logo remede logo remede
La 1ère Communauté Médicale
médecine - pharmacie - odontologie - maïeutique
M'identifier
Mot de passe oublié ?
Je me connecte

Vous n'êtes pas inscrit à l'annuaire des membres ? Inscrivez-vous

Médecine en Suisse???

Aller en bas • 33 r�ponses • 2 pages • 1 2
Kally
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 60
Enregistré : 02/09/2012
Posté le 23/10/2012 � 23:16 notnew
Pharmas et biotech certes, mais tu disais qu'il n'y avait quasiment que des étrangers à la direction des entreprises suisses, je blaguais juste en faisant remarquer que ce n'était pas le cas stricto senso vu que la plupart des entreprises sont des PME, souvent familiales. Par contre évidemment les grandes entreprises c'est une autre histoire smilies

Tes amis suisses ne doivent pas être en médecine, dans l'auditoire c'est bien l'opinion répandue. A noter tout de même que d'autres pays se dirigent dans la même direction (il est de plus en plus difficile, et probablement bientôt impossible, de s'inscrire en médecine aux Etats-Unis sans être citoyen américain, par exemple). Et entre permettre aux gens de déposer un dossier et ne retenir qu'un ou deux sur plusieurs centaines ou ne rien autoriser du tout, je ne sais pas ce qui est le plus hypocrite/choquant.

Le nombre de place ridiculement bas? 1'100 nouveaux médecins par an pour 7,5 millions d'habitants? Ça va encore, non? On est juste le pays avec la plus haute densité médicale (de tête, pas sûre que ça soit vraiment LA plus haute, mais en tout cas c'est pas loin), donc dès que ça baisse un peu tout le monde panique. Le réel problème c'est que personne ne veut rester dans les hôpitaux publics (mal payé, mauvaises conditions par rapport au privé ou au libéral) et que peu de gens veulent devenir généraliste/interniste. Mais des ORL (par exemple), on en a à la pelle.

Tu sais, ne te casses pas à défendre la Suisse dans ces cas-là, la réalité c'est que oui, la Suisse est très protectioniste et qu'une bonne partie de sa population est xénophobe. Pas les jeunes en ville (et encore, ça change), mais les gens plus âgés, et dans les campagnes, oui c'est très clair. C'est dommage, mais c'est comme ça. Les conditions de vie se sont dégradées depuis l'entrée en vigueur de la libre circulation et beaucoup de gens se renferment sur eux-même.
Pour les frais d'uni, c'est juste un débat pour l'instant. On verra... Mais c'est clair que la population suisse n'a pas envie de payer des études gratos aux autres (le raisonnement étant le suivant: mes parents paient/ont payé des impôts, qui financent mes études, quelqu'un qui débarque en Suisse n'a pas contribué au système, et donc de quel droit aurait-il des études gratuites?). Ça ne m'étonnerait pas qu'on glisse gentiment vers un système beaucoup plus américanisé, avec des frais plus élevés pour tout le monde (c'est entre autre pour enrayer cette évolution que certains demandent une participation plus importante des étrangers).
Top
thalia
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 22/10/2012
Posté le 24/10/2012 � 11:53 notnew
http://www.gr.be.ch/etc/designs/gr/media.cdwsbinary.DOKUMENTE.acq...

intéressant à lire...
Top
thalia
Bizute (future carrée)

Messages : 7
Enregistré : 22/10/2012
Posté le 24/10/2012 � 12:54 notnew
Mes nombreux amis suisses sont justement en médecine (mon copain y compris) smilies, ainsi que de nombreux membres de ma famille. Ma tante est une des grandes cheffes au CHUV donc elle connait parfaitement bien la situation.

Si je peux me permettre, les seuls suisses en médecine qui s'opposent à accueillir un petit nombre (limité - on est bien d'accord!) des étudiants étrangers, sont ceux qui ne sont pas très sûr d'eux mêmes et leurs propre capacités de réussite, et alors cachent leur manque de confiance dernière des propos pareils. Honnêtement, quelque soit le pays où je poursuivrai mes études, je détesterai d'être dans un environnement où ABSOLUMENT tous les étudiants viennent du même pays. Je me croirais en Corée du Nord! smilies

Il n'y a pas assez de médecins formés en Suisse, c'est un fait. Je ne sais pas à quel niveau d'études tu te situes actuellement, mais si ce n'est pas encore le cas, tu t'en rendras rapidement compte une fois tu commenceras à travailler. La pénurie des médecins se trouve aussi dans les domaines très prisés comme oncologie, ORL, dermatologie et je m'en passe..., bien sûr que la médecine générale est plus affectée, mais c'est visible à tous les niveau.
En passant, les hôpitaux universitaires sont ceux qui font surtout la réputation de la médecine d'un pays, alors si les grands chefs seront tout bientôt étrangers et formés à l'étranger (et ça part vraiment dans cette direction-ci!), c'est clairement un réel problème. Les meilleurs médecins suisses et étrangers songent à une carrière universitaire, car c'est le seul endroit où ils continuent à suivre entièrement et à activement contribuer aux avancés de la recherche et la médecine. Et ceux qui réussissent bien ont de très gros salaires dans le publique également.

Certains pays européens limitent le nombre d'étudiants étrangers, mais aucun n'interdit accès à absolument tous les étudiants étrangers, d'où je reviens sur mon point de départ. Les Etats Unis sont clairement un mauvais exemple, car les étudiants étrangers ont droit d'y poursuivre les études de médecine, et les étrangers n'y paient pas plus cher que les autres (c'est également (très) cher pour tout le monde la bas).;-)

Je ne pense pas que tu m'as pas bien compris quand je parlais d'hypocrisie du système médicale suisse. Ce que je voulais dire c'est que la Suisse profite de ce système car en formant un nombre insuffisant de médecins dans le pays, elle importe un nombre assez énorme de médecins formés à l'étranger. Et ils commencent à un niveau salarial plus bas que leurs collègues suisses ayant le même niveau et expérience. Mais une fois de plus, c'est un avantage superficiel, car au fur et à mesure les étrangers sont devenus trop importants, forment leurs réseaux, montent très haut, et donnent une claque et mauvaise réputation à un système médical suisse voulant être trop protecteur. J'ai mis le lien d'une petite lettre qui explique la situation à l'hôpital à Berne. D'accord, ça part de l'UDC, mais ça part quand même d'un fait réel. C'est un peu la situation partout en Suisse, et de plus en plus, et le privé est loin d'en être épargné.

Oui je suis d'accord avec toi que la Suisse est très protectionniste, mais une fois de plus là on part d'un protectionnisme raisonnable (je répète que dans le passé, assez récent d'ailleurs, les étudiants étrangers était acceptés au programme de médecine) à un protectionnisme qui dépasse toutes les limites. Donc ça a l'air de s'empirer clairement, en tout cas dans ce domaine précis.

En prenant un nombre limité de meilleurs étudiants étrangers, la Suisse n'aura qu'à gagner. Se renfermer totalement sur soi-même n'a jamais aidé personne, et ce type de comportement n'a eu que des mauvais conséquences sur tout les pays qui se sont engagés dans cette voie...
Top
wanwan
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 24/10/2012
Posté le 24/10/2012 � 13:32 notnew
J’ai suivi l’échange assez intéressante ente Kally et Thalia et je me permets d’ajouter mon grain de sel. J’ai fini mes études de medicine à Genève et je suis actuellement médecin assistant de 3e année, et je confirme que les propos de Thalia sont assez justes. On’a clairement pas assez de médecins suisses et sommes alors obliges d’en importer. Nos chefs sont aussi (et de plus en plus souvent!) étrangers aussi avec tout ce que ça implique…
Je viens d’une generation où il y avait quelques étudiants étrangers avec nous et franchement c’était cool, et personne n’avait un problème avec ça! Je suis donc également surpris par cette “nouvauté”. Je ne pense pas que ça devrait être une decision politique, mais le milieu medical devrait decider de ce qui est le mieux pour ce secteur car nous sommes les seuls à vraiment connaitre la situation, et franchement ça m’étonnerait que nos profs en medicine ont un problème avec ça. Donc pour faire court, oui on devrait former plus de médecin en Suisse, et bien sûr qu’on devrait ouvrir un certain nombre de places aux étudiants étrangers, après une bonne selection.
Top
Kally
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 60
Enregistré : 02/09/2012
Posté le 24/10/2012 � 14:43 puis édité 1 fois notnew
Mes nombreux amis suisses sont justement en médecine (mon copain y compris) smilies, ainsi que de nombreux membres de ma famille. Ma tante est une des grandes cheffes au CHUV donc elle connait parfaitement bien la situation.

Si je peux me permettre, les seuls suisses en médecine qui s'opposent à accueillir un petit nombre (limité - on est bien d'accord!) des étudiants étrangers, sont ceux qui ne sont pas très sûr d'eux mêmes et leurs propre capacités de réussite, et alors cachent leur manque de confiance dernière des propos pareils. Honnêtement, quelque soit le pays où je poursuivrai mes études, je détesterai d'être dans un environnement où ABSOLUMENT tous les étudiants viennent du même pays. Je me croirais en Corée du Nord! smilies

Non, franchement, c'est pas le cas des gens à qui je pense smilies 5 ou 6 à absolument tous les examens, je pense qu'ils sont bien rassurés sur leurs capacités. Et de loin pas tous les étudiants sont suisses. 2 de mes meilleures amies dans l'amphi sont françaises, et elles ne sont pas les seules. Leurs parents bossent en Suisse ou y habitent. J'ai une autre amie qui est tunisienne, arrivée en Suisse l'année passée avec son mari, elle faisait médecine en Tunisie (fin de 2ème année) et a intégré le cursus en début de 2ème, donc sans avoir à repasser par la case première.

Il n'y a pas assez de médecins formés en Suisse, c'est un fait. Je ne sais pas à quel niveau d'études tu te situes actuellement, mais si ce n'est pas encore le cas, tu t'en rendras rapidement compte une fois tu commenceras à travailler. La pénurie des médecins se trouve aussi dans les domaines très prisés comme oncologie, ORL, dermatologie et je m'en passe..., bien sûr que la médecine générale est plus affectée, mais c'est visible à tous les niveau.
En passant, les hôpitaux universitaires sont ceux qui font surtout la réputation de la médecine d'un pays, alors si les grands chefs seront tout bientôt étrangers et formés à l'étranger (et ça part vraiment dans cette direction-ci!), c'est clairement un réel problème. Les meilleurs médecins suisses et étrangers songent à une carrière universitaire, car c'est le seul endroit où ils continuent à suivre entièrement et à activement contribuer aux avancés de la recherche et la médecine. Et ceux qui réussissent bien ont de très gros salaires dans le publique également.

Sauf erreur de ma part, le salaire annuel est plafonné à 500'000.- au CHUV. C'est évidemment un (très!) bon salaire, mais je ne doute absolument pas qu'on puisse faire nettement mieux dans le privé. Et la carrière universitaire attire de moins en moins de monde, la plupart de mes camarades d'études veulent être clinicien et point barre, la recherche ne les intéresse absolument pas.
On ne forme pas assez de médecins, c'est un fait, mais pas "ridiculement pas assez". Il y a de la marge, on peut faire mieux, évidemment, (et c'est en marche, 1'600 par année dès 2018 normalement) mais on ne s'en sort pas non plus affreusement mal. Et j'ai déjà souligné qu'en hôpital il y avait pénurie. Il n'y a par contre absolument pas de pénurie d'étudiants. Donc je ne vois pas en quoi laisser des étrangers accéder à la fac changerait tout ça...

Certains pays européens limitent le nombre d'étudiants étrangers, mais aucun n'interdit accès à absolument tous les étudiants étrangers, d'où je reviens sur mon point de départ. Les Etats Unis sont clairement un mauvais exemple, car les étudiants étrangers ont droit d'y poursuivre les études de médecine, et les étrangers n'y paient pas plus cher que les autres (c'est également (très) cher pour tout le monde la bas).;-)

Tu es sûre de ça? Les dernières infos que j'ai eu disaient bien que c'était en train de changer:
"It is extremely difficult for international applicants who are not citizens or permanent residents of the United States to gain admission to American medical schools. State-supported medical schools rarely consider international applicants for admission, and those private schools that do accept applications generally require that international students place in escrow the equivalent of one to four years tuition and fees (U.S.$40,000-$200,000)"
Alors ok, ils ne disent pas "non jamais" mais si en pratique ils ne prennent personne, c'est du pareil au même.

Je ne pense pas que tu m'as pas bien compris quand je parlais d'hypocrisie du système médicale suisse. Ce que je voulais dire c'est que la Suisse profite de ce système car en formant un nombre insuffisant de médecins dans le pays, elle importe un nombre assez énorme de médecins formés à l'étranger. Et ils commencent à un niveau salarial plus bas que leurs collègues suisses ayant le même niveau et expérience. Mais une fois de plus, c'est un avantage superficiel, car au fur et à mesure les étrangers sont devenus trop importants, forment leurs réseaux, montent très haut, et donnent une claque et mauvaise réputation à un système médical suisse voulant être trop protecteur. J'ai mis le lien d'une petite lettre qui explique la situation à l'hôpital à Berne. D'accord, ça part de l'UDC, mais ça part quand même d'un fait réel. C'est un peu la situation partout en Suisse, et de plus en plus, et le privé est loin d'en être épargné.

Ce n'est pas le but, hein, de ne pas former assez de médecins. C'est une question démographique plus qu'autre chose, surtout qu'en Suisse tout avance toujours très lentement (sauf la croissance démographique ces dernières années smilies ). Et puis bon, l'attrait économique et politique de la Suisse n'a plus besoin d'être prouvé. Donc même si on formait tout plein de médecins, il y aurait toujours des étrangers d'accord de bosser plus pour moins, vu que ça leur offre quand même de meilleures conditions de travail que dans leur pays d'origine. Eternel débat de l'ouverture, surtout vu que la réciprocité est rarement acquise (dans le sens où comme tu l'a dit peu de suisses souhaitent partir). Et j'ajouterai quand même que tous les pays développés ou presque sont dans la même situation, à importer des médecins. C'est aussi une question d'attractivité du système de santé lui-même.
D'ailleurs l'idée de l'UDC derrière cette lettre, c'est d'interdire la progression hiérarchique aux étrangers, pas de souligner qu'il faut former plus de médecins.

Oui je suis d'accord avec toi que la Suisse est très protectionniste, mais une fois de plus là on part d'un protectionnisme raisonnable (je répète que dans le passé, assez récent d'ailleurs, les étudiants étrangers était acceptés au programme de médecine) à un protectionnisme qui dépasse toutes les limites. Donc ça a l'air de s'empirer clairement, en tout cas dans ce domaine précis.

La Suisse n'a jamais été raisonnablement protectionniste. Elle l'est, un point c'est tout. Pourquoi donc crois-tu qu'elle n'a pas adhéré à l'UE et qu'elle continue à mettre les pieds au mur pendant les négociations?

En prenant un nombre limité de meilleurs étudiants étrangers, la Suisse n'aura qu'à gagner. Se renfermer totalement sur soi-même n'a jamais aidé personne, et ce type de comportement n'a eu que des mauvais conséquences sur tout les pays qui se sont engagés dans cette voie...

Sauf que la Suisse fait ça, à degrés variables selon l'époque, depuis 1291 et semble assez bien s'en porter jusqu'à présent. Tu dis qu'elle n'auras qu'à y gagner, c'est un point de vue. D'autres te diront que ça va éventuellement tout changer, que les traditions médicales suisses seront perdues, etc. J'ai déjà dit que moi ça ne me posait pas de problèmes, je pense que ça ne changerait vraiment absolument rien (ni en mal ni en bien d'ailleurs). Mais voilà, chaque pays fait comme il veut.

Bref, encore une fois, ça ne me dérangerait pas, mais je trouve que qualifier ça de "choquant" est un peu disproportionné. Surtout que bon nombre de pays pratiquent la priorié nationale, à des degrés variables. Et je rappelle encore une fois, que si on veut former plus de médecins en Suisse on a largement les candidats, il n'y a pas besoin de faire appel à des étudiants étrangers pour combler une pénurie d'étudiants, puisque cette dernière n'existe pas.

wanwan:
On n’a clairement pas assez de médecins suisses et sommes alors obliges d’en importer. Nos chefs sont aussi (et de plus en plus souvent!) étrangers aussi avec tout ce que ça implique…


Il me semble que je ne l'ai jamais nié. Si c'est le cas, désolé, ce n'était pas mon but, ce que tu dis là est une évidence. J'ai juste répondu parce que je trouve sa réaction un peu excessive.
Top
wanwan
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 24/10/2012
Posté le 24/10/2012 � 15:33 puis édité 1 fois notnew
Juste un point Kally concernant les salaires dans les hôpitaux universitaires suisses: les grands professeurs (ou comment on les appellent dans le jargon les KOL) gagnent bien plus que ça, en partie à cause de toutes les consultations qu'ils font. Leurs salaires dépassent largement le million et leur influence est énorme dans le monde médical suisse et international. Oui beaucoup entre nous veulent être "juste" cliniciens, mais les plus ambitieux souhaitent garder un lien avec la recherche aussi, particulièrement ceux qui ont suivi à un programme MD-PhD qui est très sélectif, mais ça concerne d'autres médecins suisses aussi.

Et un autre point concernant les étudiants étrangers en médecine dans les amphis suisses..: il semble que de nos jours seulement les étrangers qui ont un permis C, ceux dont les parents bosses ici, ou bien ceux qui sont mariés à des suisses, peuvent étudier la médecine. Et il semble que tes camarades d'études étrangers dont tu parles sont tous dans ces catégories là. Et là j'ai envie de dire encore heureux: c'est pas vraiment des étrangers dans le vrai sens du terme non plus. smilies
Top
Kally
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 60
Enregistré : 02/09/2012
Posté le 24/10/2012 � 15:46 notnew
Je prenais l'exemple d'un chirurgien en cardiologie arrivé récemment au CHUV, si tu vois de qui je parle smilies. C'est son salaire, plafonné à ça, et cela inclut les consultations privées. C'est le cas pour tout le monde au CHUV, normalement.

Oui, ok, mais ces étudiants ne se sentent pas suisses, donc bon, pour elle qui disait ne jamais pouvoir étudier dans un pays où il n'y a que des nationaux en médecine, c'est comme s'ils étaient étrangers smilies
Top
wanwan
Jeune Bizut

Messages : 3
Enregistré : 24/10/2012
Posté le 24/10/2012 � 15:50 puis édité 1 fois notnew
Oui je pense savoir de qui tu parles, mais je t'assure qu'ils gagnent bien plus que ça au final. smilies

Je connais plusieurs exemples surtout en onco et radio onco.
Top
Kally
Sexterne (diplomée secrétariat médical)

Messages : 60
Enregistré : 02/09/2012
Posté le 24/10/2012 � 15:55 notnew
Ben au final ça ne m'étonne même pas... Mais bon, là on parle de quelques grands, la majorité des médecins au CHV gagnent moins (nettement moins ^^). D'où la relativement faible attractivité du secteur public.
Top
mini_pouce
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 193
Enregistré : 15/12/2005
Posté le 07/01/2013 � 13:57 notnew
J'arrive un peu tard mais pour répondre à la question initiale, je crois que l'accès en première année est réservé aux Suisses ou aux enfants de travailleurs frontaliers. A partir de la deuxième année de médecine, on peut poser un dossier de candidature pour changer de faculté (accords Schengen) en venant d'un autre pays de l'UE ou de l'espace Schengen. Je ne suis pas sure que beaucoup de places soient disponibles chaque année, mais lorsque je suis arrivée, nous étions 7 étudiants venant de plusieurs pays différents.
Quand à l'accueil réservé aux étrangers, il est excellent!! Contrairement a ce qui a été dit, les médecins venant travailler en Suisse (y compris après l'internat - donc avec des diplômes complètement étrangers) sont rémunérés EXACTEMENT de la même façon que les Suisses! Contrairement a l'aberration française qui consiste à employer des faisant fonction d'interne aux diplômes non reconnus par la France, payés beaucoup moins pour le même boulot!
Ici nous avons des internes et chefs venant de pays de l'UE mais également du maghreb qui ont les mêmes salaires (en tout cas à Genève) que les Suisses! A partir du moment ou tu prends un poste ici on te reconnais les mêmes droits que tes collègues de travail!
_____
En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout. (Albert Camus)
Top
crakote
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 09/01/2013
Posté le 10/01/2013 � 00:05 notnew
Bonjour,
Pour tout vous dire, je trouve ce débat assez intéressant, mais je souhaiterais avoir plus de précisions sur certains points.
Alors voilà, je suis étudiant en quatrième année de médecine en France, et bien que j'éprouve une grande satisfaction à évoluer dans ce pays qu'est la suisse (cela fait 8 ans que j'y travail tous les étés), je n'ai aucun liens physiques où territoriaux pouvant me rattacher de près ou de loin à sa nationalité.
J'aurais souhaiter savoir s'il est possible de faire un transfert de dossier pour la cinquième année, sous quelles conditions et en m'adressant à qui ?
Merci de compatir avec qqun qui en a ras le cul du système français smilies
Top
mini_pouce
Jolie Chef de pique-nique

Messages : 193
Enregistré : 15/12/2005
Posté le 10/01/2013 � 10:19 notnew
Il faut contacter le secrétariat de la faculté de médecine. C'est eux qui seront le plus a même de t'informer. Ceci étant dit les transferts de fac sont beaucoup plus aisés en fin de cycle (donc fin de licence, après la D1). Après et avant c'est plus compliqué et ca implique souvent de devoir redoubler une année. Et comme je l'ai dit au post précédent, sauf changement récent (ce dont je doute), les transferts sont possibles en venant de l'espace Schengen sous réserve du nombre de places disponibles.
_____
En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout. (Albert Camus)
Top
wael1
Jeune Bizut

Messages : 1
Enregistré : 25/03/2013
Posté le 25/03/2013 � 12:32 notnew
je suis un étudiant en 2 annéé médecine en romanie smilies je peux savoir est-ce qu'il ya une possibilité de continuer mes études en swisse ou nn??et quelles sonts les papiers nécessaires.merci d'avance ..bon journé
Top
Aller en haut • 33 r�ponses • 2 pages • 1 2
livreslivrescontactspublicationstwitter