logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Ne pas se planter 2 fois...

Aller en bas • 4 réponses
Dorabella
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 51
Enregistré : 03/03/2017
Posté le 01/04/2017 à 15:19 notnew
Bonjour à tous,

Je me permets de me tourner vers vous car j'avoue que je ne sais pas trop vers qui me tourner et poser mes questions pourraves!

Je suis enseignante (depuis trop longtemps) et je sens que je me suis plantée d'orientation, j'envisage donc d'en changer. Médecine ou maïeutique m'attire beaucoup mais j'ai peur de me tromper d'orientation (et peur de me planter tout court aussi).

Ce qui me fait le plus peur, c'est avant tout la pression psychologique. Pensez-vous qu'il faille être infaillible?

Le deuxième point concerne la maïeutique. Je sais que c'est un domaine ultra féminin (98°/°!) et je suis actuellement dans un milieu ultra-féminin (enseignante dans le primaire) et c'est une des raisons qui font que je n'en peux plus. Y a-t-il des échanges entre sages-femmes et médecins? La profession est certes féminine mais avez-vous l'impression de fonctionner en circuit fermé ou bien y a t-il un échange en dehors, avec d'autres professionnels?

Merci par avance pour ceux qui me répondront
Top
Melaaaniiie
Désagrégée de médecine

Messages : 282
Enregistré : 14/01/2016
Posté le 01/04/2017 à 15:53 notnew
Coucou smilies

Je ne suis qu'en deuxième année de médecine, mais je vais quand même t'apporter un début de réponse et peut-être que d'autres personnes viendront la compléter.

La pression psychologique en médecine :
On va pas se mentir, elle est là, surtout en PACES et pendant l'externat. Pendant ces années là, tu prépares un concours extrêmement important qui sera déterminant pour ta vie future donc oui la pression est là. Pendant l'externat, selon les services dans lesquels tu tombes, tu peux être soumise à une lourde pression de la part des patients (qui sont de plus en plus exigeants), des chefs de service (qui en demandent toujours plus et qui oublient que dernière notre blouse il y a un être humain), de tes co-externes (qui font ami-ami avec toi mais qui rêvent que tu te plantes pour gagner une place supplémentaire aux ECN...). Après bien sûr c'est tres service-dépendant, et cela dépend également de qui tu es entourée. Certains te diront avoir très mal vécu cette période, d'autres un peu moins. Cette pression dépend également de la spécialité médicale que tu vises (et également la ville dans laquelle tu souhaites être interne) : si tu veux être médecin généraliste, il faudra bosser, mais être un petit moins dans la compétition que d'autres qui veulent être cardiologues par exemple.
L'internat, selon la spécialité, peut aussi être une grande source de pression psychologique. J'avais lu sur ce forum meme des tas d'internes ayant ou voulant abonner les études de médecine et faire autre chose car la charge de travail demandée + la pression au quotidien les rendaient complètement malades et malheureux.
Ce sont des années où il faut énormément travailler, ca ne sera pas facile tous les jours. Il est vrai que pour certaines personnes cela se passe mieux que pour d'autres, mais je pense que cela dépend vraiment de ta personnalité mais aussi que c'est difficile de prévoir comment tu vas réagir face à tout ça. Il faut savoir un petit peu se détacher de la médecine, garder du temps pour soi, mais cela n'a pas l'air chose facile.
Le métier de médecin en lui-même n'est pas un métier de tout repos, on est constamment soumis aux contraintes budgétaires, aux demandes des patients de plus en plus exigeants etc... Mais pour moi, cela reste quand même le plus beau métier du monde !

Le métier de sage-femme :
Je n'ai jamais fait d'études de sage-femme, mais oui c'est vrai que c'est plutôt un domaine féminin, et tous tes patients seront... des patientes ! smilies
En ce moment je suis en stage en gynécologie obstétrique et ce que je peux te dire c'est que certaine fois j'ai eu du mal à différencier les sages-femmes des médecins obstétriciens. Ils travaillent énormément ensemble, ils font tout ensemble, s'occupent des mêmes patientes, se demandent leurs avis mutuels... c'est vraiment une belle coordination (du moins de ce que j'en ai vu dans le service où je suis).
La sage-femme s'occupe en fait de la grossesse normale, et l'obstétricien de la grossesse disons plus pathologique (bien que apte à s'occuper des grossesses normales aussi mais à l'hôpital ce sont généralement les sage-femmes qui s'en occupent). De ce que j'en ai vu, le métier de sage-femme est vraiment un très beau métier, qui demandent de grandes compétences et une grande qualité d'écoute car on reçoit souvent des patientes en état de stresse, il faut savoir les rassurer pour pouvoir les examiner correctement.
J'ai également vu un maieuticien qui avait l'air très content de son travail smilies

Après ce sont deux métiers que j'ai pu voir en CHU, en libéral je ne sais pas trop ce que cela donne.

Voila j'espère t'avoir un petit peu éclairé smilies
_____
Ancienne étudiante en Pharmacie (3ème année)
2015/2016 : Passerelle P2 Médecine 2016 à Marseille
2016/2017 : P2 médecine
2017/2018 : D1 médecine
2018/2019 : D2 médecine
http://drmely.com
Top
Parolier974
Ministre de la Santé

Messages : 701
Enregistré : 06/01/2017
Posté le 02/04/2017 à 10:53 notnew
Bonjour
Je ne répondrai pas à la partie études de médecine car je ne suis pas encore étudiant en médecine.
Mais tu es déjà solide mentalement pour moi, car tu es enseignante ! Il faut être endurant mentalement pour rester longtemps dans ce métier.
J'en sais quelque chose, j'y suis et quoiqu'il arrive, je n'y serai plus en septembre.smilies



Bonjour à tous,

Je me permets de me tourner vers vous car j'avoue que je ne sais pas trop vers qui me tourner et poser mes questions pourraves!

Je suis enseignante (depuis trop longtemps) et je sens que je me suis plantée d'orientation, j'envisage donc d'en changer. Médecine ou maïeutique m'attire beaucoup mais j'ai peur de me tromper d'orientation (et peur de me planter tout court aussi).

Ce qui me fait le plus peur, c'est avant tout la pression psychologique. Pensez-vous qu'il faille être infaillible?

Le deuxième point concerne la maïeutique. Je sais que c'est un domaine ultra féminin (98°/°!) et je suis actuellement dans un milieu ultra-féminin (enseignante dans le primaire) et c'est une des raisons qui font que je n'en peux plus. Y a-t-il des échanges entre sages-femmes et médecins? La profession est certes féminine mais avez-vous l'impression de fonctionner en circuit fermé ou bien y a t-il un échange en dehors, avec d'autres professionnels?

Merci par avance pour ceux qui me répondront
_____
Vers une nouvelle vie ?
Pourquoi pas ?
Top
Psilo
Externe (diplomé secrétariat médical)

Messages : 77
Enregistré : 10/01/2011
Posté le 02/04/2017 à 14:32 notnew


Ce qui me fait le plus peur, c'est avant tout la pression psychologique. Pensez-vous qu'il faille être infaillible?

Oui. Sauf si tu t'accordes la possibilité de quelques relâchements et leurs conséquences prévisibles (redoublements, retards...). Peu dramatiques, en elles-mêmes, mais jamais bienvenues quand on reprend sur le tard et qu'on a déjà un certain âge...
Ca, c'est pour l'externat et la pression du boulot. Mais ça ne concerne que ta personne.

Après, pour l'internat, c'est la santé des patients qui est en jeu, donc c'est encore autre chose.

Le deuxième point concerne la maïeutique. Je sais que c'est un domaine ultra féminin (98°/°!) et je suis actuellement dans un milieu ultra-féminin (enseignante dans le primaire) et c'est une des raisons qui font que je n'en peux plus. Y a-t-il des échanges entre sages-femmes et médecins?

Il existe, comme partout, des tensions et des rivalités féminines. Les échanges avec médecins sont assez rares puisque les sages femmes sont parfaitement autonomes en tant que professionnels de santé. Elles sont totalement compétentes pour les suivis physio (voire même patho...) et ne sollicitent les médecins que dans le cadre d'une prise en charge compliquée ou multidisciplinaire. En institution, les échanges se font dans l'articulation de la collaboration des équipes.

Le domaine de la gynéco-obstétrique reste majoritairement chasse gardée des femmes, donc les femmes sont aussi très présentes comme médecins.
Néanmoins, la pratique du libéral se développe de plus en plus et vu le manque de gyn obst, elle tend à se développer.
_____
Interne en psychiatrie - passerelle P2 2011.
Top
Dorabella
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 51
Enregistré : 03/03/2017
Posté le 06/04/2017 à 08:52 notnew
Merci pour vos réponses.
Top
Aller en haut • 4 réponses
Suivez-nous facebook twitter linkedIn
Publicité
Offres d'emploi avec emploimedecin.comEmploi Soignant
Toutes les offres d'emploi
Publicité
Dr Irène Frachon « Le Mediator® est un poison lent pour la pharmacovigilance française » Toutes les interviews
livreslivrescontactspublicationstwitter