logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Réalité du metier de sage femme

Aller en bas • 4 réponses
687mounite687
Jeune Bizute

Messages : 1
Enregistré : 19/01/2021
Posté le 19/01/2021 � 00:44 puis édité 1 fois notnew
Bonjour à tous

Consciente que ce sujet a sûrement dû être traite maintes fois smilies; je refais tout de même un post histoire d'actualiser les retours car je n'ai trouve que des vieilles discussions et je souhaiterais avoir des retourd actuels et fraîs du terrain si possible smilies

En pleine reconversion professionnel je suis en'proie au doute : sage femme ou infirmere ?

Je sais bien que le métier n'est pas le même mais voilà j'ai déjà eu quelques retours d'expérience et le métier de sage femme est souvent décrié en gros : métier passionnant mais épuisant mal reconnu sous payé au regard des responsabilités... On m'a en gros conseille de faire un autre métier mieux payé et moins responsabilisé. (type kiné).

Moi sage femme c'est mon rêve et ça m'embête de faire autre chose par depit...

Je suis maman j'ai 31 ans je ne veux pas.me tromper...mon choix implique ma famille entière.. l'enjeu est donc de taille!

Mais naturellement cela me fait douter alors j'envisage aussi les études d'infirmière avec possibilité de spécialisation historie d'avoir des bagages en plus...

Je suis donc à la recherche de retours d'expérience de sage femme, d'infirmières qui pourrait me conseiller me déconseiller enfin m'apporter un maximum d'information qui pourront m'aider dans mon choix.
Quels sont vos expériences ? Votre avis ?

Je vous remercie pour ceux qui prendront du temps à me répondre, cela me sera précieux 🙂
Top
Leonieren
Bizute (future carrée)

Messages : 5
Enregistré : 27/01/2021
Posté le 01/02/2021 � 11:50 notnew
Bonjour,

Je ne vais pas pouvoir beaucoup vous apporter car je suis exactement dans le même débat intérieur que vous : j'ai 33ans, maman de deux enfants, je compte reprendre mes études en sage femme chez moi en Belgique. J'ai pensé rencontrer des sages femmes en exercice pour avoir un retour de leur part. Je suis actuellement dans un CDI confortable, horaires de bureau, télétravail, absolument non épanouissant et abrutissant mais voilà, le changement risque d'être brutal. Les horaires en sf hospitalière sont épuisants. Néanmoins les retour que j'ai eu de femmes en reconversion sont globalement vraiment positifs..

Dans votre réflexion vous parlez du métier d'infirmière : clairement c'est exactement le même combat au niveau du manque de reconnaissance et des difficultés du métier mais comme vous dites, les débouchés sont nettement plus variés. C'est aussi ce qui me fait vraiment hésiter..

Je ne vous apporte pas grand chose je m'en doute..mais en un sens si vous devez vous reconvertir, autant aller vers ce qui vous fait vibrer plutôt que de vous retrouver dans une filière par dépit. Quel est votre emploi actuel ? Parce que tant qu'à faire alors autant rester en place..
Top
Charlotte-
Sexternoïde

Messages : 43
Enregistré : 21/12/2020
Posté le 01/02/2021 � 19:38 notnew
Bonjour smilies

Moi non plus je ne peux pas répondre à tes questionnements. De mon côté, aucun doute, je vais vers le métier de sage-femme.

Je suis aussi en reconversion et lors de mes recherches, j'étais tombée sur une école en Suisse, à Lausanne, qui propose un Bachelor infirmier en 3 ans puis une passerelle vers un Bachelor de Sage-Femme en 2 ans. Je n'étais pas intéressée alors je n'en sais pas plus, je ne connais même pas les conditions d'accessibilité, mais peut-être qu'en farfouillant par là-bas, il est possible de contacter des personnes ayant exercer les 2 métiers.

Ceci dit, je rejoins le post précédent. Quand on va vers ce qui nous fait vibrer, il n'y a pas de regret et le chemin est toujours plus fluide ! smilies

Je te souhaite une bonne continuation quels que soient tes choix !
_____
Charlotte
Top
magic-melo
Jeune Bizute

Messages : 4
Enregistré : 20/02/2021
Posté le 20/02/2021 � 23:42 notnew
Bonsoir, je me permets de vous répondre car je suis actuellement infirmière puéricultrice et je bosse à l'hôpital. Mon conjoint est aussi infirmier, ainsi que toute notre famille et nos amis. Nous ne connaissons que ça.
Je ne parlerais que d'infirmier mais effectivement, il y a certaines contraintes. On bosse le week end, les jours fériés, noël une année sur 2, ainsi que le jour de l'an. On commence tôt, on finit tard. On sort pas souvent à l'heure. On a aussi beaucoup de responsabilités : administration de traitement, soins techniques, accompagnement... On est face à des situations parfois douloureuses, mais aussi à de l'agressivité, à la précarité.
Je pense souvent à une situation : quand j'étais étudiante en 3eme année, j'étais en stage au bloc, le patient devait être amputé, nous étions 2 étudiants à tenir la jambe qui allait être coupé pour éviter qu'elle tombe, puis on a du la basculer dans un sac. Je me suis dit : mais quel genre de métier à part celui là peut on tenir une jambe et la mettre dans un sac?!

Je me dis "chanceuse" car je travaille en pédiatrie donc j'ai un public d'enfants et clairement pour moi c'est plus joyeux. Je vois plus souvent les enfants guérir et c'est valorisant. Je ne suis pas tellement face à la vieillesse ou la maladie psychique mais par contre, je vois parfois des situations de maltraitances ou de négligences.
Le bon côté, c'est que c'est un métier passionnant et que humainement, cela apporte beaucoup. Je vis souvent de belles situations, je me sens aussi valorisée par rapport à l'accompagnement des familles ou à la réalisations des soins. C'est passionnant aussi au niveau médical, on apprend beaucoup sur le corps humains, sur les diagnostiques, les bilans, faire des liens. Et encore plus quand on est puéricultrice car la spécialisation demande une inspection de soi, de l'enfant qu'on était, de l'accompagnant qu'on souhaite être. Beaucoup de connaissances sur le developpement de l'enfant, de la construction d'une famille, de la psychologie maternelle...

De ce que je connais du métier de sage femme, il semble qu'elles manquent de reconnaissance par rapport à leurs compétences, à ce qu'on attend d'elles : il y a de moins en moins de gynécos, les maternités de proximité ferment au profit de maternité usines où le nombre d'accouchement est conséquent mais le nombre de sage femme est resté le même. Beaucoup de paperasses, de dossier à remplir en cas d'éventuelles procédures. Toujours se justifier. De nouvelles compétences exigées mais pas la paye en conséquence. Elles n'accompagnement pas seulement les femmes lors de leur accouchement, elles les voient en consultations, conseillent et posent les contraceptions, font les surveillances de la grossesse mais aussi les suivis gynécos, les grossesses pathologiques, la préparation à l'accouchement, les IVG... bref, c'est un exercice riche.

J'espère ne pas t'avoir dissuadé, je souhaite moi même me reconvertir pour devenir sage femme.
_____
Melo, Infirmière puéricultrice


Top
Chicologue
Jeune Bizut

Messages : 2
Enregistré : 29/10/2020
Posté le 21/02/2021 � 12:22 notnew
Bonjour !
Je suis (j'étais?) infirmier, en reconversion en odontologie actuellement.

Les expériences sont bien différentes selon les parcours... Dans mon cas, le début de l'exercice infirmier s'est très bien passé les deux-trois premières années, passées en cancéro (hospitalisation/soins palliatifs/hospi de jour), mais plus le temps passait, plus l'insatisfaction est montée...
De plus en plus de responsabilités, de charge de travail, de moins en moins de moyens et de respect des principes humains qui faisaient que j'avais choisi ce métier au départ. L'ambiance mortifère que j'ai subi dans plusieurs hôpitaux, toujours cette course à la rentabilité au détriment de tout le monde (patients, professionnels, etc...) ont fait que je me suis retrouvé en burn-out au bout de 5 ans. J'en ai tenu 5 de plus avant de me lancer dans une reconversion. Mes anciens camarades de promo avec qui j'ai gardé contact sont à peu près dans le même état d'esprit, dont certains qui ont subi de plein fouet les manques de moyens lors des confinements et des charges causées par le Covid...

Après, ça dépend énormément de l'endroit où on peut travailler. Si on a la chance de trouver un service exceptionnel, alors pourquoi pas ? Dans l'absolu, ceci dit, je ne recommanderai ce métier actuellement qu'en étant conscients qu'il va falloir être trèèèèès souple sur ses principes humains.

Aucune idée pour sage-femme, mais pour IDE... Honnêtement, je peux plus le recommander. Et si tu souhaites faire des spécialisations en tant qu'IDE, soit tu payes (cher) de ta poche, soit tu négocies avec la direction pour te la faire financer : il faut pouvoir prouver que ça va être intéressant financièrement pour eux, et en plus ça peut prendre quelques années, en fonction des collègues déjà présents depuis plus longtemps qui eux aussi ont déjà fait des demandes de formations auparavant.
Top
Aller en haut • 4 réponses
livreslivrescontactspublicationstwitter