique de haut niveau, et sont des postes à responsabilité. Avec tous une dimension sociale puisque relation avec des malades. Mais ce sont des métiers quand même très différents, et le quotidien d'un dentiste est très différent de celui d'un généraliste, d'un radiologue, d'un pharmacien, ou d'un dermato. Donc bien réfléchir à ce qui te correspond le mieux avant de te lancer.
Top
Monaco
Ministre de la Santé

Messages : 1091
Enregistré : 09/05/2005
Posté le 11/01/2013 à 12:02 notnew
Moi même chirurgien-dentiste, en effet le métier s'apparente plus à une spé chir qu'à de la médecine de ville.
Sinon c'est je pense un très bon compromis longueur/cout/qualité de vie future.

Et en effet la passerelle D1 existe en dentaire. (De plus ton parcours peut jouer pour dentaire, en liaison avec les biomatériaux par exemple.)
_____
Chirurgien-Dentiste depuis 2012
New-York University Orthodontic program 2014
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 11/01/2013 à 12:48 notnew
Moi même chirurgien-dentiste, en effet le métier s'apparente plus à une spé chir qu'à de la médecine de ville.
Sinon c'est je pense un très bon compromis longueur/cout/qualité de vie future.

Et en effet la passerelle D1 existe en dentaire. (De plus ton parcours peut jouer pour dentaire, en liaison avec les biomatériaux par exemple.)

D'accord quand tu te lances en dentaire après le lycée. Mais quand tu as 31 ans, cadre avec un bon poste, reprendre des études et repartir de zéro, t'es forcément perdant sur le plan financier.
Top
Monaco
Ministre de la Santé

Messages : 1091
Enregistré : 09/05/2005
Posté le 11/01/2013 à 12:56 puis édité 1 fois notnew
J'ai parlé de compromis (par rapport à médecine), pas de bon plan financier smilies
Si t'es déjà dans la vie active, reprendre des études, t'es perdant car tu n'es pas payé. La seule solution, des économies ou une aide quelconque (parents/compagne/autre)
_____
Chirurgien-Dentiste depuis 2012
New-York University Orthodontic program 2014
Top
Yoda300
Chef des sévices

Messages : 435
Enregistré : 20/09/2004
Posté le 11/01/2013 à 17:59 notnew
Bah ! Largue ta femme et abandonne tes enfants. Tu verras, tu me remercieras après smilies .

Bon, plus sérieusement, tu part pour 4 ans "seulement", et pas 6 comme un cursus normal ou paramédical. Cela simplifie déjà le financement. Après la petite famille devra faire des sacrifices, c'est sur, mais bon est-ce un mal ? Les enfants ont ils vraiment besoin d'être formatés pour la société de consommation en obtenant la console dernier cri à chaque noël ? Et puis les vacances dans un camping de la France profonde, ça a du charme.

Tant qu'à lui proposer de faire dentiste, non mais sans déconner les mecs smilies ...
_____
L'homme n'est pas fait pour travailler, la preuve c'est que cela le fatigue. (Voltaire)
A quoi bon apprendre ce qui est dans les livres, puisque ça y est ? (Sacha Guitry)
La forme même des pyramides d'Egypte montre que déjà les ouvriers avaient tendance à en faire de moins en moins (Will Cuppy).
Top
turbineur
Doyen

Messages : 585
Enregistré : 01/01/2012
Posté le 11/01/2013 à 20:00 notnew

Tant qu'à lui proposer de faire dentiste, non mais sans déconner les mecs smilies ...

Un peu de racolage, ça fait pas de mal smilies.
Plus sérieusement, Monaco a raison, sur le plan des finances, la perte sèche serait surement moins élevée en dentaire (car pas d'internat) mais entre les 4 ans d'études + le début d'activité, ça va lui faire un paquet de mois de salaire de perdus.
Il faut l'accepter et anticiper avant de foncer.
Top
Xavier05
Jeune Carabin

Messages : 17
Enregistré : 08/01/2013
Posté le 11/01/2013 à 20:08 puis édité 1 fois notnew
À l'aéroport un Vendredi soir...Un des aspects de mon job!

Pas d'odontologie a Saint Etienne...il faut aller sur Lyon...ce sera beaucoup moins facile!

Terminer Cadre sup dans une grosse boîte ne m'enchante guère. En évoluant de mon poste vers des responsabilités supérieures,dans une bonne boutique, je terminerai a 4000 euros, peut être 5000.Sans compter que si je devais perdre mon job entre 50 et 65 ans, bonjour le reclassement!Monter ma boîte?Cela me coûtera aussi économies,sacrifices et peut être une certaine période sans salaire.

Au final pas certain que je perde plus à repartir de zéro...
Top
Such
Mme la Ministre de la Santé

Messages : 1213
Enregistré : 19/04/2012

certification
Vie réelle
Blandine Rivette
Pays : France
Domaine : Médecine
Niveau : 6e année médecine
Fac : PARIS VI Pierre et Marie CURIE
Posté le 11/01/2013 à 21:00 notnew
Un peu de racolage, ça fait pas de mal smilies.
smilies
_____
Passerelle DFGSM2 2013
DFASM1.
Externe de l'AP-HP.
Top
piiiou
Sexternoïde

Messages : 49
Enregistré : 21/06/2012
Posté le 12/01/2013 à 01:18 notnew
à savoir aussi qu'en dentaire, je crois pas me faire d'idée fausse en te disant que la salariat est quasi inexistant, donc une fois ton diplôme en poche, il te faudra t'installer en libéral avec tous les inconvénients posés par un début d'activité (investissement, emprunts, rentabilité non immédiate...etc). Ce qui généralement paye bien sur le long terme mais demande quelques sacrifices si ça fait déjà 4 ans que tu ne "rapporte" rien à la maison.
Il ya peut être des alternatives, les spécialistes du sujets sauront mieux en parler que moi, mais pour ma part c'est le genre de choses qui me fait réfléchir.
_____
Reprise d'étude PACES 2012/2013

constat: Tout ce que je sais c'est que je ne sais rien.
Top
Aller en haut • 74 réponses • 4 pages • 1 2 3 4
livreslivrescontactspublicationstwitter